Archive pour Mohawk iroquois résistance colonialisme

Résistance à l’impérialisme occidental: Le colonialisme et la dépendance étatique ~ 1ère partie ~ (Taiaiake Alfred)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 12 août 2015 by Résistance 71

“Transcrire le sens éthique et l’idée de façon à avoir une philosophie politique concise est un peu difficile ; je suggérerai de le conceptualiser comme un anarcho-indigénisme… Les deux éléments qui viennent à l’esprit sont ‘indigène’, évoquant l’enracinement culturel et spirituel en ce territoire et la lutte d’Onkwe’honweh pour la justice et la liberté et la philosophie politique, le mouvement qui est fondamentalement anti-institutionnel, radicalement démocratique et commis à prendre action pour forcer le changement: l’anarchisme.”
~ Taiaiake Alfred, Wasasé, 2009 ~

Note de Résistance 71: Nous invitons les lecteurs à transcrire les passages que nous avons mis en caractères gras dans le contexte de nos vies quotidiennes occidentales et à y réfléchir… N’y voyez-vous pas grande similitude ?… Ne sommes-nous pas tous des colonisés à des degrés coercitifs différents ? Ainsi n’avons-nous pas cause commune contre la même oligarchie?

L’avenir de l’humanité passe par l’union des peuples colonisés avec les peuples occidentaux émancipés œuvrant dans un nouveau paradigme politico-social égalitaire et en associations libres.

 

Le colonialisme et la dépendance étatique (Extraits)

 

Taiaiake Alfred, Ph.D

Directeur de l’École de Gouvernance Indigène, Université de Victoria (Colombie Britannique, Canada)

 

Article publié dans le “Journal de la santé autochtone”

 

Novembre 2009

 

~ Extraits traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note: Le professeur Alfred est membre de la nation Mohawk de Kahnawake, clan de l’ours.

 

1ère partie

2ème partie

 

Résumé:

 

Cet article conceptualise le colonialisme d’une perspective indigène et analyse les effets de la colonisation sur les nations premières avec une insistance particulière sur l’explication des racines fondamentales des crises psycho-physiques et de la dépendance des nations premières vis à vis de l’état. Central à cette analyse est l’effet des dérangements culturels colonialement générés, qui accroissent les effets de la dépossession, ceci créant une dépendance quasi totale sur le plan psychologique, physique et financier envers l’état.

[…]

Au travers d’une étude et considération de la littérature scolastique, il est possible d’identifier une relation directe entre les lois gouvernementales et leurs politiques appliquées aux peuples indigènes ainsi que la myriade de problèmes de santé physiques et mentaux couplés aux privations économiques. L’article conclut sur un set de recommandations afin de développer des réponses à la politique de situation orientées vers le soutien et la facilité de la reconnexion des peuples indigènes avec leurs territoires, la restauration de pratiques culturelles fondées sur l’ancrage à la terre et la reconstruction des communautés indigènes.

Introduction

Les luttes incessantes indigènes contre le colonialisme consistent essentiellement dans les efforts pour redresser l’injustice fondamentale d’avoir été expulsés de force de leur terre ou de se voir refuser l’accès à la terre afin de continuer leurs activités culturelles traditionnelles. Pourtant, il y a un autre aspect du colonialisme qui est souvent ignoré dans le discours public et qui ne constitue certainement pas un point d’attention majeur de l’organisation des nations premières ni des efforts politiques du gouvernement canadien. Cet aspect est le dérangement culturel colonialement généré affectant les nations premières, qui accroit les effets de la dépossession afin de créer un état de dépendance psychologique, physique et financier quasi total envers l’état.

[…]

Comme cela est typique dans toutes les sociétés coloniales, les nations premières aujourd’hui sont caractérisées comme dépendances retranchées en termes physique, psychologique et financier, des mêmes gens qui ont causés la quasi éradication de notre existence et qui sont parvenus à nous dominer.

[…]

Dans l’arrangement des affaires sociales canadiennes, seuls les Indiens assimilés se sont vus offrir l’opportunité, l’espérance de bien-être. Pour ceux qui ont résisté ou refusé les ‘bénéfices’ de l’assimilation, les politiques du gouvernement leur ont assuré une vie ayant une certaine indignité. Ceci est l’essence même de la vie dans la colonie: assimilez-vous et soyez comme nous les colons ou souffrez des conséquences de votre résistance.” (Kirmayer & Valaskakis, 2009, p.xi)

[…]

Afin d’aller au cœur du problème du colonialisme au Canada, il est nécessaire de comprendre que l’oppression expérimentée sur un tel long laps de temps affecte l’esprit des gens de manière particulièrement négative. Des discussions sensées sur le sujet de faire diminuer les maux que la colonisation a amené demande une vision au-delà du colonialisme en tant que processus historique de changements sociétaux ou d’une bordée d’évènements militaires et légaux. Cela veut dire reconnaître que les injustices coloniales et l’oppression ont eu des effets sur à la fois les individus et les collectivités et que se préoccuper de ces effets nécessite des perspectives et des stratégies qui situent les nations premières non seulement comme des groupes d’individus au sein du Canada, mais aussi comme membres de communautés culturelles de la terre. Comprendre cette histoire du colonialisme, les aspects politiques et économiques du changement de relation entre les peuples indigènes et le peuple européen, qui résulta en la subjugation des nations premières aux puissances européennes est, en un sens fondamental, moins important qu’apprécier les dégâts occasionnés à l’intégrité culturelle et mentale ainsi que sur la santé des gens et des communautés qui composent ces nations.

[…]

Cet article considère une approche radicalement différente concernant le changement, consistant dans l’effort de réintégrer les caractéristiques et bénéfices essentiels d’une reconnexion à une patrie, un territoire et des pratiques culturelles “traditionnelles” basées et fondées sur la terre, qui ont prouvées dans bien des cas être une clef à la restauration d’une santé spirituelle, physique et psychologique ainsi qu’à l’avènement de communautés caractérisées par l’harmonie, la paix et la force.

Les institutions politiques et sociales, comme les conseils de bandes/tribus et les agences de services financés par le gouvernement qui gouvernent et influencent la vie des nations premières aujourd’hui (comme hier), ont été pour l’essentiel, moulées et organisées pour servir les intérêts de l’état canadien. Leurs structures, responsabilités et autorité se conforment aux intérêts du gouvernement canadien, tout comme leurs sources de légitimité se fondent dans la loi canadienne et non pas dans les lois et intérêts des nations premières.

[…]

Les transformations commencent avec chaque personne, mais la décolonisation ne commence à devenir une réalité que lorsque les gens rejettent individuellement, collectivement et en toute conscience les identités coloniales, les institutions qui sont le contexte même de la violence, de la dépendance et de la discorde dans les communautés indigènes… La réconciliation et la conscience politique au travers du développement économique et comme résultats attendus de cela, les processus d’autogestion, les accords sur les terres, les droits aborigènes et les stratégies légales de recouvrement des titres fonciers, ne se sont pas matérialisées.

[…]

Les approches conventionnelles sont fondées sur une accession à l’agenda capitalisto-colonial en respect des peuples indigènes et de leurs terres. Cet agenda est lourdement promu par des médias pro-assimilationnistes dans les grandes largeurs ainsi que des universitaires non-indigènes du consensus ; l’intégration dans une économie de marché et une assimilation culturelle avancée sont vues comme les seules voies viables pour une meilleure vie des peuples et nations premiers ainsi que leurs communautés. Cette perspective est aussi au centre même de la politique interne du gouvernement et il est juste de dire que cela forme également la vision de la plus vaste majorité de la population canadienne.

La confiance dans les promesses de l’intégration et de l’assimilation forme aussi une sorte de panacée pour le complexe de colonisation et les souffrances sociales résultantes au sein même du leadership des nations premières.

[…]

Les approches courantes [de règlement de problèmes relationnels autochtones-colons] sont souvent basées sur des concepts de cicatrisation, de réconciliation ou de la construction de la capacité à le faire ; cela en vient toujours à problématiser les personnes et jamais l’attitude de l’état, ainsi de telles approches ne sont pas faites pour changer les causes sous-jacentes coloniales des attitudes destructrices et malsaines ayant cours dans les communautés des nations premières.

Dans l’histoire, les gens qui ont réussis à dépasser les effets de la colonisation et qui ont recouvert leur diginité ainsi que leur capacité à être auto-suffisant et autonome n’ont pu le faire qu’après avoir soutenu un effort de respiritualisation, de revitalisation et de régénération culturelle. Dans la vaste majorité des cas, ils ont pu le faire lorsque les colons s’étaient physiquement retirés de leur espace indigène. Les peuples autochtones dans notre région du monde possèdent ce potentiel de résurgence, bien que cela soit rendu plus complexe du fait de la présence persistante des occupants coloniaux.

[…]

Le colonialisme au Canada

L’invasion et l’éventuelle domination du sous-continent de l’Amérique du Nord par les empires européens, que nous connaissons sous le vocable de colonisation est mieux compris dans sa forme de culmination de milliers d’années de développements sociétaux différents sous des conditions environnementales spécifiques. Ceci a résulté en différentes caractéristiques émergeant parmi des peuples variés, dont certaines confèrent un certain avantage relatif et d’autres un certain désavantage relatif, lorsque les gens entrent en contact les us avec les autres et commencent à contester l’essence même de l’existence des sociétés: la terre.

Il n’y a aucune preuve de la quelconque supériorité d’un groupe de gens par rapport à un ou plusieurs autres (Diamond, 2003). Ceci bien compris, toute notion de “prédestinations” génétiques ou divines pour dominer doit être rangée au placard en faveur d’analyses des particularités de la relation et des attitudes instrumentales des peuples alors qu’ils intervenaient dans le développement de la relation entre les peuples indigènes et européens dans cette partie du monde.

Ce que nous nommons le “colonialisme” est en fait un cadre théorique pour la compréhension des complexités de la relation qui s’est produite et a évoluée entre les peuples indigènes et les peuples européens alors qu’ils sont venus en contact les uns avec les autres et qui ont par la suite maintenu ces relations initiales dans la construction d’une nouvelle réalité pour ces deux peuples en Amérique du Nord. De manière plus spécifique, le colonialisme est le développement d’institutions et de politiques par les gouvernements colons impérialistes européens et euro-américain, dirigés contre les peuples autochtones. Ce processus a commencé avec le développement de rationalisations religieuses et séculières du simple fait que la présence européenne en amérique du Nord, basée sur la doctrine du Terra Nullius (le principe de la “terre vide” affirmant que l’Amérique du Nord n’était pas habitée ar des humains avant l’arrivée des Européens) et la dépossession “légale” des peuples indigènes de leurs terres ancestrales originelles.

L’affirmation légale du Canada à un territoire est basée sur la doctrine de terra nullius (NdT: et de la doctrine chrétienne de la découverte que le professeur Alfred ne semble pas avoir étudiée en détail… Terra nullius n’est pas la seule doctrine justifiant l’accaparement frauduleux de la terre indigène par les colons parasites), des traités de paix et d’amitié avec les peuples indigènes et un certain nombre de proclamations royales assumant une prérogative impérialiste pour prévenir la reconnaissance de la terre aux indigènes ; la Grande-Bretagne et la France avant elle, ont sécurisé le contrôle contre d’autres puissances coloniales potentiellement prétendantes en reconnaissant nations et souveraineté indigènes a la fois de manière rhétorique et en pratique, car les Européens étaient incapables de vaincre militairement les nations autochtones et avaient besoin d’alliance avec des nations indigènes pour confronter leurs rivaux coloniaux. Une fois que la GB a obtenu la prépondérance du contrôle effectif sur l’Amérique du Nord, elle a ignoré toutes les reconnaissances antérieures de nation et souveraineté aux peuples autochtones, ainsi que toute garantie légale de propriété et d’accès à leur terre, choses qui étaient prévues et établies dans les traités.

[…]

En analyse finale, les puissances européennes et le Canada en tant qu’héritage de l’impérialisme européen en Amérique du Nord (avec les Etats-Unis) ont eu l’objectif consistant centré sur la saisie, le contrôle et l’utilisation des terres indigènes en soutien d’une industrie extractive basée sur les ressources naturelles afin de générer des profits d’abord pour les régimes européens, plus tard pour également la population résidente euro-américaine métropolitaine et plus récemment pour des entreprises/corporations globalisées. La politique des gouvernements européens puis euro-américains depuis le premier contact avec nos nations n’a pas seulement été égarée par des notions fallacieuses de supériorité raciale et de fadaises de droits divins pour la domination , mais aussi largement par et pour les besoins d’un mode capitaliste de production.

[…]

La plupart des Canadiens sont complètement ignorants de cette histoire. Ceci est bien lamentable mais absolument pas surprenant, étant donné qu’ une caractéristique commune des sociétés coloniales est le retranchement des colons dans les notions de supériorité raciale et culturelle. La culture canadienne et les notions dominantes formant l’auto-preception nationaliste canadienne sont surchargées de privilèges coloniaux et des mensonges les plus éhontés et auto-décepteurs (Alfred, 2005). En termes de gouvernement et de législation, ceci s’est manifesté dans des constructions légales fictives qui légitiment l’usurpation coloniale des hommes blancs et par une légitimité feinte est ainsi construite pour normaliser la structure du racisme construite sur les notions que les peuples indigènes n’ont aucun droit à la terre ni de droits politiques. En tant que projet intellectuel, l’arrogance impérialiste prend la forme de littérature, de bourse d’étude et d’art pour démontrer les éminents mérites et pour répliquer les fait simplement fabriqués ainsi que les narratifs nécessaires pour justifier les privilèges coloniaux.

[…]

Devant ceci, l’autogestion et le développement économiques sont inefficaces pour confronter le colonialisme, car plutôt que de s’attaquer aux racines mêmes du problème, ils ne font que perpétuer une relation dualiste et dépendante entre les premières nations et l’état… L’isolation forcée et la pauvreté sur les réserves ne sont pas différentes de l’exploitation destructrice de la terre d’une perspective indigène ; tout cela décime les possibilités de vivre sa vie en accord avec les valeurs culturelles traditionnelles indigènes et leurs mandats spirituels.

[…]

La résurgence d’une conscience indigène est un potentiel explosif capable de transformer les individus et les communautés en altérant les conceptions basiques de soi et dans la relation avec les autres peuples du monde. Ses éléments sont la régénération des identités consistant avec l’enseignement sacré qui vient de la terre, de l’implication à se relever pour soi-même et de la juste restitution pour les maux et les torts que nos peuples ont endurés.

A suivre…

Résistance au colonialisme: Vol de terres iroquoises en cours dans l’État de New York !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 7 avril 2015 by Résistance 71

Les « gardiens de la porte orientale » de la longue maison iroquoise, la nation Mohawk, remonte au créneau. Pour l’empire, de part et d’autre de la frontière fictive des deux états coloniaux les plus au nord du continent, la problématique est simple. elle est la même depuis le XVIIème siècle: Si les Mohawks tombent, le reste tombe. Dans le contexte totalitaire croissant que la population canadienne ressent, de plus en plus de gens s’éveillent au leurre, à la tromperie, aux crimes, sur lesquels est bâti l’empire nord-américain. Les sentiments changent, les sympathies changent de camp…

La solution ? Revenir à Guswenta (Wampum Deux Rangées) comme tombés d’accord en Juin 1701 de nations à nations. La solution existe, a été trouvé dans le respect mutuel et de la loi de la terre. Elle est toujours là, il suffit d’avoir la volonté et l’honnêteté de vouloir y revenir.

C’est ensemble contre l’oligarchie que nous trouverons la solution pour l’humanité, car ne nous trompons pas: la véritable question est la survie de l’humanité dans un élan progressiste, pas celle de la planète, qui continuera son chemin spatio-temporel avec ou sans les humains, aucune différence pour la terre-mère…

— Résistance 71 —

 

Meuh Akwasasne

 

Mohawk Nation News

 

5 avril 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/04/05/akwesasne-moo/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le Conseil Tribal Mohawk de St Regis Inc. (CTMSR Inc.) essaie de mener son peuple comme des moutons à l’abattoir en utilisant leur “Memorandum Of Understanding” (MOU). La Tribu sera la première à recevoir la décharge électrique dans la tête et le crochet de boucher qui l’emportera. Beverly Cook sera pendue et saignée seule. Appelez là au 518-358-2272 et dites lui: “Bouh au MOU”…

“Le 28 mai 2014, la CTMSR Inc. a annoncé qu’il avait donné son accord pour vendre à l’état de New York notre possession de très longue durée de tout le territoire Mohawk originel pour toujours. Le CTMSR Inc. est une corporation maçonnique de l’état de New York qui a été imposée illégalement au peuple souverain d’Akwesasne en 1892. Ils se rendent à la Loge Massena (leur véritable longue maison). Ce système “fiduciaire” est fait pour voler le territoire Ongwe’honweh et éradiquer la nation Mohawk. Cela viole la convention sur le génocide.

Le peuple Kanionkehaka/Mohawk objecte à cette stratégie coloniale dérivée des bulles papales illégales. Le “Memorandum of Understanding”/MOU de l’état de New York élimine notre titre de propriété inhérent sur plus de 4 millions d’hectares de territoire. Une telle mise sous “tutelle fiduciaire” est issue du colonialisme. La tribu entrepreneuriale (mise en place par le gouvernement colonial) ne parle pour aucun Mohawk sauf les quelques INDIENS vendus au système qui ont votés pour ces représentants ; il en va de même pour toutes les formes de systèmes gouvernementaux qui nous ont été imposées. Le Conseil de Tribu (NdT: conseil de bande au Canada et conseil de tribu aux US, dépendants de la loi indienne au Canada et la loi fédérale indienne aux US… même système colonial aux différences cosmétiques…) ne peut pas court-circuiter Kahtihon’tia:kwenio, les femmes de la nation qui ont la responsabilité exclusive de la terre (wampum 44 de Kaiane’reko:wa, la Grande Loi de la Paix). Le soutien de fait du conseil de tribu par le Conseil Mohawk d’Akwesasne Inc, lui aussi créé par l’entreprise (NdT: coloniale de la City de Londres et du Vatican) du Canada, fait aussi partie de la stratégie d’assimilation coloniale.

Le conseil de tribu a admis que les officiels (fonctionnaires) de l’état de New York avaient dicté les conditions de l’accord. Le gouverneur de l’état de New York Andrew Cuomo a menacé que ceci était leur dernière chance d’en tirer un quelconque bénéfice ! Les INDIENS seront affamés juqu’à la soumission, encore une vieille stratégie coloniale. Il a averti que la notoire affaire de cour suprême des Etats-Unis City de Sherrill contre la nation indienne Oneida Inc. (NdT: lire ici non pas la nation traditionnelle iroquoise Oneida, mais leurs représentants fictifs issus du système électoral colonial), serait utilisée pour éradiquer nos demandes. La menace a forcé le conseil de Tribu à s’accorder du contrat pondu par l’état de New York. Leur peur d’être pénalisé a affecté leur jugement, les forçant à abandonner leur responsabilité fiduciaire “légale” vis à vis de leur peuple. Ils furent d’accord pour autoriser l’état de New York à leur retirer leur droit de naissance Kanionkehaka/Mohawk et à nous imposer des lois étrangères sur notre territoire.

Le conseil de tribu clâme avoir le droit de faire cesser tout droit de naissance Kanionkehaka à tout jamais, sans consulter toute la nation Kanionkehaka. Ils clâment être les successeurs du traité frauduleux des sept nations du Canada, qu’ils cherchent à imposer sur nous l’ensemble des Mohawks ! Aucun document ou résolutions ou affirmations en provenance des sept nations ne furent produits (Algonquins, Nippissings, Kahnawakeronon, Oswegatchie, Hurons de Lorette, Abanakis de Odanak et Kanesatake Mohawks). En tant qu’entreprise de l’état de New York, le conseil de tribu ne peut pas représenter les droits de cette entité ni entrer dans des accords impliquant la nation.

Le MOU du conseil de tribu va utiliser la confiance de l’état fédéral pour essayer de minimiser la souveraineté, la jurisdiction et le titre de propriété de la nation Kanionkehaka. Il n’y a aucun “bénéfices”. L’état de New York va commencer à prélever des impôts sur nous et à voler notre terre. Cette affaire doit être révisée devant une cour de justice internationale comme le tribunal international d’arbitrage de La Haye, qui est un tribunal de répondant pas aux lois de l’amirauté et qui est fait pour gérer ce type de situation.

L’exécutrice légale pour le conseil de tribu, Beverly Cook, nous a menacé lors d’une réunion du clan de l’ours le 21 mars dernier et de nous plier aux menaces de New York sous peine “de ne rien avoir du tout”. Elle suggéra que la nation Kanionkehaka commence par plaider séparément en utiisant le titre de propriété aborigène comme système de défense. Tous les tribunaux des Etats-Unis sont des tribunaux régits par la loi de l’amirauté, qui ne s’applique qu’aux banques, aux entreprises et aux contrats d’affaire et de commerce. Sous la loi actuelle américaine, elle peut seule signer pour mettre un terme à toutes nos demandes à tout jamais, ceci est totalement illégal ! Nous avons besoin d’une résolution de différent internationale. La nation Kanionkehaka sait parfaitement que le rôle de l’exécuteur légal est de protéger les intérêts de l’état de New York dans ce cas précis. Nous ne sommes aucunement liés par les termes du MOU en date du 28 mai 2014. Cela n’affecte que le CMTSR Inc. et ses supporteurs, ceux qui ont votés pour eux.

Cette objection officielle est envoyée au gouverneur de l’état de New York Andrew Cuomo, les différents représentants des résidents d’Albany de l’état de New York et de Washington DC et à Ranatakaiius, le président Barack Obama.

Beverly, le loup a une chanson pour toi: “Smoke Stack Lightning, shining just like gold. Why don’t you hear me crying? Whoo hoo, whoo hoo”. [Howling Wolf, Smoke Stack Lightning.]

http://www.canadianveteransadvocacy.com/blog/?p=1267

La loi anti-terrorisme C-51 criminalise Ongwe’honweh

Colonialisme et histoire de France vus par les opprimés: Une vision Mohawk

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 5 avril 2015 by Résistance 71

Jésuites, St Sulpiciens et autres escrocs

 

Mohawk Nation News

 

3 Avril 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/04/03/jesuit-sulpicians-other-crooks/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le Canada et les Etats-Unis ont en ce moment trois tentatives coordonnées en cours pour voler de grands segments de territoire Mohawk/Kanionkehaka. Leurs conseils INDIENS entrepreneuriaux comme ceux de Kahnawake ou CMKanehsatake Inc. ou de St Regis Mohawk Tribe Inc. sont les escrocs en première ligne. Aucune des réglementations, statuts ou accords de ventes du Canada ou des Etats-Unis ne s’appliquent à nous. Ils violent tous les accords de Teio’ha:teh/Two Row Wampum. Au moyen de bulles papales, de la doctrine chrétienne de la découverte etc, qui sont toutes des fictions légales, la terre a été illégalement occupée. Les jésuites et les St Sulpiciens sont des agents de la colonisation et du génocide. La compagnie des cent associés qui opérait depuis la France a assumé la possession de territoires Mohawk, dont elle a distribué les titres illégalement. St Sulpice dans le vieux Montréal a fondé la ville de Montréal (NdT: originairement le “Mont Royal” de Nouvelle-France sis en territoire Mohawk…) sur des terres kanion’ke:haka/Mohawk.

Le jésuite Jean-Jacques Olier envoya quatre prêtres à Paris en 1657 pour fonder, à leur retour, une paroisse en territoire Mohawk. En 1663, la France donna une terre Mohawk à la société Notre Dame de Montréal, qui elle donna des terres Mohawk au séminaire St Sulpice de Kanehsatake. Un système seigneurial français fut établi en terre Mohawk.

En 1668, les St Sulpiciens décidèrent que les Mohawks de Kanehsatake, de Montréal, les Mik’maq, Mohawks d’Akwesasne, les Algonquins d’Abitibbi et les Temiskaming étaient des catholiques. A des fins militaires, une mission fut ouverte en 1676 sur les Grands Lacs. En 1720, ils les transférerent en terre Mohawk au lac des Deux Montagnes, Kanehsatake. En 1716, la terre Mohawk fut donné aux Mohawks de la rivière Ottawa. Quiconque questionna ce bizarre échange de terres Mohawk fut assassiné.

Louis XIV donna la terre Mohawk aux Jésuites en 1680, terre aujourd’hui appelée la Seigneurie du Sault St Louis au sud de Montréal. Le chef du CMK Inc Mike Delisle et sa liaison au conseil privé de la couronne, Christine Deorn, ont reçu comme date butoir le mois de Juin 2015 pour finaliser le contrat.

Phone 450-632-7500 communications@mck.ca

Les avocats de Washington étaient à la longue maison maçonique d’Handsome Lake à Akwesasne le 1er Avril. Ceci devait être faussement appelé une réunion de la “confédération iroquoise” afin d’obtenir un faux consentement pour le vol de la terre Mohawk à tout jamais. La St Regis Mohawk Tribe Inc. obtiendrait quelqu’argent pour sa coopération. Alors un Rotiskenra’kete de la société des guerriers leur a rappelé que la terre appartient aux enfants encore non-nés rotisokonsatatie et que nous en sommes les gardiens. La réunion a été très vite conclue.

[Appelez au 518-358-2272.]

Le 16 mars se tint une rapide réunion pour brièvement informer les Mohwaks de Kanehsatake pour qu’ils cherchent à finaliser un contrat pour notre terre connue sous le nom de Seigneurie du Sault St Louis le 25 Avril 2015. Nous, les Mohawks gardiens de la terre avons été tenus volontairement à l’écart de ces manigances.

[Contact chief Otsi at 450-479-8373 meilleur.patricia@kanesatake.ca]

Comme il nous est souvent rappelé, les serpents sont bien avancés sur leur chemin. Bientôt nous verrons la vive lumière en provenance de l’Est qui ramènera la paix sur toute la terre. Avec l’union des esprits vient une grande force et avec cela vient la paix.

Comme se lamente Joni Mitchell: “We are stardust. Billion year old carbon. We are golden, caught in the devil’s bargain. And we’ve got to get ourselves back to the garden.” [Woodstock].

Amazon warriors fight for land.

Sulpician priests http://www.facebook.com/photo.php?fbid=836614106420952&set=a.167549273327442.42787.100002171101188&type=1&theater

Hate crimes against Ongwe’hon:weh.

Video.  Road to Crimea.

Déclaration de la Confédération Iroquoise (Mars 2015)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 avril 2015 by Résistance 71

Mohawk Nation News

 

31 mars 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/03/31/iroquois-confederacy-statement/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le 29 Mars, l’Haudenosaunee (Confédération Iroquoise) s’est rassemblée à Akwesasne pour discuter des problèmes de terre et territoires. Les clans ont passé une résolution concernant le territoire Kanion’ke:haka/Mohawk connu sous le nom de Seigneurie du Sault St Louis (SSSL). Il y fut aussi discuté des affaires de Kanehsatake, d’Akwesasne d’Owego et de Kanekotah.

Le Conseil Mohawk de Kahnawake Inc. (CMK Inc.), une entité du gouvernement canadien est entré dans le processus de vendre (d’accepter de l‘argent) illégalement pour environ 2 000 hectares de terre et éventuellement de nous expulser et de nous forcer sur des terres d’autres nations Ongwe’hon:weh. La date butoir est Juin 2015. Ceci n’est rien d’autre qu’un nettoyage ethnique et vendre ce qui ne vous appartient pas s’appelle du vol en terme légal quelque soit la loi.

Ia tihotiianaion veut dire qu’ils n’ont aucune piste sur cette terre. Nos relations avec eux est plus une relation navale que terrestre. Les INDIENS entrepreneuriaux sont sortis de la voie de nos ancêtres et ont suivi le chemin de ranenrakon.

La violation fatale de Kaia’nereh:kowa, la Grande Loi de la Paix, la loi de la terre, est de mettre une valeur marchande sur notre terre-mère et de priver ion’kwanion:sioni, les générations présentes et futures, de notre droit de naissance.

Toute question de terre dans cette région est une affaire des peuples iroquois (NdT: qui sont aujourd’hui répartis entre le Canada Inc. et le pays du goulag levant). Tewa’tha:tawi, nous nous occupons de nous-mêmes et de nos liens avec la terre. Ceci ne peut JAMAIS être perturbé par des entités étrangères et leurs agents pour nous restreindre et semer la division au sein de nos peuples. Ia te ion ki wenna hawi, ils ne sont pas nos porte-paroles.

Notre union fournit une force qui repousse la peur. “Nous nous soudons ensemble”, a dit Dekanawida, “en nous tenant fermement par les bras, teionkwatenentsawakon, si fermement en formant un cercle si fort, que si un arbre s’en venait à tomber dessus, cela ne pourrait pas ébranler le cercle ni le briser. Notre peuple et nos petits-enfants devront demeurer en sécurité dans le cercle, avec paix et bonheur.”

Vous avez eu la capacité vous, ceux du CMK Inc. et vos suiveurs, de faire un choix. Vous avez décidé de suivre les ranenrakon sur leur navire et vous essayez de diriger notre canoë (NdT: allusion au symbole du Wampum Deux Rangées). Notre droit de naissance n’est pas à vendre à l’encontre de celui de l’homme blanc. Toutes les négociations qui mettent nos titres territoriaux en danger doivent cesser. Vous vous êtes aliénés vous-mêmes du cercle de l’union. Vous avez sciemment rompu les liens avec votre mère, onensahotonkoton.

Entreprise/corporation de Canada… Les carottes sont cuites.

 

Haudenosaunee position on band councils.

KKK Canada outlaw state.

WWI through Arab Eyes http://www.aljazeera.com/programmes/specialseries/2014/11/world-war-one-through-arab-eyes-20141114133936678600.html

Résistance politique: Vers la fin du colonialisme… Le chemin n’est peut-être pas si long qu’on le croit…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 26 mars 2015 by Résistance 71

Gueule de bois coloniale

 

Mohawk Nation News

 

24 mars 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/03/24/colonial-hangover/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Que se passe t’il pour les ploutocrates et leurs suiveurs quand le colonialisme s’arrête ? Une énorme gueule de bois. Après des siècles d’oppression, ces parasites souffrent atrocement de déshydratation, de maux de tête, de vertiges, de fatigue, d’hyper-excitation et d’angoisse. Ils ne peuvent pas vivre sans nous harceler, sans nous pomper le sang et nos vies. Leur fausse matrice s’effondre et ne peut plus les soutenir. Ils ont besoin d’esclaves pacifiés et apeurés pour pouvoir fonctionner. La bête de guerre est hystérique et mène ses guerres coloniales de la dernière chance afin d’essayer de perpétuer leur illusion meurtrière.

L’occident souffre de la gueule de bois du jour d’après. Il ne peut pas vivre sans le colonialisme. Ils n’ont rien sans voler et sans faire trimer les autres pour eux. Ils feront tout pour rester dans l’ancienne donne. La France, l’Angleterre, l’Espagne, la Hollande, le Portugal et l’Allemagne sont les plus gros prédateurs de l’histoire. Ils ont attaqué, pillé, violé Ongwe’hon:weh (peuples naturels et originels). Ils ont tout obtenu au travers de la propagation de la guerre et du chaos dans leur soif perpétuelle de sang. Maintenant la colonie américaine est en train de coloniser l’Europe. La Russie une fois de plus, se trouve au centre de leurs aspirations fascistes. Les oligarques peuvent compter sur un nombre toujours décroissant d’esclaves, qui sont de moins en moins obéissants… Les victimes se rendent compte qu’elles peuvent se protéger en disparaissant, en n’allant plus au travail, en faisant la grève du zèle, en réduisant la productivité, en diminunant sciemment les performances et en dépensant moins.

Quelques complications de ces gueules de bois coloniales proviennent de l’amnésie collective au sujet de leurs tactiques brutales de colonisation. Leurs mécanismes de contrôle disparaissent parce que leurs sous-traitants qui font tout le boulot deviennent inutiles. Les banquiers qui connaissent tous les rouages intérieurs de la matrix disparaissent. Les scientifiques qui développent toutes les armes génocidaires sont éliminés.

La Chine et la Russie ont le vent en poupe, mettant des bâtons dans les roue des plans de l’Occident. Elles ne suivent pas la structure de pouvoir pyramidale de l’occident contrôlé par la Vatican. La Russie se prépare à la guerre nucléaire parce qu’elle a vu le pire des oligarques occientaux au cours de deux guerre mondiales. Nous, les Kanion’ke:haka/Mohawks, remercions le peuple russe pour avoir mis fin aux deux premières guerres mondiales créées par les banquiers. Nia:wenkowa !

Jigosaseh, la mère des nations, avait averti Dekanawida (le faiseur de paix) au sujet de l’homme dangereux qui mange les autres humains et fait obstacle à la paix. Dekanawida a dit que c’était le devoir de tous de mettre fin à tant de malfaisance de façon à ce que les gens puissent se déplacer d’un endroit à un autre sans peur et sans crainte.

 

-[]-[]-<I>-[]-[]-

 

Solution économique évidente

 

Mohawk Nation News

 

23 mars 2015

 

Source:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/03/23/obvious-economic-solution/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

N’importe quel enfant peut voir la solution. Dekanawida nous avait mis en garde contre le serpent noir cherchant la guerre avec un pays après l’autre. Nous, Ongwe’hon:weh, regardons ce qu’il se passe tandis que nous soignons et cicatrisons nos plaies dans les collines. Les nouvelles d’une attaque nucléaire planifiée des Etats-Unis sur la Russie sont étoufées dans les médias de masse (merdias). Tout le monde en a plus qu’assez des banquiers et de leur bras armé de Washington D.C. Quand les Etats-Unis et leurs alliés criminels de l’OTAN largueront la première bombe, ils peuvent s’attendre à être vaporisés de leurs patries. Les Européens sont de nouveau en accord avec ce qu’il se passe et autorisent que ceci se passe sur leur terre. Ils obéissent aux dirigeants Rothschild de la City de Londres.

La Banque du Canada a perdu son affaire légale pour conspiration avec le FMI, FSB et la BRI pour voler la souveraineté financière et monnétaire du Canada.

Le premier ministre Harper espère faire transiter du pétrole brut dans des oléoducs en provenance de l’Ouest, par voies de chemin de fer et par bateaux. Les raffineries pourraient très bien être construites là où provient le pétrole pour le transformer sur place. Il serait même bien mieux qu’ils laissent ce pétrole dans le sous-sol et développe de vraies sources d’énergie alternatives aux hydrocarbures. Qui se tient vraiment derrière le vol de la propriété des Lubicon Cree ?

L’oléoduc transcanada d’Irving Oil ne pasera pas par Kahnawake ou quelque territoire Kanion’ke:haka (Mohawk) que ce soit. Ils n’extraieront pas cette saloperie de bitumes des sables pour le transférer dans des raffineries à des milliers de kilomètres à travers nos terres, détruisant au passage Ono’ware:geh / Île de la Grande Tortue (Amérique du Nord). Cette ressource naturelle apartient à nos peuples qui s’en occupent pour les générations futures. Le peuple norvégien suit la Grande Loi de la Paix (Kaiane’re:kowa). Leur pétrole appartient à leurs enfants non encore nés. Norway oil fund.

Aucun politicien n’a jamais mentionné pourquoi le pétrole n’est-il pas gardé sur place et la valeur ajoutée sur place. Au lieu de cela, les grandes entreprises énergétiques veulent que le brut soit transporté vers eux, transformé en carburant dans leurs raffineries et ensuite retourné au gens à des prix exhorbitants. Des raffineries peuvent être construites avec des emprunts sans intérêt de la Banque du Canada. Il n’y a plus jamais besoin d’importer du pétrole ou du carburant au Canada, plus jamais.

Dekanawida a dit qu’il y aura un accès commun à toute matière première pour notre peuple. “Nous aurons un plat commun dans lequel nous placerons une queue de castor, nous en auront un droit co-égalitaire. Il n’y aura ni couteau ni objet tranchant près du plat, car cela pourrait provoquer une effusion de sang en coupant quelqu’un.

Résistance au colonialisme: Négociations frauduleuses en cours pour récupérer des territoires Mohawk…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 décembre 2014 by Résistance 71

Suite des articles Onowa’re:geh et Apprendre à vous connaître

 

L’expulsion comme au bon vieux temps !

 

Mohawk Nation News

 

16 Décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/16/old-time-removal/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note: La lettre ci-dessous a été envoyée au gouverneur général du Canada avec copies aux personnes et entités ci-dessous mentionnées. Un exemplaire a été envoyé à la présidence de la république française.

Cc: US President Barack Obama, Prime Minister Stephen Harper, Premier, Province of Quebec, City of Montreal, President of France, Progressive Conservative Party, New Democratic Party, Parti Quebecois, UN High Commission for Human Rights, Governor of New York State, Mohawk communities: St. Regis Mohawk Tribe Inc., Mohawk Council of Akwesasne Inc., Kanio’ke:haka Kaianereh’kowa Kanon’ses:neh, Mohawk Council of Kahnawake Inc., Mohawk Trail Longhouse, 207 Longhouse, Up-the-Hill Longhouse, Ganiengeh Mohawk Territory, Tyendinaga Mohawks, Kanekota Mohawks, Wahta Mohawks, Kanatsiohareke,     Minister, Department of Indian Affairs, Bureau of Indian Affairs in Washington DC

Cette lettre a été envoyée au gouverneur général du Canada, Hon. Davis Johnson le 16 décembre:

“Je vous écris aujourd’hui au sujet de ce que le Canada est en train d’essayer de mettre en pratique la désastreuse politique de termination indienne américaine de 1945 à 1965. Durant une réunion de “négociation” du 2 décembre courant s’étant tenue au Conseil Mohawk de Kanahwake Inc. nous avons été informé d’un accord illégal qui était en train d’être finalisé entre eux et Ottawa. Nous percevrions un peu de notre propre argent puis nous serions déplacés sur d’autres terres.

Les Etats-Unis ont voulu retirer tout intérêt indien de toutes les terres afin de parvenir à une souveraineté complète sur Ono’ware:geh (Île de la Grande Tortue). Ongwe’hon:we devaient être assimilés dans la société américaine de base. Le congrès mît fin à leur souveraineté et à ses obligations envers eux. Ils reçurent un alller-simple pour la ville. Leurs communautés furent municipalisées ou privatisées. Ceux qui avaient des ressources furent pris au sein d’entreprises de développement. Beaucouo moururent dans les rues. Certains essayèrent de retourner sur leur terre ancestrale. Ils avaient tout perdu, toute leur propriété, les exemptions, l’éducation, les services de santé et les bénéfices économiques furent arrêtés. Certains résistèrent et eurent leurs droits et terres restaurés.

La tentative de vol de notre terre connue sous le nom de Seigneurie du Sault St Louis n’est pas nouvelle. En 1975, le chef Andrew Delisle essaya secrètement de nous faire retirer nos droits sur notre terre au travers d’une résolution du conseil de bande qu’il soumît alors aux Affaires Indiennes d’Ottawa. Nous luttâmes avec succès. Maintenant, ils essaient encore.

Les conseillers de l’INDIAN Act qui nous sont imposés illégalement et leurs quelques 200 électeurs sont des Canadiens de descendance INDIENNE. Ils ont abandonné leur droit à tout territoire Rotinoshonni (iroquois). Les gouvernements fédéral, provincial et des conseils de bandes ne peuvent en aucun cas négocier quoi que ce soit pour nous.

Cette fausse “affirmation de propriété” est basée sur un don de terre par Louis XIV aux Jésuites en 1680, qui contrôlent le tribunal de l’amirauté (NdT: au travers des intérêts du Vatican à la City de Londres). Nous avons vécu ici depuis le début de l’humanité sur terre. Nous arrangerons les termes pour les colons qui désireront rester.

La Grande Paix de Montréal en 1701 fut un traité de “paix” et non pas un abandon, don de terre. Les jésuites ont donné de manière illégale notre terre de la “Seigneurie” aux colons français. En 1762 le général britannique Gage a reconfirmé le titre foncier des Mohawks.

La terre Kanion’ke:haka (Mohawk) s’étend au sud vers la vallée de la rivière Mohawk aux Finger Lakes, à l’Ouest jusqu`à l’Ohio, au nord jusqu’au lac supérieur et de retour au lac St Louis. Il y a des rumeurs qui disent qu’un nouveau passage fluvial, plus large et plus profond sur le St Laurent sera construit aux alentours du sud de Kanahwake. Un oléoduc transcanada vas passer au travers. Notre communauté deviendra inhabitable. Des terres d’autres Ongwe’hon:we (nations premières) sont apparemment mises de côté pour nous dans le nord afin de nous couper de nos racines territoriales.

Nous ne sommes jamais devenus des sujets britanniques ni des citoyens canadiens. Sir William Johnson, le premier super-intendant des Affaires Indiennes et le représentant de la COURONNE en Amérique du Nord savait très bien de quoi il retournait. En 1767, cinq ans après la conquête sur les Français, il écrivit à Earl Shelburne: “Quiconque voudrait proclamer que les 6 Nations (iroquoises) sont des sujets de sa majesté aura besoin d’une solide armée derrière lui.” En 1767, le gouverneur Simcoe écrivit qu’Ongwe’hon:we se considérait comme “totalememt indépendant”. En 1796, le procureur général du Canada notait que “Les Six Nations ne reconnaissent pas la souveraineté du roi. Ils se nomment eux-mêmes des alliés.”

En 1763, la proclamaition royale a affirmé cette position. Les gouverneurs coloniaux ne pouvaient pas faire de dons ou acheter de terres sur Ono’ware:geh.

Guswentha (le traité wampum à deux rangées) est notre relation de base avec les nouveaux venus. Ce sont des accords de “paix et de commerce” qui sont établis originellement entre nous, les Hollandais, les Français et les Anglais.

Kahtihon’tia:kwenio, le conseil des femmes, les “progénitrices du sol”, sont les dépositrices de la terre pour les générations à venir (NdT: Wampum 44 de Kaianere’ko:wa). Les représentants de la COURONNE ne peuvent pas négocier pour nous.

La fraude concernant la terre de la “Seigneurie” se passe entre avocats, sous des règles d’un tribunal de l’amirauté qui mène la mise en application d’un programme de génocide. Cette affaire ne peut pas être traitée dans votre tribunal de l’amirauté. Nous allons nous pourvoir devant la Cour Arbitrale Permanente de la Hague. C’est le seul tribunal où nous pourrions avoir une procédure juste et équitable fondée sur la loi naturelle. Préparez-vous en conséquence.”

* * *

Comme le groupe de rock canadien Steppenwolf l’explique au sujet des Mohawks; “Like a true nature’s child, we were born to be wild. We can climb so high we never want to die. Born to be wild. Born to be wild. Born to be wild”. (NdT: Cette chanson est la musique du générique du film culte Easy Rider de et avec Denis Hopper, 1969)

GG is old time corporatism.

Obama 50 wounded knees.

A voir: Intervention du juge Andrew Napolitano sur “La loi naturelle comme restriction à la tyrannie”. Excellent, activez le sous titrage en français:

http://www.youtube.com/watch?v=4orlWZeF6sg

Adresse: Governor General, Rideau Hall, 1 Sussex Drive, Ottawa Canada K1A -0A1,613-993-8200.

Note: Merci de bien vouloir faire circuler cette notice à toutes les nations Ongwehonwe de tout le continent américain et à nos alliés du monde entier. Envoyez vos commentaires au gouverneur général du Canada et au CMK

communications@mck.ca

Résistance politique: Avertissement Mohawk au gouverneur général de Canada au sujet du vol des terres…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 décembre 2014 by Résistance 71

Lier les flèches

 

Mohawk Nation News

 

8 décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/08/binding-the-arrows/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Une copie de cette objection a été envoyée par courrier recommandé avec A/R au gouverneur général de la corporation du Canada (NdT: rappelons-le, nommé(e) par la reine d’Angleterre et qui en dernière instance dit au premier ministre canadien ce qu’il faut faire ou pas dans les intérêts de la COURONNE c’est à dire la City de Londres et la Banque d’Angleterre…):

A tous les Ongwehonwe (membres des peuples originels) de la confédération Rotinoshonni (6 nations iroquoises) et à tous nos amis et alliés sur Onowaregeh (Île de a Grande Tortue, terminologie amérindienne pour dire l’Amérique du Nord):

She:kon/Salutations.
De petits groupes d’individus ont reçu le pouvoir des colonisateurs pour agir ent tant qu’imposteurs. Ils représentent Ongwehonwe de manière frauduleuse. Ils “négocient” secrètement des accords au nom de notre peuple et de nos générations futures. Ils essaient d’abandonner notre terre, notre titre et notre droit de naissance. Ils seront mis en accusation selon la Grande Loi de la Paix ainsi que leurs maîtres entrepreneuriaux et ils seront tous jugés pour génocide au tribunal de La Hague.

Ce ne sont pas des négociations, seulement des instructions reçues des colonisateurs. Pour de l’argent, ces indvidus acceptent de signer adieu notre droit de naissance Ongwehonwe en échange d’un “privilège” de vivre quelque part d’autre comme des INDIENS.

Nous sommes les souverains naturels d’Onowaregeh, l’Île de la Grande Tortue. Par la tromperie, certains membres de notre peuple ont été convaincus d’abandonner notre terre et les droits inhérents. Quand quelqu’un vous donne un privilège, celui-ci peut vous être repris à tout moment.

Kahnawake et tous les territoires Rotinoshonni d’Onowaregeh qui appartiennent à notre peuple sont un pays. Nous ne pouvons pas abandonner ni vendre notre Mère, notre patrie, notre pays. Il n’y a aucun document existant montrant que notre peuple ait jamais donné, abandonné réellement quelque partie de notre terre que ce soit. Tous les documents pouvant exister sont frauduleux (NdT: dans le sens qu’il n’émane pas de la gouvernance traditionnelle, mais d’entités gouvernantes coloniales fictives n’ayant aucun droit sur quoi que ce soit. De par Kaianerekowa, tout leg de terre ancestrale ne peut être effectué que par le conseil des femmes des nations concernées, gardiennes du patrimoine territorial. Aucun conseil de femmes dans l’histoire n’a légué quelque terre iroquoise que ce soit, nulle part, jamais !… point barre..). On nous ordonne de nous relocaliser dans une nouvelle RESERVE INDIENNE, loin de notre terre ancestrale.

Le plan est de recouvrer au nom de la COURONNE/Vatican et d’en faire sa terre, les 18 500 hectares de la Seigneurie Sault St Louis. Nous serions alors forcés de partir dans un territoire de nos voisins, qui sera “réservé” à l’utilisation des INDIENS jusqu’à ce que la COURONNE en décide autrement.

C’est un privilège temporaire. Le plan à terme est de se débarrasser des Affaires Indiennes parce qu’il n’y aura plus d’Ongwehonwe. Le conseil de bande entrepreneurial INDIEN deviendra maires et conseillers municipaux de villes ou de quartiers. On nous donnera un “certificat de possession” imposable pour y bâtir nos maisons, qui seront temporaires sur des terres de la COURONNE Ainsi le vol de nos terres par la COURONNE sera complété et la mission édictée par Duncan Campbell Scott et l’Indian Advancement Act de 1924 pour se “débarrasser du problème indien”, sera accomplie.

Toux ceux qui lisent cet article maintenant savent très bien que cela est malfaisant et génocidaire.

Je fais cette objection officiellement car j’appelle solennellement Ongwehonwe à se tenir debout rassemblé, à garder nos flèches solidement attachées ensemble, et ce où que nous résidions sur Onowaregeh. Nous devons protéger toute notre terre-mère, pas seulement des portions de celle-ci, de façon à ce que nous puissions de nouveau être forts. N’importe qui peut briser une flèche. Personne ne peut briser 5 flèches solidement attachées ensemble avec du boyau.

Kahentinetha, Kohtihon’tia:kwenio, Bear Clan, Kanionkehaka”.

~ Les conseillers de bande essaient de faire un grand bracage de nos terres, comme du temps de Bonnie and Clyde. Merle Haggard nous rappelle ce qui va se passer pour ces conseillers de bande: “Two years of running was ended that day. For robbin’ and killin’, they both had to pay. But we’ll always remember how they lived and died. So goes the legend of Bonnie and Clyde.”

Extraits du film “Bonnie & Clyde” immortalisés à l’écran par Warren Beatty et Faye Dunaway:

http://www.youtube.com/watch?v=kqCa-YKhqsM