Archive pour NSA terrorisme cybernétique

Nouvel ordre mondial et guerre cybernétique… Le logiciel Tor est-il vraiment ce qu’il dit être ?

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 août 2016 by Résistance 71

Le Projet Tor (The Onion Router) est un logiciel initialement développé par la marine des Etats-Unis (le cybercommand de la force militaire yankee échoit à la marine…), qu’elle a aussi utilisé. Ce système permet par cryptage et par utilisation de multiples couches de serveurs et de routage de l’information (comme un oignon) de masquer correspondances et provenances des communicants. Du moins est-ce de cette façon qu’est promu Tor.

Question: Peut-on vraiment faire confiance à un système créé par les services cybernétiques de l’armée impérialiste moderne par excellence ? Nous vous laisserons seuls en décider… Quoi qu’il en soit, la controverse sur le projet Tor est toujours bien vivace et des informations fuitent de plus ne plus.

L’information présentée ci-dessous est courte et digne d’un certain intérêt à notre sens… A suivre donc…

— Résistance 71 —

 

A-2016-00041
Le travail de la Communication Security Establishment Canada-CSEC-sur le logiciel Tor

William Chen

21 août 2016

url de l’article:
https://ejanic.com/communications-security-establishment-canadas-csec-work-on-tor/

Via Cryptome: https://cryptome.org/ (23 août)

La Fondation Wubim a récemment fait une requête d’accès à l’information (NdT: via le FOIA ou Freedom of Information Act, loi sur la liberté de l’information) avec la Communications Security Establishment Canada (CSEC), fréquemment considérée comme l’équivalent canadien de la NSA, demandant qu’ils donnent tous les documents de niveau exécutif directorial en relation avec le Projet Tor durant une période relativement récente.

Résumé de la requête:

“Toutes les notes de briefings, de réunions, les memoranda, outils de présentation et rapports fournis au niveau directorial exécutif de la CSE (niveau directeur de service et au dessus) et en relation avec le Projet Tor et sujets liés à Tor, Tor navigateur, Navigateur internet Tor, Tor Network (réseau), the Darknet, the Dark Web, The Onion Router, toute coopération avec des agences étrangères en relation avec le Projet Tor, Operation Onymous et Onion Routing. Période: du 1er janvier 2013 au 20 juin 2016. Exclure suivi médiatique.”

Nous avons reçu une foule de communications lourdement rédigée et des présentations qui confirment très largement ce qui est connu publiquement depuis longtemps. Quoi qu’il en soit, je publie ces documents reçus pour le bénéfice du grand public.

[Le document en anglais en format .pdf est téléchargeable depuis le site source.]

Quelques observations:

  • Il y a eu coopération sur un sujet non divulgué entre la CSEC et le GCHQ* en ce qui concerne le Projet Tor. (de manière évidente, je suis au courant…)
  • La CSEC fait un travail intéressant sur le Projet Tor, travail suffisamment bon pour que des patrons du GCHQ soient intéressés.
  • La NSA et le GCHQ ont des capacités qui pourraient être ultimement avancées avec l’aide de la CSEC.

La CSEC possède une diapo non classifiée portant un Q géant, juste pour les questions.

Note (*):

GCHQ = Governement Communications Head Quarters ou Quartier Général des Communications du Gouvernement (britannique)

=> l’organe central du renseignement britannique, responsable du chiffrage et de l’analyse cryptographique. Créé en 1919, il est localisé dans la banlieu de la ville de Cheltenham.

Big Brother… N.O.M… NSA… et Google !…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, presse et média, résistance politique, sciences et technologie, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 10 septembre 2015 by Résistance 71

Bien sûr que la NSA existe… Le but de Duff ici est de sensibiliser les gens sur ce que Google, création de la CIA, NSA et autres services de renseignement, fait, collecte et fournit sur commande comme renseignement aux agences. Nous l’avons dit sur ce blog il y a des années, l’empire technocratique est dans le processus de collecter des infos sur tout le monde et de classifier les gens dans des « tiroirs algorithmiques cybernétiques ». Pour ce faire, Google a été non seulement créé, mais a été rendu « INDISPENSABLE » au commun des gens utilisant l’internet, c’est à dire probablement 99% du monde occidental. Ce que nous dit Duff ici est qu’au bout du compte, la NSA est l’arbre qui cache la forêt, pendant qu’on crie haro sur le baudet NSA, on laisse faire Google, on le laisse moissonner les infos sur nos vies privées et parce qu’il est devenu omniprésent et si « utile »… On passe l’éponge sur les atteintes flagrantes à nos vies privées.

Nous sommes passés de l’esclavage coercitif à l’esclavage consenti. O tempora O mores ! disait Cicéron. La servitude volontaire est bien laide. Que faire ? Boycotter au mieux bien sûr, il y a des alternatives à Google. Depuis quelques années nous utilisons StartPage comme moteur de recherche, un de ceux qui ne tracent pas votre IP dans vos recherches et permet de surfer anonymement la toile. N’est-ce pas dramatique d’en arriver là ? Le problème est que tant que les gens acquiescent et cautionnent le système en utilisant les produits attrape-couillons proposés, on ne peut pas en sortir. Utilisez les alternatives, désintoxiquez-vous de vos merdes de téléphones, laissez ces mouchards sur votre tablette, dites non à la colonisation incessant de votre esprit par le futile et le pseudo-indispensable ! et sortez… libres !… Vous verrez, on se sent si bien !

— Résistance 71 —

 

Il n’y a pas de NSA…

 

Gordon Duff

 

9 septembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2015/09/09/there-is-no-nsa/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Est-ce que la NSA le sait lorsque vous marchez dans la rue ? Bien sur que non, mais Google le sait et il garde en archive toutes vos périgrinations pour toujours. Pas seulement ça, il développe des algorithmes qui examinent où vous marchez, quels magazins vous visitez, il fait un profil de votre vitesse de marche, combien de temps vous vous reposez et fait une estimation de votre condition physique personnelle.

Pourquoi font-ils cela ? Vous ne voulez pas le savoir, je peux vous le garantir.

Bien évidement, Google trace chaque recherche internet que vous faites. A chaque fois que vous tapez quelque chose dans une fenêtre de recherche, Google l’enregistre, place cette info dans un algorithme et améliore son dossier de profil sur vous personnellement. Que tapez-vous dans les fenêtres de recherche ? Vous en rapellez-vous ? Avez-vous jamais succombé à la curiosité et avez-vous regardé des choses qui pourraient laisser une fausse impression de vous ? Et bien toutes ces choses sont maintenant parties intégrantes de votre inventaire personnel dressé par Google, un profil de santé physique et mental, de penchants sexuels, de besoins d’achats, de croyances politiques et religieuses. Cela va en fait bien plus loin que cela.

La NSA ne fait absolument rien de tout cela.

Avez-vous jamais utilisé le service de géolocation de Google lorsque vous conduisez. La plupart des téléphones possèdent cette caractéristique et avec mon téléphone, il se met en marche de lui-même indépendemment de ma volonté, parfois plusieurs fois par jour. Ceci permet à Google de voir non seulement où vous marchez, même dans votre propre maison, mais si vous gardez votre téléphone toujours avec vous (comme par exemple cpmbien de fois vous allez aux toilettes pas jour et basé sur le temps que vous y passez, ce que vous y faites…)

Lorsque vous conduisez, vous êtes tracé, suivi également, à quelle vitesse vous roulez, où vous allez, quand vous arrêtez-vous. Ils vous voient quand vous faies changer l’huile, quand vous vous arrêtez dans un motel, ils vous voient au magazin d’alcool et lorsque vous achetez de la drogue.

Ils savent combien de fois par semaine ou par mois vous rendez visite à votre mère, quand vous allez chercher les enfants à l’école, les routes et itinéraires que vous empruntez et bien sûr, vos vues politiques, vos associations, ce que vous achetez en ligne, les armes que vous possédez, les munitions, vos animaux familiers et leur nourriture, ils savent tout cela à Google.

Et les gens s’inquiètent de la NSA…

Pays du goulag levant (ex-USA): La NSA crée le super méga moteur de recherche ICREACH, le Google des barbouzes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 26 août 2014 by Résistance 71

Nous en profitons pour dire à la NSA, CIA, FBI, CSIS, DGSE, DCRI, MI5, MI6, Mossad, BND, tous les gouvernements, tonton Lulu et tata Ginette et que tous ceux qu’on oublie nous pardonnent… que nous les emmerdons à pied à cheval et en voiture !

— Résistance 71 —

 

Le moteur de recherche de la NSA permet aux services de renseignement de collecter des données sur les citoyens

 

RT

 

25 Août 2014

 

url de l’article original:

http://rt.com/usa/182724-icreach-nsa-snowden-search/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La NSA américaine a construit un énorme système de partage de l’information qui a pour but de permettre aux analystes des agences de renseignement (NdT: Il y en a 16 au pays du goulag levant !…) du pays, d’avoir accès à des centaines de milliards de fichiers et de données sur la vie des gens du monde entier.

Le moteur de recherche créé, ressemblant à “Google” (NdT: les ingénieurs de Google ont-ils participé à sa création ?… Bonne question…), d’après le journaliste Ryan Gallagher d’Intercept, a été développé par la NSA dès 2007, mais n’a été rendu public que lundi dernier, gràce aux documents classifiés fuités au site d’information par l’ancien contractant du renseignement Edward Snowden.

D’après les documents fuités et l’analyse de Gallagher, le moteur de recherche ICREACH créé par la NSA permet aux analystes de près de deux douzaines d’agences gouvernementales, incluant le FBI et la DEA (Drug Enforcement Administration, la Brigade des Stups fédérale), parmi d’autres, de partager un vaste domaine de détails sensibles collectés par la communauté du renseignement et ses partenaires ne concernant pas seulement des suspects de terrorisme, mais “des millions et des millions de données au sujet des citoyens américains, qui n’ont été accusés d’aucun crime ni délit”, écrit Gallagher.

“La NSA a reconnu qu’elle partage certaines de ses données avec des agences intra muros comme le FBI, mais les détails au sujet de la méthode et de l’ampleur de ce partage demeurent entourés de secret”, a ajouté Gallagher. Avec le dernier article en provenance de cœur des dossiers classifiés glânés par Snowden l’an dernier, des détails quoi qu’il en soit commencent à se faire jour au sujet de l’ampleur du partage de l’information stockée, ouvrant ainsi de nouvelles questions quant à ce qui apparaît la source illimitée d’information à la disposition de la communauté du renseignement au sujet des citoyens.

“ICREACH a été accessible à plus de 1000 analystes appartenant à 23 agences gouvernementales US qui travaillent dans le renseignement, d’après un mémo datant de 2010. Un document de planification datant de 2007, liste la DEA, le FBI, la CIA et la DIA (Renseignement militaire) comme des membres étant au cœur du partage de l’info. L’information partagée au travers d’ICREACH peut-être utilisée pour tracer des gens, reconstituer leur réseau de connaissances et d’association, aider à prédire des actions futures et potentiellement révéler les affiliations religieuses ou croyances politiques.” Écrit Gallagher. D’après un mémo confidentiel inclus dans les sources de Snowden, le moteur de recherche ICREACH est le tout premier système de partage de communications de méta-données au sein de la communauté du renseignement américaine”, en référence au terme utilisé pour décrire les détails bruts concernant les signaux de renseignement ou SIGINT, comme par exemple qui parle à qui et quand.

Depuis l’an dernier, les documents fuités par Snowden ont révélé et exposé l’ampleur de la portée que le renseignement américain et ses partenaires ont atteint afin de collecter et d’exploiter les meta-données personnelles afin de pouvoir tracer des personnes de leur intérêt. De manière routinière quoi qu’il en soit, des infornations concernant des citoyens américains lambdas sont injustement et illégalement collectées et néanmoins stockées dans les vastes bases de données gouvernementales, ce qui a levé certaines préoccupations au sujet de la vie privée et de ses avocats qui disent que le gouvernement va bien au delà de ses prérogatives en ce qui concerne la collecte et le stockage des données.

Des détails au sujet de ICREACH montrent maintenant que la NSA a construit un moteur de recherche qui peut contenir jusqu’à 850 milliards de fichiers différents, de communications ou “d’évènements”, démontrant par là les intentions de l’agence en regard de ce que le général Keith Alexander, l’ancien patron de l’agence, avait pour habitude de résumer en ce motto de la NSA: “Collectons tout.” Avec ce système très spécifique, la NSA apparaît avoir créé un moteur de recherche suffisamment puissant pour que les agences gouvernementales puissent scanner l’équivalent de plus de 100 fichiers par personne habitant cette planète. Parce que les documents de Snowden sont déjà anciens, il est plus que probable que la NSA ait déjà avancé vers la possibilité plus accrue de stocker des informations encore plus sensibles.

Tandis que la NSA estimait initialement pouvoir maintenir des archives de plus de 850 milliards de dossiers sur ICREACH, les documents indiquent que l’objectif pourrait bien avoir été amplement dépassé et que le nombre de données personnelles stockées par le sytème puisse avoir augmenté depuis le rapport de 2010 faisant référence aux 1000 analystes. Le “budget noir” de la communauté du renseignement pour 2013, qui a aussi été obtenu par Snowden, montre que la NSA a récemment demandé plus de financement afin de mettre à jour son ICREACH pour “donner aux analystes de l’IC (Intelligence Community / Communauté du Renseignement) un accès à de plus amples données partageables,” a écrit Gallagher.

Résistance politique: Appel au boycott total du pays du goulag levant (ex-USA)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 16 mai 2014 by Résistance 71

Pour un analyste américain, le monde devrait totalement boycotter les Etats-Unis

 

Dr. Kevin Barrett

 

15 Mai 2014

 

url de l’article:

http://www.veteranstoday.com/2014/05/15/boycott-us/

et

http://www.presstv.ir/detail/2014/05/13/362522/the-world-should-boycott-the-us/ avec vidéo interview sur Press TV

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les pays du monde devraient boycotter les Etats-Unis car ils sont la tyrannie mondiale qui forcent les autres pays à faire ce qu’ils veulent comme ils ont forcé les membres du CS de l’ONU à voter des sanctions contre l’Iran, dit un analyste politique américain.

Commentant sur un récent rapport montrant l’ambassadrice américiane à l’ONU en 2010, Susan Rice, remercier l’agence de la NSA d’avoir espionné les membres du CS ce qui aida Washington à mieux planifier ses actions anti-Iran, a dit à Press TV le Dr. Kevin Barrett, rédacteur en chef du site Veteran Today (VT) et que les Etats-Unis agissent “comme un dictateur mondial”.

Des documents qui ont récemment été publiés dans un livre par le journaliste américain Glenn Greenwald, montrent que Rice a demandé à la NSA d’espionner les membres du CS de l’ONU “de façon à ce qu’elle puisse développer une stratégie” en regard d’un vote de sanctions contre l’Iran au sujet de son programme d’énergie nucléaire.

D’après un rapport interne de la NSA, Rice a dit que l’espionnage de la NSA sur des membres du conseil permanent du CS de l’ONU, la Chine, la France, l’Angleterre et la Russie, “nous ont donné un avantage dans les négociations” qui menèrent à une bordée de sanctions contre l’Iran en Juin 2010.

Le document révèle également que la NSA a espionné des diplomates d’autres membres du CS incluant la Bosnie, le Gabon, le Nigéria et l’Ouganda, dont les ambassades et les missions n’étaient pas encore sous surveillance.

“Essentiellement, ces pays la Bosnie, le Gabon, le Nigéria et l’Ouganda, furent ceux spécifiquement ciblés pour les forcer à voter les sanctions contre l’Iran ne sont plus des nations indépendantes, ils n’ont plus de souveraineté parce que la NSA peut intercepter toutes les communications de leurs leaders et forcer ces leaders à agir d’une manière ou d’une autre pour faire ce que veut quiconque contrôle la NSA”, a dit Barrett. “Ceci constitue une tyrannie à l’échelle mondiale et quiconque est prêt à vivre contrôlé par ce type de tyrannie est complètement à côté de ses pompes”, a t’il ajouté. “Le monde devrait totalement boycotter les Etats-Unis.”

Espionnage, contrôle des populations et Nouvel Ordre Mondial: La saga de la NSA continue…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 décembre 2013 by Résistance 71

La NSA intercepte des achats d’ordinateurs portables en ligne pour y installer des logiciels espions

 

29 décembre 2013

 

url de l’article:

http://dprogram.net/2013/12/29/the-nsa-intercepts-laptops-purchased-online-to-install-malware/

article connexe:

http://www.presstv.ir/detail/2013/12/29/342674/nsa-installing-spy-malware-on-laptops/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

(TheWire) – 

D’après un article du magazine allemand Der Spiegel sur l’équipe de super-hackers de la NSA, l’agence d’espionnage intercepte des objets électroniques achetés en ligne (sur internet) avant qu’ils ne soient délivrés à leurs acheteurs pour y installer des logiciels ,des malware et autres outils d’espionnage.

La division de la Tailored Access Operation (TAO) de la NSA (NdT: qu’on pourrait traduire par la division d’ “opération d’accès ciblé” ) est responsable  des plus grosses opérations de hacking qui ont été divulguées cette année, ainsi l’article du magazine Der Spiegel est un regard spécial sur les méthodes et la folie totale derrière cette équipe de tordus de la NSA. Lorsque le téléphone portable d’un leader d’une nation est envahi, “hacké” par la NSA, la division TAO en est responsable. Ils sont les hackers qui peuvent avoir accès à toutes les informations de tout le monde où que ce soit sous quelques conditions que ce soit.

Les hackers du TAO peuvent tracer vos mouvements numériques à distance en exploitant des faiblesses dans la sécurité des systèmes opérateurs, comme Windows par exemple (NdT: sans compter du fait que ces plateformes ont été construites à dessein avec ces faiblesses qui peuvent ainsi être constamment exploitées par les agences d’espionnage gouvernementales ou privées, tout en dédouannant les entreprises responsables qui se réfugient toujours derrière le “Oh, désolé de l’erreur, on va l’arranger…” pour ouvrir une autre backdoor à côté…), qui est un des favoris du TAO à exploiter. Mais quand de nouvelles stratégies d’invasion à distance ne fonctionnent pas, alors la NSA emploie les moyens d’antan. Les hackers les plus talentueux de la NSA ne travaillent pas toujours derrière des écrans d’ordinateur. Parfois, une cible se doit d’être physiquement interceptée pour que la NSA puisse recueillir les infos. Dans ces cas précis, TAO attend que la cible commande de nouveaux gadgets électroniques en ligne. Quand leur système de surveillance les alerte que la cible X vient d’acheter un nouvel ordinateur portable sur internet, le TAO intercepte le colis d’envoi et l’ordinateur est livré à la NSA. Ils ouvrent le packet, installent les nouveaux logiciels, malwares sur l’ordinateur de la cible puis ils réempaquettent l’ordinateur et le réexpédient vers son destinataire.

Si une personne, entreprise ou agence ciblée commande un nouvel ordinateur ou des accessoires, par exemple, TAO peut alors détourner la livraison vers ses propres ateliers secrets. La NSA appelle cette méthode “interdiction”. Dans ces “stations de chargement”, les agents ouvrent le paquet précautionneusement afin de charger les outils espions dans les objets électroniques ou même installent des composants harware qui peuvent fournir un accès furtif via backdoors a l’agence d’espionnage. Toutes les étapes suivantes peuvent être ensuite effectuées depuis un ordinateur à distance. Ces petites interférences dans l’envoi de paquets sont parmi les “opérations les plus efficaces” des hackers de la NSA, un document secret relate tout ceci avec grand enthousiasme. Cette méthode, continue la présentation, permet à la TAO d’obtenir un accès aux réseaux “dans le monde entier”. Et vous vous demandez pourquoi votre commande Amazon prend tant de temps à arriver ?

Mais habituellement, l’équipe adhère aux méthodes de hacking de la nouvelle école, comme l’utilisation d’un système compliqué appelé QUANTUM, qui focalise sur les réseaux sociaux qu’une cible fréquente souvent comme Facebook, Yahoo, Twitter et YouTube afin de gagner un accès à distance de leur ordinateur. Lorsque l’équipe a fait suffisamment de surveillance et est prête à frapper, le système QUANTUM de TAO va alerter les hackers lorsqu’une cible essaie de visitier un site particulier. Si le travail de TAO est fait correctement, le système se dépêche d’intercepter la demande d’information de la cible et va au lieu de cela injecter le système opérateur de la cible avec un malware / outil espion. Pour certaines raisons Linkedin est particulièreemnt efficace pour cela:

La technique peut littéralement être une course entre les serveurs, une course qui est ainsi appellée dans le jargon interne de l’agence de renseignement: “attente pour l’initiation par le client  d’une nouvelle connexion”, “Shoot!” et “espérons vaincre la réponse serveur-client”. Comme dans toute compétition, parfois la surveillance furtive de l’agence et de ses outils sont “trop lents pour gagner la course”. Le plus souvent, ils sont effectifs. Les implants avec QUANTUMINSERT, spécifiquement lorsqu’utilisé en connexion avec Linkedin, ont maintenant un ratio de succès au-delà de 50%, d’après un document interne.

Parfois les hackers du TAO ont besoin d’aide, alors ils vont sur l’unique “catalogue de commande” d’outils d’invasion électronique, qui peut avoir accès à tout système informatique auquel vous pouvez rêver. Vos mesures de sécurité n’ont aucune importance. Les hackers de la NSA ont les outils pour craquer des systèmes créés par Cisco, Western Digital, Huawei ou toute autre firme de cybersécurité. Personne n’est à l’abri.

Source: The Wire