Archive pour ingérence USA élections vénézuéla

Guerre impérialiste en Amérique du Sud: Maduro vire les Yankees du sol vénézuélien !

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 janvier 2019 by Résistance 71

Maduro sait pertinemment que ceci est le préambule d’un coup d’état, l’empire adoube sa marionnette, attaque le pays par procuration et y place son sbire pour servir ses intérêts.
Depuis l’élection du fasciste Bolsonaro au Brésil, les choses s’accélèrent et l’opération Condor 2.0 prend son essor. Des troupes mercenaires à la solde de l’empire préparent une invasion du Vénézuela dans les pays voisins de la Colombie et du Brésil, que ces pays ainsi que l’Argentine et le Paraguay aient reconnu la marionnette yankee n’est bien entendu pas du tout un  hasard. Ils suivent les ordres de leur feuille de route. L’attaque de la zone caraïbe et de l’Amérique du sud par les forces de l’empire dans cette opération Condor 2.0 se précise.
En parler et diffuser c’est en partie la déjouer…
Solidarité avec le peuple vénézuélien de nouveau attaqué par les forces impérialistes du néo-libéralisme fasciste.
~ Résistance 71 ~

 


Condor 2.0

 

“72 heures pour quitter le pays”, Maduro annonce qu’il rompt les relations diplomatiques avec les Etats-Unis

 

RT France

 

23 janvier 2019

 

url de l’article:

https://francais.rt.com/international/58310-72-heures-pour-quitter-pays-maduro-venezuela-rompt-relations-etats-unis

 

Nicolas Maduro, a déclaré qu’il rompait les relations avec les Etats-Unis, après qu’ils ont reconnu Juan Guaido, au poste de président par intérim du pays sud-américain. Le chef d’Etat donne 72 heures aux diplomates américains pour quitter le pays.

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a déclaré le 23 janvier qu’il rompait les relations diplomatiques avec les Etats-Unis, après que l’administration Trump a reconnu le chef de l’opposition, Juan Guaido, au poste de président par intérim du pays sud-américain. S’adressant à des partisans devant le palais présidentiel de Miraflores à Caracas, le dirigeant socialiste a aussi annoncé qu’il donnait 72 heures au personnel diplomatique américain pour quitter le Venezuela.

«J’ai décidé de rompre les relations diplomatiques et politiques avec le gouvernement impérialiste des Etats-Unis. Dehors ! Qu’ils s’en aillent du Venezuela, ici il y a de la dignité, voyons !», a notamment proclamé Nicolas Maduro.

Sur Twitter, la Maison-Blanche a affirmé que «le président [Donald Trump] a[vait] reconnu officiellement le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, Juan Guaido, comme le président par intérim du Venezuela».

Dans son discours, Nicolas Maduro a accusé Washington de «coup d’Etat» et appelé les militaires à rester unis et à maintenir leur discipline. «Je demande à l’armée, aux militaires de notre patrie, aux Forces armées nationales, la plus grande loyauté, la plus grande union, la plus grande discipline, nous allons gagner aussi ce combat. Loyaux toujours, traîtres jamais !», a-t-il ainsi ajouté devant les manifestants pro-Maduro.

Des milliers de manifestants, à la fois des opposants, mais aussi des soutiens du président Nicolas Maduro, sont descendus dans les rues du pays le 23 janvier, répondant à des appels lancés par les leaders des deux camps.

13 jours après l’investiture de Nicolas Maduro, réélu pour un second mandat, l’opposant pro-américain et président de l’Assemblée nationale du Venezuela Juan Guaido s’est autoproclamé «président par intérim» du pays latino-américain le 23 janvier.

Plusieurs pays sud-américains comme La Colombie, le Brésil, l’Argentine, le Chili et le Paraguay ont reconnu Juan Guaido comme le nouveau leader du Venezuela. Seuls le Mexique et la Bolivie pour l’instant ont maintenu leur soutien à l’actuel président Nicolas Maduro.

 


Condor 2.0

Publicités

Ingérence américaine au Vénézuéla: La boule de cristal des diplomates américains voit tout… Surtout ce qui les arrange…

Posted in actualité, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, presse et média with tags , , , , , , , , on 30 août 2012 by Résistance 71

L’ambassade américaine de Caracas avait prédit un “évènement extraordinaire” qui allait faire battre Chavez dans les élections présidentielles du 7 Octobre

Le 28 Août 2012

 

Réseau Voltaire

 

Url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/US-Embassy-in-Caracas-predicted-an

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le texte ci-dessous a été publié sur un site d’opinion vénézuélien le 22 Juillet, bien avant l’explosion qui a eu lieu à la rafinerie Amuay et qui fut “un évènement extraordinaire”. La question est la suivante: S’agit-il de l’évènement extraordinaire” auquel se réfère le personnel de l’ambassade des Etats-Unis à Caracas mentionné dans l’article ci-dessous ? Ceci constitue t’il un indice menant à la tragédie d’Amuay ?

Après plus de 24 heures de réflexion sur ces terribles évènements et en suivant les médias de l’opposition et les tweets, leur nécrophilie en référence à la mort et à la destruction au vu et au sus de tous, de plus en plus de personnes viennent pas à pas à la conclusion que l’énorme explosion qui a eu lieu à Amuay et qui a fait 41 morts et de nombreux blessés, n’était pas un “accident”.

Arturo Rosales, 
Axis of Logic

***

Au contraire de ce que la vaste majorité des sondages réputés révèlent concernant les futures élections présidentielles vénézuéliennes, le personnel de l’ambassade des Etats-unis à Caracas “prévoit un résultat très serré” et s’intéresse à un “évènement extraordinaire”.

Dans le segment de son programme télévisé appelé “Confidences”, diffusé le 22 Juillet, le journaliste José Vincente Rangel rapporta que le directeur d’une des agences de sondages vénézuéliennes a eu un entretien de trois heures avec des personnels de l’ambassade des Etats-Unis à Caracas.

Rangel les a informé de la mauvaise nouvelle, à savoir que malgré tous leurs efforts, les résultats de l’élection présidentielle du 7 Octobre montreraient un jour très favorable au président et candidat socialiste sortant Hugo Chavez. Le personnel américain a néanmoins une vue très différente de la question et “prévoit un scenario différent avec un résultat très serré et a confiance dans la capacité du candidat de l’opposition Capriles de se rapprocher et de réduire l’écart des intentions de vote”, a dit Rangel.

Pendant la conversation, les américains étaient intéressés de “réduire l’écart grâce à un évènement extraordinaire dont la magnitude et les caractéristiques, qu’ils n’ont pas révélés, pourraient avoir un impact sur les résultats des élections et générer des conséquences imprévisibles.”

Rangel posa la question: “A quoi les personnels de l’ambassade se réfèrent-ils et quelle est l’information qu’ils possèdent et que nous n’avons pas ?”

Source URL

***