Archive pour guerre pétrole guerre oligarchique

Nouvel Ordre Mondial: Guerre du pétrole… Triomphe du capitalisme monopoliste transnational…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, écologie & climat, économie, colonialisme, guerre iran, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 10 août 2015 by Résistance 71

N’oublions pas non plus que le pétrole n’est pas une « substance fossile » comme la propagande le rabâche sans cesse, mais est d’origine abiotique, non-organique et n’est pas épuisable à l’échelle humaine (voir notre dossier sur le pétrole abiotique), de fait l’humanité nage littéralement dans la substance, les pétroliers en découvrent ainsi que du gaz naturel en veux-tu en voilà dans tous les coins du monde.

La théorie dogmatique dite du « pic pétrolier » (de l’ingénieur de la Shell Hubbert en 1956) n’est qu’un subterfuge économique afin de contrôler le prix car il est bien connu que « tout ce qui est ‘rare’ est cher »… Les « experts » pétrolier de John D. Rockefeller de la Standard Oil (aujourd’hui Exxon-Mobil et grand pourvoyeur financier et technologique de l’Allemagne nazie, voir notre dossier Antony Sutton) disaient déjà en 1905 qu’il n’y avait encore de pétrole que « pour 5 à 10 ans »… Ils nous prennent pour des cons depuis… Le fait est que la valeur réelle d’un baril de brut est de l’ordre de 10US$, à ce prix et dans l’abondance… plus moyen de spéculer, plus de milliards pour les majors pétroliers, plus de guerres pour se l’approprier… La supercherie est époustouflante !

— Résistance 71 —

 

Les quatre cavaliers du pétrole et le barril à 44 US$

 

Dean Henderson

 

08 Août 2015

 

url de l’article original:

http://hendersonlefthook.wordpress.com/2015/08/07/four-horsemen-44-oil/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Article connexe sur le sujet: Les huit familles du cartel de la réserve fédérale

 

J’avais prédis l’hiver dernier, alors que le pétrole était à 110 US$ le barril, qu’on le verrait à 50 US$ très bientôt. Aujourd’hui, avec les obligations au travers du plafond et une déflation douchant le gang de Wall Street, le barril de brut pour l’automne devrait aller chercher dans les 44 US$.

La bulle pétrolière se devait d’être percée. La Fed compte sur les gens friqués supplémentaires pour qu’ils trouvent dans leurs fonds de poche des économies faites à la pompe de quoi nous sortir de ce délire économique de longue durée. Le dollar a été désenchaîné du pétrole et ces salauds de Russes, d’Iraniens et de Vénézuéliens doivent être remis à leur place.

Mais le plus grand bénéficiaire de ce dernier éclatement en date de bulle sera de toute évidence les quatre cavaliers de l’apocalypse pétrolière: Exxon-Mobil (NdT: intérêts Rockefeller), Chevron Texaco, BP Amoco et Royal Dutch/Shell (intérêts Rothschild). Les acquisitions de l’industrie ont commencé dare dare alors que les petites entreprises de forage et les compagnies de charbon font banqueroute ou sont forcées de vendre aux géants de l’industrie pour des queues de cerises.

Le 17 Juillet dernier, Milagro Energy, qui possède 1200 puits de pétrole dans le sud du Texas et en Louisiane, fut la dernière en date des entreprises pétrolières à s’enregistrer au chapitre 11 des entregistrements de faillite. Shell (Rothschild) a annoncé en Avril qu’elle achèterait le groupe britannique BG pour 70 milliards de dollars. La rumeur dit que BP lorgne sur Penn Virginia tandis qu’Exxon a ses yeux rivés sur Anardako Petroleum.

Dans le secteur du service de l’industrie pétrolière, Halliburton (NdT: dont Dick Cheney est un important actionnaire et ancien directeur exécutif) tente d’acheter Baker Hughes, mais cette tentative est pour l’heure vérouillée par la justice en la forme d’un audit de la part du ministère de la justice.

Big Oil va aussi soudainement avaler tout rond les droits bon marché de forage dans l’ouest du Texas et ailleurs. Juste hier, Exxon-Mobil a signé deux accords pour étendre son contrôle sur le bassin perminien via sa succursale XTO Energy Inc.

Il y a même plus de pourparler pour des méga-fusions, le plus commun étant celui disant qu’Exxon-Mobil pourrait bien acheter BP Amoco.

Donc, tandis que les consommateurs ont un léger répis lorsqu’ils vont à la pompe, les quatre cavaliers de l’apocalypse, qui contrôlent verticalement le secteur pétrolier du forage, à la pompe en passant par l’extraction et le raffinement ; ils contrôlent aussi ce secteur horizontalement au travers de leurs possessions et avoirs dans le charbon, la gaz naturel et le nucléaire, ces gens vont devenir encore plus puissants.

Un gouvernement sensible ne pourrait qu’entraver toutes extras acquisitions des entreprises de Big Oil et il briserait les quatre cavaliers en utilisant les lois existantes, comme par exemple les lois anti-trusts (anti-monopole) Clayton & Sherman, mais bon… ne nous emballons pas…