Archive pour kevin annett église unie du canada génocide

Génocide au Canada: Comment détrôner le grand mensonge sur le meurtre de masse et le manque de conséquence pour crime contre l’humanité… (Kevin Annett)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 juin 2019 by Résistance 71

« Regardez bien ce qui se passe ici, car lorsqu’ils en auront fini avec nous… ce sera votre tour. »
~ Membre du conseil des femmes mohawk aux riverains venant aux nouvelles lors de la crise d’Oka, 1990 ~

Ce texte récent de Kevin Annett sur le dernier développement en date de l’affaire du génocide autochtone au Canada est à la fois informatif et motivant. Nous pensons notamment à l’inspiration que des groupes Gilets Jaunes pourraient en tirer dans le domaine  de l’implication dans l’action directe politique. Le mouvement généré par Kevin Annett depuis 1996 pour attirer l’attention publique sur la réalité génocidaire coloniale canadienne est un modèle du genre: comment un petit groupe de personnes inconnues, pour beaucoup parias de la société marchande, s’est peu à peu fait entendre pour amener au grand jour le grand crime et le grand mensonge de l’histoire du Canada (et des Etats-Unis): l’histoire du génocide des peuples autochtones et plus spécifiquement les horreurs des camps de la mort que furent les « pensionnats pour Indiens » au Canada entre la fin du XIXème siècle et 1996, date de fermeture du dernier d’entre eux…
Nous avons traduit les textes et amené cette information devant le public francophone. Le PDF « Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada » est un des plus lus des 111 pdf  de notre bibliothèque en ligne.

« La force, même cachée, induit la résistance. »
~ proverbe Lakota ~

= = =

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens motivés et impliqués puisse changer le monde ; en fait, c’est la seule chose qui ne l’ait jamais fait. »
~ Margaret Mead ~

= = =

 

 

Meurtre de masse sans conséquences au Canada, comment détrôner le mensonge ?

 

Kevin Annett

 

1er juin 2019

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Communiqué reçu par courriel

 

“Ils nous tuent avec leur parole.”
– Canadian genocide survivor Delmar Johnny, 2008

 

Une de mes ferventes supportrices mais malheureusement mal informées m’a appelé ce matin pour me dire ce qui pour elle était une information excitante.

Ils ont finalement admis le génocide Kevin ! Ils l’ont appelé un “génocide canadien” ! Tout le monde en parle sur CBC…

Elle faisait référence à la diffusion hier du rapport final du gouvernement canadien de cette soi-disant “enquête” sur la disparition des femmes aborigènes qui a duré trois ans et a coûté 100 millions de dollars aux contribuables pour référer obliquement et sucintement à ce que tout le monde sait et qui est bien documenté depuis des décennies.

“C’est bien”, répondis-je de mon meilleur ton à cette dame, “maintenant, ils peuvent traduire en justice les responsables. Ils le doivent vous savez, sous la loi internationale, une fois que le génocide a été établi.

Mon ami ne sut alors quoi répondre. En tant que Canadienne, la simple pensée qu’il puisse y avoir des conséquences réelles pour un crime reconnu officiellement était sans aucun doute quelque chose de très étrange pour elle. Cette idée est aussi étrangère à tous ces fonctionnaires qui ont tué ou fait tuer tous ces gens de couleur et qui ne se traduiront jamais eux-mêmes en justice: ces gens qui continuent d’être au gouvernement et dans les églises et les entreprises et qui ont été les fers de lance de cette extermination en règle de notre population domestique indienne.

Ces responsables et fonctionnaires font partie d’une bien étrange catégorie. Ils manipulent les mots comme ils ont manipulé les cadavres de leurs petites victimes bronzées lorsqu’ils jetaient les corps dans les chaudières des pensionnats, ou aujourd’hui, lorsqu’ils balancent les cadavres par dessus-bord dans les eaux hors des 18 km de la limite territoriale. Et comme ce sont eux qui sont en charge, ces personnes peuvent inventer ce qu’elles veulent et s’absoudre de quoi que ce soit avec les mots justes: les mots qui sont bien choisis pour inoculer le reste d’entre nous de toutes leur dépravation  et nous rendre complices avec eux, de façon à ce que nous aussi, ayons intérêt dans leur grand mensonge.

Dans son livre “Au cœur des ténèbres”*, où il décrit le génocide colonial européen, Joseph Conrad a écrit:

“La conquête de la terre, ce qui veut essentiellement dire sa saisie de ceux qui ont une légère différence ou un nez un peu plus épaté que le notre, n’est pas une belle chose à voir lorsque vous y regardez de plus près. Ce qui la rachète est seulement l’idée, une idée agissant à revers: pas une prétention sentimentale mais une idée et une croyance altruiste dans l’idée, quelque chose que vous pouvez mettre en place, vous incliner devant et offrir un sacrifice…”

(*) Note de R71: “Le cœur des ténèbres”, Joseph Conrad, 1899, publié en 1902 est le livre qui a servi de base au chef-d’œuvre de Francis F. Coppola “Apocalypse Now”, 1979. Livre court en forme d’uppercut contre l’ignominie coloniale.

Le premier et le meilleur des sacrifices pour tout groupe criminel est avant tout bien entendu la vérité elle-même. Bien avant que 60 000 enfants aborigènes ne soient torturés à mort sous le signe de la croix et que des familles entières ne disparaissent le long de cette “autoroute des larmes” du nord, le mensonge qui les a causé et caché fut enfoui dans les cœurs et les esprits des Canadiens. C’est le même mensonge qui nous est apparu de manière si obscène aujourd’hui dans le rapport si dévoué de CBC sur le dernier effort en date du gouvernement pour gérer l’aseptisation de l’affaire et de contenir le chiffre toujours croissant des cadavres natifs s’accumulant.

Comme l’observait Joseph Conrad, le massacre officiel n’est jamais joli, joli quand vous  regardez de trop près, ni son camouflage du reste. Quiconque a regardé suffisamment longtemps à cette absurdité douteuse que fut la “Commission Vérité et Réconciliation” (CVR) du Canada sur les pensionnats chrétiens pour Indiens, peut voir un crime en action aussi monumental que le massacre des enfants dont il fit tout pour éviter de le documenter.

Au travers de ces sept années d’obstruction à la justice, la CVR fut prohibée par son propre mandat d’enregistrer toute déclaration ou preuve de meurtres ou d’actes génocidaires dans les “écoles/pensionnats”. Les commissaires aborigènes marionnettes de la CVR furent aussi requis de censurer les déclarations des témoins oculaires et furent interdit de convoquer des officiels des églises ou de consulter les archives. Mais le Canada appelle cette mascarade le rapport domestique définitif sur ce qu’il a jusqu’ici appelé un “génocide culturel”. L’utilisation de cet adjectif supplémentaire fut parfaitement intentionnel, fait pour tromper, car fait pour assouplir le coup et acclimater le public à ce qui allait suivre: la mise à jour de la couverture des faits.

La dernière étape en date de l’auto-absolution pour l’holocauste canadien a éclaté hier dans les médias canadiens avec l’histoire du rapport final de “l’enquête sur les femmes aborigènes disparues”. La CBC a employé sa méthode habituelle de se référer à des demies-vérités ahistoriques et sur des marionnettes indiennes, laquais du système, afin d’éviter toute mention d’une responsabilité ultime ou de quelques répercussions que ce soit. Mais pour la plupart des Canadiens, cette prétention à la vérité fut suffisamment convaincante: il apparaissait enfin que le gouvernement canadien nommait finalement le crime comme génocide purement et simplement.

Comme un assassin s’excusant auprès des survivants de ses crimes, tout ce que cela a fait fut de donner au malfaiteur le mot de la fin, ce mot dont il avait si désespérément besoin. Mais en vérité, le rendu de la CBC a ouvert la porte à une question à laquelle le haut-fonctionnariat canadien n’est pas capable ou pas autorisé à répondre: Ne doit-il pas y avoir des conséquences pour un génocide avoué ?

La réponse est oui, du moins en théorie. D’après la Convention des Nations Unies sur le Crime et la Prévention du Génocide (1948) laquelle fut signée par le Canada :

“Les parties signataires confirment que le génocide, qu’il soit commis en tant de paix ou de guerre, est un crime tombant sous le coup de la loi internationale à laquelle elles adhèrent pour prévenir et punir.”

Plus fort même, la convention stipule aussi :

“Des personnes participant à un génocide ou tout acte énuméré dans l’article III devront être punies, qu’ils soient des dirigeants constitutionnels, des fonctionnaires ou des individus à titre privé.”

La loi lit: “devront être punie” et non pas “pourrait être” ou “devrait être”. C’est une obligation. Sous cette convention et autres lois couvrant les droits de l’Homme, les fonctionnaires canadiens et les membres du clergé des églises impliquées (NdT: catholique, anglicane et unifiée du Canada) doivent maintenant être traduits en justice par d’autres nations pour leurs crimes de génocide.

Une telle action par d’autres nations est rendue encore plus nécessaire par le fait que le Canada s’est dérobé de ses responsabilités et de toute mise en accusation au sein de ses frontières au moyen de cette législation qui rend la convention sur le génocide des Nations-Unis inapplicable au Canada.

De manière très utile, moins d’un an après que notre mouvement ait publiquement révélé les preuves irréfutables en 1998 et 1999, d’actes de meurtres de masse et de génocide dans les pensionnats pour Indiens, le gouvernement canadien passa une loi appelée loi sur les Crimes contre l’Humanité. Cette loi prévenait l’acte de génocide au Canada d’être poursuivi en justice s’ils s’étaient produits avant l’an 2000, ce qui incluait bien entendu l’entière période qui vit sévir les pensionnats pour Indiens. Avec ce type de garde-fou légal, un haut-fonctionnariat canadien peut allègrement parler de génocide tout son saoul sans jamais craindre quelque conséquence que ce soit.

Cela ne cesse jamais de m’impressionner de voir comment des nations entières peuvent rester confortablement coies devant non seulement des groupes criminels, mais aussi le camouflage évident des crimes, croyant avec ferveur qu’en fait noir est blanc. Comme nous le faisait remarquer Joseph Conrad, nous nous courbons avec tant de révérence devant l’idée se trouvant derrière nos rituels de sang: dans le cas des Canadiens, la ferme conviction, bien que toutes les preuves montrent le contraire, que nous sommes un peuple aux mains propres.

Mais le problème demeure, comme je l’ai si provocativement posée à mon interlocutrice ce matin:

Maintenant que le génocide a été finalement officiellement reconnu et admis au Canada, pourquoi donc les procès pour crimes contre l’humanité ne commencent-ils pas ?

Faut pas être sorti de St Cyr pour savoir la réponse générale à cette question : parce que les assassins sont ceux qui sont toujours en charge neuneu !… Bon. Mais quid du reste du monde ? N’y a t’il pas plus de cent nations qui ont des devoirs suite à leur signature de cette convention sur le génocide afin de “prévenir et de punir” le génocide au Canada ?…

Vous avez peut-être remarqué que jamais aucun observateur des Nations-Unies n’a jamais inspecté des pensionnats pour Indiens ou des hôpitaux où la moitié des enfants natifs internés sont morts. Vous n’avez non plus jamais vu aucun Peacekeeper de l’ONU farfouiller autour de l’autoroute des larmes à la recherche des corps des femmes disparues ou protéger la vie de six de nos activistes qui ont été assassinés dans les rues de Vancouver. Les états membres de l’ONU ont été contre nommer ou accuser le Canada de génocide ; ce, même après le flot de preuves accumulées et les aveux officiels.

La raison de tout cela m’a été résumée par un délégué de l’ONU lorsque j’ai essayé en tout premier lieu d’amener des preuves de l’holocauste canadien devant les Nations-Unies en 2001 :

“Aucun état membre ne va jamais prendre la décision d’ouvrir cette boîte de pandore du génocide parce que la plupart d’entre eux sont aussi coupables. L’accord tacite est qu’aucun état ne montre du doigt un autre au sujet de quelque chose qui pourrait leur revenir par effet boomerang.”

Ok, donc même si tout cela est vrai, cela nous confirme quelque chose que nous avons toujours su de manière conscient ou par le sentiment de nos tripes: la justice ne dépend que de nous. Il n’y aurait jamais même eu une référence au génocide au Canada, sans parler de cette prétention à des “enquêtes officielles” et à des programmes de “compensation” si notre mouvement  de rue que j’ai commencé en 1996 n’avait pas combattu nuit et jour pour faire éclater la vérité sur le crime et le jeter au visage du Canada, C’est ça qui a provoqué un changement, pas des réformes ou une magnanimité du haut de la pyramide. Ainsi une sagesse durement gagnée sur le terrain nous a enseigné au cours des années que la question n’est jamais celle de ce que vont faire les autres, mais toujours celle de ce que nous allons faire.

Vendredi dernier, le même jour où CBC a fanfaronné la dernière pirouette politique d’Ottawa, trois de nos membres du TICEE (Tribunal International contre les Crimes de l’Eglise et de l’Etat) de notre branche de Vancouver inondaient une réunion de l’United Church of Canada (Eglise Unifiée du Canada) de pamphlets intitulés “Notification Publique de Responsabilité Criminelle et Ordre de se Soumettre”. Cette notification les informait qu’ils faisaient partie d’une organisation criminelle condamnée et qu’ils se trouvaient illégalement en terres indigènes Squamish, sous la déclaration du chef Kiapilano, dûment légalement enregistrée auprès de la Cour Suprême de la province de Colombie Britannique. En tant que tel, leur clique recevait l’ordre de vider les lieux de leur église, de se dissocier de l’Eglise Unifiée ou alors de faire l’objet d’une arrestation ou d’autres sanctions sous le coup de la loi internationale.

Ce matin, nous venons d’apprendre d’une source, qu’un modérateur de l’EUC a appelé une session extraordinaire de son conseil général exécutif pour ce lundi à venir. Pour citer cette source interne: “le leadership est en train de mouiller les couches”. Mais pourquoi donc, à cause de ce simple prospectus ? Pour la même raison qui, par la décision de notre tribunal de droit coutumier, a forcé le pape Benoit XVI à démissionner en février 2013 : parce que les criminels de l’église savent que ce dont nous parlons est moralement et légalement vrai et qu’en conséquence, ils pourraient perdre bien plus que leurs comptes en banque.

Ce type d’action directe est ce qu’on appelle pouvoir: mis en œuvre et de manière appropriée, par les moindres d’entre nous. Et plus nous pratiquons ce type d’actions au point le plus vulnérable d’un système meurtrier, et plus nous disloquerons nos adversaires couverts de sang. Quelques uns d’entre nous ont prouvé cela ici au Canada et encore à Rome.

Si l’ONU continue d’ignorer sa propre charte et ses principes admis en aidant et en encourageant le génocide au Canada aussi bien que le plus grand criminel historique qu’est le Vatican, alors mieux encore : elle s’expose comme co-conspiratrice d’un syndicat mondial du crime. Peut-il y avoir un meilleur feu de brousse de la liberté dans les esprits des gens que de voir leurs dirigeants officiels s’incriminer si ouvertement, comme la Canada l’a encore fait au travers de cette pseudo-enquête qui laisse les meurtriers intouchables et non-responsables ?

Nous savons ce qui doit être fait. Par son statut de puissance criminelle condamnée, le Canada et ses lois de la “couronne” sont maintenant nuls et non avenus et ils n’ont plus aucune autorité sur nous. Nous sommes moralement et légalement obligés de nous dissocier et de ne plus soutenir un tel gouvernement mais devons établir une nouvelle juridiction sous les termes d’une république de droit coutumier. De la même manière, nous devons légalement démanteler les églises génocidaires qui continuent de trafiquer et d’assassiner des enfants, spécifiquement l’origine et la source du crime: l’église de Rome elle-même.

Si nous n’agissons pas de la sorte, nous demeurerons dans un endroit bien pire que ce que nous pouvons imaginer, pour la simple et bonne raison que nous vivons tous maintenant dans une réserve indienne.

Partout en Amérique du Nord, les gouvernements imposent les mêmes politiques de contrôle policier, de vaccination sur les populations indiennes qui ont déjà souffert depuis des générations. Le système de lois coloniales entrepreneuriales irresponsable qui a remplacé tout semblant de démocratie dans notre société fut d’abord mis en place sur les réserves indiennes et dans les camps de la mort appelés “pensionnats pour Indiens”. La plupart d’entre nous ont cyniquement ignoré les légions de morts et les victimes qui souffrent toujours, produites par ses camps d’internement. Mais nous ne pouvons plus les ignorer plus longtemps, car nous prenons leur place.

Des mots mêmes de Delmar Johnny, un natif de la nation Cochiwan, ancien qui m’aida à mener ce combat sur la côte ouest du Canada:

“Ne soyez pas surpris ou outrés lorsque cela vous arrivera ou aux vôtres, parce que cela se passe pour moi et les miens maintenant.”

L’eau monte. Le temps du choix est venu…

= = =

Lectures complémentaires :

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

le bouclier du lanceur d’alerte

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte

Effondrer le colonialisme

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

 

Publicités

Colonialisme et génocide au Canada… Quand on reparle des charniers d’enfants autochtones sur les sites de pensionnats

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 septembre 2018 by Résistance 71


Génocide passé et présent au Canada

 

“Lieu du crime ? Quel lieu du crime ?” L’attention sporadique sur les charniers d’enfants autochtones au Canada

Une lettre ouverte à Jill Macyshon de CTV News, Winnipeg et à l’ensemble des médias canadiens

 

De Kevin D. Annett, M.A., M.Div.

Auteur de “Meurtre par décret: le crime de génocide au Canada, contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation, 2016”

 

4 September, 2018

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2018/09/04/crime-scene-what-crime-scene-the-on-again-off-again-coverage-of-mass-graves-of-children-in-canada/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Chère Jill,

Je constate que les enfants indiens morts sont de nouveau brièvement en vogue. Cela fait maintenant plus d’une décennie que j’ai envoyé à votre agence de presse, ainsi qu’à tous les réseaux médiatiques et gouvernementaux canadiens, une liste bien documentée de 28 sites contenant des charniers sur ou près d’anciens sites de pensionnats pour Indiens à travers le Canada. Personne d’entre vous tous n’avait pris la peine de répondre à cette époque, sans aucun doute parce que la “solution” interne du gouvernement canadien et des églises pour fixer ce problème de génocide n’était pas encore tout à fait en place. Mais maintenant que ces perpétreurs se sont moralement et légalement absous eux-mêmes de leur crime et de toute conséquence impliquant leur forfait sur plus d’un siècle de massacre de plus de 50 000 enfants autochtones, ce en finançant eux-mêmes leur propre “enquête” qu’ils ont mal nommée “Commission Vérité et Réconciliation” (CVR), je constate donc par votre récente couverture de cette affaire qu’il est maintenant considéré comme permis et sans danger d’aborder tièdement et du bout des lèvres le sujet.

Je me réfère évidemment à votre reportage du 31 août dernier sur la “découverte” de ce qui parait être une “fosse commune / charnier” sur un site de pensionnat par une chercheuse de la CVR, Anne Lindsay, dont je n’ai jamais entendu parler , près de l’ancien pensionnat de l’Eglise Unifiée du Canada à Brandon dans la province du Manitoba ainsi que sur le site de Portage la Prairie, un des centres les plus tristement célèbres de massacre que j’ai répertorié dans ma recherche et confirmé par des témoins oculaires comme Peter Yellowquill et Chef Louis Daniels. (voir à 14:07 dans https://www.youtube.com/watch?v=OPKFk_L7y9g et www.murderbydecree.com )

L’intrépide Mlle Lindsay y a apparemment trouvé des enfants âgés entre 7 et 16 ans  enterrés près d’un RV Park à quelques kilomètres de l’ancien pensionnat de Brandon. On peut se demande comment a t’elle pu fouiller sur une scène de crime, en sortir des restes de victimes, sans parler de pouvoir en discerner les âges (NdT: ce qui demande une expertise médicolégale), sans que les flics n’aient quoi que ce soit à y redire. Vous ne mentionnez pas ce petite problème légal dans votre article, pas plus que vous ne citez un chiffre précis du nombre de morts dans ces endroits: pas ce chiffre “niant l’holocauste” de “3200 morts” (soit moins de 3% des incarcérés) cité par la CVR, mais le chiffre bien documenté d’un taux de mortalité allant de 40 à 60% selon les pensionnats (ce qui fit plus de 50 000 enfants morts dans ces écoles), mis en évidence dans les documents gouvernementaux en remontant aussi loin que 1907.

Tout comme Mlle Lindsay, votre couverture de l’information évite la question de base demandant comment de tels charniers peuvent bien être découverts, sans parler des les mettre à jour, sans que la police ne déclare immédiatement le site être une scène de crime et d’y conduire une enquête médicolégale sur les restes humains afin d’établir les identités, cause de la mort et qui est responsable. cette simple petite affaire n’est jamais mentionnée, de manière présumée parce que lorsqu’il s’agit de petits Indiens morts au Canada aux mains des officiels, un standard différent de la loi s’applique.

Ah mais suis-je bête, nous savons qui est responsable de tous ces cadavres: les mêmes instituions qui paient Mlle Lindsay pour creuser, localiser et éliminer leurs sales affaires. Mais le fait demeure que la CVR et ses sponsors gouvernementaux et des églises, est une fois de plus engagée dans une énorme obstruction dans la marche de la justice et dans un acte criminel, celui de détruire des preuves sur scènes de crime ainsi que des preuves cruciales sur leur participation dans un crime contre l’humanité: le plus grand et plus caché des crimes de groupe de l’histoire du Canada.

Si vous vous référiez au droit international Jill, vous pourriez noter que les puissances responsables d’avoir commis des crimes de guerre domestiques et des meurtres de masse sont interdites de mener leur propre enquête ou de décider de leur propre accord concernant les réparations allouées aux survivants des massacres, ce que le Canada a fait ouvertement et sans scrupules.

C’est comme si le maniaque tueur en série arrangeait lui-même le jury et corrompait les victimes pour qu’elles se taisent. Le fait que le Canada et les églises catholique romaine, anglicane et unifiée du Canada furent capables de le faire, de tromper la loi et tout standard humanitaire en parvenant à camoufler leurs crimes, a pu se faire grâce à non seulement les autres nations, comme me l’avait dit Un officiel de l’ONU en 1999: “Tous nos pays ont commis ce type de crimes. Qui veut ouvrir la boîte de pandore ?…”, mais aussi grâce à la moins que courageuse et très peu indépendante presse canadienne, comme ceci est rendu encore plus évident avec votre reportage du 31 août.

Rien de tout cela ne me surprend, parce que c’est le schéma de duplicité, de criminalité et d’auto-absolution pour lequel le Canada et les églises ainsi que leurs compères des médias, sont si notoires. Mais pour chaque crime de groupe il y a éventuellement un jugement, même lorsque les perpétreurs sont toujours aux manettes. La chute imminente d’un autre pape pour avoir activement camouflé et avoir participé au trafic d’enfants au sein de l’église de Rome en est la preuve et comme le dit le vieil adage que le plus protégé des criminels peut se sauver, mais pas se cacher.

Peut-être que ça ne sert à rien, mais les preuves intangibles que moi-même et quelques autres ont amené à la lumière, contre vents et marées, depuis plus d’un quart de siècle, preuves qui prouvent la culpabilité et la totale responsabilité du gouvernement du Canada et de ses églises, vous sont accessibles ainsi qu’aux médias afin de finalement rapporter la véritable histoire de notre propre génocide intra muros et comment celui-ci continue jusqu’à ce jour. Bien entendu, ceci vous mettrait à risque de perdre votre licence CRTC d’accréditation médiatique attribuée par ce même gouvernement coupable de ces crimes… Disons que je ne parierai pas là-dessus.

Dans le même temps, les enfants qui furent violés, affamés, torturés et battus à mort puis jetés dans des fosses communes non marquées hurlent toujours pour qu’on les entende ; et pour leurs assassins toujours en vie d’être traduits devant la justice. Mais quiconque a un cœur et un cerveau sait tout cela.

L’empereur nu que sont l’état et les églises du Canada est comme ça parce que ses habits sont souillés du sang de ses victimes. Il est bizarre de voir comment les médias sont si convaincus qu’un tel monarque est légitime. Peut-être que CTV montrera le chemin du changement en sortant du Grand Mensonge en ne croyant plus et en ne diffusant plus les rapports du tueur psychopathe sur ses crimes.

La vérité et toute notion de justice résident autre part.

= = =

Lectures complémentaires:

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte

le bouclier du lanceur d’alerte

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Résistance aux crimes de l’Église et de l’État: De la chute d’un pape en février 2013 à l’Opération Rachat d’avril 2018

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 15 février 2018 by Résistance 71

Cinq ans après, réflexions sur la chute du gros rat et sur l’augmentation des réclamations

 

Kevin “tueur de pape” Annett

 

12 février 2018

 

reçu par courriel

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Le pape Benoît XVI, Joseph Ratzinger, a réservé une réunion avec le président italien Giorgio Napolitano pour le samedi 23 février afin de discuter son immunité contre des poursuites judiciaires qui seraient engagées contre lui par le gouvernement italien, d’après des sources médiatiques italiennes.

La réunion de Ratzinger fait suite à la remise au secrétariat du département d’état du Vatican le 6 février d’une note diplomatique issue par un gouvernement européen dont le nom est tenu secret. Cette note manifeste l’intention pour ce gouvernement de coopérer avec une haute cour de justice pour émettre un mandat d’arrêt contre Ratzinger qui a démissionné de son pontificat moins d’une semaine après.” ceci émanait d’un communiqué du TICEE du 14 février 2013.

“Beaucoup de gens ne peuvent pas accepter que ce petit caillou que nous avons lancé fut capable de renverser le Goliath de Rome. En tant qu’esclaves obéissant, ils ne peuvent pas croire que le droit fait force. Mais leurs maîtres ont peur de ce qui s’est produit, car ils savent maintenant pour sûr que tout dirigeant peut-être mis à bas et avec lui son royaume entier et un monde basé sur les royaumes.” (du livre “Déchu”, Kevin Annett)

Le vieil homme n’ose toujours pas sortir des 100 acres de terre appelés la ville du Vatican, car il ferait face à une arrestation immédiate pour ses crimes de guerre. Mais ce qui l’a mis et maintenu dans sa prison dorée est tout sauf oublié maintenant. C’est un pense-bête. Cela ne s’est jamais produit auparavant. Au soir de leur condamnation par un tribunal public pour leurs crimes contre des enfants, non seulement un pape en activité mais aussi trois autres officiels du Vatican, ont démissionné de leurs fonctions, incluant le soi-disant “pape noir”: respectivement Joseph Razinger (pape Benoît XVI), Tarcision Bertone, Sean Brady et le chef des jésuites, “pape noir”, Adolfo Pachon.

“Lorsque vous avez été battu par un opposant plus faible que vous, faites en sorte que votre défaite apparaisse comme une victoire, ou une manœuvre tactique plutôt qu’une retraite.” avait conseillé aux papes et autres monarques Nicolo Machiavelli en Italie au XVIème siècle, dans son livre tuteur dédié aux puissants de ce monde appelé “Le Prince”: un conseil que le Vatican a pris très sérieusement à la suite des démissions sans précédent de pontes de l’église. Car depuis février 2013, Rome a essayé de faire oublier la raison de sa retraite devant le verdict d’un tribunal de droit coutumier qui a déclaré que ses dirigeants sont des criminels condamnés et que l’église catholique romaine est une institution criminelle.

Il y a 5 ans jour pour jour aujourd’hui, lorsque la nouvelle fut connue que le pape Benoît, alias “Joe le rat”, Ratzinger, n’était plus l’archevêque de Rome, j’ai reçu un coup de téléphone très matinal du journal de Toronto du National Post. Un jeune journaliste remarquablement lent à la détente me demanda si c’était vrai qu’il y avait un mandat d’arrêt contre le pape Benoît XVI, mandat que j’avais aidé à mettre en place et qui avait précipité sa démission.

“Absolument” ai-je répondu avec un grand sourire. Anticipant sa question suivante, je continuais, “mais allez demander au gouvernement espagnol si vous ne me croyez pas.”

Je n’ai plus jamais entendu parler de ce journaliste, le Post ni aucun autre média de masse (merdia) n’a jamais non plus publié quoi que ce soit sur la menace d’arrestation de Joe le rat qui l’avait envoyé bouler de sa perche pontificale. En lieu et place, avec une précision horlogère de larbinisme attendu, la presse mondiale reprît et répéta la version officielle du Vatican faisant état d’une “soudaine maladie” comme cause de la démission du pape Benoît XVI et re-focalisa l’attention avec une ferveur d’école sur le pirouetteur jésuite qui attendait dans l’ombre et qui allait bientôt être couronné pape François 1er.

La vérité est que le 1er février 2013, notre tribunal de droit coutumier qui avait jugé l’affaire contre le pape Benoît et les autres fut notifiée par un officiel du gouvernement espagnol que, fondé sur l’examen de nos preuves contre le pape Benoît, une haute cour de Madrid allait émettre un mandat d’arrêt contre lui dès le 15 février et que ce mandat serait exécuté si Ratzinger mettait le pied sur le territoire espagnol. Encore mieux, le tribunal considérait même de placer une saisie sur la propriété de l’église pour compenser l’Espagne de toutes réparations/compensations qui seraient dues aux milliers de ses citoyens torturés et trafiqués comme les enfants par les prêtres et les nonnes durant la dictature de Franco si amicale envers le Vatican.

Seigneur, Marie, Joseph ! Après que Rome ait reçu la notification diplomatique espagnole avec cette nouvelle le 6 février, la merde a fait bien plus que d’atteindre les pales du ventilateur. Comme dans un scenario hilarant de série B de gangster, une floppée de cardinaux obèses, de banquiers de l’église et la clique de mafiosi assortis de la cosa nostra se sont sans aucun doute assis avec Joe le rat pour lui dire avec cette ardeur toute italienne, de virer sa bella figura et ce molto pronto de la place. Bref, pour lui dire: mors ta chique Joe avant que nous ne perdions tous notre liquette et que nous coulions. Donc, en bon petit soldat de la Hitlerjugend, les doigts sur les coutures de la soutane, ce brave Benoiit savait l’importance de bien suivre les ordres. Le vieux salopard démissionna cinq jours plus tard ; et ses acolytes dans le crime qui furent aussi condamnés par le tribunal, Bertone, Brady et Pachon, suivirent tous la même procédure dans les semaines suivantes.

Il est très infortuné qu’à la suite de David ayant pourfendu Goliath, l’armée philistine en déroute et son roi n’avaient pas un des Dr la pirouette du Vatican travaillant pour eux. Car dès lors leur régime vacillant aurait pu être stabilisé et les blaireaux remis en position de force avec une annonce officielle disant que loin d’avoir été abattu par la pierre unique du minuscule berger, Goliath avait en fait succombé à “une maladie soudaine” et continueraient  à annoncer que maintenant n’était pas venu le temps de plus de guerre mais de plutôt un temps de réconciliation comme incarné par notre nouveau leader, notre Goliath plus gentil et sympathique que jamais ! Car telle est la ligne de conduite des tyrans lorsqu’ils ont le dos au mur, que ce soit aujourd’hui ou il y a quelques millénaires.

Depuis ce glorieux moment il y a 5 ans où nous avons vu un assassin d’enfants tomber de son trône, l’impact de cet effondrement s’est propagé comme un tsunami dans le monde, malgré tous les prétextes pour rendre le Vatican “plus sympathique”. Et comme avec tous les grands tournants de l’histoire, la plus grande victoire fut une subtile victoire psychologique, un changement sur le comment les esclaves et les propriétaires d’esclaves se perçoivent. L’illusion d’un pouvoir ne pouvant être défié est maintenant finie. En montrant au monde que le plus puissant des autocrates peut être déposé et en montrant la façon de le faire, notre tribunal de droit coutumier fut comme ce simple caillou dans la face de ce géant. La victoire du 11 février 2013 fut littéralement un tir entendu dans le monde entier et a commencé une nouvelle phase de l’histoire de l’humanité: la réclamation de la loi et du pouvoir souverain par NOUS, LE PEUPLE, par nos propres tribunaux de justice et nos actions directes. Mais cette récupération est toujours potentielle. Le but maintenant n’est pas seulement d’enterrer César mais de le remplacer: plus facile à dire qu’à faire certes mais ce voyage a déjà commencé.

Un de mes amis autochtones a résumé la situation peu de temps après la chute du pape Ratzinger: “Kevin, ton exorcisme a vraiment marché ! Tu a compté les coups contre le plus grand salopard d’entre tous. Maintenant tous ces riches fumiers font dans leur froc ! Le problème est que personne ne voudra le croire…”

Son dernier commentaire me tenta de répondre avec les mots d’un autre de mes amis à qui sa mère avait annoncé la mort par overdose d’un ami commun et qu’elle ne pouvait pas y croire: “Tu peux ne pas y croire, mais le cadavre est bien là.” Il est temps d’enterrer les morts une fois pour toute. L’”Opération Rachat” commence le 15 avril 2018 (voir ci-dessous). Finissons le boulot une bonne fois pour toute !

Mettre fin au règne de la terreur contre les enfants

OPERATION RACHAT

A partir du 15 avril 2018

Jour du souvenir de l’holocauste des enfants

Le trafic, la torture et l’assassinat routiniers d’enfants sont devenus une industrie mondiale très lucrative dans laquelle les entreprises ecclésiastiques sont profondément impliquées. Le Vatican, l’église anglicane et autres églises ont été condamnées dans des tribunaux de droit coutumier pour ces crimes et autres actes génocidaires. Votre financement et votre adhésion à ces églises criminelles permettent à leur malfaisance de perdurer.

Le 15 avril 2018, les peuples d’un bon nombre de pays vont prendre une action directe afin de mettre un terme à ces crimes en frappant à leur source. L’Opération Rachat va impliquer des arrestations citoyennes de violeurs d’enfants connus et des officiels des églises qui les ont aidé et protégé, des occupations pacifiques d’églises et d’endroits de culte afin de perturber leurs opérations et l’arrêt du financement et de la protection légale qui permettent l’existence de ces institutions criminelles. Ces églises ont trahi la confiance qui a été placée en elles et ont perdu leur droit de fonctionner sous la loi divine et de l’humanité. NOUS, LE PEUPLE, ne permettrons plus que ces loups déguisés en moutons exploitent et brutalisent nos enfants.

Vous pouvez grandement aider à sauver des vies innocentes en vous joignant à cet effort global, voici comment:

1. BOYCOTT des églises catholique romaine, anglicane/épiscopale et unifiée du Canada et en leur refusant toute participation et tout financement.

2. DEMANDEZ que votre gouvernement révoque le statut d’exonération fiscale de ces églises.

3. EDUQUEZ-VOUS et les autres au sujet des crimes et de l’histoire cachée et de la nature de ces églises criminelles.

4. REJOIGNEZ le groupe d’action de l’Opération Rachat le plus proche de chez vous et participez directement à l’arrêt des activités de ces fausses églises assassines. Contact itccsoffice@gmail.com pour participer.

Partagez ce pamphlet avec des amis. Agissez maintenant pour arrêter la guerre menée contre nos enfants !

Promu par The International Tribunal of Crimes of Church and State (ITCCS) ou le Tribunal International contre les Crimes de l’Église et de l’État (TICEE)

itccsoffice@gmail.com , thecommonland@gmail.com , www.itccs.org

= = =

Lecture connexe:

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Colonialisme et génocide: L’administration de l’université de l’île de Vancouver censure un article d’un journal étudiant sur les atrocités commises au Nanaimo Indian Hospital… (Kevin Annett)

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 15 janvier 2018 by Résistance 71

Les administrateurs d’un campus universitaire canadien saisissent un  journal étudiant à la publication d’un article de Kevin Annett sur les atrocités médicales effectuées sur les Indiens dans une facilité voisine

Nanaimo, Colombie Britannique, Canada

 

12 janvier 2018

 

Source:
http://itccs.org/2018/01/12/you-are-not-permitted-to-read-this/

 

Lectures connexes:

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Génocide passé et présent au Canada

 

Kevin Annett rapporte:

Je ne peux pas dire que j’ai été surpris à l’annonce de cette dernière faste de la censure. Après tout, les universités canadiennes n’aiment pas que leurs étudiants pensent trop au sujet de d’affaires “interdites, tabous”, comme le génocide domestique. Une fois de plus, les administrateurs universitaires de ce pays ont étalé leur turpitude morale et intellectuelle en censurant une histoire qui met à jour le linge sale bien trop près de la maison, spécifiquement celui qui concerne un demi-siècle d’atrocités médicales qui se sont déroulées à deux pas de leur campus aux mains de l’armée canadienne et de l’Eglise Unifiée du Canada.

La scène de ce dernier fiasco en date et lieu du crime est l’université de l’Île de Vancouver (UIV) à Nanaimo en Colombie Britannique. L’article censuré en question (NdT: voir sous cet article) a été écrit par votre serviteur et concerne le tristement célèbre Nanaimo Indian Hospital, où des générations d’enfants autochtones furent stérilisés, torturés, affamés, drogués, soumis à des tests médicaux forcés par des médecins de l’armée et de l’église, d’après des témoins oculaires et les preuves intangibles fournies dans l’article.

Début décembre 2017, mon article au sujet de l’hôpital fut publié par le journal étudiant de l’UIV “The Navigator” avec l’aval total de ses éditeurs. Mais à peine un jour plus tard, tous les exemplaires du numéro “insultant” furent saisis par la sécurité du campus de l’université agissant au nom de son administration. Aucune raison ne fut donnée pour la saisie des journaux ; mais le brouillard standard canadien de l’intimidation et du secret a maintenu les bouches closes et la censure de l’article à été maintenue cachée jusque la semaine dernière lorsque des gens se sont mis à parler.

Quelques uns de mes compagnons sur Nanaimo fulminent depuis l’annonce de cette nouvelle. A la vérité, j’adore lorsqu’on peut provoquer le système de cette façon et regarder tout le vernis de civilité de de cette pseudo liberté académique se volatiliser par la répression hystérique et intempestive de ces soi-disants pouvoirs. Car les administrateurs de l’UIV ont prouvé par leur action extrême, toute la véracité contenue dans ce rapport censuré. Si ce qui est dit dans l’article était faux, les parties offensées auraient contre-attaqué avec les véritables faits et j’aurai déjà reçu une demande judiciaire demandant une rétractation publique et des excuses. Mais comme d’habitude, rien de la sorte ne s’est produit. Au lieu de cela, il n’y a eu aucun démenti des crimes et aucune contre-preuve ne fut présentée, juste une très rapide mise sous le boisseau de toute l’affaire.

Bref, nous sommes les témoins une fois de plus du même scenario familier du maquillage et de la censure institutionnalisés des crimes contre l’humanité qui se sont déroulés au Canada. Le plan de jeu ne change jamais car les parties impliquées dans les crimes en sont toujours menacées et doivent effacer toutes les preuves et ceux qui en parlent, Fort heureusement, ce qui ne change pas non plus sont les retombées de cette stupide répression. Quelques anciennes personnes bien bornées de l’UIV ont reçu un avertissement et peuvent s’attendre à être radicalisées par ce dernier bottage en touche en date. Comme l’observa l’ancien combattant de la subversion Saul Alinsky:

“Un système oppresseur sévèrement provoqué, peut-être notre meilleur allié. Sa réaction tyrannique extrême, pas seulement nos efforts, est ce qui va politiser une nouvelle génération.” Déjà, un groupe d’étudiants de l’université manifestent contre cette attaque sur la liberté d’expression déchaînée par les patrons du campus, ils ont déjà défilé et distribué des copies de l’article censuré aux autres étudiants. Ah belle jeunesse, continue !…

Suivez les progrès de cette bataille de l’information en écoutant les programmes radio suivant animés par votre serviteur et bien d’autres:

Here We Stand, Sunday January 21 at 3 pm pacific, 6 pm eastern at www.bbsradio.com/herewestand , and

CHLY 101.7 FM (VIU campus radio) on Saturday January 27 at 11 am , live streamed at https://www.chly.ca/listen/

= = =

L’article censuré de K. Annett paru dans le journal étudiant “the Navigator” en décembre 2017, écrit en novembre 2017

Traduction en français de Résistance 71, 14 janvier 2018

Qu’est-ce et qui est enterré dans le voisinage de l’université de l’île de Vancouver ou génocide dans votre jardin

Kevin Annett

15 novembre 2017

“On m’a utilisé comme cobaye humain au Nanaimo Indian Hospital pendant plus de 7 ans. Beaucoup d’enfants y sont morts et ils sont toujours enterrés quelque part sur ce terrain.”
~ Joan Morris, parlant au Malaspina College (UIV) en mars 2004 ~

Allez voir dans le sud du campus de l’UIV en face de la 5ème rue et vous y verrez un amas de verdure clôturé de fils de fer barbelés. Pendant plus d’un demi-siècle ceci fut le site du Nanaimo Indian Hospital (NIH), un centre expérimental aux conditions pénitencières géré conjointement par l’Eglise Unifiée du Canada et l’armée canadienne Les dires des survivants et les archives confirment que des centaines d’enfants y sont morts des suites d’expériences médicales des plus horribles et autres barbaries.

“C’étaient des enfants aborigènes ramassés dans les réserves ou dans les pensionnats pour Indiens”, décrit Joan Morris, une autochtone de la nation Songhee de Victoria qui fut incarcérée au NIH alors qu’elle n’avait qu’à peine 5 ans.

“Le médecin des affaires indiennes a menti à ma mère et lui disant que j’avais la tuberculose, alors que je ne l’avais pas. Ils m’ont gardé à l’hôpital jusqu’à mon adolescence. Ils m’injectaient toujours et me donnaient des choses à boire qui me rendaient malade. Ils ont pratiqué des interventions chirurgicales sur moi. Is ont brisé tous les os de mes pied afin que je ne puisse pas m’enfuir Bien plus tard j’ai découvert que je ne pourrai pas avoir d’enfant.. Ils stérilisaient beaucoup de filles là-bas.

Joan a dévoilé son histoire pour la première fois il y a une douzaine d’années lors d’une série de forums publics à l’UIV, connu comme la Malaspina College. A ces forums, Joan a nommé les hommes qui ont fait des expériences sur elle comme les médecins locaux Weinrib et Schmidt qui étaient employés par l’armée canadienne dans les années 1960-70. Peu de temps après les conférences de Joan devant de bonnes audiences au College, ce qui restait des bâtiments du NIH fut démoli par la ville de Nanaimo et la zone fut clôturée et bouclée.

“Ils nous disaient toujours de ne jamais parler de ce qui nous était arrivé”, dit Joan. “Quand l’hôpital a fermé, quelques officiers de l’armée sont venus chez nous et ont dit que nous irions en prison si nous en parlions parce que tout cela était classé secret sécurité nationale.”

La censure officielle a été plus loin. Au printemps 1999, peu de temps après que les médias aient rapporté pour la première fois les allégations sur le NIH, le gouvernement canadien “scella officiellement” ses archives sur le NIH et les autres hôpitaux pour Indiens au Canada. Des archives séparées tenues à la bibliothèque Koerner de l’Université de Colombie Britannique (UBC) confirment que le NIH a reçu un important financement à la fois de la Commission de Recherche du Ministère de la Défense et de l’Eglise Unifiée du Canada pour faire une “recherche expérimentale classifiée secrète” sur des générations de femmes et enfants aborigènes.

Après qu’ils se furent emparés de moi, ma mère a fait tout un foin, alors ils l’ont mis avec moi”, décrit Joan. “Ils l’ont fait à beaucoup de familles indiennes de toute l’île (NdT: pour info, l’île de Vancouver est énorme, elle fait à peu près 1/4 de la taille de l’Angleterre pour 32 000 km2…). Beaucoup de gens mouraient là-dedans. Chaque matin, ils emmenaient les petits cadavres hors de l’enceinte sur des brancards à roulettes. Ma cousine Nancy Joe les a vu enterrer ces enfants sur le terrain derrière nous, près de la voie rapide.” Esther Morris, famille lointaine de Joan, fut aussi incarcérée au NHI pendant les années 1960. Elle parla aussi publiquement en 2007.

Ils me gardèrent sanglées dans ce bizarre ustensile qui m’empêchait de m’allonger ou de me lever, juste maintenue dans cette position pendant des mois”, dit Esther. “J’ai perdu l’usage de mes jambes. On m’a dit que cela était en rapport avec la recherche spatiale. C’était marrant parce que quelques uns des docteurs ne parlaient pas anglais et avaient besoin de traducteurs.

Le NIH n’était que la partie émergée de l’iceberg de crimes contre l’humanité au Canada sponsorisés par l’état et l’église qui se sont déroulés sur une période de plus d’un siècle et qui n’ont jamais été traduits en justice. Beaucoup de ces atrocités sont documentées dans le livre “Meurtre par décret: le crime de génocide au Canada” (2016), une compilation de faits et de documents émanant d’une recherche indépendante de plus de 20 ans sur le sujet. “Meurtre par décret” documente comment les expériences du NIH, incluant les stérilisations forcées étaient conduites de manière routinière parmi les Indiens de la côte ouest du Canada par les missionnaires et les médecins locaux.

(voir sur www.createspace.com/6085632 and www.murderbydecree.com ) en français ici:

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Sarah Modeste de la nation Cowichan a été stérilisée à la clinique King’s Daughters dans la ville de Duncan en CB au début des années 1950 par le Dr James Goodbrand. Comme le décrit Sarah dans “Meurtre par décret”:

Dr Goodbrand m’a dit: Si tu maries Freddy, je vais devoir t’opérer car il n’est pas chrétien. Plus tard, lorsque le Dr Goodbrand m’accoucha de mon premier enfant, j’ai eu mal après et j’ai appris ensuite que j’avais été stérilisée… Goodbrand m’a dit qu’il était payé 300 CAD par le gouvernement canadien pour chaque indienne qu’il stérilisait.

Les stérilisations forcées (non volontaires) et les expériences médicales sont illégales sous la loi internationale depuis 1948 et sont définies comme faisant partie des crimes contre l’humanité. Et pourtant, non seulement le Canada et ses églises ont commis ces crimes mais les ont blanchis et se sont absous eux-mêmes de toute responsabilité. Personne n’a jamais été traduit en justice au Canada pour ces méfaits ou pour la mort d’enfants dans ces hôpitaux ou dans les pensionnats pour Indiens, d’où 50% de ces petits prisonniers ne sortirent jamais. 

Tandis que Joan Morris et tous les enfants qui moururent au NIH n’ont jamais eu leur heure dans les tribunaux canadiens, ils l’ont eu dans un procès historique qui s’est tenu à Bruxelles en 2012 et 2013. Se fondant en partie sur le témoignage de Joan et de quelques douzaines d’autres survivants du génocide canadien, le Tribunal International de Droit Coutumier a déclaré le Canada, ses églises, la couronne d’Angleterre et le Vatican, coupables de crimes contre l’humanité.

(voir: http://itccs.org/the-international-common-law-court-of-justice-case-no-1-genocide-in-canada/)

En résultat de ce verdict et sous le coup de la loi internationale, les Canadiens sont obligés de ne plus payer leurs impôts à un régime félon condamné pour crimes comme leur propre gouvernement, ni de financer des corps constitués similairement condamnés comme l’Église Unifiée, sous peine d’être coupables de complicité de leurs crimes.

Quoi qu’il arrive, cela n’enlève rien aux atrocités commises. Les enfants perdus du NIH attendent toujours d’être trouvés et d’être ramenés chez eux pour des funérailles décentes. La communauté de l’UIV doit se demander comment elle peut perdurer de la sorte et demeurer ignorante du génocide ayant eu lieu dans son propre jardin: un crime qui, s’il n’est pas dûment confronté, ne peut que continuer.

Lettre ouverte à une sénatrice canadienne, négationniste de l’holocauste des Amérindiens du Canada… (Kevin Annett)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 avril 2017 by Résistance 71

« Si je devais choisir de tuer la moitié des enfants indiens qui sont sous notre attention, il n’y a pas de meilleur instrument à utiliser que votre pensionnat typique mis en place. »
~ Neil Parker, Superintendant aux affaires indiennes du Canada, 1949 ~

« Il est juste de dire que 50% des enfants qui sont passés au travers de ces écoles pensionnats n’ont pas vécu pour bénéficier d’une quelconque éducation en leur sein. »
~ D.C Scott, adjoint au superintendant au ministère des affaires indiennes, juillet 1913, rapporté par CBS News en juin 2015 ~

« Nous ne pouvions pas commencer une enquête sur les morts dans les pensionnats pour Indiens, ceci aurait constitué une enquête bien trop énorme… »
~ Gendarme Gerry Peters, de la division « E » de la Gendarmerie Royale du Canada, Vancouver, juillet 1997 ~

« Les chances d’un élève des pensionnats pour Indiens de mourir dans les premières années du programme étaient d’une sur deux. Alors bon, OK, 50% est une juste estimation du taux de mortalité. »
~ Murray Sinclair, président de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), le 3 mars 2011 ~

 

Dans un miroir, sombrement: conseil à une négationiste de l’holocauste (amérindien)

 

Kevin Annett

 

28 mars 2017

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2017/03/28/in-a-mirror-darkly-some-advice-to-a-holocaust-denier/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Une information en provenance d’Ottawa en date du 8 mars 2017: La sénatrice canadienne Lynn Beyak défend le système des pensionnats pour Indiens et affirme “qu’ils n’ont pas voulu faire de mal à quiconque”…

Ottawa

Chère Lynn,

Il a été dit de la vie au sénat canadien qu’elle est si pathétique que tout ce que vous pouvez y entendre est le bruit du ruminage et des ventres de porc. Je veux donc vous remercier pour donner tort à tous ces cyniques. Je n’avais absolument aucune idée que votre petite côterie d’appointés politiques à la platitude tant reconnue puisse produire une penseuse d’une telle originalité comme vous-même.

Quelle bonne bouffée d’air frais que d’entendre une politicienne canadienne affirmer que noir est en fait blanc et avec une telle conviction ! Et dire que j’avais perdu l’espoir en la capacité d’un quelconque de nos leaders d’ici, du Grand Nord tout blanc, de maîtriser la realpolitik machiavellienne. Je dis: bien vu, excellent !

Sénatrice, je vous donne un A+ pour vos efforts, mais si vous me permettez, j’ai quand même quelques conseils à vous donner en ce qui concerne la meilleure façon de propager votre gros mensonge bien particulier. En un mot, vous êtes trop crâneuse. Subtilement, est toujours après tout, la meileure méthode pour cacher un crime de groupe et de convaincre les gens qu’il ne s’est jamais passé: quelque chose que votre collègue du sénat Murray “Mr je blanchis tout par la CVR” Sinclair ne connaît que trop bien.

Note de R71: CVR est l’acronyme de la Commission Vérité et Réconciliation, la farce officielle de l’état canadien pour blanchir et minimiser l’affaire du génocide dans les pensionnats pour Indiens entre 1867 et 1996. Si l’état canadien s’est fendu d’”excuses officielles”, personne n’a jamais été condamné pour la disparition et meurtres de plus de 50 000 enfants autochtones dans les murs des camps de la mort qu’étaient les pensionnats pour Indiens, gérés par les églises, au nom du gouvernement canadien. Voir à cet effet notre traduction du contre-rapport à la CVR du Tribunal pour les Disparus du Canada: “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada” (2016), ce texte est le fruit de plus de 20 ans de recherches, d’enquêtes et de témoignages.

Mettez une sourdine à votre hyperbole dans un premier temps. Même le plus fleur bleue, trouillard des Injuns des Canucks (Canadiens) aura du mal à avaler votre affirmation disant que votre typique curé frappeur d’enfant ne faisait en fait “qu’essayer de son mieux” avec tous ces sauvages. Allons, allons Lynn, aller au charbon avec rien d’autre que cette rhétorique va permettre à tout critique de vous cueillir avec juste une simple citation du ratio de plus de 50% de décès parmi tous ces enfants basanés qui étaient pensionnaires de ce que vous appelez “les pensionnats scolaires”.

Bref, le grand mensonge, çà doit être convaincant.

Point suivant: Pour l’observateur neutre, vous agissez comme le badeau dans le script pré-arrangé de quelqu’un d’autre. Je veux dire, regardez comment tous les gros matous aborigènes sautent après vos paroles, comme des violeurs d’enfants en rut. Vous donnez à des gens comme Murray Sinclair, Pat Brazeau et tous les autres sultans de la trahison ; la parfaite méthode pour poser en champions de leur peuple, leurs frères Indiens, qu’ils ont trahis pendant des années. Est-ce cela que vous voulez vraiment ?

Quant à votre affirmation que les camps d’internement chrétiens ont en fait sauvé plutôt que tué les enfants basanés: une fois de plus, vous êtes hors piste, sans aucune sécurité. Pourquoi ne pas aligner le gang habituel des lècheurs de bottes, de ces “survivants” aborigènes, Indiens des forts, pour qu’ils endorsent publiquement votre affirmation et affirment aux yeux de tous à quel point la vie était belle dans les camps ? Nous savons qu’il y en a un bon paquet alentours, nous savons aussi qu’ils ne demandent pas cher non plus pour “témoigner”…

Enfin, essayez de lancer quelques miettes rhétoriques à cette bête connus sous le vocable du politiquement correct. C’est la meilleure façon de désarmer vos critiques. Donnez-nous quelques lignes au sujet de la cicatrisation et de la réconciliation. Nous, pauvres visages pâles Canucks, aimons entendre ces mots. Ils nous font nous sentir bien au sujet de nous-mêmes, ce qui est après tout, tout le but de l’exercice: spécifiquement depuis que nous sommes tous partie d’une conspiration criminelle condamnée.

Il est vrai que toutes ces erreurs n’auront peut-être pas d’importance sur la distance considérant les remous que vous faites dans la presse et parmi beaucoup d’entre-nous pâles Canucks. Finalement a émergé un leader qui dit ce que tous ces paroissiens ont ressenti, mais qu’étant Canadiens, n’ont jamais dit: que ces Injuns l’ont eu trop belle et qu’ils nous pompent jusqu’à la lie, et que merde, après tout, ils vont peut-être finir par récupérer toute la putain de place de nouveau !

J’espère que vous considérez devenir premier ministre, ou peut-être est-ce là toute l’affaire ?…

Quoi qu’il en soit, pour vraiment maîtriser l’art du mensonge et de la déception Lynn, vous devez comprendre les détails de ce que vous essayez de pirrouetter. Connaître son ennemi est la clef pour gagner quelque bataille que ce soit après tout. Je vous invite donc à regarder quelques dures preuves de vie et de mort dans ce que vous appelez les joyeuses colonies de vancances que furent les pensionnats pour Indiens, preuves contenues dans ma composition de plus de 20 ans de recherche intitulée “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada” (2016). Je l’ai écrit pour mettre une électrode dans le fion de Murray Sinclair, vous devriez donc vous réjouir à sa lecture.

Un de bien des survivants de ces pensionnats que je cite dans mon livre, Sylvester Green, était sur le détail des enterrements du camp de l’Église Unifiée du Canada à Edmonton dans les années 1960. Il a dû mettre en terre plus de 100 autres enfants durant les deux ans où il y fut incarcéré, avant qu’il ne s’en échappe.

Sylvester m’a dit qu’une fois à un réveillon de Noël, lui et d’autres enfants reçurent des vêtements propres et furent paradés devant une congrégation de notables blancs afin de chanter des chants de Noël pour toute cette foule chrétienne joyeuse et réceptive. Puis, Sylvester et les autres enfants furent ramenés dans leur camp et reçurent en récompense de leurs beaux chants, de choisir parmi eux lesquels seraient violés et pire par le révérend Jim Ludford et ses acolytes. Normalement les enfants n’avaient pas le choix.

J’ai juste pensé que vous apprécieriez le témoignage de Sylvester sur le comment le système n’était pas si mauvais après tout.

Sincèrement vôtre,

Kevin Annett

Blanchiment de crime contre l’humanité au Canada… La nouvelle farce: la Commission Nationale d’Enquête sur les Femmes Disparues…

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 août 2016 by Résistance 71

Ils sont là pour embrumer le massacre et non pas pour le stopper

L’équipe de nettoyage de Justin (NdT: Trudeau, nouveau premier ministre canadien) sévit sur la côte Ouest alors que les femmes indigènes disparaissent de plus belle

Kevin Annett

6 août 2016

url de l’article original:

http://itccs.org/2016/08/06/they-come-to-fog-the-slaughter-not-to-stop-it/

~ Résistance 71 ~

L’Enquête Nationale sur les Femmes Disparues a annoncé aujourd’hui la nomination de ses cinq commissaires… Leur mandat inclut l’étude des “causes systémiques” derrière les disparitions et de faire une série de recommandations au gouvernement sur la mise en place d’un plan d’action à long terme….

Blablabla… (baillements)

Oui Virginie, c’est vrai: Les Canadiens sont vraiment ennuyeux. Mais le tout dernier exercice en date de la saga du blanchiment officiel (de crime) s’appelle la Commission d’Enquête Nationale sur la Disparition des Femmes (CNEFD) et bien pire qu’une simple banalité. Alors que vous vous endormez dans l’ennui créé par un nouvel exercice gouvernemental de rhétorique et de paperasserie coûtant bien sûr quelques 70 millions de dollars aux contribuables, le crime sur lequel la commission “enquête” de manière si ostentatoire, continue de plus belle, comme il est supposé le faire. Après tout, le marché aux esclaves modernes est un business bien trop lucratif pour que quoi que ce soit d’autre ne se passe.

Quant à la légitimité de ce que j’appelle “Le fiasco de la Commission Vérité et Réconciliation, deuxième partie”: pourquoi quiconque ayant trois cellules de matière grise pouvant se frotter l’une sur l’autre, devrait faire confiance à ce même état qui vient juste de camoufler et blanchir le plus grand crime de l’histoire canadienne (NdT: le génocide des enfants indigènes via le programme des pensionnats pour Indiens, voir notre traduction du dossier de contre-rapport “Meurtre par Décret” sur ce blog), de ne pas faire la même chose avec les cadavres de miliers de femmes autochtones ? Spécifiquement lorsqu’il planifie d’utiliser les mêmes agences de police qui font disparaître ces femmes ?

Le niveau de QI a t’il soudainement plongé les gars?…

Bon, c’est le Canada après tout, et la côte ouest en plus: notre Nirvana local à l’EEG plat, oû des adorateurs du soleil et buveurs de café au lait sont bien trop engoncés dans les âfres de la belle vie pour remarquer la puanteur émanant de la partie Est du centre de la ville de Vancouver, de là où essentiellement des femmes et des enfants autochtones ont disparu des rues depuis des décennies.

J’ai appris au sujet de tout cela la toute première semaine de mon travail alors que j’étais un tout jeune prêtre de rue au printemps de l’année 1986: la même année où l’Expo 86 jeta dehors plus de 1000 anciens et pauvres gens hors de leurs hôtels et appartements qu’ils partageaient pour faire de la place aux gros et gras touristes. Trois prostituées aborigènes disparurent de Hastings Street en juste une semaine sans qu’aucun média ne rapporte ce fait.

Trente ans et la moitié de ma vie plus tard, rien n’a vraiment changé, à part le besoin du gouvernement de faire semblant de s’y intéresser, tandis que l’odeur de cadavres commencent à sortir hors des ghettos et des bidonvilles du centre ville de Vancouver et que ceci commence à devenir info en Allemagne et en Nouvelle-Zélande…

Mon amie maintenant décédée Harriett Nahanee, qui occupait des églises tueuses d’enfants avec moi juste à un pâté de maison de là où les disparus continuent de disparaître, avait dit une fois que demander pourquoi des enfants mourraient dans les pensionnats pour autochtones revenait à demander pourquoi des fœtus sont éliminés dans les cliniques pour avortement. La même chose peut-être dite au sujet de “l’enquête” sur les disparitions de femmes aborigènes. Pourquoi toutes ces disparitions ? Parce qu’elles sont supposées disparaître, imbécile !

Ou voyons voir un peu: Est-ce que j’ai moi-même imaginé la loi sur les Indiens (Indian Act), qui nie toujours légalement les natifs vivant sur les réserves les pleins droits de citoyens et les rend par là-même complètement périssable ? Ai-je aussi imaginé le ciblage routinier des Indiens SDF comme cibles d’entraînement par la GRC et les flics de Vancouver et ce sans que jamais de réprimande ne soit alouée ? Ai-je aussi imaginé l’énorme taux de mortalité des aborigènes urbains, taux en hausse perpétuel ?

Que dire de la politique officieuse du “ne pas ranimer” s’appliquant aux Indiens qui sont amenés dans les salles d’urgence des hôpitaux de Vancouver ? Ou de la saisie routinière des enfants aborigènes sans aucune raison ou mandat des autorités sociales par les flics de Vancouver ou les assistants sociaux, ainsi que leur incarcération subséquente dans des foyers de riches violeurs pédophiles blancs ? Ou l’obligation pour des familles aborigènes entières de quitter leurs terres sous la menace d’armes par les gendarmes de la GRC ou autres portes-flingues payés par des entreprises étrangères ? (NdT: essentiellement chinoise de nos jours en Colombie Britannique, qui est vendue morceau par morceau aux cartels miniers et énergétiques chinois par les politiques et hauts-fonctionnaires véreux, contrôlant par la corruption les “conseils” de bandes indiennes locaux sous contrôle colonial, qui cèdent les terres ancestrales ilégalement aux cartels industriels..)

Ah oui, les femmes aborigènes disparaissent en grand nombre aussi.

George Brown sait très spécifiquement pourquoi elles disparaissent, c’est aussi pourquoi il ne fit pas de vieux os en tant que gendarme aborigène incorporé dans la GRC (Gendarmerie Royale du Canada, la fameuse “police montée” canadienne, qui est l’équivalent du FBI yankee et a compétence sur l’ensemble du territoire fédéral canadien. A l’origine, la GRC fut créée comme traqueuse d’Indiens et pour ramener les renégats dans les “réserves”…) de Vancouver. Lui et moi, ainsi que quelques autres personnes, avons fait notre propre enquête sur ces femmes disparues vers 2003, nous avons bien failli aussi y laisser notre peau. D’après George:

“C’est bien plus gros que ce qu’en dit l’histoire officielle, celle d’un tueur solitaire. Beaucoup de flics sont impliqués, mais ils protègent essentiellement les pontes se trouvant derriere ces assassinats et le marché des snuff films (NdT: films pornographiques où des esclaves sexuels, souvent des femmes et des enfants, sont mis à mort et filmés dans ce rituel. Ce marché lucratif est géré par des réseaux impliquant des officiels des gouvernements, des juges, des hauts-fonctionnaires, des politiciens etc…). Si vous en parlez, vous mourrez, c’est aussi simple que cela. Il y a trop d’argent en jeu et trop de gens profitant de ce business juteux pour permetttre à quiconque de soulever le couvercle de cette marmite infernale et d’étaler cette merde au grand jour. C’est un énorme marché aux esclaves et ce marché implique les Chinois, les Thaïlandais, les Américains, même les “chefs” élus des nations aborigènes du Nord de la province. Mais ne vous attendez pas à ce que tout cela sorte. Ils vont blanchir et continueront de blanchir tout çà avec l’histoire habituelle du tueur psycho solitaire.”

Quelqu’un a t’il mentionné Willie Pickton ? (NdT: Pickton a été le bouc émissaire d’une affaire de disparitions et d’assassinats de femmes aborigènes sur Vancouver, même s’il couvrait manifestement des commanditaires, il fut déclaré “tueur solitaire”, jugé et incarcéré… çà rappelle l’affaire Dutroux ?… Mais non on l’a pas dit… bon alors on l’a pas dit fort… )

C’est un truc bizarre avec le Canada: plus les choses deviennent criminelles et plus on a de sbires pour dissiper les ténèbres. Derniers en date bien sûr, une femme et juge aborigène qui préside la très fédérale Commission Nationale d’Enquête sur les Femmes Disparues (CNEFD), Marion Buller, qui représente le tout dernier effort de “lavage plus rouge” en date et qui se repose sur vous tous, braves libéraux bourgeois blancs et coupables, pour que vous lui donniez votre estampille d’acquiescement alors que vous vous applaudissez et vous félicitez entre vous d’être si progressistes.

Mécontent du nouvellement bassement représenté président de la CVR Murray “regardez-moi mentir lorsque mes lèvres bougent” Sinclair, merde, il était aussi un juge aborigène, imaginez un peu ! On se retrouve maintenant avec une présidente de la commission d’enquête qui est même critiquée par le journal du National Post comme étant “un choix questionable, considérant le fait qu’elle a une propention depuis son banc à ne donner que des sentences légères à ceux qui offensent les aborigènes.” Merde Sherlock ! Elle semble en fait être parfaite pour le boulot à venir !

Comme on dit en droit coutumier, laissons ceux qui doivent être trompés, être trompés.

Quant à moi et ma maisonnée, malgré les requêtes pour que j’y assiste ou pour que je manifeste en dehors ou dans l’enquête sur les femmes disparues lorsque ce grand cirque arrivera bientôt en ville, je vais en fait me réfréner de le faire. Je me suis rendu compte que les mensonges et les menteurs officiels reçoivent bien trop d’attention de notre part, celle du peuple, ceci est aussi une des raisons pour laquelle les tueurs et leur fange continuent d’échapper à la justice.

Au lieu de cela, je suggère humblement que nous focalisions notre attention là où il se doit: en mobilisant la communauté pour traquer et localiser ceux qui kidnappent, traffiquent et tuent des innocents, qui qu’ils soient et de gérer leur cas de la manière dont l’esprit nous l’indique. Ceci demande plus d’indépendance, de courage et d’auto-détermination que possèdent tout Canadien ou Aborigène que je connaisse.

Bien entendu, dans mes meilleurs moments, je suis un optimiste incurable. Je crois sincèrement qu’un jour nous les Canucks (NdT: la façon dont les Canadiens s’appellent eux-mêmes affectueusement), seront en fait dignes de tous les bons sentiments qui nous sont prêtés et que nous nous prêtons a nous-mêmes. Dans le même temps, je prends ma pelle et peut-être même un flingue. M’accompagnerez-vous ?

=*=

A lire: « Meurtre par décret », le contre-rapport de la farce de la Commission Vérité et Réconciliation du Canada

« Meurtre par décret » le contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation sur le génocide au Canada ~ 1ère partie ~

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 5 juin 2016 by Résistance 71

Meurtre par décret: Le crime de génocide au Canada

 

Un contre-rapport de la “Commission Vérité et Réconciliation”

 

Publié par le Tribunal International pour les Disparus du Canada

En conjonction avec des Commissions Citoyennes d’Enquête préalables

 

Le 1er Mars 2016

Toronto & Bruxelles

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~ Juin 2016 ~

 

Introduction de « Meurtre par décret »

Préambule, Critique de la Commission Vérité et Réconciliation & Chronologie des évènements

1ère partie A & B

2ème partie

3ème partie

 

Note de Résistance 71: Le rapport dans sa version imprimée fait plus de 400 pages. De celles-ci, les 155 premières sont narratives et explicatrices. Le reste du rapport étant une suite d’appendices regroupant les documents et témoignages ayant servi à dresser le rapport et à évaluer la commission gouvernementale et ses actions. Notre traduction ne sera donc pas exhaustive mais représentative de larges extraits sélectionnés pour être les plus significatifs. Certaines parties du rapport contiennent les témoignages recueillis de quelques survivants des pensionnats, témoignages poignants et horrifiques des brimades, expérimentations et tortures subies ainsi que des témoignages d’assassinats en règle d’enfants autochtones dans de nombreux pensionnats. Nous nous limiterons à quelques exemples choisis. Pour ceux qui peuvent lire l’anglais, nous ne pouvons qu’encourager la lecture complète du rapport qui se trouve ici:

http://murderbydecree.com/ accompagné de quelques vidéos.

Nous tenons également à préciser que tout ce qui est rapporté dans ce qui suit est documenté dans les plus de 200 pages de documents mis en appendices. Nous encourageons nos lecteurs à les consulter dans l’édition originale dont nous avons mis le lien ci-dessus.

Les emphases de texte (caractères italiques et gras) sont de notre cru.

Préambule

Ce rapport est devenu une nécessité devant le très grave avortement de justice mis en scène par le gouvernement et les églises du Canada connu sous le nom de “Commission Vérité et Réconciliation” (CVR). Il est écrit en réponse corrective des efforts illégaux et trompeurs de la dite commission afin de cacher la nature et l’extension du génocide délibéré qui s’est déroulé au Canada ces derniers deux siècles, génocide perpétré par l’état et l’église.

Ce rapport est publié par le Tribunal International pour les Disparus du Canada (TIDC), une coalition internationale de juristes et de groupes humanitaires et des droits de l’Homme. Le TIDC fut formé en décembre 2015 pour enquêter sur la disparition de personnes au Canada et de traduire en justice les responsables. Le tribunal s’est créé à cause des efforts continuels du gouvernement du Canada de faire obstruction et de subvertir la justice en cachant et en falsifiant la vérité sur le génocide des populations natives/indigènes passées et présentes au Canada.

Ce que vous allez lire dans ces pages est la transcription indépendante la plus définitive jamais publiée au Canada concernant ce génocide. Ceci comprend des travaux de recherche approfondis, des témoignages d’activistes et de témoins occulaires sur une période de plus de vingt ans et ce rapport est fondé sur des documents, des preuves documentées vérifiables, qui ont été délibérément supprimées, censurées ou détruites par la CVR du gouvernement canadien entre 2008 et 2015.

Une véritable enquête indépendante s’est tenue et se tient au Canada depuis 1998: la Commission de la Vérité sur le Génocide au Canada (CVGC) et ses filiales subséquentes dans le temps. En tant que réseau autonome populaire composé de personnes autochtones et non-autochtones, celui-ci s’est battu contre un environnement défavorable pour documenter et rendre publique la vérité et l’histoire non censurée du massacre génocidaire connu sous le nom de système de pensionnats pour Indiens. La CVR fut délibérément établie par l’église et l’état en réponse à l’enquête indépendante de la CVGC et des protestations publiques qu’elle a suscitées et pour saboter et désamorcer l’énorme impact que ce mouvement a eu depuis le printemps de 1998.

Ce rapport actuel du TIDC est basé sur sa propre recherche originale tout autant que sur les découvertes et le travail antérieur de la CVGC et d’autres enquêtes indépendantes qui furent entreprises au sujet de l’holocauste canadien. Le but de ce présent rapport est de mettre à jour le faux narratif sur le génocide canadien construit par le gouvernement et sa CVR ainsi que de fournir un véritable compte-rendu du plus grand des crimes de l’histoire canadienne.

Ce rapport est une précieuse source d’archives qui sera utilisée comme base de toute action légale et politique à venir, non seulement contre les perpétrateurs individuels de ce crime contre l’humanité, mais aussi contre le système de pouvoir ainsi que les institutions qui ont massacré des nations entières et continuent de le faire.

A cet égard, il a été jugé approprié de publier ce rapport l’année du 15ème anniversaire de la publication de la première étude indépendante de la CVGC se rapportant aux crimes commis contre les Indiens dans les pensionnats: “Hidden from History: the Canadian Holocaust”, Kevin Annett, 2001. Longtemps avant qu’une quelconque CVR sponsorisée par l’état n’essaie de contrôler et de “pirouetter” la vérité, ainsi cette étude à elle seule, a commencé un processus de mise sous les projecteurs du nombre énorme d’enfants disparus et a enfin donné une voix à un très grand nombre de survivants de ces pensionnats.

Les auteurs ont composé le présent rapport pour les générations futures des peuples du Canada et comme une première étape de sortie de cet héritage meurtrier qui les détruit toujours aujourd’hui. Les Canadiens doivent savoir le crime avec lequel on attend d’eux qu’ils vivent avec, qu’ils financent et qu’ils soient complices, s’il y a un seul espoir pour eux qu’un jour ils puissent enfin répudier ce système et bâtir une nouvelle et juste fédération de nations égales. Car “quiconque ne comprend pas et n’assimile pas son propre passé est voué à le répéter.

Une critique de la “Commission Vérité et Réconciliation”

Une obstruction de la justice et de la vérité du début à la fin

“La Commission Vérité et Réconciliation ne doit pas tenir des auditions formelles, ni agir en tant qu’enquête publique, ni procéder à un processus judiciaire formel ; elle ne devra pas posséder de pouvoir de contrainte à audition, ni de mandater une quelconque participation à aucune de ses activités ou évènements… Elle ne devra pas établir de conclusions ou de recommandations en regard du mauvais comportement de quelque personne ou sur les possibles activités ou responsabilités criminelles de quelque personne ou organisation que ce soit… Elle ne devra pas citer nominalement les personnes dans aucune de ses activités, de ses déclarations publiques, rapports ou recommandations, ou utiliser quelque information personnelle ou déclarations faites qui identifient une personne… Les commissaires siégeant ne devront ni noter ni archiver les noms des personnes identifiées.” ~ De la seconde section “Etablissement, pouvoirs, devoirs et procédures de la commission”, Commission Vérité et Réconciliation, Ottawa, 2008

“J’ai vu beaucoup de nourriture gratuite, de beaux costumes et des groupes de Rock à la CVR de Winnipeg, mais ils n’avaient pas d’argent pour venir nous chercher et nous ramener de notre réserve pour raconter notre histoire à leur réunion. Le pire, c’est que lorsque nous avons essayé de nous lever et de venir au micro pour parler et pour expliquer les choses au sujet des enfants qui sont enterrés dans les pensionnats pour Indiens, on nous a dit que nous ne pouvions pas et les micros furent fermés. Et ce Murray Sinclair (président de la Commission) nous a même ri au nez en disant: “Oh non, pas encore ces barjots de Sandy Bay !”” ~ Ernie White, survivant des pensionnats pour Indiens, 2011 ~

La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada fut une réponse intérieure rapide de l’église et de l’état taillée sur mesure pour présenter leur propre narratif sur les crimes ayant eu lieu dans les pensionnats pour Indiens.. Ce fut, en rapport à tout standard d’objectivité, une falsification élaborée d’un crime monumental.

D’entrée, la commission a été créée et constituée par ces mêmes institutions de l’église et de l’état qui furent responsables des crimes perpétrés par les pensionnats pour Indiens et maintenant en charge de l’enquête ; ce simple fait disqualifie totalement la CVR comme étant un corps neutre et crédible. De fait, la CVR n’a commencé son travail qu’une fois que les deux institutions se fussent elles-mêmes légalement immunisées de toute responsabilité possible pour ces crimes: une manœuvre qui clairement constitue une obstruction flagrante à la justice.

[…]

Similairement, les avocats de l’église et du gouvernement qui construisirent le mandat de la CVR, le cadrèrent de telle façon que la commission soit en fait un corps ne représentant aucun danger et dont les trouvailles ne pourraient pas être utilisées pour amener devant la justice et encore moins faire condamner, quelque personne ou groupe (lisez église et état) que ce soit et dont les archives furent censurées afin d’exclure toute preuve d’actes criminels ou de décès dans les pensionnats. Le mandat déclarait même que la CVR “ne devra pas tenir d’auditions formelles, ni agir en tant qu’enquête publique… et ne devra pas nommer les personnes dans leurs évènements…” Ainsi donc, comme la CVR a nié d’entrée qu’elle fut une commission d’enquête, qu’était-elle en fait ?

Des propres mots d’un universitaire sud-africain qui visita et observa trois évènements publics séparés de la CVR en 2011 et 2012, il déclara:

“Tout cela n’était qu’une énorme mise en scène ayant très peu de substance. Ses soi-disants “forums publics” étaient des évènements contrôlés mettant en scène des conférenciers sous contrôle et tout était structuré de façon à éviter que tout témoignange dérangeant ne fasse surface. Je n’ai jamais entendu une seule fois qu’un enfant avait été torturé ou tué. C’était tout à fait remarquable de voir comment le gouvernement [canadien] réussissait un tel blanchiment de responsabilité. Comparer cette commissions avec la CVR qui a eu lieu en Afrique du Sud est de l’ordre du comique.” ~ Dr. Neil Kruger, d’un entretien qu’il a eu avec Kevin Annett le 12 Avril 2013 ~

Une bonne partie de ce subterfuge élaboré fut le nom délibérément emprunté à l’ “Enquête sur la Vérité et la Réconciliation” du gouvernement sud-africain, enquête sur les crimes de l’apartheid ; ainsi la CVR canadienne se parait-elle de l’aura d’une véritable enquête ayant eu lieu, alors qu’elle n’était en rien similaire à celle-ci. Les médias canadiens assistèrent dans cette supercherie dès le départ, cadrant continuellement la CVR comme étant un effort légitime de raconter la véritable histoire des crimes des pensionnats pour Indiens tout en ne mentionnant jamais la nature restreinte et sans pouvoir de la CVR en tant que “non-enquête”.

Privés de toute alternative et commandés par leur propre “leaders” financés par l’état colonial de l’Assemblée des Premières Nations (APN) de participer aux évènements de la CVR, beaucoup de survivants indigènes des pensionnats initialement regardèrent la CVR comme allant au moins leur donner une chance de “raconter leur histoire” publiquement, mais même cette opportunité leur fut refusée dans les différents forums de la CVR.

Aucun survivant des pensionnats pour Indiens ne fut autorisé à parler à moins que sa déclaration ne fusse au préalable examinée et autorisée par les “commissaires” appointés par l’église et l’état canadien ; la déclaration était alors dépouillée de toute référence à un crime, à un meurtre ou du ou des noms des perpétrateurs. Ainsi baillonnés, les survivants n’avaient que 10 minutes pour parler tandis que quasiment aucune restriction de temps n’était imposée aux officiels des églises qui avaient commis ces crimes et qui étaient régulièrement autorisés à utiliser les évènements de la CVR pour publiquement justifier et minimiser les atrocités commises dans les pensionnats.

“J’ai été dégoûtée par ce que nous avons traversé. On m’a empêché de parler, directement, et quand j’ai défié cet état de fait on m’a menacé d’expulsion physique de la salle de conférence. Il n’y avait qu’une petite douzaine de survivants de pensionnats dans le forum le jour où j’y étais et tous avaient l’air bien misérables. Ils ne furent aucunement honorés, on ne leur donna aucune aide, aucun conseil ni même aucune reconnaissance et tout ce qu’ils pouvaiewnt faire fut de parler dans le micro pendant quelques minutes. Mais un gros porc d’évêque de l’église catholique fut autorisé lui de déverser sa diarrhée verbale pendant plus d’une demie-heure pour expliquer qu’ils n’essayaient que de faire le bien dans ces écoles.

A ce moment, une vieille femme qui avait été au pensionnat de Kuper Island a commencé à crier vers le type de l’église: “arrêtez de mentir, dites la vérité !” et alors le président de la CVR, Murray Sinclair, s’est levé et lui a hurlé de se tenir tranquille et de montrer du respect envers l’évêque ! Montrez du respect à votre violeur ! et ce Sinclair est supposé être un Indien. Cette pauvre vieille dame avait l’air totalement effondrée. On aurait dit que quelque chose venait de mourir en elle. C’était comme si on la regardait se faire encore abuser…” ~Shawna Green, nation Cree, deuxième génération de survivant qui essaya de parler au forum de la CVR à Victoria, CB en 2011 mais en fut empêchée ~

[…]

Le premier président de la commission, le juge Harry Laforme, démissionna juste quelques mois après le lancement de la CVR (rapporté sur CBC News le 20 octobre 2008).

Citant des différences de vue avec ses commissaires associés, Laforme “a fait part de ses craintes que des interférences politiques et bureaucratiques puissent compromettre le panel.Mais Laforme se référa plus tard aux pratiques questionables des officiels de la CVR et supputa que sa position en tant qu’officier de la justice était compromise par son association avec la CVR.

Une telle implication déconcertante par un juge en activité que la CVR opérait de manière illégale n’a pas fait bouger la commission de sa trajectoire sous le nouveau leadership de Murray Sinclair, un politicien de la nation Cree du Manitoba qui prit alors la succession de la présidence de la CVR du juge Laforme.

[…]

comme dans tout processus contrôlé, chaque employé de la CVR était requis de signer un accord de confidentialité qui les restreignait de partager quoi que ce soit qu’il découvrirait au cours de leur fonction. Toutes les églises qui gérèrent les pensionnats pour Indiens (catholique, anglicane et unifiée du canada) requérirent aussi une décharge signée similaire de la part de leurs employés après que des poursuites judiciaires commencèrent à affluer contre elles dès le printemps de 1995.

[…] Un des aspects les plus flagrants de ce maquillage officiel des preuves par la CVR fut révélé. La commission a permis aux églises qui gérèrent les pensionnats. d’éditer, de changer, de cacher ou de faire disparaître les preuves incriminantes de leurs propres archives. La CVR n’avait aucun mandat pour sommer devant elle des personnes ou forcer la divulgation de documents ou de preuves ni même de forcer quiconque à assister ou à faire venir témoigner à ses évènements, des personnes des églises et ces dernières se virent octroyer des mois après le commencement de la CVR, pour avoir la possibilité de réorganiser leurs archives et d’enlever de celles-ci toute preuve incriminatoire.

En fait la CVR ne fut qu’une opération d’assainissement de l’énorme crime du Canada contre l’humanité. Ce qui est en revanche moins compréhensible, est le pourquoi le monde et tant de Canadiens ont donné à cette commission un gramme de crédibilité.

Une telle duplicité organisée au plus haut niveau du pouvoir au Canada n’est pas confinée au seul brouillage de cartes concernant les crimes passés du Canada, mais s’étend égalememt aux récents efforts du gouvernement de faire lever un brouillard similaire autour des affaires croissantes de disparitions de femmes et enfants aborigènes. La troisième partie de ce rapport va analyser comment la police, le gouvernement et les intérêts entrepreneuriaux étrangers non seulement cachent, mais aussi facilitent ces disparitions en tant que partie d’une bien plus vaste campagne de dépossession et d’élimination de ce qu’il reste des peuples indigènes du Canada.

Ce rapport est une réponse à ces crimes et un appel urgent au monde et à tous les Canadiens qui refusent de vivre plus longtemps sous un tel régime génocidaire. Pour vraiment honorer et se commémorer ceux qui sont tombés en victimes, tous les gens de bonne conscience doivent reclâmer leur véritable histoire ainsi que leur futur.

Chronologie du génocide au Canada par les églises et l’état de 1840 à 2015

Note de Résistance 71 : Cette partie est en fait une mise à jour de la chronologie déjà publiée dans le livre de Kevin Annett “Hidden no Longer: Genocide in Canada”, que nous avons traduit en 2013.

(https://resistance71.wordpress.com/2013/11/04/genocide-des-nations-autochtones-au-canada-le-cas-sanglant-des-ecoles-residentielles-pour-indiens-de-1850-a-1996-mis-au-grand-jour-1ere-partie/ )

Nous reprenons donc la chronologie pour la compléter à partir de 2011. Se référer au lien ci-dessus pour la période 1850-2010

10 Avril 2011: Dix anciens de la nation Mohawk invitent Kevin Annett sur leur territoire à Brantford (Ontario) pour les assister à récupérer les restes d’enfants enterrés dans des fosses communes près du plus ancien pensionnat pour Indiens du Canada, l’Institut Mohawk qui fut géré par l’église d’Angleterre/anglicane. Le mois suivant, le 29 Mai, alors qu’il faisait des recherches archivales à Londres, Kevin Annett est expulsé d’Angleterre sans aucune raison.

Octobre-décembre 2011: Le TICEE (Tribunal International contre les Crimes de l’Église et de l’État) et les anciens de la nation mohawk commencent leur enquête commune sur les enfants disparus de Brantford en employant un radar à grande pénétration. Des fosses communes sont presque immédiatement détectées sur la base de rapports de témoins occulaires. Des fouilles sur un de ces sites commencent en Novembre et y sont découverts des boutons d’uniforme de l’école et 16 échantillons d’ossements dont l’un est confirmé par un expert légiste comme étant un ossement en provenance d’un jeune enfant. Cette toute première découverte d’ossements sur le site d’un des pensionnats pour Indiens est complètement ignorée par les médias canadiens et ce malgré une conférence de presse tenus par les Mohawk en novembre.

Janvier 2012: Les fouilles en territoire mohawk sont sabotées par des agents payés du gouvernement au sein du conseil local de bande ; mais deux anciens demeurant attachés au projet, publient leurs trouvailles. Le même mois, la CVR du gouvernement publie son “rapport intérimaire” qui confirme qu’un nombre non déclaré d’enfants sont morts dans les pensionnats sans donner de noms ni sans établir qui était responsable.

1er juillet 2012: Encouragée par ce qui fut découvert à Brantford, Le TICEE réunit le Tribunal International de Droit Coutumier (TIDC) à Bruxelles. Celui-ci commence un procès criminel qui inculpe le Canada et ses églises, la couronne d’Angleterre et le Vatican de génocide et de crimes contre l’humanité et de s’être engagés dans une conspiration criminelle. 30 personnes sont inculpés et sommées de se présenter devant le tribunal, incluant la reine Elizabeth II d’Angleterre, le pape Benoît XVI et le premier ministre canadien Stephen Harper, aucun d’entre eux ne répond ni ne conteste les accusations ou preuves apportées contre eux dans la procédure judiciaire.

11 février 2013: L’inculpé principal du procès du TIDC, le pape Benoît XVI, Joseph Ratzinger, démissionne soudainement de sa position pontificale juste cinq jours après que le Vatican ait reçu une note diplomatique du gouvernement espagnol annonçant que, basé sur l’affaire mené par le TIDC, un mandat d’arrêt pourrait être émis contre Ratzinger s’il entrait en territoire espagnol.

25 février 2013: Le jury du TIDC trouve Joseph Ratzinger et les autres défendants du procès, coupables de crimes contre l’humanité et de s’être engagés dans une conspiration criminelle. Les prévenus sont condamnés in abstentia (par défaut) à 25 ans de prison sans possibilité de remise de peine, à la perte de tout leurs biens et de leur autorité. Des mandats d’arrêts sont émis contre les coupables le 25 février.

Avril-août 2013: Trois autres prévenus officiels du Vatican du procès sont aussi trouvés coupables et démissionnent de leurs positions respectives: Tarcisio Bertone, le secrétaire d’état du Vatican, le cardinal irlandais Sean Brady et aussi le chef des jésuites Adolfo Pachon ainsi que l’archevêque de Canterbury Justin Welby. Basés sur les témoignages de 29 témoins occulaires les trois inculpés de la secte du culte du 9ème cercle sont tous trouvés coupables et condamnés à la prison à vie in abstentia. Des mandats d’arrêt à leur encontre sont émis.

15 janvier 2015: Fondé sur la condamnation et la nullification légale de l’autorité de la couronne d’Angleterre en résultat du verdict du TIDC du 25 février 2013, des patriotes canadiens déclarent l’établissement de la république souveraine du Kanata

sous l’autorité de la loi internationale et du droit coutumier. Des ordres de cessation d’activité sont donnés à tous les agents de la couronne au Canada et une convention constitutionnelle est annoncée.

3 juin 2015: Le Canada reconnaît qu’un génocide s’est produit au sein du système des pensionnats pour Indiens et que des milliers d’enfants en sont morts (New York Times du 6 Mars 2015). En réponse à cette déclaration, le TICEE réunit une nouvelle coalition qui va établir le Tribunal International pour les Disparus du Canada (TIDC) en décembre 2015.

1er Mars 2016: Le contre rapport à la CVR et sa désinformation est publié par the TIDC.

A suivre…