Archive pour OGM terrorisme d’état

OGM eugénisme et Nouvel Ordre Mondial… Le cartel mortifère Monsanto-Bayer-Syngenta-Dow à l’œuvre…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 20 septembre 2016 by Résistance 71

Monsanto + Bayer = MoBay le cartel des empoisonneurs contre a planète

 

Vandana Shiva

 

18 septembre 2016

 

url de l’article en français:

http://partage-le.com/2016/09/monsantobayermobay-le-cartel-des-empoisonneurs-contre-la-planete-par-vandana-shiva/

 

Lire notre dossier OGM

 

L’Inde est embourbée dans une controverse artificielle créé par Monsanto à propos de la première culture génétiquement modifiée, censée avoir reçu le feu vert pour sa commercialisation. Impliquée dans des litiges sur plusieurs fronts, Monsanto tente de contourner nos lois sur les brevets, la loi de protection de la variété végétale, celles sur les droits des agriculteurs, sur les produits de base et sur la concurrence. Elle se comporte comme s’il n’y avait, en Inde, aucun parlement, aucune démocratie, aucune loi souveraine  à laquelle elle devrait obéir. Ou tout simplement, elle s’en moque.

Sur un autre terrain, Monsanto et Bayer sont en train de fusionner. Elles ont déjà dans le passé formé une seule entité appelée MoBay (MonsantoBayer), digne héritière du cartel d’empoisonneurs IG Farben. Les participations majoritaires de ces deux entreprises étaient entre les mains des mêmes sociétés d’investissement privées. Le domaine d’expertise de ces firmes, c’est la guerre. IG Farben, moteur économique d’Adolf Hitler et principale source de devises étrangères de l’Allemagne d’avant guerre, était également une machine de renseignements étrangers. Hermann Schmitz était le président d’IG Farben, son neveu Max Ilgner était un directeur d’IG Farben, tandis que le frère de Max, Rudolph Ilgner, dirigeait la branche new-yorkaise comme vice-président de Chemnyco.

Paul Warburg, frère de Max Warburg (du conseil d’administration d’IG Farben), fonda le système de réserve fédéral des USA. Max Warburg et Hermann Schmitz ont joué un rôle central dans l’empire IG Farben. Carl Bosch, Fritz ter Meer, Kurt Oppenheim et George von Schnitzler étaient d’autres dirigeants de l’entreprise. Tous, sauf Paul Warburg, furent jugés et condamnés comme criminels de guerre à  Nuremberg.

Monsanto et Bayer ont une longue histoire. Elles fabriquaient des explosifs et des gaz toxiques mortels à l’aide de technologies partagées et les vendaient aux deux camps des deux guerres mondiales. Les mêmes produits chimiques étaient achetés par les Alliés et les forces de l’Axe, aux mêmes fabricants, avec de l’argent emprunté à la même banque.

MoBay fournissait les ingrédients de l’Agent orange (acide 2,4,5-T aux dioxines) durant la guerre du Vietnam. Près de 75 millions de litres de défoliants et d’herbicides MoBay furent pulvérisés sur le Sud-Vietnam. Des enfants naissent encore avec des malformations congénitales, des adultes ont des maladies chroniques et des cancers à cause de l’exposition aux produits chimiques de MoBay. La résistance de l’agent orange cobreveté par Bayer et Monsanto a été codéveloppée pendant des décennies. Des guerres étaient menées, des vies perdues, des nations ciselées en terres promises — avec des frontières artificielles profitant à la colonisation et au pillage des ressources — tandis que Bayer et Monsanto vendaient des produits chimiques sous forme de bombes et de poisons, et que leurs frères fournissaient les prêts pour acheter ces bombes.

Plus récemment, Bayer CropScience AG et Monsanto auraient engagé un partenariat à long terme. Ce qui leur donne accès aux herbicides de l’un et de l’autre et donc à une double technologie de résistance aux herbicides. À travers des accords de licences croisées, des fusions et des acquisitions, l’industrie de la biotechnologie devient l’IG Farben de notre temps, avec Monsanto aux commandes.

L’industrie mondiale des produits chimiques et des OGM — Bayer, Dow Agro, DuPont Pioneer, Mahyco, Monsanto et Syngenta — s’est syndiquée sous forme de Fédération de l’Industrie semencière d’ Inde (FSII) afin d’augmenter son pouvoir de nuisance sur les paysans indiens, sur l’environnement et les lois démocratiquement élaborées qui protègent le public et l’intérêt national. Ceci en plus de l’Association des Entreprises de Biotechnologie (ABLE), qui a tenté de s’attaquer au contrôle des prix des  semences en Inde mis en place par la loi sur les produits de base n faisant appel à la Haute Cour de  justice du Karnakata à Bangalore, qui a rejeté la plainte.

Ce nouveau groupe n’a rien à voir avec « l’industrie semencière », il ne produit pas de semences. Il tente d’étendre le principe du brevet aux produits chimiques afin d’obtenir la propriété de semences, même dans des pays où les brevets sur les semences et les plantes ne sont pas autorisés. Comme en Inde, en Argentine, au Brésil, au Mexique et dans beaucoup d’autres pays.

Toutes les affaires Monsanto, en Inde sont liées à sa revendication non-scientifique, illégale et de brevets sur les  semences, au mépris des lois indiennes, et à sa tentative d’extorquer des redevances à l’industrie semencière indienne et aux agriculteurs. La FSII est une « réunion de famille séculaire d’IG Farben », un rassemblement d’entités indépendantes et autonomes.

Le cartel chimique familial d’IG Farben aété responsable de l’extermination de gens dans des camps de concentration. Il représente un siècle d’écocide et de génocide, entrepris au nom de l’expérimentation scientifique et de l’innovation. Aujourd’hui, ce cartel d’empoisonneurs porte des habits d’ingénieur génétique et répète ad nauseam le mantra de l’innovation. Les camps de concentration d’Hitler furent une « innovation » dans le domaine du meurtre ; et presque un siècle après, la famille Farben est en train de mener la même extermination, silencieusement, mondialement et efficacement.

L’innovation de Monsanto consistant à extorquer des royalties illégales et à pousser des paysans indiens au suicide est aussi une innovation dans la manière de tuer ni vu ni connu et indirectement. La nouveauté de la méthode d’assassinat ne rend pas le meurtre plus juste. « L’innovation », comme toutes les activités humaines, a ses limites — définies par l’éthique, par la justice, par la démocratie, les droits des personnes et de la nature.

IG Farben a été jugée à Nuremberg. Nous avons des lois nationales pour protéger les personnes, leur droit à la vie et à la santé, ainsi que l’environnement. Les lois indiennes sur les brevets et la biosécurité, ainsi que celle sur la variété végétale visent à contrôler les propriétaires voraces d’entreprises historiquement coupables de crimes contre la nature et l’humanité.

L’industrie se prépare à lancer son nouveau « gène », la moutarde GM (DMH-11). La moutarde GM, promue comme une « innovation » du secteur public, se base sur le système de gènes barnase/barstar pour créer des plantes mâles stériles et sur un gène bar pour la résistance au glufosinate. En 2002, la demande d’approbation par pro-Agro (Bayer) de plantation commerciale de moutarde GM basée sur le même système avait été rejetée.

Bien que bannie en Inde, Bayer trouve les moyens de vendre du glufosinate illégalement aux plantations de thé d’Assam et aux pommeraies d’Himachal Pradesh, dans le nord-ouest de l’Inde. Des revendeurs font passer la vente de glufosinate dans la catégorie « autres » pour contourner la loi. Ces produits chimiques se fraient un chemin jusqu’aux corps de nos enfants sans l’accord du gouvernement. Essentiellement, tous les brevets clés liés au gène bar sont détenus par Bayer CropScience, qui a acquis Aventis Cropscience, elle-même créé à partir des départements de génie génétique de Schering, Rhône-Poulenc et Hoechst. Puis Bayer a fait l’acquisition de Plant Genetic Systems, et a passé un accord de coopération avec Evogene, qui détient des brevets dans le secteur de la cartographie génomique.

Avant qu’une autorisation soit accordée à la moutarde modifiée génétiquement, le problème des limites de la brevetabilité doit être résolu sur la base des lois indiennes, et les brevets sur les plantes, les semences et les méthodes agricoles ne doivent pas être autorisés. Deepak Pental, un professeur à la retraite et développeur d’OGM ne commercialisera pas la semence de moutarde GM. Ses donneurs d’ordre de Bayer/Monsanto/MoBay le feront.

Au vu de notre expérience avec le coton GM, le ministère de l’Environnement et des Forêts envisage d’établir des directives pour l’évaluation socio-économique des variétés OGM proposées, prenant en compte des facteurs comme l’économie, la santé, l’environnement, la société et la culture.

Au cœur de cette évaluation socio-économique, on retrouve le problème des monopoles et des cartels, et de leur impact sur les petits agriculteurs. Bien que les brevets sur les semences ne soient pas autorisés, pendant plus de 15 ans, Monsanto a illégalement extorqué des redevances aux paysans indiens, les piégeant par la dette, et déclenchant ainsi une épidémie de suicides. La guerre de Monsanto contre la piétaille de l’Inde — les paysans — est une guerre menée par la famille IG Farben contre notre famille terrienne.

Nécro-agriculture et Nouvel Ordre Mondial: La contamination des cultures bio par les OGM ne peut pas être stoppée…

Posted in actualité, altermondialisme, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 17 novembre 2014 by Résistance 71

La destruction et le contrôle alimentaire par l’oligarchie se met en place. La nature fait le travail des criminels patentés. Un autre crime contre l’humanité à« punir de toute urgence !

— Résistance 71 ~

 

La fin des cultures bio ? Un rapport dit que la contamination par OGM ne peut pas être stoppée

 

Mike Barrett

 

11 Novembre 2014

 

url de l’article original:

http://naturalsociety.com/gmo-crop-contamination-cannot-be-stopped/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Chaque année qui passe voit un nombre croissant d’états tentant d’adopter des lois d’étiquetage des produits et ingrédients OGM le tout contre la résistance du gouvernement fédéral de vous permettre de savoir ce que votre nourriture contient. Avec chaque victoire, et même défaite, nous devenons plus forts et plus proche de faire que l’étiquetage des OGM devienne une réalité. La triste réalité néanmoins, est que beaucoup d’experts en la matière disent que l’étiquetage des OGM sur les produits ne suffira pas dans notre grande lutte contre la biotechnologie parce que les cultures OGM peuvent facilement contaminer les fermes et cultures de voisinage.

Un nouveau rapport trouve que la contamination par OGM est bien plus sérieuse que ce que l’on pensait auparavant et les experts préoccupés par ce fait ne pouvait pas avoir plus raison.

Il y a eu un grand nombre de véritables cas de contamination de cultures non-OGM par des cultures OGM, bien que cela ne soit pas très connu. Un exemple clef est celui de l’agriculteur australien Steve Marsh, un agriculteur bio qui a attaqué en justice un fermier voisin pour dommages et intérêts après que son blé non-OGM bio ait été contaminé par des graines de colza OGM RoundUp ready (Monsanto) de Michael Baxter. Il mena son affaire jusque devant la cour suprême australienne et perdit.

Un autre exemple de contamination par OGM peut être observé avec une affaire de blé OGM non approuvé découvert dans l’état de l’Oregon. Le modèle RoundUp Ready fut interdit en 2005 lorsque la résistance à Monsanto força l’entreprise à arrêter de travailler avec ce modèle. Il ne fut jamais approuvé à l’utilisation, encore moins à être cultivé pour la consommation ou exporté.

L’affirmation par l’industrie de la biotechnologie que les cultures OGM peuvent être contenues et ne pas interférer avec les agriculteurs bio qui ont choisi de ne pas utiliser de semences modifiées “suicide”, a été constamment prouvée fausse. Un tiers des agriculteurs bio rapportent maintenant des problèmes de contamination croisée par pollinisation, d’après une recherche récente. Plus de 80% des agriculteurs qui ont participé à la recherche sont “préoccupés” par l’impact des semences OGM et 60% se sentent très préoccupés.

Un agriculteur bio, Oren Holle, blâme le ministère de l’agriculture des Etats-Unis et sa relation amoureuse avec Monsanto:

Le ministère de l’agriculture a été très laxiste à notre avis et ceci est le fait d’une influence excessive de l’industrie de la biotechnologie sur les cercles politiques.” Le nouveau rapport publié énumère la prévalence de la contamination OGM, qui peut-être trouvé dans l’International Journal of Food Contamination rapporte que dès la fin de 2013 et depuis 1997, il y a eu 396 incidents de contamination croisée par semences OGM dans 63 pays différents. Beaucoup implique des riz génétiquement modifiés.

L’article dit ceci en résumé:

  • 1. La contamination par les OGM est inévitable et se produira quoi qu’il en soit en tant que phénomène naturel.
  • 2. La contamination se produira même par des essais sur champs ou des cultures illégales. Le rapport répertorie 9 cas de contamination par cultures OGM non autorisées qui ont échappées les tests de sécurité alimentaires et environnementaux.
  • 3. Le riz OGM représente environ 33% des cas de contamination. Ceci malgré le fait qu’effectif depuis décembre 2012, le riz OGM n’est même pas devenu largement disponible pour la culture et la consommation. Il y a même une absence mondiale de la commercialisation du riz OGM. Les auteurs pensent que ce chiffre doit être dû à aux tests routiniers des importations de riz OGM aux frontières nationales.
  • 4. Il est très difficile de contenir et de stopper la contamination après qu’elle se soit déjà produite.
  • 5.D’après ces données, il n’est toujours pas clair quels sont les facteurs majeurs affectant la contamination et son ratio. Ce n’est pas la contamination OGM elle-même (mélanges, pollinisation croisée etc…) qui contribue aux grands nombres de cas, mais aussi le régime de test (à la fois routinier et ciblé). Les plus hauts taux de contamination sont rapportés dans des denrées alimentaires importées en Allemagne, mais cela est aussi dû au fait que les Allemands procèdent à de nombreux tests. Tous les pays de l’UE ont un taux élevé parce qu’ils rapportent leurs trouvailles à la base de données de la RASFF. Les données de contamination existent, mais pas les facteurs pour analyser ce qui influence la contamination.
  • 6. Les chercheurs concluent que pour la plupart des OGM expérimentaux, il n’y a pas de protocole de tests., ce qui rend la détection de la contamination très difficile.

Le rapport a conclu:

“La détection de la contamination par OGM est dépendante à la fois des régimes de contrôle ciblés et de routine, ce qui apparait être inconsistant de pays à pays, même au sein de l’UE. Le manque de méthodologie analytique pour la détection de cultures et produits OGM au niveau du tri de terrain (dans la pré-commercialisation) peut handicapper les efforts de détecter toute contamination se produisant d’une telle ligne OGM.”

OGM et Nouvel Ordre Mondial: La saga mortifère continue et s’amplifie…

Posted in actualité, écologie & climat, économie, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 1 novembre 2013 by Résistance 71

Ajoutons ici ceci: C’est le but des OGM… Contaminer les cultures naturelles et saines de façon à ce que plus rien ne puisse échapper aux apprentis sorciers de la mort lente transgénique. N’oublions jamais la chose suivante: Après les horreurs génocidaires eugénistes poussées à l’extrême par l’Allemagne nazie, l’eugénisme ne pouvait plus parader sous son vocable habituel.. Il a été remplacé dès les années 1950 par la « génétique ». La génétique,  l’ingénierie génétique n’est que cela: le remplaçant de l’eugénisme… Son but ? La mort programmée des masses populaires vues par l’oligarchie des 0,0001% comme un inutile fardeau à éliminer.

Comme en sport: « Eugénisme sort après un gros effort pour son équipe du Oligarques FC, remplacé par la prometteuse Génétique en qui l’avenir semble promis… »

— Résistance 71 —

 

Des OGM sont-ils en train d’infecter les cultures des 6 nations iroquoises ?

 

Two Row Times

 

30 Octobre 2013

 

url de l’article original:

http://tworowtimes.com/news/local/are-genetically-modified-organisms-infecting-six-nations-crops/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Tandis que Sagoyehsatha s’occupait de ses champs de maïs cette année, il nota quelque chose de presque grotesque. Son maïs blanc devenait difforme.

Les épis difformes ont été décrits comme étant “une horreur” et “du maïs zombie” par les gens qui l’ont vus. “De mon champ de maïs, surtout celui qui descend de la colline, j’ai dû avoir au moins une douzaine d’épis qui avaient plusieurs têtes”, a dit Sagoyehsatha.

“Certaines tiges avaient 2 ou 3 épis en sortant. Au lieu de les couper, j’ai laissé faire la nature pour voir ce qui allait se passer. Quand ils ont mûri et que nous les avons ouvert, nous avons pu constater l’évidence, ils étaient bien déformés.”

Ces anormalités ne se trouvaient pas seulement sur les épis, “le maïs développait de petits épis à son faîte. Aussi tout en bas du pied, là où il sort de terre, un petit nœud commençait à se former et un épis se formait là en bas.”

Depuis plus de 30 ans, Sagoyehsatha a fait pousser le maïs traditionnel à polinisation ouverte Tuscarora dans les mêmes champs. Ceci est le maïs blanc traditionnel iroquois utilisé pour faire la soupe de maïs et la bouillie. Il est typiquement de 28cm de long avec un épis rouge. Les grains sont blancs, doux et ne rétrécissent pas lorsqu’ils sont séchés. Il trie patiemment ses meilleurs grains pour ses semences et pour regarnir sa banque de semences.

Une année, Etinoha Oneha, appelée aussi maman maïs, se produisit dans sa culture. Ceci est une variation naturelle de racourcissement de l’épis du maïs Tuscarora et celui-ci est sauvegardé pour être utilisé dans les cérémonies traditionnelles. Sagoyehsatha a dit: “Nous avions l’habitude de faire des cérémonies pour cela. C’était pour des enfants qui avaient perdus leurs parents à un jeune âge. Lorsque j’ai réalisé que nous n’avions plus de ce maïs pour la cérémonie, alors j’ai commencé à planter celui-là.”

Les épis plus courts se terminent de manière plus arrondie avec un grain au centre et cinq grains qui l’entourent.

Sagoyehsatha dit: “On a l’habitude de dire que si vous plantez un champ de longs épis vous aurez un Etinoha Oneha. Ainsi, lorsque j’en ai eu un, je l’ai gardé et j’ai commencé à faire pousser Etinoha Oneha de cela et j’ai continué ainsi et maintenant c’est tout ce que je plante.” Il n’a planté de ce maïs exclusivement ces 12 dernières années. L’Etinoha Oneha est le maïs qui a été déformé cette année.

Vers la même époque où il a noté les déformations du maïs, Sagoyehsatha avait regardé le documentaire “Le monde selon Monsanto” à la télévision. Ce documentaire montrait les problèmes de maïs des fermiers mexicains alors que des cultures OGM se polinisaient avec des cultures naturelles et contaminaient les champs traditionnels. Les problèmes de difforrmités des épis décrits étaient les mêmes que ce qu’il voyait sur sa propre culture cette année.

“Basé sur les dires des fermiers mexicains, il s’agit exactement du même problème. Je n’ai jamais eu cela auparavant.”

Un tribunal mexicain a rendu une décision la semaine dernière, suspendant la plantation de maïs génétiquement modifié dans le pays citant “le risque imminent de détérioration de l’environnement”. Ceci se passe la même semaine où une communauté hawaiienne de Kaua’i a passé une loi qui demande aux fermiers de déclarer s’ils utilisent des pesticides et/ou des organismes génétiquement modifiés. Le canton a aussi décidé d’instaurer une zone tampon de 150m minimum entre les champs épandus aux pesticides et les zones d’habitation, écoles, hôpitaux, ainsi que des champs naturels qui pourraient être polinisés par les cultures OGM. Il a dit: “Je pense qu’il est possilble que le vent amène le pollen des cultures transgéniques sur mon maïs blanc ou que le pollen soit sur les ailes des oiseaux visitant mes champs.”

Une autre lumière rouge d’alerte s’est allumée après que le chat noir de la famille ait commencé à être mystérieusement malade au cours de l’été. Il ne mangerait plus et perdait ses poils. La famille a passé des semaines à soigner le pauvre chat devenu presque chauve pour le ramener en bonne santé.

Le voisin de Sagoyehsatha a loué des terrains la saison dernière à un fermier qui planta du soja à côté de ses champs de maïs. Il a dit: “Quand j’ai été voir à la fin de l’été début de l’automne, alors que le soja est toujours vert, il n’y avait pas une seule mauvaise herbe dans le champ.” Sa famille est maintenant préoccupée du fait que le fermier ait utilisé des cultures transgéniques et les pesticides à l’avenant et que ceci pourrait bien être l’explication du pourquoi son maïs a subi des transformation et le chat est tombé malade.

Pas tout le monde dans la communauté pense qe les cultures OGM sont un problème. Barry Hill, un Iroquois des 6 nations et de la 6 Nations Farmers Association dit que “les cultures OGM apportent beaucoup. Si nous devons nourrir plus de gens sur une surface cultivable qui diminue, nous devons trouver une solution pour augmenter le rendement.” Hill dit que se précipiter et blâmer les cultures OGM n’est pas la solution. Hill dit que les fermiers locaux prennent toutes les précautions nécessaires pour s’assurer qu’il y a toujours suffisamment d’espace entre les champs pour éviter une contamination par polinisation. Hills se demande si les déformités observées ne sont pas le fait d’une transformation naturelle de la ligne de la variété. Il dit que “sporadiquement chez une plante, elle va s’exprimer de la racine de là où elle est venue.”

Actuellement, il n’y a pas de règlementation au sein de la confédération des 6 nations en regard des pesticides ou de l’utilisation de telle ou telle variété, souche de semence. Hill dit que “aussi loin que l’Association des fermiers des 6 nations est concernée, tous nos fermiers sont à jour des licences qu’ils doivent avoir et de l’entraînement  pour pouvoir manipuler leurs produits chimiques et suivent les règlementations provinciales.”

D’après le Centre for Food Safety (Centre pour la sécurité alimentaire), plus de 60 pays dans le monde bannissent ou font étiqueter les aliments ou les cultures OGM, à l’exclusion des Etats-Unis et du Canada.

OGM et Nouvel Ordre Mondial: Monsanto, Pepsi et Nestlé en campagne contre l’étiquetage des OGM…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, démocratie participative, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, OGM et nécro-agriculure, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 31 octobre 2013 by Résistance 71

Monsanto et Pepsi Cola essaient d’arrêter la procédure d’étiquetage des produits génétiquement modifiés dans l’État de Washington

 

RT

 

30 øctobre 2013

 

url de l’article original:

http://rt.com/usa/washington-gmo-law-food-980/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un vote dans l’état de Washington (côte Ouest des Etats-Unis) destiné à faire étiqueter les produits issus de cultures génétiquement modifiées (OGM) est mis sous énorme stress alors ques de grosses entreprises alimentaires et de la chimie déversent des millions de dollars dans une campagne publique contre l’étiquetage.

Le 5 novembre, les électeurs vont se diriger vers les bureaux de vote pour décider si oui ou non les produits alimentaires contenant des OGM doivent être étiquetés en conséquence, mais ce qui apparaisait dans un premier temps comme une victoire sans équivoque en faveur de l’étiquetage, tourne en fait à un partage des voix bien plus serré qu’escompté à cause des dépenses énormes des entreprises industrielles contre ce projet.

Les supporteurs de ce projet I-522 argumentent que cela est un problème lié à la transparence et qu’avertir les consommateurs que leur nourriture contient des OGM leur permettra de faire un choix plus informé dans leur consommation. Ils disent aussi que les OGM ne sont pas sains ni pour la consommation animale ni pour la consommation humaine et que cela pose de gros problèmes de contamination de l’environnement tout en promouvant l’utilisation de certains produits chimiques agricoles.

Les opposants à cette loi, emmenés par la Grocery Manufacturers Association (GMA) affirment que non seulement les produits OGM sont sains à la consommation mais que cette initiative d’étiquetage amènerait faussement les gens à penser qu’il y a quelque chose de mal dans les produits étiquetés OGM. Le résultat final serait que les magazins devront augmenter leurs prix et devront placer les augmentations sur les consommateurs.

 “Cela demandera à ce que des dizaines de milliers de produits alimentaires de base et les boissons soient de nouveau réétiquetés exclusivement pour l’état de Washington à moins qu’ils ne soient reproduits avec des ingrédients spéciaux coûtant plus cher”, a dit le porte-parole de la GMA Brian Kennedy à Al-Jazeera America. “Cette mesure va faire augmenter les prix et coûtera à la famille moyenne de Washington State plusieurs centaines de dollars par an de plus pour leurs paniers de provisions.”

Les deux camps ont levé environ 28 millions de dollars combinés pour les dépenses de campagne électorale, mais la vaste majorité de cet argent, 22 millions en fait, provient de groupes industriels s’opposant à ce projet de loi. La GMA, un groupe agissant pour plus de 300 entreprises de l’agro-alimentaire, a levé 11 millions de dollars pour faire campagne contre le projet de loi I-522. D’autres entreprises comme PepsiCo, General Mills, Nestlé et Monsanto sont des contributeurs financiers majeurs à la campagne du contre. Monsanto seul a contribué pour 5,4 millions de dollars d’après l’agence Reuters.

Les supporteurs de l’étiquetage des produits OGM ont quant à eux levé environ 6,8 millions de dollars pour leur campagne

“Ils font de cette campagne une des campagnes les plus chères et l’inondent avec des fonds de dernière minute pour essayer d’acheter cette élection” a dit Liz Carter, la porte-parole de la campagne “Oui à 522” à l’agence Reuters.

Indépendemment de la raison, la campagne s’est indubitablement resserrée. En Septembre, un sondage donnait plus de 45% aux supporteurs de la loi, mais deux sondages récents nous racontent une autre histoire. Les supporteurs du “oui” sont toujours devant, mais avec une marge bien plus faible. Un sondage les a montré devant à 45 contre 38%, tandis qu’un autre les donnait à 46 contre 42%.

Pendant l’élection nationale de 2012, une initiative similaire fut mise au vote en Californie, où elle fut défaite par 51,4 contre 48,6%…