Archive pour iran inscrit troupes américaines terroristes

Contre-mesure impérialiste: Le parlement iranien inscrit le Centcom et les troupes d’occupation yankees sur la liste terroriste de l’Iran (Press TV)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 17 avril 2019 by Résistance 71

Projet de loi soutenu au parlement iranien pour soutenir la CGRI et mettre le Centcom américain sur liste terroriste

 

Press TV

 

16 avril 2019

 

url de l’article:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/04/16/593596/CGRI-terroristes-Iran-Etats-Unis-liste-noire-CENTCOM-projet-de-loi

 

Les députés du Parlement iranien ont adopté le cadre général d’un projet de loi soutenant le Corps des gardiens de la Révolution islamique face aux mesures entreprises par les États-Unis.

Les parlementaires iraniens ont adopté, ce mardi 16 avril, avec 204 votes pour et 2 votes contre, le cadre général d’un projet de loi soutenant le Corps des gardiens de la Révolution islamique face à la récente décision de Washington de le placer sur la liste des organisations terroristes.

Les parlementaires qui ont voté pour ce projet croient que celui-ci symbolise une lutte contre l’arrogance des États-Unis tandis que ceux qui ont voté contre le projet le qualifient d’insuffisant, ajoutant que cela ne garantit pas un respect plein et entier de la Constitution.

Le projet de loi reconnaît les militaires américains comme des terroristes et édicte que toute aide militaire, financière, technique, logistique et de renseignement aux forces américaines sera considérée comme un soutien aux terroristes.

Le secrétaire d’État américain a annoncé le lundi 8 avril inscrire le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), une des composantes des forces armées iraniennes, sur la liste noire des organisations terroristes.

C’est la première fois que les États-Unis s’autorisent à blacklister la force armée d’un État sous prétexte de vouloir la soumettre à un régime de sanctions.

Des juristes ont mis en garde Washington contre une telle décision, arguant que cela pourrait affaiblir la Convention de Genève et mettre en péril la vie des forces américaines déployées au Moyen-Orient.