Archive pour israël génocide et apartheid

Résistance au colonialisme: Sur l’imposture du « droit à l’existence d’Israël »… (Jeremy Hammond)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, documentaire, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 15 juillet 2019 by Résistance 71

“Aucun État centralisé, bureaucratique et par là même militaire, s’appela-t-il même république, ne pourra entrer sérieusement et sincèrement dans une confédération internationale. Par sa constitution, qui sera toujours une négation ouverte ou masquée de la liberté à l’intérieur, il serait nécessairement une déclaration de guerre permanente, une menace contre l’existence des pays voisins. Fondé essentiellement sur un acte ultérieur de violence, la conquête, ou ce que dans la vie privée on appelle le vol avec effraction, — acte béni par l’Église d’une religion quelconque, consacré par le temps et par là même transformé en droit historique, — et s’appuyant sur cette divine consécration de la violence triomphante comme sur un droit exclusif et suprême, chaque État centraliste se pose par là même comme une négation absolue du droit de tous les autres États, ne les reconnaissant jamais, dans les traités qu’il conclut avec eux, que dans un intérêt politique ou par impuissance.”
~ Michel Bakounine, 1895 ~


Gaza crie !…

Excellente analyse dont les ramifications vont bien au-delà de ce cas d’école de l’illégalité et de l’illégitimité qu’est cet “état d’Israël”, colonial par sa nature même. Cette analyse peut de fait être étendue à tous les états coloniaux demeurant sur cette planète et dont l’existence n’est qu’une fiction imposée par la clique oligarchique du pouvoir marchand. Voir nos notes émaillant l’article… Nous irons même, en ce sens, plus loin que Jeremy Hammond en disant, et l’analyse le prouve (cf nos liens de lectures complémentaires sous l’article), que l’état sioniste d’Israël existe parce qu’il y a eu précédent et que des états racistes, suprémacistes et génocidaires prévalent toujours directement sur cette planète à l’instar des Etats-Unis, du Canada, du Mexique, de tous les états d’Amérique centrale et latine, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, entités coloniales fictives ayant assujettis par la violence et le nettoyage ethnique les terres qu’elles occupent et sur lesquelles elles n’ont aucun droit et n’ont fait qu’imposer la puissance de la force, toujours en vigueur de nos jours.
Cet article de Hammond est une invitation à repenser le mode de fonctionnement total de notre système inique et génocidaire qe nous avons étendu (que nous avons laissé étendre est sans doute plus approprié) de fait à la planète entière. C’est la seule façon que nous ayons de nous émanciper et de réaliser notre humanité. Tenons-nous debout, main dans la main avec les nombreux peuples colonisés de cette planète, afin de réaliser ensemble notre émancipation de la dictature étatico-marchande pour finalement devenir ce que nous sommes: des humains adultes dans le véritable acceptation du terme, parce que finalement… Nous sommes tous des colonisés !.

~ Résistance 71 ~

 

La Résolution 2621 XXV, du 12 octobre 1970 des Nations Unies affirme « le droit inhérent des peuples colonisés à lutter par tous les moyens nécessaires contre les puissances coloniales qui répriment leur aspiration à la liberté et à l’indépendance.»

Résolution 37-43 des Nations Unies : « Tout peuple a le droit de résister à l’oppression, l’occupation, l’annexion ou colonisation par une force étrangère. Cette opposition légitime est la résistance armée « .

 

 

Sur l’imposture du “droit à l’existence de l’état d’Israël”

 

Par Jeremy R. Hammond

 

Source : Foreign Policy Journal

Traduction : lecridespeuples.fr  

 

Article en français:

https://lecridespeuples.fr/2019/07/09/sur-limposture-du-droit-a-lexistence-de-letat-disrael/

 

Les apologistes des crimes d’Israël contre les Palestiniens prétendent que cet État a le « droit d’exister », dans un effort visant à légitimer le nettoyage ethnique de la Palestine.

Les sionistes qui s’évertuent à défendre les crimes d’Israël contre le peuple palestinien portent souvent l’accusation que les détracteurs de l’ « Etat juif » autoproclamé tentent de le « délégitimer ». Israël, rétorquent-ils, a le « droit d’exister ». Mais ils se trompent.

Il ne s’agit pas de faire une exception pour Israël. Il n’existe pas de « droit à l’existence » pour les États, point final. Aucun « droit à l’existence » n’est reconnu pour les Etats par le droit international. Un tel droit serait totalement insensé. Le concept même est absurde. Ce sont les individus, et non les entités politiques abstraites, qui ont des droits.

Les droits individuels peuvent bien sûr être exercés collectivement, mais à la condition que cela se fasse sans préjudice pour les droits des individus. Le droit pertinent dans ce contexte est plutôt le droit à l’autodétermination, qui fait référence au droit d’un peuple à exercer collectivement ses droits individuels par le biais de l’autonomie politique. L’exercice collectif de ce droit ne peut porter atteinte à l’exercice individuel de ce droit. Le seul but légitime du gouvernement est de protéger les droits individuels, et un gouvernement n’a aucune légitimité sans le consentement des gouvernés. Ce n’est qu’en ce sens que le droit à l’autodétermination peut être exercé collectivement, par un peuple qui choisit pour lui-même son mode de gouvernement et qui y consent.

Le droit à l’autodétermination, contrairement au concept absurde de « droit à l’existence » d’un État, est reconnu par le droit international. C’est un droit qui est explicitement garanti, par exemple, par la Charte des Nations Unies, que l’État d’Israël a ratifiée.

Le cadre approprié pour la discussion est donc le droit à l’autodétermination, et c’est précisément pour obscurcir cette vérité que la propagande revendique fréquemment pour Israël le « droit d’exister ». Les apologistes d’Israël sont contraints de déplacer ainsi le cadre de la discussion, car dans le cadre du droit à l’autodétermination, c’est évidemment Israël qui rejette les droits des Palestiniens et non le contraire.

Et ce n’est pas seulement dans la perpétuation de l’occupation des territoires palestiniens que le rejet d’Israël se manifeste. Ce rejet des droits des Palestiniens s’est également manifesté dans les moyens mêmes par lesquels Israël a été créé.

Il existe une croyance populaire selon laquelle Israël a été fondé par une sorte de processus politique légitime. C’est faux. Ce mythe est fondé sur l’idée que la fameuse résolution sur le « plan de partition » de l’Assemblée Générale des Nations Unies – résolution 181 du 29 novembre 1947 – a légalement partitionné la Palestine et ainsi conféré une autorité légale aux dirigeants sionistes pour leur déclaration unilatérale de l’existence d’Israël le 14 mai 1948.

En effet, dans cette déclaration, le document fondateur d’Israël, les dirigeants sionistes se sont appuyés sur la Résolution 181 pour revendiquer une légitimité juridique. Cependant, la vérité est que la Résolution 181 ne lui a rien conféré de tel. L’Assemblée Générale de l’ONU n’avait aucune autorité pour partitionner la Palestine contre la volonté de la majorité de ses habitants. Et elle n’a pas non plus eu la prétention de faire une telle chose. Au contraire, l’Assemblée s’est contentée de recommander la partition de la Palestine en Etats juif et arabe séparés, ce qui devrait être accepté par les deux peuples pour prendre effet sur le plan juridique. L’Assemblée a transmis la question au Conseil de sécurité, où le plan est devenu caduc du fait de la reconnaissance explicite que l’ONU n’avait aucune autorité pour mettre en œuvre – c’est-à-dire imposer – une telle partition.

La déclaration unilatérale des sionistes est souvent décrite comme une « Déclaration d’indépendance ». Mais ce n’était rien de tel. Une déclaration d’indépendance suppose que le peuple qui déclare son indépendance soit souverain sur le territoire sur lequel il souhaite exercer son droit à l’autodétermination. Mais les sionistes n’étaient pas souverains sur la terre qui est devenue le territoire de l’État d’Israël.*

(*) Note de R71: Voit-on ici émerger une similitude avec l’imposture coloniale que sont les Etats-Unis, le Canada, de fait tous les pays du continent américain, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et autres nations toujours sous emprise coloniale ? Si les sionistes n’étaient et ne sont en rien “souverains” sur la terre de Palestine, les colons / immigrants chrétiens européens ne l’étaient et ne le sont en rien également sur les terres qu’ils ont envahies, colonisées et martyrisées et qu’ils continent d’occuper sur deux continents… L’imposture criminelle d’Israël existe parce qu’existe et perdure les impostures coloniales des Etats-Unis, du Canada, du Mexique, de tous les pays d’Amérique Latine et des deux terres majeures d’Océanie…

Au contraire, lorsqu’ils ont déclaré l’existence d’Israël, les Juifs possédaient moins de 7% de la terre en Palestine. Les Palestiniens possédaient plus de terres que les Juifs dans chacun des districts de la Palestine. Les Palestiniens constituaient également une majorité numérique en Palestine. Malgré l’immigration massive [et illégale], les Juifs restaient une minorité représentant environ un tiers de la population.

Même à l’intérieur du territoire proposé par l’ONU pour l’Etat juif, lorsque la population bédouine a été recensée, les Arabes constituaient une majorité. Même à l’intérieur de ce territoire, les Arabes possédaient plus de terres que les Juifs.

En clair, les dirigeants sionistes n’avaient absolument aucune légitimité [sinon celle de leurs textes religieux, qui ne font autorité nulle part] à revendiquer une souveraineté sur le territoire qu’ils ont finalement acquis par la guerre.

D’autant plus que l’acquisition de territoire par la guerre – ou droit de conquête – est interdite par le droit international. (NdR71: ceci est valable bien entendu pour toute autre nation conquise et assujettie par la force et la puissance coloniale. Voir notre note un peu plus haut…)

Loin d’être le fruit d’un processus politique légitime, Israël a été créé par la violence. Les sionistes ont acquis la majeure partie du territoire de leur État par le nettoyage ethnique de la majeure partie de la population arabe, soit plus de 700 000 personnes, exclues de leurs demeures et de leurs terres en Palestine. Des centaines de villages arabes ont été littéralement détruits et rayés de la carte.

Ainsi, quand les sionistes prétendent qu’Israël a un « droit à l’existence », ce qu’ils disent en réalité, c’est que les sionistes avaient le « droit » de procéder à un nettoyage ethnique de la Palestine afin d’établir leur « Etat juif ».

Évidemment, un tel droit n’existe pas. Au contraire, une fois de plus, en droit international, le nettoyage ethnique est reconnu comme un crime contre l’humanité.

Les sionistes accusent ceux qui dénoncent les crimes d’Israël contre les Palestiniens de vouloir « délégitimer » l’ « Etat juif », mais il importe de souligner que la déclaration unilatérale du 14 mai 1948 proclamant l’Etat d’Israël n’avait aucune légitimité. Il importe de souligner que le crime de nettoyage ethnique ne peut aucunement être justifié ou légitimé. Cela neutralise complètement les accusations des thuriféraires d’Israël.

Lorsque cette accusation est portée contre les détracteurs d’Israël, ce qui se passe réellement, c’est que ce sont les apologistes d’Israël qui tentent de délégitimer le droit des Palestiniens à l’autodétermination, ainsi que le droit internationalement reconnu des réfugiés de guerre à retourner dans leur patrie.

Indépendamment de l’illégitimité des moyens par lesquels Israël a été créé, il existe. Telle est la réalité actuelle. (NdR71: tout comme l’est l’existence des états colons des Amériques et d’Océanie, mais cela n’est en rien inéluctable…) Cependant, l’exigence de l’Etat d’Israël que les Palestiniens reconnaissent son « droit » non seulement d’exister, mais d’exister « en tant qu’Etat juif », est simplement une exigence que les Palestiniens renoncent à leurs droits et adhèrent à la déclaration unilatérale des sionistes et au nettoyage ethnique de la Palestine en les reconnaissant comme légitimes.

Et c’est pourquoi il n’y a pas eu de paix. Il n’y aura pas de paix tant que les droits des Palestiniens ne seront pas reconnus et respectés. Le problème pour les sionistes est que si les Palestiniens exercent leurs droits, cela signifierait la fin de l’existence d’Israël en tant qu’ « Etat juif ».

Mais qu’y aurait-il de mal à mettre fin à un régime fondamentalement raciste qui viole perpétuellement le droit international et les droits de l’homme des Palestiniens ? Qu’y aurait-il de mal à le remplacer par un gouvernement qui respecte l’égalité des droits de tous les habitants du territoire sur lequel il exerce sa souveraineté politique et gouverne avec le consentement des gouvernés ?

Pour quiconque est capable de faire preuve d’un minimum d’honnêteté et d’intégrité morale, la réponse claire aux deux questions est : rien. Il n’y aurait aucun mal à cela, bien au contraire.

Pour tous ceux qui jouent un rôle actif dans la recherche de la paix et de la justice, c’est donc sur ce but que nous devons concentrer nos efforts collectifs. Il faut commencer par acquérir une bonne compréhension de la véritable nature du conflit et par ouvrir les yeux de tous ceux qui sont intègres, mais qui ont été trompés par les mensonges et la propagande qui ont perpétué la violence et l’injustice pendant si longtemps.

= = =

Lectures complémentaires en PDF:

Nous_sommes_tous_des_colonisés (PDF)

Pierre_Clastres_De l’ethnocide

Leducation-comme-pratique-de-la-liberte_Paulo_Freire_1965

La Bible Déterrée Israel Finkelstein

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Aime_Cesaire_Discours_sur_le_colonialisme

la-peste-religieuse-par-johann-most-1892

Manifeste pour la Société des Sociétés

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Effondrer le colonialisme

Ashraf Ezzat Mythe Biblique

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte

Mise en demeure du gouvernement canadien par le Tribunal International pour les Disparus du Canada

 

 

Résistance au colonialisme: le génocide en Palestine a tué 2 200 000 personnes (VT)

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 12 juin 2019 by Résistance 71

Nous avons attendu quelques 48 heures avant de publier cette article de VT. Pourquoi ? Parce que quand on traduit un tel article, on voit des chiffres défiler, et au fil du texte, ils n’ont aucun sens. Il est important de réfléchir a posteriori sur leur signification, ce qu’ils représentent. Ce que nous avons fait avant de publier cette traduction. Nous l’avons aussi fait en nous replongeant dans des passages de l’excellent livre de l’historien israélien Illan Pappe sur « Le nettoyage ethnique de la Palestine », tout en pensant aux analyse du grand éducateur brésilien Paulo Freire qui avait parfaitement analysé dans sa « pédagogie des opprimés » que souvent les opprimés deviennent des oppresseurs si a chance leur en est donnée.
~ Résistance 71 ~

« Les trois axiomes de la politique intérieure d’Israël » (extrait du livre d’Ilan Pappe « The Ethnic Clearing of Palestine », 2006 page 239), traduit de l’anglais par Résistance 71

« La première des trois lignes de conduite, ou plutôt axiomes, d’Israël est que le conflit israélo-palestinien a son origine en 1967. Pour le résoudre tout ce dont on avait besoin était un accord qui déterminerait le statut futur de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. En d’autres termes, comme ces zones ne constituent que 22% du territoire de la Palestine, Israël a réduit d’un coup de crayon toute résolution de paix à seulement une toute petite partie du territoire originel palestinien. Non seulement cela, mais Israël demandait et continue à demander aujourd’hui, toujours plus de compromis territoriaux, soit en résonance avec l’approche économique favorisée par les Etats-Unis ou comme dictés par une carte sur laquelle les deux camps politiques se sont mis d’accord en Israël.
Le second axiome est que tout ce qui est visible dans ces zones, la Cisjordanie et la bande de Gaza, peut toujours encore être divisé et que ces divisions, cette faculté à toujours plus diviser, est une des clefs du processus de paix. Pour Israël, cette division du visible inclut non seulement la terre mais aussi le peuple et les ressources naturelles.
Le troisième axiome israélien est que rien de ce qui s’est produit avant 1967, incluant la Nakba et le nettoyage ethnique, ne sera jamais négociable. Les implications ici sont très claires: cela retire complètement de l’équation du processus de paix le problème des réfugiés et met directement sur la touche et sans appel le droit des Palestiniens au retour à la terre. »

 

 

Le génocide palestinien a tué 2,2 millions de personnes

 

Kevin Barrett (VT) & Dr Gideon Polya

 

10 juin 2019

 

url de l’article orignal:

https://www.veteranstoday.com/2019/06/10/new-evidence/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

[…]

Bien que conspirant avec les sionistes et militaristes américains pour assassiner 294 Américains en 1967 et près de 3000 autres le 11 septembre 2001, Israël a eu bien plus de pitié pour les Américains que pour les Palestiniens. L’assaut sioniste sur la Palestine a tué environ 2,2 millions de Palestiniens. 100 000 directement, les autres 2,1 milions par privations forcées, d’après le Dr Gideon Polya, professeur de science retraité de l’université La Trobe de Melbourne en Australie. Ci-dessous, le communiqué récent du professeur Polya.

– Kevin Barrett –

Le génocide des Palestiniens a tué 2,2 millions de personnes

Email from Dr. Gideon Polya

Cher Kevin,

Ci-dessous se trouvent détaillées et documentées les morts palestiniennes résultantes des violences et privations diverses depuis 1914 (1914-2019). transmets tout cela au plus de monde possible.

Sincères salutations, Gideon

J’ai estimé que 2 200 000 Palestiniens sont morts de violence: 100 000 de violence directe et 2 100 000 de privations imposées depuis l’invasion britannique de l’empire ottoman en 1914 lors de la première guerre mondiale. J’ai mis les détails ci-dessous dans une mise à jour de 2019 concernant ce génocide palestinien toujours en cours. [1]

En 1880, il y avait environ 500 000 Palestiniens arabes et environ 25 000 juifs, dont la moitié étaient immigrants, qui vivaient en Palestine [2, 3]. Les envahisseurs britanniques racistes et les racistes sionistes génocidaires qui colonisaient l’endroit ont été responsables à des degrés divers d’un génocide des Palestiniens qui impliqua l’expulsion de masse de 800 000 Palestiniens arabes en 1948 et de 400 000 en 1967, le nettoyage ethnique de 90% de la terre de Palestine et une mortalité estimée de 2 200 000 Palestiniens depuis 1914: 100 000 de violence directe et 2 100 000 de privations imposées par la force [1, 4-7].

Il y a maintenant 7 millions de réfugiés palestiniens et des 14 millions de Palestiniens (la moitié sont des enfants, les 3/4 femmes et enfants), environ 50% d’entre eux sont interdits de poser un pied dans leur pays sous peine de mort, seulement 1,9 millions de Palestiniens israéliens peuvent voter pour le gouvernement qui dirige l’ancien protectorat de Palestine et 5 millions de Palestiniens n’ont aucun droit [8] comme dans les ghettos de la Palestine occupée en Cisjordanie ou dans les Bantoustans (3 millions) ou dans le camp de concentration de Gaza (2 millions).

Mais les “chanceux” Palestiniens israéliens sont des citoyens de troisième ordre devant se soumettre à 60 lois de style nazi, fondées sur la race [9, 10]. La terre de Palestine a maintenant été ethniquement nettoyée à 90% [1, 4-7]. Tandis que les Palestiniens indigènes à l’endroit représentent 50% des sujets victimes de l’apartheid, presque les 3/4 d’entre eux ne peuvent pas voter pour un gouvernement les dirigeant dans cet intolérable apartheid qui est déclaré être crime contre l’humanité par l’ONU. [11]

Le taux de mortalité du génocide palestinien est indiqué ci-dessous.

(1). Morts violentes de Palestiniens depuis 1920 arrivent à un total de 100 000 [12].

(2). Environ 100 000 Palestiniens sont morts de famine durant la première guerre mondiale avec un état de guerre imposé par les Britanniques et évalué comme un marqueur de déficit démographique de 100 000 personnes pour la première guerre mondiale (1914-1918) [2, 3].

(3) La population palestinienne était de 689 000 en 1918 et 1 308 000 en 1946 avec une moyenne de 1 000 000. En assumant le même taux de mortalité de mort évitable au sein d’une Palestine brutalement occupée par les Britanniques (famine, exode forcé des fermiers, violence, invasion et abus de pouvoir en tout genre par des racistes génocidaires), tout comme dans l’Inde pré-indépendance (moyenne de 30 morts évitables / 1000 habitants / an entre 1920 et 1947) x 30 ans = 900 000 morts parfaitement évitables dans la période 1918-1948.

(4). La population totale palestinienne (dans en en dehors de la Palestine) était de 2 250 000 en 1948 et de 7 574 000 en l’an 2000 pour une population moyenne durant cette période de 4 912 000. En appliquant de manière conservatrice le taux de mortalité évitable de l’Inde pré-indépendance en 2003 de 3,5 morts évitables / 1000 habitants / an [14] aux chiffres palestiniens 4 912 (mille) x (3,5 morts évitables / 1000 / an) x 52 ans = 894 000 morts palestiniennes évitables par privation dans la période 1948-2000

(5) Le PIB par personne des 5 millions de Palestiniens vivant sous occupation est de 3 000 US$ par an comparé au 40 000 US$ pour les Israéliens [15]. La pauvreté tue et pour les pays appauvris à haut taux de fécondité, le taux de mortalité évitable est de 1,4 fois le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans. Vers 2010, environ 3000 enfants palestiniens de moins de 5 ans mouraient chaque année, ce qui indique que durant ce siècle, une moyenne de 4200 Palestiniens vivant sous occupation sont morts d’une mort évitable de privations divers par an, ainsi 12 000 Palestiniens sont morts de cette façon chaque année, soient 230 000 en ce siècle seulement.

Ainsi, on peut estimer que 900 000 + 894 000 + 230 000 = 2 024 000 Palestiniens sont morts de mort évitable, par privations diverses dans la période 1918-2019, 100 000 de plus ayant été tués dans la famine qui affecta la Palestine durant la première guerre mondiale et 100 000 de plus de mort violente directe. Ceci alors que quelques 4000 sionistes furent tués par des Palestiniens entre 1920 et 2019 [16-20] ; depuis l’occupation britannique au Moyen-Orient en 1914, environ 2 200 000 Palestiniens sont morts de violence directe (100 000) ou de privations imposées (2 100 000)

Le chiffre total de morts évitables violente et non-violentes par privations dans ce génocide palestinien (2,2 millions de personnes) est du même ordre de magnitude que le chiffre de victimes de l’holocauste juif durant la seconde guerre mondiale (5-6 millions) par violence ou privations diverses imposées. [21-23]

Notes:

[1]. “Palestinian Genocide”:

[2]. Justin McCarty, “Palestine population: during the Ottoman and British mandate period”, Palestine Remembered: 8 September  2001: http://www.palestineremembered.com/Acre/Palestine-Remembered/Story559.html .

[3]. “Historic population of  Israel/Palestine”: http://palestineisraelpopulation.blogspot.com.au/ .

[4]. Gideon Polya, “70th anniversary of Apartheid Israel & commencement of large-scale Palestinian Genocide”, Countercurrents, 11 May 2018: https://countercurrents.org/2018/05/11/70th-anniversary-of-apartheid-israel-commencement-of-large-scale-palestinian-genocide/ .

[5]. Gideon Polya, “Apartheid Israel’s Palestinian Genocide & Australia’s Aboriginal  Genocide compared”, Countercurrents, 20 February 2018: https://countercurrents.org/2018/02/20/apartheid-israels-palestinian-genocide-australias-aboriginal-genocide-compared/  .

[6]. Gideon Polya, “Israeli-Palestinian & Middle East conflict – from oil to climate genocide”, Countercurrents, 21 August 2017: https://countercurrents.org/2017/08/21/israeli-palestinian-middle-east-conflict-from-oil-to-climate-genocide/ .

[7]. Gideon Polya, “End 50 Years Of Genocidal Occupation & Human Rights Abuse By US-Backed Apartheid Israel”, Countercurrents,  9 June  2017: https://countercurrents.org/2017/06/09/end-50-years-of-genocidal-occupation-human-rights-abuse-by-us-backed-apartheid-israel/ .

[8]. Gideon Polya, “Universal Declaration of Human Rights & Palestinians. Apartheid Israel violates ALL Palestinian Human Rights”, Palestine Genocide Essays, 24 January 2009: https://sites.google.com/site/palestinegenocideessays/universal-declaration-of-human-rights-palestinians .

[9]. Susan Abulhawa, “Israel’s “nation-sate law” parallels the Nazi Nuremburg Laws”, Al Jazeera, 27 July 2018: https://www.aljazeera.com/indepth/opinion/israel-nation-state-law-parallels-nazi-nuremberg-laws-180725084739536.html .

[10]. “Discriminatory laws in Israel:, Adalah, https://www.adalah.org/en/law/index?page=4 .

[11]. John Dugard, “International Convention on the Suppression and Punishment of the crime of Apartheid”, Audiovisual Library of International Law: http://untreaty.un.org/cod/avl/ha/cspca/cspca.html .

[12]. “Palestinian casualties of war”, Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Palestinian_casualties_of_war .

[13]. Gideon Polya, “Economist Mahima Khanna,   Cambridge Stevenson Prize And Dire Indian Poverty”, Countercurrents, 20 November, 2011: https://countercurrents.org/polya201111.htm .

[14]. Gideon Polya, “Body Count. Global avoidable mortality since 1950”, that includes a succinct history of every country and is now available for free perusal on the web: http://globalbodycount.blogspot.com/  .

[15]. “List of countries by GDP (nominal) per capita”, Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_GDP_(nominal)_per_capita .

[16]. Gideon Polya, “Israelis kill ten times more Israelis in Apartheid than do terrorists”, Countercurrents, 1 March 2017: https://countercurrents.org/2017/03/israelis-kill-ten-times-more-israelis-in-apartheid-israel-than-do-terrorists .

[17]. Gideon Polya, “Sharpeville Massacre & Gaza Massacres compared – Boycott Apartheid Israel & all its supporters”, Countercurrents, 6 May 2018: https://countercurrents.org/2018/05/06/sharpeville-massacre-gaza-massacres-compared-boycott-apartheid-israel-all-its-supporters/ .

[18]. Israeli Ministry of Foreign Affairs, “Terrorism deaths in Israel – 1920-1999”, 1 January 2000: http://mfa.gov.il/mfa/foreignpolicy/terrorism/palestinian/pages/terrorism%20deaths%20in%20israel%20-%201920-1999.aspx .

[19]. Israeli Ministry of Foreign Affairs, “Victims of Palestinian violence and terrorism since September 2000” : http://mfa.gov.il/MFA/ForeignPolicy/Terrorism/Palestinian/Pages/Victims%20of%20Palestinian%20Violence%20and%20Terrorism%20sinc.aspx .

[20]. “Crime in Israel”, Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Crime_in_Israel .

[21]. Gideon Polya , “UK Zionist Historian Sir Martin Gilbert (1936-2015) Variously Ignored Or Minimized WW2 Bengali Holocaust”, Countercurrents, 19 February, 2015: https://countercurrents.org/polya190215.htm .

[22]. Martin Gilbert, “Jewish History Atlas” (Weidenfeld and Nicolson, London, 1969).

[23]. Martin Gilbert “Atlas of the Holocaust”(Michael Joseph, London, 1982).

= = =

Lectures complémentaires:

Leducation-comme-pratique-de-la-liberte_Paulo_Freire_1965

La Bible Déterrée Israel Finkelstein

Zenon_Inversion

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Aime_Cesaire_Discours_sur_le_colonialisme

Manifeste pour la Société des Sociétés

Effondrer le colonialisme

Le_mythe_biblique_ashraf_ezzat

 

Colonialisme, sionisme et dictature… L’inquisition israélienne sévit dans l’indifférence occidentale quasi générale…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 19 avril 2016 by Résistance 71

Journée du prisonnier palestinien: l’horreur des prisons israéliennes

Fares Chahine

18 Avril 2016

url de l’article original:

http://www.elwatan.com//international/journee-du-prisonnier-palestinien-l-horreur-des-prisons-israeliennes-18-04-2016-319058_112.php

 

Comme chaque 17 avril depuis 1975, les palestiniens ont célébré cette semaine la journée du prisonnier. Actuellement, ils sont 7000 Palestiniens et Palestiniennes à croupir dans les geôles israéliennes dans des conditions inhumaines. Cette population carcérale comprend 400 enfants et 69 femmes. Quant aux prisonniers dits «administratifs», détenus sans inculpation ni jugement pour des périodes de 6 mois renouvelables indéfiniment, ils ont atteint le nombre de 750.

Ghaza : De notre correspondant

Selon un rapport publié conjointement à cette occasion par le club des prisonniers palestiniens et l’organisme chargé des affaires des prisonniers et des libérés, il y a 3 prisonnières administratives, Souad Erzikat, Sana Abou Snina et Hanine Amar. D’après la même source, 700 prisonniers sont atteints de maladies diverses et sont victimes de négligences médicales. 30 de ces prisonniers ont été incarcérés avant la signature des accords d’Oslo par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et Israël en 1993.

A coté du refus du gouvernement israélien d’arrêter la colonisation, le maintien de tous ces Palestiniens en prison a poussé le président Mahmoud Abbas et la direction Palestinienne à mettre un terme aux négociations directes israélo-palestinienne. Le rapport publié par le club des prisonniers palestiniens et l’organisme chargé des affaires des prisonniers et des libérés précise aussi que «les autorités israéliennes détiennent en prisons 6 membres du conseil législatif palestinien (parlement) dont Marwane El Barghouti et 18 journalistes ». Selon les statistiques de ces deux organismes, «un million de palestinien ont connu l’expérience de la détention dans les prisons israéliennes depuis l’occupation du reste de la Palestine (bande de Ghaza, Cisjordanie y compris la ville d’El Qods) par l’Etat Hébreu en 1967.

Législation injuste et inhumaine

Depuis le 28 septembre 2000, jour du déclenchement de l’Intifada d’El Aqsa à ce jour, plus de 90.000 citoyens ont séjourné pendant des périodes plus ou moins longues dans les prisons israéliennes. Parmi ces citoyens, 11.000 avaient moins de 18 ans, 1300 étaient des femmes et plus de 65 étaient des députés ou d’anciens ministres de l’Autorité palestinienne. Durant la même période, les autorités israéliennes ont pris 25.000 décisions de détentions administratives (Renouvellement de période de détention et nouvelles arrestations).

Les cas de détention administrative, se basant sur une législation injuste et inhumaine qu’Israël dit avoir hérité de l’époque du mandat Britannique sur la Palestine, ont touché toutes les couches de la société palestinienne. Des enfants, des jeunes, des personnes âgées, des malades, des handicapés, des ouvriers , des académiciens, des députés, des anciens ministres, des dirigeants politiques, des syndicalistes, des étudiants, des écoliers, des écrivains, des journalistes et des artistes ont été victimes de cette forme de détention que beaucoup d’organismes de défense des droits de l’homme, y compris Amnesty International, ont appelé à arrêter. Un appel qui ne trouve aucun écho auprès d’Israël qui continue d’en user et d’abuser.

L’emprisonnement massif des populations civiles palestiniennes ont commencé dès 1948, avec la création de l’Etat d’Israël sur la terre de la Palestine historique. Il représente l’un des plus grands drames humanitaires, politiques et juridique de l’ère moderne. L’occupation israélienne a usé et abusé de cette forme de punition individuelle et collective durant les périodes des différentes révoltes du peuple palestinien. Intifadha des pierres en 1987, intifada d’El Aqsa en septembre 2000 et soulèvement populaire d’El Qods que certains appellent intifada d’El Qods depuis le mois d’octobre 2015.

Israël ne respecte pas ses engagements

La résistance palestinienne armée a toujours œuvré en faveur de la libération des prisonniers palestiniens. Elle a réussi à en libérer des milliers en échange de soldats israéliens ou même de cadavre de soldats israéliens. Le dernier échange a concerné le soldat israélien Gilaad Shalit, détenu par le mouvement Hamas dans la bande de Ghaza de 2006 a 2011 et qui a permis à 1000 prisonniers de respirer l’air de la liberté. Mais comme Israël ne respecte jamais ses engagements, une quarantaine de ces prisonniers ont été de nouveau remis en prison. Le président Yasser Arafat et le président Mahmoud Abbas avaient aussi réussi à libérer des milliers d’autres prisonniers par la voie diplomatique durant les négociations de paix. Mais beaucoup de Palestiniens sont remis en prison quelques semaines seulement après leur libération.

Les bagnes en Israël sont loin d’être une colonie de vacances. Les témoignages d’anciens prisonniers révèlent que « 100% de la population carcérale a subi au moins une forme de torture qui est une pratique planifiée des bourreaux israéliens ».  « Les humiliations, les mauvais traitements, les insultes, la torture physique et psychique sont le lot quotidien des détenus palestiniens », disent-ils. Mais malgré toutes ces conditions, les révoltes collectives et les luttes individuelles de détenus palestiniens ne se sont jamais arrêtées.

Nombreux ont été les prisonniers palestinien à avoir réussi à contraindre leurs geôliers israéliens à les libérer après de longues grèves de la faim. Des grèves dépassant parfois même de très loin les limites du supportable. Aujourd’hui, le dossier des prisonniers représente une priorité dans tout règlement de la cause palestinienne. Bien qu’Israël l’utilise pour obtenir des concessions sur d’autres questions, telles que les frontières ou le retour des refugiés, les Palestiniens sont décidés à recouvrir leurs droits inaliénables et la libération de l’ensemble des prisonniers. Sans cette libération, les palestiniens disent qu’ « il ne peut y avoir de véritable paix dans la région ».

Résistance au colonialisme: Appel de Roger Waters (Pink Floyd) au peuple de France pour la campagne BDS

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 30 janvier 2016 by Résistance 71

L’Afrique du Sud de l’apartheid fut boycottée, que le soit aussi L’Israël de l’apartheid, que le soit aussi les entités colonialistes actives aujourd’hui aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande. Le sionisme est un colonialisme, une oppression de plus dans la grande litanie du colonialisme occidental. Il est piloté tout comme les autres colonialismes passés et présents depuis la City de Londres et Wall Street. Le boycott c’est frapper là où çà fait e plus mal aux oligarques: au porte-feuille et au pouvoir qu’il permet d’acheter…

— Résistance 71 —

 

Roger Waters interpelle la France au sujet de la campagne BDS

 

Cercle des Volontaires

 

29 janvier 2016

 

url de l’article en français:

http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/01/29/roger-waters-des-pink-floyd-interpelle-la-france-a-propos-de-la-campagne-bds/

 

Note de la rédaction : cet article est la traduction d’un billet paru le 28 janvier 2016 sur le site Mondoweiss, site géré depuis les USA offrant une vision alternative des relations israélo-palestiniennes. Il s’agit ici d’une lettre adressée par Roger Waters, ex-Pink Floyd, au peuple de France à la suite des procédures judiciaires engagées contre des personnes soutenant le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) dirigé contre l’état d’Israël, afin que celui-ci cesse de persécuter les Palestiniens. La lettre fut envoyée à une agence de presse française, mais ne fut jamais publiée. Comme il est de notre avis que la liberté d’expression de M. Waters mérite tout notre respect et que celle du peuple français à l’entendre le réclame, nous vous la publions donc ici, traduite en français – Lawrence Desforges

Mes chers citoyens,

De concert avec la plupart des membres raisonnables, sensibles et doués de compassion de la société civile mondiale, je déplore l’occupation de la Palestine et la soumission de tous ses habitants non-juifs. La discrimination anti-palestinienne de l’état d’Israël depuis 1947/8 est inacceptable.

Je suis anti-raciste, anti-colonialiste, anti-oppression et anti-discrimination.

Nous, les peuples du reste de la société civile mondiale vous avons toujours tiré notre chapeau, à vous les Français, pour votre adhésion à la « Déclaration des Droits de l’Homme » en 1789. Il demeurait toujours, pensions-nous, dans votre cœur battant collectif nourri de votre dévotion aux principes de Liberté, Égalité et Fraternité, un attachement à la défense des opprimés partout, et même hors de France !

Aujourd’hui, j’ai lu horrifié qu’un tribunal de votre pays a déclaré illégale une manifestation pacifique voulue par des militants du mouvement BDS contre les politiques du gouvernement actuel en Israël, qui sont racistes, répressives et discriminatoires, en affirmant que la manifestation elle-même était discriminante, et en imposant des amendes aux manifestants pacifiques.

C’est un triste jour pour la France et pour le système judiciaire français. Adopter une telle attitude contre le mouvement BDS, pour l’emploi des mêmes outils non-violents qui ayant été utilisés en Inde contre l’oppression du règne britannique au milieu du vingtième siècle, et par des manifestants américains, blancs comme noirs, dans les contrées du sud des USA ainsi que par des manifestants noirs et blancs du monde entier dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, est une tache sur le noble nom de la République Française.

BDS, BOYCOTT, DÉSINVESTISSEMENT ET SANCTIONS EST, JUSQU’ICI, LE SEUL CHEMIN EFFICACE VERS LA POSSIBILITÉ DE PAIX EN TERRE SAINTE, SUR LES BASES DU BIEN-ÊTRE DES PALESTINIENS ET DES ISRAÉLIENS PARTAGEANT LIBERTÉ, JUSTICE ET ÉGALITÉ.

Pourquoi votre système judiciaire veut-il s’y opposer ? Un tollé public du cœur de votre grand pays devrait exiger une enquête publique sur les bases juridiques de telles poursuites à l’encontre des militants du mouvement BDS. Quoi qu’il en soit, sur une note personnelle, j’affirme ici mon propre intérêt. Les militants du mouvement BDS qui ont été attaqués par votre système judiciaire ont mon soutien sans équivoque, ainsi que mon respect et mon amour.

Tout homme ou toute femme qui monte sur les barricades en soutien à nos frères et sœurs opprimés en Palestine, en fait, est mon frère ou ma sœur.

Ce problème n’est pas compliqué, c’est une affaire de ce qui est bien et de ce qui est mal, une affaire de l’application correcte ou incorrecte de la loi. La loi doit servir les opprimés pas les oppresseurs. Si votre loi protège les oppresseurs, les racistes et les discriminateurs, et punit les hommes et les femmes au cœur bon qui grimpent sur les barricades de la liberté, où que ces barricades puissent exister sur notre petite planète, alors votre loi est bidon.

Avec amour et respect, chers citoyens.

Roger Waters

Traduit par Lawrence Desforges

Source : http://mondoweiss.net/2016/01/roger-waters-tells-france-supporters-of-bds-attacked-by-your-judiciary-have-my-unequivocal-respect-and-love

Colonialisme, Israël, médias et apartheid… Réflexions sur un super état voyou

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 23 novembre 2014 by Résistance 71

Excellente analyse de Daniel Vanhove à lire et diffuser sans modération…

— Résistance 71 —

 

L’info israélienne et ses relais ou… la nausée garantie

 

Daniel Vanhove

 

22 novembre 2014

 

url de l’article:

http://www.mondialisation.ca/linfo-israelienne-et-ses-relais-ou-la-nausee-garantie/5415503

 

Comme à chaque fois, il a fallu le meurtre de quelques juifs dans une synagogue de Jérusalem pour entendre les versions victimaires des représentants d’Israël accuser les Palestiniens de tous les maux et les tenir pour uniques responsables de l’état des choses dans le pays. Quand tout le monde sait que ceci n’est que la résultante d’une infâme occupation qui dure depuis plus de 65 ans…

Comme à chaque fois, il a fallu écouter nos journaleux faire semblant de s’interroger sur le pourquoi et le comment d’une telle tension dans la région, se demandant même – ô la perspicacité que voilà ! – si  l’on ne se trouvait pas à l’aube d’une 3è Intifada. Soulignant ainsi la morbidité de ces pervers à l’affût du moindre fait qui pourrait épicer leur bulletin d’informations insipides et faire grimper l’audimat…

Comme à chaque fois, il aura fallu suivre les habituels invités des grands médias venus relayer un méticuleux travestissement de l’information niant ce qui est l’évidence même, à savoir : les seuls réels obstacles à la paix dans la région sont les gouvernements successifs d’Israël et nos Etats complices qui les soutiennent…

Il n’y a là plus rien à démontrer. Tout a été dit. Tout a été écrit. Tout est vérifiable. Tout indique que le projet sioniste de cet Etat poursuit ouvertement une politique de colonisation effrénée, doublée d’un apartheid odieux, écrasant une population depuis des décennies dans la plus parfaite impunité. Et tout le monde sait – même ceux qui font semblant de l’oublier – que tous ces agissements sont en totale infraction avec le Droit international, et qu’aucun Etat ne pourrait faire le centième de ce qu’Israël s’autorise à l’encontre des Palestiniens sans que l’ensemble des pays se proclamant « démocratiques » ne lui tombent dessus à coups de sanctions drastiques et immédiates !

Seulement voilà… A force de n’avoir pas rappelé les limites à cet Etat voyou, personne n’ose aujourd’hui initier la chose, d’autant que les USA, autre Etat voyou s’il en est, le soutient de toutes parts malgré les gesticulations lamentables des différents secrétaires d’Etat valsant à tour de rôle dans cette tragi-comédie d’un soi-disant processus de paix inexistant, pour donner le change à la face du monde… avec pour résultat une colonisation qui n’a jamais été aussi rampante, invasive, envahissante et de plus en plus souvent meurtrière. De plus, il faudrait un courage qu’aucun responsable politique et médiatique n’a, préférant se concentrer, s’acharner sur le maillon faible du moment, à savoir, les pays arabo-musulmans dont les ressources pétrolières sont loin d’être étrangères à leur démantèlement programmé. Que pèse donc la vie d’un citoyen Arabe à côté d’un baril de pétrole !? Je vous laisse deviner…

Et maintenant que n’importe quel observateur un peu sérieux qui s’est rendu sur place suffisamment longtemps et a pu voir qu’aucun Etat palestinien n’est plus viable sur ce qu’il reste des bantoustans de Cisjordanie, le nouvel enjeu de ce plan sordide est désormais la ville de Jérusalem, proclamée « capitale éternelle et indivisible » par ces tarés de sionistes – aussi fous et dangereux que les djihadistes dont on nous rabâche les oreilles ces derniers mois – dont étrangement aucun média ne fait ses gros titres. L’on nous pointe chaque jour tel ou tel jeune européen reconnu sur des vidéos pour sa participation à des exactions sinistres perpétrées par « Daesh » mais on ne pipe mot sur ceux qui reviennent en toute tranquillité au pays après avoir servi dans l’armée israélienne et avoir participé aux massacres de la population de Gaza cet été. La question que les militants de la cause palestinienne doivent se poser d’urgence est de savoir comment contourner ces médias aliénés au grand capital, pour informer les citoyens de ce deux-poids deux-mesures intolérable dans le traitement de l’info. Je pense qu’il y a là un travail essentiel à fournir pour changer les choses.

Par ailleurs, depuis les crimes de guerre perpétrés contre la population exsangue du camp d’extermination de Gaza l’été passé, quelques pays de l’UE semblent soulever une paupière et avancent de manière toute symbolique leur reconnaissance d’un Etat palestinien. Faut-il s’en réjouir ? Sur la forme, ce sursaut tardif laisse songeur et l’on se dit « qu’il est bien tard »… Sur le fond, de quel Etat parle-t-on ? De cet archipel démantelé, à la dérive, avec Gaza comme camp d’extermination où sont parqués les plus déterminés ? Et une fois cette reconnaissance prononcée, que feront ces Etats européens qui auront ainsi rejoint les 135 pays qui l’ont reconnu depuis des décennies !? Ne cherchez pas : nos Etats européens ne feront rien ! Ils ne feront rien tant que les USA soutiendront Israël… Ils ne feront rien parce qu’ils en sont depuis toujours de zélés complices… Ils ne feront rien parce que les différents gouvernements israéliens ne sont absolument pas intéressés par une solution pacifique qui les contraindrait à des concessions… Ils ne feront rien parce que personne ne se mettra d’accord sur les frontières éventuelles de la Palestine sournoisement démantelée depuis 1948… Ils ne feront rien parce que dans le fond, tout le monde sait qu’un tel Etat moribond n’est pas viable tant qu’Israël a toute latitude pour intervenir comme bon lui semble sans que personne ne s’y oppose. Et de la sorte, tous nos Etats et leurs représentants signent par-là leur vile complicité avec Israël. Tous ceux-là sont donc de sinistres collabos ! Et un jour (peut-être ?) seront-ils traînés devant la Justice si tant est que cette dernière émerge des ténèbres, ce qui pour l’heure est loin d’être le cas…

Aujourd’hui, ceux-là préfèrent nous endormir avec leurs commémorations diverses à propos de la « graaande guerre » dont ils affirment l’indispensable devoir de mémoire pour ne pas oublier ni reproduire les mêmes erreurs… quand sous leurs yeux, ils laissent se perpétrer l’innommable ! Ces mêmes pédants cravatés qui prétendent donner des leçons de moralité et de civisme aux peuples dont ils ont la charge sont les premiers à ne tirer aucune leçon de l’Histoire. Suivis par une kyrielle de prétentieux se poussant sur les plateaux télé pour nous étaler leur petite érudition à propos de ce qu’ils auront ressassé sur fiches quelques jours auparavant mais n’ayant, eux non plus, pas le moindre regard sur l’inqualifiable qui se déroule sous leurs yeux. Ces mêmes arrogants toujours en retard d’une guerre, préférant celles du passé où ils ne risquent rien que celles du présent que par lâcheté ils ignorent… quand ils n’en falsifient pas les données ! A vomir, tous autant qu’ils sont…

Personnellement, je ne cède pas à ces visions travesties de la réalité. Et si je regrette profondément  certains actes désespérés de la résistance palestinienne qui sait fort bien qu’elle fait le sacrifice d’elle-même, je ne les condamne pas. Et me rappelle, sans faillir, qu’il y a bien un occupé et un occupant. Et je ne renverserai jamais les rôles. Quoi qu’il advienne.

Enfin, j’affirme qu’en l’état actuel des choses, il n’y aura jamais d’Etat palestinien digne de ce nom aux côtés d’un Etat israélien. Et tirant mes propres leçons de l’Histoire je pense que l’entêtement et l’aveuglement imbécile des représentants d’Israël les mène lentement à leur propre perte, tant l’Histoire nous indique justement qu’aucun Etat colonial moderne ne réussit dans son entreprise. Et que tous les empires d’un moment, pétris de leurs certitudes – Angleterre, France, Allemagne, URSS, et USA bientôt… – finissent tôt ou tard par s’effondrer et perdre leur hégémonie. Ce n’est qu’une question de temps. Et face à l’appendice israélien, les Palestiniens le savent fort bien. La différence entre ces derniers et les Israéliens est que, n’ayant plus rien à perdre, ils sont prêts à en payer le prix. Et cela, personne – ou bien peu – de ces irresponsables, ne semble en avoir pris conscience, ni dans quelle mesure…