Archive pour NOM dictature technotronique

Dictature technologique en marche : La Palestine occupée comme laboratoire de terrain pour une grille de contrôle 5G reconnaissance faciale répressive planétaire…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, Internet et liberté, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 21 novembre 2019 by Résistance 71


De l’œuf…

 

Comment les technologies israéliennes d’espionnage finissent par impacter notre vie quotidienne

 

Jonathan Cook

 

20 novembre 2019

 

Source de l’article en français:

https://www.chroniquepalestine.com/technologies-israeliennes-espionnage-finissent-par-impacter-notre-vie-quotidienne/

 

Le monde des logiciels israéliens exploités contre les Palestiniens produit de nouvelles armes cybernétiques qui sont rapidement intégrées aux plateformes numériques à l’échelle mondiale.

Les armes de l’ère numérique développées par Israël pour opprimer les Palestiniens sont rapidement réutilisées pour des applications beaucoup plus larges, contre les populations occidentales qui ont longtemps considérés leurs libertés pour acquises.

Le statut d’Israël en tant que « nation startup » a été établi il y a plusieurs décennies. Mais sa réputation d’innovation en haute technologie a toujours reposé sur une face obscure, de plus en plus difficile à ignorer.

Il y a quelques années, le critique israélien Jeff Halper a averti qu’Israël avait joué un rôle central dans la fusion des nouvelles technologies numériques avec l’industrie de la sécurité intérieure. Le danger était que nous devenions tous progressivement des Palestiniens.

Israël, a-t-il noté, a traité efficacement – comme des cobayes dans des laboratoires à ciel ouvert – les millions de Palestiniens soumis à son régime militaire. Ils ont servi de banc d’essai pour mettre au point non seulement de nouveaux systèmes d’armes classiques, mais également de nouveaux outils de surveillance et de contrôle de masse.

Comme l’a récemment signalé un rapport publié sur Haaretz, l’opération de surveillance menée par Israël contre les Palestiniens est « parmi les plus vastes du genre au monde. Cela inclut la surveillance des médias, des médias sociaux et de la population dans son ensemble ».

Commercialiser Big Brother

Mais ce qui a commencé dans les territoires occupés ne va jamais rester confiné en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza. Il y avait tout simplement trop d’argent et d’influence à gagner d’un commerce de ces nouvelles formes hybrides de technologie numérique agressive.

Aussi petit soit-il, Israël est depuis longtemps un chef de file mondial dans un commerce [trafic] d’armes extrêmement lucratif, vendant à des régimes autoritaires du monde entier ses systèmes d’armes testés sur le champ de bataille des Palestiniens.

Ce commerce de matériel militaire est de plus en plus éclipsé par un marché de logiciels agressifs : des outils pour mener une guerre cybernétique.

Ces armes de nouvelle génération sont très demandées par les États, non seulement contre les ennemis extérieurs, mais aussi contre des citoyens et des militants des droits de l’homme considérés comme dissidents.

Israël peut légitimement prétendre être une autorité mondiale en la matière, contrôlant et opprimant les populations placées sous son autorité militaire. Mais il a tenu à marquer ses empreintes digitales sur une grande partie de cette nouvelle technologie à la « Big Brother », en externalisant le développement de ces outils informatiques au profit de diplômés de ses infâmes unités de sécurité et de renseignement militaire.

Néanmoins, Israël valide implicitement ces activités en fournissant des licences d’exportation à ces entreprises – et les plus hauts responsables de la sécurité du pays sont souvent étroitement associés à leurs travaux.

Tensions avec la Silicon Valley

Une fois abandonné l’uniforme, les Israéliens peuvent tirer profit des années d’expérience acquises grâce à l’espionnage des Palestiniens en créant des sociétés développant des logiciels similaires pour des applications à plus grande échelle.

Les applications utilisant une technologie de surveillance sophistiquée d’origine israélienne sont de plus en plus courantes dans nos vies quotidiennes et numériques. Certaines ont été utilisées pour des usages relativement [et prétendument] bénins. Waze, qui surveille la congestion du trafic, permet aux conducteurs d’atteindre les destinations plus rapidement, tandis que Gett met les clients en liaison avec les taxis à proximité via leur téléphone.

Mais certaines des technologies les plus secrètes produites par les développeurs israéliens restent beaucoup plus proches de leur objectif militaire initial.

Ce logiciel agressif est vendu à la fois aux pays qui souhaitent espionner leurs propres citoyens ou des États rivaux, et à des sociétés privées qui espèrent gagner un avantage sur leurs concurrents ou mieux exploiter et manipuler commercialement leurs clients.

Une fois intégrés aux plateformes de médias sociaux comptant des milliards d’utilisateurs, ces logiciels espions offrent aux agences de sécurité des États une portée potentielle quasi mondiale. Cela explique la relation parfois difficile entre les sociétés de technologie israéliennes et la Silicon Valley, cette dernière luttant pour prendre le contrôle de ce malware [ensemble des logiciels sur le réseau considérés comme nocifs] – comme le montrent deux exemples récents et assez contrastés.

« Kit d’espionnage » pour téléphone portable

Signe des tensions, WhatsApp, une plate-forme de médias sociaux appartenant à Facebook, a engagé la semaine dernière un premier recours de ce type devant un tribunal californien contre NSO, la plus grande société de surveillance israélienne.

WhatsApp accuse NSO de cyberattaques. Au cours d’une courte période de deux semaines se terminant début mai et scrutée par WhatsApp, NSO aurait sphonné les téléphones mobiles de plus de 1400 utilisateurs dans 20 pays.

Le logiciel espion de la NSO, appelé Pegasus, a été utilisé contre des défenseurs des droits de l’homme, des avocats, des responsables religieux, des journalistes et des travailleurs humanitaires. Reuters a révélé la semaine dernière que de hauts responsables de pays alliés des États-Unis avaient également été pris pour cibles par la NSO.

Après avoir pris le contrôle du téléphone de l’utilisateur à son insu, Pegasus copie les données et active le microphone pour enregistrer les conversations. Le magazine Forbes l’a décrit comme « le kit d’espionnage mobile le plus intrusif au monde ».

La NSO a octroyé une licence d’utilisation de ce logiciel à des dizaines de gouvernements, notamment à des régimes réputés pour violer les droits de l’homme, tels que l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Kazakhstan, le Mexique et le Maroc.

Amnesty International s’est plaint de ce que son personnel figure parmi les personnes visées par les logiciels espions de la NSO. Il soutient actuellement une action en justice contre le gouvernement israélien pour avoir délivré une licence d’exportation à cette même société.

Liens avec les services du renseignement israélien

NSO a été fondée en 2010 par Omri Lavie et Shalev Hulio, tous deux censés être des diplômés de la fameuse unité de renseignement militaire 8200 d’Israël.

En 2014, des lanceurs d’alerte ont révélé que l’unité espionnait régulièrement les Palestiniens, cherchant des preuves d’inconduites sexuelles, de problèmes de santé ou de difficultés financières pouvant les obliger à collaborer avec les autorités militaires israéliennes d’occupation.

Ces lanceurs d’alerte [des soldats] écrivaient que les Palestiniens étaient « complètement soumis à l’espionnage et à la surveillance par les services du renseignement israélien, à des fins de persécution politique et pour créer des divisions au sein de la société palestinienne en recrutant des collaborateurs et en incitant des membres de la société palestinienne contre elle-même. »

Alors que ce sont les autorités qui ont délivré des licences d’exportation à la NSO, le ministre israélien Zeev Elkin a nié la semaine dernière « l’implication du gouvernement israélien » dans le piratage de WhatsApp. Il a prétendu à la radio israélienne : « Tout le monde comprend que cela n’a rien à voir avec l’État d’Israël. »

Traqués par les caméras

La même semaine, la chaîne de télévision américaine NBC a révélé que la Silicon Valley souhaitait s’impliquer dans des start-up israéliennes profondément impliquées dans les exactions liées à l’occupation.

Microsoft a beaucoup investi dans AnyVision afin d’acquérir de nouvelles compétences dans une technologie de reconnaissance faciale sophistiquée qui aide déjà l’armée israélienne à opprimer les Palestiniens.

Les connexions entre AnyVision et les services de sécurité israéliens sont à peine cachées. Son comité consultatif comprend Tamir Pardo, ancien chef de l’agence d’espionnage israélienne du Mossad. Le président de la société, Amir Kain, était auparavant à la tête de Malmab, le département de la sécurité du ministère de la Défense.

Le logiciel principal d’AnyVision, Better Tomorrow, a été surnommé « Occupation Google », car il prétend pouvoir identifier et suivre tout Palestinien en recherchant des images dans le vaste réseau de caméras de surveillance de l’armée israélienne dans les territoires occupés.

Graves préoccupations

En dépit de problèmes éthiques évidents, l’investissement de Microsoft donne à penser que son objectif pourrait être d’intégrer le logiciel dans ses propres programmes. Cela a causé de graves préoccupations parmi les groupes de défense des droits de l’homme.

Shankar Narayan de l’American Civil Liberties Union a mis en garde contre un avenir déjà trop familier pour les Palestiniens vivant sous le régime israélien : « Le recours généralisé à la reconnaissance du visage fait basculer le principe de la liberté sur sa tête, et vous commencez à vous transformer en une société dans laquelle tout le monde est en permanence traqué, quoi que les gens fassent », a déclaré Narayan à NBC.

« La reconnaissance des visages est peut-être l’outil le plus parfait pour un contrôle gouvernemental complet sur les espaces publics. »

Selon Yael Berda, chercheur à l’université de Harvard, Israël gère une liste de quelque 200 000 Palestiniens en Cisjordanie qu’il souhaite surveiller de près 24h sur 24. Des technologies telles que AnyVision sont considérées comme essentielles pour garder ce large groupe d’individus sous surveillance constante.

Un ancien employé d’AnyVision a déclaré à NBC que les Palestiniens étaient traités comme un terrain d’essai. « La technologie a été testée sur le terrain dans l’un des environnements de sécurité les plus exigeants au monde et nous la déployons maintenant sur le reste du marché », a-t-il déclaré.

Intervenir dans des élections

Le gouvernement israélien lui-même a un intérêt croissant pour l’utilisation de ces technologies d’espionnage aux États-Unis et en Europe, son occupation militaire faisant l’objet d’une controverse et d’un suivi minutieux dans le discours politique.

Au Royaume-Uni, le changement de climat politique a été mis en évidence par l’élection de Jeremy Corbyn, un défenseur de longue date des droits des Palestiniens, à la tête du parti travailliste dans l’opposition. Aux États-Unis, un petit groupe de députés qui soutiennent de façon publique la cause palestinienne sont récemment entrés au Congrès, dont Rashida Tlaib, la première femme américano-palestinienne à occuper ce poste.

Plus généralement, Israël craint le mouvement de solidarité international en plein essor BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), qui appelle à un boycott d’Israël – inspiré de celui mené contre l’Afrique du Sud de l’apartheid – jusqu’à ce que ce pays cesse d’opprimer les Palestiniens. Le mouvement BDS s’est fortement développé sur de nombreux campus américains.

En conséquence, les cyber-entreprises israéliennes ont été de plus en plus imbriquées dans les initiatives visant à manipuler le discours public concernant Israël, notamment en se mêlant des élections à l’étranger.

Un « Mossad privé à louer »

Deux exemples notoires de ce genre d’entreprise ont un court moment fait les manchettes. La société Psy-Group, qui s’est présentée comme un « Mossad privé à louer« , a été fermée l’année dernière après que le FBI a ouvert une enquête pour ingérence dans l’élection présidentielle américaine de 2016. Son « Project Butterfly » [projet papillon], selon le New Yorker, visait à « déstabiliser et perturber les mouvements anti-israéliens de l’intérieur ».

Black Cube, quant à elle, a fait parler d’elle l’année dernière pour avoir exercé une surveillance hostile sur les principaux membres de la précédente administration américaine alors dirigée par Barack Obama. Cette entreprise semble étroitement lié aux services de sécurité israéliens et a été basée pour un temps sur une base militaire israélienne.

Interdit par Apple

Il existe d’autres entreprises israéliennes qui s’escriment à faire disparaître la distinction entre espace privé et espace public.

Onavo, une société israélienne de collecte de données créée par deux vétérans de l’Unité 8200, a été rachetée par Facebook en 2013. Apple a interdit Onavo, son application VPN [communication point à point encryptée] l’année dernière, révélant qu’elle permettait un accès illimité aux données des utilisateurs.

Le ministre israélien des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, qui dirige une campagne secrète visant à diaboliser les militants du BDS à l’étranger, a rencontré régulièrement l’an passé une autre entreprise, Concert, selon un rapport publié par Haaretz. Ce groupe clandestin, qui est exempté des lois israéliennes sur la liberté d’information, a reçu environ 36 millions de dollars de financement du gouvernement israélien. Ses administrateurs et ses actionnaires sont un « who’s who » de l’élite israélienne de la sécurité et du renseignement.

Une autre société israélienne de premier plan, Candiru, doit son nom à un petit poisson amazonien réputé pour envahir secrètement le corps humain où il devient un parasite. Candiru vend ses outils de piratage principalement aux gouvernements occidentaux, bien que ses opérations soient entourées de secret.

Son personnel provient presque exclusivement de l’unité 8200. Preuve de l’étroitesse des liens entre les technologies publiques et les technologies secrètes développées par les entreprises israéliennes, le directeur général de Candiru, Eitan Achlow, dirigeait auparavant Gett, l’application de service de taxi.

Un avenir cauchemardesque

L’élite de la sécurité israélienne tire profit de ce nouveau marché de la cyberguerre, exploitant – comme elle l’a fait pour le commerce des armes classiques – une population palestinienne totalement captive, sur laquelle il peut tester sa technologie.

Il n’est pas surprenant qu’Israël normalise progressivement dans les pays occidentaux des technologies intrusives et oppressives subies depuis longtemps par les Palestiniens.

Les logiciels de reconnaissance faciale permettent un profilage racial et politique toujours plus sophistiqué. La collecte et la surveillance secrètes de données effacent les frontières traditionnelles entre les espaces privés et publics. Et les campagnes de doxxing [divulgation sur Internet de données privées avec la volonté de nuire] qui en résultent permettent d’intimider, de menacer et de fragiliser ceux qui sont dans l’opposition ou qui veulent – comme ceux qui défendent les droits de l’homme – que les puissants rendent des comptes.

Si cet avenir de cauchemar continue de se concrétiser, New York, Londres, Berlin et Paris ressembleront de plus en plus à Naplouse, Hébron, Jérusalem-Est et Gaza. Et nous comprendrons tous ce que cela signifie que vivre dans un État de surveillance, engagé dans une guerre cybernétique contre ceux qu’il a sous sa férule.

 


… à la bête


Il ne tient qu’à nous de dire NON !…

Crypto-monnaies + 5G = Dictature Technotronique (Dean Henderson)

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , , , , , , , on 19 octobre 2019 by Résistance 71


Crypto-monnaies + 5G = Dictature Technotronique

 

Bitcoin : la pierre de faîte 5G de l’élite mondialiste

 

Dean Henderson

 

18 octobre 2019

 

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2019/10/18/bitcoin-illuminati-5g-capstone/#more-3982

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La plus grande victime de cette époque post-réalité à laquelle nous sommes soumis par une élite globale et ses mignons lècheurs de bottes de son management avec l’avènement de ce qui est appelé “les données illimitées”, est en fait la vérité.

Ceux qui défendent la vérité se retrouvent purgés des médias sociaux en masse. Ceux qui expriment les plus gros mensonges reçoivent de plus grandes plateformes médiatiques pour diffuser leur diarrhée verbale. Alex Jones ne fut qu’un leurre. La véritable cible est la gauche révolutionnaire.

L’an dernier des centaines d’Iraniens furent virés de Facebook et de Twitter, tandis que les loyaux au Shah d’Iran, le groupe terroriste du MEK (L’Organisation des Moudjahidines du Peuple), financés depuis des décennies par le MI6 britannique, le Mossad et la CIA, a trouvé que les algorithmes sont très généreux à son égard lorsqu’il s’agit de répandre leurs mensonges aristocratiques.

L’internet, création du DARPA (Defense Avanced Research Program Agency, Pentagone), demeure fermement entre les mains du complexe militaro-industriel et de la sécurité et ils utilisent une opération massive de lavage de cerveau pour parvenir à un contrôle total au travers d’un processus qui consiste en transformer les mensonges en une sorte de consensus bisounours remplissant des “standards de communauté”. Wikipedia fait partie de cette sorcellerie élitiste New Age Wiccan.

Les mensonges sont le plus souvent vigoureusement défendus par les soi-disants “facts checkers” ou “vérificateurs d’info”, qui sont soit des agents du renseignement ou des étudiants de niveau C-, seuvrés d’affection par leurs parents. Cette dernière variété de mignon est la plus insidieuse des deux car ils n’auront jamais suffisamment d’attention et de tape sympathique sur l’épaule, ce qui fait de ces personnes de parfaits Stormtroopers impériaux à vie pour le ministère de la vérité.

Beaucoup de bonnes personnes, comme par exemple Max Keiser, ont même poussé, voire même ont pris le train en marche de la crypto-monnaie en la voyant comme le sauveur de l’humanité des griffes des huit familles banquières privées du cartel du système de la banque centrale.

Ceci est un autre mensonge.

Emmenées par la Bank of America, JP Morgan Chase et Goldman Sachs, les grosses banques des huit familles, sont en train d’acheter les crypto-monnaies comme s’il n’y avait pas de lendemain, tout en investissant des milliards de dollars dans la technologie du blockchain et des technologies d’encryptage et de chiffrage. La grande nouvelle sur Wall Street est que le blockchain va amener une 4ème révolution industrielle.

Plus tôt ce moi-ci, des rumeurs disant que Goldman Sachs avait suspendu ses plans de lancer un bureau d’échange de produits dérivés du Bitcoin a provoqué la chute de la valeur de la crypto-monnaie. Goldman a plus tard nié les faits. Mais pourquoi Goldman Sachs négocierait-elle avec une monnaie dont Keiser et toutes les pom-pom girls du Bitcoin disent qu’elle va remplacer le cartel des banques privées de l’oligarchie ?

Quand on parle d’opération bancaire, financière, il importe peu quel type de moyen d’échange est utilisé, que ce soit en papier, en métaux précieux, en crypto-monnaies ou en miches de pain. Ce qui importe est QUI émet la monnaie d’échange.

Depuis bien des années, une monnaie numérique mondiale a été le rêve des architectes banquiers du Nouvel Ordre Mondial. Voilà ce qu’est le Bitcoin. Les banquiers ont semé leur idée, ils la laissent développer par quelques petits génies de l’informatique, puis ils la récupéreront.

Ils la connecteront avec leur 5G qui vient, leur “internet des choses” et cela deviendra une micro-puce implantée dans le corps humain pour être une “monnaie intelligente”. Ceci sera accepté partout dans le monde, sera traçable et pourra facilement être éteinte si son propriétaire décide qu’il/elle en a assez du fascisme. Bitcoin peut facilement devenir ce qui a été appelé “la marque de la bête” dans le livre des révélations. Si ça l’est, alors cela voudra dire que l’internet sous sa forme d’Intelligence Artificielle, est la bête elle-même.

= = =

Lectures complémentaires:

Dossier-complet–pour-stopper-net-la-dictature-technotronique

Alerte_scientifiques_medecins_5G

dossier-complet-pour-refuser-le-tout-connecte-via-la-5g-la-smart-city-ou-ville-connectee

Agenda-oligarchique-de-depopulation-sarkozy-et-les-compteurs-intelligents

stop-linky-gazpar-5G

Dean Henderson NOM 4 cavaliers apocalypse pétrolière et familles banquières de l’oligarchie

 

 

5G, santé et dictature technotronique : Rapport de recherche de l’Institut de Recherche Médicale de la Marine des Etats-Unis de 1972 sur les effets des ondes et micro-ondes sur l’organisme (US-NMRI)

Posted in actualité, altermondialisme, documentaire, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, résistance politique, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 29 septembre 2019 by Résistance 71


La dictature technotronique en marche…

 

NMRI rapport de recherche sur les micro-ondes et fréquences radio, 1972

Institut de Recherche Médicale de la Marine Nationale des Etats-Unis

Collecte littérature scientifique sur les effets de l’exposition aux micro-ondes

 

Traduit partiellement de l’anglais par Résistance 71

 

Septembre 2019

 

Source: reçu par courriel

format pdf du rapport en anglais: 

https://resistance71.files.wordpress.com/2019/08/naval-medical-research-institute-1972-full-bibliography.pdf

[…]

Chapitre 1

Phénomènes (effets) biologiques rapportés et quelques manifestations cliniques attribuées aux micro-ondes et à la radiation des fréquences radio

Note des traducteurs: une note fait état de toujours possibles erreurs dues aux conditions d’expérimentation, ce qui dégage la responsabilité des auteurs de ce rapport. La liste des articles scientifiques qui s’ensuit répertorie plusieurs centaines d’articles de recherche sur le sujet.
Le chapitre 2 correspond au listing des centaines d’articles scientifiques expliquant les effets di-dessous mentionnés. Cette liste (cf pdf du document en lien) date donc de… 1972.

A. Échauffement des organes (applications: diathermie, électro-chirurgie, électro-coagulation, électro-déssèchement, électrotomie)

1. Corps entier (défectuosité de la régulation thermique), hyperpyrexie

2- Peau

3. Os et moëlle osseuse

4. (a) lésions cataracte de l’œil due à la nature vasculaire de l’œil qui empêche la dissipation de la chaleur, (b) endommagement de la cornée aussi possible à une extrême haute [mot illisible, possiblement “fréquence”]

5. Organes génitaux (dégénération tubulaire des testicules)

6. Cerveau

7. Sinuses

8. Implants métalliques orthopédiques (brûlures au niveau de la hanche, vis, etc)

Les effets sont généralement réversibles sauf pour 4(a)

B. Changement de la fonction physiologique

1. Contraction des muscles striés

2. Altération du diamètre des vaisseaux sanguins (augmentation de l’élasticité vasculaire), dilatation

3. Changements dans les processus oxydants dans les tissus et les organes

4. Elargissement de la taille du foie

5. Changement de la sensibilité au stimuli médicamenteux

6. Baisse de la spermato-génèse (baisse de la fertilité jusqu’à l’infertilité)

7. Changement du ratio de genre à la naissance (plus de filles)

8. Changement du développement fœtal

9. Changement de l’activité menstruelle

10. Baisse de la lactation chez les mères nourricières

11. Diurèse réduite (excrétion de sodium Na+ via les urines)

12. Modification de la fonction rénale (décroissance de la filtration dans les [mot illisible] )

13. Changement dans les conditions des réflexes

14. Baisse de la résistance électrique de la peau

15. Changements dans la structure des récepteurs cutanés de (a) [mot illisible] et (b) systèmes de transport sanguin

16. Changement du ratio de fluidité sanguine

17. Changements des courants biologiques (électro-encéphalogrammes, EEG ?) du cortex cérébral (chez les animaux)

18. Changement dans le ratio d’épuration des ions [“Tagged Ions”] en provenance des tissus

19. Changements structurels réversibles dans le cortex cérébral et le diencéphalon

20. Changement électro-cardiographiques (ECG)

21. Changements de la sensibilité à la lumière, au son et au stimuli olfactif

22. Changements (a) fonctionnels et (b) pathologiques des yeux: (a) réduction de la taille du point aveugle, changement dans la perception des couleurs, changement de la pression intra-oculaire, larmoiement, tremblements (paupières) ; (b) opacité et coagulation du globe oculaire, changement dans la respiration des tissus et diminution des processus de réduction à l’oxydation

23. Nécrose du myocarde

24. Hémorragies pulmonaires, du foie, des intestins et du cerveau

25. Dégénération généralisée de tous les tissus du corps

Note: les point 24 et 25 se produisent à un niveau d’exposition fatal aux radiations

26. Perte anatomique

27. Mort

28. déshydratation

29. Changement du ratio de calcification de certains tissus

C. Effets sur le système nerveux central

1. Maux de tête

2. Insomnie

3. Enervement / agitation (éveillé et durant le sommeil)

4. Changements EEG

5. Désordres dans le nerf crânien

6. Lésions du tract pyramidal

7. Désordres des réflexes conditionnés

8. Action vagale du cœur ; action sympatico-mimétique

9. Crises, convulsions

D. Effets sur le système nerveux autonome

1. Désordres neuro-végétatifs (ex: altération du rythme cardiaque)

2. Fatigue

3. Altérations structurelles dans les synapses du système vagal

4. Stimulation du système nerveux parasympathique (bradycardie) et inhibition du système nerveux sympathique

E. Effets sur le système nerveux périphérique

Effets sur les nerfs locomoteurs

F. Désordres psychologiques (“études sur le comportement humain”), les soi-disantes “réponses psycho-physiologiques et psychosomatiques”

1. Neurasthénie (mal se sentir de manière générale)

2. Dépression nerveuse

3. Disfonctionnement érectile (impuissance sexuelle)

4. Angoisse

5. Manque de concentration

6. Hypochondrie

7. Vertiges

8. Hallucinations

9. Somnolence

10. Insomnie

11. Augmentation de l’irritabilité

12. Chute de l’appétit

13. Perte de mémoire

14. Sensibilité accrue au niveau du scalp

15. Augmentation de l’état de fatigue

16. Douleurs dans la poitrine

17. Tremblement des mains

G. Changements du comportement (recherches sur les animaux)

Comportements [mot illisible], opérant, d’évitement et de discrimination

H. Troubles sanguins

(V = in vivo et v = in vitro)

Changements dans :

1. Le sang et la moelle osseuse

2. Fonctions phagocytiques (polymorphes) et bactéricides du sang

3. Ration d’hémolyse (augmentation), du à une durée de vie plus courte des cellules

4. ratio de sédimentation (augmentation) [explication illisible en entier]

5. Nombre de Lrythrocytes (baisse) et aussi le nombre de [illisible]

6. Augmentation de la concentration de sucre

7. Contenu histaminique du sang

8. Cholestérol et lipides

9. Gamma (et aussi Béta) globuline et la concentration totale protéïnique

10. Nombre d’éosinophiles

11. Baisse du ratio albumine / globuline

12. Hémopoiesis (vitesse de formation des corpuscules sanguins)

13. Leucopénie (augmentation du nombre de globules blancs) et de la leucocytose

14. Féticulocytose

I. Désordres vasculaires

1. Thrombose

2. Hypertension artérielle

J. Enzyme et autres changements biochimiques

Changements dans l’activité de:

1. Cholinesterase (V, v)

2. Phosphatase (V, v)

3. Transaminase (v)

4. Amylase (v)

5. Carboxidismutase

6. Dénaturation protéïnique

7. Inactivation des toxines, fungus et virus (à haute dose de radiation), effet bactériostatique

8. Mort de cultures de tissus

9. Altération de la division cellulaire

10. Augmentation de la concentration d’ARN dans les lymphocytes et baisse dans le cerveau, le foie et la rate

11. Changements dans l’excrétion d’acide piruvique, d’acide lactique et de créatine

12. Changement dans la concentration du glycogène hépatique (hyperglycémie)

13. Altération de la concentration de kétostéroïdes-17 dans les urines

K. Désordres métaboliques

1.Glycosurie (sucre dans les urines, en relation avec le niveau de sucre sanguin ?)

2. Augmentation du phénol urinaire (dérivatifs ? DOPA ?)

3. Altération des processus de ration enzymatique métabolique

4. Altération du métabolisme des hydrates de carbone

L. Désordres gastro-intestinaux

1. Anorexie (perte d’appétit)

2. Douleur épigastrique

3. Constipation

4. Altération de la sécrétion des fluides digestifs stomacaux

M. Changements endocriniens

1. Altération de la fonction hypophysaire

2. Hyperthyroîdisme

3. Accroissement de la glande thyroïde

4. Augmentation de l’absorption d’iode radioactive par la glande thyroïde

5. Altération de l’activité du cortex adrénal

6. Diminution des corticostéroïdes sanguins

7. Diminution de l’activité glucocortidoîdale

8. Hypogonadisme (en général baisse de la production de testostérone)

N. Changements histologiques

1. Changements de l’épithélium tubulaire testiculaire

2. Changements croisés

O. Changements génétiques et chromosomiques

1. Aberration chromosomique (ex: raccourcissement linéaire, pseudochiasme, structures diploïdes, division amniotique, passerelles, chromosomes “collant”, irrégularités dans l’enveloppe chromosomique)

2. Mutations

3. Mongolisme

4. Altérations somatiques (changements dans la cellule n’impliquant pas le noyau ou les chromosomes, transformation cellulaire)

5. Maladies néoplasmiques (ex: tumeurs)

P. Effet collier de perles (orientation intracellulaire de particules sous-cellulaires et orientation de particules cellulaires et autres (non biologiques)

Également, orientation des animaux, oiseaux et poissons dans les champs magnétiques

Q. Effets divers

1. Arc électrique entre les plombages dentaires

2. Goût métallique dans la bouche

3. Changements dans l’activité optique des solutions colloïdales

4. Traitement de la syphillis, de la poliomyélite, maladies de la peau

5. Perte de cheveux

6. Cheveux ardus

7. Sensations de vibrations, de pulsations et de chatouillements au niveau de la tête et des oreilles

8. Augmentation de la transpiration, de la salivation, protrusion de la langue

9. Changements dans le fonctionnement des pacemakers cardiaques implantés

10. Changements dans les rythmes circadiens (sommeil)

[…]

= = =

Lectures complémentaires:

Alerte_scientifiques_medecins_5G

dossier-complet-pour-refuser-le-tout-connecte-via-la-5g-la-smart-city-ou-ville-connectee

la-tele-medecine-cest-pas-bon-pour-la-sante

Agenda-oligarchique-de-depopulation-sarkozy-et-les-compteurs-intelligents