Archive pour Kropotkine contre darwinisme-social

Coronavirus, falsification et détournement de la science, revue « Nature » et le fléau du darwinisme-social toujours à la manœuvre…

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 22 mai 2020 by Résistance 71

 


Darwin + Malthus + Huxley = X Club (1865)

 

Un certain regard sur la pseudo-science et fadaise quasi généralisée qui sévit depuis la toute fin du XVIIIème siècle et « le principe des populations » du pasteur Malthus en 1798… Depuis lors, tout a été fait pour faire coïncider de pseudo-faits naturels (en tous les cas, de moindre importance comme cette soi-disante « sélection naturelle » de la « survie du plus apte ») pour justifier toutes les turpitudes et crimes de l’oligarchie au pouvoir, justifier le pouvoir coercitif et l’idéologie de classes en soi.
Il est plus que grand temps de faire tomber les masques et de reprendre la barre du bateau ivre…

~ Résistance 71 ~

 

Comment le X-Club de Thomas Huxley créa le magazine “Nature” et sabota la science pour 150 ans (larges extraits)

 

Mathew J.L Ehret

 

13 mai 2020

 

Source:

https://www.veteranstoday.com/2020/05/13/how-huxleys-x-club-created-nature-magazine-and-sabotaged-science-for-150-years/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Au milieu de la tempête de la controverse qui s’est levée suite à la théorie de la création du CoV19 en laboratoire, soutenue par des figures scientifiques emblématiques comme le professeur Montagnier, prix Nobel de médecine 2008 et virologue ainsi que la Dr Judy Mikovits, l’expert en armes biologiques comme Francis Boyle, le cardinal sri lankais Malcolm Ranjith et le chef du corps des gardiens de la révolution iranien, un projet élaboré de réfutation de la théorie fut mis en place et emmené par l’emblématique revue scientifique anglo-saxonne “Nature”. Le but étant de réfuter une fois pour toute, toute annonce de fabrication chimérique du virus au moyen du rapport publié “L’origine proximale du SRAS-CoV-2” ( ‘The proximal origin of SARS-CoV-2’.)

Ce projet fut mené par une équipe de virologues évolutionnistes utilisant une ligne de pensée disant que “la mutation aléatoire peut être source de tout”, ceci fut répété comme un perroquet par Fauci, les officiels de l’OMS et Bill Gates afin de verrouiller toute discussion inconfortable sur une possible origine en laboratoire du CoV19, tout en poussant à fond pour une campagne de vaccination planétaire. Le 18 avril, le Dr Fauci (dont les liens très proches avec Bill Gates et Big Pharma ont beaucoup à voir avec son contrôle sur des centaines de milliards de dollars d’argent alloué à la recherche), a déclaré :

“Il y a eu récemment une étude que nous pouvons vous fournir, qui a vu un groupe de virologues évolutionnistes hautement qualifiés observer les séquences là et les séquences chez la chauve-souris alors qu’elles évoluent. Les mutations que cela a pris pour en arriver au point actuel sont tout à fait consistante avec un saut viral d’une espèce à une autre, de l’animal à l’humain.”

Je pense qu’à ce moment précis, rempli d’arguments spéculatifs, de confusion et de données sous-spécifiées, il est utile de se sortir du présent et d’observer depuis des points de référence supérieurs depuis lesquels nous puissions ré-évaluer les évènements qui se déroulent maintenant à l’échelle mondiale. Afin d’y parvenir, commençons par poser une nouvelle série de questions :

Qu’est exactement le magazine “Nature” ? Est-ce véritablement une plateforme objective de pure recherche scientifique non entachée par la fange des agendas politiques ? Est-ce ce que cette référence de la “bonne méthode”, qui peut faire ou défaire une carrière scientifique, est véritablement ce journal scientifique qu’il affirme être, ou y a t’il quelque chose de bien plus sombre à y découvrir ?..

Comme je l’ai présenté précédemment dans cette série d’articles : The Rise of Optical Biophysics and Clash of the Two Sciences, une vieille bataille a été menée autour des systèmes politiques mais aussi pour quelle sorte de paradigmes scientifiques va façonner notre futur.

Un peu de contexte historique

En 1865, un groupe de 12 scientifiques sous la houlette de Thomas Huxley, Matthew Arnold, Joseph Hooker et Herbert Spencer (NdT : Fondateur du darwinisme-social, qui en 1850 soient 15 ans avant la création du X-Club, publiait un texte sur « Le droit à ignorer l’État », son retournement n’invalide en rien ce texte…), fut créé sous le nom du “X-Club” avec pour mandat de réformer la stratégie mondiale impériale britannique. Au moment de la formation de ce groupe, les états du Nord des Etats-Unis menés par A. Lincoln, étaient très proches d’écraser la rébellion sécessionniste du sud que les services britanniques avaient chouchoutée depuis des décennies, guidée par des agents anglo-américains en Amérique ainsi qu’avec des opérations menées depuis le Canada britannique.

L’empire britannique s’étant épuisé avec la seconde guerre de l’opium (1856-1861), la guerre de Crimée (1853-1856), à mater la révolte en Inde (1857-58) et à financer la confédération sudiste lors de la guerre de sécession (1861-65), il savait qu’il était au bord de l’effondrement. Le monde se réveillait rapidement à sa nature malfaisante et un nouveau paradigme où tout le monde y gagne s’exportait depuis l’Amérique de Lincoln vers les nations du monde (l’Amérique était alors autre chose que cette pourriture géante abrutie anglo-saxonne que le monde connaît depuis l’assassinat de JFK en 1963…) Le système Lincoln est connu sous le vocable de ‘American System of National Economy’, terme créé par le père de l’Allemagne moderne Zollverein, Friedrich List, quelques années plus tôt. A l’encontre du libre échange britannique, ce système américain était basé sur le protectionnisme, une banque nationale, une infrastructure à long terme et plus important encore, plaçait la source de la valeur sur la capacité de l’esprit et de l’intelligence humains d’inventer et de découvrir comme explicité dans le discours éponyme de Lincoln en 1858.

NdR71 : L’auteur ne comprend pas que quel que soit le système en place, rien ne change fondamentalement, ce n’est qu’une question de degré… La seule solution viable pour l’humanité est de sortir définitivement du système étatico-capitaliste. Tout ce qui maintient le système en place n’est que futile réformisme voué immanquablement à l’échec puisque fondé fondamentalement sur le rapport dominant / dominé.

Dans ce système, le concept constitutionnel de bien commun n’était pas juste des mots sur un bout de papier mais le principe gouvernant de la valeur monétaire et de la politique nationale.

Le conseiller économique en chef de Lincoln et coordinateur de l’exportation du système américain internationalement après la guerre de sécession fut Henry C. Carey. Dès 1851, Carey écrivit ses “intérêts d’harmonie” qui disaient :

“Le monde a deux systèmes devant lui, un qui assure qu’augmente la proportion de personnes et de capital engagés dans le commerce et le transport et donc diminuant la proportion engagée à produire des commodités avec lesquelles faire du commerce, avec nécessairement un retour diminué sur le travail de tout le monde ; alors que l’autre assure l’augmentation de la proportion engagée dans le travail de production, diminuant celle engagée dans le commerce et le transport, avec de plus importants retours pour tous, donnant aux travailleurs de bons salaires et aux propriétaires du capital de bons profits…

L’un contemple la paupérisation, l’ignorance, la dépopulation et la barbarie ; l’autre une augmentation de la richesse, du confort, de l’intelligence, de l’action combinée et de la civilisation. L’un contemple la guerre universelle, l’autre la paix universelle. L’un est le système anglais, l’autre est celui que nous devrions être fiers d’appeler le système américain, car il est le seul qui jamais envisagea l’élévation tout en équilibrant la condition de l’Homme dans le monde.”

NdR71: Point de vue totalement illusoire. Les deux systèmes arrivent au même résultat. Il est impossible de sortir de la relation dominant / dominé en maintenant État, marchandise, argent et salariat. L’un est sans doute pire que l’autre, mais n’est en rien une solution, encore moins LA solution pour l’humanité. La seule solution viable est celle des associations libres au sein d’une société des sociétés finalisant notre humanité profonde faite d’entraide et de coopération sans pouvoir coercitif et sans relation dominant / dominé induite et factice.

En Allemagne, le système américain inspira le Zollverein (l’union douanière) qui non seulement unifia une nation divisée, mais l’éleva à un niveau de puissance productive et de souveraineté qui a dépassé le pouvoir monopoliste de la Compagnie des Indes britannique. Au Japon, les ingénieurs américains aidèrent à assembler les trains et les chemins de fer financés par une banque nationale ainsi que des tarifs protecteurs durant l’ère de la restauration Meiji (à partir de 1868). En Russie, un suiveur du système américain Sergei Witte, révolutionna l’économie russe avec des trains américains qui roulèrent sur la voie trans-sibérienne. Pas même l’empire Ottoman demeura intact à cette inspiration du progrès, alors que la voie de chemin de fer Berlin-Baghdad fut commencée avec l’intention de produire un énorme programme de modernisation en Asie du sud-ouest.

[…]

Se réorganiser ou périr

L’empire britannique savait que l’émergence de ce nouveau paradigme allait rendre à la fois son contrôle maritime du commerce international et son programme international d’usure et de financiarisation obsolètes. Il devenait clair que quelque chose devait changer de manière dramatique, que si l’empire ne pouvait pas s’adapter en réponse à ce nouveau paradigme, alors bientôt, il périrait. La tache de reformater la politique impériale d’une approche “de force matérielle” vers une force de contrôle plus “mentale”, fut donnée à Thomas Huxley et le X Club.

Ce groupe a établi les principes scientifiques guides de l’empire qui seraient bientôt mis en pratique par deux nouveaux think tanks connus sous les noms de Fabian Society (NdT: qui contrôlera et contrôle toujours la gauche et l’extrême gauche du capital) et le Rhodes Scholar Trust (NdT qui contrôlera et contrôle toujours la droite et l’extrême droite du capital), sociétés que j’ai explicitées dans mon étude en 3 parties ‘Origins of the Deep State in North America’.

Huxley, qui est tristement connu pour avoir été le “bulldog de Darwin” (NdT: et accessoirement le grand-père des deux frères Julian and Aldous Huxley, le premier eugéniste et fondateur de l’UNESCO et du WWF, le second écrivain célèbre, auteur du célèbre roman de science-fiction, quoi que… “Le meilleur des mondes”…) pour avoir promu sans relâche la théorie de Darwin sur la sélection naturelle (une théorie aux mérites scientifiques auxquels Huxley ne croyait même pas…), décida rapidement que le groupe devait établir un magazine périodique pour promouvoir leur propagande

Fondé en 1869, la magazine en question fut appelé “Nature” et le premier numéro contenait des articles écrits par Huxley et quelques autres membres du X Club. Le but profond du Club et du magazine fut expliqué dans un rapport de 2013 intitulé : “‘Hideous Revolution: The X Club’s Malthusian Revolution in Science’, et expliquait que le but ultime était la redéfinition de toutes les branches de la science autour d’une interprétation statistico-empiriste de l’univers qui niait l’existence d’une raison créatrice dans l’humanité ou dans la nature. La science fut dès lors convertie de l’étude sans limite et de la perfectibilité de la vérité en une “science des limites” mathématiquement scellée.

La science des “limites” devint la fondation même d’une science économique oligarchique pour l’élite et devait bien entendu être maintenue cachée des esprits de la population car elle suivait le principe mathématique de Thomas Malthus de croissance de la population. Ce “principe” de Malthus concernant la population supposait que des êtres humains décérébrés et idiots se reproduisaient géométriquement alors que les mannes de la nature elles croissaient arithmétiquement et donc que les effondrements périodiques des populations étaient une loi inévitable de la nature qui pouvaient au mieux être gérée par un ordre religieux de grands prêtres oligarchiques, qui devaient de temps en temps éliminer  certains segments du troupeau de la population en y faisant des coupes franches.

Malthus et les leaders du X Club croyaient que la nature penchaient et soutenaient la classe dirigeante et lui donnait certains outils pour accomplir cette tache importante (nommément la guerre, la famine et la maladie) et Malthus déclara de sang-froid dans son “Essai sur le principe de la population” de 1798 :

“Nous devrions faciliter les opérations de la nature en produisant cette mortalité au lieu d’essayer de stupidement l’enrayer. Si nous avons peur de la trop fréquente visite de la famine, nous devons alors encourager les autres formes de destruction que nous demandons à la nature d’utiliser. Dans nos villes nous devrions faire des rues plus étroites, mettre plus de monde dans les maisons et faire la cour à la peste pour son retour…”

Le soutien du X Club à la théorie darwinienne de la sélection naturelle fut moins une décision scientifique en cela et bien plus une décision politique, comme Darwin l’admît plus tard dans son autobiographie, sa propre théorie provenait directement de l’étude de Malthus.

“En octobre 1838, 15 mois après que j’eus commencé mon investigation systématique, Je me suis amusé à lire l’essai de Malthus sur la population et en étant préparé à apprécier la lutte pour l’existence qui se passe partout, d’une longue et continue observation des habitudes des animaux et des plantes, cela me toucha d’un seul coup que sous ces circonstances  des variations favorables tendraient à être préservées et les défavorables seraient détruites. Le résultat serait la formation d’une nouvelle espèce. Finalement, j’avais une théorie sur laquelle travailler.”

En universalisant Malthus à toute la vie sur terre, Le X Club obscurcît alors la différence qualitative entre les humains et les singes, ce qui était un avantage pour un empire que ne pouvait que contrôler des humains lorsqu’ils adoptent la loi de la jungle comme standards de pratique morale et identifier la formation plutôt que quoi que ce soit d’autre de fait moral.

Ce ne fut donc pas un accident si Henry C. Carey cibla le darwinisme, Malthus et le X Club sans relâche dans son  Unity of Law: An Exhibition on the Relations of Physical, Social, Mental and Moral Science (1872). Dans ce livre important, Carey attaqua tous les systèmes fondés sur la relation maître/esclave disant :

“Donc, c’est ça qui a fait monter la doctrine de la surpopulation, qui est simplement celle de l’esclavage, chaos et ruine sociétaire, comme condition ultime de l’humanité ; ce qui arrive aussi en conséquence des lois émanant d’une être tout puissant et sage qui instituerait, s’il le voulait, des lois de vertu qui auraient vu la liberté, l’ordre, la paix et le bonheur, être le lot de l’Homme. […]”

Les approches anti-darwiniennes de l’évolution

Bien qu’on nous dise très souvent de nos jours qu’aucun système alternatif n’existait en dehors de la théorie de l’évolution de Darwin, il s’avère que cela n’est pas vrai lorsqu’on regarde d’un peu plus près l’histoire de la science au XIXème siècle.

Pendant cette période, une révolution scientifique anti-darwinienne bourgeonnait dans les sciences de la vie sous la houlette de figures comme James Dwight Dana, Jean-Baptiste Lamarck, Alexander von Humbolt, Georges Cuvier, Karl-Ernst von Baer et Benjamin Silliman (NdT: nous rajouterions bien évidemment ici Pierre Kropotkine dont les écrits qui devinrent “L’entraide, facteur de l’évolution”, furent initialement publiés en réponse directe aux élucubrations sociales-darwinistes de Thomas Huxley. De fait, Kropotkine fut la némésis d’Huxley et les deux hommes se livrèrent une féroce bataille dans le champ des sciences de la vie…). Ces scientifiques commencèrent non seulement à questionner la théorie statique de la nature telle que dérivée de la bible, mais firent de grands pas en comprenant les plus hauts mécanismes causaux définissant le flot de l’évolution.

[…]

Le grand naturaliste et embryologiste Karl Ernst von Baer écrivit dans son “Du but de la Nature” (1876) : (NdR71 : Notez l’insistance sur les mots “harmonie” et “régulation mutuelle” et le sentiment général de complémentarité qui se dégage de cette citation… Nous ne disons pas autre chose : l’union dans la complémentarité de notre diversité, ce qui sera la base de la société des sociétés à venir, la réalisation de notre humanité pleine et ontologique ayant lâché prise de la futilité marchande et du rapport coercitif au pouvoir…)

“Les interconnections réciproques des organismes les uns avec les autres et leur relation aux matériaux universels qui leur offrent les moyens de maintenir la vie, est ce qui a été appelé l’harmonie de la nature, elle est une relation de régulation mutuelle. De la même manière que les tons s’allient pour donner une harmonie lorsqu’ils sont rattachés ensemble en accord avec certaines règles, ainsi peuvent seulement exister dans la nature dans son entité, les processus individuels de cette même entité et ils ne perdureront que s’ils se tiennent en une certaine relation les uns avec les autres. La chance, le hasard est incapable de créer quelque chose de durable, mais est plutôt seulement capable de destruction.”

De l’autre côté, Huxley et les darwinistes firent la promotion de l’opposé, de l’interprétation de l’évolution dans un système pyramidal en commençant avec les imaginaires “mutations aléatoires” dans l’infiniment petit qui supposément s7additionnèrent à la somme collective de toutes les espèces et de la biosphère. Cette biosphère fut donc définie comme étant un peu plus que la somme de ses parties.

L’école impérialiste du X Club de Huxley (NdT: qui trouva son contradicteur le plus efficace en Kropotkine qui rappelons-le écrivit ses essais contradictoires d’Huxley sur l’entraide, facteur de l’évolution, comme antidote ultime à la fange sociale-darwiniste…) niait non seulement l’existence de la créativité depuis cette position métaphysique “plus haute”, mais aussi niait le fait que l’humanité puisse transcrire de manière unique les fruits de ces découvertes créatives en de nouvelles formes de progrès scientifique et technologique qui avait pour effet l’augmentation de la capacité de notre espèce de transcender nos “limites de croissance” (ou comme les néo-malthusiens modernes l’ont étiqueté notre “capacité de portage”)

Le magazine “Nature” perpétue son sombre héritage

Durant tout e XXème siècle, le magazine “Nature” a gagné une sale réputation en tant que défenseur et promoteur des modèles déductifs/inductifs de pensée qui ont détruit les carrières et les vies de beaucoup de scientifiques créatifs.

[NdT : s’ensuit ici l’exemple de l’immunologue Jacques Benveniste (1935-2004) qui fut victime d’une véritable chasse aux sorcières de la part du magazine pendant plus de 15 ans, à lire sur l’article original…]

Le combat d’aujourd’hui pour une science des causes

Que le CoV19 soit d’origine naturelle comme en atteste le magazine “Nature” ou qu’il soit né dans des laboratoires comme le pense le professeur Luc Montagnier, ce qui est certain est que la science peut être retardée momentanément, mais son flot évolutif ne peut pas être retenu pour toujours.

[…]

Décrivant les révolutions scientifiques à venir notemment en biologie, Montagnier a dit:

“Le jour où nous admettrons que les signaux peuvent avoir des effets tangibles, nous les utiliserons. a partir de ce moment là, nous seront capables de traiter les patients avec des ondes. Ceci est un nouveau domaine de médecine dont bien entendu les gens ont peur, tout spécialement l’industrie pharmaceutique… un jour nous serons capables de traiter les cancers en utilisant des fréquences ondulatoires.”

[…]

= = =

Lectures complémentaires:

Entraide_Facteur_de_L’evolution_Kropotkine

=*=

Charles-Macdonald_Anthropologie_de_l’anarchie

lindispensable-de-pierre-kropotkine

Pierre_Kropotkine_L’anarchie-dans-l’evolution-socialiste-2eme-edition-1892

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

40ans_Hommage_Pierre_Clastres

 

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


Pierre Kropotkine ou l’antidote
… au fléau du darwinisme-social !

La science falsifiée : Le darwinisme social et son contre-poison…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, documentaire, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 5 mars 2020 by Résistance 71

 


P. Kropotkine, père de la biologie sociale

 

Résistance 71

 

5 mars 2020

 

Le darwinisme social est la résultante dogmatique d’une interprétation tronquée de la théorie de l’évolution de Darwin ne considérant que ses éléments malthusiens afin de construire une idéologie sociale bâtie sur le concept tronquée de « la survie du plus apte ». Cette construction sociale issue du XIXème siècle britannique a servi à justifier toutes les exactions possibles d’un système étatico-capitaliste parasitaire par essence et a donné une base (pseudo)scientifique à une nature humaine qui serait faite de combat incessant pour la survie, de violence, de tromperie, de mensonge, servant les « plus aptes » à se maintenir en haut de l’échelle sociale, elle-même force ce la nature inéluctable. Il était alors important de « démontrer » que cette relation de combat incessant était LE moteur de la relation sociale dans la nature, justifiant ainsi le pouvoir oligarchique en place.
Le darwinisme social, s’il emprunte beaucoup à Darwin, n’est pas son invention. Elle fut essentiellement celle du biologiste et eugéniste Thomas Huxley, grand-père de Julian et Aldous Huxley, en combinaison avec les théories économico-démographique de Thomas Malthus et celles de Thomas Hobbes (décidément beaucoup de Thomas dans cette affaire…), renforçant la théorie de la « sélection naturelle », la résumant à celle « du plus apte », reprise par la suite par un biologiste du nom de Herbert Spencer. Toutes ces personnes oubliaient un des éléments essentiels de l’évolution, déjà mis en avant dans les recherches du biologiste, zoologiste russe Kessler en 1879 : la coopération, reprise aussi par Darwin dans on ouvrage de la « Descendance de l’Homme », écrit plusieurs années après son « Origine de l’Homme ».

C’est en réaction au poison du darwinisme social émis et publié sous la forme d’un article de Thomas Huxley dans le magazine victorien « Le XIXème siècle », « La lutte pour l’existence : un programme », en février 1888 (voir ici en page 11 et suivantes et aussi en page 9 du PDF de « ‘L’entraide » ci-essous), que Pierre Kropotkine décida de lui répondre dans une série d’articles qui furent par la suite publiés sous la forme d’une livre: « L’entraide, un facteur de l’évolution », publié depuis Londres en 1902 et publié en français en 1906, que nous vous proposons à la (re)lecture ci-dessous en format PDF. Cet ouvrage est essentiel à la compréhension générale de ce qu’est la « nature humaine » dans son véritable contexte évolutionniste. Il nous permet de rétablir un certain équilibre des choses et de mettre en pratique le vieil adage africain disant: « Si tu ne sais pas où tu vas, arrête-toi, retourne-toi et regarde d’où tu viens. »

L’entraide, un facteur de l’évolution
Pierre Kropotkine, 1902
Format PDF

 


Poussière d’étoiles…

Une mise au point toujours Ô combien d’actualité sur la science…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , on 17 mai 2013 by Résistance 71

La science moderne et l’anarchisme

 

Pierre Kropotkine (1903)

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~ Mai 2013 ~

 

Quelle est donc la position occupée par l’anarchisme dans le grand mouvement intellectuel du XIXème siècle ?

L’anarchisme est un concept mondial fondé sur l’explication mécanique de tout phénomène, embrassant la nature dans son entièreté, incluant la vie des sociétés humaines ainsi que leurs problèmes économiques, politiques et moraux. Sa méthode d’étude est la même que celles des sciences naturelles, par lesquelles toute conclusion scientifique doit être vérifiée. Son but est de construire une philosophie synthétique comprenant en une généralisation tout phénomène naturel, et donc la vie de toute société, en évitant les erreurs dans lesquelles se sont fourvoyés Auguste Comte et Herbert Spencer.

Il est ainsi naturel que pour toutes les questions de la vie moderne, l’anarchisme doive donner de nouvelles réponses et s’en tenir à une position différente de celle de la politique et dans une certaine mesure, de tous les partis socialistes, qui ne se sont pas encore libérés des fictions métaphysiques anciennes.

Bien entendu, l’élaboration d’une conception mondiale complète n’a pour ainsi dire pas commencé dans sa phase sociologique, c’est à dire dans la partie qui a à faire avec la vie et l’évolution des sociétés. Mais le peu qui a été fait, porte indubitablement la marque, même si faiblement, d’un caractère certain. Dans le domaine de la philosophie du droit, de la théorie de la moralité, de l’économie politique, de l’histoire (à la fois des nations et des institutions), l’anarchisme a déjà montré qu’il ne se satisferait pas de conclusions métaphysiques, mais recherchera, dans tous les cas, une fondation dans les sciences-naturelles. Il rejette la méthaphysique de Hegel, de Schelling et de Kant, il démonte les commentateurs de la loi romaine et canonique, ainsi que les apologistes de l’État; il ne considère pas l’économie politique métaphysique comme une science et il aspire à gagner une compréhension claire sur toute question soulevée dans ces secteurs de la connaissance. Fondant sa méthode de recherche sur les multiples exemples qui ont été révélés ces trente ou quarante dernières années dans le domaine naturaliste.

De la même manière que les conceptions métaphysiques d’un esprit universel ou de la force créative de la Nature, de l’incarnation de l’Idée, du but de la Nature, du sens de la vie, de l’Inconnu, de l’Humanité (conçue comme ayant une existence spirtituelle séparée) etc, de la même manière que tous ces concepts ont été balayé par la philosophie matérialiste d’aujourd’hui, tandis que les embryons des généralités cachés sous ces termes nébuleux sont traduits dans le langage concret des sciences naturelles, nous procédons alors à nous intéresser aux faits de la vie sociale. Nous essayons là encore d’enlever les toiles d’araignées et de voir quels embryons de généralités, s’il y en a, auraient bien pu se cacher en dessous de tous ces mots nébuleux.

__________

 Quand les métaphysiciens essaient de convaincre le naturaliste que la vie mentale et morale de l’humain se développe en accord avec de certaines “lois immanentes de l’esprit”, ce dernier hausse les épaules et continue son étude physiologique du phénomène mental et moral de la vie, avec pour but de montrer qu’elle peut être résolue par des phénomènes chimiques et physiques. Il aspire à découvrir les lois naturelles qui en sont la base. De manière similaire, lorsqu’on dit aux anarchistes, par exemple comme Hegel le disait, que chaque développement se constitue d’une thèse, d’une anti-thèse et d’une synthèse ou que “le but de la loi est l’établissement de la Justice qui représente la réalisation de l’idée la plus haute”; ou une fois de plus lorsqu’on leur demande, qu’est-ce qui constitue à leur avis le “sens de la vie” ? Ils haussent simplement les épaules et se demandent dans l’état actuel des choses de la science naturelle, comment peut-on encore trouver des gens si rétrogrades pour croire en pareils mots et s’exprimant toujours dans un langage emprunt d’un anthropomorphisme primitif (conception de la nature comme étant quelque chose de gouverné par une entité à laquelle on prête des attributs humains). La pédantrie verbale n’impressionne pas les anarchistes parce que ceux-ci savent que les mots ne font que cacher une ignorance, c’est à dire une connaissance incomplète ou pire, de vulgaires superstitions. Ils continuent ainsi leur étude des idées sociales présentes et passées et des institutions en fonction de la méthode de recherche inductive. Ce faisant, ils découvrent bien évidemment, que le développement d’une vie sociale est bien plus complexe et bien plus intéressant sur un plan pratique, qu’il ne paraîtrait d’une telle formule.

Nous en avons entendu pas mal au sujet de la “méthode dialectique”, qui fut recommandée pour formuler l’idéal socialiste. Nous ne reconnaissons pas une telle méthode, la science moderne n’a  rien à faire avec elle non plus. “La méthode dialectique” rappelle au naturaliste moderne quelque chose qui n’a plus court depuis bien longtemps, quelque chose de dépassé et maintenant joyeusement oublié par la science. Les découvertes du XIXème siècle en physique, mécanique, technologie, chimie, biologie, psychologie physique, anthropologie, psychologie des nations etc, l’ont été non pas par la méthode dialectique, mais la méthode de la science-naturelle, la méthode d’induction et de déduction. Et comme l’Homme fait partie intégrante de la Nature et comme la vie de son “esprit”, personnel et social, n’est juste qu’un phénomène naturel tout comme l’est la croissance d’une fleur ou l’évolution de la vie sociale au sein d’une fourmilière ou d’une ruche, il n’y a aucune raison pour soudainement changer notre méthode d’étude en passant de l’étude des fleurs à celle de l’Humain ou d’une colonie de castors à une ville humaine.

La méthode inductive-déductive a si bien prouvé ses mérites au XIXème siècle, qui par son application a forcé la science à avancer bien plus en cent ans que les deux mille ans qui ont précédés et lorsque cette méthode a commencé à être appliquée à la recherche sur la société humaine, jamais atteignit-on le point où il devenait nécessaire de l’abandonner et d’adopter encore la scolastique médiévale, révisée par Hegel.

De plus, lorsque les naturalistes philistins par exemple, se basant sur le “darwinisme”, commencèrent à enseigner: “Ecrasons les plus faibles que nous, c’est la loi de la nature”, il fut facile pour nous de prouver par la même méthode scientifique qu’une telle loi n’existait pas; que la vie dans le règne animal nous apprend quelque chose de totalement différent et que les conclusions tirées par les Philistins étaient complètement non-scientifiques. Ils étaient autant anti-scientifique que, par exemple, la suggestion que l’inégalité de richesse est une loi de la nature ou que le capitalisme est la meilleure organisation sociale calculée pour promouvoir le progrès. Précisément, cette méthode de la science-naturelle, appliquée aux schémas économiques, nous permet de prouver que les soi-disantes “lois” de la sociologie de la classe-moyenne, incluant aussi leur économie politique, ne sont pas du tout des lois, mais de simples suppositions, ou plutôt des assertions qui n’ont jamais été vérifiées. De plus, toute recherche ne porte ses fruits que lorsqu’elle a un but défini, lorsqu’elle est effectuée dans le but d’obtenir une réponse à une question bien définie et bien posée. Ainsi l’observateur voit le plus clairement la connexion qui existe entre le problème et son concept général de l’univers, la place qu’occupe le problème dans l’univers.

Mieux il comprend l’importance du problème dans le concept général et plus facile sera la réponse. La question donc, que l’anarchisme se pose peut-être formulée ainsi:Quelles formes de vie sociale assurent à une société donnée et au-delà à l’humanité de manière générale, la plus grande somme de bonheur et donc de vitalité ?” Quelles formes de vie sociale permettent une telle quantité de bonheur de croître et de se développer, quantitativement tout autant que qualitativement et de la sorte, devenir plus complètes et plus variées ?” (desquelles, soit dit en passant, une définition du progrès est dérivée). Le désir de promouvoir l’évolution dans cette direction détermine à la fois l’activité scientifique, sociale et artistique de l’anarchiste.

 

Source:

http://dwardmac.pitzer.edu/anarchist_archives/kropotkin/science/scienceVII.html

La mystification par le malthusianisme et le darwinisme-social: Pour une compréhension progressiste de la nature humaine… 2ème partie

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, documentaire, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, société libertaire with tags , , , , , , , , , , , , on 2 juillet 2012 by Résistance 71

« Le Prince de l’évolution » (Alan Lee Dugatkin) 2ème partie

1ère partie

3ème partie

*  *  *

« Mais que l’on refuse cette néo-théologie de l’histoire et son continuisme fanatique et dès lors les sociétés primitives cessent d’occuper le degré zéro de l’histoire, grosses qu’elles seraient en même temps de toute l’histoire à venir, inscrite d’avance en leur être. Libérée de ce peu innocent exotisme, l’anthropologie peut alors prendre au sérieux la vraie question du politique: pourquoi les sociétés primitives sont-elles des sociétés sans État ? Comme sociétés complètes, achevées, adultes et non plus comme embryons infra-politiques, les sociétés primitives n’ont pas l’État parce qu’elles le refusent, parce qu’elles refusent la division du corps social en dominants et dominés…

… Détenir le pouvoir, c’est l’exercer, c’est dominer ceux sur qui il s’exerce, voilà très précisément ce dont ne voulurent pas (plus), les sociétés primitives, voilà pourquoi les chefs y sont sans pouvoir et pourquoi le pouvoir ne se détache pas du corps de la société… L’exemple des sociétés primitives nous enseigne que la division n’est pas inhérente à l’être du social et qu’en d’autres termes, l’État n’est pas éternel… »

(Pierre Clastres)

*  *  *

Chapitre 4

Les fourmis n’ont pas lu Kant

[…] Dès son arrivée à Hull en Angleterre, Kropotkine commença immédiatement à chercher du travail. Après une brève incartade à Edimbourg en Ecosse, il retourna à Londres, où sous le nom de “Mr Levashov”, il obtint le travail d’analyste littéraire pour la revue “Nature” (NdT: aujourd’hui la plus grosse publication des sciences naturelles anglo-saxonne). Bien que le travail dura, son pseudonyme ne tint pas longtemps. Dans un moment comique de la carrière de Kropotkine, J. Scott Keltie, un des éditeurs de la revue “Nature”, demanda à Mr Levashov de commenter sur les livres de géographie d’un certain Pierre Kropotkine. Pierre, dans son honnêteté qu’il eut toute sa vie, confessa qu’il était en fait le nommé Kropotkine et qu’il se devait de se récuser lui-même d’être l’analyste de ses propres livres. Keltie, qui avait entendu parler de l’évasion de Kropotkine, dit alors à Kropotkine de commenter sur ses propres livres en utilisant son alias et de “simplement dire aux lecteurs de quoi il s’agit”.

Tout en travaillant pour “Nature”, il continua ses écrits géographiques. Ce qu’il manquait à l’ex-prince, c’était une chance pour l’action directe politique, alors que le mouvement anarchiste n’avait pas encore émergé en Angleterre. Dès qu’il trouva des tâches géographiques qu’il put effectuer en Suisse, Kropotkine déménagea là-bas, où il se refamiliarisa avec la fédération du Jura et s’installa dans le village de la Chaux-de-Fonds. Il sympathisa de suite avec quelques anarchistes prominents de l’époque dont Elisée Reclus, qui comme lui était géographe. C’est au sien de la fédération du Jura que Kropotkine écrivit un des ses essais les plus célèbre: “Aux jeunes gens”, dans lequel comme toujours, il marie la politique et la science […]

[…] (NdT: après avoir été expulsé de Suisse à la demande expresse du nouveau tzar Alexandre III, Kropotkine retourna en Angleterre, puis vint s’installer à Nice en France.)

La police française surveillait Pierre bien que celui-ci n’ait quasiment aucune attache avec le milieu anarchiste français à son grand dam. Le gouvernement russe maintint également une surveillance étroite de l’ex-prince, qui nota que “des espions russes commencèrent à parader de nouveau et en nombre signifiant dans notre petite ville”. Kropotkine fut encore arrêté en Décembre 1882, lors d’une raffle qui mis sous les verrous 65 anarchistes, cette fois-ci pour être membre de l’internationale ouvrière une organisation anarcho-socialiste illégale en France. Kropotkine savait que ses espoirs étaient minces car “une cour de police prononce toujours les sentences qui sont demandées par le gouvernement”.

Alors qu’il attendait son procès, On offrit à Kropotkine un ticket pour la liberté qu’il refusa. Un mystérieux ami britannique eut vent des problèmes de Kropotkine et envoya un messager en France “celui-ci était en possession d’une somme d’argent considérable pour monnayer ma libération”. Tout ce qui lui était demandé en échange était de “quitter la France immédiatement” pour ma propre sécurité. Bien que très touché par ce geste magnanime, Kropotkine déclina l’offre, sentant qu’il se devait de rester avec ceux qui avaient été arrêtés avec lui dans la raffle.

Bien que le procureur n’ait eu virtuellement aucune preuve pour soutenir le cas, Kropotkine fut jugé coupable en Janvier 1883 et condamné à cinq ans d’emprisonnement à la prison de Clairvaux. Cela ne toucha pas particulièrement Pierre, celui-ci ayant déjà été soumis aux dures conditions d’emprisonnement à Pierre & Paul en Russie et il était déterminé de tirer le maxinum de cette situation. On lui accorda un minimum dont du papier et des crayons ; il utilisa son temps et ses ressources pour écrire quelques articles pour l’ Encyclopedia Britannica.

Kropotkine avait toujours beaucoup d’amis dehors. L’ange gardien britannique du début ne fut pas le seul étranger qui jouera un rôle dans l’aventure carcérale de Kropotkine en France. Victor Hugo présenta une pétition au gouvernement français pour la libération de Kropotkine. Les signataires de la pétition incluaient un groupe de parlementaires britanniques, des douzaines de professeurs, les responsables du British Museum, les éditeurs de l’Encyclopedia Britannica et une suite de rédacteurs et rédacteurs en chef de journaux. Néanmoins, pas tout le monde manifestait le désir de joindre leur nom à la cause. Thomas Henry Huxley, de loin le scientifique le plus connu en Grande-Bretagne à l’époque, refusa catégoriquement de signer le document. Les idées politiques de Kropotkine prenaient Huxley à rebrousse-poil et bien que Kropotkine ne le sût point encore, Huxley allait bientôt devenir sa bête noire (NdT: en français dans le texte original).

Devant les demandes continues de la communauté internationale, le gouvernement français relâcha Kropotkine en 1886, celui-ci retourna en Angleterre où un nouveau mouvement socialiste et anarchiste prenait racine […]

[…] En Février 1888, Kropotkine ouvrit l’édition courante du magazine populaire victorien “Le XIXème siècle” et ce qu’il y lut le sidéra. Thomas Huxley, le même qui avait refusé de signer la pétition demandant sa libération, avait écrit un long et laborieux article intitulé: “La lutte pour l’existence: un programme” dans lequel il proclamait que la nature était un endroit ou les chiens mangeaient les chiens dans un bain de sang perpétuel et non pas une Mèque d’entr’aide mutuelle. La réponse de Kropotkine à ce qu’il appela “l’horrible article d’Huxley”, le convainquît de formaliser ses idées sur l’entr’aide mutuelle, ce qui éventuellement mènera à l’écriture de son ouvrage le plus connu: “L’entr’aide mutuelle, un facteur de l’évolution”. Les parades et réponses de Kropotkine à l’atroce article d’Huxley feront également de Pierre une célébrité internationale.

Thomas Henry Huxley était le plus jeune de six enfants, né le 4 Mai 1825 […]

[…] Les intérêts très éclectiques d’Huxley connurent une nouvelle sphère d’influence lorsqu’il créa le X-club en 1864, un groupe qui sera une force considérable derrière la science victorienne pendant les trente années qui suivirent.

En 1888, Huxley publia l’essai qui rendit furieux Kropotkine. “La lutte pour l’existence: un programme” fut écrit en même temps que l’oraison funèbre que Thomas composa pour son ami et collègue Charles Darwin. En publiant son essai dans le “XIXème siècle”, Huxley gagnait une audience considérable et une audience éduquée: bien qu’elle eut une circulation plus que respectable la revue “XIXème siècle” n’était pas un tabloïd britannique et comptait parmi ses contributeurs des gens comme Alfred Lord Tennyson, Beatrix Potter, le Baron de Rotschild et le premier ministre britannique Gladstone.

Dans son article, Huxley ne perdit pas de temps pour étaler sa thèse à propos de monde naturel: “Du point de vue du moraliste, le monde animal est à peu près au même niveau qu’un combat de gladiateurs. Les créatures sont bien traitées et affütées au combat, où le plus fort, le plus rapide, le plus malin survit pour combattre un autre jour. Le spectateur n’a pas besoin de tourner le pouce vers le bas, car il n’y a pas de quartier…” La même chose vaut pour l’homme primitif dans son état “sauvage”: “Les plus faibles et les plus stupides étaient éliminés, alors que les plus forts, robustes et astucieux, ceux qui étaient les plus aptes à gérer les circonstances, mais pas les meilleurs en d’autres circonstances, survivaient. La vie était une lutte continuelle et au-delà des relations temporaires et limitées de la famille, la guerre hobbesienne de chacun contre tous était la condition normale de l’existence.”

Ceci devint connu sous le vocable de “l’essai gladiateur” et la transition d’Huxley pour décrire les forces façonnant le règne animal, pour mettre en évidence la condition politique de l’Homme était très habile. Huxley passa facilement des “créatures raisonnablement traitées et affûtées au combat” à la description de la nature vers “l’effort de l’homme éthique à évoluer vers une fin morale… n’a presque pas changé, les impulsions organiques profondément ancrées, qui poussent l’homme naturel à suivre le cours d’une existence non-morale” pour décrire la condition humaine. “La nature cosmique (évolution) n’est pas une école de vertu, mais le quartier général de l’ennemi de la nature éthique”, dira plus tard Huxley […]

[…] Pour Huxley, la lutte pour l’existence était énorme et “aucune façon d’interférer avec la distribution de la richesse ne delivrerait la société de la tendance à être détruite par le reproduction en son sein.” Huxley pensait qu’ultimement, rien ne pourrait arrêter cette force, mais il n’était pas sans espoir, du moins il avait l’espoir que nous pourrions réfreiner notre tendance auto-destructrice pour une période signifiante […]

[…] Thomas Huxley voulait “faire comprendre une fois pour toute, que le progrès éthique de la société dépend, non pas de l’imitiation du processus cosmique (évolution), encore moins de s’enfuir devant lui, mais de le combattre.” L’Homme se doit de se révolter contre une nature amorale, et non pas y retourner.

Pour Kropotkine, rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité, nous ne devons pas nous enfuir de quoi que ce soit concernant notre évolution, et de fait, même nos racines les plus contemporaines, car tout cela s’affirme à la lumière de l’entr’aide mutuelle. Ses cinq années passées en Sibérie convainquirent Kropotkine qu’Huxley, aussi brillant soit-il, était puissemment détourné de la réalité au sujet de l’évolution et de la société, qu’elle soit animale ou humaine dans la nature. Pierre était irrité que le scientifique le plus acclamé de Grande-Bretagne utilise cette boîte à savon (feuille de chou) pour publier un essai tel que son “essai du gladiateur”. Fort heureusement, Kropotkine était ami avec le rédacteur en chef de la revue “XIXème siècle”, James Knowles et requît un droit de réponse. Knowles lui accorda ce droit avec sa “plus grande sympathie”, pensant qu’il n’aurait à publier qu’une brève critique de la description huxleyéenne de la nature. Au lieu de cela, Pierre lui fit parvenir un essai total intitulé: “L’entr’aide mutuelle parmi les animaux”. De fait, ce long article devint le premier d’une série sur “L’entr’aide mutuelle…” qui sera publiée dans “XIXème siècle”, mais pour Kropotkine, c’était le plus important.

Si la Sibérie enseigna une chose à Kropotkine, ce fut celle-ci : “Si nous nous résolvons à un test indirect et demandons à la Nature: ‘qui sont les plus aptes’, ceux qui sont continuellement en guerre avec les autres ou ceux qui se soutiennent l’un l’autre, nous voyons immédiatement que ceux des animaux qui ont acquis l’entr’aide mutuelle, sont incontestablement les plus aptes.” […]

[…] Kropotkine dit à ses lecteurs : “Il était nécessaire d’indiquer l’importance manifeste que les habitudes sociales (entr’aide mutuelle) jouent dans la nature et dans l’évolution progressive des espèces animales et des êtres humains.” Ceci était nécessaire parce que comme le disait l’article de Pierre “L’entr’aide mutuelle chez les animaux” : “Le nombre important des adeptes de Darwin ont réduit la notion de lutte pour la survie à ses limites les plus étriquées. Ils en sont arrivés à concevoir le règne animal comme un monde de lutte perpétuelle parmi des créatures à demi-affamées, ayant soif du sang des autres. Ils ont fait résonner la littérature moderne des cris de guerre et des malheurs aux vaincus, comme si cela était les derniers mots de la biologie moderne.” Pierre argumenta que ceci était “un non sens total, oui il est vrai qu’il y a compétition que cette notion est réelle, mais celle-ci est une force relativement faible et ce que la nature montre vraiment à chaque tournant est que “la sociabilité est autant une loi de la nature que la lutte pour la survie”. Pour Kropotkine, “sociabilité et intelligence vont toujours la main dans la main”.

Les exemples de Kropotkine décrivant l’entr’aide mutuelle chez les animaux incluent des descriptions détaillées tout comme de vagues généralités.

Note des traducteurs: S’ensuit ici une liste d’exemples répertoriés par Kropotkine pour illustrer la notion d’entr’aide mutuelle comme facteur de l’évolution.

[…] Dans les quelques derniers mots de Kropotkine de son exposé sur l’entr’aide mutuelle chez les animaux, nous voyons Pierre le poète résumant les conclusions de Pierre l’historien de la nature sur l’entr’aide mutuelle : “N’entrez pas en compétition ! La compétition est toujours néfaste aux espèces et vous avez plein de ressources pour l’éviter ! Ceci est la tendance de la nature, pas toujours réalisée pleinement, mais toujours présente. Ceci est le mot clé qui nous vient des buissons, des forêts, des rivières et des océans. De fait, combinez, pratiquez l’entr’aide mutuelle ! Ceci est le meilleur moyen de donner à tout à chacun la meilleure des sécurités, la meilleure garantie d’existence et de progrès, corporellement, intellectuellement et moralement. C’est ce que la Nature nous enseigne, et c’est ce que tous les animaux qui ont atteints la plus haute position dans leur classe respective ont fait.”

Bien que Kropotkine fut de loin le plus vocal des portes-parole pour l’entr’aide mutuelle chez les animaux, il ne fut pas le seul ; il ne fut pas non plus l’instigateur de cette idée. Le fondateur de l’école de l’entr’aide mutuelle dans le règne animal et de la pensée évolutionnaire russe était le biologiste Karl Fedorovitch Kessler […]

[..] En décembre 1879, Kessler fit un discours sur “La loi de l’entr’aide mutuelle” à la société des naturalistes de St Petersbourg. Pour Kessler la notion de lutte darwinienne de “l’individu contre l’individu” était secondaire à l’entr’aide mutuelle que les organismes affichaient. Lorsque Kessler mourut en 1881, Kropotkine prit sa place comme leader du camp de l’entr’aide mutuelle.

Kropotkine et l’école russe qu’il suivait admiraient Darwin. Ils pensaient que ce n’était pas Darwin mais ses disciples qui pervertirent ses idées pour en faire cette sorte de doctrine du bain de sang naturel. Emmené par Kropotkine, ce groupe argumentait que les “faux darwinistes” comme Huxley, étaient omni-présents et que ces “vulgariseurs des enseignements de Darwin avaient réussi à convaincre les hommes que le dernier mot de la science était cette pathétique lutte individuelle pour la survie.”

Pour Darwin, la lutte pour l’existence était parfois une lutte au sens propre du terme […]

[…] “La rareté de la vie, la sous-population et non pas la surpopulation”, nota Kropotkine, causait “de sérieux doutes sur la réalité de cette terrible compétition pour la nourriture et la vie au sein de chaque espèce, ce qui est un acte de foi chez la plupart des darwininstes et par conséquent, à la partie dominante que cette sorte de compétition était supposée jouer dans l’évolution de nouvelles espèces.” Les “vulgarisateurs” de Darwin, argumentait Kropotkine, ne se préoccupait essentiellement que de la surpopulation et ainsi de la compétition. Mais l’expérience de Pierre en Sibérie suggérait que la sous-population représentait mieux l’état de nature, qui faisait de l’entr’aide mutuelle le résultat par défaut du processus évolutionnaire. La véritable question n’était pas de savoir si Darwin avait “raison” – “La vie est une lutte” – écrivit Kropotkine, “et dans cette lutte, le plus apte survit. Mais les réponses à ces questions ‘par quel bras s’effectue la lutte ?’ et ‘Qui sont les plus aptes dans la lutte ?’ différeront beaucoup en accord avec l’importance que l’on donne aux deux différents aspects de la lutte, celle directe pour la nourriture et la sécurité parmi des individus séparés et la lutte que Darwin décrivait comme étant “métaphorique”, la lutte, souvent collective, contre des circonstances difficiles et défavorables.” […]

[…] La communauté intellectuelle russe, dans la plupart des cas, rejetait la notion malthusienne de surpopulation, non seulement parce que le monde dans lequel il vivait ne reflétait aucunement le travail de Malthus, mais aussi parce que son travail puait à plein nez l’individualisme britannique. Comme l’un des scientifiques russes les plus fameux écrivit un jour : “La caractéristique dominante et essentielle du caratère national anglais est l’amour de l’indépendance, le développement de la personalité et l’individualisme, qui se manifeste dans une lutte contre tous les obstacles présentés par la nature extérieure ou d’autres personnes. La lutte, la compétition libre, sont la vie de l’Anglais, il l’accepte dans toutes ses conséquences, les déclare sont droit et n’en tolère aucune limite.”

Les Russes faisaient face à un dilemme. D’un côté, ils avaient en haute estime l’idée de l’évolution de Darwin, mais en même temps, pour la plupart des Russes, le lien de Darwin avec le concept malthusien de surpopulation était inacceptable, créant ainsi une problématique: comment accepter l’un tout en rejetant l’autre ? […]

Chapitre 5

D’étranges compagnons de chambre

Pour Kropotkine, l’entr’aide mutuelle était naturelle, tant chez les oiseaux que chez les paysans ; mais il devait convaincre les autres de cela […]

[…] Pour cela, Il se tourna vers les idées de l’économiste Adam Smith, qui était déjà regardé comme un des fondateurs de la science économique. Son livre écrit en 1776, “Une étude sur la nature et les causes de la richesses des nations”, dans lequel il développa sa théorie sur le capitalisme, était une lecture obligatoire pour toute l’intelligentsia de l’époque de Kropotkine. Bien sûr, pour les anarcho-socialistes comme lui-même, les théories du livre épousaient exactement le mauvais système économique et étaient réfutées et haïes comme une arme dangereuse utilisée pour étouffer les masses. Mais Pierre avait une certaine tendresse pour un plus jeune Adam Smith, celui qui en 1759 écrivit “La théorie des sentiments moraux”, dont Kropotkine disait “qu’il était un bien meilleur livre que ceux publiés plus tard par Smith sur l’économie politique… Là, Smith cherchait une explication de la moralité dans un fait physique de la nature humaine.” Ce fut dans cette moralité trouvée dans un fait physique de la nature humaine, que Pierre trouva une théorie causale de l’entr’aide mutuelle à la fois dans le monde animal et dans le monde humain.

Dans sa “Théorie des sentiments moraux”, Adam Smith argumentait que c’est parce que l’humain désire minimiser sa propre souffrance et parce que nous sommes naturellement des êtres emplis de compassion, que nous agissons parfois pour alléger la souffrance des autres et ce afin de minimiser notre propre souffrance induite par compassion […]

[…] Alors que Kropotkine n’était pas naturellemnt enclin à s’allier avec le fondateur du capitalisme, il vît néanmoins le bon côté de le faire et de faire bouger les choses au delà des seules théories évolutionnistes. Kropotkine trouva les idées de Smith sur la compassion et l’entr’aide nutuelle à la fois très fortes et en même temps très simples… Mais pour Pierre, le seul inconvénient dans “La théorie des sentiments moraux” était que Smith ne poussait pas la théorie suffisamment loin.

En effet, tous les exemples d’Adam Smith illustrant la compassion et l’entr’aide mutuelle étaient des exemples de la vie humaine. Pourquoi donc, se demanda Kropotkine, une explication si forte et convaincante de l’entr’aide mutuelle devrait forcément se limiter à l’espèce humaine ? Pierre écrivit à ce sujet: “La seule erreur d’Adam Smith, fut de ne pas avoir compris que ce sentiment de sympathie dans son état habituel, existe également parmi les animaux tout autant que chez les humains. Le même mécanisme de la compassion instinctive expliquait pourquoi les animaux et les humains se venaient en aide.

La compassion était le moteur de la solidarité animale et de la solidarité s’ensuivît le succès de l’évolution, parce que cela mena à la certitude que l’aide viendrait lorsqu’elle serait nécessaire: “sans confiance mutuelle, aucune lutte n’est possible ; il n’y a pas de courage, pas d’initiative !.. La défaite est certaine”, écrivit Kropotkine. De la compassion à la solidarité à l’entr’aide mutuelle. Ceci représentait une puissante formule pour Kropotkine […]

[…] En y regardant de plus près, “L’entr’aide mutuelle, un facteur de l’évolution” a six chapitres complets sur la coopération parmi les humains: L’entr’aide mutuelle chez les sauvages, l’entr’aide mutuelle ches les barbares, l’entr’aide mutuelle dans la cité médiévale ( I & II) et l’entr’aide mutuelle parmi nous (I & II).

Kropotkine dû composer avec le fait que le lectorat avait embrassé les thèses de Thomas Hobbes, qui dans son “Léviathan”, avait décrit la vie de l’Homme comme étant “solitaire, pauvre, méchante, courte et brutale”. De fait, Thomas Huxley avait érigé “la guerre hobbesienne de chacun contre tous” comme étant “l’état normal de l’existence” pour toutes les créatures, l’humain compris. Kropotkine lui, pensait qu’une telle description de la nature humaine était “non seulement indéfendable, improbable et non-philosophique… mais également sans fondement en rapport à une analyse profonde de l’histoire humaine.”

Kropotkine commença sa revue de l’entr’aide mutuelle humaine en argumentant que Hobbes, Malthus, Huxley et bien d’autres philosophes politiques, scientifiques et historiens, s’étaient égarés en assumant que les premières sociétés humaines avaient tourné autour de l’unité familiale. “La science a établi sans l’ombre d’un doute, que l’humanité n’a pas commencé sa vie sous la forme de petites familles isolées, aussi loin que nous pouvons remonter la paléo-ethnologie de l’humanité, nous trouvons les Hommes vivant en sociétés, en tribus similaires à celles des plus grands mammifères”, écrivit Kropotkine.

Dans une organisation tribale, l’entr’aide mutuelle peut-être dispensée sans aucun rapport avec les liens de sang, la rendant puissante, omniprésente et en faisant une force de l’évolution […]

[…] Les cités médiévales libres par exemple étaient comme des entités vivantes, des organismes qui respiraient d’après Kropotkine ; elles maintenaient leur homéostasie au travers de l’entr’aide mutuelle de leurs composants. Ces cités présentaient à Pierre la même dualité morale qui avait minée ses pensées à propos des étapes précédentes de l’histoire humaine. L’entr’aide mutuelle florissait parmi des groupes, mais était parfois protégée violemment contre des étrangers à l’endroit: “En réalité, la cité médiévale était un oasis fortifié au milieu d’un pays plongé dans la soumission féodale et elle a dû faire sa place par la force de ses armes”, admet Kropotkine […]

[…] Kropotkine voyait les cités libres médiévales (NdT: Kropotkine parlait des cités régies par les chartes du XIIème au XVème siècles, ces grandes cités indépendantes de la fange féodale et qui s’étaient fédérées entr’elles pour une plus grande efficacité de développement, citons pour exemple les cités libres les plus connues à cet effet telles Laon, Florence, Fribourg, Hambourg, Bruges, Novgorod, Rostock, les systèmes féodaux et monarchiques n’eurent de cesse de les détruire, ce qui fut fait au XVIème siècle avec l’avènement de la monarchie absolue et des états-nations…) comme une grande expérience, dont les résultats illuminèrent les Hommes pour les siècles qui suivirent ; elles représentaient “une union étroite pour l’entr’aide mutuelle et le soutien, pour la production et la consommation et pour la vie sociale dans son ensemble, sans imposer à ses participants les fers et diktats de l’État, mais en leur donnant la totale liberté d’expression créative et de génie de chaque groupe d’individus pris séparément que ce soit dans le domaine des arts, de la construction, de la confection, du commerce, des sciences ou de l’organisation politique.” […]

[…] Kropotkine trouva des vestiges de l’entr’aide mutuelle, une preuve qu’elle n’avait pas été détruite avec la disparition des cités libres médiévales. Il nota “qu’elle est toujours présente même maintenant et elle cherche de nouvelles manières de s’exprimer qui ne serait pas au travers de l’État, ni des cités médiévales, ni des communautés villageoises, ni du clan primitif, mais qui procéderait de tout cela à la fois, mais qui lui serait en même temps supérieur dans un sens plus large des conceptions humaines.” Pour Kropotkine, cette “nouvelle expression” était l’anarcho-socialisme.

Une fois qu’il eut amené ses lecteurs au mouvement anarcho-socialiste, Kropotkine avait complété son tour-de-force de rendre compte de l’histoire de l’entr’aide mutuelle à la fois dans le règne animal et dans le règne humain […]

A suivre…