Archive pour Israël dictature apartheid

Dictature technologique en marche : La Palestine occupée comme laboratoire de terrain pour une grille de contrôle 5G reconnaissance faciale répressive planétaire…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, Internet et liberté, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 21 novembre 2019 by Résistance 71


De l’œuf…

 

Comment les technologies israéliennes d’espionnage finissent par impacter notre vie quotidienne

 

Jonathan Cook

 

20 novembre 2019

 

Source de l’article en français:

https://www.chroniquepalestine.com/technologies-israeliennes-espionnage-finissent-par-impacter-notre-vie-quotidienne/

 

Le monde des logiciels israéliens exploités contre les Palestiniens produit de nouvelles armes cybernétiques qui sont rapidement intégrées aux plateformes numériques à l’échelle mondiale.

Les armes de l’ère numérique développées par Israël pour opprimer les Palestiniens sont rapidement réutilisées pour des applications beaucoup plus larges, contre les populations occidentales qui ont longtemps considérés leurs libertés pour acquises.

Le statut d’Israël en tant que « nation startup » a été établi il y a plusieurs décennies. Mais sa réputation d’innovation en haute technologie a toujours reposé sur une face obscure, de plus en plus difficile à ignorer.

Il y a quelques années, le critique israélien Jeff Halper a averti qu’Israël avait joué un rôle central dans la fusion des nouvelles technologies numériques avec l’industrie de la sécurité intérieure. Le danger était que nous devenions tous progressivement des Palestiniens.

Israël, a-t-il noté, a traité efficacement – comme des cobayes dans des laboratoires à ciel ouvert – les millions de Palestiniens soumis à son régime militaire. Ils ont servi de banc d’essai pour mettre au point non seulement de nouveaux systèmes d’armes classiques, mais également de nouveaux outils de surveillance et de contrôle de masse.

Comme l’a récemment signalé un rapport publié sur Haaretz, l’opération de surveillance menée par Israël contre les Palestiniens est « parmi les plus vastes du genre au monde. Cela inclut la surveillance des médias, des médias sociaux et de la population dans son ensemble ».

Commercialiser Big Brother

Mais ce qui a commencé dans les territoires occupés ne va jamais rester confiné en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza. Il y avait tout simplement trop d’argent et d’influence à gagner d’un commerce de ces nouvelles formes hybrides de technologie numérique agressive.

Aussi petit soit-il, Israël est depuis longtemps un chef de file mondial dans un commerce [trafic] d’armes extrêmement lucratif, vendant à des régimes autoritaires du monde entier ses systèmes d’armes testés sur le champ de bataille des Palestiniens.

Ce commerce de matériel militaire est de plus en plus éclipsé par un marché de logiciels agressifs : des outils pour mener une guerre cybernétique.

Ces armes de nouvelle génération sont très demandées par les États, non seulement contre les ennemis extérieurs, mais aussi contre des citoyens et des militants des droits de l’homme considérés comme dissidents.

Israël peut légitimement prétendre être une autorité mondiale en la matière, contrôlant et opprimant les populations placées sous son autorité militaire. Mais il a tenu à marquer ses empreintes digitales sur une grande partie de cette nouvelle technologie à la « Big Brother », en externalisant le développement de ces outils informatiques au profit de diplômés de ses infâmes unités de sécurité et de renseignement militaire.

Néanmoins, Israël valide implicitement ces activités en fournissant des licences d’exportation à ces entreprises – et les plus hauts responsables de la sécurité du pays sont souvent étroitement associés à leurs travaux.

Tensions avec la Silicon Valley

Une fois abandonné l’uniforme, les Israéliens peuvent tirer profit des années d’expérience acquises grâce à l’espionnage des Palestiniens en créant des sociétés développant des logiciels similaires pour des applications à plus grande échelle.

Les applications utilisant une technologie de surveillance sophistiquée d’origine israélienne sont de plus en plus courantes dans nos vies quotidiennes et numériques. Certaines ont été utilisées pour des usages relativement [et prétendument] bénins. Waze, qui surveille la congestion du trafic, permet aux conducteurs d’atteindre les destinations plus rapidement, tandis que Gett met les clients en liaison avec les taxis à proximité via leur téléphone.

Mais certaines des technologies les plus secrètes produites par les développeurs israéliens restent beaucoup plus proches de leur objectif militaire initial.

Ce logiciel agressif est vendu à la fois aux pays qui souhaitent espionner leurs propres citoyens ou des États rivaux, et à des sociétés privées qui espèrent gagner un avantage sur leurs concurrents ou mieux exploiter et manipuler commercialement leurs clients.

Une fois intégrés aux plateformes de médias sociaux comptant des milliards d’utilisateurs, ces logiciels espions offrent aux agences de sécurité des États une portée potentielle quasi mondiale. Cela explique la relation parfois difficile entre les sociétés de technologie israéliennes et la Silicon Valley, cette dernière luttant pour prendre le contrôle de ce malware [ensemble des logiciels sur le réseau considérés comme nocifs] – comme le montrent deux exemples récents et assez contrastés.

« Kit d’espionnage » pour téléphone portable

Signe des tensions, WhatsApp, une plate-forme de médias sociaux appartenant à Facebook, a engagé la semaine dernière un premier recours de ce type devant un tribunal californien contre NSO, la plus grande société de surveillance israélienne.

WhatsApp accuse NSO de cyberattaques. Au cours d’une courte période de deux semaines se terminant début mai et scrutée par WhatsApp, NSO aurait sphonné les téléphones mobiles de plus de 1400 utilisateurs dans 20 pays.

Le logiciel espion de la NSO, appelé Pegasus, a été utilisé contre des défenseurs des droits de l’homme, des avocats, des responsables religieux, des journalistes et des travailleurs humanitaires. Reuters a révélé la semaine dernière que de hauts responsables de pays alliés des États-Unis avaient également été pris pour cibles par la NSO.

Après avoir pris le contrôle du téléphone de l’utilisateur à son insu, Pegasus copie les données et active le microphone pour enregistrer les conversations. Le magazine Forbes l’a décrit comme « le kit d’espionnage mobile le plus intrusif au monde ».

La NSO a octroyé une licence d’utilisation de ce logiciel à des dizaines de gouvernements, notamment à des régimes réputés pour violer les droits de l’homme, tels que l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Kazakhstan, le Mexique et le Maroc.

Amnesty International s’est plaint de ce que son personnel figure parmi les personnes visées par les logiciels espions de la NSO. Il soutient actuellement une action en justice contre le gouvernement israélien pour avoir délivré une licence d’exportation à cette même société.

Liens avec les services du renseignement israélien

NSO a été fondée en 2010 par Omri Lavie et Shalev Hulio, tous deux censés être des diplômés de la fameuse unité de renseignement militaire 8200 d’Israël.

En 2014, des lanceurs d’alerte ont révélé que l’unité espionnait régulièrement les Palestiniens, cherchant des preuves d’inconduites sexuelles, de problèmes de santé ou de difficultés financières pouvant les obliger à collaborer avec les autorités militaires israéliennes d’occupation.

Ces lanceurs d’alerte [des soldats] écrivaient que les Palestiniens étaient « complètement soumis à l’espionnage et à la surveillance par les services du renseignement israélien, à des fins de persécution politique et pour créer des divisions au sein de la société palestinienne en recrutant des collaborateurs et en incitant des membres de la société palestinienne contre elle-même. »

Alors que ce sont les autorités qui ont délivré des licences d’exportation à la NSO, le ministre israélien Zeev Elkin a nié la semaine dernière « l’implication du gouvernement israélien » dans le piratage de WhatsApp. Il a prétendu à la radio israélienne : « Tout le monde comprend que cela n’a rien à voir avec l’État d’Israël. »

Traqués par les caméras

La même semaine, la chaîne de télévision américaine NBC a révélé que la Silicon Valley souhaitait s’impliquer dans des start-up israéliennes profondément impliquées dans les exactions liées à l’occupation.

Microsoft a beaucoup investi dans AnyVision afin d’acquérir de nouvelles compétences dans une technologie de reconnaissance faciale sophistiquée qui aide déjà l’armée israélienne à opprimer les Palestiniens.

Les connexions entre AnyVision et les services de sécurité israéliens sont à peine cachées. Son comité consultatif comprend Tamir Pardo, ancien chef de l’agence d’espionnage israélienne du Mossad. Le président de la société, Amir Kain, était auparavant à la tête de Malmab, le département de la sécurité du ministère de la Défense.

Le logiciel principal d’AnyVision, Better Tomorrow, a été surnommé « Occupation Google », car il prétend pouvoir identifier et suivre tout Palestinien en recherchant des images dans le vaste réseau de caméras de surveillance de l’armée israélienne dans les territoires occupés.

Graves préoccupations

En dépit de problèmes éthiques évidents, l’investissement de Microsoft donne à penser que son objectif pourrait être d’intégrer le logiciel dans ses propres programmes. Cela a causé de graves préoccupations parmi les groupes de défense des droits de l’homme.

Shankar Narayan de l’American Civil Liberties Union a mis en garde contre un avenir déjà trop familier pour les Palestiniens vivant sous le régime israélien : « Le recours généralisé à la reconnaissance du visage fait basculer le principe de la liberté sur sa tête, et vous commencez à vous transformer en une société dans laquelle tout le monde est en permanence traqué, quoi que les gens fassent », a déclaré Narayan à NBC.

« La reconnaissance des visages est peut-être l’outil le plus parfait pour un contrôle gouvernemental complet sur les espaces publics. »

Selon Yael Berda, chercheur à l’université de Harvard, Israël gère une liste de quelque 200 000 Palestiniens en Cisjordanie qu’il souhaite surveiller de près 24h sur 24. Des technologies telles que AnyVision sont considérées comme essentielles pour garder ce large groupe d’individus sous surveillance constante.

Un ancien employé d’AnyVision a déclaré à NBC que les Palestiniens étaient traités comme un terrain d’essai. « La technologie a été testée sur le terrain dans l’un des environnements de sécurité les plus exigeants au monde et nous la déployons maintenant sur le reste du marché », a-t-il déclaré.

Intervenir dans des élections

Le gouvernement israélien lui-même a un intérêt croissant pour l’utilisation de ces technologies d’espionnage aux États-Unis et en Europe, son occupation militaire faisant l’objet d’une controverse et d’un suivi minutieux dans le discours politique.

Au Royaume-Uni, le changement de climat politique a été mis en évidence par l’élection de Jeremy Corbyn, un défenseur de longue date des droits des Palestiniens, à la tête du parti travailliste dans l’opposition. Aux États-Unis, un petit groupe de députés qui soutiennent de façon publique la cause palestinienne sont récemment entrés au Congrès, dont Rashida Tlaib, la première femme américano-palestinienne à occuper ce poste.

Plus généralement, Israël craint le mouvement de solidarité international en plein essor BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), qui appelle à un boycott d’Israël – inspiré de celui mené contre l’Afrique du Sud de l’apartheid – jusqu’à ce que ce pays cesse d’opprimer les Palestiniens. Le mouvement BDS s’est fortement développé sur de nombreux campus américains.

En conséquence, les cyber-entreprises israéliennes ont été de plus en plus imbriquées dans les initiatives visant à manipuler le discours public concernant Israël, notamment en se mêlant des élections à l’étranger.

Un « Mossad privé à louer »

Deux exemples notoires de ce genre d’entreprise ont un court moment fait les manchettes. La société Psy-Group, qui s’est présentée comme un « Mossad privé à louer« , a été fermée l’année dernière après que le FBI a ouvert une enquête pour ingérence dans l’élection présidentielle américaine de 2016. Son « Project Butterfly » [projet papillon], selon le New Yorker, visait à « déstabiliser et perturber les mouvements anti-israéliens de l’intérieur ».

Black Cube, quant à elle, a fait parler d’elle l’année dernière pour avoir exercé une surveillance hostile sur les principaux membres de la précédente administration américaine alors dirigée par Barack Obama. Cette entreprise semble étroitement lié aux services de sécurité israéliens et a été basée pour un temps sur une base militaire israélienne.

Interdit par Apple

Il existe d’autres entreprises israéliennes qui s’escriment à faire disparaître la distinction entre espace privé et espace public.

Onavo, une société israélienne de collecte de données créée par deux vétérans de l’Unité 8200, a été rachetée par Facebook en 2013. Apple a interdit Onavo, son application VPN [communication point à point encryptée] l’année dernière, révélant qu’elle permettait un accès illimité aux données des utilisateurs.

Le ministre israélien des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, qui dirige une campagne secrète visant à diaboliser les militants du BDS à l’étranger, a rencontré régulièrement l’an passé une autre entreprise, Concert, selon un rapport publié par Haaretz. Ce groupe clandestin, qui est exempté des lois israéliennes sur la liberté d’information, a reçu environ 36 millions de dollars de financement du gouvernement israélien. Ses administrateurs et ses actionnaires sont un « who’s who » de l’élite israélienne de la sécurité et du renseignement.

Une autre société israélienne de premier plan, Candiru, doit son nom à un petit poisson amazonien réputé pour envahir secrètement le corps humain où il devient un parasite. Candiru vend ses outils de piratage principalement aux gouvernements occidentaux, bien que ses opérations soient entourées de secret.

Son personnel provient presque exclusivement de l’unité 8200. Preuve de l’étroitesse des liens entre les technologies publiques et les technologies secrètes développées par les entreprises israéliennes, le directeur général de Candiru, Eitan Achlow, dirigeait auparavant Gett, l’application de service de taxi.

Un avenir cauchemardesque

L’élite de la sécurité israélienne tire profit de ce nouveau marché de la cyberguerre, exploitant – comme elle l’a fait pour le commerce des armes classiques – une population palestinienne totalement captive, sur laquelle il peut tester sa technologie.

Il n’est pas surprenant qu’Israël normalise progressivement dans les pays occidentaux des technologies intrusives et oppressives subies depuis longtemps par les Palestiniens.

Les logiciels de reconnaissance faciale permettent un profilage racial et politique toujours plus sophistiqué. La collecte et la surveillance secrètes de données effacent les frontières traditionnelles entre les espaces privés et publics. Et les campagnes de doxxing [divulgation sur Internet de données privées avec la volonté de nuire] qui en résultent permettent d’intimider, de menacer et de fragiliser ceux qui sont dans l’opposition ou qui veulent – comme ceux qui défendent les droits de l’homme – que les puissants rendent des comptes.

Si cet avenir de cauchemar continue de se concrétiser, New York, Londres, Berlin et Paris ressembleront de plus en plus à Naplouse, Hébron, Jérusalem-Est et Gaza. Et nous comprendrons tous ce que cela signifie que vivre dans un État de surveillance, engagé dans une guerre cybernétique contre ceux qu’il a sous sa férule.

 


… à la bête


Il ne tient qu’à nous de dire NON !…

Justice coloniale: Procès Ahed Tamimi à huit-clos en Palestine occupée…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 19 février 2018 by Résistance 71

L’occupant israélien impose un procès à huis-clos pour l’adolescente Ahed Tamimi

 

Jaclynn Ashly

 

15 février 2018

 

Source:

http://www.chroniquepalestine.com/occupant-israelien-impose-proces-huit-clos-adolescente-ahed-tamami/

 

Les procès d’une jeune militante palestinienne et de sa mère ont commencé à huis clos après qu’un juge militaire israélien ait interdit aux médias d’entrer dans la « cour de justice ».

Ahed Tamimi, 17 ans, a été kidnappée par les forces israéliennes d’occupation en décembre dernier, après qu’une vidéo de sa gifle et de ses coups contre deux soldats israéliens à l’extérieur de sa maison dans le village de Nabi Saleh, soit devenue virale. Sa mère, Nariman, a été enlevée à son tour, peu de temps après.

Les procédures judiciaires ont débuté mardi au centre de détention israélien d’Ofer, avec seulement des membres de famille autorisés à être présents à l’audience après que le juge ait interdit les journalistes, malgré une demande de procès public par Gaby Lasky, l’avocate de la famille Tamimi.

« Le tribunal a décidé de fermer les portes parce qu’ils prétendent que ce n’est pas bon pour Ahed, mais ce que je pense, c’est que le tribunal ne pense pas que ce soit bon pour le tribunal », a déclaré Gaby Lasky aux journalistes.

L’audience était la première session du tribunal depuis que le juge a décidé le mois dernier de garder la mère et la fille dans une prison israélienne toute la durée de leurs procès.

L’audience d’Ahed a duré deux heures et sa prochaine audience est prévue le 11 mars. Elle est jugée séparément de sa mère, dont la prochaine audience aura lieu le 6 mars.

L’adolescent, qui a eu 17 ans alors qu’elle était en détention, fait face à 12 chefs d’accusation, y compris des allégations de voies de fait et « d’incitation », et pourrait passer jusqu’à 10 ans de prison si elle est déclarée « coupable ».

La vidéo devenue célèbre a été filmée peu de temps après qu’Ahed ait été informée que son cousin de 15 ans avait été grièvement blessé par les forces israéliennes qui lui avaient tiré une balle en acier enduite de caoutchouc.

« Complètement routinier »

Amit Gilutz, porte-parole du groupe israélien de défense des droits de l’homme, B’Tselem, a déclaré que toutes les pratiques utilisées contre Ahed et Nariman « sont complètement routinières » pour les Palestiniens en Cisjordanie occupée.

« Les tribunaux militaires eux-mêmes sont l’un des mécanismes les plus violents de l’occupation et ne sont pas mis en place pour rechercher la justice ou la vérité, mais pour maintenir l’occupation », a déclaré M. Gilutz à Al Jazeera.

Ahed et sa mère sont détenues à la prison HaSharon d’Israël depuis près de deux mois.

Ahed est depuis devenue une icône pour les 330 enfants palestiniens actuellement détenus dans les prisons israéliennes, et des groupes de défense des droits de l’homme ont exigé sa libération immédiate.

« En tant que jeune fille désarmée, Ahed n’a présenté aucune menace lors de l’altercation avec les deux soldats israéliens lourdement armés et portant des gilets pare-balles », a déclaré Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique d’Amnesty International.

Mughrabi a déclaré qu’Ahed n’avait rien fait qui puisse justifier sa détention prolongée et « les longues et agressives séances d’interrogatoires qu’elle a dû subir ».

« Une fois de plus, les autorités israéliennes ont répondu aux actes de défi lancés par un enfant palestinien avec des mesures totalement disproportionnées par rapport à l’incident en question », a-t-elle ajouté.

Human Rights Watch (HRW) a également condamné la détention de l’adolescente.

Le procès de Tamimi « est une violation du droit international et sans justification aucune », a déclaré Bill Van Esveld, un chercheur de HRW, dans un communiqué publié lundi.

« Son cas soulève des inquiétudes. Le système de justice militaire israélien, qui détient des centaines d’enfants palestiniens chaque année, est incapable de respecter les droits des enfants. »

Depuis l’enlèvement d’Ahed, les forces israéliennes ont continué de sévir contre les habitants de Nabi Saleh, selon Manal Tamimi, une proche de l’adolescente et de sa mère.

Les deux fils de Manal sont restés emprisonnés en Israël depuis leur arrestation par les forces israéliennes le mois dernier.

Depuis le kidnapping d’Ahed, au moins neuf autres membres de la famille Tamimi ont été enlevés, dont cinq sont toujours détenus par Israël. La plupart ont été enlevés pendant les raids de l’armée israélienne durant la nuit.

Dans ce contexte, Manal a déclaré que les résidents de Nabi Saleh ont organisé des sessions de formation et de réflexion pour les enfants et les jeunes adultes de la communauté, afin de les préparer à d’éventuelles arrestations et interrogatoires par les forces israéliennes d’occupation.

Pendant la formation, les enfants ont eu les yeux bandés et les mains liées derrière le dos – une scène typique lors des raids israéliens de nuit en Cisjordanie occupée.

Manal a déclaré à Al Jazeera que les exercices étaient nécessaires pour « préparer nos enfants aux tactiques de détention israéliennes et s’assurer qu’ils savent quels étaient leurs droits ».

Le village a également fait face à des menaces grandissantes de la part des colons résidant dans la colonie illégale de Halamish, située à côté du domicile de la famille Tamimi.

Plus tôt ce mois-ci, les habitants ont déclaré que les colons israéliens s’étaient infiltrés à Nabi Saleh au milieu de la nuit pour laisser des graffitis [appels au meurtre] sur les murs du village, notamment « Mort à Ahed Tamimi » et « Il n’y a pas de place dans ce monde pour Ahed Tamimi ».

Résistance au colonialisme: Appel de Roger Waters (Pink Floyd) au peuple de France pour la campagne BDS

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 30 janvier 2016 by Résistance 71

L’Afrique du Sud de l’apartheid fut boycottée, que le soit aussi L’Israël de l’apartheid, que le soit aussi les entités colonialistes actives aujourd’hui aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande. Le sionisme est un colonialisme, une oppression de plus dans la grande litanie du colonialisme occidental. Il est piloté tout comme les autres colonialismes passés et présents depuis la City de Londres et Wall Street. Le boycott c’est frapper là où çà fait e plus mal aux oligarques: au porte-feuille et au pouvoir qu’il permet d’acheter…

— Résistance 71 —

 

Roger Waters interpelle la France au sujet de la campagne BDS

 

Cercle des Volontaires

 

29 janvier 2016

 

url de l’article en français:

http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/01/29/roger-waters-des-pink-floyd-interpelle-la-france-a-propos-de-la-campagne-bds/

 

Note de la rédaction : cet article est la traduction d’un billet paru le 28 janvier 2016 sur le site Mondoweiss, site géré depuis les USA offrant une vision alternative des relations israélo-palestiniennes. Il s’agit ici d’une lettre adressée par Roger Waters, ex-Pink Floyd, au peuple de France à la suite des procédures judiciaires engagées contre des personnes soutenant le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) dirigé contre l’état d’Israël, afin que celui-ci cesse de persécuter les Palestiniens. La lettre fut envoyée à une agence de presse française, mais ne fut jamais publiée. Comme il est de notre avis que la liberté d’expression de M. Waters mérite tout notre respect et que celle du peuple français à l’entendre le réclame, nous vous la publions donc ici, traduite en français – Lawrence Desforges

Mes chers citoyens,

De concert avec la plupart des membres raisonnables, sensibles et doués de compassion de la société civile mondiale, je déplore l’occupation de la Palestine et la soumission de tous ses habitants non-juifs. La discrimination anti-palestinienne de l’état d’Israël depuis 1947/8 est inacceptable.

Je suis anti-raciste, anti-colonialiste, anti-oppression et anti-discrimination.

Nous, les peuples du reste de la société civile mondiale vous avons toujours tiré notre chapeau, à vous les Français, pour votre adhésion à la « Déclaration des Droits de l’Homme » en 1789. Il demeurait toujours, pensions-nous, dans votre cœur battant collectif nourri de votre dévotion aux principes de Liberté, Égalité et Fraternité, un attachement à la défense des opprimés partout, et même hors de France !

Aujourd’hui, j’ai lu horrifié qu’un tribunal de votre pays a déclaré illégale une manifestation pacifique voulue par des militants du mouvement BDS contre les politiques du gouvernement actuel en Israël, qui sont racistes, répressives et discriminatoires, en affirmant que la manifestation elle-même était discriminante, et en imposant des amendes aux manifestants pacifiques.

C’est un triste jour pour la France et pour le système judiciaire français. Adopter une telle attitude contre le mouvement BDS, pour l’emploi des mêmes outils non-violents qui ayant été utilisés en Inde contre l’oppression du règne britannique au milieu du vingtième siècle, et par des manifestants américains, blancs comme noirs, dans les contrées du sud des USA ainsi que par des manifestants noirs et blancs du monde entier dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, est une tache sur le noble nom de la République Française.

BDS, BOYCOTT, DÉSINVESTISSEMENT ET SANCTIONS EST, JUSQU’ICI, LE SEUL CHEMIN EFFICACE VERS LA POSSIBILITÉ DE PAIX EN TERRE SAINTE, SUR LES BASES DU BIEN-ÊTRE DES PALESTINIENS ET DES ISRAÉLIENS PARTAGEANT LIBERTÉ, JUSTICE ET ÉGALITÉ.

Pourquoi votre système judiciaire veut-il s’y opposer ? Un tollé public du cœur de votre grand pays devrait exiger une enquête publique sur les bases juridiques de telles poursuites à l’encontre des militants du mouvement BDS. Quoi qu’il en soit, sur une note personnelle, j’affirme ici mon propre intérêt. Les militants du mouvement BDS qui ont été attaqués par votre système judiciaire ont mon soutien sans équivoque, ainsi que mon respect et mon amour.

Tout homme ou toute femme qui monte sur les barricades en soutien à nos frères et sœurs opprimés en Palestine, en fait, est mon frère ou ma sœur.

Ce problème n’est pas compliqué, c’est une affaire de ce qui est bien et de ce qui est mal, une affaire de l’application correcte ou incorrecte de la loi. La loi doit servir les opprimés pas les oppresseurs. Si votre loi protège les oppresseurs, les racistes et les discriminateurs, et punit les hommes et les femmes au cœur bon qui grimpent sur les barricades de la liberté, où que ces barricades puissent exister sur notre petite planète, alors votre loi est bidon.

Avec amour et respect, chers citoyens.

Roger Waters

Traduit par Lawrence Desforges

Source : http://mondoweiss.net/2016/01/roger-waters-tells-france-supporters-of-bds-attacked-by-your-judiciary-have-my-unequivocal-respect-and-love

Impérialisme moderne: Guerre de religion israélo-palestinienne (Gilad Atzmon)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 16 octobre 2015 by Résistance 71

Le conflit israélo-palestinien est maintenant une guerre de religion

 

Gilad Atzmon

 

12 Octobre 2015

 

url de l’article original:

http://www.gilad.co.uk/writings/2015/10/12/op7gcrtkwdxga74jyxrxm85o9kgeou

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il y a deux jours, j’ai écrit que le conflit israélo-palestinien était devenu une guerre de religion et que notre compréhension de cette bataille doit évoluer pour bien saisir cette nouvelle réalité. Mon observation a semblé être raisonnable pour beaucoup. Dès que j’eus publié mon article, la chaîne de télévision iranienne anglophone Press TV m’a appelé et m’a demandé de commenter sur le sujet dans un de leurs programmes. Beaucoup de Palestiniens m’ont contacté pour me remercier d’avoir dit cela et en fait ce qu’ils pensaient être une description juste de leur situation sur le terrain.

Quoi qu’il en soit, quelques uns de mes amis et supporteurs, incluant quelques Palestiniens de la diaspora, furent réellement offensés et perturbés en lisant mon article sur la situation. Leur argument était que la quête des Palestiniens pour leur terre n’a pas besoin d’une autorité religieuse pour la légitimiser. Un autre argument fut que voir le conflit comme une bataille religieuse n’est “pas bon pour le mouvement de solidarité”.

Bien entendu, je crois également que le droit palestinien à leur terre est enraciné éthiquement et universellement et n’a pas besoin de plus de justification, qu’elle soit religieuse ou séculière. La transformation du conflit en une guerre de religion ne fut pas causée par les Palestiniens cherchant une autorité pour approuver leur cause. Tandis que je ne me préoccuppe pas beaucoup du “mouvement de solidarité” et de ses “intérêts”, je suis profondément concerné par le sujet de la solidarité palestinienne, à savoir des Palestiniens et de leurs projets de vivre sur une terre qui soit la leur.

Un conflit religieux est un conflit dans lequel les actions et la rhétorique du conflit sont dominées par des idéologies religieuses, une argumentation et un symbolisme religieux. Ceci ne veut pas dire que tous les gens ou même la plupart des gens impliqués dans le conflit soient religieux ou religieusement motivés. Il est très possible qu’une majorité d’Israéliens s’opposent aux assauts sans relâche des colons messianiques sur la mosquée Al Aqsa, ce qui a mené aux escalades récentes. Pourtant, ces assauts perpétrés par ces activistes fanatiques religieux juifs ont maintenant moulé le conflit. Ceci ne s’applique pas seulement aux Israéliens. Il semble que la mosquée Al Aqsa soit devenue le symbole de l’unification des Palestiniens. Et cette unification a été un développemet positif pour ceux-ci. Tandis qu’il est apparu pendant un moment qu’Israël avait réussi à briser les Palestiniens et leur capacité de lutte en tant que peuple, l’assaut actuel juif sur Al Aqsa a unifié les Palestiniens et les Arabes et pas seulement les musulmans.

Qu’est-ce qui fait peur aux activistes du mouvement de solidarité dans ce développement ? Pourquoi nos marchants de gauche de la solidarité palestinienne ont ils peur de l’Islam et des religions en général ? Est-il si difficile de voir que le Shaïd qui crie “Allah u akhbar” tout en commettant son acte de martyr est religieusement motivé ? Une activiste très dévouée m’a écrit qu’il était impossible de défendre l’Islam dans l’amérique juive (sioniste) d’aujourd’hui. “Dur, dur” fut ma réponse; ceux qui soutiennent la Palestine doivent reconnaître les Palestiniens pour ce qu’ils sont plutôt que d’assayer de les faire correspondre aux ligne de l’ADL (NdT: Anti-Defamation League, l’équivalent yankee de la LICRA) ou de l’AIPAC (NdT: American Israeli Public Action Committee, le lobby sioniste américain dont le CRIF en France s’inspire grandement…). Mais je pense que le problème est bien plus grand et est bien plus profondément enraciné.

Si j’ai raison et que le conflit s’est maintenant transformé en guerre de religion (et j’ai toujours raison…), alors nous pouvons mettre à la poubelle toute la terminologie futile qui nous a été imposée par les activistes juifs progressistes. Les mots “colonialisme”, “colonialisme d’occupation”, “apartheid”, “un état/deux états”, “sionisme” etc, etc pourraient bien être obsolètes pour comprendre le conflit. Tout ce à quoi cette terminologie fait converger est la fausse image que le conflit est de nature politique et qu’une solution politique est dûe à un moment donné imaginaire du futur. Mais au contraire des disputes politiques, les conflits religieux ne sont jamais résolus par des solutions et moyens politiques, au mieux, ils disparaissent pour un moment.

Si le conflit israélo-palestinien est un conflit religieux, alors l’étude attentive de l’ancien testament, du talmud et des autres textes judaïques doit nous réveler ce qu’est l’état hébreu dans sa forme actuelle et quel est son objectif. L’Armaguédon est clairement une réponse valide. Ceci est la réponse offerte par les colons jiifs qui attaquent Al Aqsa. Un état de guerre totale est leur mission. Pas exactement une vision pacifique et œucuménique du monde, qui a tant besoin de tolérance universelle et de réconciliation. Pour les juifs fanatiques qui attaquent la montagne du temple, la coexistence n’est absolument pas une option. Pour eux, la célébration du choix est la véritable interpétation de l’appel judaïque. Je ne dirais pas que c’est la seule interprétation du judaïsme, mais c’est certainement l’interprétation judaïque qui façonne le conflit en ce moment.

Et si ce conflit israélo-palestinien est devenu de fait une guerre de religion, nous devons alors considérer de changer d’approche. Plutôt que de s’engager dans un activisme poli et cosmétique qui conforte quelques juifs, nous devons appeler ouvertement pour une dissolution pacifique de l’état juif. Cet élément cancéreux a déstabilisé la totalité du Moyen-Orient et est la plus grande menace à la paix mondiale. L’expérience impérialiste britannique (NdT: Israël…) doit prendre fin immédiatement.

Israël colonialisme et totalitarisme: La torture légale dans les prisons israéliennes…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 10 mars 2015 by Résistance 71

Le tout dans le silence assourdissant des merdias pressetitués occidentaux, cela se passe de commentaires superflus…

— Résistance 71 —

 

D’après un rapport, la torture israélienne sur les détenus palestiniens a grandement augmenté

 

Press TV

 

7 Mars 2015

 

url de l’article original:

http://www.presstv.ir/Detail/2015/03/07/400636/Israeli-torture-of-Palestinians-soars

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un nouveau rapport a révélé une forte augmentation de la torture des prisonniers palestiniens aux mains des interrogateurs de la tristement célèbre agence d’espionnage israélienne le Shin Bet, pour la seconde moitié de l’année 2014.

Citant des avocats de la défense représentant des prisonniers palestiniens, le quotidien israélien Haaretz a rapporté vendredi que les cas de torture par les agents du Shin Bet a augmenté de 8 cas reconnus pour la 1ère moitié de 2014, à 51 cas reconnus dans la seconde partie de l’année.

L’information, en provenance des tribuanux militaires israéliens et d’un groupe appelé Public Committee Against Torture in Israel, dénoncent l’utilisation commune de la torture comme les techniques de privation de sommeil, passages à tabac et ligottage des prisonniers dans des positions extrèmes pour de longues périodes, a dit le rapport.

D’après le quotidien, dans certains cas la torture appliquée par les interrogateurs du Shin Bet a forcé les suspects à avouer et à faire de fausses confessions obtenues sous des conditions physiques et psychologiques extrêmes et ont fait admettre à des détenus des crimes qu’ils n’avaient jamais commis.

Dans un de ces nombreux cas, un Palestinien qui était détenu sur des suspicions d’avoie enlevé et tué des colons israéliens en Juin 2014, a été torturé jusqu’à ce qu’il admette faussement sa participation aux évènements.
Le Shin Bet a une histoire bien établi d’avoir torturé des milliers de Palestiniens, une pratique qui est autorisé légalement par Israël, permettant d’exercer des pression physiques sur des suspects en “cas d’urgence”, une circonstance définie par le procureur général israélien, mais tenue secrète du public.

Le rapport explique plus clairement que la torture des suspects palestiniens n’est pas illégale en Israël, mais le Shin Bet est requis de dire au tribunal quels types de torture ont été exercées sur les suspects de façon à ce que les juges sachent quel “poids” accorder aux “preuves” collectées sous de telles mesures.

Le rapport cite également des autorités de tribunaux militaires ayant accès aux documents de torture du Shin Bet pour décrire quelques unes des méthodes de torture “les moins brutales” utilisées contre les détenus palestiniens.

Ces techniques incluent le bandage des yeux pour de longues périodes afin d’induire une perte d’orientation avec plusieurs agents se tenant près du détenu, lui hurlant dans les oreilles des heures durant.

Tel Aviv est déjà sous le feu des critiques au sujet de son traitement cruel des prisonniers palestineins. Des milliers de Palestiniens croupissent dans les prisons israéliennes, y étant détenus sans procès et pour de longues périodes.

Des rapports disent qu’environ 7000 Palestiniens sont détenus dans les prisons israéliennes, la vaste majorité d’entre eux sans aucunes charges retenues contre eux, et sans procès.

Gaza sous les bombes ou le sionisme sans fard… De Ben Gourion à Nétanyahou l’institution du racisme d’état…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 août 2014 by Résistance 71

Gaza sous les bombes ou le sionisme sans fard

Le présent document nous a été transmis par notre ami POLINFO. Nous vous transmettons cette compilation de citations tous originaires des fondateurs du sionisme et de l’État sioniste israélien, dont les sources sont par ailleurs indiquées. NDLR

POLINFO  29.07.2014

Source: http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/les-visages-du-sionisme/

******

  1. Le vrai visage du sionisme par ses fondateurs

David Ben Gourion : Octobre 1936 :

« Nous ne suggérons pas d’annoncer maintenant notre but final qui va très loin ? plus loin encore que les révisionnistes qui s’opposent à la partition. Je ne veux pas abandonner la grande vision, la vision finale qui est une composante organique, spirituelle et idéologique de mes (..) aspirations sionistes,  » (David ben Gourion,  » mémoires « , volume III, page 467).

« Les frontières des aspirations sionistes sont l’affaire du peuple juif et aucun facteur externe ne pourra les limiter.  » (Ouvrage cité ci-dessus, discours en 1937).

Ben Gourion, lettre à son fils (1936) :

« Un État juif partiel n’est pas une fin, mais seulement un commencement. Je suis convaincu que l’on ne peut nous empêcher de nous établir dans les autres parties du pays et de la région. »

Ben Gourion, 1938 :

« Les frontières des aspirations sionistes, incluent le Liban-Sud, le sud de la Syrie, la Jordanie d’aujourd’hui, toute la Cisjordanie, et le Sinaï  »
(Rapport au Conseil mondial de Poalei Zion (futur Parti Travailliste ) à Tel-Aviv).

Ben Gourion, discours de 1938 :

« Après être devenus une force importante grâce à la création de l’Etat, nous abolirons la partition et nous nous étendrons à toute la Palestine. L’Etat ne sera qu’une étape dans la réalisation du sionisme et sa tâche est de préparer le terrain à l’expansion. L’Etat devra préserver l’ordre non par le prêche mais par les mitrailleuses ».

Joseph Weitz, (1940) chef du Service de colonisation de l’Agence juive :

« Entre nous, il faut qu’il soit clair qu’il n’y a pas place pour les deux peuples dans le pays. Nous n’atteindrons pas notre but s’il y a des Arabes dans ce petit pays. Il n’y a pas d’autre issue que de transférer les Palestiniens d’ici dans les pays avoisinants ? de les transférer tous. Il ne doit pas rester un seul village, une seule tribu ».

Le même Joseph Weitz explicitait ce que signifiait pratiquement  » rendre la Palestine «juive»  » :  « Il y en a qui croient que la population non juive même en pourcentage élevé, à l’intérieur de nos frontières, sera plus facilement surveillée par nous ; et il y en a d’autres qui croient le contraire, c’est à dire qu’il est plus facile de surveiller les activités d’un voisin que celles d’un locataire. (Je) tends à soutenir ce deuxième point de vue et j’ai un argument supplémentaire : la nécessité de renforcer le caractère de l’État qui sera désormais juif ( .. ) avec une minorité non juive limitée à 15 %. J’étais déjà arrivé à cette conclusion fondamentale dès 1940 (et) je l’avais notée dans mon journal ».  » Nous devons utiliser la terreur, l’assassinat, l’intimidation, la confiscation des terres et la suppression de tous les services sociaux pour débarrasser la Galilée de sa population arabe » (Rapport Koenig – Al Hamishar ( journal israélien ), 7 septembre 1976.

1948 : fondation de l’État d’Israël :

Ben Gourion, En mai 1948 :

« Nous devrions nous préparer à lancer l’offensive. Notre but c’est d’écraser le Liban, la Cisjordanie et la Syrie. Le point faible c’est le Liban, car le régime musulman y est artificiel et il nous sera facile de le miner. Nous y établirons un Etat chrétien, puis nous écraserons la Légion arabe, éliminerons la Cisjordanie ; la Syrie tombera dans nos mains. Nous bombardons alors et avançons pour prendre Port-Said, Alexandrie et le Sinaï.  » (Recommandations devant l’Etat Major Suprême » Ben Gourion, une biographie « , par Michael Ben Zohar, NewYork : Delacorte, 1978).

Question du général Yigal Allon à Ben Gourion :

« Que ferons-nous de la population de Lydda et Ramle ? » (environ 50 000 habitants)
Ben Gourion, selon son biographe, agita la main et dit « Chassez-les ! »
(Juillet 1948- M. Ben Zohar).

Première visite de Ben Gourion à Nazareth.

Ben Gourion regarda autour de lui avec étonnement et dit : «Pourquoi y a-t-il autant d’Arabes, pourquoi ne les avez vous pas chassés ?» (source, opus cité supra M. Ben Zohar )

Uri Lubrani, conseiller spécial aux Affaires arabes du Premier ministre israélien David Ben Gourion en 1960. « Nous réduirons la population arabe à une communauté de bûcherons et de serviteurs » (Sabri Jiryis,  » les arabes en Israel  » ( the Arabs in israel – New York : Monthly Review Press, 1976 ).

Raphaël Eitan, chef d’état-major des Forces armées israéliennes :

« Nous déclarons ouvertement que les Arabes n’ont aucun droit à s’établir ne serait-ce que sur un centimètre d’Eretz Israël. Vous autres bonnes âmes et modérés devriez savoir que les chambres à gaz dAdolf Hitler seraient pour eux un palais de récréation… La force est la seule chose qu’ils comprennent et qu’ils comprendront jamais. Nous utiliserons la force extrême jusqu’à ce que les Palestiniens viennent à nos pieds en rampant » (Gad Becker,  » Yediot Aharanot « , 13 Avril 1983, New York Times, 14 Avril 1983.)

Le même Eitan précisa:

« Lorsque nous aurons pacifié le pays, tout ce que les Arabes pourront faire ce sera de tourner en rond comme des cafards drogués dans une bouteille.  » (Idem supra).

Heilbrun, président du Comité pour la réélection du général Sholom Lahat, le maire de Tel-Aviv : « Nous devons tuer tous les Palestiniens à moins qu’ils se résignent à vivre ici comme des esclaves.  »
(Octobre 1983).

******

  1. Collusion et collaboration sioniste avec le National-socialisme hitlérien

Fédération sioniste d’Allemagne, un mémorandum au parti nazi le 21 juin 1933 :

» Dans la fondation du nouvel État, qui a proclamé le principe de la race, nous souhaitons adapter notre communauté à ces nouvelles structures… notre reconnaissance de la nationalité juive nous permet d’établir des relations claires et sincères avec le peuple allemand et ses réalités nationales et raciales. Précisément parce que nous ne voulons pas sous-estimer ces principes fondamentaux, parce que nous aussi nous sommes contre les mariages mixtes, et pour le maintien de la pureté du groupe juif.. Les Juifs conscients de leur identité, au nom desquels nous parlons, peuvent trouver place dans la structure de l’État allemand, car ils sont libérés du ressentiment que les Juifs assimilés doivent éprouver ; … nous croyons en la possibilité de relations loyales entre les Juifs conscients de leur communauté et l’État allemand.

Pour atteindre ses objectifs pratiques, le sionisme espère être capable de collaborer même avec un gouvernement fondamentalement hostile aux Juifs… La réalisation du sionisme n’est gênée que par le ressentiment des Juifs à l’extérieur, contre l’orientation allemande actuelle. La propagande pour le boycott actuellement dirigée contre l’Allemagne est, par essence, non sioniste »
Source: Lucy Dawidowicz, A Holocaust reader, p. 155.

Le Mémorandum ajoutait :

«qu’au cas où les Allemands accepteraient cette coopération les sionistes s’efforceraient de détourner les Juifs, à l’étranger, d’appeler au boycott anti-allemand» Source: Lucy Dawidowicz, The war against Jews (1933 – 1945) Ed. Penguin books,1977, p.231- 232.

Ben Gourion ( premier dirigeant de l’État d’Israël ) le 7 décembre 1938, devant les dirigeants sionistes du « Labour » :

» Si je savais qu’il est possible de sauver tous les enfants d’Allemagne en les amenant en Angleterre, et seulement la moitié d’entre eux en les transportant en Eretz Israël, je choisirai la deuxième solution. Car nous devons tenir compte non seulement de la vie de ces enfants, mais aussi de l’histoire du peuple d’Israël ». Source: Yvon Gelbner, « Zionist policy and the fate of European Jewry », dans Yad Vashem studies. Jerusalem. Vol. XII, P. 199.

La circulaire de la Wilhelmstrasse indique:  » les objectifs que s’est donnée cette catégorie (de Juifs qui s’opposent à l’assimilation et qui sont favorables à un regroupement de leurs coreligionnaires au sein d’un foyer national), au premier rang de laquelle se trouvent les sionistes, sont ceux qui s’écartent le moins des buts que poursuit en réalité la politique allemande à l’égard des Juifs  »
Source: Lettre circulaire de Bülow-Schwante à toutes les missions diplomatiques du Reich. N° 83, 28 février 1934.

» Il n’y a aucune raison, écrivait Bulow-Schwante au Ministère de l’Intérieur, d’entraver, par des mesures administratives, l’activité sioniste en Allemagne, car le sionisme n’est pas en contradiction avec le programme du national-socialisme dont l’objectif est de faire partir progressivement les Juifs d’Allemagne » Source: Lettre no Z U 83?21. 2818 du 13 avril 1935.

Reinhardt Heydrich, chef des Services de Sécurité S.S:

«Nous devons séparer les Juifs en deux catégories : les sionistes et les partisans de l’assimilation. Les sionistes professent une conception strictement raciale, et, par l’émigration en Palestine, ils aident à bâtir leur propre Etat juif… nos bons vœux et notre bonne volonté officielle sont avec eux».
(1935 Das Schwarze Korps, organe officiel de la S.S – ) Source: Hohne. Order of the Death’a Head, p. 333

Circulaire de la Gestapo de Bavière à la police, 28 janvier 1935 :

» les membres de l’organisation sioniste, en raison de leur activité orientée vers l’émigration en Palestine, ne doivent pas être traités avec la même rigueur qui est nécessaire pour les membres des organisations juives allemandes (assimilationistes) « . Source: Kurt Grossmann » Sionistes et non-sionistes sous la loi nazie dans les années 30″ Yearbook. Vol. VI, p. 310.

Alfred Rosenberg, principal théoricien nazi, écrit :

» le sionisme doit être vigoureusement soutenu afin qu’un contingent annuel de Juifs allemands soient transportés en Palestine » Source: A. Rosenberg: Die Spur des Juden im Wandel der Zeiten, Munich 1937, p. 153.

Nota : Betar : groupe para-militaire sioniste.

«Le Betar allemand reçut un nouveau nom: Herzlia. Les activités du mouvement en Allemagne devaient obtenir bien sûr l’approbation de la Gestapo; en réalité, Herzlia agissait sous la protection de cette dernière. Un jour, un groupe de SS attaqua un camp d’été du Betar. Le chef du mouvement se plaignit alors auprès de la Gestapo et, quelques jours plus tard, la police secrète annonça que les SS en question avaient été punis. La Gestapo demanda au Betar quelle compensation lui semblait la plus adéquate. Le mouvement demanda que la récente interdiction qui leur avait été faite de porter des chemises brunes soit levée; la requête fut satisfaite» Source: Ben Yeruham, Le Livre de Betar, T. H, p. 350.

«L’organisation sioniste des juifs allemands avait une existence légale jusqu’en 1938, cinq ans après l’avènement d’Hitler… La Jüdische Rundschau (journal des sionistes allemands) parut jusqu’en 1938» Source: Leibowitz, Israël et Judaïsme. Éd. Desclée de Brouwer, 1993. p. 116

« Le sauvetage des juifs en Europe ne figurait pas en tête de liste des priorités de la classe dirigeante. C’est la fondation de l’état qui était primordiale à leur yeux ». Source: Tom Segev. Le septième million. Éd. Liana Levi, Paris, 1993, p. 539.

Memorandum du Comité de sauvetage de l’agence juive :

» Devons-nous aider tous ceux qui en ont besoin sans tenir compte des caractéristiques de chacun ? Ne devons nous pas donner à cette action un caractère national sioniste et tenter de sauver en priorité ceux qui peuvent être utiles à la Terre d’Israël et au judaïsme ? Je sais qu’il peut sembler cruel de poser la question de cette façon, mais nous devons malheureusement établir clairement que si nous sommes capables de sauver 10 000 personnes parmi les 50 000 personnes qui peuvent contribuer à la construction du pays et à la renaissance nationale ou bien un million de juifs qui deviendront pour nous un fardeau ou au mieux un poids mort, nous devons nous restreindre et sauver les 10 000 qui peuvent être sauvées ? malgré les accusations et les appels du million de laissés pour compte » Source: Memorandum du Comité de sauvetage de l’agence juive. 1943. Cité par Tom Segev. (op. cit)

Itzak Shamir ( futur premier ministre d’Israël ) et Abraham Stern, document remis à l’ambassade d’Allemagne à Ankara ( à cette époque les troupes du Maréchal Rommel était déjà en Egypte ) :

» En matière de conception nous nous identifiions à vous. Pourquoi donc ne pas collaborer l’un avec l’autre ? « Mémorandum de l’agent des services secrets nazis à Damas, Werner Otto Von Hentig, sur les pourparlers avec les émissaires de Stern et de Shamir :  » la coopération entre le mouvement de libération d’Israël et le nouvel ordre en Europe sera conforme à l’un des discours du chancelier du IIIe Reich dans lequel Hitler soulignait la nécessité d’utiliser toute combinaison de coalition pour isoler et vaincre l’Angleterre « .

Nota : ces documents se trouvent au Mémorial de l’holocauste (Yad Vachem) à Jérusalem, classés sous le numéro E2M.

Israël Eldad, un des chefs historiques du groupe Stern confirme, dans un article publié dans le quotidien de Tel-Aviv, le Yediot Aharonoth, du 4 février 1983, l’authenticité de ces pourparlers entre son mouvement et les représentants officiels de l’Allemagne nazie –

Extraits :

« Principes de base de l’Organisation militaire nationale (NMO) en Palestine (Irgun Zevaï Leumi) concernant la solution de la question juive en Europe et la participation active du NMO à la guerre aux côtés de l’Allemagne. Il ressort des discours des dirigeants de l’État nationale-socialiste allemand qu’une solution radicale de la question juive implique une évacuation des masses juives de l’Europe. (Judenreines Europa).Cette évacuation des masses juives de l’Europe est la condition première de la solution du problème juif, mais cela n’est possible que par l’installation de ces masses en Palestine, dans un Etat juif, avec ses frontières historiques.Résoudre le problème juif de façon définitive, et libérer le peuple juif, c’est l’objectif de l’activité politique et des longues années de lutte du « mouvement pour la liberté d’Israël » (Lehi) et de son Organisation militaire nationale en Palestine (Irgun Zevaï Leumi).Le NMO, connaissant la position bienveillante du gouvernement du Reich envers l’activité sioniste à l’intérieur de l’Allemagne, et les plans sionistes d’émigration estime que:

1) Il pourrait exister des intérêts communs entre l’instauration, en Europe, d’un ordre nouveau, selon la conception allemande, et les véritables aspirations du peuple juif telles qu’elles sont incarnées par Lehi.

2) La coopération entre l’Allemagne nouvelle et une nation hébraïque rénovée (Vôlkisch Nationalen Hébräertum) serait possible.

3) L’établissement de l’État historique juif sur une base nationale et totalitaire, et lié par un traité au Reich allemand pourrait contribuer à maintenir et à renforcer, dans l’avenir, la position de l’Allemagne au Proche?Orient. A condition que soient reconnues, par le gouvernement allemand, les aspirations nationales du « Mouvement pour la liberté d’Israël »

« (Lehi), l’Organisation militaire nationale (NMO) offre de participer à la guerre aux côtés de l’Allemagne. La coopération du mouvement de libération d’Israël irait dans le sens des récents discours du Chancelier du Reich allemand, dans lesquels Monsieur Hitler soulignait que toute négociation et toute alliance devait contribuer à isoler l’Angleterre et à la battre. D’après sa structure et sa conception du monde, le NMO est étroitement lié avec les mouvements totalitaires européens. »
Source: Le texte original, en allemand,  » trouve, en Appendice no 11, dans le livre de David Yisraeli: Le problème palestinien dans la politique allemande, de 1889 à 1945, Bar Ilan University, Ramat Gan, Israël, 1974, p. 315-317.

Les pourparlers ont subi un coup d’arrêt lorsque les troupes alliées ont arrêté en juin 1941, l’émissaire d’Abraham Stern et Itzak Shamir, M. Naftali Loubentchik, au bureau même des services secrets nazis à Damas. D’autres membres du groupe ont poursuivi des contacts jusqu’à l’arrestation, par les autorités britanniques, de M. Itzak Shamir, en décembre 1941, pour « terrorisme et collaboration avec l’ennemi nazi. »

Ben Gourion :

«Beghin appartient incontestablement au type hitlérien. C’est un raciste disposé à détruire tous les Arabes dans son rêve d’unification d’Israël, prêt, pour réaliser ce but sacré, à user de tous les moyens». Source: E. Haber, Menahem Beghin, the man and the legend Ed. Delle Book. New York, 1979, p. 385.34151-8.

Impérialisme et Nouvel Ordre Mondial: L’épouvantail Israël ne fait plus peur à personne…

Posted in actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 11 décembre 2012 by Résistance 71

Israël n’est plus qu’un tigre de papier

 

Thierry Meyssan

 

Le 10 Décembre 2012,

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article176898.html

 

 

La célébration du 25ème anniversaire du Hamas correspondait à la célébration de la victoire après la récente attaque israélienne. Or, cette brève guerre a profondément modifié la situation stratégique de l’État hébreu et a ressoudé une partie des combattants palestiniens.

Ainsi, le Hamas a autorisé les partisans du Fatah a manifester à Gaza lors de la reconnaissance de la Palestine comme État observateur à l’ONU, et vice-versa : le Fatah a autorisé les militants du Hamas à manifester en Cisjordanie. Plus encore, les quatre courants internes du Hamas semblent s’être rabibochés autour de Khaled Mechaal. Cette soudaine évolution traduit une prise de conscience. Les Palestiniens n’ont plus peur d’Israël et se reprennent à espérer en l’avenir.

Signe de cette confiance retrouvée, ils étaient des centaines de milliers à s’être rassemblés pour écouter les discours de leurs leaders, sans crainte de bombardements israéliens.

Durant cette guerre, la Résistance palestinienne a testé de nouveaux missiles d’une portée de 120 km (au lieu des 8 km de leurs habituels projectiles artisanaux). Ils ont sans difficulté passé la barrière du Dôme de fer, qui n’est capable d’intercepter que des roquettes primitives. Si l’on met en perspective cette capacité avec celle du Hezbollah depuis le Liban, c’est désormais la totalité du territoire israélien qui est à portée de frappe. Par conséquent, la défense israélienne basée sur la « profondeur stratégique » est caduque. Israël n’est plus défendable.

À Tel-Aviv, les services de renseignement assurent que la capacité de bombardement du Hezbollah a été multipliée par 400 depuis la guerre de 2006 (oui, ce n’est pas une faute de frappe, vous avez bien lu « multiplié par quatre cent »). En cas de guerre régionale, le territoire israélien serait donc ravagé en quelques mois.

Ce nouveau rapport de force apparaît lorsque l’on compare les agressions israéliennes. L’attaque du Liban en 2006 a duré 33 jours, celle de Gaza en 2009 a duré 22 jours, la récente n’en a duré que 8. Lors de la guerre de 2006, 200 000 Israéliens ont été contraints de se réfugier dans des abris pour échapper à la riposte du Hezbollah. Cette fois-ci, ils ont été 2 000 000 à se protéger des missiles des Palestiniens.

Pour la première fois, les Palestiniens, le Hezbollah et Téhéran ont revendiqué que ces nouveaux missiles sont de technologie iranienne. Or, dans le même temps, l’Iran a fait la démonstration de sa supériorité technique dans le domaine, certes limité, mais néanmoins crucial, des drones. Un gros avion sans pilote, télécommandé par le Hezbollah, a été capable de traverser tout Israël, du Liban jusqu’à Dimona, sans être repéré. Il n’a été vu et détruit que lorsqu’il survolait la centrale atomique. Tandis que lorsqu’un drone US a été vu au dessus de l’Iran, les Gardiens de la Révolution ont été capables d’en prendre le contrôle et de le faire atterrir, plutôt que de le détruire.

Les perspectives de Tel-Aviv ont complétement changé. Durant 64 ans, Israël avait intérêt à la guerre et espérait à chaque fois grignoter un peu de territoire. Désormais, Tel-Aviv doit éviter d’entrer en conflit à tout prix, car il n’y survivrait pas.

Dès lors, on comprend pourquoi la rhétorique du Hamas a changé. Durant son discours, pour la première fois, Khaled Mechaal a déclaré : « La Palestine est à nous, de la rivière (Jourdain) à la mer (Méditerranée) et du sud au nord. Nous ne ferons aucune concession, nous n’abandonnerons pas un seul pouce de notre terre ». En d’autres termes, il revendique non seulement Gaza et la Cisjordanie, mais toute la Palestine mandataire, y compris l’actuelle Jordanie. Prenant au mot la reconnaissance de la Palestine par l’ONU et l’abandon par Mahmoud Abbas du « droit au retour », le Hamas récuse la solution à deux États et revendique un État unique là où il y en a trois ; une position qui correspond précisément à celle de l’Iran depuis la Révolution de 1979.

« Nous ne reconnaîtrons jamais la légitimité de l’occupation israélienne (…) Israël n’a aucune légitimité et n’en aura jamais » a poursuivi Khaled Mechaal.

A contrario, cette nouvelle donne pousse Tel-Aviv à appuyer sans réserve le projet de Paris, Londres et Doha de saboter avant février l’accord de paix USA-Russie et d’attaquer la Syrie. C’est en effet la dernière fois qu’Israël pourra se lancer dans une aventure militaire.

Crimes coloniaux et impérialistes: Nouvelle attaque d’Israël sur Gaza à des fins électorales…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 16 novembre 2012 by Résistance 71

Veuillez m’excuser pendant que je vomis

 

par Alan Hart



 

Le 15 Novembre 2012

url de l’article original:

http://www.informationclearinghouse.info/article33043.htm

et

http://www.alanhart.net/excuse-while-i-vomit/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

J’imagine ne pas être le seul a avoir eu envie de vomir lorsque le Goebbels israélien justifia l’attaque féroce et monstrueusement disproportionnée par air et par mer de la bande de Gaza sous blocus, ce camp de prisonnier qui est la résidence de 1,5 millions de Palestineins assiégés et appauvris. L’Israélien auquel je me réfère est bien sûr le porte-parole du premier ministre, né en Australie, Mark Regev, en fait un docteur pirouette (spin doctor). Plus je le vois en action et l’entends, et plus je me dis qu’il fait passer le chef propagandiste nazi pour un amateur.

Dans un article pour le journal l’Observer du 6 Juin 2010, Ruth Sutherland a écrit ceci: “Si des êtres venant de Mars avaient voulu fabriquer un Mr Relations Publiques, ils auraient pris modèle sur Regev pour leur robot. Peu importe le talent du journaliste ou le niveau d’aggression des questions, il ne fléchit jamais sous la pression. Son accent australien si charmant et sa politesse de tous les instants lorsqu’il s’adresse à ses interviewers avec des “Monsieur” et utilise des phrases telle que celle-ci: “je vous supplie de m’accorder de ne pas être d’accord”, cela a pour effet de presque faire oublier son agressivité à ses interlocuteurs. Il a toujours beaucoup de regrets à propos des morts et de l’horreur, et regrette toujours que les victimes non-israéliennes aient amené ce triste sort sur elles-mêmes.

Les spectateurs sont réduits en une sorte de transe et d’incrédulité à ce qu’il est préparé à dire sans sourciller. Il ne gagnera pas les sceptiques à la cause d’Israël, mais il est diablement convainquant en tant que relation publique.” Efficace et convaiquant il l’est sûrement mais, comme l’a indiqué Sutherland (je serai plus explicite), seulement pour les occidentaux et les Américains en particulier, qui ont été conditionnés pendant des décennies par la propagande sioniste et par conséquent, ne connaissent rien ou si peu à propos de la vérité historique au sujet de la Palestine qui devint Israël.

Immédiatement après l’assassinat ciblé par Israël du chef militaire du Hamas Ahmed al-Jabari, Regev fut à son meilleur niveau. Au travers de la BBC et d’autres réseaux d’information, son message principal aux nations occidentales fut qu’Israël est comme elles, démocratique et civilisée. “Je leur demanderai à tous, comment réagiriez-vous ? “ (en réponse au tir de roquette des “terroristes”). De fait, par implication évidente, il disait en fait quelque chose comme ceci: “vous prendriez toutes les mesures pour protéger votre peuple et voilà pourquoi je suis sûr que vous comprendrez et supporterez ce que nous faisons.”

Le défaut de cette présentation est qu’Israël n’est PAS comme les nations occidentales. C’est un régime d’occupation brutal et la cause même des tirs de roquettes est son occupation et sa colonisation incessante et l’épuration ethnique ayant lieu à West Bank, incluant Jérusalem-Est et son blocus total de la bande de Gaza. Ceci en plus du fait que les leaders israéliens n’ont aucun intérêt dans une paix dans des termes que les Palestiniens pourraient accepter. Regev a fait aussi appel à la compréhension et au soutien de l’occident sur les bases que “ils” (le Hamas) disent que mon pays devrait être rayé de la carte.” Ceci est un des grands mensonges propagandistes sioniste.

La vérité est que le Hamas est fermement documenté avoir déclaré que bien qu’il ne reconnaîtrait jamais le droit d’existence d’Israël, il est préparé à vivre en paix avec un Israël de retour dans ses frontières d’avant 1967. Le maître de Regev, Netanyahu, a également ressorti ses vieux trucs, dont le détournement de l’attention. Il a joué la carte de la menace nucléaire de l’Iran pour retirer la Palestine de l’agenda de la communauté internationale. Avec les prochaines élections en Israël dans moins de 70 jours, une de ses raisons pour autoriser l’opération “pilier de défense” était, comme le dit le Times d’Israël: “pour divertir l’attention du public des problèmes de justice sociale vers des problèmes de sécurité et réduire au silence les critiques du gouvernement.” La devise du Mossad est: “Tu feras la guerre par la tromperie”.

De manière évidente, Netanyahu croit que par la tromperie il peut non seulement garder le pouvoir mais sortir des prochaines élections en israël plus fort que jamais. (assez pour pouvoir dire à Obama d’aller se faire voir en enfer si cela devient nécessaire). Le soutien (par défaut si non par design) des gouvernements occidentaux à cette attaque monstrueuse et disproportionnée d’Israël, me donne aussi envie de vomir.

 

Média et propagande: Le deux poids deux mesures classique au sujet du nucléaire israélien…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 3 septembre 2012 by Résistance 71

Interview du dissident et lanceur d’alerte israélien Mordechaï Vanunu, celui qui exposa le programme illégal nucléaire israélien depuis l’intérieur à l’attention du public mondial.

Balayer son pas de porte avant de critiquer les autres n’a jamais fait partie de l’agenda occidental, sioniste ou pas… Ainsi, grâce à la pressetituée usuelle, qui entretient l’obscurantisme le plus parfait sur la question, les véritables questions ne sont jamais posées et le public n’a jamais véritablement tous les éléments en main pour se faire une idée informée et objective sur bon nombre de problèmes minant le monde.

Celui-ci en est un (majeur s’il en est), parmi tant d’autres…

— Résistance 71 —

 

Mordechaï Vanunu : « Avant de s’en prendre à l’Iran il faut s’en prendre à Israël »

 

ISRAËL EST LE SEUL PAYS QUI REFUSE DE SIGNER LE TRAITÉ DE NON-PROLIFÉRATION NUCLÉAIRE

 

Après avoir passé 18 ans en prison, pour avoir révélé en 1986 qu’Israël possédait secrètement deux cent bombes atomiques, Mordechaï Vanunu n’est toujours pas autorisé à quitter Israël comme il le souhaite. Soumis à des restrictions depuis sa libération en 2004, Israël lui interdit de quitter le pays et de parler à des journalistes. Ce qu’il nous disait dans ce remarquable entretien datant de 2005 au sujet de l’Iran, un pays qu’Israël menace depuis plus de 20 ans, demeure d’actualité.

 

17 AOÛT 2012 | THÈMES (S.CATTORI) : APARTHEID ISRAÉLIEN VIOLATIONS ISRAÉLIENNES DU DROIT INTERNATIONAL

 

url de l’article original:

http://www.silviacattori.net/article2313.html

 

Silvia Cattori : Quel était votre travail en Israël, avant votre enlèvement par des agents du Mossad à Rome, en octobre 1986 ?

Mordechaï Vanunu : Depuis neuf ans, je travaillais au centre de recherches en armements de Dimona, dans la région de Beer Sheva. [1] Juste avant de quitter ce travail, en 1986, j’avais pris des photos à l’intérieur de l’usine, afin de montrer au monde qu’Israël cachait un secret nucléaire. Mon travail, à Dimona, consistait à produire des éléments radioactifs utilisables pour la fabrication de bombes atomiques. Je savais exactement quelles quantités de matières fissiles étaient produites, quels matériaux étaient utilisés et quelles sortes de bombes étaient fabriquées.

Silvia Cattori : Révéler au monde – seul – que votre pays était secrètement détenteur de l’arme nucléaire…, n’était-ce pas là prendre un très grand risque ?

Mordechaï Vanunu : Si j’ai décidé de le faire, c’est parce que les autorités israéliennes mentaient. Elles se répandaient, répétant que les responsables politiques israéliens n’avaient nullement l’intention de se doter d’armes nucléaires. Mais, en réalité, ils produisaient beaucoup de substances radioactives ne pouvant servir qu’à cette seule fin : confectionner des bombes nucléaires. Des quantités importantes : j’ai calculé qu’ils avaient déjà, à l’époque – en 1986 ! – plus de deux cents bombes atomiques. Ils avaient aussi commencé à fabriquer des bombes à hydrogène, très puissantes. Aussi ai-je décidé de faire savoir au monde entier ce qu’ils tramaient dans le plus grand secret. Et puis, aussi, je voulais empêcher les Israéliens d’utiliser des bombes atomiques, afin d’éviter une guerre nucléaire au Moyen-Orient. Je voulais contribuer à apporter la paix dans cette région. Israël, détenant déjà des armes surpuissantes, pouvait faire la paix : il n’avait plus à redouter une quelconque menace palestinienne, ni même arabe, car il possédait tout l’armement nécessaire à sa survie.

Silvia Cattori : Vous étiez préoccupé par la sécurité de toute la région ?

Mordechaï Vanunu : Oui. Absolument. Bien entendu, ce n’est pas pour le peuple israélien que j’ai fait ce que j’ai fait. Les Israéliens avaient élu ce gouvernement, et ce gouvernement avait décidé de les doter d’armes nucléaires. Vous savez, tous les Israéliens suivent de très près la politique du gouvernement israélien… Mais, en ce qui me concerne, je réfléchissais à partir du point de vue de l’humanité, du point de vue d’un être humain, de tous les êtres humains vivant au Moyen-Orient, et aussi de tous les êtres humains, dans le monde entier. Parce que ce qu’Israël avait fait, beaucoup d’autres pays pourraient le faire.

 

Une du quotidien britannique « The Sunday Times » du 5 octobre 1986 : « Révélation : les secrets de l’arsenal nucléaire israélien »

Aussi ai-je décidé, dans l’intérêt de l’humanité, de faire connaître au monde entier le danger que représentaient les armes nucléaires secrètes d’Israël. En 1986, on était en pleine Guerre froide et les armes nucléaires proliféraient. Elles étaient en train de se répandre dans plusieurs pays encore non-nucléaires, comme l’Afrique du Sud, et d’autres. Le danger représenté par les armes nucléaires était réel. De nos jours, ce danger a diminué.

Silvia Cattori : Saviez-vous à quoi vous vous exposiez ? Pourquoi était-ce vous, en particulier, qui deviez prendre un si grand risque, et personne d’autre ?

Mordechaï Vanunu : Bien entendu, je savais ce que je risquais. Mais ce que je pouvais faire, personne d’autre que moi n’aurait pu le faire. Je savais que j’aurais eu affaire au gouvernement israélien. Ce n’est pas comme si j’avais été quelqu’un qui s’en serait pris à des intérêts privés ; je savais que je m’en prenais directement au gouvernement israélien et à l’État juif israélien. Je savais donc qu’ils pouvaient me châtier, qu’ils pouvaient me tuer, qu’ils pouvaient faire de moi absolument tout ce qu’ils voulaient. Mais j’avais la responsabilité de dire la vérité au monde. Personne d’autre que moi n’était en mesure de le faire : il était donc de mon devoir de le faire. Quels qu’aient été les risques.

Silvia Cattori : Votre famille vous a-t-elle, alors, soutenu ?

Mordechaï Vanunu : Les membres de ma famille ont été incapables de comprendre ma décision. Pour eux, le plus dérangeant fut de découvrir que je m’étais converti au christianisme. Pour eux : c’était plus dommageable, plus douloureux que le fait que j’ai révélé les secrets nucléaires d’Israël… Je les respecte, ils respectent ma vie. Nous sommes restés en bons termes, mais nous ne nous fréquentons plus.

Silvia Cattori : Vous sentez-vous seul ?

Mordechaï Vanunu : Oui. Bien sûr, je suis seul, ici, à la cathédrale Saint-Georges. Mais j’ai beaucoup d’amis, qui me soutiennent.

Silvia Cattori : Dans quelles conditions avez-vous été jugé et emprisonné ?

Mordechaï Vanunu : Mon procès a été tenu dans le secret le plus absolu. J’étais seul, avec mon avocat. J’ai été condamné pour espionnage et trahison. Les autorités israéliennes se sont vengées sur moi en me maintenant en isolement cellulaire durant toute la durée du procès. Elles n’autorisaient personne à me voir ni à me parler, et m’interdisaient de m’adresser aux médias. Elles ont publié beaucoup de désinformation à mon sujet. Le gouvernement israélien a utilisé tout son pouvoir médiatique pour faire un lavage de cerveau de l’opinion publique. Pour laver le cerveau des juges, aussi, au point de les convaincre de la nécessité de me mettre en prison. Ainsi, mon procès a été tenu secret et les médias n’ont pas pu accéder à la vérité ; ils n’ont pas pu m’entendre.

Les gens étaient convaincus que j’étais un traître, un espion, un criminel. Il n’y eut pas un atome de justice, dans ce jugement. Mais il n’y avait pas que le procès : le plus cruel fut de m’isoler, en prison. Ils m’ont puni non seulement par l’emprisonnement, mais aussi en m’isolant totalement, en m’épiant en permanence, au moyen de mauvais traitements particulièrement vicieux et cruels : ils ont essayé de me faire mettre en colère, ils ont essayé de me faire regretter ce que j’avais fait. J’ai été maintenu au secret, dix-huit années durant, dont onze années et demie en isolement total. La première année, ils ont mis des caméras dans ma cellule. Ils ont laissé la lumière allumée trois années d’affilée ! Leurs espions me battaient sans cesse, ils m’empêchaient de dormir. J’ai été soumis à un traitement barbare ; ils ont tenté de me briser. Mon objectif était de tenir, de survivre. Et j’ai réussi !…

Silvia Cattori : Par chance, on ne vous a pas pendu haut et court, comme le voulait pourtant le ministre de la Justice d’alors, Tommy Lapid. Vous avez tenu bon, et vous avez été relâché le 21 avril 2004. Vous aviez tout juste 50 ans !

Mordechaï Vanunu : S’ils m’ont relâché, c’est parce que j’avais purgé les dix-huit ans de prison auxquels ils m’avaient condamné. Ils voulaient me tuer. Mais, en fin de compte, le gouvernement israélien a décidé de n’en rien faire.

Silvia Cattori : En avril 2004, les télévisions ont montré votre sortie de prison. Le monde a alors découvert ce qui vous était arrivé. Vous êtes apparu heureux, déterminé, combatif : tout le contraire d’un homme brisé…

Mordechaï Vanunu : Sortir de prison, aller parler au monde entier, fêter ça… après dix-huit ans de captivité, d’interdiction de tout :… ce fut un grand moment…

Silvia Cattori : Vos geôliers n’ont donc pas réussi à vous briser mentalement ?

Mordechaï Vanunu : Non ; absolument pas. Mon objectif était de sortir, et de parler au monde entier, de faire comprendre aux autorités israéliennes qu’elles avaient échoué. Mon but était de survivre, et cela a été ma plus grande victoire sur toutes ces organisations d’espionnage. Ils ont réussi à me kidnapper, à me traîner devant leur tribunal, à me maintenir en prison, au secret, pendant dix-huit ans… et j’ai survécu à tout ça. J’ai souffert, certes ; mais j’ai survécu. Malgré tous leurs crimes, je suis toujours vivant, et je suis même en excellente santé ! Je suis de forte constitution ; c’est sans doute grâce à çà, que j’ai surmonté l’épreuve.

Silvia Cattori : Qu’est-ce qui vous a aidé à tenir ?

Mordechaï Vanunu : Ma fermeté. Le fait de continuer à être convaincu que j’avais eu raison de faire ce que j’avais fait. La volonté de leur faire comprendre que, quoi qu’ils fassent pour me châtier, je continuerais à rester en vie.

Silvia Cattori : Quel est le plus grand obstacle auquel vous ayez à faire face, actuellement ?

Mordechaï Vanunu : On m’interdit de quitter Israël. J’ai été libéré de prison, mais ici, en Israël, je suis dans une grande prison. Je voudrais quitter ce pays, aller jouir de la liberté dans le vaste monde. J’en ai marre du pouvoir israélien. L’armée peut venir m’arrêter à tout instant, me punir. Je sens que je suis à leur merci. J’aimerais tellement vivre loin, très loin d’ici…

Silvia Cattori : Quand Israël vous laissera-t-il quitter le pays ?

Mordechaï Vanunu : Je n’en sais rien. Ils m’ont interdit de quitter Israël pendant une année. Un an ayant passé, ils ont renouvelé l’interdiction pour une nouvelle année, qui prendra fin en avril prochain. Mais ils peuvent encore prolonger l’interdiction, aussi longtemps qu’il leur plaira…

Silvia Cattori : Quel regard portez-vous sur le Traité de non-prolifération nucléaire quand, dans le cas d’Israël, on tolère « l’ambiguïté nucléaire », alors qu’on met constamment sous pression l’Iran – un pays qui, lui, se soumet aux inspections ?

Mordechaï Vanunu : Tous les pays devraient être ouverts aux inspections internationales et dire la vérité sur ce qu’ils sont en train de faire, secrètement, dans toutes les installations nucléaires dont ils disposent. Israël n’a pas signé le Traité de non-prolifération nucléaire. Ce sont près de cent quatre-vingt pays qui l’ont fait, dont tous les pays arabes. L’Égypte, la Syrie, le Liban, l’Irak, la Jordanie… : tous les pays voisins d’Israël ont ouvert leurs frontières aux inspections de l’AIEA. Israël est le pire exemple. C’est le seul pays qui ait refusé de signer le Traité de non-prolifération nucléaire. Les États-Unis et l’Europe devraient commencer par régler le cas d’Israël ; Israël doit être considéré à l’instar de n’importe quel autre pays. Nous devons en finir avec l’hypocrisie, et obliger Israël à signer le Traité de non-prolifération nucléaire. Il faut imposer à Israël le libre accès des inspecteurs de l’AIEA au centre de Dimona.

Silvia Cattori : L’Iran, qui remplit ses obligations et accepte les inspections de l’ONU, est pourtant menacé de sanctions. Israël, qui est doté de l’arme nucléaire et refuse toute inspection de l’AIEA, ne fait l’objet d’aucune poursuite. Pourquoi ce « deux poids, deux mesures » de la part des États-Unis, mais aussi de l’Europe ?

Mordechaï Vanunu : Oui ; c’est même encore pire que ce que vous dites : non seulement on ne s’en prend pas à Israël, mais on aide même ce pays en secret. Il y a une coopération secrète entre Israël et la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis. Ces pays ont décidé de contribuer à la puissance nucléaire d’Israël afin de faire de ce pays un État colonial, dans le monde arabe. Ils aident Israël, parce qu’ils veulent que ce pays soit à leur service, en tant que pays colonialiste contrôlant le Moyen-Orient, ce qui leur permet de s’emparer des revenus pétroliers et de maintenir les Arabes dans le sous-développement et les conflits fratricides. Telle est la principale raison de cette coopération.

Silvia Cattori : L’Iran n’est-il pas, comme l’affirment Israël et les États-Unis, une menace ?

Mordechaï Vanunu : Étant sous le contrôle des inspecteurs de l’AIEA, l’Iran ne représente aucun danger. Les experts occidentaux savent parfaitement quelle est la nature du programme nucléaire iranien. Contrairement à Israël, qui ne laisse personne accéder à ses installations nucléaires. C’est la raison pour laquelle l’Iran a décidé d’aller de l’avant et de dire au monde entier : « Vous ne pouvez pas exiger de nous plus de transparence, alors que vous continuez à fermer les yeux sur ce qui se passe en Israël ! » Tous les Arabes voient, depuis quarante ans, qu’Israël a des bombes atomiques et que personne ne fait rien contre ça. Tant que le monde continuera à ignorer les armes atomiques d’Israël, il ne pourra pas se permettre de dire quoi que ce soit à l’Iran. Si le monde est vraiment préoccupé, et s’il veut sincèrement mettre un terme à la prolifération nucléaire, qu’il commence donc par le commencement, c’est-à-dire : Israël !…

Silvia Cattori : Vous devez être agacé, quand vous entendez Israël, qui n’est pas en règle, dire qu’il est prêt à bombarder l’Iran, qui, à ce stade, n’a enfreint absolument aucune règle !

Mordechaï Vanunu : Oui ; cela me met hors de moi. Nous n’avons rien à reprocher à l’Iran : avant de faire quoi que ce soit contre un quelconque autre pays, il faut s’occuper du cas israélien. Si quelqu’un veut s’en prendre à l’Iran, il doit, préalablement, s’en prendre à Israël. Le monde ne peut ignorer ce qu’Israël fait, en la matière, depuis plus de quarante ans… Les États-Unis devraient obliger Israël à signer le Traité de non-prolifération nucléaire. Et il est grand temps, aussi, pour l’Europe, de reconnaître officiellement qu’Israël possède des bombes atomiques. L’ensemble du monde arabe devrait être extrêmement inquiet en entendant tous ces discours qui incriminent l’Iran, qui ne possède aucune arme atomique, et qui continuent à ignorer Israël.

 

Lors d’un transfert, suite à son son emprisonnement en 1986, Mordechaï Vanunu transmet les détails de son enlèvement par le Mossad, à Rome, aux journalistes à travers la vitre du fourgon de la police israélienne

Silvia Cattori : Quels sont les États qui ont coopéré avec Israël ?

Mordechaï Vanunu : Israël a aidé la France et la Grande-Bretagne dans leur campagne contre l’Égypte, en 1956. Après l’opération de Suez, la France et la Grande-Bretagne ont commencé à coopérer au programme nucléaire israélien, afin de remercier Israël pour le soutien qu’il leur a apporté, durant cette guerre.

Silvia Cattori : L’Afrique du Sud n’a-t-elle pas aidé Israël, jusqu’en 1991 ?

Mordechaï Vanunu : C’est effectivement en Afrique du Sud, dans le désert, qu’Israël a procédé à ses essais nucléaires…

Silvia Cattori : Dans les années soixante, le président Kennedy aurait, semble-t-il, demandé qu’il y ait des inspections à Dimona, en Israël. Voyez-vous un lien entre cette demande et son assassinat ?

Mordechaï Vanunu : Je pense qu’à l’époque de Kennedy, les États-Unis étaient opposés au programme nucléaire israélien. Kennedy a tenté d’arrêter Israël, en la matière, mais son assassinat ne lui en a pas laissé le temps… Pour moi, le mobile de l’assassinat de Kennedy est lié à la diffusion d’armes nucléaires en Israël et dans d’autres pays. Ceux qui l’ont assassiné étaient des gens qui étaient favorables à la dissémination nucléaire. Grâce à l’élimination du gêneur Kennedy, la prolifération a pu continuer. De fait, les présidents Johnson et Nixon [qui ont succédé à Kennedy, ndt] n’y voyaient aucun inconvénient : ils ont laissé faire Israël. Constatons simplement que c’est bien un changement allant en ce sens qui s’est manifesté, après l’assassinat de Kennedy…

Silvia Cattori : Votre dénonciation n’a pas empêché Israël de maintenir taboue cette question : il a réussi à ne pas se mettre les grandes puissances à dos. Sa stratégie de l’opacité se serait-elle donc avérée efficace ?

Mordechaï Vanunu : Force est bien de reconnaître que oui. Israël est un cas d’école. Comment un petit pays peut-il défier le monde entier et poursuivre une politique agressive, sans le moins du monde se préoccuper des autres ? Les Israéliens ont réussi à le faire, à l’époque, oui… Mais aujourd’hui, le monde a changé. La Guerre froide est terminée, le communisme est défait, le monde s’oriente vers la paix : on le voit, des armes nucléaires n’aideront Israël en rien. Maintenant qu’Israël doit montrer qu’il désire la paix, et de quelle manière il entend y contribuer, pour ce pays, de quelle utilité pourraient bien être des armes nucléaires ? La politique nucléaire israélienne était possible, dans le contexte de la Guerre froide. Mais aujourd’hui, nous devons obtenir d’Israël qu’il adopte une nouvelle politique, qu’il démontre au monde entier qu’il veut la paix et qu’il reconnaisse qu’il n’a nul besoin d’armes atomiques.

Silvia Cattori : Dans les années cinquante, Israël disposait déjà d’un armement considérable. Quelle raison avait-il alors de se doter de l’arme nucléaire ?

Mordechaï Vanunu : Un pays aussi petit qu’Israël n’a aucune raison valable de détenir un nombre aussi énorme d’armes atomiques. C’est un peu comme si le programme d’armement nucléaire d’Israël lui était monté à la tête. On ne peut en aucun cas utiliser d’arme atomique dans la région : toute bombe atomique qui serait utilisée contre la Syrie, l’Égypte ou la Jordanie aurait des effets radioactifs et rendrait la vie impossible en Israël également. Toute bombe endommagerait Israël même. Jusqu’ici, les Israéliens n’ont pas même le droit de discuter de cette question entre eux. Néanmoins, ce problème occupe tous les esprits. Nous attendons la réponse d’Israël sur cette question.

Silvia Cattori : Pour Israël, ne s’agit-il pas d’une arme qui lui permet de maintenir le statu quo ? D’un instrument de chantage politique ? Pour pouvoir discuter d’égal à égal avec les grands – États-Unis en tête – et ne rien concéder aux Arabes, qu’Israël a spoliés et qui sont faibles militairement ?

Mordechaï Vanunu : Oui. C’est tout à fait cela. Israël utilise la puissance des armes nucléaires afin d’asséner ses politiques. Israël a beaucoup de pouvoir, il écrase l’ensemble de ses voisins de son arrogance. Les États-Unis – même eux ! – ne sont pas en mesure de dire aux Israéliens ce qu’ils doivent faire. Aujourd’hui, l’Europe voit à quel point Israël est puissant. Même sans utiliser la bombe atomique, même sans brandir la menace qu’ils le feraient, les Israéliens peuvent imposer leur pouvoir, ils peuvent faire absolument tout ce qu’ils veulent : ils peuvent ériger leur muraille, ils peuvent édifier des colonies en Palestine…, personne n’est en mesure de leur dire qu’ils n’ont pas le droit de le faire, parce qu’ils sont extrêmement puissants.

 

Photo prise secrètement par Mordechaï Vanunu à l’intérieur de la centrale de Dimona

C’est là le résultat de leur utilisation des armes atomiques à des fins de chantage politique. Ils peuvent utiliser des bombes atomiques contre tout pays qui voudrait stopper leur politique agressive à l’encontre des Palestiniens. Telle est la situation, aujourd’hui. Le monde entier le sait, tout le monde le sait. Et il y une autre raison, pour laquelle ni les États-Unis ni l’Europe ne font strictement rien : c’est qu’ils savent à quel point Israël est puissant. Par conséquent, la meilleure manière de contrer Israël consiste à faire savoir la vérité au monde et à étudier ce qui s’y passe, dans le domaine de l’armement atomique, jusqu’à ce qu’il y renonce.

Silvia Cattori : Israël a-t-il envisagé de recourir à l’arme nucléaire contre ses voisins arabes, en 1973 ?

Mordechaï Vanunu : Oui. En 1973, Israël était prêt à utiliser des armes atomiques contre la Syrie. Et contre l’Égypte.

Silvia Cattori : Pour avoir révélé un secret d’État, vous avez énormément souffert. Finalement ; pour quel résultat ?

Mordechaï Vanunu : Tout d’abord, le monde a maintenant la preuve qu’Israël possède des armes atomiques. Personne, désormais, ne peut plus ignorer la vérité en ce qui concerne le projet nucléaire d’Israël. Après ça, Israël s’est trouvé dans l’impossibilité totale d’avoir recours à ces armes. Un autre résultat de mon action, c’est le fait que le monde a pris conscience de ce que ce petit État juif a fait, dans le plus grand secret. Et le monde a découvert, aussi, sur quels mensonges et sur quelle désinformation cet État a été édifié. Le fait de savoir qu’un si petit pays ait été capable de fabriquer secrètement deux cents bombes atomiques a contribué à alerter l’opinion publique mondiale sur son comportement. La peur qu’un autre petit pays puisse faire la même chose et fabriquer des armes atomiques a incité le monde à se mettre à réfléchir à la manière de stopper la prolifération nucléaire et d’empêcher Israël d’aider d’autres pays à utiliser ces armes, à l’avenir. Quand le monde a découvert ce qu’Israël a fait dans le plus grand secret, la peur de la prolifération nucléaire s’est manifestée. Le monde a pris conscience du pouvoir d’Israël et il a commencé à exercer des pressions sur ce pays afin de le contraindre à faire la paix avec les Palestiniens et avec le monde arabe. Israël n’avait plus aucune raison d’affirmer qu’il redoutait ses voisins arabes, dès lors qu’il disposait, depuis la fin des années cinquante, de suffisamment d’armes pour assurer sa sécurité.

Silvia Cattori : Pour quelles raisons Israël continue-t-il de vous persécuter ?

Mordechaï Vanunu : Ce que j’ai fait contrarie tellement toutes les attitudes politiques israéliennes ! Les Israéliens ont dû changer leurs plans. La politique nucléaire secrète d’Israël est l’œuvre de Shimon Pérès. Et voilà que cette politique consistant à fabriquer des armes atomiques clandestinement s’est effondrée ! À cause de cette révélation, Israël a dû emprunter une nouvelle direction, définir de nouveaux plans et ce à quoi nous assistons aujourd’hui est la conséquence de mes révélations. Ils ont dû inventer de nouvelles sortes d’armes. Aujourd’hui, ils construisent leur muraille, leurs check-points, leurs colonies et ils se sont arrangés pour rendre la société juive plus religieuse, plus nationaliste, plus raciste. Au lieu d’aller dans une autre direction, au lieu de comprendre qu’il n’y a pas d’autre solution que la paix, au lieu de reconnaître aux Palestiniens des droits égaux et de mettre un terme au conflit. Israël ne veut pas mettre fin au conflit. Ce qu’Israël veut, c’est continuer à construire sa muraille et ses colonies !…

Silvia Cattori : Vous avez accompli un véritable exploit !

Mordechaï Vanunu : En tant qu’être humain, j’ai fait quelque chose pour la sécurité et le respect de l’humanité. Tout pays a le devoir de nous respecter, tous, en tant qu’êtres humains, quelle que soit notre religion, que l’on soit juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes… Israël a un gros problème : ce pays ne respecte pas les êtres humains. Ce que ce pays a pu faire, parce qu’il ne considère pas les autres humains comme des égaux, est absolument terrible. Le résultat est dévastateur, pour l’image d’Israël ; l’État d’Israël n’est en aucun cas une démocratie. L’État juif est raciste. Le monde devrait savoir qu’Israël met en pratique une politique d’apartheid : si vous êtes juif, vous avez le droit d’aller où vous voulez et de faire ce que bon vous semble ; si vous n’êtes pas juif, vous n’avez aucun droit. Ce racisme est le véritable problème auquel Israël est confronté. Israël est bien incapable de prouver qu’il est une démocratie. Personne ne peut accepter cet État raciste ; ni les États-Unis, ni les pays européens. Les armes nucléaires israéliennes, ils pourraient, à la rigueur, les accepter… Mais comment pourraient-ils justifier cet État d’apartheid fasciste ?

Silvia Cattori : Vous semblez refuser de reconnaître la légitimité de cet État ?

Mordechaï Vanunu : Bien sûr. C’est ce que j’ai dit, à ma sortie de prison : nous ne devons pas accepter cet État juif. L’État juif d’Israël est le contraire de la démocratie ; nous avons besoin d’un État pour tous ses citoyens, sans égard pour leurs croyances religieuses. La solution, c’est un État unique, pour tous ses habitants, de toutes les religions, comme c’est le cas dans des démocraties comme la France ou la Suisse, et non pas seulement un État pour les juifs. Un État juif n’a absolument aucune raison d’être. Les juifs n’ont pas besoin d’un régime fondamentaliste comme celui qui règne en Iran. Les gens ont besoin d’une véritable démocratie, qui respecte les êtres humains. Aujourd’hui, dans la région du Moyen-Orient, nous avons deux États fondamentalistes : l’Iran, et Israël. Mais Israël est très en avance, en matière de fondamentalisme, même sur l’Iran !…

Silvia Cattori : À vos yeux, Israël est-il donc une plus grande menace que l’Iran ?…

Mordechaï Vanunu : Bien entendu : nous savons ce que les Israéliens font subir au peuple palestinien, depuis plus de cinquante ans ! Il est grand temps, pour le monde, de s’en souvenir et de se préoccuper de l’holocauste palestinien. Les Palestiniens ont tellement souffert, et depuis tellement longtemps, à cause de toute cette oppression ! Les juifs ne les respectent absolument pas, ils ne les considèrent pas comme des êtres humains ; ils ne leur accordent aucun droit, et ils continuent à les persécuter, à mettre en danger la vie présente des Palestiniens, et par conséquent leur propre avenir, aussi.

Silvia Cattori : Que dites vous à mon pays, la Suisse, qui est dépositaire des Conventions de Genève ?

Mordechaï Vanunu : La Suisse devrait condamner très clairement et à haute voix la politique raciste d’Israël, c’est-à-dire toutes les violations des droits des Palestiniens, tant musulmans que chrétiens. Tous les pays doivent exiger du gouvernement israélien qu’il respecte les non-juifs, en tant qu’êtres humains. De fait, je n’ai pas le droit de vous parler, je ne suis pas autorisé à parler à des étrangers ; si je m’exprime quand même, c’est à mes risque et périls. Israël a utilisé des dédommagements de l’Holocauste pour fabriquer des armes, pour détruire des maisons et des biens palestiniens. Je serai très satisfait si votre pays me donne un passeport et m’aide à quitter ce pays, Israël. La vie est très dure, ici. Si vous êtes juif, vous n’avez aucun problème ; si vous ne l’êtes pas [ou plus], on vous traite sans le moindre respect.

Silvia Cattori

(*) Entretien réalisé en anglais par Silvia Cattori, en octobre 2005. 
Traduction : Marcel Charbonnier

Blog Mordechai Vanunu : 
http://www.vanunu.com/

 

[1] Né le 13 octobre 1954 Vanunu commence à travailler à Dimona en 1977. Après ses révélations en 1986 il est kidnappé par des agents du Mossad. Condamné à 18 ans de prison (en 1988) il sort de prison en 2004