Archive pour julian assange media et propagande

Empire de la tromperie et du mensonge… Dénouement dans l’affaire Assange-Wikileaks ?… (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, média et propagande, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 12 avril 2019 by Résistance 71


« Par la tromperie tu feras la guerre »

 

Suite : « Arrestation d’Assange, photo et questions »…

MAJ 13 avril 2019:

« Wikileaks: une opération d’infiltration de l’internet commandité par Cass Sustein » (Article de Webster Tarpley de janvier 2011, traduit par Résistance 71 et publié sur ce blog…)

 

L’agent du Mossad Assange finalement viré de l’ambassade d’Equateur

 

Gordon Duff

 

11 avril 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/04/11/mossad-agent-assange-finally-kicked-out-of-ecuadorean-embassy/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Veterans Today s’oppose à l’arrestation de Julian Assange, un des agents les plus efficaces d’Israël contre les Etats-Unis depuis Jonathan Pollard. Pour paraphraser le célèbre film  “Apocalypse Now” (1979), disons qu’arrêter Assange pour travailler pour Israël ou pour toute autre raison inventée, c’est comme arrêter les voitures pour excès de vitesse aux 500 Miles d’Indianapolis…

Washington D.C est remplie d’espions israéliens, tous en liberté, tous des parasites et aucun d’eux n’a la technique d’Assange. Arrêtez Assange en dernier, pas en premier. Nous avons 5 membres de la Cour Suprême de Justice et un train entier de traîtres membres du Congrès de Etats-Unis, des deux partis, à arrêter d’abord…

En 2009, VT a identifié, tristement, que Wikileaks n’est pas réel. Nous avons regardé leur matériel, leurs fuites sur l’Irak et avons découvert qu’elles étaient fausses. Nos personnels avaient écrit le véritable matériel, la plus grande partie alors qu’ils servaient en Irak.

Wikileaks a été créé pour blanchir de l’info du Mossad, un mélange que Zbigniew Brzezinski avait étiqueté “graines pour oiseaux et info plantée”. Par “plantée”, ZB voulait dire “fausse”. Nous avons retracé Assange à un entraînement d’agence de renseignement en Israël, l’avons relié à Michael Oren et à un groupe de soutien au sein de sites internet de désinformation secrètement financés. L’attaque ici contre VT fut supposément écrite par Israël Shamir. NOUS pensons autrement.

 Breaking News:  Julian Assange a Mossad Agent.

Nous avons retracé Assange jusqu’au réseau Tor, mis en place pour que des pédophiles puissent échanger des photos. C’est ainsi qu’a commencé sa “carrière de hacker”. Une capture d’écran de Google pour “Tor network pedophiles”. (NdT: voir sur l’article original de VT)

De manière consistante et ouverte, Wikileaks a travaillé avec Rupert (Greenbaum) Murdoch, un puissant magnat de la presse pro-likoudiste qui a utilisé ses médias et son empire médiatique pour soutenir Israël et truquer des élections dans le monde entier.. Nous avons ensuite commencer à nous poser des questions sur ceux qui soutenaient Assange et nous nous sommes retrouver sous attaque de la part de “Counterpunch”, un site internet géré par des gens que nous avons identifiés comme “n’étant pas ce qu’ils paraissent être… loin s’en faut.” A partir de là, nous avons étudié chaque fuite d’info, toujours des graines pour oiseaux, toujours attaquant les ennemis politiques ou militaires d’Israël, toujours des infos plantées, fausses. Nous avons trouvé Assange en contact continu et direct avec le Mossad, à un moment donné même, les invitant à éditer, corriger l’info de Wikileaks dans les bureaux du New York Times, où une véritable fuite d’info fut envoyée.

L’essentiel des infos de Wikileaks provenaient de la CIA ou du Mossad, documents volés par la NSA au travers d’un partenariat avec Israël. Les supporteurs d’Assange ont été les aveugles, les ignorants et les traîtres au sein des Etats-Unis et de la Russie. Maintenant, nous voyons se dérouler devant nous la vraie pièce de théâtre, ça va être marrant.

Pour ceux qui ont oublié, les organisations qui ont soutenu et protégé Assange en Grande-Bretagne sont toutes contrôlées et ce manière ouverte, par la famille Rothschild. Maintenant nous les voyons mettre en place leur numéro d’illusionniste alors que les mougeons du monde entier se recroquevillent de terreur tandis qu’un tout petit et lâche Mussolini entre dans une nouvelle phase de son service pour Israël.

[…]

A lire: « La falsification Wikileaks »

 

Publicités

Guerre de l’information, taupes, retournements et tromperies pour un Nouvel Ordre Mondial, les cas Wikileaks et InfoWars (VT)

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 28 août 2018 by Résistance 71

Article connexe: « Démanteler Facebook, Google, Twitter et consorts »

Nous avons une question: A la vue de l’info présentée ci-dessous, que penser vraiment  de cette campagne menée pour « censurer » Alex Jones et InfoWars ?… Ceci mène à une autre question, puis une autre: qui va réguler Google et consorts ?.. Le gouvernement ? Donc ils sont en train d’amener les gens à DEMANDER une régulation gouvernementale de l’internet pour sauver la liberté d’expression ?
Hypothèse: après avoir lu ce qui est dit ci-dessous… Serait-il possible (probable ?) qu’AJ et InfoWars soient en fait la plateforme consentante d’un gigantesque enfumage psychologique pour AMENER LES GENS A ACCEPTER UNE REGULATION DU NET par des entités corrompues et à la botte des grandes entreprises ne rêvant que de monopole ?
Pensez-y, ce n’est pas si saugrenu qu’il n’y paraît !…
~ Résistance 71 ~

 

Fausse victimisation: Julian Assange et Alex Jones les sbires de l’état profond

 

Gordon Duff

 

7 aout 2018

 

url de l’article: 

https://www.veteranstoday.com/2018/08/07/fake-victimization-assange-and-jones-the-stooges-of-the-deep-state/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce n’est pas un secret qu’à la fois InfoWars et Wikileaks ont été créés pour ceux dont la prise de décision s’effectue sous la ceinture. (G.)

La plus grande mesure de censure actuelle couvrant les médias de masse et les réseaux sociaux implique de bloquer toute information reliant Julian Assange et InfoWars (d’Alex Jones) au Mossad.

Essayez pour voir de relier cet article (NdT: l’original e anglais) en hyperlien sur Facebook et voyez si vous y parvenez.

Cette censure touche aussi les médias russes. Ils ont édité et censuré toute info sur Assange et même Jones depuis des années, enlevant soigneusement toute mention faite de liens avec le Mossad ou la famille du crime organisé Bronfman au Canada, qui d’après Jeff Rense, les chapeaute tous les deux.

Quand VT a été complètement banni de Facebook, vous ne pouvez même pas y écrire “Veterans Today” sans obtenir un message d’erreur, Jones n’a absolument rien dit. Assange nous connaît très bien aussi. En fait, on a été viré de YouTube pour avoir exposé Assange comme agent israélien.

Google nous a banni il y a longtemps quand nous avons mis sous les feux de la rampe leur programme Google Jigsaw/Idea Groups comme étant un contractant “cynétique” (armé) du Pentagone et du ministère des affaires étrangères, impliqué dans des changements de régime en pays étranger et faisant toujours passer le blâme sur “George Soros”.

Ce fut aussi VT qui les pinça à travailler avec des agences de renseignement étrangères non nommées afin de bidouiller les élections en faveur de Trump. Nous l’avons rapporté à la tête de campagne imbécile de Hillary Clinton et fûmes par la suite interrogés à répétition par le FBI.

Pourtant, lorsque nous allons vers la presse russe, on trouve des choses bizarres. Nous avons de longue date des relations mitigées avec RT et Sputnik (NdT: RIA Novosti). Bien que nous soyons amis et que nous soutenons de manière générale les mêmes valeurs, “généralement”, nous avons néanmoins objecté à maintes reprises sur leur tendance à lécher le cul de Netanyahou et à soutenir ses agents de désinformation tels Jones et Assange. Ils deviennent de plus en plus des médias dits “tabloides”, c’est à dire de la “presse à scandale”.

Il est très clair pour nous que les services de renseignement et de sécurité russes sont soit compromis par l’infiltration d’Israël, soit possèdent leur propre agenda. J’ai personnellement toujours assumé que la Russie protégeait le faux-cul Assange et la routine du “héros sauvant le monde” par simple stupidité. Quand vous êtes en relation réelle avec Moscou et Washington, pas les “experts” épouvantails de l’internet, vous y trouvez des gens qui ne font absolument pas attention à ce qui se passe, n’ont aucun accès à l’information réelle ou à l’analyse de qualité et en qui on ne peut pas avoir confiance.

Les vrais personnels du renseignement, pas la CIA ou le FSB, les organisations bidons contemporaines, ces personnels ne parlent pas à leurs gouvernements. Ce serait une totale perte de temps.

= = =

A lire, notre dossier « Wikileaks »

Information et Nouvel Ordre Mondial: Wikileaks, Assange, Mueller et la Russie… (VT)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, désinformation, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 17 juillet 2018 by Résistance 71


Cybersécurité, propagande et N.O.M

 

Renseignement, Wikileaks, Mueller et la Russie

 

Gordon Duff (Veterans Today)

 

14 juillet 2018

 

url de l’article:

https://www.veteranstoday.com/2018/07/14/intel-drop-wikileaks-mueller-and-russia/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

VT a reconnu Wikileaks en 2009 comme étant un organe du renseignement israélien. Nous sommes remontés à l’origine de l’entrainement israélien d’Assange, ainsi que d’autres personnes dans le monde faux des médias qui ont séjourné en Israël pour suivre un entrainement approprié. Pour Assange tout a commencé avec le TOR Project, portail pour les pornographes et les réseaux de traffic pédophiles.

Assange est la clef. Sans la Russie blanchissant ses hacks au travers de Wikileaks ou du moins une partie d’entre eux, il y aurait eu des centaines de membres du parti républicain (GOP) et de ses candidats qui auraient été exposés comme criminels pour avoir reçu en toute connaissance de cause, des informations volées et auraient été complices de crimes cybernétiques, de conspiration et plus encore.

Assange a couvert environ les 2/3 de ces gens.

Wikileaks est une “blanchisserie” pour deux choses principales: l’une est la véritable info qu’Israël et les agents de la GRU (d’après-nous) contrôlés par les services israéliens en Russie ont effectivement hacké pour cibler les ennemis collectifs des oligarques sépharades qu’ils servent, ces “chefs kapos” sous les cartels Kuhn-Loeb-Rockefeller-Rothschild-Warburg-Schiff-Bush, qui remontent aux temps moyen-âgeux de Venise et de Gêne.

Ces noms qui résonnent allemand ou hollandais furent empruntés aux XVIIème et XVIIIème siècles lorsque les banksters, virés d’Espagne et de Grande-Bretagne, prirent possession du Saint Empire Romain et de la Ligue Hanséatique.

Ah mais je digresse, revenons à Wikileaks ou à un autre clone du Mossad: “Anonymous”. Celui-là est sorti de la route. C’était juste une mascarade, avec des masques rigolos et tout le toutim. Si on lit de fait les actes de mise en accusation de Mueller sur les 12/13 agents russes, vous pouvez constater comment il est facile pour pour les organisations de cybersécurité de résoudre des problèmes. Mueller a été capable de pénétrer le système de la GRU à Moscou, d’avoir accès à leurs archives de recherche, il a hacké leurs téléphones, il a tout pris. Quiconque lit ce que Mueller a sur eux devrait avoir peur.

Alors pourquoi personne n’a t’il regardé de près Wikileaks et Anonymous ? Ces organisations pourraient être démantelées en quelques minutes. Mieux, regardons Assange. Il n’est soumis à aucune enquête officielle mis à part cette “affaire” suédoise, ce pauvre homo Assange accusé d’avoir violé deux suédoises qui auraient tout aussi bien lui mettre une danse.

Quiconque a déjà été en Suède ou sait comme se passe les choses là-bas dans le “monde du rendez-vous amoureux”, trouve l’histoire d’Assange risible. Trump a été accusé de choses mille fois pires et elles ont toutes été résolues par des pots-de-vin ou des menaces et vous venez me dire que les sponsors très publics d’Assange de la famille Rothschild, l’ayant hébergé pendant des années avant même qu’il ne se retrouve soi-disant caché, ne peuvent pas se payer, lui payer un avocat bon marché ? Quel est le tarif habituel pour faire taire quelqu’un qui a été violé lors d’un rendez-vous par un mignon ? Peut-être devriez-vous demander à Trump ?…

Qu’est-ce que fait d’autre Assange, lorsqu’il ne saute pas d’une propriété à l’autre de ses sponsors, comme il l’a fait de manière si publique avant de soi-disant finir dans l’ambassade d’Équateur à Londres ? (Notez bien que ce pays est facilement tourmenté par les potes des grosses banques d’Assange, ses potes bien publics des grosses banques, si vous ne savez pas cela alors c’est que vous n’avez pas bien fait attention au déroulement des choses…)

Rappelez-vous toujours une chose: Assange est une grande partie de la couverture mise en place pour les attentats du 11 septembre, un énorme ennemi de la Syrie, de l’Irak, du Pakistan, de l’Iran et qui n’a jamais fuité un mot de travers contre non seulement Israël mais aussi contre des nations ou sources ne pipant mot contre Israël. Alors qu’Israël est le de facto trou du cul du monde, être impliqué dans la “fuite d’info” ou la “liberté de la presse” et ne rien dire contre Israël est un peu vendre la mèche.

Regardez, observez les organisations médiatiques qui relaient les informations de Wikileaks ou prennent la défense d’Assange. Ce sont toutes des agents israéliens.

Regardons à deux fois l’une des opérations de Wikileaks.

Stratfor est située à Austin, Texas et apprend-on partage beaucoup avec InfoWars (NdT: d’Alex Jones, lui aussi basé à Austin, tiens, tiens…), une autre organisation que nos reconnaissons être au service du renseignement israélien. Il y a de véritables organisations privées de sécurité qui opèrent dans le monde, j’ai quelque expérience en ce domaine. En plus du renseignement humain, elles opèrent aussi les satellites autour de la Terre et d’autres plateformes de surveillance ; elles sont profondément en parallèle des opérations de la NSA. Je suis plus que simplement familier avec ces choses.

Quoi qu’il en soit, Stratfor n’est pas si robuste. En fait ils ont été débusqués à plusieurs reprises pour n’avoir pas été si substantiels que cela, jusqu’à ce qu’ils soient “hackés” par Wikileaks/Anonymous.

L’info “hackée” de chez eux devient soudainement “information de première importance”, d’après nos sources, tout a été fabriqué pour embarrasser ou endommager toute menace perçus à l’élite dirigeante d’Israël.

Voilà ce qu’est le “blanchiment” de renseignement

Dans des cas comme cette élection truquée de 2016 (NdT: celle de Trump), maintenant prouvée pour ceux qui savent lire un acte légal d’accusation, Wikileaks fut utilisé pour fournir des informations à la presse sous contrôle israélien afin d’intimider les enquêteurs.

Une fois que le nom de la franchise Wikileaks est mentionné, ainsi que le mythe Assange, alors les petites chéries des médias se mettent en branle.

Ce qui est particulièrement étrange au sujet de Wikileaks est qu’il n’y a jamais vraiment eu de “groupe de hackers” réunis sous l’étiquette Wikileaks, mais aussi que personne en faisant partie n’a jamais été soumis à aucune enquête que ce soit et encore moins inculpé de quoi que ce soit (NdT: Manning étant un cas à part, il fallait se débarrasser de quelqu’un de gênant, de plus il était un informateur et pas membre de Wikileaks per se)

Assange n’est pas recherché aux Etats-Unis, il n’a pas non plus été le sujet d’une mise en accusation secrète, rapportée par… attendez un peu… par InfoWars. Le ministère de la justice américain a confirmé qu’InfoWars avait inventé cet mise en accusation et que Wikileaks n’est en rien recherché, en fait Wikileaks est un organe clef des opérations de contrôle d’Israël sur la presse et les médias américains.

Nous commençons ici parce que sans exposer Wikileaks comme une opération d’espionnage gérée par des gouvernements, une affirmation qui avait été faite par Zbigniew Brzezinski il y a bien longtemps, Mueller n’atteindra jamais les véritables coupables. (NdT: est-ce le but de Mueller ?…)

Mais alors, à qui faire confiance ? Devons nous croire Mueller (NdT: Robert Mueller ex patron du FBI et maintenant conseiller spécial du ministère de la justice US pour la supervision de l’enquête du piratage de données du DNC) simplement parce que les journaux et toute la pourriture humaine siégeant au congrès des Etats-Unis nous dit qu’il est en mission pour abattre Trump ?

Est-ce que tout cela est aussi faux ? Nous attendons.

Ensuite nous avons toutes ces longues années de Poutine léchant le cul de Netanyahou et le laissant bombarder la Syrie à volonté alors que la Russie pourrait y mettre fin en quelques secondes. Comme si personne ne le remarquait…

MAJ du 17 juillet 2018 par R71: Après la rencontre Trump-Poutine d’Helsinki, Trump déclare: « Poutine est un fan de Bibi [Netanyahou], il l’a toujours beaucoup soutenu… »]

C’est une des choses qui donne aux mises en accusation de la Russie par Mueller un petit parfum de vérité. Retournons en Grande-Bretagne durant les années Bush, quand l’organisation de Rupert Murdoch le magnat de la presse, qui fait façade pour Wikileaks et bien sûr gère Fox News / Hannity et la machine de propagande que beaucoup disent gérer Trump, fut cité dans le scandale des “écoutes téléphoniques”. Pourquoi ceci ne fut-il pas appelé “écoutes illégales” ? Il faut bien comprendre que ce furent les lignes téléphoniques des antennes spéciales de Grande-Bretagne du MI6 (renseignement extérieur) et MI5 (contre-espionnage) ainsi que des dégénérés de la famille royale qui furent sur écoute, “hackées” et enregistrées.

Derrière tout cela se trouvait l’énorme réseau pédophile qui gère et dirige la Grande-Bretagne. Tout fut fait pour étouffer les enquêtes sur le modèle d’affaire d’israël, chantage et menace et de son contrôle constricteur sur la Grande-Bretagne.

Là encore, ils jettent aux chiens le moribond Lord Janner et l’autre pédophile de Jimmy Savile.

= = =

Notre dossier sur Wikileaks

Notre dossier sur Julian Assange

En décembre 2010 nous publiions cet article « Media et propagande: l’énigme Wikileaks » ou  nous nous demandions déjà (il y a 8 ans..9 si Wikileaks était bien ce qu’il prétendait être…

Média et propagande: affaire Wikileaks (suite): interview d’un des fondateurs John Young

Posted in actualité, média et propagande with tags , , on 11 décembre 2010 by Résistance 71

Suivi de « l’affaire Wikileaks », ici avec une interview sur le Alex Jones Show, traduite par nos soins, d’un des créateurs de Wikileaks John Young, qui a quitté l’organisation en 2007. Il est le fondateur de cryptome.org faisant sans publicité le même type d’action directe que Wikileaks.

Pour nos lecteurs, les liens actifs menant aux sources pour cette article sont sur l’article original en anglais (voir ci-dessous). De plus sur la page originale, la fin de l’article écrit est suivie de l’interview de John Young par Alex Jones, durée totale: 40 minutes (en anglais).

Nous conseillons vivement a ceux qui comprennent l’anglais d’écouter cette interview qui en dit plus long que l’article la résumant ci-dessous. John Young a plus de 70 ans aujourd’hui, c’est un  vieux briscard du chiffrage et du déchiffrage a des fins privées et ses informations sur le groupe des cypherpunks a ce sujet est extrêmement intéressante.

– Résistance 71 –

D’apres le créateur de Wikileaks, de plus grosses bombes informatives sont a venir

John Young de Cryptome.org, le fuiteur originaire a la création de wikileaks avertit qu’Assange est en train d’être fabriqué comme le bouc-émissaire afin de lancer une offensive massive vers la censure de l’internet.

Paul Joseph Watson
Infowars.com
Friday, December 10, 2010

Url original de l’article:

http://www.infowars.com/wikileaks-founder-bigger-bombshells-on-the-way/

Un des membres originaux de Wikileaks nous avertit qu’une série de plus grosses révélations médiatiques sont en préparation et que la crise montante et arrangée contre le groupe et son chef de file Julian Assange est en train de graisser les rouages d’un agenda liberticide de cyber sécurité afin de réguler et de censure l’internet. Le fondateur de cryptome.org, que le New York Observer a récemment qualifié d’original wikileaker, a expliqué dans l’émission radio du Alex Jones Show comment il s’était porté volontaire pour enregistrer Wikileaks en son nom en décembre 2007 et ce pour garantir l’anonymat des membres de Wikileaks qui désiraient rester anonyme, avec la compréhension préalable que le site était un site d’utilité publique. Young est devenu très suspicieux apres qu’on lui ait annoncé que le but était de lever des fonds a hauteur de 5 millions de dollars pour les premiers six mois.

« J’ai dit, attendez une minute, ceci ne ressemble pas a une opération publique pour moi, ceci ressemble plus vraisemblablement a un programme financé de haute valeur », dit Young, disant que cela ressemblait a une opération a la Georges Soros. « Ceci était une opération commerciale et non pas une opération d’utilité publique, et il s’avéra que cela était juste cela. » dit Young, coroborant le fait que Wikileaks fut introduit dans l’arène publique par Cass Sunstein dans un éditorial du Washington Post. Ceci est important, car dans une note de la maison blanche en 2008, Sunstein, qui est maintenant le tzar de l’information d’Obama a a Maison blanche, déclara que des entités du gouvernement se devaient de poser comme des « théoriciennes du complot » comme faisant partie d’un plan clandestin de discréditer la voix des médias indépendants et éventuellement détruire la liberté d’expression sur l’internet.

Young a dit que Wikileaks a donné le prétexte parfait pour que le gouvernement leve des fonds pour l’infrastructure de la  cyber sécurité qui sera éventuellement utilisée pour faire taire la liberté d7expression et réguler l’internet. « Quelques enthousiastes de Wikileaks semblent opérer de concert avec ses opposants, il me semble qu’ils sont imbriqués l’un dans l’autre, a déclaré Young, notant que le fiasco annoncé était une mise en scène théâtrale afin de tester si l’agenda pour la cyber sécurité est prêt a être accepté. En considérant le fait que les républicains sont déjà en train d’introduire une législation ayant pour but de criminaliser Wikileaks, les circonstances indiquent clairement que la crise est exploitée pour pousser la censure de la toile.

Bien que la société open Society Institute de Georges Soros dément avoir quelque connexion que ce soit avec Wikileaks, Young a personnellement eu des conversations avec les fondateurs de Wikileaks qui lui ont avoués leurs efforts de sécuriser des fonds de cette organisation, a ce point Young démissionna de Wikileaks. Young a dit que Wikileaks était financièrement au 36eme dessous quand ils étaient indépendants, mais ont maintenant « sécurisé des millions en se positionnant a l’intérieur ».

Quant a savoir qui est réellement derrière Wikileaks a part Assange lui-même, Young a fait référence a une liste de Wikipédia de « cypherpunks ». Des gourous de l’internet, dont certains a l’heure actuelle ont des positions très importantes dans des compagnies majeures d’informatique, et qui étaient responsables d’une liste électronique commencée en 1992, pour les gens qui étaient intéressés au secret privé et a la cryptographie.

Young a dit que Wikileaks n’était pas une organisation indépendante, ni contrôlé non plus par un gouvernement, mais plutôt un « concept, une inspiration, un but.. pas quelque chose que l’on peut éliminer avec des moyens conventionnels », c’est pourquoi Young prédit que Wikileaks ne sera pas anéanti. Néanmoins, il a mis en garde sur le fait que Wikileaks  rédigeant maintenant des documents était un signe qu’ils ont été largement éloignés du concept de base.

« Si on vous offrait un million de dollars de pots-de-vin a 39 ans sans avoir d’autre source de revenus, pensez-y, cela s’appelle un contrat gouvernemental », a dit Young, impliquant qu’Assigne a été acheté a un certain moment.

« Je m’attends a ce qu’il y ait un modele de crise continu avec le cas Wikileaks », a déclaré Young, ajoutant que des documents a la valeur dommageable de pus en plus importante seront publiés dans le futur et que cela permettra aux dissidents comme Assange ainsi qu’aux gouvernements d’augmenter de concert leur puissance et leur financement.

« Cela va continuer pendant un moment, avec l’argent qui inondera de tous les côtés », a dit Young qui ajouta que la situation était escaladée en une crise ressemblant a une crise de guerre, ainsi donnant l’opportunité au gouvernement américain de déclencher des atteintes a la cyber sécurité et augmenter sa propre autorité.

« En ce moment ils sont juste en train de tester les réactions du public avec ces révélations d’un bas niveau dans l’échelle du secret, mais plus de choses viendront », a dit Young, pointant sur le fait que ce n’est pas parce que les câbles fuités et publiés étaient classifiés secret, ne voulait pas dire qu’ils étaient la vérité. De fait, beaucoup de ces câbles font état d’une rhétorique discréditée sur la guerre contre le terrorisme et font vraiment peu pour nuire aux intérêts et objectifs impérialistes des états-unis, parce que beaucoup d’entr’eux émergent de la chambre d’écho de la propagande géopolitique.

Young prédit qu’une série de « bombes médiatiques » vont continuer a émerger a la fois de Wikileaks et de son fondateur Julian Assange, spécifiquement a propos de l’accusation fantaisiste de viol le concernant, que le but n’est que de nous mettre l’eau a la bouche en ce moment et que plus d’infos sortiront; certaines listées par Young:

– Des informations a propos des affaires internes de la Bank of America

– Des fichiers sur des armes de destructions massives

– Des plans de guerre de toutes les nations, pour ou contre les unes les autres

– Des rapports sur une littérature de l’entraînement concernant les prisons secretes et les chambres de torture

– Des fichiers sur des agences de renseignement clandestines et leurs agents

– Des infos sur des abus de droits de l’Homme

– Des infos sur les turpitudes et interférences politiques des milliardaires

– Des infos sur des agences de taxation globales

– Des infos sur le vatican interférant dans les affaires politiques globales

– Une information a propos de la fondation Clinton, bien que ceci soit la seule info sur laquelle Young n’a pas de certitude.