Archive pour ingérence française au mali

Résistance politique: La France et la censure de la dissidence malienne…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 30 avril 2013 by Résistance 71

Interdite de séjour dans l’espace Shengen, Aminata Traoré parle de sa déconvenue

 

Cameroon Voice

 

Le 24 Avril 2013

 

url de l’article original:

http://www.cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=10646

 

Ceux qui voyaient dans la présidence d’Hollande la fin de la Françafrique ou une politique africaine de la France plus équitable, peuvent enfin se faire à la cruelle évidence de la realpolitik.  Aminata Traoré, la militante altermondialiste malienne, n’a pas eu son visa Schengen, sur instruction de la France à tous les pays de l’espace Schengen. 

Aminata Traoré paierait-elle cash sa prise de position audacieuse, contre l’intervention française au Mali, qui selon elle cacherait à peine de gros intérêts miniers et géostratégiques au Mali et dans la sous région ?

La France n’a pas d’amis elle n’a que des intérêts disait le Général De Gaule, et les intérêts eux, s’accommodent très mal de toutes voix discordantes.

L’ancienne ministre de la culture malienne et porte-flambleau du « Non à l’intervention militaire étrangère au Mali » livre à cameroonvoice son sentiment après cette déconvenue

Cameroon voice : Nous avons appris avec stupéfaction que les autorités françaises ont refusé de vous accorder un visa d’entrée en France pour participer à une réunion publique le 22 avril dernier. Pouvez vous nous confirmer cette information?

Aminata Traoré :  En fait, j’ai été invitée par Die Linke, un parti de gauche allemand, et des militants français. Je devais faire un tour à Berlin et par la suite donner une conférence à Paris et Lille. J’avais un visa de circulation de 4 ans de l’espace Schengen qui a expiré au mois de Février.

Quand je me suis rendue à l’ambassade d’Allemagne pour solliciter un droit d’entrée dans l’espace Schengen, ils m’ont accordé un visa de trois jours uniquement pour leur pays en  me notifiant que la France a donné des instructions pour qu’aucun pays de l’espace Schengen ne m’accorde de visa.

Il y avait donc une interdiction de circulation dans l’espace Schengen vous concernant, dont vous ignoriez totalement l’existence?

Non non, on ne me l’avait pas notifié avant, c’est à la faveur de ce voyage que je l’ai su. J’ai été autorisée à aller en Allemagne et à revenir au Mali directement sans fouler le sol de l’espace Schengen mis à part l’ Allemagne. Je ne sais pas si c’était une exception allemande, ou si les autres pays de l’espace Schengen pourront m’accorder la même « faveur ».

Ma liberté de circuler est maintenant restreinte. Les consulats européens échangent entre-eux, des listes de personæ-non-grata, et les dispositions changent selon la gravité du délit entre guillemets. En ce qui me concerne, je ne sais pas ce que l’on me reproche. Dans mon cas, j’ai eu la chance d’avoir cette ouverture de la part de l’Allemagne, mon compatriote Oumar Mariko( Secrétaire général du SADI, Ndlr), lui il  n’a pas pu voyager du tout.

Vos prises de position contre l’intervention militaire des forces étrangères au Mali et  notamment celle de la France ne seraient pas la cause de cette interdiction?

Certainement,  sinon je ne comprends pas pourquoi, la France et surtout les membres de ce gouvernement de gauche, qui m’ont reçu et qui me connaissent parfaitement le feraient. En principe, nous partageons les même idées.

Sauf que, la France considère son intervention au Mali comme une réussite politique et militaire, c’est le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui l’a dit et ce success story de leur point de vue exige certainement un verrouillage, qu’il n’ y ait pas de critiques, puisque l’unanimité leur réussit si bien! Vous vous souvenez bien que toutes les résolutions concernant cette guerre ont été adoptées à l’unanimité au Conseil de sécurité des Nations Unies, et avant-hier ( mardi 23 avril Ndlr) ils viennent aussi de voter à l’ unanimité à l’ Assemblée nationale et au Sénat français pour la prolongation de l’Opération Serval au Mali.

Le pouvoir  politique a changé de main en France voilà bientôt un an et on peut constater pour le déplorer avec cette opération que la politique africaine de la France, demeure toujours la même.

Elle demeure inchangée et il ne nous le cache pas. Le Général De Gaulle l’a dit : « la France n’a pas d’amis mais des intérêts ». Peut-être c’est nous qui nous faisons des illusions, François Hollande l’a d’ailleurs répété récemment en parlant dossier Centrafricain quand François Bozizé l’appelait à l’aide. Il lui a fait savoir que la France défendait ses intérêts et ses ressortissants.

Nous l’apprenons peut-être à nos dépens, parce qu’on se disait aussi que les temps ont changé et puisqu’ils sont confrontés aux mêmes difficultés que nous, liées au même environnement économique international, avec les questions d’aide, de chômage de pauvreté etc. Mais à la lumière de ce qui se passe, il y a une grille de lecture qui s’applique à l’Afrique, on est considéré comme des pays en faillite, pas de d’états, pas d’ armées, ils peuvent faire la pluie et le beau temps et ne tolèrent pas de voix discordantes.

Ils ne tolèrent pas de voix discordantes, pourtant ils se clament chantre de la liberté de la d’expression. Peut-on interpréter cette interdiction de territoire comme une entrave à la liberté d’expression, puisque vous avez un point de vue discordant?

Oui! Pourtant moi je n’ ai pas changé, tout ceux qui me suivent depuis savent que j’ai pas changé de discours ceux sont les mêmes idées que je véhicule. Je ne m’attaque à personne, je condamne tout simplement un système économique mondial cynique et la guerre fait parti de ce système.

Aujourd’hui la militarisation pour le contrôle des ressources de l’Afrique fait parti de l’agenda. C’est ce que j’ai dit et c’est ce qu’ eux mêmes ils reconnaissent!!! Alors moi malienne, pourquoi je n’ai pas le droit de poser ce regard sur les réalités de mon pays en guerre!!!

Comment envisagez-vous l’avenir du Mali et de la sous-région suite à cette intervention militaire française appuyée par des troupes africaines?

Je pense que les troupes africaines sont mises à contribution, et comme je l’ai déjà dit dans mon manifeste ce n’est pas notre guerre, nous sommes entrés dans une phase de la globalisation qui implique la diplomatie économico-offensive et la militarisarisation.

Mais seulement, Al Qaida  est une réalité et en même temps une aubaine, elle permet aux dirigeants Africains qui ont mal géré de dire maintenant que la priorité c’est la lutte contre le terrorisme et aux puissance étrangères de dire faisons cause commune luttons d’abord contre le terrorisme.

Et moi je dis que le véritable terrorisme c’est la misère, c’est les injustices, parce que je sais qu ‘une bonne partie des combattants des djihadistes sont avant tout, des jeunes désespérés sans boulot, ils n’ont pas de visas et se font recruter à la fois par les narcotrafiquants et les djihadistes. C’est cette réalité qu’il nous faut regarder maintenant de près.

Quelles leçons devrons nous tirer de la situation au Mali et de ce qui vous arrive à vous?

Je souhaite que les Maliens et les Africains s’ouvrent grandement les yeux et les oreilles et se disent qu’en réalité, il n’y a pas un cas malien. Ce qui se passe aujourd’hui au Mali est l’illustration d’une nouvelle étape de la politique de mainmise sur les ressources du continent, notamment les ressources énergétiques, sans lesquelles la sortie de crise, la croissance et la compétitivité ne sont pas  envisageables par l’Occident.

Au lieu de jouer cartes sur table et changer les règles du jeu on préfère, nous écrire un autre histoire, nous humilier, nous culpabiliser. Avec tout ce qui se passe je considère que le Mali est humilié, il y a donc aucune raison d’en ajouter en gardant le silence et c’est ce que tout le monde fait, et les occidentaux le savent pertinemment.

Raison pour laquelle, je me réjouis aujourd’hui de ce soutien international parce qu’il y a énormément de gens qui ne comprennent pas, quelque soit la différence de lecture qu’un tel traitement me soit réservé. C’est donc une nouvelle phase de la décolonisation de l ‘Afrique. Il nous appartient maintenant à nous mêmes de voir ou sont les véritables défis.

La rédaction de cameroonvoice

NB. L’intégralité de l’entretien sera diffusée à l’émission « Antenne Libre », ce Samedi 27 Avril 2013, 14h/16 à Montréal / New York, 19h à Douala, 18h à Bamako, sur la radio

Ingérence et néo-colonialisme français au Mali: Des assassinats de civils maliens dans les bombardements français bien sûr passés sous silence…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique française, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 11 février 2013 by Résistance 71

La France cache les “dégâts collatéraux” de ses raids aériens sur le Mali

 

Réseau Voltaire

 source RT,

 

url de l’article original en français:

http://www.voltairenet.org/article177442.html

 

 

Les bombardements des avions français sur Konna ont fait plus de morts parmi les civils que parmi les islamistes mais les medias français gardent le silence sur les « dégâts collatéraux » et privilégient le « discours triomphaliste et militariste » de Paris.

C’est ce que signale le correspondant de Russia Today Gonzalo Wancha, qui rapporte, depuis Konna, que les islamistes n’ont pas été mis en déroute mais se sont tout simplement repliés.

Au sujet du nombre de victimes, le correspondant de Russia Today cite en exemple le cas précis d’un des 25 villages qui composent la localité malienne de Konna.

« Le bilan final de la libération est en tout cas déplorable. Selon notre enquête, l’armée de l’air française a fait seulement deux morts parmi les rebelles. Mais, c’est la population qui a payé la facture la plus lourde : 14 civils ont trouvé la mort sous les bombes françaises », rapporte le correspondant de Russia Today [Voir la vidéo ].

« Au moment du bombardement, je n’étais pas chez moi. J’étais en train de prier quand on est venu me dire que ma famille avait été bombardée. Ils ont détruit tout que j’avais : ma famille et mes moyens de subsistance », a dénoncé devant la caméra de Russia Today, Idriss Méïga, un paysan de Konna dont la femme et les 3 enfants (âgés de 11, 10 et 6 ans) ont été tués dans un des raids aériens français.

Toujours à Konna, le correspondant de Russia Today rapporte aussi la tragédie de la famille Kampo. « Quand les bombardements ont commencé, toute la population s’est enfuie, effrayée. La famille Kampo a perdu 2 de ses enfants, noyés alors qu’ils tentaient d’échapper aux bombardements. »

Abdoul Kappo explique pour sa part que sa famille a dû prendre en charge les 3 enfants d’une mère tuée dans les bombardements. « Les petits sont arrivés en courant et nous ont dit que leur mère avait été tuée. Je les ai accueilli chez moi. Leur mère est morte après avoir agonisé pendant une heure. Elle nous a laissé les 3 petits. Maintenant, ils n’ont que nous », explique Abdoul Kampo.

Le reportage indique aussi que des voix commencent à se faire entendre au Mali pour rappeler que les crimes de guerre commis par n’importe quel belligérant doivent être pris en compte et punis en vertu de la Convention de Genève de 1949.

 

Ingérence française au Mali… Toujours pour entretenir le mythe du « choc des civilisations » au profit d’un véritable néo-colonialisme…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique française, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 30 janvier 2013 by Résistance 71

Quand Jésus-Christ créa la Coloniale…

 

Moïse Cailloux

 

Le 24 Janvier 2013

 

url de l’article original:

http://www.monde-libertaire.fr/antimilitarisme/16153-quand-jesus-christ-crea-la-coloniale

 

Au Mali, la subversion censément islamiste menace la France dans ses valeurs morales et dans ses approvisionnements. Les affaires reprennent pour l’infanterie de marine.

Il y a trente ans, ils auraient été nationalistes, et l’extrême gauche unanime les aurait applaudis. Leurs leaders, inévitablement charismatiques, auraient laissé planer le doute : le nouvel État serait-il socialiste, autogestionnaire, démocratique ? Combien de temps durerait la transition autoritaire, le pouvoir des militaires libérateurs ? N’en parlons pas, l’important c’est l’unité du glorieux front de libération nationale. Et le pouvoir. Et que l’argent coule.

Les temps changent, ma bonne dame, et les voilà djihadistes, terroristes et islamistes. Bouh ! Qu’ils sont laids ! Et méchants avec ça. Et avec de ces trognes pas laïques pour un sou…

Or, si l’on se renseigne un tant soit peu, on s’aperçoit bien vite qu’il s’agit d’un recyclage. La plus grosse troupe (en fait, la grande majorité des combattants), regroupée par Ansar Dine, n’est autre que l’historique rébellion touarègue, qui date peu ou prou de l’indépendance du Mali avec son découpage de frontières volontairement absurde, entravant l’essor de la région pour mieux la soumettre aux intérêts de l’ancien pays colonisateur. Ils se battent pour une nébuleuse indépendance nationale, et viennent de rejouer la scène FLN-MNA en liquidant leurs concurrents du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad). Leur islamisme est récent, vraisemblablement contingent, leurs activités probablement plus liées aux trafics variés et lucratifs d’armes et de drogue qu’à la gestion d’un futur État religieux.

Le groupe le plus spectaculairement hideux et diabolique (Aqmi, ex-GSPC salafiste) ne revendique qu’un tout petit millier de combattants, essentiellement algériens, et ses objectifs stratégiques concernent l’Algérie en général, et son gaz en particulier. Ils cherchent au Mali une base arrière et un sanctuaire. D’autres formations minoritaires hantent les lieux, plus ou moins folkloriques et très peu implantées dans la population1.

Tout ce beau peuple a pu prospérer dans le nord du Mali pour une double raison. D’abord, il n’y a pas là de ressources minières exploitées, ni même de gisement important connu ou sérieusement supposé, donc pas de présence militaire imposante. Deuxième raison, des richesses, il y en a tout autour : gaz algérien, pétrole libyen, uranium nigérien, et même l’or malien au sud.

Ajoutons dans ce chaudron de sorcière la grosse tension sur le marché des matières premières et de l’énergie, alimentée par le développement rapide de la Chine et globalement de tout le continent asiatique. Notons que l’influence française en Afrique est érodée pied à pied depuis des décennies par une politique volontariste des États-Unis (parfois via leurs alliés du golfe Persique et leurs réseaux religieux), et plus récemment par une arrivée massive et agressive de la Chine. Entendons la rumeur qui veut que, dans ce contexte passablement embrouillé, les Russes aient lâché la bride à leurs négociants en armes pour vendre n’importe quoi dans la région. Finissons par le coup d’État, en mars 2012, qui renverse opportunément un président jugé un peu trop pro-américain par le Quai d’Orsay, mais désorganise complètement l’armée malienne, qui abandonne carrément le nord du pays à son sort.

Tout est prêt, y compris le prétexte de la guerre juste. La puissance coloniale n’a plus qu’à « prendre ses responsabilités », et intervenir militairement. Pour faire la guerre au terrorisme islamiste aveugle et fanatique ? Non. Pour défendre ses intérêts impérialistes bruts et simples, contre d’autres requins du même bain. La France sous ses propres couleurs, d’autres au travers de factions plus ou moins manipulées.

Au milieu, la population civile, les viols, les morts, les mutilés, les réfugiés. Dans le monde entier, le énième développement nauséeux du mythe du « choc des civilisations », pour creuser les fossés entre les peuples, pour aviver toutes les tensions, pour préparer les guerres de demain.

 

1. Pour la composition des troupes du « djihad » au Mali, lire « Qui sont les combattants islamistes ? », de Sarah Halifa-Legrand et Farid Aïchoune, sur le site internet du Nouvel Observateur.

 

Nouvel Ordre Mondial: la guerre perpétuelle orwellienne de contrôle par le chaos s’installe en Afrique de l’Ouest…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, France et colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 21 janvier 2013 by Résistance 71

Les questions posées ici sont justes, en ce qui nous concerne nous irons même plus loin: dans l’optique de la grille de contrôle mondiale que veut imposer le N.O.M, la guerre perpétuelle orwellienne générant le chaos nourricier du contrôle oligarchique se doit de s’étendre à l’Afrique et à l’Asie. La marionnette en chef des cartels Obama a dit l’an dernier que son pays du goulag levant allait s’intéresser plus à l’Asie (où tout est bien trop calme…). Une flotte et plus de troupes y seront envoyés et si des tensions sino-japonaises à propos d’îles perdues dont tout le monde se fout sont à leur comble, rien n’arrive par hasard. Le Japon en bon caniche yankee depuis 1945 a été sommé de mettre de l’huile sur le feu pour tonton Sam, la Chine utilise son petit « fauteur de troubles » par intérim: La Corée du Nord de temps à autre…

Dans la balance géostratégique vitale pour contrer l’établissement d’une dictature mondiale gérée par une ONU / OTAN la question essentielle demeure toujours (nous la posons depuis longtemps…): à quel jeu joue la Chine ? Si l’on sait où a priori se tient la Russie, le jeu chinois est (bien sûr à dessein) des plus troubles…

— Résistance 71 —

 

La main du Pentagone derrière l’intervention française au Mali

 

RT

 

Le 19 Janvier 2013

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/mali-intervention-pentagon-conflict-303/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Alors que les soldats français envahissent le Mali pour un combat visant à repousser l’avancée de militants islamistes, des questions ont d’ores et déjà été posées quant aux motifs derrière cette inyervention. L’écrivain et chercheur en géopolitique William Engdahl a dit à RT que les Etats-Unis utilisaient la France comme bouc émissaire afin de sauver la face.

RT: Au moment où la France et le reste de la zone Euro essaient d’enrayer la crise économique, qu’est-ce que Paris cherche par son implication dans un autre conflit à l’étranger ?

William Engdahl: Et bien, je pense que l’intervention au Mali est un autre avatar du rôle de la France dans la déstabilisation que nous avons vue, spécifiquement en Libye l’an dernier et le renversement du régime de Kadhafi. Dans un sens ceci représente le néo-colonialisme français en action.

Mais de manière intéressante, je pense que l’intervention française est en fait la main très puissante du Pentagone américain qui s’est préparé à une partition du Mali, ce qui est en train de se passer, entre le nord du Mali, ou Al Qaïda et d’autres terroristes sont supposés être la cause de l’intervention militaire française et la Mali du sud, qui est plus une région agricole. Parce que le nord du Mali a vu d’importantes découvertes de pétrole récemment, cela mène directement à penser que cela est en fait très pratique d’avoir ces rebelles armés débordant de la frontière libyenne l’an dernier, au même moment qu’un capitaine de l’armée malienne, entraîné par les Etats-Unis, faisait un coup-d’état dans le sud du Mali et installait un régime dictatorial contre un des très peu nombreux présidents africains élus démocratiquement.

Ainsi, cette entreprise porte la marque du commandement américain en Afrique, AFRICOM, et une tentative de militariser toute la région et ses ressources naturelles. Le Mali est une tête de pont stratégique en cela. Il est frontalier de l’Algérie, qui est une des premières priorités de ces interventions variées de l’OTAN de la part de la France, des Etats-Unis et d’autres parties. De plus il y a autour la Mautitanie, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Burkina Faso, tous ces pays représentant des ressources naturelles immenses quasiment inexploitées, que ce soit pour l’or, le manganèse ou le cuivre.

RT: Pourquoi la France fut-elle le premier pays occidental a se retrouver si directement impliquée ? Quel message cette initiative militiaire envoie t’elle à ses alliés ?

WE:Je pense que ceci reflète la stratégie du gouvernement Obama: Laissons la France encaisser les coups sur ce problème comme elle l’a fait en Libye et en d’autres endroits cette dernière année et demie et les Etats-Unis eux, vont essayer de jouer un rôle plus discret de derrière la scène, plutôt que de se retrouver au front comme ils le furent en Afghanistan et en Irak, ce qui coûta aux Etats-Unis leur crédibilité au regard du monde. Les Etats-Unis jouent un peu plus un jeu sournois ici, mais la diligence pour les Etats-Unis d’annoncer son soutien à la France et son action militaire ainsi que les actions de l’AFRICOM ces deux dernières années au Mali montrent clairement que ceci est en fait une opération américaine et que la France joue le rôle du petit cadet associé.

RT Dans quelle mesure ce conflit peut-il dégénérer ? Les Français peuvent-ils être mis en échec et qui d’autre pourrait s’impliquer ?

WE: Les autres pays européens n’ont aucun désir de se retrouver impliqués avec leurs troupes dans une situation au sol du type de celle d’Afghanistan. Les Allemands donnent une aide humanitaire et quelques commandos mais franchement, je pense que cette organisation AQMI est très suspicieuse et le timing de ses activités suggère que peut-être quelques pays de l’OTAN sont en train de l’aider à obtenir des armes et ainsi créer un casus belli pour une intervention de l’OTAN. Je pense que nous assistons à un jeu particulièrement cynique se jouant au Mali et que cela est très dangereux alors que l’Afrique est le continent subitement découvert par la Chine, les Etats-Unis, l’Europe et le reste du monde, comme étant le prochain endroit pour sécuriser de vastes ressources naturelles.

­ Une cascade de conséquences

Quand la France a commencé son intervention au Mali, elle aurait dû être préparée à faire face à une “cascade de conséquences inutiles”, comme la situation de prise d’otages en Algérie, a dit à RT l’analyste politique Alex Korbel de Contrepoints:

“Nous sommes en train d’échanger une menace potentielle, contre un compte réel de victimes, nous parlons de civils dans ce cas précis”, a t’il dit à l’antenne.

Alors que les rebelles engagent les forces, le conflit est voué à déborder sur les pays voisins, ceci peut éverntuellement impliquer l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest, pense l’analyste. Korbel pense que la France a fait une erreur en s’engageant dans un conflit qui est voué à l’escalade.

“Sommes nous vraiment préparé à cpmbattre dans une guerre en l’Afrique de l’Ouest ? Je ne le pense pas !” a t’il ajouté.

L’opinion publique française ne soutient pas non plus l’approche de son gouvernement, “parce que lorsqu’il fut élu, 64% des Français considéraient que François Hollande ne serait pas capable de gérer une crise internationale majeurs”, ajoutant que “bientôt, le public va réaliser que ceci est une guerre inutile et très coûteuse”.

L’analyste pense que la France ne peut simplement pas financer cette guerre. “Nous sommes maintenant engagés dans 16 opérations militaires différentes à travers le monde et le Mali est la dernière en date. La dette publique représente un véritable problème et le budget n’a pas été équilibré depuis 1974 (NdT: juste après la loi Pompidou-Giscard sur la Banque de France comme par hasard…), nous n’avons pas un centime pour financer une autre guerre inutile”, a t’il dit à RT.