Archive pour guerre impérialiste moyen-orient

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: le fiasco saoudien au Yémen et la réalité sous-jacente (Pepe Escobar)

Posted in actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 7 octobre 2019 by Résistance 71

Pepe Escobar: Les Houthis continueront jusqu’à la Mecque

 

Pepe Escobar

 

4 octobre 2019

 

Source: http://french.almanar.com.lb/1515802

 

Ne jamais sous-estimer le pouvoir du retour de flamme. En ce moment même, le prince héritier Mohammad bin Salman (MBS), le dirigeant de facto de la Maison des Saoud, regarde fixement un abîme inquiétant ouvert par les Houthis au Yémen.

Le week-end dernier, le porte-parole des forces armées yéménites, le brigadier Yahya al-Sari, a décrit cliniquement comment Ansarallah, également connu sous le nom de mouvement rebelle houthi, aidé par ce que les Yéménites appellent les « comités populaires », a capturé trois brigades saoudiennes de 2 400 soldats – en haillons – et des mercenaires yéménites et soudanais ainsi que des centaines de véhicules de combat. Au moins 500 soldats saoudiens ont été tués et blessés, a affirmé Ansarallah. (Un porte-parole de la coalition dirigée par les Saoudiens a nié l’allégation).

Cela faisait partie de l’Opération Nasrallah dans l’axe de Najrane, limitrophe de l’Arabie Saoudite. Les Houthis, qui ont beaucoup appris, tactiquement et stratégiquement, du Hezbollah, ont fait l’éloge des moudjahidins et des « comités populaires » impliqués dans l’Opération Nasrallah.

Le colonel Pat Lang, dans son blog, offre une observation particulièrement utile sur les véhicules saoudiens capturés. Certains appartenaient à la Garde nationale saoudienne (SANG) :

« Je suppose que ces troupes provenaient du SANG modernisé que les États-Unis ont travaillé dur pour former et équiper pendant cinquante ans ou plus. La reddition facile de ces bédouins est une très mauvaise nouvelle pour la monarchie saoudienne ».

(…)

Comme je l’ai déjà dit, les opérations de plus en plus audacieuses des Houthis en Arabie Saoudite ne peuvent être couronnées de succès qu’avec des renseignements solides sur le terrain.

Quant aux soldats saoudiens capturés et dépouillés, Mohamed Al-Bukhaiti, qui fait partie de l’aile politique d’Ansarullah, confirme qu’ils sont pour la plupart des takfiristes – de vrais croyants qui pensent voir parmi leurs compagnons musulmans des légions d’apostats, méritant la peine capitale – et des Djihadistes.

A Beyrouth, j’ai passé beaucoup de temps dans des conversations détaillées avec Hassan Ali Al-Emad, érudit, homme politique et fils d’un cheikh yéménite influent dominant 12 tribus. A l’origine Zaydi lui-même, Al-Emad avec l’aide d’autres sources yéménites a confirmé que les principaux acteurs sont en fait le mouvement houthi – et pas seulement la tribu houthie, qui n’est qu’une tribu parmi de nombreuses tribus Zaydi du nord du Yémen. La capitale Sana’a a été reprise par le mouvement houthi, et pas seulement par la tribu houthie.

C’est essentiel pour comprendre le fait que la majeure partie du nord du Yémen a désormais adhéré au mouvement houthi – qui est aussi le gouvernement du nord du Yémen. Il n’est pas exagéré de penser que le mouvement houthi pourrait finir par unir l’écrasante majorité du Yémen contre la Maison des Saoud.

Ce que MBZ est en train de faire

Al-Emad a tenu à souligner que parmi la mosaïque tribale yéménite d’une complexité vertigineuse, le seul facteur unificateur est la lutte contre un envahisseur étranger, en l’occurrence un bombardeur en série, responsable depuis 2015 de la crise humanitaire la plus grave du monde selon les Nations Unies. J’ai fait remarquer à Al-Emad que le modèle tribal yéménite ressemble beaucoup à celui de l’Afghanistan. Il a visiblement apprécié la comparaison.

Al-Emad a également confirmé que les mercenaires qui combattent dans le sud du Yémen rejoignent en masse le mouvement houthi. Cela posera encore plus de défis à la soi-disant « coalition » qui bombarde le Yémen depuis 2015 et qui est maintenant réduite à la Maison des Saoud après que les EAU aient opté pour des « pourparlers ».

Sur le terrain, la situation est encore plus sombre. Les Houthis – soutenus par l’Iran – combattent peut-être Riyad, mais ils combattent aussi les restes d’Al-Qaïda et quelques Djihadistes de Daesh. La Maison des Saoud crée l’illusion qu’ils font la même chose. En fait, ils ne font rien.

De plus, les Houthis combattent également le Conseil de Transition du Sud (CTS), formé il y a seulement deux ans. C’est un groupe séparatiste qui veut un Yémen du Sud indépendant. Pourtant, le CTS est avant tout une cinquième colonne des Émirats Arabes Unis, financée et militarisée par Abu Dhabi.

Alors, qu’est-ce que Mohammed Bin Zayed (MBZ), le mentor de MBS à Abu Dhabi, fait vraiment au Yémen ? Suivez l’argent (du pétrole). Ce qui compte vraiment, c’est le contrôle total du détroit immensément stratégique de Bab-el-Mandeb qui relie la mer Rouge au golfe d’Aden. C’est une question de commerce du pétrole et de connectivité. La Chine, avec une base à proximité de Djibouti, est très attentive à ce qui se passe à Aden et dans le sud du Yémen.

Pendant ce temps, le « gouvernement » du Yémen, dirigé par le président Abed Rabbo Mansour Hadi, reste une fiction inefficace. Fondamentalement, la seule chose que fait Hadi est de soutenir le Conseil de Transition du Sud pour combattre les Houthis.

Un autre angle pétrolier fascinant entre encore en jeu. Hadi est en train de déménager son entreprise dans la mythique Ma’arib – la légendaire capitale de Balqis, la reine de Saba.

Tout comme Freud comparant les couches de l’inconscient aux couches de ruines romaines, il y a une myriade de Ma’aribs superposés dans l’histoire extraordinaire du Yémen. Ma’arib était la capitale originelle de l’Arabie Heureuse, louée par d’éminents historiens tels que Strabo et Diodore de Sicile, une ville envoyant mille talents d’encens à Babylone tous les douze lunes pour la fête de Baal ou pour la vente d’ivoire, d’or et de peaux de léopard aux caravanes d’Hatchepsout, la reine d’Egypte.

Le regard de Ma’arib est fixé sur le Rub al-Khali, le Grand Désert Vide, rêvant d’un nouvel Empire arabe – certainement pas gouverné par la Maison des Saoud, minable, corrompue et suprêmement ignorante. Entre en jeu, encore une fois, le point de vue des Émirats arabes unis.

Ma’arib est la terre d’origine du cheikh Zayed, le père de MBZ. C’est de là que sa tribu est partie. Dans les années 1970, Cheikh Zayed finançait en fait une armée d’archéologues et d’ingénieurs agricoles impliqués dans la renaissance de Ma’arib. Aujourd’hui, en tant que pouvoir caché derrière le gouverneur Sultan al-Aradah, son fils MBZ voudrait le contrôler pour peut-être réaliser le rêve de papa. Le problème, c’est que les Houthis ne le laisseront jamais faire.

Le désert recèle tous les secrets

Essayer de décoder le puzzle yéménite, c’est comme être plongé dans un labyrinthe de miroirs de Jorge Luis Borges. En fait, une pyramide de miroirs.

A Beyrouth, j’ai eu le privilège de partager d’innombrables histoires avec mon amie la Princesse Vittoria Alliata de Sicile, incarnation de l’aristocratie cool, islamiste de renom et première traductrice italienne du « Seigneur des Anneaux » (Tolkien a beaucoup aimé la traduction).

Vittoria, qui a traduit nos conversations avec al-Emad, m’a gracieusement offert l’un des rares exemplaires restants de la première édition de 1980 de Garzanti de son fascinant « Harem » , une étude sur les femmes du monde arabe sous la forme de souvenirs de voyage. J’y ai trouvé ce passage immaculé de Hasan ibn Ahmad al-Hamdani, écrit en 935 de notre ère à Sana’a :

« Dans les sables du désert est enterrée une pyramide à l’envers ; elle contient la vérité de la race humaine. La vérité est enterrée dans les sables du désert, donc celui qui la découvre par hasard sera considéré par les hommes comme un fou avec son cerveau brûlé par la solitude et le soleil ».

Le fait que les barbares de la Maison des Saoud cherchent à détruire l’Arabie Heureuse – le siège d’une fabuleuse civilisation millénaire du désert et une réserve de connaissances – en dit long sur notre époque sordide. Les vrais Yéménites y voient clair.

En termes plus prosaïques, après l’attaque spectaculaire et révolutionnaire contre Abqaiq, le mouvement houthi, via le président du Conseil politique suprême du Yémen Mahdi al-Mashat, a offert un cessez-le-feu à MBS. Son entourage n’a accepté qu’un arrêt « partiel » de la campagne de bombardements incessants. Des opérations plus audacieuses, avec des essaims de drones et des missiles Quds-1, sont donc inévitables. Comme l’a fait remarquer Boukhaiti, ils « viseront des installations plus vitales et critiques des Saoudiens ».

Un avant-goût de ce qui nous attend est l’incendie de la gare de Djeddah – qui est la plaque tournante de plus de 7 milliards de dollars de la liaison ferroviaire à grande vitesse de 300 km de MBS vers La Mecque et Medina. La rue arabe est dévorée par les rumeurs selon lesquelles les Houthis ne s’arrêteront pas avant d’atteindre La Mecque.

En ce qui concerne les capacités du missile de croisière yéménite Quds-1, voici une superbe analyse technique, qui s’accompagne d’un aperçu crucial au vu des affirmations britanniques, allemandes et françaises selon lesquelles l’Iran est derrière les attaques pétrolières saoudiennes:

« Notamment, le Pentagone n’a pas accusé l’Iran de l’attaque et se tait, sachant très bien que le missile de croisière Quds venait du territoire houthi » .

Après Abqaiq et l’Opération Nasrallah, dire que MBS se prend un brutal retour de flammes est un euphémisme. Le bombardement incessant du Yémen pendant plus de quatre ans pendant son mandat de ministre de la Défense est son bébé Frankenstein.

À Beyrouth, j’ai également passé de nombreuses heures à discuter du bourbier interne saoudien avec des analystes de l’opposition organisée, qui dirigent le site Web The Saudi Reality.

Entre autres choses, ils ont dit que Jamal Khashoggi avait été tué parce que le consul saoudien à Istanbul avait exagéré la dose de la piqûre pour le paralyser. Puis il a été scié à la scie à os et le corps a été brûlé – donc pas étonnant qu’on ne l’ait jamais retrouvé.

L’opposition considère la dynamique interne saoudienne comme l’homme de Trump à Riyad – à cause de l’angle pétrolier – alors que la CIA, comme Khashoggi, préfère traiter avec une monarchie constitutionnelle et avoir son propre atout en main.

L’instabilité totale règne. La seule certitude est que l’offensive de plus en plus sophistiquée du mouvement houthi continuera d’être déployée en Arabie Saoudite, à moins que MBS n’abandonne sa guerre brutale. Sinon, il ferait mieux de réserver un aller simple pour Londres.

= = =

Lecture complémentaire:

Le_mythe_biblique_ashraf_ezzat

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: L’Iran montre les faiblesses de l’empire et change le rapport de force dans le monde

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 23 juin 2019 by Résistance 71

Tant qu’État et société marchande il y aura, coercition, force et oppression demeureront.
Il nous faut sortir, lâcher prise des antagonismes pour embrasser notre complémentarité dans la diversité. C’est le chemin vers la juste société des sociétés, l’émancipation finale pour parvenir à notre humanité achevée.

~ Résistance 71 ~

 

L’Iran a modifié le rapport de force dans le monde

 

Press TV

 

22 juin 2019

 

url de l’article original:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/06/22/599142/Iran-EtatsUnis-drone-Hezbollah-Hassan-Baghdadi-tigre-de-papier

 

Selon un membre du conseil central du Hezbollah libanais, l’Iran a pris en main l’initiative dans le règlement des crises dans la région. Grâce à ses politiques, il est devenu un pays capable de changer la conjoncture internationale à son avantage.

Le membre du Conseil central du Hezbollah libanais, Hassan Baghdadi, s’est dit agréablement surpris de l’attitude des dirigeants de la RII face à l’hostilité des États-Unis.

« La sagesse et le courage des autorités de la RII, notamment de l’Ayatollah Seyyed Ali Khamenei, ont renversé le rapport de force et ont stupéfié le monde entier », a déclaré Hassan Baghdadi.

« La RII prend l’initiative pour régler les crises dans la région », a déclaré le responsable du Hezbollah, cité par le site d’information Al-Ahed.

« Les dirigeants américains sont arrivés à cette conclusion qu’il est impossible de renverser la RII via les sanctions », a ajouté Baghdadi.

« L’impasse dans laquelle sont acculés les États-Unis et leurs alliés témoigne clairement de leur position chancelante, laquelle s’est encore aggravée après la destruction de leur drone par le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) », a-t-il précisé.

« Grâce à une politique sage, les dirigeants iraniens ont réussi à devenir un État puissant qui peut changer la donne internationale en leur faveur », a-t-il indiqué.

« L’Iran a montré au monde entier que les États-Unis ne sont qu’un tigre de papier », a poursuivi Baghdadi.

Le membre du Conseil central du Hezbollah libanais a achevé son discours en ces termes : « C’est pourquoi la décision à prendre est bien claire : ni guerre ni négociations à moins que les États-Unis ne reviennent sur leurs décisions erronées. Ils doivent revenir sur leurs politiques tyranniques. Le monde a changé. »

Ne vous laissez pas enfumer sur la guerre qui se prépare… Pour avoir un avis informé: « Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur » de Naïm Qassem 1/3

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 19 novembre 2017 by Résistance 71

L’oligarchie nous concoctant la prochaine guerre devant impliquer l’Arabie Saoudite, Israël et la clique sioniste usuelle contre l’Iran et ses alliés, il est important de ne pas se laisser enfumer par les salades propagandistes dont nous allons immanquablement être inondés via les merdias de base, notamment sur le croquemitaine forcément « terroriste » que serait le Hezbollah, allié de l’Iran et grand vainqueur en Syrie des mercenaires pseudo-djihadistes de Daesh/Al CIAda. C’est ainsi que nous pensons le temps venu pour aider ceux qui le veulent encore, à mieux comprendre qui est le Hezbollah et quelles sont ses relations avec la politique internationale. Pour ce faire nous avons traduit de larges extraits du livre de son SG adjoint, Naïm Qassem.
~ Résistance 71 ~ 

 

Hezbollah son histoire de l’intérieur 1/3

 

Naïm Qassem*

 

Traduction de larges extraits de la version anglaise (2005) par Résistance 71

 

Une version française de ce livre existe sous le titre: “Hezbollah, la voie, l’expérience, l’avenir”, publiée aux éditions Al Bouraq en septembre 2008 (376 pages)

(*) L’auteur de l’ouvrage Sheikh Naïm Qassem est le secrétaire général adjoint du Hezbollah (“Parti de Dieu”) depuis 1991, né au Liban en 1953, il possède une éducation universitaire et religieuse. Il fut professeur de chimie pendant plusieurs années en université. Il est l’auteur de plusieurs livres sur des sujets d’ordre politique et religieux. Mr Qassem est considéré comme l’historien du Hezbollah. 

 

1ère partie

2ème partie

3ème partie

La version intégrée en PDF réalisée par Jo:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

Note de Résistance 71:

Le présent ouvrage a été publié en arabe en 2004, traduit en anglais en 2005 et publié aux éditions Saqi (Londres). C’est cet ouvrage qui a servi de base à notre traduction partielle certes mais substantielle.

Nous invitons les lecteurs à se procurer ce livre et de le lire en entier. On ne regarde plus jamais la géopolitique moyen-orientale et mondiale avec les mêmes yeux après l’avoir lu. Nous le considérons comme essentiel pour une compréhension accrue et pointue de la situation passée, présente et à venir du Moyen-Orient sous influence.

La version anglaise du livre fait 282 pages index et références compris. Il est inévitable pour l’auteur de couvrir certains aspects religieux concernant la génèse et l’évolution du Hezbollah. Nous devons ici dire que les 54 premières pages de l’ouvrage situent la toile de fond religieuse de la création du parti depuis 1982 et sa relation profonde à l’Islam, ce qui représente moins de 20% du livre. N. Qassem présente la chose de manière posée, sans prosélytisme et avec grand savoir et humilité, ce qui rend la lecture de ce passage beaucoup plus digeste pour un lectorat non averti, ou non chiite, non musulman, voire même, ce qui est notre cas… complètement athée. Nous traduirons le strict nécessaire de ce segment en nous attachant essentiellement à ce qui est décrit et expliqué comme étant les “trois piliers du Hezbollah”, le second étant l’inévitable Djihad. Nous avons appris bien des choses durant la lecture de ce passage et y avons trouvé de grandes similitudes avec des codes chevaleresques occidentaux et orientaux comme par exemple celui du Bushido japonais. Mr Qassem explique de manière assez détaillée ce qu’est le Jihad, nous ne nous y attarderons pas car ce n’est pas l’objectif du livre, mais néanmoins un aspect important à saisir pour mieux comprendre l’ensemble.

Nous réitérons ici le fait que Résistance 71 est un collectif anarchiste pour qui toute religion est une aliénation et un frein à la pensée humaine et la liberté intrinsèque de l’Homme et de son être générique. Nous pensons néanmoins qu’il est sectaire d’ignorer les réalités culturelles et religieuses du monde dans lequel nous vivons et que nous appelons à changer.

Nous considérons ce travail de traduction comme une action pédagogique destinée à l’ouverture des esprits et non pas à l’enfermement communautaire que l’oligarchie et sa pressetituée de service ne vont pas hésiter à promouvoir pour nous vendre la salade de leur prochaine guerre contre l’Iran et ses alliés. Le Hezbollah a du reste prouvé sur le terrain, encore et encore, son ouverture d’esprit et son humanité universelle à chaque fois que ses membres en ont eu l’occasion. Ce sont les membres du Hezbollah dans le Liban-sud qui portèrent assistance et aide logistique aux familles chrétiennes victimes de la nouvelle invasion sioniste en 2006. Depuis des années, les chrétiens libanais de l’ex-général et actuel président du Liban Michel Aoun, sont de proches alliés du Hezbollah, les raisons en sont claires.

La traduction partielle de ce livre à mettre en ligne est un projet que nous avons depuis pas mal d’années, nous avons mentionné et cité l’ouvrage à maintes reprises sur le blog, mais nous avons pensé que le moment n’était alors pas venu. A la vue de l’orientation que prennent les choses au Moyen-Orient avec une nouvelle guerre, sans doute bien plus meurtrière, en préparation dans cette région où serait impliqués le Hezbollah (Liban), l’Arabie Saoudite, Israël, la Syrie et sans aucun doute l’Iran sur toile de fond militaire russo-américaine, il devient aujourd’hui évident que le temps est venu pour qu’une plus large audience comprenne un peu mieux qui est le Hezbollah, d’où vient-il et que fait-il  et que se passe t’il vraiment au Moyen-Orient ?

Nous publierons notre traduction partielle en 3 parties qui ne sont pas les parties du livre, qui lui est divisé en 7 chapitres + une préface.

Bonne lecture

= = =

1ère partie

I. Visions et objectifs

[…] Dans le même temps, Israël avait envahi le Liban [1982]. Des groupes d’hommes croyant en l’Islam, participèrent à la confrontation avec l’envahisseur dans les faubourgs de Beyrouth, coopérant avec l’armée syrienne, quelques Palestiniens et quelques combattants libanais de la résistance. Leurs efforts eurent pour résultat d’handicapper l’avance d’Israël vers Beyrouth, Mais, aucune de ces entités islamiques factuelles n’avaient été préparées pour cette grande mission. La préoccupation et le besoin de trouver une organisation islamique unifiée fit alors surface. Une telle organisation devait reposer sur trois objectifs clef:

  • L’Islam est un programme approprié complet et compréhensif pour une vie meilleure. Il est la fondation intellectuelle, religieuse, idéologique et pratique de l’organisation proposée
  • La résistance contre l’occupation d’Israël qui est un danger pour le présent et le futur, reçoit une priorité ultime de confrontation étant donnés les effets anticipés qu’aura une telle occupation sur le Liban et sur toute la région. Ceci nécessite la création de la structure d’un Jihad (guerre sainte) qui prolongera cette obligation et en faveur duquel toutes les capacités devront être employées
  • Le leadership légitime est désigné par le théologien-juriste qui est considéré être le successeur du prophète et des imams (QLPSAE) [note: il est ici fait référence aux 12 imams descendants du prophète Mahomet et qui sont de grandes figures de révérence pour les Chiites]. Le théologien-juriste élabore les lignes de conduite générales pour la nation de l’Islam. Ses commandements et prescriptions doivent être exécutés

Pour parvenir à ces fins, un nombre de représentants des groupes islamiques principaux commencèrent de grandes discussions en ce qui concerne la perception de l’activité islamique au Liban. Les résultats de ces discussions furent résumés dans un document final suivant lequel neuf représentants furent élus pour parler aux parties participantes: trois représentants pour le clergé de la Bekaa (Liban oriental), trois représentants les comités islamiques variés et trois représentants pour le Mouvement Islamique Amal [note: successeur du mouvement historique Amal qui en arabe veut dire “Espoir” et dont l’acronyme veut dire “Les Rangs de la Résistance Libanaise”, originellement emmené par Nabih Berri. Il y eut une scission du mouvement Amal suite à l’occupation d’Israël, en émergea le Mouvement Islamique Amal, mené par Hussein al-Moussaoui]

Ce document devint connu sous le nom du “Manifeste des Neuf”, qui mirent en place les objectifs sus-mentionnés et fut présenté à l’ayatollah Khomeini, qui l’approuva, prenant ainsi en charge la responsabilité de la position de théologien-juriste.

Plusieurs groupes islamiques adoptèrent ensuite le manifeste, dissolvant leurs organisations existantes en faveur d’un nouveau cadre de fonctionnement, qui devint un peu plus tard connu sous le nom de “Hezbollah”.

Des programmes d’intégration des membres furent mis en place, d’abord de manière erratique et une activité de mobilisation effective fut lancée avec les membres du clergé convaincant les nouveaux membres de rejoindre l’entrainement militaire et tout travail mis en place focalisé sur la résistance à l’occupation d’Israël. Tout ceci se passa au sein de cadre défini par le théologien-juriste.

Ces développements se produisirent à une époque de grande solidarité de l’Iran avec la Syrie et le Liban. L’Ayatollah Khomeini demanda aux Gardiens de la Révolution Islamique (GRI) de soutenir la confrontation du Liban avec Israël, essentiellement avec un entrainement militaire, l’envoi de provisions et l’infrastructure nécessaire. Une délégation de hauts-dignitaires des GRI se rendit en Syrie qui accepta son passage au Liban par sa frontière et des camps d’entrainement furent établis dans la plaine de la Bekaa et son district ouest.

[…]

Les trois piliers du Hezbollah

Premièrement: La croyance en l’Islam

Note de Résistance 71: Cette partie procure un très bon résumé de ce qu’est l’Islam et sa croyance chiite. Cette partie fait 14 pages. Cela vaut la peine d’être lu. L’auteur explique et ne cherche pas à “convaincre”, ce n’est pas un texte prosélyte, ce qui lui évite de s’aliéner une partie potentielle du lectorat. Le style est posé, emprunt de conviction, mais modéré au sens le plus large.

Dans la fin de ce passage, voici ce que Mr Qassem dit de manière si visionnaire si on se réfère aux évènements se déroulant dans la région depuis 2011…

La création d’un état islamique n’est donc pas une fonction d’adoption de celui-ci par un groupe ou une branche et l’imposition subséquente de cet état de fait aux autres groupes. Un tel chemin est refusé à la fois dans ce projet et dans les autres et ce indépendamment de qui en serait l’instigateur.

La toute première expression, communication officielle dans ce contexte fut émise par la Lettre Ouverte du Hezbollah de 1985 (Lettre Ouverte, Hezbollah, 1985, adressée au peuple opprimé du Liban et au reste du monde), dans laquelle il fut dit ceci:

“Nous confirmons par la présente notre conviction en l’Islam comme pilier de notre système à la fois intellectuel et législateur et nous appelons le plus de monde à apprendre de son enseignement et de se conformer à son code. Nous appelons le peuple à l’adopter et à se commettre à ses instructions tant aux niveaux individuel que politique et social. Quand la liberté de choisir un système de gouvernement est attribuée au peuple du Liban, il ne trouvera pas une meilleure alternative que l’Islam ; c’est pourquoi nous appelons à la mise en place d’un système islamique fondé sur le choix libre et direct du peuple et non pas au travers de l’imposition forcée comme cela pourrait être assumé par certains.”

Le message de la lettre est clair et encourage la création d’un état islamique basé seulement sur le libre choix public. Nous sommes ainsi en parfaite harmonie avec nos convictions et avec les circonstances pratiques et objectives qui nous entourent.

[…]

Deuxièmement: le djihad

[note de Résistance 71: cette partie fait 17 pages dans le livre et est un élément important. Nous allons essayer de le retranscrire au mieux par la traduction de passages clef, mais nous encourageons nos lecteurs à lire le texte intégral qui vaut la peine d’être lu entièrement]

Le djihad ou la guerre sainte, a ses racines éthymologiques dans le verbe “lutter”. Cela signifie pousser et faire tous les efforts possibles pour combattre un ennemi. Dans son contexte islamique, le mot possède un sens plus large que le combat militaire, car le combat inclut également celui contre les ennemis internes à l’Homme comme représenté par les tentations et les insinuations de l’âme vers le mal ou les appels sataniques du faux et tout ce qui mène à l’errance et à la corruption.

[…]

Vision du monde

Un tel chemin vers le djihad est étroitement associé avec la vision de la vie qu’a l’Islam. Ce monde est une maison périssable, un plaisir éphémère et une vie temporaire. C’est un endroit de tribulation et de test permanents pour l’Homme dont le résultat de ses actions détermine sa destinée le jour de la Résurrection lorsque Dieu fait revivre toute la création, envoyant les incroyants en enfer et les croyants au paradis. […]

Personne ne peut éviter les vicissitudes de la vie, car cette capacité est au-delà du contrôle de l’Homme et du code naturel de la vie. Et si certains croient qu’au travers du blasphème, de la désobéissance ou de l’errance, ils repousseront ces vicissitudes, alors simplement ils se trompent, car de plus grandes difficultés les attendent en résultat de leur conduite néfaste, alors que leur chance d’endurance positive durant leur temps de vie est passée, menant à la punition dans l’au-delà. Il est donc bien mieux que la souffrance soit au bénéfice de la rectitude et de la bonté afin que tout à chacun y gagne à la fois dans le présent et dans l’au-delà. Ainsi, nous endurons tous, car nous sommes tous dans le cercle de l’examen, la différence entre nous étant dans le résultat final.

L’argument principal réside en deux logiques: la première est celle adoptée par les matérialistes qui dévouent leurs vies à croire que le monde est la fin de toute existence et qui donc placent tous leurs efforts dans la vie, se résolvant à tous les moyens possibles, sans regard pour les répercussions maléfiques que cela pourrait avoir. Leur vision de base est celle de l’intérêt personnel, même si cela peut mener à la corruption, à la diversion individuelle ou collective du droit chemin, à l’oppression, au meurtre ou au viol des droits d’autrui.

La seconde, est la logique des croyants en dieu qui vont dans la vie comme sur un chemin menant à l’au-delà. Pour ceux-là, la vie n’est pas la résidence éternelle et s’ils doivent souffrir une perte en résultat de suivre leurs obligations et en étant indifférents à leurs sautes d’humeur, alors ils auront la promesse de la récompense au jour de la Résurrection. Il n’y a donc aucun besoin à l’oppression, à la tyrannie, à l’agression, car ceci ne portent que des résultats éphémères. Il est du devoir des croyants de refuser et de confronter l’oppression et de lutter avec eux-mêmes pour la victoire de la vertu, de la justice, des droits humains et de la droiture. Ils ne sont pas libres de marginaliser leur rôle ni de demeurer des observateurs, de renoncer à leurs choix et de s’abandonner à leurs tourmenteurs. [citation d’une sourate du Coran]

[…] Ce qui importe est la dédication au chemin de la droiture, qui est représenté par ces droits et obligations ordonnés et compréhensifs, l’objectif est le bien, la bonté, non pas le plaisir ; la justice et non pas la domination et la suprématie, le consentement et la soumission à ce que Dieu nous donne comme récompense après que nous ayons prouvé la valeur de nos efforts et de ne pas se résoudre au chemin de l’abomination, de la répression et de l’antagonisme. La vision doit être de libérer la terre et l’Homme quelqu’en soit le prix, non pour l’acquiescence et la soumission à une vie abjecte ou pour la résignation, l’abandon des rôles influents et vertueux de la vie.

Les fondements du djihad

L’Islam considère le djihad comme une attitude basique de la vie d’un musulman, que ce soit le djihad de l’âme ou le djihad contre un ennemi extérieur. La seconde forme est  à l’évidence la pratique la plus difficile du concept et ne vient qu’après la réussite de la première, après que l’Homme ait lâché prise de ses désirs et se soit préparé pour la confrontation pratique de terrain avec l’oppresseur et l’occupant. Le djihad de l’âme est le plus grand des deux défis, car il est une lutte permanente et quotidienne, présent dans chaque conflit entre le vice et la vertu, entre l’obéissance à la parole de dieu et les impulsions de l’âme. La lutte contre l’ennemi est le moindre des deux tests.

[…]

L’Islam a construit le djihad sur un nombre spécifiques de piliers objectifs desquels quatre sont plus importants:

  • Tribulation et mauvais coups du sort. La vie est un continuum d’obstacles et de difficultés. Il ne se passe pas un jour où l’Homme n’est pas confronté aux difficultés face soit à lui-même, soit face à la société ou face à tout intervenant de ce monde. […]
  • Le chemin vers dieu. Le djihad pour la gloire de dieu est l’objectif. Ainsi celui qui s’abstient de faire le mal est sur le chemin de dieu et celui qui combat pour la gloire de la parole de dieu par dessus tout et exécute Sa volonté, est sur le chemin de dieu. Mais celui qui combat pour gagner de l’argent, un salaire ne fait que lutter pour cela, il est donc celui qui se bat par prédisposition ou par fanatisme. Nous n’avons pas été ordonné au djihad pour rien ou à des fins de souffrance, mais pour être sur le chemin de dieu avec ses instructions pour guide et modèle. […]
  • De l’intérêt de l’Homme: Quand vous réussissez à déloger votre ennemi de votre terre, cela est dans votre intérêt. Quand vous réussissez dans votre djihad contre vos démons, c’est dans votre intérêt également. Quand vous vainquez le mal et travaillez pour voir le bien et la bonté prédominer parmi les gens, ceci est aussi dans votre intérêt. […] Le djihad est une anxieuse récompense en faveur de l’humanité, tandis que la poursuite des désirs, des pêchés et des actions désapprouvées ne peut résulter que dans la souffrance des individus et de la société. […] Ainsi, la domination et le commandement peuvent être attractifs et une source de plaisir intense, mais portent des répercussions sociales bien douloureuses ainsi que de futures ramifications.
  • Illumination: […] Le djihad est une porte sur la vie et non pas sur la mort. Car la droiture est un concept de vie, tout comme l’est la fierté, la libération de la terre occupée et la victoire sur soi-même. Même le martyre est la vie dans le sens où il est le triomphe de pouvoir passer sa vie éternelle au Paradis et ainsi est la verve, la fierté et la victoire d’une nation influencée par le sang des martyres. […]

Le djihad militaire:

Dans sa représentation de combattre l’ennemi, il est une partie intégrante de ce livre, analysons le plus avant. Le clergé divise le djihad militaire en deux parties:

  1. Le djihad de base: la confrontation des musulmans avec d’autres et l’entrée sur leurs terres pour des raisons qui ne sont pas liées à la réclamation de terre ou pour combattre une agression. C’est une ordonnance du Prophète ou d’un des imams infaillibles (QLPSAE) et donc ceci n’est pas considéré applicable dans le temps présent étant donné que l’imam al-Mahdi n’est toujours pas apparu, puisse son émergence arriver au plus tôt.
  2. Le djihad défensif: Ceci correspond à la défense de leur terre par les musulmans, leurs peuples ou eux-mêmes individuellement faisant face à une agression ou une occupation. Ceci n’est pas seulement considéré comme légitime, mais comme un devoir. […]

Mais la décision du djihad est liée au théologien-juriste sur lequel repose le diagnostique de la situation et la catégorisation dans laquelle celle-ci tombe, si celle-ci peut-être considérée comme un djihad défensif ou pas. Il est responsable de définir les fondamentaux et les lignes de conduite de la confrontation. La responsabilité de répandre le sang est grande et les combattants ne doivent jamais être consignés dans quelque bataille que ce soit sans avoir identifié ce qui est en harmonie avec l’objectif et le devoir au djihad.

Bien que l’opinion cléricale puisse différer de celle du juriste-théologien, le verdict de ce dernier est suprême et est décisif car il est le défenseur principal et la personne que les gens ont désigné . […]

Martyre contre suicide

La culture du martyre renforce l’acceptation de la mort pour la gloire de dieu, car la logique fondamentale derrière cela est la conception qu’il y a une vie après la mort, une vie dans laquelle la personne vit heureuse et réalise ses rêves. […] Le martyre est un acte volontaire entreprit par une personne qui a toutes les raisons du monde de vouloir vivre, qui a l’amour de la vie et s’y attache. C’est l’acte d’une personne qui ne souffre pas de quelque raison que ce soit de vouloir commettre un suicide […] Ceci correspond à l’acte suprême d’abandon de soi, une confrontation avec l’ennemi dans la droite ligne claire et légitime de la loi islamique. […] Ainsi, le martyre est bien différent du suicide, qui est l’expression ultime du désespoir, de la frustration et de la défaite, tout ceci menant à la perte d’objectif de l’existence et pousse un homme désespéré à mettre fin à ses jours. Ceci est généralement un acte commis par un non-croyant. Par contraste, le croyant espère une récompense divine, sait que sa patience sera remboursée et réalise qu’il ne met pas fin à ses jours par désespoir, car ce serait l’enfer qui l’attendrait. Il sait qu’il n’a pas le droit de mettre fin à cette existence que dieu lui a donné et qu’il n’est pas libre de disposer de sa vie comme bon lui semble.

[…]

Les résultats pratiques au Liban:

  • Compensation du déséquilibre militaire et affliction de pertes considérables dans les rangs de l’ennemi
  • La reconsidération par le commandement israélien de son approche militaire au Liban: difficulté de reconsidérer une invasion, une agression n’était plus possible sans la peur d’une riposte appropriée dévastatrice… Menacer ceux qui aspirent au martyre avec la notion de mort n’a plus aucun sens et devient une menace creuse et futile. Admission par l’ennemi des effets de leur mauvais calcul ne prenant pas en compte les aspirants au martyr. […] Le membre de la Knesset, le parlement israélien, Yossi Beilin a dit: “Les membres du Hezbollah ne font pas que rendre dingue notre armée, mais ils rendent tout Israël fou. Tout le monde est concerné par ce problème.
  • Montée sans précédent d’une ferveur patriotique dans toute la région, l’avènement de l’Intifada palestinienne et la restauration de l’espoir envers une libération compréhensive
  • La mise en évidence du soldat israélien se cachant dans ses machines militaires pour se protéger et ayant peur de la confrontation militaire directe.

Le martyre seul ne peut pas donner la victoire totale et renverser l’équilibre des choses et tous les autres moyens possibles doivent aussi être employés dans un conflit. Mais les opérations des martyrs comblent un vide signifiant en ce qui concerne le déséquilibre des forces en présence. Tenter de battre un ennemi avec le moins d’effusion de sang possible est un devoir.

[…]

Troisièmement: la juridiction du juriste-théologien (al-Wali al-Faqih)

[…] Note de R71: Ce segment est très important pour comprendre le fonctionnement du parti.

L’inter-relation caractéristique des verdicts de l’Islam place l’individu au centre de toute responsabilité, à laquelle il se doit de répondre au mieux de ses capacités en accord avec la situation. Si une distinction entre les gens doit être appliquée, elle ne peut l’être qu’en réponse à des différences de capacité, de situation, ou des circonstances objectives entourant les individus.

Le gardiennage du juriste-théologien est impératif pour la préservation et la mise en application de l’Islam. Il n’est pas possible de réaliser le large projet de l’Islam au travers des initiatives individuelles ou de programmes détachés. Il y a un besoin pour une voie bien tracée qui rassemble la nation. Avec le gardiennage et la tutelle le juriste-théologien parvient à ces fins.

L’autorité du juriste-théologien représente ainsi une continuation de celle du Prophète et des Imams infaillibles (QLPSAE) aussi loin que son rôle soit concerné. Ceci ne veut en aucun cas dire qu’il y a une ressemblance personnelle entre le juriste-théologien et le Prophète ou quelque infaillible imam que ce soit, ni une similarité dans le statut d’élu de dieu. Plutôt, le juriste-théologien est le second de l’Imam, celui qui conduit la doctrine et les fonctions de jurisprudence de l’Imam comme cela est nécessaire.

L’autorité du juriste-théologien

Le degré d’autorité qui lui est alloué est certainement important car il est responsable de mettre en application la jurisprudence islamique, de garder la structure islamique, de prendre des décisions politiques d’un poids considérable et de porter l’intérêt général de la nation. Il a l’autorité de décider de la guerre et de la paix, il rend des compte à tout le monde. Il est aussi le tuteur de la richesse de la nation collectée par le zakat et le khoum [NdT: tout musulman doit payer 1/5 soient 20% de ses revenus annuels qui sont redistribués aux nécessiteux ou selon les circonstances sur avis du dirigeant] et autres sources. Il établit les lignes de conduite pour tout état islamique dès sa création, le dirigeant vers l’obédience au moyen de la jurisprudence et à la préservation des intérêts constituants en accord avec l’Islam.

[…]

Depuis les jours des Imams infaillibles (QLPSAE), il n’y a eu aucune stature similaire en tant que figure religieuse que celle de l’imam Kohmeini. Il est parvenu à une telle stature par son mérite, sa compétence juridique et politique et la haute qualité de ses qualifications requises. Le simple fait d’assumer les rôles de Commandant des fidèles, de Caliphe ou de juriste-théologien ne qualifie pas nécessairement la personne pour cela, car le tuteur de la loi islamique n’est pas celui qui l’exécute comme il pense être le mieux, mais plutôt celui qui possède la connaissance adéquate et le charisme pour ce faire.

La relation du parti [Hezbollah] avec le juriste-théologien

La terre native du juriste-théologien n’a pas de relation avec son leadership. La même chose est vraie en ce qui concerne l’autorité spirituelle et l’amplitude géographique d’une telle autorité. Il peut être iranien ou irakien, libanais ou koweïtien ou de quelqu’autre nationalité que ce soit. Sa nationalité n’est en rien liée à ses qualifications, car il porte le fardeau de l’Islam et travaille pour cette religion qui a de la compassion pour tous les êtres. “Nous t’avons envoyé pour rien d’autre que la compassion envers toutes les créatures” (Sourate 21, al-Anhiya, verset 107). Les limites de l’autorité sont définies par la réponse de ces individus responsables.

En tant que gardiens des musulmans, l’imam Khomeini gouvernait l’état islamique en Iran, il en était le guide, le leader ainsi que le superviseur du système islamique mis en place sur ce territoire, mais il définissait les commandements de politique générale pour tous les musulmans, où qu’ils vivent dans le contexte de la préservation des ressources des états musulmans, de l’animosité envers l’hégémonie, de la protection de l’indépendance contre toute domination et subjugation, du travail vers l’unité spécifiquement dans le domaine des affaires courantes, de la confrontation avec le cancer coercitivement implanté en Palestine et représenté par l’entité sioniste d’Israël, du refus de toute forme d’oppression, de l’attention portée aux plus démunis et réprimés et du renforcement de la pratique de la responsabilité conjointe parmi le peuple. Son successeur l’imam Ali Khamenei assume le même rôle et la même autorité.

[…]

Ainsi, lorsque le Hezbollah bénéficie du soutien de la République Islamique d’Iran (RII), tout comme la république de Liban en bénéficierait, ceci est en harmonie avec la conviction de l’Iran que le chemin du Hezbollah est vertueux, juste dans le djihad et la résistance étant bien compris le droit du Liban de récupérer des terres perdues, ce qui est également un droit du peuple palestinien. Ceci est aussi en harmonie avec la conviction du Hezbollah du chemin vertueux emprunté par la RII dans son approche et sa pratique, dans les changements qu’elle apporte à la carte de la région au travers de son indépendance de toute subordination à l’occident et à l’adoption d’une vision islamique prometteuse. L’engagement de l’Iran envers les commandements du juriste-théologien a facilité l’identification d’un terrain commun avec la vision du Hezbollah en ce qui concerne les objectifs de libération et d’avenir pour la région. Il n’y a absolument aucune connexion entre l’administration interne de l’Iran et l’administration du Hezbollah. Elles sont deux affaires complètement séparées, chacune ayant ses propres caractéristiques, particularités et corps administratifs malgré l’engagement des deux parties envers les commandements et directions du juriste-théologien, qui est la tuteur de toute la nation de l’Islam et dont le pouvoir de commandement n’est pas confiné à quelque cercle interne.

L’engagement du parti envers l’Islam se traduit comme une obligation pour tout ce qui est commandé et interdit par Dieu. Le parti a donc juré de ne jamais dévier des instructions divines. Pour ces raisons, l’engagement envers une instruction doctrinale ou une opinion n’est pas considéré comme étant un point de vue ouvert à négociation ou changement.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’un problème tombe dans le cercle des choix permis, une ré-évaluation et un changement d’opinion deviennent des choses possibles fondée sur une preuve, l’intérêt général ou toutes autres considérations valides et importantes. L’occupation [d’un territoire] est donc considérée comme un pêché et ceci représente un verdict juridique qui est irréversible et ce quelque soit les conditions. Néanmoins, le mode de confrontation à adopter entre dans le domaine du choix, qui à son tour est une fonction des circonstances.

A suivre…

Le Grand Moyen-Orient du Nouvel Ordre Mondial: Chaos djihadiste mercenaire pour le pipelinenistan…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 juin 2015 by Résistance 71

Excellente analyse du géopoliticien libanais Amin Hotheit…

— Résistance 71 —

 

Washington veut démembrer les pays du Moyen Orient

 

Amin Hotheit

 

2 Juin 2015

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/371304-le-très-sérieux-projet-de-washington-pour-démembrer-les-pays-du-moyen-orient-amin-huteit

 

Selon l’analyste libanais, Amin Hotheit, les Etats-Unis appliquent un complot néocolonialiste, pour démembrer les pays du Moyen-Orient. Dans un article, publié dans le journal syrien, « As-Sora », l’analyste libanais, Amin Huteit, étudie les conséquences des projets néocolonialistes des Etats-Unis, dans la région. Nous reproduisons ici un extrait de cet article.

* * *

Le gouvernement français a, récemment, adopté une position curieuse, pour prévoir que l’Irak et la Syrie avancent sur le chemin, qui les conduira, sans aucun doute, vers la division et le démembrement territorial. Or, auparavant, le gouvernement américain avait parlé, aussi, de la possibilité de la division de l’Etat irakien, de sorte que Washington aurait dû établir des liens avec les trois prochains Etats, qui apparaîtront, en Irak, en dépit de la volonté du gouvernement central de Bagdad, qui s’efforce de sauvegarder l’intégrité territoriale du pays et son unité. Autrement dit, l’application du projet des Etats-Unis, pour démembrer, effectivement, l’Irak, a, déjà, commencé.

Les déclarations et les prises de position des responsables des puissances européennes et des autorités de l’ONU indiquent, aussi, qu’il y a des courants, qui croient que le feu qui brûle, au Moyen-Orient, vise, directement, la survie des Etats et leur survie, et ne sera éteint que, lorsque ces Etats seront divisés et démembrés.

Ces prises de position indiquent, très clairement, à quel point les puissances occidentales se servent de tous leurs leviers régionaux et locaux, pour démembrer les Etats du Moyen-Orient. Mais pourquoi les Occidentaux préconisent-ils que la division des Etats serait la seule voie qui existe, pour rétablir la paix et la sécurité, au Moyen-Orient ? Est-ce une réalité ? Quels en sont les arguments ? Pourquoi l’Occident défend-il cette idée ? Est-il, pratiquement, possible de réaliser ce projet, au niveau des pays de la région ?

Là, il faut rappeler que le projet de la restructuration politique du Moyen-Orient avait été proposé, pour la première fois, en 2006, à l’époque de l’agression militaire d’envergure du régime israélien contre le Liban. A cette époque-là, les Etats-Unis ont avancé la théorie du «chaos constructif», pour la création d’un «Nouveau Moyen-Orient». Ce que les dirigeants américains entendaient par le «chaos constructif», c’était la destruction des structures politiques existantes, par la propagation du chaos, afin que les frontières politiques du Moyen-Orient soient tracées, de nouveau, sur une «terre brûlée», de sorte que la carte de ce nouveau Moyen-Orient soit compatible avec les plans et les intérêts que les Etats-Unis qui se définissent, dans cette partie de la planète.

Mais, en 2006, l’armée israélienne a été obligée de se retirer du Liban, face à la résistance des combattants du Hezbollah. Par conséquent, les Etats-Unis ont changé de tactique, et ont décidé d’appliquer autrement leur projet d’instaurer le chaos, dans les pays arabes du Moyen-Orient. Aujourd’hui, plus de quatre ans après les événements, connus sous le nom du «Printemps arabe», et malgré les destructions très vastes qu’ont subies, notamment, deux pays arabes, (Irak et Syrie), les Etats-Unis et leurs alliés sont presque sûrs qu’il leur serait impossible de prendre, entièrement, en main le contrôle des événements, au Moyen-Orient. Ils ont compris que les mouvements de la résistance, face à ce projet néocolonialiste, sont très forts, en dépit du taux tragique des destructions et des massacres, dans divers pays de la région. Ces forces de résistance n’ont pas perdu l’initiative, sur le terrain, et gardent leur puissance de manœuvre, de sorte qu’ils rendent impossible la victoire totale des ennemis des peuples de la région. Cette résistance a amené les Etats-Unis et leurs alliés à vouloir appliquer le plan de démembrement des pays de la région d’une autre manière.

Dans les premiers plans, la division du Moyen-Orient devait s’appliquer, par l’apparition de petits Etats faibles, qui devaient se soumettre tous, d’une manière ou d’une autre, sous la domination des dirigeants américains. Mais le nouveau plan consiste à créer des discordes, parmi les gouvernements inféodés aux Etats-Unis, d’une part, et de l’autre, leurs adversaires régionaux, de sorte qu’un conflit permanent s’installe, au niveau de la région. Cela permettra aux Américains de justifier, très facilement, leur présence constante, dans toute la région, sous le prétexte du soutien qu’ils veulent apporter à leurs alliés régionaux, et pour empêcher l’augmentation de l’influence de leurs adversaires.

Ce nouveau plan du démembrement du Moyen-Orient s’appuie sur une logique simple : les Etats-Unis avouent qu’ils n’ont pas assez de forces, pour vaincre, définitivement, et une fois pour toutes, l’axe de la Résistance, dans la région du Moyen-Orient. Cette impuissance avouée signifie que les dirigeants américains ne veulent plus, comme avant, dominer, entièrement, la région, mais qu’ils préfèrent que cette région incontrôlable soit divisée entre des adversaires régionaux : les alliés des Etats-Unis et les adversaires de la domination américaine.

Il est évident qu’en adoptant cette stratégie, les Etats-Unis avouent un échec et l’abandon d’un ancien rêve, pour se résigner à réaliser, seulement, une partie de ses projets, dans la région. Mais ce n’est pas tout, car l’Occident ne veut pas laisser les pays et les peuples qui sortent de sa domination, vivre en paix et en sécurité, pour longtemps. Par contre, ces pays et ces peuples qui sortent de la sphère de l’influence et de la domination américaines, devront être, régulièrement, punis, afin qu’ils se rendent, eux aussi, à long terme.

Si nous y ajoutons l’arriération les régimes politiques, qui proviendront du processus de démembrement, et leur incapacité à créer de véritables structures étatiques, dignes de ce nom, nous pourrons conclure que le résultat de ce nouveau projet de démembrement sera l’apparition des pseudo-Etats, qui seront, éternellement, en conflit les uns contre les autres, pour défendre leurs nouvelles frontières, leurs richesses ou leur valeurs. Ainsi, la guerre sera permanente, dans la région, et cela permettra aux puissances occidentales d’y intervenir, sous divers prétextes, pour piller les richesses des nations, processus, qui sera facilité, en raison des conflits interminables entre les pays du Moyen-Orient.

Quand nous parlons du démembrement des pays de la région, tel que les Américains l’imaginent, il faut éviter de croire qu’il s’agirait de l’apparition de nouveaux Etats, plus ou moins indépendants, qui seront, entièrement, autonomes de leurs voisins, ou qu’il s’agirait d’une illusion de fédéralisme des entités, plus ou moins autonome, dans le cadre d’un Etat central. Par contre, le démembrement de la région, tel que les Etats-Unis le préfèrent, correspond à deux modèles différents :

– Il y a, d’abord, le modèle du Kurdistan irakien, c’est-à-dire, une entité, qui garde, apparemment, ses liens avec un gouvernement central. Mais, en réalité, il faut admettre que le Kurdistan irakien est, de facto, un petit Etat indépendant, qui n’est privé que de deux choses, c’est-à-dire, la reconnaissance de son indépendance, par la communauté internationale, et le pouvoir de prendre certaines décisions, de manière tout à fait autonome.

– Il y a, ensuite, le modèle du Liban, c’est-à-dire, la transformation de l’Etat national en un Etat sectaire et ethnique, à l’intérieur duquel les différents groupes s’opposent constamment. Cela signifie que l’Etat a des personnalités et des dirigeants multiples. En ce qui concerne le Liban, les interventions américaines et saoudiennes paralysent, pratiquement, le processus politique normal, à l’intérieur de ce pays. Il est évident que ce modèle libanais peut avoir des variantes différentes les une des autres.

Pour réaliser ce projet, dans la région, les Etats-Unis profitent d’un instrument efficace, c’est-à-dire, Al-Qaïda et ses branches très multiples, comme le Front Al-Nosra, Daesh, et les autres organisations terroristes extrémistes.

Il faut dire, en passant, que les groupes terroristes, comme Daesh et le Front Al-Nosra, ne sont pas des organisations, qui soient capable de créer un Etat, dans le sens habituel du terme, capable d’obtenir la reconnaissance de la communauté internationale. Leur mission et leur fonction se définissent ailleurs : le massacre, la destruction, la haine et le chaos, pour que le terrain devienne favorable au parachèvement des projets régionaux des Etats-Unis et des puissances occidentales, dont le rêve est passé de la «domination totale» à la «domination partielle» d’une région, où les peuples doivent rester dans un état permanent de conflits interminables.

Les peuples du Moyen-Orient doivent savoir que le combat contre cette partition de la région n’est pas moins important que la lutte contre le projet impérial de la domination occidentale sur l’ensemble des pays de la région, comme cela a été le cas, à l’époque du colonialisme. Car le but final du projet du démembrement des pays du Moyen-Orient est d’y instaurer une guerre éternelle et une destruction intérieure.

Il est vrai, peut-être, que les Etats-Unis ont échoué, dans leur projet initial, qui consistait à se servir de leurs forces armées, pour établir leur domination directe et totale sur les nations du Moyen-Orient. Mais, après cet échec, ils n’ont pas abandonné leur projet et ils ont eu recours à l’instrument du terrorisme et de l’extrémisme, pour assurer le même but. C’est dans ce cadre que l’on peut définir la fonction des groupes extrémistes, comme Daesh et le Front Al-Nosra.

Cela dit, la région se trouve, aujourd’hui, devant un plus grand danger, mais il est toujours possible de déjouer ce nouveau complot satanique des puissances occidentales, grâce à la vigilance et la puissance des peuples.

Si, aujourd’hui, nous voyons les forces de l’axe de la Résistance adopter la stratégie de vaincre les terroristes, dans une zone, et de se retirer d’une autre région, il faut savoir que ces tactiques correspondent à la logique du combat des forces de la Résistance, pour neutraliser l’ennemi et empêcher la réalisation des complots des puissances occidentales, qui veulent démembrer les pays de la région et briser toutes les résistances qui y existent.

Il faut, donc, éviter de juger, hâtivement, la décision de l’axe de la Résistance de se retirer devant l’ennemi, sur un front, pour se concentrer, ensuite, sur un autre front, pour combattre l’ennemi.

Résistance politique à l’empire: changement de donne au Moyen-Orient…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 29 janvier 2015 by Résistance 71

Le type d’info ne figurant bien sûr pas dans la pressetituée occidentale…

— Résistance 71 —

 

La gifle cinglante du Hezbollah

 

IRIB

 

28 janvier 2015

 

url de l’article original:

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/357289-le-hezbollah-a-asséné-une-gifle-douloureuse-à-israël

 

« le Hezbollah libanais a asséné une gifle douloureuse aux militaires sionistes », a écrit dans un article, le quotidien al-Ray al-Youm, dans un article consacré à l’opération menée par la résistance libanaise contre le convoi des militaires sionistes dans les fermes de Chebaa. « Le Hezbollah a revendiqué, rapidement, la responsabilité des attaques menée contre le convoi des véhicules militaires israéliens dans les fermes de Chebaa, précisant qu’au moins 16 militaires dont un officier ont été tués dans cette opération », précise encore ce quotidien dans son article.

Le Hezbollah a vengé ainsi le raid aérien israélien contre la province syrienne de Quneitra, au cours duquel un certain nombre de ses membres sont tombés en martyrs.  Dans son communiqué, le Hezbollah a précisé que cette opération avait été menée par la brigade des martyrs de Quneitra.  «  Les sources militaires israéliennes ont annoncé qu’un certain nombre des militaires avaient été blessés, au cours de cette opération pour ainsi minimiser les pertes dans leurs rangs, mais les expériences nous disent que le Hezbollah ne ment pas et choisit, scrupuleusement, les termes de ses communiqués.

Il est tout à évident que cette opération était  planifiée, rapidement et avait été mis à exécution, très vite et nous nous n’étonnerons pas que le Secrétaire général du Hezbollah nous en indique les détails dans son discours prévu pour vendredi ».  Et dans cet article, nous lisons : «  En guise de réaction à cette attaque, le Premier ministre israélien a eu, une fois de plus, recours au langage de menace pour dire que l’armée était prête à agir avec force et il a dit : «  Je conseille à tous ceux qui veulent nous défier, de ce qui s’est passé dans la bande de Gaza, car le Hamas a subi le plus grand coup depuis sa création ».

« les menaces creuses de Netanyahu mettent en évidence le fait qu’il quelqu’un de vaincu, car les attaques israéliennes contre la bande de Gaza ont duré  51 jours et se sont heurtés à la vaillante résistance des hommes courageux de Gaza et les chars israéliens n’ont pu progresser même pas d’une pouce à l’intérieur de Gaza. Israël a, totalement, échoué à réaliser son objectif qui consistait à en découdre avec la résistance.  Le Hezbollah est des dizaines de fois plus forts et puisant que le Hamas. Le Hezbollah possède 100.000 missiles dont le dernier de fabrication iranienne «  Fateh », est d’une portée de 200km, capable d’atteindre les points les plus lointains au Sud de la Palestine occupée ( Israël).  Donc, la leçon que Netanyahu recevra sera plus douloureuse et plus sévère que ce que son prédécesseur Ehud Olmert a reçu, lors de la guerre de 2006.

Les deux fronts du Sud du Liban et du Golan se préparent à l’offensive d’envergure d’Israël. Ce n’est pas une exagération, si nous disons que le Hezbollah et ses alliés en Iran et en Syrie ne seront, absolument, pas surpris par une offensive israélienne, d’autant plus que l’opération rapide et douloureuse  a asséné un coup dur à l’image de la structure militaire d’Israël. En cas du déclenchement de la guerre, chaque mètre carré de la Palestine occupée sera bombardé et les systèmes de Dôme de Fer ne pourront être en rien efficaces. En cas du déclenchement de la guerre, nous ne serons étonnés des agissements des forces du Hezbollah à Al-Jalil, ni de les voir sortir des tunnels qu’elles ont, déjà, creusés. Les Israéliens que le Hezbollah était impliqué dans la guerre en Syrie et n’avait pas envie d’ouvrir un autre front avec eux ».  Netanyahu s’approche de son avenir politique, mais d’une manière humiliante.

En cas de la guerre, les Israéliens ne pourront même pas trouver un aéroport sûr pour fuir vers l’Europe et les Etats-Unis. Car, si les missiles moins sophistiqués du Hamas ont fermé l’aéroport international de Ben Gourrion, que se passera-t-il avec les missiles sophistiqués du Hezbollah.  Est révolue l’époque où Israël tuait et assassinait dans se heurter à une réaction.