Archive pour ingérence américaine russie

Empire colonial occidental: La Russie doit être brisée…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 29 mars 2015 by Résistance 71

Question essentielle: Poutine pliera t’il ? Si non, quel est l’échappatoire à ne guerre thermonucléaire ? 

— Résistance 71 —

 

Seul Moscou peut les arrêter

 

Mike Whitney

 

22 mars 2015

 

url de l’article en français:

http://arretsurinfo.ch/seul-moscou-peut-les-arreter/

 

« Afin de survivre et de conserver son rôle de chef de file sur la scène internationale, les Etats-Unis ont désespérément besoin de plonger l’Eurasie dans le chaos et de couper les liens économiques entre l’Europe et la région Asie-Pacifique… la Russie est le seul pays à l’intérieur de cette zone d’instabilité à avoir le potentiel d’offrir une résistance. Il s’agit du seul Etat qui est prêt à affronter les Américains. Miner la volonté politique de la Russie à organiser une résistance … est d’une importance vitale pour les Etats-Unis. »
– Nikolaï Starikov [1]

« Notre premier objectif est de prévenir la ré émergence d’un nouveau rival, que ce soit sur le territoire de l’ancienne Union Soviétique ou ailleurs, ce qui ferait peser une menace identique sur l’ordre [mondial] à celle que posait auparavant l’Union Soviétique. C’est le facteur dominant sous-jacent dans la nouvelle stratégie de défense et cela exige que nous nous efforcions d’empêcher toute puissance hostile de dominer une région, dont les ressources, sous son contrôle effectif, seraient suffisantes pour générer une puissance mondiale. »
– La Doctrine Wolfowitz, version originale du Guide de Planification de la Défense, rédigé par le Sous-Secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz, et transmis au New York Times le 7 mars 1992

Les Etats-Unis ne veulent pas une guerre avec la Russie; ils pensent simplement qu’ils n’ont pas le choix. Si le Département d’Etat n’avait pas lancé un coup d’état en Ukraine pour renverser le président élu, Viktor Ianoukovitch, il aurait été impossible pour les États-Unis de s’insérer entre la Russie et l’UE, et ainsi, de perturber les routes commerciales vitales qui étaient en train de renforcer les nations sur les deux continents. L’intégration économique de l’Asie et de l’Europe – y compris les plans d’un train à grande vitesse depuis la Chine [La Nouvelle Route de la Soie] jusqu’en UE – pose un danger clair et immédiat pour les Etats-Unis dont la part dans le PIB mondial continue à se réduire et dont l’importance dans l’économie mondiale continue de diminuer. Ignorer ce nouveau rival (UE-Russie) reviendrait pour les Etats-Unis à jeter l’éponge et à accepter un avenir dans lequel ils devraient faire face à une graduelle mais constante érosion de leur pouvoir et de leur influence dans les affaires du monde. Personne à Washington n’est prêt à laisser cela se produire, et c’est pourquoi les Etats-Unis ont lancé leur guerre par procuration en Ukraine.

Les Etats-Unis veulent séparer les continents, « empêcher l’émergence d’un nouveau rival« , installer un péage entre l’Europe et l’Asie, et se positionner comme le garant de la sécurité régionale. À cette fin, les Etats-Unis sont en train de reconstruire un Rideau de Fer le long des centaines de kilomètres qui vont de la Mer Baltique à la Mer Noire. Des chars, des véhicules blindés et de l’artillerie sont envoyés dans la région pour renforcer une zone tampon autour de l’Europe, afin d’isoler la Russie et pour créer un terrain propice à une prochaine agression étasunienne. Des rapports sur l’équipement lourd et le déploiement d’armes apparaissent dans les médias presque quotidiennement, même si ces nouvelles sont généralement omises dans la presse US. Un résumé rapide de quelques-uns des récents titres de presse aidera les lecteurs à saisir l’ampleur du conflit qui se développe dans l’ombre:

« Les USA, la Bulgarie organiseront des exercices militaires dans les Balkans« , « L’OTAN entame des exercices en Mer Noire« , « L’armée a envoyé encore plus de troupes et de chars en Europe », « La Pologne demande une plus grande présence militaire étasunienne« , « Un convoi militaire de l’Armée étasunienne envoyé sur 1.600 kilomètres à travers l’Europe« , « Plus de 120 chars étasuniens et véhicules blindés arrivent en Lettonie », « Les USA et la Pologne organiseront des exercices sur les missiles en mars – Pentagone »

Comprenez-vous? Il y a une guerre, une guerre entre les Etats-Unis et la Russie.

A noter également comment la plupart des titres de presse soulignent l’implication étasunienne et non pas de l’OTAN. En d’autres termes, les provocations contre la Russie proviennent de Washington, et non pas de l’Europe. C’est un point important. L’UE a soutenu les Etats-Unis sur des sanctions économiques, mais elle n’est pas du tout prête à s’engager dans des préparatifs militaires le long de son périmètre. C’est l’idée de Washington, et le coût est assumé par les seuls Etats-Unis. Naturellement, déplacer des chars, des véhicules blindés et de l’artillerie au travers du monde est un projet coûteux, mais les Etats-Unis sont tout à fait disposés à en payer le prix, si cela les aide à atteindre leurs objectifs.

Et quels sont les objectifs de Washington?

Il est intéressant de noter que même les analystes politiques situés à l’extrême droite semblent d’accord sur ce point. Voyez par exemple cette citation du PDG de STRATFOR, George Friedman telle qu’il l’a résumée dans une récente présentation au Conseil des Affaires Étrangère de Chicago :

« L’intérêt primordial des Etats-Unis, pour lequel pendant des siècles nous avons fait la guerre – la Première, la Deuxième, et la Guerre froide – a été la relation entre l’Allemagne et la Russie, parce que unies, ce sont les seules forces qui peuvent nous menacer. De façon à s’assurer que cela ne se produise pas … » [2]

Bingo. L’Ukraine n’a rien à voir avec la souveraineté, la démocratie ou la (prétendue) l’agression russe. Tout cela n’est que de la propagande. C’est une question de pouvoir. Il s’agit de l’expansion impériale. Il s’agit de sphères d’influence. Il s’agit de conjurer l’irréversible déclin économique. Tout cela fait partie du monde géopolitique de la terre brûlée où on ne fait pas-de-prisonniers dans lequel nous vivons, basé sur les rapports de force, et non pas du faux Disneyworld créé par les médias occidentaux. Le Département d’Etat US et la CIA ont renversé le gouvernement élu d’Ukraine et ont ordonné à la nouvelle junte de lancer une guerre désespérée d’extermination à l’encontre de son propre peuple, à l’Est, parce qu’ils estimaient qu’ils n’avaient pas d’autre option. Si le plan ambitieux de Poutine visant à créer une zone de libre-échange entre Lisbonne à Vladivostok était allé de l’avant, où en seraient les Etats-Unis ? Dehors dans le froid, c’est là qu’ils seraient. Les Etats-Unis allaient devenir une île isolée d’importance déclinante dont les énormes déficits de la balance commerciale et le niveau stratosphérique de la dette nationale auraient pavé la voie à une brutale restructuration, à un déclin du niveau de vie, à une inflation galopante et à un essor de l’agitation sociale. Peut-on vraiment croire que Washington aurait laissé cela arriver, alors qu’il dispose d’une « rutilante » machine de guerre d’un billion de dollars?

Diable, non. En outre, Washington estime qu’il a un droit historique à régner sur le monde ; c’est bien ce à quoi il faut s’attendre quand le sentiment de puissance et d’orgueil atteignent leur phase terminale. Voyez par exemple cet extrait d’un article de l’économiste Jack Rasmus publié par CounterPunch :

« Derrière les sanctions, l’objectif des Etats-Unis est que la Russie quitte l’orbite économique européenne. L’Europe était en train de devenir trop intégrée et dépendante de la Russie. Il s’agissait non seulement du gaz et des matières premières, mais aussi des relations commerciales et des flux de capitaux qui allaient s’approfondissant sur de nombreux fronts entre la Russie et l’Europe, avant que la crise ukrainienne ne fournisse le prétexte à l’introduction de sanctions.

L’intégration économique croissante de la Russie avec l’Europe menace à long terme les intérêts économiques des capitalistes étasuniens. Stratégiquement, le coup d’Etat précipité des Etats-Unis en Ukraine peut être vu, par conséquent, comme un moyen de provoquer une intervention militaire russe, ce qui est l’événement nécessaire afin d’approfondir et d’élargir les sanctions économiques qui permettraient finalement d’en finir avec la croissance des relations économiques entre l’Europe et la Russie sur le long terme. Ce qui permettrait non seulement de garantir aux USA que leurs intérêts économiques en Europe demeurent dominants, mais également d’ouvrir de nouvelles perspectives de profit pour les intérêts étasuniens en Europe et aussi en Ukraine…

Quand les règles du jeu de la concurrence entre les capitalistes se brisent totalement, le résultat, c’est la guerre – qui est la forme ultime de la concurrence capitaliste. » [3]

Voyez-vous? Les analystes de droite et de gauche sont d’accord. L’Ukraine n’a rien à voir avec la souveraineté, la démocratie ou l’agression russe. C’est le vieux plan du coupe-gorge géopolitique, où le dernier homme qui reste debout, l’emporte.

Les États-Unis ne peuvent pas permettre à la Russie de récolter les bénéfices de ses vastes ressources. Oh, non. Elle doit être châtiée, elle doit être brutalisée, elle doit être sanctionnée, isolée, menacée et intimidée. C’est comme ça que le système fonctionne. Le truc du marché libre, c’est juste des bobards pour le petit peuple.

La Russie va devoir faire face à des guerres chaotiques et fratricides sur ses frontières et à des « révolutions colorées » turbulentes dans sa capitale. Elle devra résister à des représailles de la part de ses partenaires commerciaux, à des attaques sur sa monnaie et à des complots pour la déposséder de ses recettes (pétrolières). Les Etats-Unis vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour envenimer les choses, diaboliser Poutine, pour retourner Bruxelles contre Moscou, pour saboter l’économie russe.

Diviser et régner, telle est la devise. Qu’ils se prennent tous à la gorge : les Sunnites contre les Chiites, une ethnie ukrainienne contre une autre, les Russes contre les Européens. C’est le plan de Washington, et c’est un plan qui n’échoue jamais.

Les éminences grises étasuniennes sont convaincues que la récession économique aux USA ne peut être arrêtée qu’en revendiquant l’Asie Centrale, en démembrant la Russie, en encerclant la Chine, et en détruisant tous les plans d’intégration économique entre l’UE et l’Asie. Washington est déterminé à l’emporter dans ce conflit existentiel, à affirmer son contrôle hégémonique sur les deux continents, pour conserver sa position en tant que seule superpuissance dans ce monde.

Seule la Russie peut en empêcher les États-Unis et nous pensons qu’elle le fera.

 

Notes :

[1] Western Financial System Is Driving It to War, (19.02.2015)

[2] https://www.youtube.com/watch?v=oaL5wCY99l8 (Temps de 1:40 à 1:57)

[3] http://www.counterpunch.org/2015/03/13/the-global-currency-wars/

URL de cet article : http://arretsurinfo.ch/seul-moscou-peut-les-arreter/

Résistance à l’impérialisme occidental… A quel jeu joue la Russie ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 28 janvier 2015 by Résistance 71

C’est au bout du compte la question à poser après la lecture de cette analyse de Paul Craig Roberts… La situation est complexe et il n’y a probablement pas de réponse définitive à la question, mais à notre sens, la Russie oligarque pédale, même précautionneusement, pour l’empire et le Nouvel Ordre Mondial, mais il nous semble que Poutine et son réseau soient le « hic » qui empêche les choses de tourner en rond pour l’oligarchie.

A suivre donc…

— Résistance 71 —

 

La Russie dans la ligne de mire

 

Paul Craig Roberts

 

26 janvier 2015

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2015/01/26/russia-cross-hairs-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’attaque de Washington sur la Russie est passée au-delà des limites de l’absurde pour se situer dans le monde de l’insanité.

Le nouveau patron du comité des gouverneurs de la télé-radio diffusion américaine l’ US Broadcasting Board of Governors, Andrew Lack, a déclaré la chaîne d’information russe Russia Today (RT), qui diffuse en de nombreuses langues, être une organisation terroriste équivalente à Boko Haram et l’État Islamique (EI) alors que l’agence de notation Standards and Poor’s vient juste de réduire la valeur du crédit russe au statut de détritus économique.

Aujourd’hui, RT m’a questionné sur ces développements de fou.

Auparavant, alors que les Etats-Unis étaient toujours un pays en bonne santé mentale, l’accusation de Lack l’aurait mené au chômage dans un nuage de dérision. Il aurait été amené à démissionner et à disparaître de la vue du public. Aujourd’hui, dans ce monde fantasmagorique qu’a créé la propagande occidentale, la déclaration de Lack est prise très au sérieux. Une autre menace terroriste vient donc d’être identifiée avec RT.

Quoi qu’il manque à Lack, je doute qu’il soit dupe de sa déclaration idiote pour croire que RT soit une organisation terroriste. A quel jeu joue t’il donc ?

La réponse est que les médias pressetitués occidentaux, en devenant les ministères de la propagande de Washington, ont créé de grands marchés pour des chaînes comme RT, Press TV (Iran) et Al Jazeera (Qatar). Alors que de plus en plus de personnes dans le monde se tournent vers des sources d’information bien plus honnêtes, la capacité de Washington à fabriquer ses explications justificatrices de ses actions a considérablement diminué.

NDLR: En 2010, Hillary Clinton alors ministre des AE d’Obama, citait déjà RT dans une session de questions-réponses devant un comité sénatorial, ce qui l’avait amené à faire ce constat alarmant suivant pour l’oligarchie: “Il y a une guerre de l’information et nous sommes en train de la perdre…”

RT en particulier a une très grande audience occidentale. Le contraste entre les reportages de RT montrant la réalité de terrain et les mensonges vomis par les médias états-uniens diminue le contrôle narratif de Washington. Ceci n’est plus acceptable (pour l’oligarchie).

Lark a envoyé un message à RT et ce message est: Arrêtez de faire le taureau, arrêtez de donner une information différente de notre ligne, arrêtez de contester les faits énoncés par Washington et retransmis par la pressetituée de service, rejoignez-nous ou alors…

En d’autres termes, la “liberté d’expression” telle qu’elle est comprise par Washington et ses larbins de l’UE, du Canada et d’Australie veut dire: liberté d’expression pour la propagande et les mensonges de Washington, mais pas pour la vérité. La vérité est terrorisme, parce que la vérité est la menace principale faisant peur à Washington, qui préférerait éviter l’embarras de fermer physiquement RT aux Etats-Unis comme le Royaume-Uni vassal le fit pour la chaîne iranienne Press TV. Washington désire simplement que RT la ferme. Ainsi le message de Lark à RT est: censurez-vous vous-même.

A mon avis, RT minimize déja dans sa couverture de l’info et ses reportages, ainsi que le fait Al Jazeera. Les deux organisations de presse comprennent qu’elles ne peuvent pas y aller trop fort, en tout ca pas trop souvent et sur pas trop de sujets.

Je me suis souvent demandé pourquoi le gouvernement russe autorise 20% des médias russes de fonctionner comme la 5ème colonne des Etats-Unis en Russie. Je suspecte que la raison de tolérer la propagande éhontée de Washington en Russie est pour le gouvernement russe de pouvoir espérer que des nouvelles faisant part des faits puissent être rapportées aux Etats-Unis via RT et d’autres organes d’information russes.

Ces espoirs, comme tous les autres espoirs russes au sujet de l’occident, seront sûrement déçus à la fin. Si RT est fermée ou assimilée dans les autres merdias pressetitués, rien ne sera dit à son sujet, mais si le gouvernement russe ferme les agents de Washington en Russie, ces menteurs patentés, opérant dans les médias russes, alors on nous rabattra les oreilles au sujet de ces méchants russes oblitérant la “liberté d’expression”. N’oubliez jamais que la seule “liberté d’expression permies” est la propagande de Washington (NdT: et de Londres et Tel-Aviv)

Seul le temps dira si RT décide de se laisser fermer pour avoir dit la vérité ou si elle ira grandir la voix de la propagande de Washington.

L’autre sujet de l’entretien (sur RT) était la baisse du crédit russe au niveau du caniveau.

La baisse de la note de Standard and Poor’s est sans aucn doute une manœuvre politique. Cela prouve ce que nous savons déjà, à savoir que les agences de notation américaines sont des opérations politiques corrompues jusqu’à la mœlle. Vous vous rappelez la note d’Investment Grade que les agences de notation donnèrent à cette fange évidente que sont les subprimes ? Ces agences de notations sont payées par Wall Street et comme Wall Street elles sont au service du gouvernement américain (NdT: en fait le gouvernement est au service de Wall Street qui mène la danse, l’état n’est qu’un outil, une courroi de transmission pour les financiers qui tirent les ficelles. Comment? Le politique a été vendu et acheté depuis belle lurette, il en va de même en Europe et en France, au Canada, partout en occident…)

Il suffit de regarder les faits pour observer la nature politique de la décision. Ne vous attendez pas à ce que la presse économique états-unienne corrompue regarde les faits. Mais maintenant nous allons regarder les faits.

Nous allons même les remettre dans leur contexte, celui de la situation de la dette américaine.

D’après les horloges de la dette que tout le monde peut consulter en ligne, la dette nationale russe comme pourcentage de son PIB est de 11%. La dette américaine est de 105% du PIB, c’est à dire près de 10 fois supérieure. Mes co-auteurs Dave Kranzler, John Williams et moi-même ont montré que lorsque mesurée correctement, la dette nationale US a un pourcentage du PIB bien supérieur à ce que dit le chiffre officiel.

La dette nationale russe est de 1645 US$ par habitant, la dette américaine est de 56 952 US$ par habitant.

La dimension de la dette nationale russe est de 235 milliards de dollars. Celle des Etats-Unis est de 18 000 milliards de dollars, c’est à dire 76,6 fois supérieure à la dette russe.

Ramenons ceci en perspective: D’après les horloges de dettes, le PIB américain est de 17 300 milliards de dollars et le PIB russe est de 2 100 milliards de dollars, le PIB US est environ 8 fois supérieur à celui russe, mais la dette nationale américiane est 76,6 fois supérieurs à la dette russe.

Clairement, c’est la note du crédit américain qui aurait dû être dégradé au niveau des poubelles ; mais cela ne peut pas se produire. Quelque agence de notation américaine qui dirait la vérité serait fermée et attaquée en justice. Aucune importance des chefs d’accusation. Les agences de notation seraient coupables d’être anti-américaines, d’être des organisations terroristes comme RT etc… et elles le savent très bien. Ne vous attendez jamais à entendre la vérité des sbires de Wall Street. Ils mentent pour vivre et gagner leur beurre.

D’après ce site internet: http://people.howstuffworks.com/5-united-states-debt-holders.htm#page=4 les Etats-Unis doivent à la Russie à compter de Janvier 2013 162,9 milliards de dollars. Comme la dette nationale russe est de 235 milliards de dollars, 69% de la dette russe est couverte par les obligations de la dette des USA envers la Russie.

Si ceci constitue une crise russe, alors je suis Alexandre Le Grand.

Comme la Russie a suffisamment de dollars US en stock pour repayer son entière dette nationale et a toujours quelques centaines de milliards d’excédent en dollars, quel est le problème de la Russie ?

Un des problèmes de la Russie est sa banque centrale. Pour la grande part, les économistes russes sont les mêmes incompétents néolibéraux qui existent en occident. Les économistes russes sont amoureux de leurs contacts avec l’occident “supérieur” et du prestige qu’ils imaginent que ces contacts leur donnent. Aussi longtemps que les économistes russes seront d’accord avec les économistes occidentaux, ils seront invités dans des conférences internationales à l’´étranger. Ces économistes russes sont les agents ipso facto des Etats-Unis qu’ils en soient conscients ou non.

En ce moment, la banque centrale russe est en train de gaspiller les larges holdings russes en réserves étrangères en soutien du Rouble contre l’attaque occidentale. Ceci est un jeu de con qu’aucune banque centrale ne devrait jouer. La banque centrale russe devrait se rappeler , ou apprendre si elle ne le sait pas, des attaques de Soros sur la Banque d’Angleterre.

Les réserves étrangères de la Russie devraient être utilisées pour effacer la dette nationale, faisant ainsi de la Russie le seul pays au monde sans aucune dette. Les dollars restant devraient être largués en action coordonnée avec la Chine pour détruire le dollar, la base du pouvoir de l’impérialisme américain. (NdT: avec sa pseudo-souveraineté territoriale ne l’oublions pas, comme nous l’avons présenté dans ces colonnes à maintes reprises…)

Alternativement, le gouvernement russe devrait annoncer que sa réponse à la guerre économique conduite contre la Russie par le gouvernement de Washington et les agences de notation de Wall Street est le défaut sur ses emprunts à ses créditeurs occidentaux. La Russie n’a rien à perdre car elle est déjà coupée des crédits occidentaux par voie de sanctions US. Le défaut russe causerait consternation et crise dans le système banquier européen, ce que veut la Russie pour briser le soutien européen aux sanctions américaines.

A mon avis, les économistes néolibéraux qui contrôlent la politique économique russe sont une bien plus grande menace à la souveraineté de la Russie que les sanctions économiques et les bases de missiles américaines. Pour survivre à Washington, La Russie a désespérément besoin de gens qui ne sont pas des romantiques dans leur relation avec l’occident.

Pour dramatiser la situation, si le président Poutine me donnait la citoyenneté russe et me permettait de nommer Michael Hudson et Nomi Prins comme mes adjoints, je reprendrai les opérations de la banque centrale russe et je mettrai l’occident hors circuit.

Mais cela demanderait que la Russie prenne des risques associés avec la victoire. Les intégrationnistes atlantistes au sein du gouvernement russe veulent la victoire de l’occident, pas de la Russie. Un pays embué par la trahison interne de son propre gouvernement a réduit ses chances contre Washington, un joueur très déterminé.

Une autre 5ème colonne opérant de l’interieur contre la Russie sont les ONG financées par es Américains et les Allemands. Ces agents impérialistes se déguisent en “organisations humanitaires ou des droits de l’Homme” comme “organisations des droits de la femme,” comme “organisations pour la démocratie,” ou quelque autre vocable utilisé dans cet âge du politiquement correct ; elles sont inamovibles.

Une autre menace provient encore du pourcentage de la jeunesse russe qui envie la culture dépravée de l’occident. La liberté sexuelle, la pornographie, les drogues, l’individualisme forcené, c’est ce qu’offre culturellement l’occident, en plus bien sûr de massacrer les musulmans.

Si les russes veulent tuer des gens pour le plaisir et pour solidifier l’hégémonie américaine sur eux-mêmes et sur le monde, alors ils doivent soutenir “l’intégration atlantiste” et tourner le dos au nationalisme russe. Pourquoi être Russes si vous pouvez être des serfs américains ?

Quel meilleur résultat en fait pour les néoconservateurs américains que d’avoir la Russie qui soutient l’hégémonie de Washington sur le monde ? C’est ce que les économistes néolibéraux russes et les “intégrationnistes européns” soutiennent. Ces Russes sont prêts à devenir des serfs pour les Etats-unis afin de faire partie de l’occident et d’être très bien payés pour leur trahison.

Alors que j’étais interviewé au sujet de ces développements sur RT, le journaliste essayait toujours de confronter les accusations de Washington avec des faits. Il est vraiment surprenant que les journalistes russes ne comprennent pas que les faits n’ont rien a voir là-dedans. Les journalistes russes, ceux qui sont encore indépendants de la corruption américaine, pensent toujours que les faits sont importants dans une dispute au sujet des actions russes. Ils pensent que les assauts sur des civils perpétrés par les nazis ukrainiens soutenus par les Etats-Unis sont des faits.. Mais bien sûr de tels faits n’existent pas du tout dans les médias occidentaux. Dans les médias occidentaux, seuls les Russes sont responsables de la violence en Ukraine.

Le narratif de Washington est que le méchant Poutine a l’intention de restaurer l’empire soviétique et cela est la cause du conflit. La ligne éditoriale des médias occidentaux n’a absolument aucune relation de près ou de loin avec les faits.

A mon avis, La Russie est en grand danger. Les Russes se reposent sur les faits et Washington se repose sur la propagande. Pour Washington, les faits n’ont aucune importance. Les voix russes sont faibles en comparaison des voix occidentales.

Le manque de voix russe est dû à la Russie elle-même. Elle a accepté de vivre dans un monde contrôlé par les services financiers, légaux et de télécommunication américains. Vivre dans ce monde là veut dire que la seule voix est celle de Washington.

Pourquoi la russie a t’elle accepté ce désavantage stratégique est un mystère. Mais en résultat de cette erreur stratégique, la Russie est désavantagée.

Considérant les chemins intérieurs que possèdent Washington au sein du gouvernement russe lui-même, les oligarques économiquement puissants et les employés de l’état ayant des connexions européennes ainsi que dans les médias russes et la jeunesse avec les centaines d’ONG financées par les Etats-Unis et l’Allemagne, qui peuvent mettre les Russes dans la rue dans des manifestations de masse, le futur de la Russie en tant que pays souverain est plus que douteux.

Les néoconservateurs américains sont sans relâche, Leur opposition russe est affaiblie par le succès en Russie de la propagande de la guerre froide qui dépeint les Etats-Unis comme le sauveur et le future de l’humanité.

Les ténèbres émanant de Sauron l’Américain continuent à envelopper le monde.

Ingérence impérialiste en Russie: Des ONG financées par la NED (CIA) déstabilisent la vie politique russe…

Posted in actualité, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 31 mars 2013 by Résistance 71

Imaginons un scénario inverse: Des entités étatiques russes et/ou iraniennes, liées aux services de renseignement de ces pays (tout comme la NED est une officine de l’USAID, du ministère des affaires étrangères yankee et donc de la CIA et ce manière tout à fait avérée…), qui financeraient des ONG à l’intérieur des Etats-Unis avec pour but le développement de l’opposition au régime en place et donc de créer artificiellement ou du moins de donner un sérieux coup de pouce financier et stratégique à l’opposition du régime bicéphale se partageant la maison blanche… Que croyez-vous que feraient les oligarques yankees en place ? Que diraient-ils ? Comment réagiraient-ils ?

Si cela se passait en France ? Trouverait-on cela normal ? Pourquoi le serait-ce en Russie, en Iran, au Vénézuéla ou ailleurs ?… Une fois de plus, l’occident baigne dans le deux poids deux mesures.

— Résistance 71 —

 

Moscou qualifie d’ingérence le financement d’ONG par les Etats-Unis

 

Ria Novosti

 

Le 30 Mars 2013

 

url de l’article original:

http://fr.rian.ru/world/20130330/197946545.html

 

L’intention des Etats-Unis de poursuivre le financement d’organisations non gouvernementales en Russie via des intermédiaires résidant à l’étranger constitue une « ingérence flagrante » dans les affaires intérieures du pays, a indiqué samedi le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch.

« Nous considérons la déclaration de la porte-parole du département d’Etat américain Victoria Nuland selon laquelle les Etats-Unis continueront à financer certaines ONG en Russie via des intermédiaires se trouvant dans des pays tiers […] comme une ingérence flagrante dans nos affaires intérieures », lit-on dans le communiqué de M. Loukachevitch mis en ligne sur le site du ministère russe des Affaires étrangères.

Selon le diplomate, il s’agit « d’inciter des structures non gouvernementales et sociales bien connues à violer les normes législatives réglementant l’activité des ONG sur le territoire de la Fédération de Russie ».

Le Parquet de Russie effectue depuis quelques jours des inspections au siège d’organisations non gouvernementales. Selon l’association de défense des droits de l’Homme Agora, ces inspections visent plus de 80 ONG de 22 régions du pays.

Le ministère russe de la Justice a fait savoir lundi que les vérifications avaient pour but d’établir si les activités des ONG sont conformes à leurs statuts et à la législation russe.

A cette occasion, la porte-parole de la diplomatie américaine Viktoria Nuland a fait savoir vendredi que les Etats-Unis continueraient à financer des ONG russes par l’intermédiaire de « plateformes situées à l’extérieur de la Russie ».