Archive pour kurdistan confédération communes libres

Guerre coloniale au Moyen-Orient: La forfaiture de la vraie fausse indépendance du Kurdistan sous l’égide impérialiste… (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 22 septembre 2017 by Résistance 71

A lire: “Que se passe t’il au Rojava ? Le Confédéralisme Démocratique a t’il été trahi ?”

« Manifeste pour un Confédéralisme Démocratique » 2011

Gordon Duff de VT est un spécialiste de l’endroit où il a vécu (nord de l’Irak, “Kurdistan d’Irak”) et a travaillé. Duff nous rejoint tout à fait pour confirmer que le nœud de l’affaire est le “Kurdistan” mafieux de Barzani à la solde de la CIA depuis des lustres et que ce qu’il se passe au Rojava est une trahison du Confédéralisme Démocratique du peuple kurde de cette région et de l’autonomie kurde par quelques mafieux corrompus du PYD. Le but pour l7empire, étant de relier le “Kurdistan occidental” (syrien) au “Kurdistan oriental” (irakien) sous la même bannière mafieuse contrôlée par l’empire. 

Duff le dit clairement, la corruption et le chantage sont à l’œuvre et le plan israélo-yankee ne pouvait pas fonctionner avec le CD des assemblées populaires en place. Il fallait impérativement casser le CD et imposer une forme étatique “édulcorée” pour donner le change, ceci fut fait l’an dernier avec l’application de cette escroquerie qu’est le “contrat social du Rojava” (suffit de le lire pour s’en convaincre… ce n’est qu’un document constitutif d’un état n’ayant rien à voir avec le CD établi et renforcé depuis 2012 au Rojava). Une fois ce “contrat social” en place, le CD devient impossible et la jonction avec le Kurdistan d’Irak et sa mafia devient une réalité voulue et planifiée par l’empire. Tel est le plan et il est impossible pour tout anarchiste ayant les idées en place, de soutenir une telle forfaiture ! Telle est notre vision de la chose et G. Duff confirme notre position avec cet article ci-dessous.

~ Résistance 71 ~

 

Kurdistan et le voile de mensonges

 

Gordon Duff

 

20 septembre 2017

 

url de l’article:

https://www.veteranstoday.com/2017/09/20/neo-kurdistan-and-the-veil-of-lies/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Avec le vote au referendum kurde à venir (NdT: en Irak le 25 septembre), plusieurs choses sont claires, “claires comme du jus de chaussettes” comme on dit. Après tout, tout le monde aime bien les Kurdes, les gens les plus charmants et gentils de la planète. Est-ce pour ça que les Turcs les ont massacrés ou que Baghdad est sens dessus-dessous à ce sujet ou pourquoi, lorsqu’on remonte un peu dans le temps, le président américain George H.W Bush (le père) a permis à un Saddam Hussein vaincu de gazer à mort 30 000 Kurdes avec l’accord tacite des Américains ?

Peut-être que ce n’est pas en fait le peuple kurde en lui-même, mais quelque chose d’autre. Nous allons analyser ce vote à venir et ceux qui sont impliqués derrière le rideau. Commençons.

Le referendum kurde est, peut-être, l’évènement le plus mal documenté et le plus mal rapporté des temps récents. Pour l’avide consommateur de fausses nouvelles, le peuple kurde veut avoir un gouvernement indépendant et ne plus être dirigé par Baghdad. Ceci est vrai, bien que saupoudré de faits alternatifs, de pirouettes et de conjecture. En réalité, nous assistons à l’escroquerie du siècle.

Allons droit au but sans perdre de temps inutilement. La nouvelle nation kurde sera un “fourre-tout” pour les clients qui ont manipulé le peuple kurde comme des marionnettes  au travers de leur leadership oligarchique. Et oui, nous parlons ici de gros comptes en banque suisses et de bien des années d’affiliation avec les agences de renseignement israélienne, américaine, turque et saoudienne.

Le peuple kurde lui-même, peut-être parmi les peuples les plus décents et les plus enclins au pardon de la planète, possède quelques uns des biens les plus précieux sur Terre. Il est assis sur d’énormes réserves de pétrole et de gaz naturel, est sur la route des oléoducs et, peut-être de manière plus importante, peut–être modelé en une nation en forme de serpent s’étendant de la Méditerranée en Syrie, à travers cette nation, à travers l’Irak, vers l’Iran et la Mer Caspienne.. Les Kurdes qui ne désirent que leur diaspora disséminée dans le monde, retourne à la maison, vers la sécurité et la stabilité, vont se retrouver une nouvelle fois “dans la panade”. Voyez-vous, il n’y aurait jamais eu d’EIIL/Daesh en Irak sans ll’accord fait entre les anciennes forces baathistes de Saddam, l’armée construite par le général américain David Petraeus (NdT: avant qu’il ne devienne directeur de la CIA sous Obama, aujourdhui en “disgrâce”..), le tout combiné avec le fric saoudien (NdT: et qatari), l’entraînement fourni par la CIA et les conseillers militaires en armement d’Israël.

Les excellents hôtels de la ville d’Erbil et non plus le seul hôtel d’il y a 10 ans le “Erbil International”, ont depuis des années maintenant été les lieux d’hébergement des équipes des ISR (Intelligence/Reconnaissance and Surveillance), qui ont aidé l’EIIL à devenir cette force militaire crainte.

Erbil, avec son aéroport international, était le véritable QG de l’EIIL/Daesh. Des “hommes d’affaire” travaillant pour des compagnies pétrolières imaginaires entraient et sortaient sans cesse, des agences de sécurité les escortaient au “front”, eux et leur expertise, leur équipement haute technologie, les yeux et les oreilles et la planification stratégique de l’Etat Islamique, d’Al Nosra (NdT: Al Qaïda en Syrie), de l’Armée Libre Syrienne et de douzaines d’autres groupes.

De l’équipement lourd qui ne fut pas seulement suppléé par des traîtres payés par la CIA en Syrie et en Irak et qui détournèrent des milliards de matos militaire vers les terroristes, inondèrent les ratières, Aqaba en Jordanie, Israël, l’Arabie Saoudite, mais surtout la route des Balkans à travers la Turquie, tout y passa, des gaz chimiques jusqu’aux missiles les plus avancés TOW (anti-chars).

Derrière tout ceci est l’histoire, pas seulement de ces 20 dernières années, mais de milliers d’années, alors que le Moyen-Orient fut martelé par un empire après l’autre, les plus importants comme l’Egypte, l’empire perse, l’empire ottoman ou les derniers “acteurs colioniaux vif-argent” en date comme les Français, les Britanniques et maintenant les Américains. Le Kurdistan était Sumaria et Chaldea, Ur et Nineveh, 6000 ans d’histoire commençant avant les contes de la création des derniers venus israélites.

Nous reconnaissons les Kurdes comme une ethnicité unique et ce dès le XVème siècle lorsque commença leur relation bancale avec la Turquie et l’empire Ottoman ; un de ces épisodes étant combattu aujourd’hui, quelques 500 ans plus tard, dans le nord de la Syrie actuelle.

Alors que l’occident divisait le Moyen-Orient à la fin de la grande guerre, créant de telles entités telles que la Turquie moderne et le royaume des Saoud, il n’y eut pas de patrie pour les Kurdes, un peuple laissé à la dérive de l’histoire, un peu beaucoup comme les Palestiniens dans l’après seconde guerre mondiale. Là où les Palestiniens furent expulsés et marginalisés, les Kurdes existaient comme une petite épine dans le pied du géant turc jusqu’à ce que l’heure sonne pour la CIA de se servir d’eux contre Saddam Hussein.

De là, La CIA a infiltré les régions kurdes de l’Iran, fomentant la discorde dans l’après révolution islamique de 1979, évènement qui fut si catastrophique pour les intérêts des Etats-Unis.

Israël a utilisé les Kurdes pour infiltrer l’Irak, espionnant sur les programmes d’armement de Saddam en achetant son chemin au sein des tribus dissidentes qui joueraient un rôle lorsque Saddam serait parti. Est-ce que ce fut Israël qui manœuvra Saddam dans l’invasion du Koweît, servant de relais à l’accord des Américains pour l’incursion de Saddam et qui fut complètement soutenu par Bush (père), du moins initialement ?

Est-ce un des premiers évènements où le nexus israélo-saoudien montra sa sale tête ? Ceci serait-il aussi un signe montrant à quel point est importante la pénétration des affaires étrangères américaines par les entités israélienne, saoudienne et turque ? La montée des nouveaux cons à la fin des années 1990 fut-elle un autre signe ? Quid du 11 septembre ?…

La “situation” kurde aujourd’hui n’est peut-être qu’un “plan de secours” considérant la défaite à venir de l’EIIL. Si Trump est contrôlé par une agence de renseignement étrangère, ne serait-ce pas bien plus possible que ce soit celle d’Israël plutôt que celle de la Russie ? Est-ce que l’action de l’Amérique, poussant les Kurdes sur Deir Ezzor et vers une confrontation directe avec l’Armée Arabe Syrienne et la Russie sur place, ne va pas bien servir les intérêts d’Israël ? L’effort simultané saoudien offrant ses “bons services” pour régler la dispute Erbil/Baghdad n’est-il pas aussi cousu de fil blanc ?…

Si l’Amérique de Trump est, comme bon nombre le suspecte, un état-client israélo-saoudien, l’effort concerté de l’AS, d’Israël et des Etats-Unis pour utiliser un état kurde comme un tremplin pour bouger contre l’Iran et renouveler le terrorisme dans toute la région, ne serait-il pas une certitude ?…

La Turquie d’Erdogan va t’ellle laisser passer, minimisée, dépassée, bloquée qu’elle est par sa demande d’intégration dans l’UE ou une alliance rivale va t’elle se former ?… Est-ce que le Pakistan, maintenant en porte-à-faux avec les Etats-Unis, va t’il finir pas se séparer de l’AS ? Reconnaissant l’effort de cette nation en Afghanistan et le rôle négatif qu’il a eu sur la sécurité pakistanaise ?…

Quand on examine les intérêts nationaux et le contexte historique, on ignore souvent trop simplement la simple corruption et le chantage et le rôle que joue de tels efforts sur la scène internationale ?

La plupart de la “magie” derrière l’EI était simplement cela, corruption et chantage, les généraux Irakiens et Syriens et même des gouvernements entiers siégeant à Washington, Erbil et Ankara. Sans une plus grande “boîte à outils”, le referendum à venir va peut-être bien fournir le terreau pour une nouvelle génération de massacres, la dernière des choses que veuille le peuple kurde…

Publicités

Conscience politique: État, capitalisme et patriarcat… réflexion sur le fascisme

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 13 mai 2017 by Résistance 71

« Sans la nature hiérarchique, hégémonique de l’État, qui monopolise l’usage de la force, l’économie, l’idéologie officielle, l’information et la culture ; sans les appareils de sécurité omniprésents qui pénètrent tous les aspects de la vie sociale, des médias à la chambre à coucher ; sans la main mise disciplinaire de l’État en tant que “dieu sur terre”, aucun système d’exploitation et de violence ne pourrait survivre. »
~ Dilar Dirik ~

 

A lire: « Le Confédéralisme Démocratique » (Abdullah Öcalan)

 

Patriarcat, fascisme et capitalisme (extrait)

 

Dilar Dirik

 

Avril 2017

 

Source: https://robertgraham.wordpress.com/2017/05/06/dilar-dirik-patriarchy-fascism-and-capitalism/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un produit de la modernité capitaliste

Il y a eu bien des tentatives pour expliquer le phénomène de l’EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant devenu “Etat Islamique”) et son attirance pour des milliers de jeunes gens, spécifiquement considérant la brutalité extrême des méthodes de l’organisation. Beaucoup en vinrent à la conclusion que ceux qui vivent sous l’EIIL servent souvent le groupe par peur ou à cause de généreuses récompenses d’ordre économique. Mais clairement, il y a des milliers de personnes venant du monde entier qui rejoignent volontairement ce groupe ignoble non pas malgré le fait, mais à cause de sa capacité de commettre des actes malveillants les plus atroces et impensables. Il semble que ce ne soit pas la religion, mais un sens cruel et sans pitié du pouvoir et ce même en risquant la mort, irradiant de l’EIIL qui attire des gens du monde entier à rejoindre ce groupe extrémiste.

Les théories à simple facteur échoue généralement à envisager le contexte politique régional et international, économique et social qui permet à une doctrine anti-vie comme celle colportée par l’EIIL d’émerger Nous devons reconnaître cet appel de l’EIIL aux jeunes hommes, privés de la chance d’être des êtres humains décents, adéquats, sans justifier l’agenda génocidaire et violeur fou à lier du groupe, ni de retirer quelque responsabilité que ce soit aux individus qui commettent ces crimes contre l’humanité. Il est crucial de contextualiser le sens de la gratification instantannée sous la forme d’un pouvoir autoritaire, d’argent et de sexe qu’offre l’EIIL dans une société cancérisée par le capitalisme patriarcal, qui rend la vie désespérée, vide et sans objectif.

Faire de la réponse à l’appel de l’EIIL un cas pathologique sur fond de soi-disant “guerre au terrorisme”, au lieu de la situer dans le contexte d’institutions de pouvoir bien plus larges et d’une violence qui, de manière inter-reliée, génèrent des systèmes autoritaires entiers, ne nous permettra pas de commencer à comprendre ce qui conduit “de braves garçons” d’Allemagne (ou d’ailleurs) à voyager vers le Moyen-Orient afin d’y devenir des bouchers. Et pourtant, l’EIIL est la seule manifestation extrême d’une telle tendance apocalyptique globale. Avec le glissement récent vers des politiques extrémistes de droite autoritaire dans le monde, un mot, considéré à un moment comme ne faisant plus partie du lexique de la société humaine, a refait son apparition dans nos vie quotidienne et notre lexique politique: le fascisme.

Il y a clairement une grande différence entre les contextes, les caractéristiques et les méthodes des mouvements fascistes variés ; mais lorsqu’on en vient à l’organisation hiérarchique, le processus de pensée autoritaire, le sexisme extrême, la terminologie populiste et les modes de recrutement intelligents, capitalisant sur des besoins perçus, des peurs ou des désirs parmi des groupes sociaux vulnérables, l’EIIL en bien des cas se fait le miroir de ses contre-parties internationales.

Peut-être peut-on penser au fascisme comme un spectre, dans lequel des états établis au sommet du système capitaliste mondial ont les moyens de reproduire leur autorité au travers de certaines institutions politiques, de politiques économiques, de commerce des armes, d’une hégémonie culturelle et médiatique, tandis que d’autres, en réaction, se reposent sur des formes plus “primitives” de fascisme, comme par exemple une violence extrémiste en appararence gratuite. Il y a de clairs parallèles sur le comment les fascistes partout, se reposent sur un régime de paranoïa généralisée, de manque de confiance et de peur afin de renforcer la poigne de fer de l’État. Ceux qui défient leurs ennemis sont étiquetés “terroristes” ou “ennemis de dieu” et alors toute action permettant de les détruire devient légitime.

Le fascisme repose fortement sur l’incapacité quasi totale de prise de décision de la communauté au sens large. Il est nourri par un climat dans lequel la communauté est incapacitée à pouvoir agir directement, à exprimer une forme de créativité et à développer ses propres alternatives. Toute forme de solidarité et de loyauté dirigée envers quoi que ce soit ou qui que ce soit autre que l’État doit être systématiquement éradiquée, de façon à ce que le citoyen / membre isolé et individualisé à l’extrême, soit totalement dépendant de l’État et de ses politiques institutionnalisées ainsi que des systèmes de connaissance inhérents.

C’est pourquoi ce qui constitue un des piliers les plus importants du fascisme est le capitalisme (NdT: dans sa forme privée ou sa forme de capitalisme d’état prenant alors une forme “brune” ou “rouge” selon l’idéologie totalitaire étatique employée…), en tant que système économique, idéologique et forme d’interaction sociale. Dans le système de valeur de la modernité capitaliste, les relations humaines ont besoin d’être réduites à de simples interactions économiques, calculables, mesurables par l’intérêt et le profit. Il est facile de déceler la capacité du capitalisme à disposer de la vie au nom d’intérêts plus larges comme se situant en parallèle du gâchis de vies humaines généré par l’EIIL au nom de son pseudo-califat du viol, du pillage et de l’assassinat de masse.

La plus vieille colonie d’entre toutes

Plus critiquemet peut-être, le fascisme n’aurait pas pu émerger sans la mise en esclavage de la plus vieille colonie d’entre toutes: les femmes. De tous les groupes opprimés et brutalisés, les femmes ont été soumises aux plus anciennes formes de violence institutionnalisée. Voir les femmes comme butin de guerre, comme outils au service des hommes, comme objets sexuels et de gratification associée et le site pour l’assertion du pouvoir ultime, persiste dans chaque manifeste fasciste. L’émergence de l’État, avec la fétichisation de la propriété privée, furent mis en place par dessus tout par la soumission des femmes.

De fait, il est impossible d’affirmer le contrôle sur des populations entières ou de créer des divisions sociales profondes sans opprimer et marginaliser les femmes, dont la promotion est faite dans l’écriture narrative historique à dominance mâle, une théorie de la production, et une administration politico-économique. L’État est modelé sur la famille patriarcale et vice versa. Toutes les formes de domination sociale sont à un moment donné, des répliques de la forme d’esclavage la plus intime, compréhensive, directe et nuisible, qui est la subjugation sexuelle des femmes dans toutes les sphères de la vie sociale.

Des structures et des institutions de la violence et de la hiérarchie différentes, comme le capitalisme et le patriarcat, ont des caractéristiques distinctes, mais le fascisme constitue la collaboration concentrée, inter-reliée et systématisée entre elles. C’est là que le fascisme et le capitalisme, alliés au mode le plus ancien de domination humaine, le patriarcat,, trouvent leurs expressions les plus monopolistes et systémiques au sein de l’état-nation moderne.

Des régimes préalables au cours de l’histoire ont eu des caractéristiques despotiques, mais se sont toujours fondés sur des codes moraux, des théologies religieuses, divines ou des institutions spirituelles, vues et perçues comme légitimes par la population. C’est une particularité de la modernité capitaliste que d’abandonner toutes prétentions et affirmations de moralité en relation de la loi et de l’ordre et d’exposer ses systèmes obscènement destructeurs juste pour la justification de l’État par et pour lui-même.

Sans la nature hiérarchique, hégémonique de l’État, qui monopolise l’usage de la force, l’économie, l’idéologie officielle, l’information et la culture ; sans les appareils de sécurité omniprésents qui pénètrent tous les aspects de la vie sociale, des médias à la chambre à coucher ; sans la main mise disciplinaire de l’État en tant que “dieu sur terre”, aucun système d’exploitation et de violence ne pourrait survivre. L’Etat Islamique est un produit direct des deux: des anciens modèles de hiérarchie et de violence, aussi bien que de la modernité capitaliste ayant son état d’esprit particulier, son économie et sa culture. Comprendre l’EIIL et d’une manière plus générale, le fascisme, veut dire comprendre la relation entre le patriarcat, le capitalisme et l’État.

Résistance et renouveau politique: Le confédéralisme démocratique kurde montre une certaine voie…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 23 décembre 2014 by Résistance 71

Seule la partie « électorale » ne nous convainc pas, pour le reste, il s’agit d’un grand pas en avant démocratique, à l’instar des Zapatistes du Chiapas au Mexique.
Le contre-pouvoir de la confédération des communes libres doit à notre sens être atteint hors système étatique. Il n’y a pas de « réforme » de « noyautage » possible d’un système bien au-delà de toute rédemption. La société organique s’organise et dilue le pouvoir au sein des communes (libres) que se fédèrent entr’elles.

— Résistance 71 —

« Pour renverser le capitalisme et l’État, les individus doivent s’unifier en communautés, se rassembler et croître ensemble dans un cadre donnant un sens d’appartenance, un corps social fournissant de nombreux organes et sections. Si ceci devait se produire, la création d’une « véritable structure sociale organique », comme le disait Gustav Landauer, pourrait commencer et c’est cette structure qui dans le temps  « détruit » l’État en le déplaçant. Avec la croissance de l’individu en familles, des familles en communautés et communautés en association volontaire, une entière infrastructure alternative se lèvera alors du sein même de l’État, pour éventuellement le remplacer en le dépassant dans sa dimension pratique afin que l’ordre politico-social existant soit enfin remplacé par une « société des sociétés » (Landauer) volontaire et totalement librement constituée.
~ James Horrox ~

 

Bookchin, les Kurdes et l’anarchisme

 

Pierre Bance

 

15 Décembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.autrefutur.net/Bookchin-les-Kurdes-et-l

 

La résistance de la ville de Kobané aux assauts des islamistes a révélé au monde la mise en route par les Kurdes de l’« autonomie démocratique » dans le nord de la Syrie, le Rojava. Un système politique pensé, depuis sa prison turque, par le fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Ocalan, lui-même inspiré par « l’écologie sociale » et sa traduction politique, le « municipalisme libertaire », du philosophe américain Murray Bookchin (1921-2006).


Les anarchistes, toujours plein d’espoir, saluent la conversion idéologique du chef d’un parti communiste léniniste avec une certaine témérité ! Défiler avec une banderole « Des armes pour la résistance kurde », à l’égal de l’ensemble du spectre politique, est-ce bien prudent quand on connaît le fournisseur mais non l’utilisateur final dans une zone où les islamistes ont été principalement armés, volontairement ou non, par les Occidentaux ? Céder à un fantasme érotico-militant en se laissant fasciner par l’image, notoirement fabriquée par les grands médias, de combattantes kurdes en uniforme et armées, ombres d’une guerre d’Espagne idéalisée, est-ce bien libertaire ? Les plus avisés des militants nuancent leur enthousiasme naturel en attente d’informations dont certains se sont mis en quête jusque sur place. Pour l’instant, la seule information sûre dont on dispose tient aux textes de Bookchin [1]

Bookchin écrivit que « l’obligation faite à l’humain de dominer la nature découle directement de la domination de l’humain sur l’humain ». Ce qui se traduit par l’idée que le capitalisme détruit la nature et condamne l’homme à la disparition sauf à saper son outil de domination et d’aliénation, l’État, avant la réalisation de cette désespérante perspective. Le modèle proposé par Bookchin s’appuie sur les communes et leur libre fédération au niveau approprié à chaque question sociale, économique, politique, culturelle… écologique bien sûr. Les délégués des communes sont élus par les habitants du village ou du quartier, voire tirés au sort, et révocables à tout moment. Jusque-là rien de choquant pour la doxa anarchiste, il s’agit bien du fédéralisme proudhonien revu par Kropotkine et d’autres. C’est la stratégie qui cloche et explique la faible audience de Bookchin en Europe.

Ce dernier propose non pas de renverser l’État par une révolution mais de le subvertir, de le phagocyter en développant une société parallèle au système légal de représentation. Dans un premier temps, un mouvement venu de la base se présente aux élections locales pour s’insinuer dans les conseils municipaux et « prendre le pouvoir » communal afin de propager l’idée de démocratie directe et favoriser une politique de décroissance maîtrisée ; c’est peut-être ce qui se passe dans le Kurdistan « turc ». Dans un deuxième temps, les communes acquises à l’écologie sociale et au communalisme se fédèrent ; comme dans le Rojava aujourd’hui. Dans un dernier temps, leur fédération, devenue contre-société et contre-pouvoir, rend inopérantes les anciennes institutions, submergées, délégitimées. Cette stratégie essuya un tir de barrage des anarchistes dans les années 70-80 notamment lors de la parution en 1976 du recueil de textes Pour une société écologique (Christian Bourgois). Pour les anarcho-syndicalistes, Bookchin ne donnait aucun rôle au syndicat, moteur de la lutte des classes et modèle de fonctionnement d’un autre futur ; pour d’autres courants, il ne tenait pas compte des perversions de l’électoralisme et sous-estimait la capacité de réaction du capital ; pour d’autres encore, sa fédération de communes au pouvoir constituant relancerait une forme d’État. Les quelques communistes libertaires qui osèrent l’expérience municipale ne récoltèrent que sarcasmes.

L’histoire a fait son œuvre. Démocratie directe, fédéralisme, autogestion, assemblée générale, respect de la position minoritaire, mandat précis, délégation révocable, etc. font vivre les mouvements sociaux de par le monde et relèguent aux catacombes les méthodes du marxisme-léninisme. Même si déjà, en 1964, Bookchin constatait que « l’évolution historique a vidé de leur sens pratiquement toutes les objections aux idées anarchistes », il pensait aussi que l’anarchisme avait besoin d’une mise à jour. On l’attend encore. Viendra-t-elle du PKK transmuté, de ses rameaux de Syrie ou d’Irak ? Plus que les bombes, l’anarchisme serait-il la juste réponse à l’islamisme ? Penser que l’idée émancipatrice sera plus forte que la mitraille pour vaincre l’obscurantisme est nécessaire et raisonnable. Et c’est pour cela qu’il faut aider, la résistance kurde, soutenir ceux qui s’engagent à ses côtés. Selon nos moyens, sans fabriquer de mythe, sans chercher le « grand Autre ».

 

Notes

[1] Peu de ces écrits sont disponibles en français. Heureusement, pour une première approche, vient de sortir une brochure de qualité dans laquelle Vincent Gerber et Floréal Romero, associent leurs commentaires à des morceaux choisis (Murray Bookchin, pour une écologie sociale et radicale, Neuvy-en-Champagne, Le passager clandestin, « Les précurseurs de la décroissance », 2014, 92 pages, 8 €). 
Pour avoir une idée plus précise de l’écologie sociale, consulter le site Écologie sociale.ch (http://www.ecologiesociale.ch/) où l’on trouvera, une bibliographie des textes de Bookchin traduits en français. 
Sur les Kurdes, la diversité de leurs positions, la complexité de leurs alliances, lire d’Allan Kaval, « Les Kurdes combien de divisions ? », Le Monde diplomatique, novembre 2014. 
Sur la perception anarchiste de la question, consulter, entres autres : 
 Le Monde libertaire, n° 1750, 2-8 octobre 2014, page 12 (Rafael Taylor) ; 1752, 16-22 octobre 2014, page 3 (Anarchiste soloidaires de la résistance du Rojava) ; n° 173, 23-29 octobre 2014, page 12 (David Graeber) ; n° 1755, 6-12 novembre 2014, page 16 (Anarchistes solidaires). 
 Alterrnative libertaire, n° 244, novembre 2014, page 8 (Dossier) ; n° 245, décembre 2014, page 15 (Délégation française à Kobané).

Ingérence occidentale en « Syrak »: Kobané ou la guerre contre le Confédéralisme Démocratique kurde… (Pepe Escobar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 octobre 2014 by Résistance 71

“Le droit d’auto-détermination des peuples inclut le droit à un état pour eux-mêmes. Quoi qu’il en soit, la fondation d’un État n’augmente en rien la liberté du peuple. Le système des Nations-Unies qui est fondé sur celui des États-Nations est demeuré inefficace. Dans le même temps, les états-nations sont devenus de sérieux obstacles au développement social. Le Confédéralisme Démocratique est le paradigme politique constrastant des peuples opprimés. Le Confédéralisme Démocratique est un paradigme social non-étatique. Il n’est pas contrôlé par un état. Dans le même temps, le Confédéralisme Démocratique est le modèle culturo-organisationnel d’une nation démocratique. Le Confédéralisme Démocratique est fondé sur la participation de la base. Son processus de prise de décision repose sur les communautés. Les plus hauts niveaux ne servent que la coordination et la mise en place de la volonté des communautés qui envoient leurs délégués dans les assemblées générales. Pour un temps très limité dans un espace donné, ils sont à la fois des portes-paroles et une institution exécutive. Mais le pouvoir de décision ultime demeure avec les mouvements de la base des communautés.”

~ Abdulah Ocalan, leader du Parti Ouvrier Kurde, PKK: “Le Confédéralisme Démocratique”, 2011~

 

La démocratie directe, l’énigme de Kobané

 

Pepe Escobar

 

24 Octobre 2014

 

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article40053.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les femmes courageuses de Kobané, où les Kurdes syriens combattent désespérément l’EIIL/EI sont en train d’être trahies par la “communauté internationale”. Ces femmes guerrières se battent contre les sbires du calife Ibrahim, mais aussi contre les agendas traitres des Etats-Unis et de la Turquie et de l’administration irakienne du Kurdistan. Alors, que se passe t’il vraiment à Kobané ? Commençons d’abord par parler de Rojava. La véritable signification de Rojava, les trois provinces les plus kurdes du nord de la Syrie, est narrée dans cet éditorial en turc de l’activiste emprisonné Kenan Kirkaya. Il argumente que Rojava est la place d’un “modèle révolutionnaire” qui est ni plus ni moins qu’un défi à “l’hégémonie capitaliste et son système des états-nations” et cela au-delà de “sa signification régionale pour les Kurdes, les Syriens ou le Kurdistan”.

Kobané, région agricole, est à l’épicentre de cette expérience démocratique non-violente, rendue possible grâce à un arrangement pendant la tragédie syrienne entre Damas et Rojava (vous ne poussez pas pour un changement de régime contre nous et nous vous laissons tranquilles). Il est argumenté que “même si seulement un seul aspect du vrai socialisme était permis de survivre là-bas, des millions de personnes mécontentes seraient attirées par Kobani.

A Rojava, le processus de prise de décisions se fait au gré d’assemblées populaires qui sont multi-culturelles et multi-religieuses. Les trois personnes officiant dans chaque municipalité sont un Kurde, un Arabe et un Assyrien ou Assyrien chrétien et au moins l’un d’entr’eux doit être une femme. Les minorités non-kurdes ont leurs propres institutions et parlent leurs propres langues.

Parmi la myriades de conseils de femmes et de la jeunesse, il y a aussi une croissance de l’armée féministe devenue célèbre, La YJA milice de l’étoile (”Union des Femmes Libres” avec l’”étoile” symbolisant la déesse mésopotamienne Ishtar). Le symbolisme ne pouvait être plus graphique, pensez aux forces d’Ishtar (Mésopotamie) combattant les forces d’ISIS (NdT: le sigle anglophone de l’EIIL), à l’origine déesse égyptienne, maintenant mutées en un califat intolérant. Dans notre jeune XXIème siècle, ce sont les barricades des femmes de Kobani qui sont à l’avant-garde du combat contre le fascisme.

Inévitablement, il devait y avoir quelques intersections entre les Brigades Internationales combattant le fascisme en Espagne en 1936 et ce qu’il se passe à Rojava, comme l’a consaté un des trop rares articles à ce sujet dans la presse occidentale (David Graeber dans The Guardian: http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/oct/08/why-world-ignoring-revolutionary-kurds-syria-isis ). Si ces composants ne suffisaient pas pour rendre fous les profondément intolérants sbire Wahabbites et Takfiristes et leurs puissants soutiens des pays à pétrodollars du Golfe, il y a alors l’environnement politique lui-même.

Le combat à Rojava est essentiellement mené par le PYD, qui est la branche syrienne du PKK turc, le groupe de guerilla marxiste en guerre contre Ankara depuis les années 1970. Washington, L’UE et l’OTAN, sous la pression turque, ont toujours étiqueté le PKK comme “terroriste”. Un examen attentif du livre que tout le monde devrait lire, d’Abdullah Ocalan:: Democratic Confederalism (en français: http://www.freedom-for-ocalan.com/francais/Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique.pdf) révèle au grand jour que cette équation PKK= staliniste = terroriste est totalement fausse (Ocalan est emprisonné depuis 1999 dans l’île prison d’Imrali). Le modèle politique du PKK et du PYD est le “municipalisme libertaire” (NdT: Inspiré des idées et de la pratique de Pierre Kropotkine et plus récemment de Murray Bookchin et de la pratique zapatiste de l’EZLN au Chiapas). En fait c’est exactement ce que Rojava a mis en place: des communautés auto-gérées mettant en application les principes de la démocratie directe en utilisant les piliers que sont les conseils populaires, assemblées populaires, coopératives entièrement gérées par les travailleurs et défendu par des milices populaires. Ainsi, cela positionne Rojava à l’avant-garde d’un mouvement mondial de démocratie et d’économie coopératif dont le but ultime serait de contourner le concept d’état-nation…

Non seulement cette expérience politique se déroule dans tout le nord de la Syrie, mais en terme militaire, c’est le PKK et le PYD qui parviennent a effectivement sauver ces dizaines de milliers de Yazidis assiégés par l’EIIL sur le Mont Sinjar et non pas les bombes américaines comme veulent le faire croire les pirouettes médiatiiques de l’occident. Maintenant, comme le détaille le co-président du PYD Asya Abdullah, ce qui serait utile est un couloir humanitaire pour briser l’encerclement de Kobané par les porte-flingues du calife Ibrahim. Le jeu de pouvoir du sultan Erdogan d’Ankara pendant ce temps, semble vouloir prolonger la politique du “beaucoup de problèmes avec nos voisins”.

Pour le ministre de la défense turc Ismet Yilmaz, “la cause principale de l’EIIL est le régime syrien” et le premier ministre Ahmet Davutoglu, qui a inventé le défunt “pas de problème avec nos voisins” a constamment insisté sur le fait qu’Ankara n’interviendrait pour sauver Kobané que si les Américains sortaient un plan politique de “l’après Assad”. Puis il y a le personnage haut en couleur d’Erdogan, alias sultan Erdogan. Les édits du sultan Erdogan sont bien connus: les Kurdes syriens devraient combattre contre Al-Assad sous le commandement de cette faction de pieds nickelés qu’est l’Armée Syrienne Libre, reconstituée et qui devra être entraînée en Arabie Saoudite, qu’ils doivent oublier toute forme d’autonomie, qu’ils devraient accepter la requête turque à Washington pour une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Syrie et aussi une frontière “sécurisé” avec la Syrie. Pas étonnant qu’à la fois le PYD et Washington aient refusé ces demandes.

Le sultan Erdogan a ses yeux rivés sur le redémarage du processus de paix avec le PKK et il veut mener les débats en position de force. Jusqu’ici sa seule concession a été de permettre aux Kurdes irakiens Peshmergas d’entrer dans la Syrie du Nord pour contre-balancer les milices du PKK-PYD et ainsi empêcher le renforcement d’un axe anti-turc kurde. Dans le même temps, le sultan Erdogan sait que l’EIIL/EI a déjà recruté plus de 1000 citoyens turcs et plus à venir. Son cauchemar additionnel est que cette mixture toxique débordant en “Syrak” va tôt ou tard déborder aussi puissamment dans les frontières turques.

Attention aux ennemis à la porte

Les sbires du calife Ibrahim ont déjà télégraphié leur intention de massacrer ou de réduire en esclavage la population civile entière de Kobané. Et pourtant Kobané en tant que telle n’a aucune valeur stratégique pour l’EIIL/EI (c’est ce qu’a dit le ministre des affaires étrangères américain lui-même la semaine dernière, mais de manière prévisible, s’est rétracté…). Ce commandant très persuasif du PYD est parfaitement au courant de la menace représentée par l’EIIL/EI. Kobani n’est pas essentielle comparée à Deir Ez-Zor (qui a un aéroport alimentant l’armée arabe syrienne) ou Hasakah (qui a des puis de pétrole contrôlés par les Kurdes aidés par l’armée syrienne). Kobané n’a ni aéroport, ni champs pétroliers. D’un autre côté, la chute de Kobané générerait une forte publicité positive pour la déjà très bien promue entreprise du calife, augmentant la perception d’une armée gagnante surtout pour le moral des jeunes recrues actuelles et potentielles aux passeports européens, ainsi que d’établir une base solide tout près de la frontière turque.

Ce que fait essentiellemet le sultan Erdogan est de lutter à la fois contre Damas (sur le long terme) et les Kurdes (sur le moyen terme), tout en donnant un passage libre (de court terme) à l’EIIL/EI et pourtant à terme, le journaliste turc Fehim Tastekin a raison: entraîner des militants modérés inexistants dans cette si démocratique Arabie Saoudite ne mènera qu’à la “Pakistanisation” de la Turquie. Un remix de ce qui s’est passé dans les années 80 en Afghanistan et son djihad. Comme si cela n’était pas suffisamment trouble comme changement de jeu et renversant son dogme “terroriste”, Washington a maintenant façonné une entente cordiale (NdT: en français dans le texte original) avec le PYD. Cela donne un mal de tête supplémentaire au sultan Erdogan. Cet accord entre Washington et le PYD est toujours à prendre. Pourtant des faits de terrain disent la vérité, toujours plus de bombardements américains, toujours plus de parachutages (incluant de grosses “boulettes” dans les largages qui virent des armements et munitions fraîchement échoir aux portes-flingues du calife). Un élément clef ne devrait pas être occulté. Dès que le PYD a été plus ou moins “reconnu” par Washington, son chef Saleh Muslim s’en alla rencontrer le leader rusé du Kurdistan Regional Governement (KRG) Masoud Barzani. C’est alors que le PYD a promis un “partage du pouvoir” avec les Peshmergas de Barzani sur Rojava.

Les Kurdes syriens qui furent forcés d’abandonner Kobané et de s’exiler en Turquie et qui soutiennent le PYD, ne peuvent pas retourner en Syrie, mais les Kurdes irakiens peuvent aller et venir. Cet accord foireux est l’œuvre du chef du renseignement du KRG Lahur Talabani, Le KRG a de bonnes relations avec Ankara. Ceci met plus en lumière le jeu d’Erdogan. Il veut que les Peshmergas, qui sont de féroces opposants du PKK, deviennent l’avant-garde de la lutte contre l’EIIL/EI et ainsi minent l’alliance entre le PYD et le PKK. Une fois de plus la Turquie joue les Kurdes contre les Kurdes. Pour sa part, Washington manipule Kobani pour complètement légitimiser sa campagne anti-EIIL/EI dans la veine du “R2P humanitaire”. Il est toujours bon de rappeler que tout ceci a commencé avec un véritable barrage de mensonges et de pirouettes de Washington au sujet du groupe terroriste tout autant fantôme que bidon de Khorasan qui soi-disant préparait un nouveau 11 Septembre. Ce groupe a de manière prévisible, complètement disparu de la circualtion depuis. Sur le long terme, le jeu des Américains est une sérieuse menace pour l’expérience de démocratie directe entreprise à Rojava, que Washington ne peut qu’interprèter que comme, dieu nous protège ! Un retour au communisme !

Donc Kobané est donc devenu maintenant une pièce maîtresse dans un jeu sans merci manipulé par Washington, Ankara et Irbil. Aucun de ces acteurs ne veut la floraison et le succès d’une expérience de démocratie directe à Kobané et Rojava, que celle-ci fasse tâche d’huile et qu’elle commence à être remarquée dans le sud globalement. Les femmes de Kobané sont en danger mortel d’être si pas mises en esclavage du moins d’être amèrement trahies.

Cela devient même encore plus évident lorsque le jeu de l’EIIL/EI sur Kobané est vu pour ce qu’il est essentiellement: une tactique de diversion, un piège pour le gouvernement Obama. Ce que visent les sbires du calife est la province Anbar d’Irak, qu’ils contrôlent déjà largement ainsi que la ceinture si cruciale de Baghdad. Les barbares sont non seulement aux portes de Kobané mais aussi aux portes de Bahgdad.