Archive pour israel origine coronavirus

CoV19… Le déroulement de la PsyOp à Yankland (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , , , , , , , on 15 mai 2020 by Résistance 71

 

 

Ci-dessous, une analyse très intéressante de Gordon Duff de VT, nous n’adhérons pas à tout ce qu’il dit ici, mais ce point de vue vaut d’être pris  en considération. Toutes les pistes doivent être suivies dans cette affaire coronavirus qui s’avère de plus en plus bizarroïde de jour en jour. La tournure que prennent les évènements aux Etats-Unis dans cette affaire de CoV19 est aussi un cas à part dans le monde…

Quoi qu’il en soit, que l’on pense que le CoV19 soit un évènement  naturel ou un attentat biologique sur l’humanité (perpétré par la Chine ou les Etats-Unis selon les versions…), le résultat commun est que le monde tel que nous l’avons connu s’est arrêté et que de nouvelles normes sociales sont en train d’être imposées à dessein ou par opportunisme, peu importe, les faits sont là et ces nouvelles mesures ne vont en aucun cas dans le sens d’un bien-être des peuples, bien au contraire, le monde étatico-capitaliste s’enfonce dans sa métamorphose voulue finale en ce Nouvel Ordre Mondial et sa dictature technotronique, cette “crise sanitaire” étant le parfait outil de persuasion des masses. 

Dans le prolongement de la thèse bien étayée de la création d’une arme biologique par les Etats-Unis, Gordon Duff, senior editor de VT, va plus avant dans le terrier du lapin blanc dans l’article qui suit… Intéressant et à suivre de près…

~ Résistance 71 ~

 

 

Zoom sur les Covidiens

 

Gordon Duff

 

9 mai 2020

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2020/05/09/closing-in-the-covidians/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il est raisonnable de citer l’existence d’un commandement voyou au sein de l’armée US dont le QG se trouve à Fort Huachuca dans l’état de l’Arizona, comme étant le centre physique de la pandémie mondiale du CoV19.

Cette organisation qui utilise des “centres de trolls” gère des agents agissant sur internet, mettent un terme aux sites internet inamicaux et critiques comme Veterans Today (VT) et South Front (NdT: site d’information russe en langue anglaise, lié au renseignement militaire russe), tout en gérant en même temps des guerres de drones dans le monde et, de manière moins connue, ici, aux Etats-Unis également.

Les “parents” du centre opérationnel de Huachuca, et il y en a plusieurs dans le monde, ont commencé avec le mariage entre le renseignement militaire américain et des capacités de guerre psychologique existant dans les années 1980 au Presidio.

Là, un bien réel cercle pédo-satanique fut découvert, cercle opérant dans toutes les importantes bases militaires américaines aux Etats-Unis et en Europe. Pensez au cas du Pentagone aux abonnés absents lors des attentats du 11 septembre 2001.

Ces mêmes visages amicaux se sont révélés de nouveau en 2005 à la base aérienne de Minot lorsqu’un bombardier B52 chargé en toute illégalité d’armes nucléaires, décolla vers des destinations inconnues avant qu’il ne soit arraisonné et ramené à la base aérienne de Barksdale.

Sous Bush fils, nous avons observé la construction d’un empire de la drogue en Afghanistan tandis que les Etats-Unis étaient mis sous “une loi martiale allégée” sous les différentes lois du Patriot Acts et sous une occupation israélienne sous la houlette du Département de la Sécurité de la Patrie (NdT : Department of Homeland Security, ou DHS, la Stasi yankee renforcée depuis 2001 et sous contrôle de firmes de la sécurité israéliennes qui contrôlent les aéroports américains par exemple…).

Vous voulez qu’on parle des fausses attaques au gaz en Syrie et du mariage entre le renseignement militaire et l’EIIL/Daesh/AlQaïda ? Plus encore ? C’est sans fin ! Et maintenant ?

Nous nous noyons littéralement sous les programmes financés par le Pentagone de création de virus de chauve-souris sous forme d’arme biologique, ceci ayant commencé en 2002, des programmes qui a l’origine étaient faits pour protéger les Etats-Unis d’une attaque au SRAS-COV, mais ces programmes n’ont jamais publié un seul mot qui aurait pu être utile à quoi que ce soit.

Avec un budget de 350 millions de dollars pour la recherche sur le virus SRAS-COV, payé par l’USAID et le Pentagone, pas un mot dans une seule publication n’a été utilisé pour développer des traitements malgré le fait que ces recherches, et il y en a eu beaucoup, furent spécifiquement faites pour développer des protocoles de traitement et de vaccination pour toute une chimère (donc artificiellement créés) de virus SRAS-COV et leur variantes, comme celle à laquelle nous devons faire face en ce moment même.

Au lieu de cela, ils ont mis les virus sous forme d’arme biologique. Ils les ont aussi relâchés, d’abord en Chine, possiblement en utilisant des personnels militaires américains venus pour une compétition sportive en octobre 2019.

Puis ils ont largué un second type de virus en Italie et un troisième en France.

Mais la véritable histoire est celle de la véritable cible de tout cela, c’est maintenant, comme ça l’a toujours été depuis le début: les Etats-Unis. Les autres déploiements du virus ne furent que des opérations de diversion et de camouflage, une procédure opérationnelle tout ce qu’il y a de plus standard pour l’organisation de renseignement militaire américaine maintenant connue pour en être responsable.

Cette “organisation” fut établie en 2005 au sein de l’armée américaine et en parallèle avec la CIA. Toutes deux travaillent en étroite collaboration avec les agences de renseignement d’Israël, de l’Arabie Saoudite, de la Turquie et du Royaume-Uni, des organisations répondant à un gouvernement mondial de l’ombre.

Ce qui est écrit ici est très facile à prouver, c’est très bien documenté et complètement censuré. Il n’y a pas besoin de relier des points entre eux ou d’adhérer à des théories conspirationistes pour comprendre tout ceci, ces ordures publient les résultats de leurs recherches et se vantent ouvertement des armes biologiques qu’ils ont créées.

Ils n’ont aucune raison d’avoir peur de quoi que ce soit, après tout ils sont sous la protection de William Barr et nous savons tous comment il peut résoudre tout problème.

(NdR71: William Barr est le ministre de la justice de Trump, après avoir été celui de Bush père, catholique ultra-conservateur, de père ancien agent de l’OSS, mère de la CIA, sa mission déclarée est de “maximiser le pouvoir de l’exécutif et de protéger coûte que coûte la présidence”. Barr a déclaré à maintes reprises qu’il pensait que “ la généralisation du sécularisme et du relativisme moral est responsable de la montée de toute mesure de pathologie sociale.”… Il est le bouclier et l’épée de Trump, même si celui-ci ne partage pas les convictions religieuses de son ministre. Ceci dit, pensez avoir un cul-béni, grenouille de bénitier comme ministre de la justice ou quoi que ce soit d’autre…)

Ce que nous savons :

Au sein du mouvement anti-confinement américain, nous avons découvert des irrégularités. Une source du ministère de la justice dit que le FBI enquête maintenant sur les “covidiens”, des membres de groupes suprémacistes blancs chrétiens et nationalistes qui déploient quelques 20 engins transportants les virus SRAS-COV-2 afin d’infecter le plus d’américains possibles.

Le chiffre rapporté est plus près de 50 et moins de 100 groupes chacun recevant un camion tout neuf haut de gamme et du fric en liquide, beaucoup de fric.

Pour soutenir cette assertion, il y a les statistiques de l’augmentation dramatique des infections en zones rurales, là où il ne devrait y avoir quasiment pas de nouveaux cas déclarés de maladie CoV19. On est dans le county d’Ottawa, le coin du Michigan de l’élite des 1% du parti républicain.

Trump a utilisé de bonnes projections quand il a fait état du chiffre à venir de 100 000 morts, fondé sur une flambée des chiffres à New York, Detroit et ailleurs, ce que nous voyons du reste se produire à 100% (NdT: Duff ne prend pas en compte, ou ne veut pas prendre en compte le fait que les stats sont aussi bidouillées avec les cas systématiques des facteurs de co-mortalité de gens morts AVEC le CoV19 mais pas forcément DU COV19…). Trump avait raison.

Là où on saute d’un cran, c’est dans ces zones maintenant confinées depuis des semaines où le temps d’incubation n’est plus de 14 jours ou plus mais de 4 jours à partir du moment de la contamination, nous avons une contagion rampante.

(NdT: Ce que dit là Duff peut être parfaitement vrai dans la mesure où il semble que ce soit doit une quatrième variante du virus qui soit en action aux Etats-Unis…)

Notre nouvelle projection pour juillet est de 350 000 à 500 000 morts minimum.

Si ce n’était à cause des gens qui diffusent le virus de manière délibérée, nous aurions dû être sorti du confinement maintenant alors que la maladie aurait dû atteindre un plateau.

Voyez-vous, lorsque le CoV19 s’est répandu en zones urbaines et même avec l’administration Trump réagissant très lentement, toute zone rurale aurait dû avoir sa flambée de nouveaux cas jusqu’aux alentours du 10 avril. Au lieu de ça, nous sommes dans le graphe que nous montrons ici (NdT: voir l’article original), pourtant il n’y a pas de nouveau vecteur d’infection imaginable qui pourrait causer cela si ce n’est la dissémination volontaire de la maladie au moyen de systèmes aérosols.

Toute nouvelle science nous dit que le virus SRAS-COV-2 fut créé en laboratoire pour être vaporisé par des moyens de diffusion s’apparentant à des containers de peinture ou d’insecticide et que le virus peut vivre dans l’air et sur des surfaces non pas quelques heures, mais des jours entiers. La véritable science à ce sujet est censurée.

Il est important de bien comprendre à quel point tout ceci fut facile à réaliser. D’abord, nous avons noté quelques trucs bizarres en observant le type de base d’un membre de ces milices armées anti-confinement. Pratiquement tous sont des repris de justice ce qui leur interdit la détention d’armes sans parler de porter les armes à découvert. Un encore plus grand pourcentage de ces individus ont un historique de condamnation pour violence domestique ou sont l’objet de procédures légales spécifiques au sujet de protection personnelle.

Ces personnes sont protégées par les procureurs des districts d’où elles proviennent comme nous l’avons vu à Brunswick en Georgie avec les assassins d’Arbery, ceux qui ont été arrêtés et ceux qui sont toujours protégés par le procureur local.

Le système ouvert de croyance ici est un peu basé sur les gangs des prisons des années 70 et 80, et de croyances néo-nazies maintenant diluées dans le sionisme chrétien et la politique d’extrême droite.

Ceci a permis à des chefs de gangs criminels longtemps reconnus comme tels, d’être réhabiliter ipso facto en tant que figures politiques qui maintenant s’abreuvant aux sources de fric des Betsy deVos (NdT: la milliardaire républicaine dont la mission est de totalement détruire le système éducatif), Adolf Coors (NdT: des brasseries Coors) et le MEGA groupe anciennement mené par Jeffrey Epstein (NdT: grand patron des réseaux pédo-satanistes en charge de construire des dossiers de chantage sexuel pour la Kosher Nostra et “suicidé” en taule), Les Wexner (NdT: milliardaire, propriétaire de la firme de lingerie Victoria Secret et de Bath & Body Works, associé d’Epstein qui fut son conseiller financier à partir de 1987) et Sheldon Adelson (NdT: le milliardaire magnat de Las Vegas qui a renfloué Trump de ses banqueroutes et financé un très grande partie de sa campagne électorale, un des leaders de la mafia kazhare…)

NdR71: nous nageons là dans le grand marécage de la Kosher Nostra sioniste qui contrôle Trump depuis plus de 25 ans et bien d’autres encore et qui tient l’Amérique par les c…

La campagne en elle-même a beaucoup de secteurs incluant une très large campagne de désinformation utilisant des douzaines de sbires essentiellement de la communauté anti-vaccination. De gros chèques parviennent à tous ceux qui ont une formation en science biologique et qui désirerait promouvoir un des douzaines de faux narratifs blâmant les vaccins ou faisant la promotion du déconfinement fondée sur une mauvaise représentation des véritables menaces que constituent le virus du SRAS-COV-2.

Pire, il transparaît que les merdias rendent les choses pires. Malgré la guerre ouverte qu’ils livrent à Trump, les merdias  ont été de toujours une “opposition contrôlée” ; si les gens prenaient la peine de regarder une ou deux minutes combien de fois les Etats-Unis ont été liés et impliqués avec Al Qaïda, Daesh  et aussi avec les “casques blancs” en Syrie et pourtant le public est mené et maintenu dans l’abrutissement et l’ignorance avec grand succès.

= = =

Trump et la Kosher Nostra :

https://resistance71.wordpress.com/2017/11/04/nouvel-ordre-mondial-quand-le-blanchisseur-trump-lavait-le-fric-sale-toujours-plus-blanc/

Notre page “CORONAVIRUS, guerre contre l’humanité”

Notre dossier “Dictature technotronique”

Notre article “Coronavirus, l’oligarchie lance une guerre biologique contre l’humanité”

Le SRAS-COV-2 / Caroline du Nord

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

Tests vaccins : Israël teste sur des prisonniers palestiniens (Middle East Monitor)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, N.O.M, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 10 mai 2020 by Résistance 71

 

 

Israël teste des vaccins sur les prisonniers palestiniens

 

LCP

 

4 mai 2020

 

Source : Middle East Monitor, le 20 février 2019

 

Traduction : lecridespeuples.fr

 

Source de l’aricle en français :

https://lecridespeuples.fr/2020/05/04/israel-teste-des-vaccins-sur-les-prisonniers-palestiniens/

 

Le professeur israélien Nadera Shalhoub-Kevorkian a révélé hier que les autorités d’occupation israéliennes délivraient des permis à de grandes sociétés pharmaceutiques pour effectuer des tests sur des prisonniers palestiniens et arabes, a rapporté Felesteen.ps.

Le Times of Israel a également rapporté que dans un enregistrement de l’événement, le professeur de l’Université hébraïque a révélé que les entreprises militaires israéliennes testaient des armes sur des enfants palestiniens et effectuaient ces tests dans les quartiers palestiniens de Jérusalem occupée.

S’exprimant à l’Université Columbia de New York, Shalhoub-Kevorkian a déclaré qu’elle avait collecté les données lors de la réalisation d’un projet de recherche pour l’Université hébraïque.

« Les espaces palestiniens sont des laboratoires, a-t-elle déclaré. L’invention des produits et services des sociétés de sécurité parrainées par l’État est alimentée par des couvre-feux à long terme et l’oppression des Palestiniens par l’armée israélienne. »

Dans son discours, intitulé « Espaces inquiétants : Technologies violentes dans la partie palestinienne de Jérusalem », la professeure a ajouté : « Ils testent les bombes à utiliser, les bombes à gaz ou les bombes puantes. Ils font des expérimentations pour savoir s’il vaut mieux nous mettre sur la tête des sacs en plastique et des sacs en tissu, s’il vaut mieux nous battre avec les crosses de leurs fusils ou à coups de pied avec leurs chaussures rangers. »

La semaine dernière, les autorités israéliennes ont refusé de restituer à ses proches le corps de Fares Baroud, qui est décédé dans les prisons israéliennes après avoir souffert d’un certain nombre de maladies. Sa famille craint qu’il ait été utilisé pour de tels tests, et Israël craindrait que cela ne soit révélé par des enquêtes médico-légales.

5 000 tests sur des prisonniers

En juillet 1997, le journal israélien Yedioth Ahronoth a fait état des propos tenus par Dalia Itzik, présidente d’une commission parlementaire, qui a reconnu que le ministère israélien de la Santé avait accordé aux laboratoires pharmaceutiques des permis pour tester leurs nouveaux médicaments sur des détenus, notant que 5 000 tels tests avaient déjà été effectués.

Robrecht Vanderbeeken, le secrétaire culturel du syndicat belge ACOD, a averti en août 2018 que la population de la bande de Gaza était « affamée à mort, empoisonnée et que des enfants étaient kidnappés et assassinés pour collecter leurs organes ».

Cela fait suite aux avertissements précédents de l’ambassadeur palestinien auprès des Nations Unies Riyad Mansour, qui a déclaré que les corps des Palestiniens tués par les forces de sécurité israéliennes « avaient été restitués avec des cornées et d’autres organes manquants, confirmant en outre les informations antérieures sur les prélèvements d’organes par la puissance occupante ».

 

Quelques réflexions sur l’origine du coronavirus impliquant les suspects habituels en toute affaire glauque…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 10 mars 2020 by Résistance 71

 


ß test d’arme biologique ciblante ?…

 

D’où vient le coronavirus… De Chine, des Etats-Unis ou d’Israël ?

 

Philip Giraldi* et RT

 

8 mars 2020

 

Traduction française du Cri des Peuples

 

Source:

https://lecridespeuples.fr/2020/03/08/dou-vient-le-coronavirus-de-chine-des-etats-unis-ou-disrael/

 

Notre dossier “Coronavirus 2019”

 

Le compte rendu médiatique le plus souvent rapporté de la genèse du Coronavirus suggère qu’il est dérivé d’un micro-organisme d’origine animale trouvé dans une chauve-souris sauvage qui a été consommée par un résident chinois de Wuhan. Mais il semble y avoir des preuves pour contester cela, à savoir le fait que les provinces chinoises adjacentes de Wuhan, où les chauves-souris sauvages sont plus nombreuses, n’ont pas connu de flambées majeures de la maladie. En raison de cela et d’autres facteurs, il y a également eu des spéculations considérables selon lesquelles le coronavirus ne s’est pas produit naturellement par mutation, mais a plutôt été produit en laboratoire, peut-être en tant qu’agent de guerre biologique.

Plusieurs rapports suggèrent qu’il existe des composants du virus liés au VIH qui n’auraient pas pu se produire naturellement. S’il est avéré que le virus avait été développé ou même produit pour être utilisé en tant qu’arme, cela suggérerait en outre que son ‘évasion’ de l’Institut de virologie de Wuhan, pour se retrouver dans la population animale et humaine, aurait pu être accidentelle. Les techniciens qui travaillent dans de tels environnements sont conscients que des « fuites » se produisent fréquemment dans les laboratoires.

Il y a, bien sûr et inévitablement, une autre théorie. Il y a eu des spéculations selon lesquelles puisque l’administration Trump a constamment soulevé la question de la croissance de la compétitivité mondiale de la Chine comme une menace directe pour la sécurité nationale et la domination économique américaines, il doit être possible que Washington ait créé et déclenché le virus dans le but de faire baisser l’économie et les forces militaires croissantes de Pékin de quelques crans. Il est certes difficile de croire que même la Maison Blanche sous Trump ferait quelque chose de si imprudent, mais il existe des précédents pour ce type de comportement. En 2005-2009, les gouvernements américain et israélien ont secrètement développé un virus informatique appelé Stuxnet, qui visait à endommager les systèmes de contrôle et d’exploitation des ordinateurs iraniens utilisés dans le programme de recherche nucléaire de ce pays. Certes, Stuxnet était destiné à endommager les ordinateurs, non à infecter ou tuer des êtres humains, mais les craintes qu’il se diffuse et se propage à des ordinateurs en dehors de l’Iran se sont avérées exactes, car il a infecté des milliers de PCs en dehors de l’Iran, dans des pays aussi éloignés que la Chine, l’Allemagne, le Kazakhstan et l’Indonésie [parlons encore de la guerre biologique de Washington à Cuba et au Viet-Nam avec le fameux ‘Agent orange‘, d’Al-Qaïda & de Daech, etc.].

Il y a inévitablement une histoire israélienne qui pourrait peut-être faire la lumière sur ce qui se passe en Chine. Des scientifiques de l’Institut israélien de recherche de Galilée affirment maintenant qu’ils auront un vaccin contre le coronavirus dans quelques semaines, qui sera prêt à être distribué et utilisé dans les 90 jours. L’Institut prétend qu’il a engagé quatre années de recherche sur le coronavirus aviaire, financées par les ministères israéliens des sciences, de la technologie et de l’agriculture. Il affirme que le virus est similaire à la version qui a infecté les humains, ce qui a conduit à des percées dans le développement du vaccin grâce à la manipulation génétique, mais certains scientifiques sont sceptiques quant à la possibilité de produire un nouveau vaccin si rapidement pour empêcher un virus qui n’existe que depuis tout récemment. Ils ont également averti que même si un vaccin était développé, il devrait normalement être testé pour les effets secondaires, un processus qui prend normalement plus d’un an et comprend son utilisation sur des humains infectés.

Si l’on considère qu’il serait ne serait-ce que possible que les États-Unis aient contribué à la création du coronavirus dans ce qui reste de son centre de recherche sur les armes biologiques autrefois étendu à Fort Detrick, Maryland, il est très probable qu’Israël était un partenaire du projet.

Aider à développer le virus expliquerait également comment les scientifiques israéliens ont pu prétendre réussir à créer un vaccin si rapidement, peut-être parce que le virus et son traitement ont été développés simultanément.

Quoi qu’il en soit, il y a des ramifications politiques claires à l’apparition du coronavirus, et pas seulement en Chine. Aux États-Unis, le Président Donald Trump est déjà blâmé pour avoir menti sur le virus, et il existe divers scénarios dans les publications grand public spéculant sur l’impact possible de la pandémie sur les élections en 2020. Si l’économie s’effondre avec le marché boursier, cela se reflétera mal sur Trump, qu’il soit ou non réellement en faute. Si l’endiguement et le traitement de la maladie elle-même aux États-Unis ne se passent pas bien, il pourrait également y avoir un contrecoup considérable, d’autant plus que les Démocrates ont encouragé l’amélioration de la prise en charge des soins et du système de santé. Cependant, un expert fait valoir que la maladie et une économie en déclin n’auront pas d’importance tant qu’il y a un revirement avant les élections, et beaucoup de choses peuvent se produire au cours des huit prochains mois.

Et puis il y a la question de la sécurité nationale / de la politique étrangère vue de Tel-Aviv et de Washington. Il est difficile d’expliquer pourquoi le coronavirus a frappé très sévèrement un pays en particulier autre que la Chine : ce pays est l’Iran, l’ennemi majeur des États-Unis et d’Israël. Le nombre de cas de coronavirus en Iran continue d’augmenter, et d’autres membres du gouvernement et responsables politiques infectés ont été confirmés samedi. Il y a eu 205 nouveaux cas de coronavirus, ce qui porte le total de 593 cas déclarés par le gouvernement à 43 décès, bien que les rapports officieux des hôpitaux suggèrent que les décès sont en fait bien supérieurs à 100. C’est le plus grand nombre de décès dus au virus en dehors de la Chine [article écrit avant que l’Italie annonce 366 décès].

Pas moins de cinq députés iraniens ont également été testés positifs, au milieu d’un nombre croissant de hauts responsables qui ont contracté la maladie. Le vice-président iranien Masoumeh Ebtekar et le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi avaient également déjà été confirmés infectés par le virus.

Les suspects habituels aux États-Unis sont ravis d’apprendre la mort des Iraniens. Mark Dubowitz, directeur exécutif de la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), basée à Washington mais connectée au gouvernement israélien, s’est vanté mardi sur Twitter que « le coronavirus a fait ce que les sanctions économiques américaines n’ont pas pu faire : arrêter les exportations non pétrolières de l’Iran ». Un porte-parole du gouvernement iranien a répondu : « Il est honteux et carrément inhumain de se féliciter de la propagation d’un virus mortel et de se réjouir de voir les gens en souffrir… » Dubowitz a poursuivi avec une raillerie supplémentaire, affirmant que Téhéran a « propagé le terrorisme » au Moyen-Orient et que « maintenant, l’Iran propage le coronavirus. »

Il y a donc plusieurs possibilités, et à chacun de pencher pour celle qui lui paraît le plus vraisemblable. Soit le coronavirus s’est produit naturellement, soit il est sorti d’un laboratoire en Chine même, ou même d’Israël ou des États-Unis. Si l’on soupçonne Israël et / ou les États-Unis, l’intention aurait clairement été de créer une arme biologique qui infligerait de sévères dégâts à deux nations désignées comme ennemies mortelles. Mais le coronavirus ne peut pas être contenu facilement et il est clair que plusieurs milliers de personnes en mourront. Malheureusement, comme avec Stuxnet, une fois que le génie est sorti de la lampe, il est diablement difficile de l’y faire rentrer.

* Philip M. Giraldi est un ancien spécialiste de la lutte contre le terrorisme et officier du renseignement militaire de la CIA qui a servi dix-neuf ans à l’étranger en Turquie, en Italie, en Allemagne et en Espagne. Il a été chef de la base de la CIA pour les Jeux olympiques de Barcelone en 1992 et a été l’un des premiers Américains à entrer en Afghanistan en décembre 2001. Philip est directeur exécutif du Council for the National Interest, un groupe de défense basé à Washington qui cherche à encourager et à promouvoir une politique étrangère américaine au Moyen-Orient conforme aux valeurs et aux intérêts américains.

***

Rappelons ce propos de Vladimir Poutine le 30 octobre 2017 :

« Quant au fait que des images de nos citoyens et de nos électeurs soient collectées par certains et utilisées d’une manière ou d’une autre… Ce n’est pas si grave, mais savez-vous que du matériel biologique est collecté [par les Etats-Unis] dans tout le pays, à partir de différents groupes ethniques et de personnes vivant dans différents lieux géographiques de la Russie ? Mais pour quelle raison ?

Ils le font avec détermination et professionnalisme. Nous sommes un objet d’un très grand intérêt. Par conséquent, ce que j’ai dit dans la première partie et tout cela est interconnecté. Nous devons le traiter sans crainte. Laissez-les le faire ce qu’ils veulent, et pour notre part, nous ferons ce que nous devons faire. »

***

Le coronavirus pourrait être le produit d’une « attaque biologique » américaine dirigée contre l’Iran et la Chine, selon le chef du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran

Source : RT, le 5 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Commentaire de Denis Rancourt à propos de cet article : Il est difficile de ne pas considérer cette affirmation comme plausible ou du moins possible. Les États-Unis sont très avancés dans les armes biologiques. Dans une récente campagne bien connue : tous les dirigeants anti-américains en Amérique latine développaient des cancers agressifs mortels… De même, il a été démontré que la maladie de Lyme aux États-Unis était transmise par des tiques armées échappées de laboratoires. Le « coronavirus » et ses nombreuses variétés génomiques pourraient simplement être une couverture pour le véritable agent pathogène armé livré aux concentrations de leadership iranien par les États-Unis ?

Les États-Unis pourraient être le principal coupable de l’épidémie de Covid-2019 qui a frappé la Chine puis l’Iran, a déclaré le chef des Gardiens de la révolution, menaçant que le virus se retournera finalement contre ceux qui l’ont déclenché.

« Il est possible que ce virus soit le produit d’une attaque biologique des Etats-Unis qui s’est d’abord propagée à la Chine, puis à l’Iran et au reste du monde », a déclaré jeudi Hossein Salami.

Il a promis que l’Iran « lutterait » contre le virus et a averti que la maladie « reviendrait » aux États-Unis, si Washington était en effet responsable de l’épidémie.

Bien que de telles « théories du complot » circulent depuis un certain temps, il n’y a toujours aucune preuve officielle que cela soit vrai.

Le chef de l’Organisation de défense civile iranienne, le Général Gholam Reza Jalali, a déclaré mardi que le fait que les médias semaient la peur au sujet du nouveau coronavirus dans le pays pouvait suggérer que le virus est une attaque biologique contre la Chine et l’Iran. Il a déclaré que certains rapports indiquent qu’il pourrait s’agir d’un État hostile, mais a ajouté que ses soupçons nécessitaient une enquête en laboratoire et une étude du génome du virus.

L’Iran a été l’un des pays les plus durement touchés par le Covid-19 en dehors de la Chine continentale d’où il est originaire. Jeudi, la République Islamique avait signalé 3 513 cas confirmés et 107 décès attribués au virus. Selon le ministre iranien de la Santé, Saeed Namaki, une quinzaine de ceux qui ont succombé au coronavirus sont morts au cours des dernières 24 heures.

Le pays a fermé toutes les écoles et universités jusqu’à la fin de l’année civile du pays, le 20 mars, dans le but de stopper la propagation du virus.

Mardi, les médias d’État ont annoncé que le chef des services médicaux d’urgence iraniens était traité pour le coronavirus. De nombreux responsables iraniens de haut niveau sont tombés malades, infectés par le virus. Récemment, 23 députés  ont été testés positifs pour la maladie en République Islamique.

Mohammad Mirmohammadi, membre d’un conseil qui conseille le Guide Suprême Ali Khamenei, est décédé des suites de la maladie. Sa mort fait suite à celle de deux autres Iraniens de renom qui ont contracté le virus, un ancien ambassadeur et un député nouvellement élu.

***

Les échantillons biologiques russes sont « collectés pour la recherche », affirme l’US Air Force

Source : RT, 1er novembre 2017

Traduction : lecridespeuples.fr

Le choix de la population russe pour le matériel génétique n’était pas intentionnel et est lié à la recherche sur le système musculo-squelettique, a déclaré le porte-parole de l’US Air Education and Training Command (AETC).

Les doutes ont été suscités pour la première fois en juillet lorsque l’AETC a publié un appel d’offres visant à acquérir des échantillons d’-+acide ribonucléique (ARN) et de liquide synovial de Russes. Il a annoncé que tous les échantillons (12 ARN et 27 liquide synovial) « doivent être prélevés en Russie et doivent être de race blanche ». L’Air Force a indiqué qu’elle ne prendrait pas en compte les échantillons de tissus en provenance d’Ukraine, pour des raisons non expliquées.

Selon le porte-parole de l’AETC, le capitaine Beau Downey, le 59e centre de recherche moléculaire du groupe médical mène actuellement des « études locomotrices pour identifier divers biomarqueurs associés aux traumatismes ».

Downey a déclaré à RIA Novosti que l’étude nécessitait deux ensembles d’échantillons, avec des échantillons de maladie et de contrôle d’ARN et de membrane synoviale. Le premier ensemble a été fourni par une  « société basée aux États-Unis ».

« La demande [du centre de recherche] ne précisait pas d’où les échantillons devaient être reçus, mais pour poursuivre l’étude, des échantillons similaires étaient nécessaires. Étant donné que le fournisseur a initialement fourni des échantillons de Russie, adaptés au groupe initial de maladies, le groupe témoin des échantillons devrait également être d’origine russe », a-t-il déclaré. « Le but est l’intégrité de l’étude, pas l’origine [des échantillons]. »

Le Président russe Vladimir Poutine a déclaré lundi que du matériel génétique russe était récolté dans tout le pays. « Savez-vous que du matériel biologique est collecté dans tout le pays, auprès de différents groupes ethniques et de personnes vivant dans différentes régions géographiques de la Fédération de Russie ? La question est : Pourquoi font-ils cela ? Cela se fait avec détermination et professionnalisme. Nous sommes une sorte d’objet de grand intérêt », a déclaré Poutine au Conseil des droits de l’homme de la Russie, sans préciser qui pourrait être à l’origine des activités impliquant des échantillons biologiques russes. « Laissez-les faire ce qu’ils veulent, et nous ferons ce que nous devons », a-t-il dit.

Le fait que des échantillons de tissus russes figurent spécifiquement sur la liste des personnes recherchées a incité certains à se demander si le Pentagone travaille sur une arme biologique pour cibler les Russes. « Je ne dis pas qu’il s’agit de préparer une guerre biologique contre la Russie. Mais sans aucun doute, de tels scénarios sont en cours d’étude. C’est-à-dire au cas où le besoin se présenterait soudainement », a écrit sur Facebook Franz Klintsevich, le premier vice-président de la Commission de défense et de sécurité du Conseil de la Fédération de Russie. « Ce n’est pas un secret non plus que les différents groupes ethniques réagissent différemment aux armes biologiques. D’où la collecte du matériel biologique de Russes vivant dans des lieux géographiques différents. En Occident, tout est fait avec beaucoup de scrupule et est vérifié dans les moindres détails. »

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a confirmé mardi que les services spéciaux russes sont en possession de renseignements suggérant que les ONG collectent du matériel génétique auprès de la population. « Certains émissaires mènent réellement de telles activités, des représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) et d’autres organismes. De tels cas ont été enregistrés, et les services de sécurité et le Président possèdent naturellement ces informations », a-t-il dit.

Ce n’est pas la première tentative de collecte d’échantillons de matériel génétique russe par des agences étrangères en Russie, a déclaré à RT Igor Nikulin, un ancien membre de la commission des Nations Unies sur les armes biologiques.

« De telles tentatives ont été faites dans les années 90, quand il y avait un programme sur le génome humain, puis il y avait aussi divers programmes dans les années 2000… sous différents prétextes, y compris les plus nobles ; mais pour une raison quelconque, tout cela se fait dans l’intérêt du département militaire des États-Unis, et cela soulève des soupçons », a déclaré Nikulin.

Il a noté qu’en règle générale, « des échantillons d’Européens du groupe slave, principalement des Russes » sont recherchés. « Des échantillons de sang sont prélevés pour analyse, et si l’organisation est étrangère, ce qu’ils font avec les résultats est toujours inconnu », a-t-il déclaré.