Archive pour Kropotkine contre Malthus Huxley Spencer

L’escroquerie du réchauffement climatique anthropique avatar de l’escroquerie malthusienne de la « surpopulation »…

Posted in actualité, altermondialisme, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 mai 2015 by Résistance 71

Le CO2 est le démon parce que Malthus et Ehrlich ont eu tort sur la surpopulation

 

Opinion invitée: Dr. Tim Ball

 

26 Avril 2015

 

url de l’article original:

http://wattsupwiththat.com/2015/04/26/opinion-co2-is-the-demon-because-malthus-and-ehrlich-were-wrong-about-overpopulation/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La focalisation du monde sur le CO2 est simplement l’objectif final d’un agenda politique bien plus large. Le Club de Rome (CR) et l’agenda 21 du Programme Environnemental des Nations-Unies d’alors (PENU ou UNEP en anglais), régit par Maurice Strong, ont créé un agenda politique fondé sur certaines assomptions toutes reliées à la surpopulation.

  1. Le monde et toutes les nations sont surpeuplés.
  2. La croissance démographique s’effectue à une vitesse intenable.
  3. Toutes les nations utilisent les ressources naturelles à une vitesse insoutenable.
  4. Les nations développées utilisent les ressources à une vitesse bien supérieure que les nations en voie de développement.
  5. Les nations développées sont parvenues à la richesse en utilisant les industries pétrolières
  6. Les nations développées doivent payer des compensations aux nations en voie de développement pour les profits dégagés à leurs dépends et pour les difficultés et coûts d’adaptation impliqués dans la gestion du changement climatique créé par les émissions de CO2.
  7. Réduire les activités des nations développées et ralentir le développement des nations en voie de développement requiert un gouvernement mondial.
  8. Une fois qu’un gouvernement mondial sera en place, le contrôle de la population pourra progresser.

Le réchauffement climatique (anthropique) et le changement climatique (anthropique) sont simplement les menaces émotionnelles utilisées pour confronter la surpopulation. Le problème est le suivant: le monde n’est pas surpeuplé !

L’attaque actuelle sur les nations développées inclut une punition pour leur succès et pour la redistribution de leur richesse mal acquise. Il est ironique qu’ils aient choisi Thomas Malthus (1766-1834) et ses idées comme base de leur agenda parce qu’il argumenta qu’une augmentation de la prospérité était ralentie non pas par une répartition inégale des richesses mais par trop de gens incapables ou n’ayant aucune volonté de créer de la richesse. Il ne voulait pas une réduction de la population dans les grandes largeurs, mais juste une réduction de ceux qui “freinaient” la société. Ses vues et propositions sont très différentes de celles des solutions socialistes de l’agenda 21. Son ouvrage majeur, , An Essay on the Principle of Population, proposait ce que les socialistes d’aujourd’hui considéreraient comme complètement inacceptabe dans le raisonnement et les solutions envisagées. Il voulait que le gouvernement mette fin aux politiques qui encourageraient le peuple à avoir plus d’enfants. Au lieu de réduire la totalité de la population et de prendre aux riches pour donner aux pauvres, il voulait simplement que moins de pauvres naissent.

Le Club de Rome (CR), sous le déguisement de vouloir sauver la planète, adopta et étendit le travail de Malthus en tant qu’agenda de contrôle de la population. Comme l’explique un groupe:

Malthus était un économiste politique qui était concerné par ce qu’il voyait comme le déclin des conditions de vie dans l’Angleterre du XIXème siècle. Il blâma ce déclin sur trois éléments: la surproduction de la jeunesse, l’incapacité des ressources de demeurer à niveau avec l’augmentation de la population humaine et l’irresponsabilité des basses classes de la société. Pour lutter contre cela, Malthus suggéra que la taille des classes les plus basses de la société soient régulée de façon à ce que les familles pauvres ne puissent pas produire plus d’enfants qu’elles ne pouvaient en soutenir.

Ceci est très important pour le débat moderne, parce que la surpopulation est toujours centrale et la force dominante derrière l’utilisation du changement climatique (anthropique) comme véhicule politique.

Malthus blâma la politique sociale du gouvernement et la charité au travers des associations caritatives pour exacerber le problème de la surpopulation (des pauvres) en encourageant les pauvres à avoir toujours plus d’enfants. Comme il l’expliqua:

J’absous totalement Mr Pitt de toute intention sinistre dans cette clause de ce projet de loi sur les pauvres qui aloue un shilling par semaine pour chaque ouvrier et pour chaque enfant qu’il a au dessus de trois. J’ai longtemps pensé, avant même que cette proposition ne voit le jour, qu’une telle possibilité serait bénéficiaire, mais une réflexion plus profonde m’a amené à penser que si l’objectif est de faire mieux pour la condition des pauvres, cela est fait pour en fait détruire l’objectif que la loi s’assigne. Il n’y a aucune tendance que je sache pour augmenter la production du pays et si cela tend à accroître la population sans accroître la production, la conséquence de cela me paraît inévitable, à savoir la production devra être divisée en plus de personnes, ce qui veut dire qu’une journée de travail produira moins de pouvoir d’achat et que donc les pauvres n’en seront que plus stressés.

L’objectif de Malthus était de réformer ou d’éliminer les lois sur les pauvres et de limiter les œuvres caritatives. Malheureusement, son argumentation manquait de preuves tangibles et les exemples qu’il utilisa n’étaient pas d’importance. Par exemple, il utilisa l’augmentation de la population des Etats-Unis en disant qu’elle avait plus que doublée de 2 millions de personnes en 1775 à 4,3 millions en 1800. Il n’identifia cependant pas l’immigration comme étant la raison primordiale de cette augmentation.

Malthus a eu une influence cruciale sur la théorie de l’évolution, comme Darwin l’a reconnu dans son autobiographie de 1876.

“En Octobre 1838, c’est à dire 15 mois après que j’eus commencé ma recherche systémique, j’ai lu pour me divertir les écrits de Malthus sur la surpopulation et étant bien préparé pour apprécier la lutte pour l’existence qui se déroule partout depuis une longue observation continue des habitudes des animaux et des plantes, cela me frappa d’un coup que sous ces circonstances, des variations favorables tendraient à être préservées et des défavorables détruites. Les résultats de tout cela serait la formation d’une nouvelle espèce. J’avais donc enfin une théorie avec laquelle travailler.”

Darwin demandait des preuves pour soutenir toute théorie, mais quelque part, il n’en fit rien pour Malthus. Quoi qu’il en soit, il aimait particulièrement l’idée de caractéristiques “favorables” (désirables) ou “défavorables” (indésirables). Cela cadrait son acceptation et son inclusion dans la 6ème édition de son ouvrage “De l’origine de l’espèce”, de l’expression d’Herbert Spencer “la survie du plus apte”. (NdT: qui est le fondement même de ce qui devint ensuite la pseudo-science du “darwinisme-social” promulguée par Herbert Spencer, Thomas Huxley et consorts) Le problème est Malthus.

Malthus et Darwin ont aussi apparemment ignoré la technologie, parce qu’ils ne se sont intéressés qu’à l’évolution biologique. Ils n’ont pas pris en considération la révolution agricole qui a précédée la révolution industrielle. Cette omission est toujours de mise dans la société d’aujourd’hui dans la mesure où beaucoup de personnes assument que l’évolution s’est arrêtée. Cela est aussi central en tant que thème sous-jacent de l’environnementalisme que de dire que la technologie est une anomalie dangereuse du développement humain. Cela souligne la création de ce terme qui n’a aucun de sens: le développement durable.

L’alarmisme au sujet de la croissance démographique était central aux idées du Club de Rome. Cela reçût un impact au travers du pathétique et incorrect livre de Paul Ehrlich, “The Population Bomb.” Le fait que chaque prédiction unique faite par Paul Ehrlich et John Holdren, aujourd’hui tsar scientifique et conseiller du président Obama pour la science et la technologie, ait été prouvée complèteement fausse, n’arrête pas les extrémistes de voir un besoin pour un contrôle total. Certains pensent même que les gens ne devraient même pas exister. Holdren pense qu’ils devraient être limités et contrôlés comme détaillé dans une liste de ses propostions totalitaires. (http://zombietime.com/john_holdren/ )

 

  • Les femmes pouraient être obligées de mettre un terme à leur grossesse, qu’elles le veuillent ou non ;
  • La population en général pourrait être stérilisée au moyen de produits chimiques mis intetntionnellement dans l’eau potable et la nourriture ;
  • Les mères célibatires et les jeunes mères sous l’âge légal devraient avoir leurs enfants saisi contre leur gré et donné à d’autres couples ;
  • Les personnes contribuant à la “détérioration sociale” (les indésirables) “pourront être requis par la loi d’exercer une responsabilité reproductrice”, en d’autres termes, être forcés à l’avortement ou à la stérilisation.
  • Un “régime planétaire” transnational devrait assumer le contrôle de l’économie mondiale et aussi dicter les détails les plus intimes de la vie des Américains au moyen d’une force de police internationale armée.

Il est crucial pour tous les alarmistes de court-circuiter la résistance du public aux contrôles draconiens, spécifiquement aux Etats-Unis qui offrent des garanties constitutionnelles. Holdren a proposé une méthode pour contourner la constitution en utilisant la constitution. Il a écrit:

“De fait, il a été conclu que les lois de contrôle de la population obligatoires, même des lois incluant l’avortement obligatoire, pourraient être de mise sous la constitution existante si la crise de la population devenait suffisamment grave pour mettre en danger la société.”

Cela paraît-être très officiel, légal et plausible jusqu’à ce que vous réalisiez comment cela donne le contrôle. Il est la personne qui explique comment la constitution pourrait-être utilisée dans ce but précis. Il est celui qui décide quand la crise est suffisamment grave pour mettre en danger la société. Cette technique est applicable à toute menace perçue, incluant bien évidemment le fameux changement climatique (anthropique).

Holdren a dit durant son audition sénatoriale de confirmation à son poste, qu’il ne pense plus de cette façon là et a refusé de répondre aux questions des médias au sujet des points de vue exprimés dans “Human Ecology”. Néanmoins, ses actions et son soutien à la thèse du réchauffement / changement climatique anthropique contredisent cette déclaration. Il est certain que le sous-développement qui est atteint en éliminant les sources d’énergie pétrolières, est un élément central de l’affaire. Dans un entretien en 2010, on lui demanda d’expliquer la pensée derrière les vues exprimées dans Human Ecology.

CNSNews.com a demandé: “Vous avez écrit: ‘une campagne massive doit-être lancée pour restaurer un environnement de haute qualité et pour sous-développer les Etats-Unis, dans votre livre ‘Human Ecology’. Pouvez-vous nous expliquer ce que vous entendiez par ‘sous-développer les Etats-Unis’ ?

Holdren répondit: “Ce que nous voulions dire était d’arrêter les types d’activités qui détruisent l’environnement en les remplaçant par des activités qui produiraient à la fois de la prospérité et une qualité de l’environnemnt. Merci beaucoup.”

Sir John Houghton, le premier co-président du GIEC (IPCC) et l’éditeur en chef des trois premiers rapports dudit GIEC, a confronté la surpopulation de manière différente. Dans un article pour la Global Conversation de Lausanne en 2010 il a dit:

Note du traducteur: C’est ce genre de frappé du missel qui ont des postes politiques d’influences comme au GIEC…

“Laissez-moi d’abord écrire quelques mots au sujet de dieu et de la science. Quelques scientifiques d’importance nous disent que dieu n’existe pas et que la science est la seule histoire qui vaille la peine d’être contée. Argumenter de la sorte est démontrer une incompréhension fondamentale de ce qu’est la science. A la base de tout travail scientifique se trouvent les “lois” de la Nature, par exemple, les lois de la gravité, de la thermodynamique et de l’électromagnétisme, ainsi que les concepts troublants et les mathématiques de la mécanique quantique. D’où viennent ces lois ? Les scientifiques ne les inventent pas, elles sont là pour être découvertes. Avec dieu comme créateur, elles sont les lois de dieu et la science que nous faisons est la science de dieu.

(s’ensuivent ici des psaumes de la bible…)

Alors que nous, façonnés à l’image de dieu, explorons la structure de l’univers que dieu a fait avec toute sa fascination, merveille et potentiel, nous nous engageons dans une activité divine. Beaucoup des fondateurs de la science moderne il y a 3 ou 400 ans, étaient des chrétiens qui faisaient de la science pour la gloire de dieu. Moi-même et d’autres scientifiques aujourd’hui sommes privilégiés de pouvoir suivre leurs traces.

Une responsabilité spéciale que dieu a donné aux humains, créés à son image, est de prendre en charge et de protéger la création. Aujourd’hui, les impacts de l’utilisation de ressources finies, l’accroissement rapide de la population humaine et la menace du changement climatique (anthropique) s’ajoutent très certainement au plus grand défi auquel le monde ait jamais eu à faire face et de la sorte, nous sommes tous impliqués dans ce défi, que nous soyons scientifiques, législateurs, chrétiens ou qui que nous soyons.”

Le Club de Rome et ses arguments de la manifestation de l’Agenda 21 sont considérés comme étant néo-malthusiens parce qu’ils étendent son hypothèse pour dire que la population va dépasser toutes les ressources. La menace fut écrite dans le livre du Club de Rome Limits To Growth. Ceci est devenu le format pour toutes affirmations subséquentes, incluant celles faites par le GIEC. Fondée sur des données totalement inadéquates, y compris celles sur la population et les réserves en ressources, elle fut sujette à analyse utilisant des mécanismes de déveloopement très restreints et forcée dans un modèle informatique au résultat prédéterminé. L’économiste Julian Simon mit au défi l’hypothèse avec un pari qui vit pour résultat une étude empirique. Simon gagna la bataille mais perdit la guerre. Simon fit le pari il y a 35 ans de cela et pourtant la plupart des gens continuent de croire que le monde est en train de manquer de ressources.

Ainsi les prédictions sur la population et les ressources sont fausses, ce qui n’est pas du tout surprenant parce que Malthus avait tort sur les deux points. Pourtant, beaucoup veulent toujours contrôler et limiter la population. Un sommaire de leurs proposition est révélateur:

  • Malthus voulait une réduction de la population, mais il décide quel groupe doit décliner, il était prêtre.
  • En tant qu’athée, Darwin dit que la nature va limiter le nombre, mais cela prête à confusion parce que l’humain est naturel.
  • Houghton veut faire décroître mais affirme que dieu lui a donné l’autorité de décider.
  • Holdren veut faire décroître mais parce que lui ou le parti politique qu’il soutient sont supérieurs à tout le monde, ils vont décider.

L’insanité de tout cela est que rien de ce qu’ils pensent tous a une importance quelconque parce qu’il n’y a pas de surpopulation, il n’y a pas de pénurie de ressources et il n’y a aucune connexion entre le CO2 et le changement climatique. C’est une histoire scientifique sans preuve ou au mieux avec des preuves concoctées par Malthus filtrées par le Club de Rome et le GIEC.

Publicités

Nouvel Ordre Mondial: L’escroquerie de la surpopulation, néo-malthusianisme et eugénisme oligarchique…

Posted in actualité, écologie & climat, économie, crise mondiale, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies with tags , , , , , , on 6 novembre 2012 by Résistance 71

Nous avions publié un article traduit par nos soins en Décembre 2010, qui prédisait déjà que l’oligarchie eugéniste, ne pouvant pousser plus avant sa supercherie du « réchauffement climatique anthropique » suite au climategate (fuite des courrieles internes de l’université d’East Anglia, nid de la « science » derrière le dogme du réchauffement climatique anthropique) de Novembre 2009 prouvant que la « science » entourant la fumisterie du GIEC était en de nombreuses occasions au mieux tronquée, au pire carrément falsifiée ; et que les oligarques donc allaient changer de dogme et remettre au goût du jour la « surpopulation », idéologie falacieuse existant depuis la pseudo-science de Thomas Malthus au XVIIIème siècle et revenant périodiquement faire irruption dans la pensée unique, quand cela est utile… Comme en ce moment !

Nous avions également traduit et publié un article en Mars 2010 sur les Intentions philanthropiques » du milliardaire Bill Gates, fils d’un eugéniste notoire. Il s’agissait de l’article de William Engdahl: « Bill Gates parle de vaccins pour réduire la population« …

Nous avons également abondamment écrit et traduit sur Pierre Kropotkine, le scientifique anarchiste qui a développé le véritable antidote contre le poison des pseudo-sciences du darwinisme-social et du malthusianisme merci de voir les articles ici: 1, 2, 3

Le cheminement du malthusianisme au darwinisme-social a été identifié et dénoncé par les anarchistes dès le XIXème siècle de manière contemporaine au développement de ces idéologies néfastes, voir « la réponse anarchiste » aux affabulations malthusiennes et social-darwinistes.

— Résistance 71 —

 

La surpopulation est un mensonge de l’agenda eugéniste

 

Melissa Melton

 

Le 1er Novembre 2012

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/overpopulation-is-a-eugenics-agenda-lie/print/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pratiquement chaque jour les médias de masse diffusent de nouveaux articles renforçant l’idée que les humains sont des parasites infectant la planète, la surpeuplant et pompant ses ressources. Le chiffre magique, 7 milliards, nous est jeté à la figure comme une accusation, un sort, comme s’il était établi que tant de gens vivant sur la panète était une condamnation à mort automatique pour le monde et tout ce qu’il supporte.

Bryan Wash du Time magazine a déclaré que l’environnement serait la véritale victime de la surpopulation. Dans son article “Zero Population Growth = Healthier Planet ?” Time Wall de Discovery News écrivit: “Un nombre stable d’humains sur la planète ne veut pas nécessairement dire mois d’impact sur l’environnement, mais cela aide.” Les auteures sur le changement climatique Mary Ellen Harte et Anne Ehrlich, coordinatrices politiques pour le Centre de la Conservation de la Biologie de l’université de Stanford, ont posé la question: “Quel est le plus gros problème du monde ?” et y ont répondu en disant: “trop de gens” dans le Los Angeles Times. Rita Chestney de l’agence Reuters a récemment rapporté que 100 millions de personnes mouront d’ici à 2030 à cause du changement climatique anthropogénique qui dévaste la planète, alors que les émission de CO2 sont au plus bas depuis plus de 20 ans.

Un lecteur du Washington Post a même écrit: “Vivre en dedans de nos moyens globaux va demander une baisse radicale de la population terrestre à commencer maintenant.”, dans une op-ed que l’organisation a jugé bon de publier. Ces articles ne l’admettent jamais mais le but n’est pas du tout d’éduquer les gens au sujet de l’environnement et de la croissance démographique. Le véritable but est de nous programmer pour accepter le contrôle des populations. Quel est le véritable agenda derrière cela ?

L’eugénisme.

Taux de natalité en chute libre

Les médias lancent toujours un tas de concepts larges et vagues en l’air sur la façon dont le monde est surpeuplé au détriment total de l’environnement, comme si cela est juste un fait accepté et non controversé.

Sommes-nous dans la panade ? La planète est-elle si dérangée par l’éclatement de la population humaine, qu’elle soit sur le point de sortir de son orbite, de l’espace ?

Bien sûr que non, loin s’en faut. En fait, quand on considère les données actuelles, la seule chose qui chute gravement sur terre, c’est le taux de natalité de l’humanité.

Beaucoup de pays ont une croissance démographique nulle voire même négative, avec des taux de natalité en dessous du taux de remplacement national, c’est à dire le degré de remplacement de la population.

A l’heure actuelle, des pays européens comme l’Allemagne, la Hollande, la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la Suède ont des taux de fertilité au dessous de celui du taux de remplacement de la population. Le Danemark a vu 4 400 enfants de moins nés en 2011 par rapport à 2010, avec des projections sur 2012 faisant que la nation aurait le plus bas taux de natalité depuis 1988.

Le taux de natalité du Canada a chuté à 10,5 / 1000 en 2002, au plus bas depuis 1921. De nouvelles données pour 2011 ont montré qu’il a chuté encore plus à 10,28. Le taux de natalité australien est en déclin ces deux dernières décennies et cela devient tellement problématique que le gouvernement a introduit des “changements extensifs” dans les impôts et les bénéfices sociaux pour encourager les familles et favoriser la croissance de la population.

La Chine, une nation typiquement (mais à tord) dépeinte comme ayant une croissance démographique similaire à celle des lapins a vu son taux de natalité décliner de 16,12 / 1000 en 2000 à 12,31 en 2012. La soi-disante explosion de la population au Mexique s’est avérée être un mythe comme celle de la Chine; en 2010, le magazine the Economist a déclaré que le taux de natalité y est en “chute libre”.

Celui de la Russie en 2012 était encore plus bas à 10,94 / 1000, plus bas que son taux de mortalité de 16,03 / 1000. La Russie a le second taux de mortalité le plus élevé par nation au monde.

En 2009, l’OMS a déclaré que la Corée du Sud avait le taux de natalité le plus bas au monde et ce pour la seconde année consécutive, celui de la Corée du Nord était aussi en déclin de 20,43 / 1000 en 2000 à 14,51 / 1000 en 2012. Le gouvernement du Japon estime maintenant que si le taux de natalité de la nation continue à décliner à la même vitesse que ce fut le cas ces dernières décennies, alors la population déclinera de 30% d’ici à 2060.

Les taux de natalité du Maroc, de la Syrie et de l’Arabie Saoudite ont décliné de près de 60% en général. Le taux de natalité de Singapour est tombé si bas en 2012 (1,2 / 1000), que le cabinet du premier ministre de la nation a publié un article pour combattre ce “problème très sérieux” et appelé: “Notre population, notre futur”.

Alors que le taux de naissance pour garçons et filles chute en Inde, les naissances de filles sont bien plus en chute libre que celles des garçons. La Pologne a officiellement un des taux de natalité les plus bas au monde.

Finalement, le taux de natalité américain a chuté à son plus bas niveau depuis la grande dépression des années 1930, avec un taux en 2011 qui est le plus bas de l’histoire.

Les plus grands taux de natalité en 2012 sont rapportés depuis les nations africaines du Niger et de l’Ouganda, mais ces deux pays ont aussi une des espérances de vie les plus courtes  parmi les nations avec respectivement 54 et 53 ans, comparés aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni où l’espérance de vie est de trente ans supplémentaires en moyenne.

D’après une étude sur la croissance démographique conduite par l’université du Minnesota et le professeur d’écologie Clarence Lehman, “la population humaine a tourné un virage très serré et se ralentit et est sur le point de s’équilibrer vers le siècle prochain”.

Augmentation du taux de maladies

Alors que les taux de natalité et de fertilité chute dramatiquement, d’autres chiffres eux augmentent de manière aussi rapide.

L’OMS a estimé que la maladie de Alzheimer et autres maladies débilitantes affectent 24,3 millions de personnes et est en augmentation dans les pays en voie de développement. L’OMS a annoncé que ce chiffre est supposé doubler tous les 20 ans. Les leucémies infantiles et les cancers du cerveau sont en augmentation également, avec des chiffres augmentant de 1% par an pour chacune des 20 dernières années. Les maladies autoimmunitaires percent les plafonds, la maladie de Celiac, un désordre autoimmunitiare qui provoque une attaque de l’intestin par les anti-corps, afflige maintenant cinq fois plus d’Américains que dans les années 1950. D’après l’association américaine contre le diabète, le diabète de type 1 chez les jeunes Américains a augmenté de 23% juste entre 2001 et 2009. Le Centre for Disease Control a admis dans une étude publiée plus tôt dans l’année que l’autisme affecte maintenant 1 enfant sur 88.

“Ceci suggère clairement que les facteurs environnementaux jouent un rôle dans l’augmentation de ces maladies, les gènes ne changent pas en si peu de temps”, a dit Virginia Ladd, présidente et directrice exécutrice de l’American Autoimmune Related Disease Association (AARDA).

Tuons-nous l’environnment ou l’environnmeent nous tue-t’il ?

Quels facteurs environnementaux pourraient bien rendre les gens si malades ? Il y a tellement d’options sympathiques à choisir entre.

Se pourrait-il que ce soit les vaccins contaminés avec des métaux lourds toxiques et du formol ? N’est-ce pas ironique que les services publices annoncent régulièrement que fumer est nocif en partie parce que la cigarette contient du formol et que celui-ci est carcinogène, quelque chose dont même l’agence de protection environnementale (EPA) nous met en garde contre, mais injecter des nourissons avec des vaccins au formol est quelque part supposé être complètement acceptable ? Injecter à un bébé de deux mois une dose de vaccin contre la diphtérie, tétanos, la rubéole et l’hépatite B et une autre pour la polio, revient à injecter 200 mcg de formol directement dans la circulation sanguine de l’enfant; et ceci ne représente qu’un set de vaccins. L’enfant américain moyen reçoit 36 injections de la naissance au moment où il atteint l’âge de 5 ans.

Peut-être sont-ce les organismes génétiquement modifiées (OGM) dans notre nourriture, qui comme l’ont montré des études scientifiques (celles qui ne sont pas financées par Monsanto) causent des problèmes variés pour la santé allant de la stérilité aux maladiex du foie en passant par les tumeurs cancéreuses et la mort, le tout grâce à Big agro-alimentaire, les mêmes entreprises qui nous ont amenées le DDT et l’agent orange.

Ou bien est-ce l’ingénierie atmosphérique, connue sous le nom de “chemtrails” (NdT: les longues trainées persistantes qui strient le ciel après le passage de certains avions, contrairement aux trainées de condensation des moteurs, qui elles sont de très courtes durées…), la “réponse” de la science au soi-disant changement climatique anthropique et son escroquerie du réchauffement climatique anthropique (RCA), ceci impliquant que des avions épandent une mixture chimique de strontium, de sels de barium et de particules d’alumnium dans notre atmosphère ? Michael Murphy dans son documentaire sur les chemtrails “What in the World are they Spraying?” note que l’effet d’avoir ces produits chimiques toxiques vaporisés dans l’atmosphère sans notre consentement “a dévasté nos récoltes, la vie sauvage et la santé humaine”. La dernière proposition en date pour changer notre planète par l’ingénierie atmosphérique ne va nous coûter “que” 5 milliards de dollars par an et bien que ces programmes se déroulent depuis au moins la fin des années 1990, les officiels gouvernementaux ne veulent toujours pas l’admettre pleinement. Les médias doivent nous vendre la soupe d’abord.

Comme si le fait d’empoisonner notre air et notre nourriture n’était pas suffisant, du fluor artificiel, un déchet industriel des engrais à base d’aluminium et de phosphate, est déversé dans notre eau potable partout aux Etats-Unis et dans le monde. L’eau des camps de concentration nazis étaient fluorée et ce n’était pas parce qu’Adolf Hitler et ses sbires se préoccupaient de la santé dentaire des détenus ! Des études sur les effets négatifs du fluor sont nombreuses, le fluor est connu et prouvé avoir un impact négatif sur les tissus tendres du corps. Le fluor a été lié à des problèmes reinaux, à l’arthrite, des maladies de la glande thyroïde, la calcification de la glande pinéale, des mauvais fonctionnements endocriniens (hormonaux), la stérilité, le cancer des os, des maladies cardio-vasculaires, des faiblesses articulaires, des problèmes gastro-intestinaux et une diminution du QI. Qu’y a t’il d’encore plus tordu ? Si les Américains veulent de fait faire enlever le fluor de l’eau courante publique, nous devons en fait nous engager dans un combat administratif et légal contre nos mairies dans la plupart des cas.

Peut-être sont-ce tous les médicaments que les gens prennent. Aux Etats-Unis seuls, les médicaments de prescription (sur ordonnance) tuent environ 300% plus de gens que les drogues illégales. L’American Medical Association admet que, de manière conservative, les réactions négatives aux médicaments approuvés par la FDA, tuent environ 300 personnes par jour aux Etats-Unis, ce qui cause environ 106 000 morts par an aux Etats-Unis (juste pour consommer des médicaments prescrits). Ce qui veut dire que les produits pharmaceutiques tuent plus d’Américains que la plupart des cancers (sauf le cancer des poumons), la maladie d’Alzheimer, les diabètes, la maladie de Parkinson, les maladies reinales, les maldies du foie, les accidents de la route ou la violence. Et ceci n’est juste que pour les Etats-Unis.

La surpopulation est un mythe

Cet agenda de dépopulation est poussé sur les gens par le mouvement “vert”, avec quelque chose qui peut faire les gens se sentir  chaud et tendre en dedans parce qu’ils font “quelque chose de bien” pour l’environnement, le revers de la médaille de ceci est l’agenda ultime des élites auto-proclamées pour un génocide de masse au nom de sauver la planète.

D’après le Population Research Institute (PRI), le mythe de la surpopulation a été remis aux goûts du jour encore et encore dans les siècles passés afin de faire peur aux gens pour qu’ils acceptent l’agenda eugéniste mis en place:

Des sources multiples émanant du PRI comme de Robert Kunzig du National Geographic disent que, quand les maths sont faits correctement, chaque famille sur terre pourrait avoir une maison avec un jardin et résider dans une masse de terrain de la taille du Texas.

Le Texas représente à peine 169 000 km2 sur les 36,2 millions de km2 des terres émergées de la planète. Peut-être que cet état ne pourrait-il pas supporter par ses ressources autant de personnes, mais cela est une autre histoire. Le point essentiel est que cela serait physiquemewnt possible.

Le pasteur anglais Thomas Malthus (1766-1838) est crédité pour la théorie originale de la croissance démographique, ceci n’était en fait qu’un arguement pour forcer un contrôle de la population. Malthus argumentait que la croissance démographique résulterait à échéance à la famine et à la pauvreté généralisée, ainsi pensait-il que les gens de petite condition se devaient d’avoir la taille de leur famille régulée, réglementée. Darwin admit dans son autobiographie que sa théorie de la sélection naturelle était en partie inspirée du travail de Malthus.

Aujourd’hui, nous avons des milliardaires eugénistes qui possèdent suffisamment de richesse pour affecter le changement mondial comme l’ancien vice-président US Al Gore affirmant que la stabilisation de la population est le seul moyen de combattre le réchauffement climatique anthropique, Bill Gates expliquant que nous pourrions sauvegarder l’emploi de 10 enseignants si nous coupions les bénéfices sociaux de nos grands-mères et le fondateur de CNN Ted Turner (qui a lui-même cinq enfants…), expliquant comment tous les autres devraient être d’accord avec une politique forcée d’un enfant unique pendant cent ans afin de réduire la population mondiale à deux milliards. Le propagateur de peurs Al Gore va faire des milliards de dollars au moyen de ses initiatives sur la taxe carbone si celles-ci passent, alors que celui-ci vole de par le monde dans des jets privés et dépense 30 000 US$ par an en frais divers pour son petit château de 20 pièces, mais il veut taxer notre respiration à tous. La fondation “charitable” de Gates a pour mission de “vacciner la planète”, vaccination dont il admet qu’elle pourrait servir à réduire la population mondiale de 15%, la vaillante mission de Bill Gates a récemmentt laissé près de 48 000 enfants paralysés en Inde. Turner quant à lui a annoncé dans une récente apparition à la télé qu’il pensait que “c’était très bien” que le chiffre de suicide chez les soldats américains augmentaient (NdT: Il a dû s’engager dans une operation de “contrôle des dégâts” et d’arrondissage des angles depuis…).

Remarquez bien que tous ces “braves” gens se font les avocats considérés de la réduction de la population, mais qu’aucun d’entr’eux ne sera volontaire pour le faire en première instance.

Al Gore, Bill Gates, Ted Turner et tous ceux du même accabit, utilisent leur pouvoir, leur richesse, et leur influence pour “jouer à dieu”, mais ils ne sont pas des dieux, ils sont à peine des humains, qui à cause de leur richesse et de leur pouvoir pensent être au dessus du reste d’entre nous. Ils pensent qu’eux seuls peuvent prendre les décisions de qui doit vivre et qui doit mourir. L’agenda eugéniste est bel et bien vivant et les médias vendus, achetés et contrôlés, continuent à rabâcher la propagande pour nous dire que nous devons mourir afin que la planète et les élites auto-proclamées puissent vivre.

Tous les jours nous sommes empoisonnés, volés, abusés et exposés à un mensonge énorme sur une échelle sans précédent. Nous devons réveiller le plus de gens possible sur ce qui se passe avant qu’il ne soit effectivement trop tard.