Archive pour ingérence occidentale syrie

Ingérence impérialiste en Syrie: La bataille oubliée de manière opportune ou quand l’empire et sa légion islamiste mercenaire se font botter le cul !…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, politique française, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 22 janvier 2013 by Résistance 71

L’armée syrienne contrôle le terrain

 

Ghaleb Kandil

 

url de l’article original:

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Ghaleb_Kandil.210113.htm

 

Le 21 janvier 2013

 

Les rapports et les articles de presse occidentaux soulignent la débandade des gangs terroristes en Syrie et les dissensions qui minent leurs rangs. Dans le même temps, les façades politiques des oppositions syriennes, créées par l’Occident, sont en faillite.

Les derniers développements sur le terrain ont enregistré une progression de l’Armée arabe syrienne (AAS), qui a repris le contrôle de nombreuses régions troublées et liquidé des bastions rebelles. Selon les informations parues dans la presse occidentales, les groupes terroristes, parrainées par la Turquie et les pétromonarchies du Golfe et manipulées par les Etats-Unis, ont massé des dizaines de milliers de terroristes multinationaux. Des milliers d’entre eux ont péri lors des offensives de l’armée, et des combats fratricides déchirent leurs rangs après leurs échecs stratégiques. Les reporters occidentaux « Embedded » dans les groupes terroristes n’ont pas pu cacher cet état de déliquescence et les combats sanglants sur le partage du butin et des munitions, surtout provoqués par l’assèchement du financement. Des « dissensions idéologiques et politiques », encouragées par le Front qaïdiste al-Nosra, qui veut liquider tous ses concurrents, ont lieu dans plus d’une région.

Les rapports occidentaux reconnaissent que l’Etat syrien a étendu son emprise sur de vastes zones, et contrairement à certaines informations, le gouvernement contrôlerait 80% du territoire et toutes les grandes villes et la campagne environnante. Les affrontements avec les gangs terroristes se concentrent dans la campagne proches de la frontière turque dans les provinces d’Idleb et d’Alep et certains bastions limitrophes du Liban, dans la campagne de Damas et de Homs.

La décision de créer des forces populaires supplétives de l’armée, appelées Forces de défense nationales, formées de réservistes, constitue un développement stratégique, dont on a commencé à constater les conséquences sur le terrain. A Alep, par exemple, 20000 jeunes se sont enrôlés en une semaine dans les rangs de la Garde républicaine après l’autorisation accordée aux recrues de servir dans leurs régions d’origine.

Les Forces de défense illustrent l’unité nationale, un des facteurs nécessaires pour remporter la guerre contre le terrorisme.

Les rapports stratégiques occidentaux et israéliens assurent que l’armée syrienne, tout en résistant à la guerre terroriste, planifiée et financée par les puissances coloniales et impérialistes, a réussi à préserver intactes ses unités militaires chargées de faire face à toute offensive terrestre israélienne ou intervention étrangère. Elle a conservé ses capacités stratégiques de défense nationale.

En plus des capacités militaires de l’Etat syrien, les alliés de Damas ont intensifié et adapté leur aide multiforme dans le cadre d’une relation de partenariat pour conter-carrer les plans hégémoniques des Américains et Occidentaux.

Le chef d’état major inter-arme russe a ainsi mis en garde contre toute intervention militaire étrangère en Syrie, qui provoquerait une catastrophe à l’échelle de toute la région. Le général Valery Girassimov a affirmé que son pays surveillait de près le déploiement des batteries de missiles Patriot, en Turquie. «Nos partenaires ont annoncé que ces missiles ne seront pas utilisés, pour établir une zone d’exclusion aérienne, au-dessus de la Syrie», a-t-il dit lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion du Conseil Russie-Otan à Bruxelles. «La position de la Russie consiste à laisser aux Syriens le soin de résoudre la crise, et Moscou rejette toute ingérence étrangère, qui pourrait s’avérer catastrophique, pour la région», a-t-il ajouté.

L’Iran, de son côté, a exécuté son engagement à soutenir le gouvernement et le peuple syrien, à travers la signature d’un accord permettant à Damas d’emprunter à l’Iran jusqu’à un milliard de dollars à des taux d’intérêts préférentiels.

Confrontés à ces réalités incontournables, les Occidentaux sont à la recherche d’une stratégie de repli mais refusent encore d’admettre leur défaite.

Aussi, les prochains mois seront-ils riches en développements, caractérisés par le renforcement de l’emprise de l’Etat syrien sur l’ensemble du territoire et le recul des terroristes. Cette équation inévitable contraindra Washington à accepter les mécanismes de fin de la violence, qui passent forcément par l’arrêt du financement et de l’armement des groupes terroristes.

Ingérence impérialiste en Syrie: de l’autre côté du miroir propagandiste occidental…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, résistance politique with tags , , , , , , , , , on 14 juin 2012 by Résistance 71

Syrie : les miliciens battent en retraite

 

Al Manar

 

Le 13 Juin 2012,

 

Url de l’article original:

http://www3.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=68329&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

 

Dans plusieurs régions syriennes, les miliciens de l’insurrection ont battu en retraite, sous les coups des forces gouvernementales, tout en arguant des replis tactiques.

Ainsi, a été purgé Haffé, localité de la province de Lattaquié, alors que le quartier de Khaldiyyé à Homs est sur le point de l’être, sans oublier la localité de Haratane, dans le gouvernorat d’Alep, et proche de la frontière avec la Turquie, et d’où les miliciens de l’Armée syrienne libre ont declaré avoir effectué un repli tactique . Alors que l’on constate une recrudescence des kidnappings et des charges explosives dans plusieurs régions syriennes.

Les croyants en Palestine, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, En Égypte, en Syrie, en Jordanie, en Irak, en Iran en Tunisie, en Libye et dans l’ensemble de notre monde arabe et islamique se préparent pour restituer cette terre.

Les autorités syriennes ont annoncé mercredi « le retour du calme » à Haffé, localité de la province de Lattquié, proche du village natale du président syrien, Qardaha, après que les forces gouvernementales l’ont « purgée des groupes terroristes armés ».

Les autorités « ont ramené la sécurité et le calme dans la région de Haffé après l’avoir purgée des bandes terroristes armées qui ont terrifié les habitants », a indiqué l’agence officielle Sana citant une source officielle, ajoutant       que       les       forces gouvernementales du régime « ont poursuivi les bandes terroristes dans les villages avoisinants » où elles ont tué et arrêté des membres de ces bandes.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a reconnu ce fait, signalant que la milice de l’ASL s’est retiré à l’aube de cette ville situé au nord-est, et ce après huit jours de bombardements intenses, selon les termes de l’OSDH.

« Les insurgés se sont retirés de la ville de Haffé et de toute sa région à l’aube afin de préserver la vie des habitants soumis à des bombardements extrêmement violents », a déclaré à l’AFP Rami Abdel Rahmane, chef de l’OSDH citant des militants proches des combattants sur place. Après ce repli « tactique », les forces régulières ont pris le contrôle de la région, a-t-il précisé.

Pendant huit jours, les troupes du régime ont subi de « lourdes pertes » lors de combats avec les insurgés, « des centaines de soldats ayant été blessés et tués », selon le directeur de l’OSDH.

Selon Abdel Rahmane « des centaines de rebelles de l’ASL défendaient cette localité .

Selon l’AFP, les observateurs onusiens en place en Syrie ont été empêchés de de rendre par des habitants d’un village voisin, partisans du président Bachar al-Assad. Trois des véhicules de l’ONU ont essuyé des tirs, selon les Nations unies. Les observateurs font face « à de graves risques pour leur sécurité », a dénoncé le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Hervé Ladsous.

Mais les habitants de ce village ont assuré pour le site Arabs Press, qu’ils étaient en colère contre les observateurs onusiens parce que lors de leur passage dans leurs villages, ils ont refusé d’entendre leurs plaintes et une de leur voiture a écrasé trois d’entre eux, dont deux se trouvent dans un état grave. Toujours dans la région de Lattaquié, Syrian Documents assure que les forces de l’ordre sont parvenus à libérer 14 personnes qui avait été kidnappés par des hommes armés, alors qu’ils venaient de rentrer du Liban. Mardi, le site avait signalé que les insurgés ont enlevé deux bus transportant des Syriens qui se rendaient au Liban (pour y travailler). Selon Arab press, l’un des bus venait de la ville de Hama et l’autre d’Idleb. Alors que l’agence syrienne Sana indique qu’un bus transportant 24 personnes et se rendant de Lattaquié vers Alep a été kidnappé par des hommes armés à bord de deux voitures.

Homs : les insurgés acculés à Rasten

Dans le reste du pays, la ville de Homs (centre) connait des accrochages entre les forces gouvernementales et les miliciens de l’ASL. Alors que l’AFP, citant l’OSDH, indique que « Les forces régulières bombardent depuis le matin le quartier de Khalidiyyé à Homs où des dizaines d’obus sont tombées », le site en ligne Arabs Press, écrit que l’armée syrienne contrôle désormais le quartier Khalidiyyé et un grand nombre de miliciens ont été tués, dont des non syriens et que quelques 1700 miliciens ont pris la fuite. Il est également question selon Arabs press d’échanges de tirs entre les quartiers de la ville de Homs, bab Saba’, Nouzha et Akrama, où des obus lancés par les miliciens s’y sont abattus, et Rasten où les miliciens affirment qu’elle fait l’objet de

Selon Arab press, les miliciens ont coupé les routes qui mènent à Rasten et se sont déployés en grand nombre. Alors que des accrochages violents ont lieu dans les vieux quartiers de la ville de Homs et à Hamidiyyé.

Des unités commandos en action

Dans ces quartiers, des témoins sur place rapportent selon le site syrien (Taht al-Mijhar), que ce sont des unités spéciales syriennes qui sont en action. Ils effectuent des opérations commandos dans le but d’éviter un bombardement qui peut couter cher en vies humaines parmi les civils. Des habitants affirment que les forces insurgées semblent désarçonnées surtout que les forces gouvernementales leurs sortent de toutes parts et capturent les miliciens sans qu’ils ne se rendent compte comment ils arrivent vers eux.

Dans la matinée, signale l’AFP, des accrochages avaient eu lieu sur l’entrée ouest de Bab Amro, le quartier qui avait été purgé le mois de mars dernier.

Alep: assassinats ciblés

Dans la deuxième plus grande ville de Syrie, Alep, la situation est bien délicate. 8 personnes ont été retrouvées, assassinées. 4 d’entre eux d’une même famille originaire du village Haratane, le conducteur d’un camion transportant de l’acier et son assistant ainsi que le conducteur d’un minibus et un passager qui ont essuyé des balles mortelle de la part d’homme armés.

Selon l’agence de presse syrienne, les forces de l’ordre (qui mènent depuis dimanche dernier une opération militaire dans sa province nord , proche de la Turquie, principal passage d’armements et d’insurgés, pour mettre fin aux poches de l’insurrection) pourchassent les bandes armés, dont la milice de l’ASL, dans la province d’Alep, surtout à Haritane où plusieurs insurgés ont été tués ou arrêtés.

Arabs press fait état de 7 insurgés tués, et de grandes quantités d’armes ont été persuisitionnées, et que les miliciens ont signalé y avoir opéré un retrait tactique.

Pour sa part, Syran documents fait part d’une attaque menée contre le commissariat de police Chaar du gouvernorat d’Alep, qui fut suivie par des accrochages au cours desquels un insurgé a été tué et plusieurs autres ont été blessés.

Hama : charges et kidnappings

les forces de l’ordre ont désamorcé 9 charges explosives dans une maison du quartier Souk-Chajara. Sana fait part du kidnapping de 6 passagers qui se trouvaient à bord d’un minibus d’une société de transport « Adra ».

Idleb: charges explosives et voitures piégées

Une voiture piégée conduite par un kamikaze a explosé dans la région d’Idleb, entre Maarat Naamane et Khan Chaykhoune et les dégâts ont été exclusivement matériels.

Plusieurs accrochages ont eu lieu dans cette région, mais dans plusieurs endroits et occasions : lors d’une attaque par des miliciens d’un barrage de l’armée, lors d’une tentative de fermer la route internationale. Selon Taht Almijhar, les forces de l’ordre ont tué le commandant de ces milices, Bassam Al-Meri, et désamorcé 6 charges explosives de 30 Kg chacune.

Deir Ezzor: 3 miliciens tués

Selon Syrian Documents, des accrochages ont eu lieu à Deir Ezzor entre les forces de l’ordre et les milices, au cours desquels trois insurgés ont été tués.

A Deraa : liquidation encore

L’ancien président de la Fédération syrienne de football et figure du sport dans le pays, Marwane Arafat, a été assassiné par des miliciens armés dans la nuit de mardi à mercredi à Deraa, dans le sud de la Syrie, a rapporté l’agence officielle Sana.

« Un groupe terroriste armé a assassiné mardi soir Marwane Arafat entre la frontière avec la Jordanie et la localité de Tiba, dans la région de Deraa », berceau de la contestation dans le sud de la Syrie, a indiqué de son côté Sana qualifiant son assassinat de « perte pour le sport en Syrie ».

Originaire de Deraa, Marwane Arafat, 67 ans, est un ancien arbitre de football, analyste sportif et journaliste connu.

Selon l’AFP, l’information de son assassinat a été mentionnée par l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH) lequel a signalé qu’Arafat a été tué par « des hommes armés inconnus » dans la nuit après son retour de Jordanie, et sa femme a été grièvement blessée L’agence officielle syrienne Sana a annoncé pour sa part la libération de quelque 500 détenus « impliqués dans les évènements mais qui n’ont pas de sang sur les mains”, sans autre précision. Elle a aussi affirmé que 27 soldats et éléments des forces de l’ordre syriens ont péri Mardi.