Archive pour ONU déclaration des droits des peuples indigènes

Résistance au colonialisme: La vaste fumisterie de la Déclaration des Peuples Indigènes de l’ONU…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 8 juin 2016 by Résistance 71

Recoloniser, Révangéliser, Réconcilier, Redominer

Steven Newcomb

29 Mai 2016

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/05/29/re-colonize-re-evangelize-re-conciliate-re-dominate

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Les mots sont le moyen par lequel nous configurons et créons notre réalité. Quand nous changeons les mots, nous changeons notre réalité. Les mots que nous utilisons dans notre vie quotidienne, dans notre interaction avec les autres, constituent une réalité à part entière. Le changement d’un seul mot, parfois même d’une lettre de l’alphabet, peut avoir pour résultat un renversement complet de la réalité. Prenez par exemple (en anglais) la différence entre les mots “people” sans “s” et le mot “peoples” (avec un “s”). Le premier mot indique des individus (NdT: les gens en français), le second indique des peuples entiers (NdT: les peuples, les nations..)

Le préfice “re” veut dire “faire de nouveau”. R(e)-évangéliser par exemple, veut dire refaire ces actions impliquées dans l’expansion et la divulgation de l’évangélisation chrétienne, un processus par lequel de la combinaison des mots et de l’attitude, résulta une somme énorme de terre, de pouvoir, de richesse, se retrouvant sous la domination du monde (empire) chrétien, de l’église catholique (NdT: et des églises réformées également par la suite), des monarchies chrétiennes européennes et des états.

“Re-coloniser” veut dire, refaire, ou renforcer, les schémas comportementaux de colonisation et de domination (pensée et attitude), qui furent appliqués pendant des siècles. Initialement, pacifier des autochtones en colère impliqua le besoin de se les “concilier”, ce qui veut dire “calmer quelqu’un, faire en sorte qu’il ne soit plus en colère” ou “pacifier quelqu’un ou un groupe de personnes qui ont un ressentiment en faisant en sorte qu’ils abandonnent leur ressentiment”.

L’effort d’une nation pour s’engager dans la conquête physique d’une autre nation implique que la nation qui agresse entre violemment ou envahisse la terre natale d’une autre nation ; ceci est plus correctement appelé “invasion de la patrie ou terre ancestrale”. Dans cette démarche, quelle type de réalité se contitue t’elle dans un processus de “conquête spirituelle” au nom de l’évangélisation ? La conquête spitituelle se fait en envahissant physiquement une nation libre et indépendante et en envahissant, colonisant l’esprit même de la nation et du peuple qui sont envahis, en utilisant des techniques de guerre psychologique contre la nation envahie.

L’évangélisme, d’après l’écrit du théologien Walter Brueggemann dans son Biblical Perspectives on Evangelism (1993), est un “conte narratif” qui a “trois scènes”. “Dans la première scène, dit-il, il y a combat, lutte et conflit entre de puissantes forces qui bataillent pour le contrôle de l’endroit, le contrôle des récompenses, le contrôle du futur.” Il va même plus loin et déclare : “L’évangélisation n’a aucun sens à moins que l’on ait une perception et une compréhension du drame qui se joue… dans sa fonction de combat et de lutte.” L’évangélisation chrétienne était vue comme partie de la lutte cosmique entre le bien et le mal sur Terre. Brueggemann dit que dans la tradition évangéliste “des évènements qui se sont produits dans un endroit ont une grande importance dans un autre endroit”, et que “les victoires remportées à une époque continuent de compter de manière décisive dans une autre époque.” (p.17)

Les prêtres catholiques qui vinrent dans notre partie de l’Île de la Grande Tortue/Abaya Yala (ou “hémisphère occidental”) dirent de manière explicite que l’objectif de leur évangélisation était “la conquête spirituelle” de nos ancêtres qu’ils dénommaient “les gentils”. Ceci veut dire que les prêtres étaient activement engagés dans une bataille pour la chrétienté ou l’empire chrétien afin de contrôler le futur, incluant le futur de nos nations. Les évangélisateurs dominant amenèrent avec eux l’image de la “mère Marie”, qu’ils appelaient “La Conquistadora” ou la conquérante (dominatrice) qui s’engage dans la “conquête”. Re-évangéliser est s’engager dans une nouvelle évangélisation ou s’engager dans des activités de “conquête spirituelle” (domination), au nom de la “réconciliation”.

Le ré-conciliation mode XXIème siècle est, de mon point de vue, un effort moderne pour renouveler le processus d’évangélisation initial en persuadant nos nations et nos peuples d’accepter volontairement un statut politique diminué afin que nous ne restions plus le contrôle exercé sur nos existances par “l’État”. Je le vois comme une extension des mêmes schémas de pensée et d’attitude qui émanèrent des bulles pontificales de l’église catholique et du pape Alexandre VI (Rodrigo Borgia) et de son plan d’extension de la domination chrétienne par “l’empire chrétien”, colportée hors des frontières européennes sous le nom d’évangélisation.

La définition acceptée de l’ONU pour les “peuples indigènes” suit la tradition des bulles pontificales en utilisant l’idée que le mot “indigène” veut dire peuples existant de manière permanente sous la domination de “l’État”. Une fois que vous avez appris à voir et reconnaître ce schéma, l’image devient très claire: il y a des siècles, il y avait des nations originelles, distinctes et libres vivant sur la planète. Puis nos nations furent soudainement envahies par les monarchies de la chrétienté occidentale.

Le fait que nos nations étaient déjà libres et indépendantes avant l’invasion de nos territoires par les puissances politiques chrétiennes est la base pour la définition de l’ONU en référence de nos nations originelles libres avant l’invasion ou “pré-invasion”. Le préfixe “pré” reconnaît l’existence originellement libre de nos nations avant que nos ancêtres, nations et territoires ne fussent envahis par les monarchies de la chrétienté occidentale. Aujourd’hui, certains d’entre nous continuent de souscrire au point de vue que nos nations originellement libres ont le droit de vivre libres de toute domination parce que le système de domination qui nous a envahi n’a jamais été valide ni acceptable.

Nos nations vivent maintenant sous une affirmation de droit de domination post-invasion. Une invasion est définie comme “une armée ennemie envahissant un territoire”. Envahir est le fait “d’entrer de force ou de manière hostile, venir en tant qu’ennemi… pénétrer et s’étendre…” L’invasion fait partie de la colonisation, que l’historien Samuel Morison a défini comme “une forme de conquête (domination) dans laquelle une nation prend possession d’un territoire lointain.” Il ajoute que la nation envahissante “amène ses propres personnes” et “contrôle ou élimine les habitants autochtones.” (The Oxford History of the American People, 1965, p. 34).

La définition des Nations-Unies des peuples indigènes utilise implicitement l’imagerie de l’invasion de nos terres et de nos territoires pour illustrer les sociétés dominantes émergeant graduellement de cette histoire et existant jusqu’à aujourd’hui. L’ONU appelle ces sociétés dominantes “prévalentes aujourd’hui” ou “maintenant prévalentes” (c’est à dire dominantes aujourd’hui) en relation avec nos nations originelles libres. Ceci suggère que les sociétés “maintenant prévalentes” dominent activement nos peuples et nations caractérisés comme “indigènes”, c’est à dire nations et peuples dominés.

Au vu de ce qui précède, une question se pose: Pourquoi tant de gens considèrent-ils la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes (DDPI) de l’ONU être la base d’une réforme fondamentale alors qu’elle ne contient aucune provision pour mettre fin au système de domination qui a été établi et imposé à nos nations par des états aussi variés que le Canada, les Etats-Unis et d’autres pays ?

Une fois que nous réalisons pleinement que la DDPI de l’ONU ne fut jamais écrite avec les mots nécessaires pour mettre fin au système de domination établi dans la réalité et maintenu par les états, nous nous trouvons alors face à face avec un point particulier auquel on ne peut échapper: Lorsque, par exemple, le gouvernement canadien dit, comme il l’a récemment fait, qu’il va s’engager dans un processus de “réconciliation” en mettant en application les mots de la DDPI de l’ONU de manière consistante avec la constitution canadienne, ceci nous dit que nous pouvons nous attendre à toujours plus dans ce jeu de la domination, simplement cela porte un autre nom.

Note de Résistance 71: Au sujet de la “constitution” canadienne, elle est inexistante. La “constitution” canadienne est en fait une charte commerciale plus connue sous le nom de British North America Act de 1867 (BNAA 1867). Le “Canada” fut enregistré en 1867 en tant qu’entreprise coloniale de la “couronne” c’est à dire de la City de Londres dont la vitrine politique est la “couronne” représentée par la dynastie royale britannique. Le BNAA fut voté par le parlement britannique et est à cet égard une décision coloniale de dominion britannique. Le Constitution Act of Canada de 1982 est une fraude (clause dérogatoire de la section 33 et non ratification par le peuple).
Il est aussi à noter que la nationalité “canadienne” n’existe que depuis 1947, auparavant les “Canadiens” vivant dans le dominion du Canada était sujet britannique avec un statut spécial. Aujourd’hui, la reine d’Angleterre est toujours souveraine du Canada et nomme un gouverneur général qui ne répond qu’au souverain britannique. Le chef de l’état du “Canada” est la reine Elisabeth II d’Angleterre et ses héritiers. Tous les passeports canadiens sont émis au nom de la reine d’Angleterre. Le gouverneur général du Canada nomme au nom de la reine les sénateurs, les juges de la cour suprême etc…
Pas plus d’indépendance “canadienne” que de beurre en branche donc. Les Etats-Unis d’Amérique et le Canada ne sont que des créations de la “couronne”/City de Londres et du monde de la haute finance transnationale.

Résistance politique: Mouvement pour le boycott de la Conférence Mondiale Indigène de l’ONU !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 18 mars 2014 by Résistance 71

L’ONU est l’infrastructure du Nouvel Ordre Mondial. Elle représente l’ossature de l’état fasciste supranational qui est mis en place par l’oligarchie banquière mondiale.

Tout ce qui sort des États et de l’ONU ne peut-être que fondamentalement oligarchique par essence, puisque ces institutions ne sont en place que pour exclusivement servir les intérêts du petit nombre au détriment des peuples, à plus forte raison des peuples colonisés. N’Oublions jamais que nous ne vivons pas dans un monde « post-colonial » comme la propagande essaie de nous le faire ingurgiter, nous vivons toujours dans une ère coloniale directe (les pays comme le pays du goulag levant ex-USA, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’ensemble du Commonwealth sont toujours sous domination DIRECTE de la « couronne » à savoir la City de Londres) ou indirecte, là où le colonialisme d’arrière grand-papa s’est métamorphosé en néo-colonialisme de dépendance politique et économique des nations « indépendantes » envers leurs anciens maîtres coloniaux ou de nouveaux…

La solution à tous nos problèmes est hors système, il faut retrouver notre véritable souveraineté et non pas adhérer aveuglément à des souveraineté de pacotille, ultime illusion voilant la face des peuples opprimés.

— Résistance 71 —

 

Le jeu de dupes de l’ONU

 

BOYCOTTONS l’escroquerie de la Conférence Mondiale Indigène de l’ONU !

 

Robert Free

 

5 mars 2014

 

url de l’article original:

http://bsnorrell.blogspot.com/2014/03/robert-free-un-game-of-charades-boycott.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Robert Free fait remarquer que beaucoup des anciens des mouvements populaires qui furent à la pointe du combat autochtone ont demandé aux promoteurs de l’ONG UN Indian World Indigenous Conference de boycotter cette escroquerie et de ne pas lui donner l’ombre de quelque crédibilité que ce soit. Free, qui fut parmi ceux qui occupèrent Alcatraz et Wounded Knee en 1973 a dit qu’il était heureux de voir que cela bougeait vers un front uni pour le boycott de la conférence mondiale indigène 2014.

La lettre reproduite ci-dessous fut écrite par Free avant la planification de la session de la conférence mondiale en Norvège il y a un an et il y décrit le grand objectif et ce qu’il se passe en fait aux Nations-Unies. Sid Mills, Suzette Bridges des guerres pour les droits à la pêche dans le nord-ouest, avec Free, sont pour le boycott. Ils ont suggéré que Free communique avec les autres délégués.

[] L’histoire des efforts pour la souveraineté autochtone de se rendre à la maison mica, aux Nations-Unies, où les nations du monde se rassemblent, fut menée spirituellement et physiquement par Thomas Banyaca de la nation Hopi.

Hopi Thomas Banyaca a expliqué la prophétie aux Nations-Unies

Banyaca fut un de ceux choisis et dirigés par les anciens pour aller expliquer la prophétie des temps anciens qui nous dit que la Terre serait sous l’influence d’un grand stress/danger du fait d’une mauvaise façon de vivre sur notre terre-mère. Il devait aller à la maison de mica et déclarer notre besoin de prendre soin de la terre-mère. Sa mission consistait aussi de déclarer la souverainté des nations indigènes à la terre et leurs droits de vivre de manière harmonieuse avec notre terre-mère, même si les autres avaient décider de ne pas y vivre en harmonie. Son leadership ainsi que ses efforts avec les autres, ont éduqué beaucoup de personnes et ont aidé à créer des groupes variés pour se présenter devant les Nations-Unies. Ces efforts ont produit, 60 ans plus tard, la déclaration de l’ONU pour les droits des peuples indigènes. Mais le problème est de toujours reconnaître ces droits de manière responsable et de les faire appliquer.

Un manque de voix claires et unifiées à l’ONU

Tous les autres problèmes adressés ou amenés devant les Nations-Unies et la conférence des nations indigènes ne sont que des problèmes résultant des symptômes de ne pas avoir ces droits. Les véritables problèmes profonds de la décolonisation, tels que les retours à la terre ancestrale, le retour des biens et de la richesse usurpés par les églises (NdT: catholique, anglicane, presbytérienne etc…), la révocation de la doctrine de la découverte (NdT: toujours validée par les bulles papales Romanus Pontifex et Inter Caetera de 1455 et 1493), le contrôle et le consentement sur les extractions des ressources naturelles etc… ne sont pas amenés, ni traités de manière claire par des actions fortes et unifiées.

Pleurnicher auprès des oppresseurs pour un meilleur système de santé, d’éducation etc…, des colons et de leur régime, au sein des camps de concentration et de ghettos à ciel ouvert fait passer à côté de l’idée fondamentale du regain de pouvoir et d’auto-détermination véritables. L’auto-détermination permet le contrôle de la terre et des ressources afin de nous donner à nous-mêmes ce dont nous avons besoin.

Le jeu de dupes des Nations-Unies

Jamais je n’entends les véritables problèmes fondamentaux être articulés de manière forte et irrévocable, mais j’entends plutôt la pleurnicherie pour une aide au sujet des symptômes de la colonisation. C’est cela qui, sur le long terme, permet aux Nations-Unies d’éviter et de botter en touche les problèmes fondamentaux de la colonisation et disent qu’ils s’occupent des problèmes identifiés par les peuples indigènes, à savoir: la santé, le logement, l’éducation etc…

L’énorme bureaucratie de l’ONU peut alors dire “Regardez donc toutes ces agences qui font des études, de la recherche, qui font des réunions, etc…” Ou ces ONG font les études elles-mêmes pour nous (car quelques ONG amérindiennes reçoivent des financements pour faire des études et des recherches sur nos peuples).

Nous avons besoin pour délégués de ces problèmes importants et fondamentaux, de gens vocaux pour nous représenter à la réunion en Norvège avec nos alliés Sammi. L’UNWCIP a besoin de délégués pour vraiment représenter les efforts aborigènes/autochtones originaux devant les communautés et nations du monde.

Nous pouvons boycotter la conférence mondiale (après avoir rencontrer les autres peuples indigènes en Norvège), ce qui aurait un impact bien plus grand et focaliserait les feux de la rampe bien plus sur les problèmes que la pathétique pittance accordée par les Nations-Unies. Il est insultant de voir le gros travail et les luttes de fond de tant de personnes se retrouver devant les Nations-Unies avec si peu de ressources pour y vraiment représenter décemment les aspirations de nos peuples et de faire correctement le travail.

Tout cela revient à lutter pendant des décennies, à nous soumettre à leur bureaucratie sans fin, tout cela pour rien.

Nous aurions bien plus d’exposition aux médias, pour ce que çà vaut de toute façon, que de continuer à participer au jeu de dupes des Nations-Unies.