Archive pour ingérence occidentale ukraine

Entretien avec l’historien suisse Daniele Ganser sur les armées secrètes de l’OTAN et le terrorisme manipulé…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 28 août 2015 by Résistance 71

Résistance 71

28 Août 2015

Nous mettons ci-dessous en commentaire la vidéo d’un entretien (en français) avec l’excellent et sympathique historien suisse Daniele Ganser, spécialiste de l’OTAN et de ses armées secrètes, sujet sur lequel il a fait sa thèse de doctorat en histoire contemporaine. Nous avons déjà publié certains de ses écrits, son livre sur les armées secrètes de l’OTAN (en fait la publication de sa thèse formatée pour la publication) a été publié chapitre par chapitre il y a quelques années sur le Réseau Voltaire.

Un entretien réalisé par UsfProd à voir et à diffuser sans modération. La vidéo est en 13 parties variant de 3 à 8 minutes pour une durée d’environ une heure. Éteignez la télé et visionnez cet entretien, vous apprendrez bien des choses !

Source: ArrêtsurInfo.ch
http://arretsurinfo.ch/video-interview-de-daniele-ganser-guerres-manipulees-et-terrorisme-detat/

Note: Lorsque vous visionnez la première partie, les autres parties vont s’enchaîner automatiquement vous n’avez rien à faire, cliquez « play » sur le 1er épisode de 1min30 minutes, calez-vous et… restez assis, çà décoiffe !…

Résistance à l’empire: La NED virée de Russie !… La 5ème colonne yankee a du plomb dans l’aile !…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 août 2015 by Résistance 71

La National Endowment for Democracy (NED) est maintenant officiellement indésirabe en Russie

William Engdahl

 

10 Août 2015

 

url de l’article:

http://landdestroyer.blogspot.fr/2015/08/national-endowment-for-democracy-is-now.html#more

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Vladimir Poutine ! Maintenant tu l’as fait ! Tu as eu la témérité de déclarer notre National Endowment for Democracy (NED), l’ONG (NdT; vraiment ??…) la plus importante des Etats-Unis “indésirable” sur le sol russe. Où cela se terminera t’il ? Ne respectes-tu pas notre droit en tant qu’ONG financée par le gouvernement US d’interférer dans les affaires intérieures russes ? Après tout, nous sommes l’ONG la plus importante de la seule super-puissance mondiale, nous pouvons aller où bon nous chante et pouvons faire ce que bon nous semble. Nous sommes vraiment fâchés !

Ceci est la claire réaction de Washington à la décision par le bureau du procureur général russe le 28 Juillet de déclarer les activités de la NED US comme étant “indésirables sur le territoire de la Russie.” La déclaration officielle disait: “la National Endowment for Democracy a utilisé des organisations commerciales et non-commerciales sous son contrôle pour prendre part à des campagnes visant et niant la légitimité des résultats des élections russes, organiser des actions politiques faites pour influencer les décisions des autorités et discréditer le service des forces armées de la Russie.” Elle allait plus loin disant: “Poursuivant ces buts, le fond a alloué environ 2,5 millions de dollars à des organisations cmmerciales et non-commerciales russes entre 2013 et 2015.

Sous la loi russe sur les ONG indésirables adoptée par la Douma et signée en loi par le président Poutine en Mai dernier, toute organisation étrangère ou internationale non-gouvernementale peut devenir “indésirable” si elle menace les fondations de l’ordre constitutionnel russe, la capacité de défense du pays et la sécurité de l’état russe.

De manière signifiante, dans une déclaration concernant cette décision, le ministère des AE russe a nommé Carl Gershman, le néo-conservateur qui est le président de la NED depuis sa création en 1983 (NdT: sous Reagan). Ils ont remarqué que Gershman a dit de manière ouverte que l’organisation de la NED était faite pour être une belle façade our distribuer des fonds parmi les cercles de l’opposition des pays étrangers. Ceci suggère qu’ils ont fait leur recherche avant que de bannir la NED.

Dans une OpEd du Washington Post répondant à l’interdiction, le président Gershman a cyniquement écrit que cette action est “la toute dernière preuve que le régime du président Poutine fait face une crise de légitimité politique empirant de jour en jour…” Il n’a pas remarqué que malgré les sanctions économiques mises en place par Victoria Nuland (NdT: Mme “Fuck the UE !” après le coup d’état en ukraine..) et ses amis néo-conservateurs de l’administration Obama, la côte de popularité de Poutine atteint aujourd’hui quelque 89% d’indice de satisfaction d’après le Levada Center indépendant de Russie.

« Faire ce que la CIA avait l’habitude de faire… »

La NED, ainsi que la Freedom House, a été au centre de toutes les “révolutions colorées” financées par le ministère des affaires étrangères américain dans le monde depuis l’an 2000, lorsqu’ele fut utilisé pour renverser le président Milosevic de Serbie. La NED fut créée sous Reagan pour fonctionner comme une de facto CIA, mais privatisée de façon à permettre plus de liberté de mouvement et d’action. Allen Weinstein, qui aida à rédiger la législation créatrice de la NED a dit dans un entretien avec le Washington Post en 1991: “Beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui ouvertement “était fait en secret par la CIA il y a 25 ans.”

La NED a été pensée par le directeur de la CIA de Ronald Reagan, Bill Casey (NdT: qui fut jusqu’en 1981 le conseiller en chef de la firme Cap Cities Broadcasting qui acheta ABC News en 1985 faisant de la chaîne ABC le de facto “réseau de la CIA”… Nous l’avons dit précédemment, les liens entre Wall Street et les directeurs de la CIA font de l’agence de renseignement le bras armé de Wall Street dans le monde…). Casey voulait créer un mécanisme de financement pour soutenir des groupes qui s’engageraient dans de la propagande et l’action politique que la CIA organisait traditionnellement dans les pays étrangers. Remplacer partiellement la CIA dans ce rôle, l’idée a emergé pour une entité financée par le congrès qui servirait de pipeline pour cet argent de la subversion. La plus grosse part des revenus servant à déstabiliser des pays où le régime ne joue pas la musique de Washington à 100% comme la Russie, le Myanmar, le Vénézuéla, la Chine, l’Ouzbékhistan et autres, provient du congrès des Etats-Unis (donc du budget officiel). Ceci est aggrémenté des fonds d’organisations douteuses comme celles de l’Open Society Foundation de George Soros, qui semble toujours apparaître là où a NED veut renverser un régime comme en Ukraine en 2013-2014.

Casey voulait s’assurer de cacher les ficelles qui étaient tirées en coulisse par la CIA. Dans une lettre au conseiller de la Maison Blanche de Reagan, Edwin Meese III, Casey écrivit: “De manière évidente, nous, à la CIA, ne devrions pas être sur le devant de la scène dans le développement d’une telle organisation, ni ne devrions apparaître comme un de ses sponsors ou soutien.” Pour cacher le rôle de la CIA, Casey poussa pour la création d’une “Dotation Nationale” ou “National Endowment”.

Le président de la NED depuis 1984 a été Carl Gershman, auparavant avec la Freedom House, une autre vitrine de la “démocratie” de la communauté du renseignement américain, qui fut impliquée dans toutes les révolutions colorées à l’étranger. Le général américain, ancien patron des opérations militaires de l’OTAN et ancien candidat à la présidentielle, Wesley Clark, l’homme qui mena les bombardements sur la Serbie en 1999 et qui récememnt a appelé à une réponse militaire agressive des Etats-Unis contre la Russie (NdT: et qui la semaine dernière, a suggéré que tous les dissidents et opposants politiques de l’empire soient internés dans des camps…), a aussi été dans le comité directeur de la NED.

La vaste majorité des figures historiques liées aux actions clandestines de la CIA ont été à un moment donné des membres du comité directeur du consel administratif de la NED, incluant Otto Reich, John Negroponte, Henry Cisneros et Elliot Abrams. Le président du comité directeur de la NED en 2008 était Vin Weber, bailleur de fonds de la campagne électorale de George W. Bush en 2000. Gershman, patron de la NED depuis sa création, a travaillé en étroite collaboration avec Richard Perle, Elliot Abrams et Frank Gaffney. Gershman fut en un sens “présent à la création” de la faction de renseignement politique connue sous le nom de néo-conservatisme.

Le 26 Septembre 2013, quelques semaines avant que le président uktainien Viktor Yakounovitch annonça qu’il allait rejoindre la Russie et son Union Economique Eurasienne plutôt que de devenir membre de l’UE, Gershman écrivit une OpEd pour le Washington Post où il nommait l’Ukraine “le plus grand des prix”, expliquant que tirer l’Ukraine dans le camp occidental pourrait contribuer à la défaire ultime de Poutine. Gershman écrivit: “Le choix de l’Ukraine de rejoindre l’UE va accélérer la chute de l’idéologie de l’impérialisme russe (sic!) que Poutine représente. Les Russes également doivent faire face à un choix, et Poutine pourrait biern se retrouver du côté perdant pas seulement dans le voisinage immédiat mais aussi en Russie.

En d’autres termes, la NED est une entité financée par le gouvernement US qui a l’intetnion de renverser le président élu de la Russie parce que celui-ci ne plaît pas à la faction néo-conservatrice de Washington.

Parmi les projets de la NED en Russie figure le financement de l’opposition russe anti-Poutine de l’activiste Alexeï Navalny, membre d’un groupe appelé Russian Opposition Coordination Council, ou Conseil de Coordination de l’Opposition Russe. Navalny a reçu de l’argent de la NED.

La NED possède des sous-unités: le National Republican Institute, qui est mené par le sénateur républicain va t’en guerre John McCain, l’homme qui a joué un rôle clef dans le coup d’état américain de 2014 en Ukraine. Le National Democratic Institute, lié au parti démocrate US et présidée maintenant prs l’ancienne ministre des AE de Bill Clinton et avovate du bombardement de la Serbie, Madeleine Albright (NdT: la même qui déclara dans un entretien avec CNN que 500 000 enfants morts en Irak des causes des 10 ans d’embargo, était un juste prix à payer pour amener la démocratie en Irak !… Des propos à rendre Gandhi ou MLK hyper-violents !…). Le comité directeur de la NED inclut le noyau dur des néo-conservateurs de Bush-Cheney, les faucons va t’en guerre tels Elliott Abrams, Francis Fukuyama, Zalmay Khalitzad, l’ancien ambassadeur en Irak et en Afghanistan et architecte de la guerre afghane ; Robert Zoellick, proche de la famille Bush et ancien président de la Banque Mondiale.

Parmi les projets de la NED en Russie, elle a financé en 2014 en accord avec son rapport abrégé, 530 067 US$ sous la catégorie de “transparence en Russie”: “Améliorer la prise de conscience de la corruption” (re-sic). Travaille t’elle avec la police ou le procureur général russe ? Comment trouvent-ils cette corruption afin d’en attirer l’attention ? Ceci possède l’avantage de donner à Washington des détails intimes sur la corruption, réelle ou imaginaire, qui pourront ensuite être utilisés pour former les activistes des ONG comme ceux des groupes Navalny. (NdT: ceci fonctionne comme une véritable 5ème colonne US en Russie..). Un autre projet de la NED: Les Idées et Valeurs Démocratiques: 400 000 US$ pour quelque chose appelé: “Point de rencontre des droits de l’Homme et de l’Histoire, élever les consciences sur l’usage et le mauvais usage de la mémoire historielle et stimuler la discussion publique sur les problèmes politiques et sociaux urgents.” Ceci ressemble à s’y méprendre à une campagne récente du State Department pour la réécriture de l’histoire de la seconde guerre mondiale et du fait que l’URSS a payé de 27 millions de mort le prix d’avoir défait Hitler.

La seule véritable question n’est pas de savoir pourquoi le gouvernement russe a banni la NED de son territoire comme la première des ONG indésirables sous le coup de sa nouvelle loi. La question est de savoir pourquoi il ne l’a pas fait il y a 20 ans, ou du moins en 1999 lorsque Poutine est devenu président ? L’OTAN aujourd’hui est dans un état de guerre larvée avec la Russie, dans un tel cas, bannir des ONG hostiles comme la NED n’est que prudente auto-défense.

En Mai dernier, se référant au passage de la nouvelle loi russe sur les ONG indésirables, la porte-parole du ministère des AE US Marie Harf a dit que les Etats-Unis étaient “profondément troublés” par la nouvelle loi, l’appelant “un exemple additionnel de l’augmentation de la répression du gouvernement russe sur les voix indépendantes (sic) et une voie intentionnelle d’isoler le peuple russe du reste du monde.” Avant d’occuper sa position actuelle, Harf était la… porte-parole médiatique de la CIA, où elle a commencé sa carrière. Étonnant non ?…

De manière notable, en même temps que la Russie bannit la NED sous sa nouvelle loi des ONG indésirables, la Chine vient de signer une loi, celle de l’Overseas NGO Management Law, qui restreint les ONG étrangères sur son territoire. En Octobre dernier, la même NED avait financé les manifestions de la “révolutions des parapluies” à Hong Kong et la NED finance directement les séparatistes Ouïghours de la province chinoise du Xinjiang, comme par hasard le carrefour de tous les oléoducs et gazoduc majeurs venant de Russie et du Kazakhstan.

Conflit Russie-Europe: VGE… La voix de son maître…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 juin 2015 by Résistance 71

Ah ah !… La voix de la banque Rothchild s’exprime… VGE, l’instigateur de la loi de 1973 sur la privatisation de la Banque de France pour ses patrons Rothschild. Le “créateur” du projet de constitution européenne rejetée par le peuple français en 2005 par referendum et repassé en force en 2007 au parlement par son complice sarkozy.

VGE ne prend personne “à contrepied” allons, allons.. qui peut croire une pareille fadaise ??…

Non, il siffle la fin de la récrée pour ses patrons. Le passage en force contre la Russie n’a pas marché, de gros intérêts financiers commencent à être en jeu… Temps de remettre de l’ordre dans la maison.

En Avril 2014, nous avions traduit cet entrefilet de RT de sa section “économie”: “La Shell dit à Poutine que le projet gazier est toujours sur les rails quoiqu’il arrive en Ukraine”. Doit-on toujours préciser que la Shell (Royal Dutch) représente les intérêts Rothschild et Exxon-Mobil (ex-Standard Oil), les intérêts Rockefeller, eux-même agents américains des Rothschild !?!…

VGE ne fait que rappeler l’arrangement, nous pensons que notre petite analyse qui précédait notre traduction de l’article est bien toujours valide aujourd’hui… Des gens comme VGE ne font RIEN par hasard, tout est planifié, il est une nouvelle fois en mission commandée pour ceux qui ont entretenu sa carrière depuis le début.

 

“Si mes fils ne voulaient pas la guerre, il n’y en aurait aucune…”

~Gutle Schnaper (épouse de Mayer Amschel Rothschild)~

 

“Les politiciens sont comme les couches, il faut les changer souvent et pour la même raison.”

~ Mark Twain ~

 

 

Giscard D’Estaing prend tout le monde à contrepied en soutenant Moscou

 

Sputnik News (France)

 

22 Juin 2015

 

url de l’article:

http://fr.sputniknews.com/international/20150622/1016658743.html

 

En prenant position en faveur de la Russie, l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing a pris à revers une classe politique française et européenne qui n’ose critiquer la ligne aveuglément proaméricaine de l’Europe occidentale à l’égard de la Russie, écrit l’ancien diplomate Roland Hureaux.

« En prenant une position favorable à Poutine dans l’affaire ukrainienne, Valéry Giscard d’Estaing a pris tout le monde à contrepied », estime M. Hureaux dans les colonnes d’Atlantico.

Il rappelle qu’après sa rencontre avec Vladimir Poutine en mai 2015, l’ancien président français, généralement considéré comme un libéral proaméricain, a commencé à manifester des positions prorusses, notamment sur la Crimée et la crise ukrainienne.

VGE a souligné que les sanctions antirusses « ne sont pas dans l’intérêt de l’Europe, mais sont contraires au droit international ».  

« Les relations entre l’Europe et la Russie seraient meilleures si Bruxelles était réellement indépendant », a déclaré l’ancien président.

Notons que la position de M. d’Estaing est proche de celle de l’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt, qui a fustigé la politique irresponsable de Bruxelles et a, dans une certaine mesure, soutenu la politique de Vladimir Poutine.

Hureaux affirme qu’en adoptant cette position audacieuse, Valéry Giscard d’Estaing « va dans le sens de l’opinion française éclairée, celle qui ne se laisse pas influencer par le matraquage anti-Poutine des médias, une opinion de plus en plus décalée par rapport à la position officielle de Hollande — et de la direction de l’UMP ». Il explique que s’il n’y a pas longtemps, les partisans de la politique russe n’étaient pas nombreux, mais qu’actuellement « presque personne, en dehors de quelques intellectuels ne prend plus parti pour les Etats-Unis dans les affaires de l’Ukraine ».

Hureaux finit par conclure: « il ne s’agit bien entendu pas d’être pro-ceci ou pro-cela. Il s’agit que notre diplomatie soit celle de nos intérêts et non pas des intérêts de quelqu’un d’autre ».

Ingérence occidental en Ukraine: Le gaz nom de dieu… le gaz !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 23 juin 2015 by Résistance 71

Nous avons trouvé hier cette info en entrefilet sur RT, même pas dans les grands titres… Le pays du goulag levant (ex-USA) va exporter du gaz à l’Ukraine dans 2 ans !! Waouh ! Alors que l’est de l’Ukraine avec sa région Dniepr-Donetsk, nage littéralement dans le produit abiotique. C’est comme si les yanks disaient qu’ils allaient exporter du pinard en France ! Alors oui, la région en question est sous contrôle rebelle et dûe à la guerre civile la production et l’acheminenent sont altérés, mais la Russie procure du gaz à l’Ukraine a des prix bas, bien plus bas que le marché. Le chevalier blanc yankee saute dans le plat et promet de fournir du gaz au moyen de quoi ?… De puits sur le déclin. Bref, le va t’en guerre McCain ment une fois de plus comme un arracheur de dents. Il n’est plus à çà près… Bien sûr à l’Ouest,  dans nos merdias pressetitués, personne n’en parle !

— Résistance 71 —

 

John McCain: Les Etats-Unis vont fournir du gaz naturel à l’Ukraine et à l’Europe dans deux ans

 

RT

 

21 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://rt.com/usa/268654-us-gas-ukraine-mccain/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistsnce 71 ~

 

Les Etats-Unis seront capables de fournir du gaz naturel à l’Ukraine et à l’Europe dans deux ans, a promis le sénateur américain John McCain (NdT: la pire va t’en guerre qui chantait en public “bomb, bomb, bomb Iran….”) à Kiev. Le politicien américain pense que seule la dépendance au gaz empêche les pays européens de durcir leurs sanctions contre la Russie.

Les Etats-Unis fourniront du gaz naturel à l’Ukraine et autres parties de l’Europe dans deux ans”, a dit McCain samedi, rapport l’agence RIA Novosti.

McCain menait la délégation sénatorial US en Ukraine, qu’il visita avec les sénateurs Tom Cotton et John Barras. La délégation a rencontré le président ukrainien Petro Poroschenko et a visité le QG du bataillon Dnipro-1 à Dnepropetrovsk.
Vendredi, McCain a envoyé un message d’encouragement à Kiev et a cherché à faire honte aux alliés européens de ne pas fournir assez d’aide aux forces ukrainiennes pour battre les rebelles dans l’Est du pays, rapporte Associated Press (AP).

McCain pense que la dépendance de l’Europe au gaz russe empêche les capitales européennes d’introduire des sanctions économiques plus dures contre Moscou. Début Juin, McCain a critiqué le gouvernement Obama de ne pas envoyer d’armes létales à Kiev, décrivant cette situation comme étant “honteuse”.

Jeudi, le sénat américain a passé à 71 voix contre 25, le budget pour 2016 du National Defense Authorization Act (NDAA) de 612 milliards de dollars afin de financer les forces armées américaines en 2016.

La loi passée inclut un budget de 300 millions de dollars en soutien militaire à Kiev, l’accord du congrès et de la Maison Blanche étant encore à venir.
La Russie a dénoncé de manière consistante le soutien militaire aux autorités de Kiev, qui n’a fait qu’augmenter l’escalade dans le conflit et l’instabilité de la région.
Il y a un mois, McCain, un fervent soutien du coup de Maïdan qui déposa l’ancien président ukrainien Viktor Yakounovitch, a dû refuser un siège au conseil international sur l’Ukraine à cause e la règelementation du congrès US en la matière.

Dans le même temps, le nombre de forages pour le pétrole et le gaz aux Etats-Unis et au Canada a diminué de manière dramatique et ce à un ratio supérieur à celui qui se produisit au début de la crise en 2008. La chute continue depuis maintenant plus de six mois, rapporte Baker Hughes.

A la mi-Juin 2015, le nombre de puits de gaz naturel est tombé à 859, ce qui représente 44% du maximum jamais enregistré en Septembre 2014 (1931 puits). Le nombre de puits de pétrole aux Etats-Unis a chuté à 635, ce qui ne représente que 39% du maximun de 1609 puits enregistrés l’an dernier.

A l’heure actuelle, l’Ukraine achète du gaz à la Russie avec une réduction de 100 US$ par 1000m3, mesure qui fut introduite en Octobre dernier comme partie d’un “contrat hivernal”, qui fut lourdcement négocié par la Commission Européenne.

Bien que le “contrat hivernal” ait expiré le 31 Mars dernier, la Russie a continué de pratiquer la ristourne sur le gaz depuis.

Les négociations en cours entre la Russie, l’Ukraine et la CE doivent déboucher sur un protocole écrit sur la fourniture du gaz russe à l’Ukraine pour la période de l’automne et de l’hiver 2015-2016, rapport RIA Novosti.

La réunion ministérielle trilatérale sur le gaz devrait se tenir cette semaine.

Analyse géopolitique: L’association des BRICS… alternative ou remplacement de l’hégémonie impérialiste occidentale ?…

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 19 juin 2015 by Résistance 71

Nous avons déjà émis quelques circonspections sur ce blog quant à la véritable nature de l’action de la Chine (voire de la Russie), ainsi nous ne pouvons qu’abonder dans le sens de l’excellent Ulson Gunnar et de son analyse sur la dualité (feinte ?) du monde unipolaire totalitaire occidental et d’un renouveau unipolaire proposé par les BRICS. Quoi qu’il en soit, nous ne pensons en aucune façon qu’une solution au marasme mondial ne puisse venir de nations-états. Leur temps est révolu, place aux peuples et à la confédération des associations libres et autogérées.

— Résistance 71 ~

 

L’Orient doit être une alternative à l’hégémonie de l’occident et non pas la remplacer

 

Ulson Gunnar

 

15 Juin 2015

 

url de l’article:

http://landdestroyer.blogspot.fr/2015/06/east-must-provide-alternative-to-not.html#more

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

De récentes informations ont montré le gain rapide de terrain de la Chine contre un Occident qui a maintenu son hégémonie depuis des siècles sur l’Asie et la zone Pacifique. Au-delà de l’Asie, la Chine a étendu régulièrement son influence en Afrique et au Moyen-Orient. Avec la Russie, l’Iran et d’autres nations de L’Orient, ils construisent ce qui est communément appelé un ordre mondial multipolaire.

Cet orde multipolaire fait contraste avec l’ordre unipolaire que l’occident a essayé d’imposer depuis les décennies de l’après seconde guerre mondiale et n’est que la continuation de l’impérialisme occidental amené par les empires britannique et autres venant d’Europe pendant et après le déclin de l’empire Ottoman.

Mais ce que l’orient est en train de faire est-il vraiment une alternative à la marque de fabrique hégémonique impérialiste de l’Occident ? Ou cela n’est-il que la même chose sous une étiquette différente ? De plus, le comportement de l’occident ralliant d’autres nations à unifier sous un étendard unique et consolidé, pour n’être en fait que mis sous la tutelle de la vision qu’a l’occident de l’ordre international géré par Washington, Wall Street, Londres et Bruxelles ?

Voilà des questions qui doivent être posées et explorées particulièrement par les gens qui gravitent le plus vers l’Orient. Ils comprennent la menace de l’hégémonie occidentale et le véritable marasme qu’elle a et continue d’infliger à l’humanité. De la dévastation de l’Afghanistan et de l’Irak aux guerres qui font rage en Libye, en Syrie et au Yémen, les méthodes occidentales ont pris des régions poudrières instables et en ont fait des enfers actifs.

Tout naturellement, les gens cherchent une force capable de contrer une telle violence inhumaine, les bains de sang et l’exploitation sans honte et la manipulation. Ils voient ce contre-pouvoir dans la Russie, la Chine et leurs sphères d’influence et bien que ces forces ont servi dans le passé de contre-poids aux forces du fascisme ou de l’impérialisme, on doit toujours être prudent de ne pas soutenir une hégémonie pour une autre.

Pour Moscou, Pékin et les autres nations des BRICS, ils doivent comprendre que le soutien et le succès qu’ils ont en ce moment est spécifique parce qu’ils offrent ce que beaucoup croient être une alternative à et non pas le remplacement, à l’hégémonie occidentale. Le monde regarde les BRICS comme une alternative viable parce qu’ils ne mettent pas en place de bases militaires partout dans le monde, ils n’interviennent pas militairement à des milliers de kilomètres de leurs frontières et ils travaillent avec les nations au lieu d’utiliser la force coercitive. Dès qu’ils cesseront de maintenir ces principes, ils cesseront de servir comme alternative viable à l’Occident.

La Chine en particulier a été critiquée depuis longtemps par l’occident pour faire du commerce avec quelque nation que ce soit sans se soucier des violations de droits de l’Homme. L’occident fait ces critiques parce que cela dérange sa capacité à exploiter les droits de l’Homme comme un prétexte pour interférer diplomatiquement, militairement et économiquement avec le pays ciblé. Dans le même temps, l’occident a pratiqué des relations d’affaire de longue durée avec les plus vicieux bafoueurs de droits de l’Homme sur la planète, le régime saoudien parmi eux.

La Chine a réaffirmé répétitivement et parfois même douloureusement, la primauté de la souveraineté nationale sur toutes les relations internationales. Elle doit non seulement continuer de réaffirmer cela sur un plan diplomatique, mais aussi de manière pragmatique au travers de sa politique étrangère. Ceci est non seulement un sujet de son propre intérêt, empêchant des intérêts étrangers de dicter à Pékin ce qu’il devrait faire dans ses propres frontières, mais cela aide pour établir un solide précédent dans l’établissement d’un ordre multipolaire mondial.

Vieilles et nouvelles institutions supranationales

La Russie, la Chine et le reste des pays des BRICS (NdT: Brésil, Inde, Afrique du Sud et quelques pays au statut d’observateurs comme… l’Iran…) créent eux-mêmes une variété d’institutions supranationales et d’alliances militaires pour être compétitives avec celles de l’occident, particulièrement le FMI, la Banque Mondiale, l’OTAN et même l’ONU. Mais, en faisant cela, ils doivent s’assurer de la préservation, et même de l’encouragement pour que la souveraineté nationale soit le principe organisateur principal parmi ces nouvelles institutions. Ceci pas seulement sur le papier, mais plus spécialement en pratique, que cela soit bon pour les BRICS en ce moment ou pas.

Parce que que ces intérêts spéciaux qui sont derrière les BRICS et qui se présentent en apparente opposition à l’occident le comprennent ou pas, la vraie raison pour laquelle le public global leur a donné une opportunité, est justement parce qu’ils sont perçus comme étant différents de l’occident et différents de la méthode occidentale d’utilisation de leur richesse et de leur influence. Que cela serve leurs intérêts immédiatement ou pleinement, ils devront remplir cette attente ou souffrir très rapidement du même retour de bâton dont souffre l’occident actuellement, aussi bien domestiquement qu’à l’étranger.

Le monde change économiquement, technologiquement et culturellement. Ces changements n’ont pas été favorables à la “globalisation” ou même aux institutions supranationales. Rechercher de créer des doublons d’institutions supranationales occidentales existantes, erronées et obsolètes, semble au mieux idiot.

Comprendre cela et équilibrer la concurrence avec les institutions occidentales toujours actives, contre la dynamique de changement du futur proche est essentiel pour la survie et l’éventuel succès des BRICS et du monde multipolaire qu’ils affirment vouloir créer.

Dans un monde où la technologie maintenant donne le pouvoir à un individu de faire ce qu’auparavant plusieurs personnes pouvaient faire avec de grandes ressources, constitue un glissement dans l’équilibre du pouvoir entre les communautés locales, les nations, les alliances mondiales et les accapareurs de pouvoir. Le future des BRICS dépend d’une compréhension collective que le combat de ce changement à venir mènera les BRICS tout droit à la même falaise de laquelle l’occident est actuellement suspendu et à bout de souffle.

Pour les peuples eux-mêmes, ils doivent comprendre qu’ils ont toujours en fait été dans le siège du pilote, même si des mains insidieuses se sont saisies du volant pour la majorité du voyage que nous faisons. Il nous faut réaliser que le peuple et non pas des intérêts spéciaux, a la capacité de diriger, de conduire le monde sur la route que nous désiront toutes et tous suivre et que cela est notre plus grande chance de réussite. Nous ne devons pas soutenir un bloc de manière obsessive par rapport à un autre, nous ne devons pas souscrire presque religieusement à des partis politiques, des personnalités ou des marques de produits, mais nous devrions en fait nous accorder sur un set de principes et ne soutenir que ceux qui se tiennent à ces principes (de bien commun).

En nous attachant à des partis politiques, des personnalités et des marques, nous ne pourrons qu’être encore et toujours déçus. D’un autre côté, les principes sont indestructibles, indomptables et durent pour toujours. Dans le grand jeu de la géopolitique, si nous voulons vraiment briser cette habitude de voir le volant de l’histoire tourné pour nous par des mains insidieuses, nous devons cesser de suivre et de cautionner ces mains qui tournent ce volant pour nous et nous devons suivre les principes qui toujours vont de l’avant.

Lorsque la Russie, la Chine et le reste des pays des BRICS se dressent pour la souveraineté nationale, le non-interventionisme et le non-expansionisme militaire, nous devons les applaudir et les soutenir, pas parce qu’ils sont les BRICS, mais parce qu’ils se tiennent aux principes qu’ils ont énoncés. Lorsqu’ils échouent de le faire, alors nous devons les condamner de la même vive voix que celle que nous utilisons pour condamner l’occident hégémonique.

Mise à jour sur l’agenda Bilderberg 2015

Posted in actualité, altermondialisme, économie, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 juin 2015 by Résistance 71

Résistance 71

 

10 Juin 2015

 

Voici sur quoi portera l’agenda Bilderberg 2015 qui se tiendra du 11 au 14 Juin dans l’hôtel Interalpen au Tyrol autrichien ; réunion placée sous très haute surveillance policière qui coûtera quelques 100 millions d’Euros aux contribuables européens afin que des forces de police au service du public protègent en établissant une zone d’exclusion de libre-parole de 10km autour de l’hôtel, une clique d’oligarques des secteurs privé et public, se réunissant de manière privée, secrète, hors de tout contrôle et dont certains participants, élus de leurs peuples respectifs, commettent un acte de trahison notoire en complotant à huis-clos, hors de tout circuit de représentation officiel, avec des personnalités politiques et privées d’autres nations.

L’oligarchie traitera en huis-clos total des sujets suivants:

  • 1- Isolation de la Russie plus avant et armemement des milices nazies ukrainiennes, menant potentiellement à une confrontation avec l’OTAN
  • 2- Le muselage du soutien financier des candidats potentiels à la présidence des Etats-Unis en concurrence d’Hillary Clinton, choix des Bilderberger pour 2016 (tout comme il semble que Juppé soit le choix des Bilderbergers pour la France en 2017)
  • 3- Le positionnement des “élites” autocproclamées comme les sauveurs potentiels lorsque toujours plus d’émeutes et de troubles sociaux programmés émergeront dans la droite ligne de la politique du “Ordo ab Chao” chère au Nouvel Ordre Mondial
  • 4- L’introduction du concept d’un mode sans argent liquide, physique et l’imposition de ce fait d’un totalitarisme économique planétaire
  • 5- Le discrédit de la campagne de sortie de l’UE au Royaume-Uni et de son referendum à venir sur son maintien dans l’UE
  • 6- La redéfinition du terme “autoritarisme” en anticipation de l’effondrement économique général à venir
  • 7- La finalisation du TPP (TransPacific Partnership) et autres “partenariats” transatlantique, comme les piliers du gouvernement mondial tant attendu par les “élites” oligarchiques
  • 8- Le démantèlement de la Chine et de la capacité des BRICS de défier le système unipolaire de l’empire
  • 9- La promotion effrénée de l’Intelligence Artificielle / robotique et la surveillance généralisée afin de rendre le totalitarisme de Big Brother comme quelque chose de “cool”, d’”à la mode” afin de tromper et de leurrer le public à embrasser la technologie de contrôle planétaire, surtout les jeunes générations accrocs aux gadgets électroniques en tout genre

A suivre donc cette semaine et dans l’année qui vient…

Nouvel Ordre Mondial: L’Agenda de la réunion Bilderberg 2015…

Posted in actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 juin 2015 by Résistance 71

Résistance 71 

5 Juin 2015

Mise à jour du 10 juin 2015 sur l’agenda Bilderberg 2015

La réunion secrète annuelle depuis les années 1950 réunissant 120 à 150 des oligarques les plus importants de la planète du groupe Bilderberg va se tenir cette année à l’hôtel Interalpen au tyrol en Autriche, « coïncidentellement » à une encâblure du lieu de réunion du G7 en Bavière quelques jours auparavant…

L’agenda de cette réunion Bilderberg 2015, placée sous très haute surveillance policière qui coûtera aux contribuables plus de 100 millions d’euros, tournera autour de 3 thèmes essentiels:

  • La société sans argent: Les oligarques sont en train de supprimer l’argent liquide pour ne garder qu’une monnaie 100% fictive sur écran ordinateur, histoire de toujours entuber plus le monde et masquer la valeur réelle des crédits qui ne pourront JAMAIS être repayés, mais dont les intérêts engrossent les banquiers toujours plus tandis que Mr Tout le monde s’appauvrit de jour en jour…
  • La guerre en Ukraine et comment gérer la Russie
  • La promotion du flot de réfugiés fuyant les guerres de racket de l’occident dans justement ces mêmes pays occidentaux.

A suivre donc à partir de la semaine prochaine…

Résistance à l’empire: Les prochaines révolutions colorées de la NED/CIA… Macédoine, Azerbaïdjan et Kyrgystan…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 24 mai 2015 by Résistance 71

La bataille du gaz contre la Russie est engagée plus avant, enjeu: l’Eurasie…

~ Résistance 71 ~

 

Une révolution colorée pour la Macédoine

 

Paul Craig Roberts

 

22 Mai 2015

 

url de l’article original:
http://www.paulcraigroberts.org/2015/05/22/color-revolution-macedonia-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pendant la guerre froide, Washington était concerné par les communistes fomentant des manifestations de rue qu’ils pouvaient tourner en révolutions, avec des politiciens formés et attendant dans l’ombre de prendre en main le nouveau gouvernement, étendant ainsi l‘empire soviétique. C’est exactement ce que fait Washington aujourd’hui.

Nous avons récemment été les témoins de cette opération en Ukraine et maintenant il semblerait qu’une opération identique soit en marche en Macédoine.

La National Endowment for Democracy (NED) fut créée en 1983. Son but est de promouvoir la démocratie à l’´étranger. Son véritabe objectif était de créer des désaccords dans l’Europe de l’Est soviétique. Aujourd’hui la NED utilise l’argent des contribuables pour renverser des gouvernements non-alignés avec la politique de Washington. (NdT: La NED fut créée comme agence de propagande et d’espionage actif sous Ronald Reagan, le président sous lequel Roberts a servi comme adjoint-secrétaire au trésor et qu’il considère comme le “meilleur président américain”. C’est le “petit côté” partial de Roberts…)

Le NED finance des ONG dans des pays ciblés par Washington pour la déstabilisation politique. Ces ONG opèrent sous des “thèmes” comme “l’enseignement de la démocratie” et les “droits de l’Homme”. Les ONG développent des cadres qui consistent en des étudiants idéalistes et des politiciens déçus et les montent contre le gouvernement dont l’indépendance doit être réprimée et limitée par Washington. (NdT: ce qu’on pourrait appelé la 5ème colonne américaine en référence au réseau propagandiste et d’influence nazi des années 1930, jusque dans la seconde guerre mondiale… Roberts en parle plus loin)

Les étudiants idéalistes sont simplement des dupes trompés le plus souvent et les politiciens déçus désirent simplement obtenir du pouvoir dans des fonctions et servent Washington afin d’obtenir ce qu’ils veulent.

D’après la secrétaire aux affaires étrangères américaines Victoria Nuland, Washington a dépensé 5 milliards de dollars en Ukraine pour former et peaufiner des politiciens et créer des ONG faisant parties de la 5ème colonne américaine.. Lorsque le président ukrainien Yakounovitch a refusé d’aligner l’Ukraine avec les intérêts de Washington, l’empire a lâché sa 5ème colonne locale et le gouvernement de Yakounovitch fut violemment renversé. Malgré les beaux discours de Washington sur la démocratie, le fait que le gouvernement de Yakounovitch avait été démocratiquement élu et qu’une nouvelle élection n’était distante que de quelques mois n’ont pas empêché le renversement de celui-ci.

Maintenant, le même programme est en préparation pour l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Kyrgystan et la Macédoine. La très grande majorité des Américains n’a absolument aucune idée de l’endroit où se trouvent ces pays. L’Arménie et l’Azerbaïdjan sont à l’Est de la Mer Caspienne et sont d’anciennes provinces de l’URSS. Le Kyrgystan est un ancien état soviétique frontalier de la Chine (NdT: la fameuse Eurasie à contrôler coûte que coûte…). La Macédoine, pays natal d’Alexandre le Grand, est une partie du nord de la Grèce, mais au XXème siècle des portions de la Macédoine sont devenues parties de la Yougoslavie. Quand Washington (NdT: et Berlin) a détruit la Yougoslavie, la Macédoine est devenue une république indépendante de 2 millions d’habitants. La Macédoine est verrouillée par la Grèce au sud, la Bulgarie à l’Est, l’Albanie à l’Ouest, par la Serbie et le micro état du Kosovo créé par Washington au nord.

Pourquoi Washington est si intéressé de contrôler la Macédoine ?

Le gouvernement macédonien a refusé de participer aux sanctions de Washington contre la Russie et soutient le gazoduc Russian Turkish Stream qui va délivrer le gaz naturel russe à l’Europe via la Turquie et la frontière grecque.

La Grèce est en train d’être pillée par l’UE, le FMI et les banques allemandes et hollandaises. En conséquence, la Grèce est poussée dans les bras de la Russie car le soutien russe est la seule alternative pour la Grèce qui est handicappée par des mesures d’austérité drastiques que l’UE force le peuple grec à ingurgiter. La Macédoine se trouve entre la Grèce et la Serbie, un pays pas amoureux de Washington ni de l’UE suite à son démembrement par l’agression de l’OTAN. Washington a peur du flot de l’énergie russe, que Washington ne pourrait pas contrôler vers ses pays vassaux européens par les alliés des Russes en Europe.

Si Washingtron peut se saisir de la Macédoine, il pourra se tenir entre la Grèce et la Serbie et peut-être persuader la Grèce de s’aligner sur le projet d’un gazoduc soutenu par Washington et qui supplérait l’UE depuis l’Azerbaïdjan, réduisant ainsi l’influence de la Russie sur l’Europe.

La Macédoine possède une population minoritaire albanaise. L’Albanie est un état vassal de Washington et un membre de l’OTAN. Washington s’est aligné avec les dissidents albanais, manifestant dans les rues, le gouvernement macédonien a été accusé de corruption comme le fut le gouvernement ukrainien d’avant Maïdan et le ministère US des AE exprime ses préoccupations quant à la crise politique macédonienne que Washington a en fait complètement orchestré.

Washington parle toujours de démocratie et de droits de l’Homme mais n’a absolument aucun respect ni pour l’un ni pour l’autre. Washington n’utilise ces mots que comme des suppositions de leur absence au sein des gouvernements qu’il veut renverser.

Le gouvernement russe comprend très bien ce qu’il se passe. Que le gouvernement russe ait appris sa leçon depuis qu’il s’est mis sur la touche tandis que le gouvernement ukrainien était renversé, reste à voir.

D’une perspective américaine, en contraste avec la perspective de Washington, la question est de savoir si la poursuite dangereuse de l’hégémonie de l’empire vaut le risque d’une guerre avec la Russie et la Chine. Les néoconservateurs, qui ont fait main basse sur la politique étrangère des Etats-Unis, croient que cette hégémonie vaut le coup de prendre le risque. Mais les Américains dérivent-il suffisamment de plaisir fictif d’une poignée de nouveaux cons tyrannisant le monde pour acepter vraiment le risque d’une guerre nucléaire ?

L’agression à découvert dont Washington fait montre envers la Russie devrait alarmer non seulement le peuple des Etats-Unis, mais aussi le monde entier. La guerre est en cours de fabrication. La guerre contre la Russie voudra aussi dire la guerre contre la Chine. Ceci n’est en aucun cas une guerre que Washington et ses vassaux, ni l’humanité, ne peuvent gagner.

Ingérence occidentale et soutient de l’Ukraine nazie…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 26 avril 2015 by Résistance 71

Depuis le départ, depuis Maïdan l’UE, les US, l’OTAN soutiennent les nazis ukrainiens. Wall Street avait soutenu Hitler des années 1930 jusqu’à au moins 1944… Rien de nouveau sous le soleil… Mais il faut que cela se sache, parce que c’est le programme qui nous est réservé à terme.

— Résistance 71 —

 

Quand l’Ukraine devient officiellement nazie

 

Giulietto Chiesa

 

15 Avril 2015

 

url de l’article en français:

http://ilfattoquotidiano.fr/quand-lukraine-devient-officiellement-nazie/

 

Par décision de son Parlement (la rada) du jeudi 9 avril 2015, l’Ukraine qualifie d’héroïque son passé nazi. Ce n’est pas la première fois, mais cette fois-ci elle le fait de façon solennelle, c’est-à-dire qu’elle « refonde » l’État ukrainien en mettant hors-la-loi le parti communiste, en déclarant comme « criminelle » toute référence au communisme, à ses fondateurs et à ses dirigeants, aux mots et aux symboles de son passé communiste, ainsi qu’à ses décisions politiques.

Il y a également dans cette loi, en guise de feuille de vigne, la mise au même niveau du communisme et du nazisme. Parfaitement stupide, cette mise sur le même plan a été rapidement effacée en déclarant comme « héros officiels » tous les membres des formations paramilitaires, et des organisations politiques nationalistes. En somme, toutes ces personnes sont officiellement reconnues comme « combattants pour l’indépendance ukrainienne. » Même ceux qui massacrèrent des dizaines de milliers de juifs en Galice. Sans parler des fusiliers, démolisseurs, membres de la rada centrale, de l’armée de la République populaire ukrainienne, des forces armées du Hetmanat, de l’armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), de l’organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), et des membres du Mouvement populaire (Rukh) jusqu’en 1991.

Autrement dit, tout ce qui s’est passé depuis octobre 1914 : « au cours des 100 dernières années – s’est écrié devant la Parlement Jurij Shukevic, digne héritier de Roman, son père nazi – où nous avons été en guerre contre l’impérialisme russe, contre l’occupation russe. »

La loi a été présentée devant le parlement ukrainien par ce même Shukevic, accompagné du directeur de l’Institut de la Mémoire nationale, Vladimir Vjatrovic. S’en est fait également écho le porte-parole adjoint de la Rada, Andrej Parubij, celui qui mena le pogrom anti-russe le 2 mai 2014 à Odessa. « Le moment est venu de reconnaitre tous ceux qui ont combattu sous le drapeau bleu et jaune au trident comme des combattants pour l’existence de l’État ukrainien. »

Un autre député, Igor Moijsichuk, a exalté le « moment historique » du rétablissement de la vérité historique, « celle qui a été piétinée le 30 juillet 1941 et jusqu’à aujourd’hui. » Autrement dit, celle de la République populaire d’Ukraine qui s’était alliée aux nazis lors de la Seconde Guerre mondiale. Et on a pu entendre les vociférations du député Oleg Medunitsa : « Celui qui ne vote pas est un ennemi de l’Ukraine, et travaille pour l’ennemi. »

On comprend mieux dans quel climat s’est déroulé ce « vote historique. » En fait, tout le monde s’est levé, y compris la soi-disant opposition, les représentants d’une population qui est pratiquement russe pour moitié, tandis qu’on qualifiait la Russie et les Russes d’ennemis éternels. Le vote a fait l’unanimité : 254 favorables, aucun contre, aucune abstention.

J’aurais deux commentaires assez banals. Il sera intéressant maintenant de voir comment Bruxelles va soutenir l’idée d’une prochaine entrée de l’Ukraine dans l’OTAN et dans l’Union européenne. En fait, il s’agit d’inclure dans l’Europe un pays qui efface, par une loi, toute l’histoire de l’Ukraine unie et de ses racines antinazies. Deuxième chose, il conviendra de rappeler aux nazis ukrainiens que, si l’on devait les prendre au mot, l’Ukraine actuelle n’existerait plus. La Crimée, par exemple, serait russe, puisque ce qui l’a fait devenir ukrainienne fut un acte « délictueux » du « criminel » Nikita Khrouchtchev . Et toutes les régions de l’Ouest des Carpates, dont une grande partie de la Galice, ne pourraient pas faire partie de l’Ukraine, puisque ce fut Staline – un criminel communiste bien connu – qui, par une décision tout aussi « délictueuse », les inclut (pacte Molotov – Ribbentrop), au sein des frontières de l’Ukraine. Et l’Ukraine devrait aussi abandonner son titre de pays fondateur des Nations Unies (et sa place comme membre de l’ONU) : ces deux titres et ce rôle ont été obtenus suite à une décision de l’ex-URSS, encore une fois « criminelle », et donc à effacer.

En somme, l’Ukraine d’aujourd’hui, en se reconnaissant nazie, a cessé d’être l’État qu’elle était quand Euromaïdan a commencé.

Terrorisme d’états de l’OTAN: Coup de semonce russe…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 23 avril 2015 by Résistance 71

Avertissement de la Russie à l’OTAN

 

Al Manar

 

22 Avril 2015

 

url de l’article:

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=232373&cid=19&fromval=1&frid=19&seccatid=33&s1=1

 

Le général Valery Gerasimov, chef d’État-major de l’Armée russe a mis en garde les pays européens qui envisagent d’accueillir les systèmes de missiles de l’Otan sous commandement américain, que Moscou considère ces installations comme des cibles prioritaires, car elles possèdent des capacités offensives.

Selon lui, les États-Unis et leurs partenaires de l’Otan veulent mettre la Russie à genoux en alimentant les conflits à sa frontière, comme en Ukraine. 

«Les MK-41 lance-missiles verticaux qui font partie du complexe AEGIS Ashore, système de missiles basé au sol déployé en Roumanie et en Pologne, peuvent tirer non seulement des fusées anti-missiles SM-3, mais aussi des missiles de croisière Tomahawk», a déclaré le général Gerasimov lors d’une conférence sur la défense dans la capitale russe, Moscou, jeudi dernier.
 «Les nations non-nucléaires qui hébergent des éléments du système ABM deviennent des cibles prioritaires pour nos contre-mesures», a-t-il averti.

 «Nous considérons le déploiement de systèmes de défense anti-missiles globaux par les Américains comme une étape supplémentaire des États-Unis et de leurs alliés dans leur projet de destruction du système actuel de sécurité internationale afin de s’assurer la domination du monde», a déclaré Gerasimov.

Il a poursuivi: «Il devient évident que la poursuite de la mise en œuvre des plans de défense antimissile des États-Unis et de l’Otan crée une véritable menace pour les forces nucléaires stratégiques russes.» 


«Nous ne savons pas quel genre d’ordres reçoivent les nouvelles autorités ukrainiennes de la part de leurs tuteurs occidentaux et où l’agression de Kiev pourra continuer à l’avenir», a-t-il dit.

Pendant ce temps, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déclaré que Washington a franchi toutes les lignes en tentant de faire glisser l’Ukraine dans son camp dans le cadre d’un plan plus large visant à élargir l’Otan et aliéner les voisins de la Russie.

«Les pays de l’Otan poursuivent activement une expansion de leur espace géopolitique, installent des capacités militaires en Europe de l’Est et essaient de fermer la frontière de la Russie. Le but de leurs exercices dans l’Europe de l’Est et dans la région Arctique indique leur nature antirusse», il dit. 

Choïgou a également accusé l’Otan d’accroître le potentiel de guerre en Europe de l’Est en banalisant «l’utilisation d’armes nucléaires tactiques américaines déployées dans plusieurs pays européens».