Archive pour manifeste mouvement idle no more

Notre cadeau de Noël à vous tous… En forme d’espoir !

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 24 décembre 2012 by Résistance 71

Nous avons traduit le manifeste des nations autochtones canadiennes du mouvement “Idle No More”, qui correspond à notre sens à une grande opportunité pour non seulement les Canadiens mais aussi pour les occidentaux éveillés aux turpitudes coloniales ancestrales et actuelles de notre civilisation, de rejoindre les mouvements de revendication autochtones où qu’ils soient. Du Canada aux Etats-Unis en passant par le Mexique et le continent africain colonisés, le salut de l’humanité viendra, à notre sens, de la jonction historique entre la sagesse des nations natives et la sagesse existante des progressistes occidentaux.

Néanmoins, nous voyons dans ce manifeste un danger potentiel et rejoignons en cela la pensée du Professeur de Sciences Politiques à l’Université de Victoria (Colombie Britannique, Canada) et activiste Mohawk Taiaiake Alfred lorsqu’il conseille aux mouvement autochtones de faire attention à leurs revendications. En effet, cantonner celles-ci au domaine économique de revendications de “partages de bénéfices”, ne fait que réclamer plus d’argent et jouer dans la cour mercantile de l’oligarchie. Si adresser la précarité est une nécessité évidente, “la participation aux bénéfices” ne doit néanmoins pas être le fondement des revendications natives, comme le suggère fort justement Alfred. Les revendications se doivent d’être plus culturelles et directement attachées aux valeurs traditionnelles des nations natives et du développement de ces valeurs au sein des jeunes générations, non pas pour crér un antagonisme communautariste erroné, mais pour à la fois préserver l’identité des personnes et créer l’opportunité de promotion de ces valeurs d’égalité, de justice et d’harmonie au sein des communautés occidentales.

C’est par la symbiose des cultures que la société dans son ensemble progressera. Cela n’empêche aucunement de conserver sa différence. La différence est bonne, la différence est nécessaire, car c’est de la différence, comprise de manière symbiotique, que naîtra la synthèse sociétaire tant attendue. L’organisation structurelle oligarchique de nos sociétés est bâtie sur la division voulue des peuples à des fins de contrôle du grand nombre par le plus petit nombre. Pour en sortir de manière définitive, nous devons comprendre que l’essence même de la société n’est pas la division et l’exploitation présentées honteusement par la pseudo-science sociale des intérêts oligarchiques comme étant inéluctable et parties inhérentes de la “nature humaine”, mais bien au contraire l’harmonie égalitaire réfutant l’exploitation et la hiérarchisation dogmatique par le nivellement du système pyramidal en société horizontale.

Citons une fois de plus le lumineux ethnologue français Pierre Clastres qui gagnerait à être plus lu et reconnu en ces temps troubles, lorsqu’il disait dans son remarquable ouvrage de 1974 “La Société contre l’État”:

“… Il n’y a donc pas de hiérarchie dans le champ de la technique, il n’y a pas de technologie inférieure ni supérieure; on ne peut mesurer un équipement technologique qu’à sa capaciter de satisfaire, en un milieu donné, les besoins de la société.”

Les sociétés dites “primitives” ne peuvent de fait l’être. Elles ne sont pas des sociétés en “devenir” en cours “d’étatisation”, bien au contraire, comme Pierre Clastres l’a démontré, elle refuse l’étatisation et refuse les concepts ségrégatifs et sources de division de la propriété et de la hiérarchisation sociétaire . La colonisation occidentale qui exploite et pille le monde depuis plus de 500 ans est fondée sur sa “mission civilisatrice”. Ceci est un concept non seulement faux et utilisé à dessein propagandiste, mais il a généré des crimes contre l’humanité incommensurables à commencer avec l’extermination systématique des nations autochtones du continent américain, le pillage de leurs ressources, l’éviction de leurs territoires ancestraux et les multiples tentatives de “purification culturelle”. En ce sens, nous, occidentaux, sommes tous des Amérindiens, des Africains ou des Palestiniens (cause moderne très similaire) et portons le fardeau cuturel de notre passé proche ou lointain. Nous devons comprendre le message des natifs qui géraient bien plus efficacement leur environnement avant la colonisation et l’exploitation occidentale.

Mitakuye Oyasin.

 

= Résistance 71 =

 

Le manifeste du mouvement “Idle No More”

Note du traducteur: Le nom du mouvement vient de ce que les nations indigènes de Canada ont décidé de: “Canadian native nations will be idle no more” ce qui peut de traduire par: “Les nations natives canadiennes ne seront plus en veilleuse”, c’est à dire ne seront plus “laisser-pour-compte”.

Nous soutenons que:

Les traités sont des accords de nation à nation entre les nations autochtones et la couronne, qui sont des nations souveraines. Les traités sont des accords qui ne peuvent pas être altérés ou brisés par une des parties des deux Nations. L’esprit et l’intention des accords de traité veulent dire que les gens des nations autochtones partageraient leur territoire, mais conserveraient leurs droits inhérents à leurs terres et à ses ressources. Au lieu de cela, les nations autochtones ont fait l’expérience d’une histoire coloniale qui a eu pour résultat une énorme perte de territoires, un manque de ressources et un financement inéquitable pour les services comme l’éducation et le logement.

Nous soutenons que:

Le Canada est devenu un des pays les plus riches du monde en utilisant sa terre et ses ressources. L’extraction minnière, les industries du bois, du pétrole et de la pêche sont parmi les plus puissantes au monde grâce à la terre et ses ressources. Quelques nations natives parmi les plus pauvres (comme les Attawapiskat) ont des mines ou d’autres moyens d’extraction des ressources sur leur territoire, mais ne reçoivent aucun partage des bénéfices énormes générés. L’exploitation des ressources naturelles a laissé une bonne partie des territoires et des plans d’eau pollués et empoisonnés, les animaux et les plantes meurent dans beaucoup d’endroits au Canada. Nous ne pouvons pas vivre sans la terre et l’eau. Nous avons des lois qui sont bien plus anciennes que celles de ce gouvernement colonial sur la façon de vivre sur la terre.

Nous soutenons que:

En ce moment, ce gouvernement essaie de passer beaucoup de lois afin que les territoires des réserves puissent également être vendus et achetés par de grosses entreprises afin de générer plus de bénéfices des ressources naturelles. Ils promettent de partager cette fois-ci. Pourquoi ces promesses seraient-elles différentes des promesses passées non tenues ? Ils ne nous laisserons rien si ce n’est que de l’eau, de la terre et de l’air empoisonnés. Ceci est une tentative de supprimer la souveraineté et le droit inhérent à la terre et aux ressources des nations autochtones.

Nous soutenons que:

Il y a beaucoup d’exemples de pays évoluant vers la durabilité et nous devons demander le développement durable également. Nous croyons en des communautés saines, justes, équitables et durables et nous avons une vision et un plan concernant le comment les bâtir.

S’il vous plaît, rejoignez-nous dans la création et réalisation de cette vision.