Archive pour guerre du lithium

Mettre au jour la nouvelle escroquerie « verte » : le lithium et ses piles/batteries super polluantes rendent les VE, smartphones, compteurs Linky et autres ordinateurs ‘verts’, armes de destruction massive…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 25 octobre 2022 by Résistance 71

Une guerre du lithium aura lieu (est-elle déjà en marche ?…) pour cette matière première polluante, ultra inflammable et explosive au contact de l’eau dans son état de produit fini en usage.
L’escroquerie du Nouvel Ordre Mondial « vert » n’en finit plus… Exposons toute cette fumisterie marchande pour ce qu’elle est : la destruction de la société humaine et sa mise sous tutelle de la nouvelle tyrannie « verte » post-capitaliste.
~ Résistance 71 ~

lithium2
Bombe à retardement technologique…

Les batteries et piles au lithium utilisées dans les véhicules électriques et autre “technologie verte” sont tout ce qu’on veut sauf “propres”

Ethan Half

24 octobre 2022

Url de l’article original:

https://www.naturalnews.com/2022-10-24-lithium-batteries-ev-green-technology-unclean.html

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Les processus d’extraction du lithium de la terre afin de le transformer en ces piles et batteries “vertes” pour les véhicules électriques (VE), les bicyclettes électriques, les téléphones portables, les ordinateurs et autres, sont, croyez-le ou non, extrêmement toxiques.

Ceci attire rarement l’attention parce que les ustensiles qui utilisent des piles / batteries, nous dit-on, sont “plus propres” que ceux qui utilisent de l’essence, gasoil parce qu’ils n’émettent pas de pollution visible lors de leur utilisation. Ce qe les écolos ne semblent pas vouloir discuter, c’est ce que ça implique pour produire ces “batteries sans émission” dans un premier temps.

Il s’avère que le processus d’extraction et la transformation de juste une tonne de lithium consomment 2 millions de litre ou 2000m3 d’eau (500 000 gallons). De manière ironique, ce processus est similaire au processus de fragmentation hydraulique utilisé pour la production de gaz naturel, que les écolos détestent puisqu’hydrocarbure.

Afin d’extraire le lithium, les mineurs doivent forer le sol dans des plaines salines, souvent dans des des zones vierges et superbes du monde qui sont riches en minerais. Ceci inclut des régions montagneuses des Andes en Amérique du Sud et dans les régions sauvages de l’Australie occidentale.

Salar-de-Uyuni-lithium-Bolivia

Des trous forés par les mineurs sort une mixture salée riche en minéral qui est soumise à toute une batterie de transformation. Une fois de plus, beaucoup, beaucoup d’eau est nécessaire pour cela et dans quelques endroits du monde comme par exemple la zone Salar de Atacama au Chili, une majorité des réserves d’eau de la région est consommée à cette fin (en connexion : l’UE veut déclarer le lithium comme toxique afin de pouvoir spéculer sur des prix plus hauts à travers la chaîne de production…)

Les voitures Tesla et autres VE contiennent du lithium qui pollue l’environnement non pas une fois mais deux…

Le retrait de toute cette eau finit pas détruire les réserves phréatiques et autres nécessaires à la consommation d’eau potable et à l’irrigation et de manière non appropriée, les dépôts de lithium en Amérique du sud sont situés dans des zones très sèches ayant déjà peu de ressources aquifères en l’état.

Si ce n’était que l’eau utilisée pour extraire le lithium qu’il y avait en jeu, d’aucun pourrait dire que le prix à payer de cette perte en eau en vaut la peine pour éviter de contaminer l’environnement avec la consommation d’hydrocarbures ; mais la réalité est que les produits chimiques émis durant l’extraction du lithium laissent aussi toute une pléthore toxique dans l’environnement.

“Ces sites d’extraction émettent de dangereux produits incluant de l’arsenic dans les eaux souterraines environnantes et ces sites sont incroyablement consommateurs de ressources, relâchant 15t de CO2 par tonne de lithium extraite, pas exactement “eco-friendly” comme nous aimerions que ce le soit”, explique un rapport, ajoutant que la Chine, autre gros extracteur de lithium est maintenant hautement polluée à cause de cela.

En mai 2016, des poissons morts furent retrouvés dans les eaux de la rivière Liqi dans laquelle se répandirent des produits chimiques toxiques de la mine de lithium de Ganzizhou Rongda. Des carcasses de vaches et de yaks furent aussi trouvées flottant en aval de la mine, morts empoisonnés d’avoir bu l’eau contaminée.

Le VE moyen, d’après les chiffres du ministère de l’énergie américain, contient environ 8kg de lithium. La VE moyenne de Tesla en contient plus, jusqu’à 12kg de lithium.

Une fois utilisée, les batteries au lithium mortes de ces VE produisent un nouveau niveau de pollution environnementale, contaminant les réserves d’eau souterraines là où elles finissent par être abandonnées ou stockées.

L’Australie est le premier producteur mondial de lithium suivie de (pas forcément par ordre de taille de production), le Chili, la Chine, l’Argentine, le Brésil, le Zimbabwe, le Portugal et les Etats-Unis.

“L’extraction du lithium utilise des produits chimiques toxiques qui contaminent les cours d’eau, les cultures agricoles, les écosystèmes locaux et la vie sauvage”, avertissent bien des rapports.

“Ces endroits isolés peuvent être le lieu de croissance d’une flore en danger comme ces rares fleurs du désert dans le Silver Peak du Nevada.”

Pour en savoir plus sur toutes ces escroqueries  de “l’énergie verte”, allez lire : GreenTyranny.news.

= = =

Voir notre dossier sur le « Lithium »

Article connexe très récent : « Les batteries au lithium font exploser le nombre d’incendies dans les centres de recyclage » (LME du 24/10/22)

batterieLi-ion

biohazard4

Ukraine, partie prenante de la bataille mondiale du lithium

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 6 mai 2022 by Résistance 71

lithiumBolivie

La bataille du Lithium

VT

Avril 2022

Url de l’article original:
https://www.veteranstoday.com/2022/04/22/the-battle-for-lithium/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

De la part de l’unité spéciale du Pentagone pour la stabilité commerciale…

“La bataille du lithium”, un article sous ce titre fut publié par le journal italien “Giornale”, décrivant le conflit qui a éclaté en Espagne, où a été découvert le plus grand gisement de lithium d’Europe dans la vallée Valdeflores. L’entreprise multinationale australienne Infinity Lithium devait y construire une mine d’extraction du métal, mais le projet a été bloqué en justice grâce à l’action de protestation de résidents locaux.

Le lithium est un métal léger et assez rare ayant de profondes propriétés ressemblant au plastique. On l’appelle le métal du futur. Le lithium est utilisé dans l’ingénierie de la production d’énergie nucléaire (une source de production de tritium), dans la fabrication des batteries et piles à ion-lithium de la téléphonie cellulaire 8la plus grande part de la production de ce métal y est consommée), Dans l’aviation et l’aéronautique, dans la fabrication de matériaux pour laser, en médecine, dans l’industrie métallurgique et autres industries. (NdT : les batteries pour voitures et véhicules électriques, les compteurs dits “intelligents”…)

Les réserves totales mondiales connues de lithium sont de moins de 50 millions de tonnes. De cette réserve, 10 millions de tonnes sont en Argentine, 9 en Bolivie, 8,5 au Chili, 7 en Chine, 6,5 aux Etats-Unis, 5 en Australie. La Russie est dépendante d’importations de lithium. En 2019, la Russie a acheté 61 tonnes de ce métal, dont 41 tonnes du Chili, 14 tonnes d’Argentine et 6 tonnes de Chine. Comme expliqué par le conseil de la fédération russe, le Chili et l’Argentine (NdT: vassaux serpillères des USA) ont arrêté leurs livraisons de lithium brut vers la Russie.

Oui, il y a d’autres sources de lithium disponibles pour la Russie et son industrie. “Voulez-vous savoir pourquoi nous sommes toujours coincés en Afghanistan ?” A demandé il y a quelque temps le publicitaire J. Ventura dans l’émission de TV “Tonight with Pierce Morgan”, expliquant les raisons de l’invasion américaine de ce pays. Il répondit : “Nous sommes là-bas pour le lithium afin de continuer à vivre comme nous le faisons… maintenant vous pouvez raconter toutes les fables que vous voulez au sujet d’apporter la “démocratie” au monde…

Il y a de grandes réserves de lithium en Afghanistan (NdT: et sans aucun doute au Congo et autres pays africains aux sous-sols si riches, mais jusqu’ici personne n’en parle…). En 2014, Centar American a commencé l’exploration pour le lithium dans la province du sud-est de Ghazni. La recherche afghane fut commissionnée par la Task Force for Business Stability Operations (TFBSO) du Pentagone. Celle-ci a estimé a valeur des réserves de lithium en Afghanistan de l’ordre de 60 milliards de dollars. Après le retrait en hâte des forces d’occupation américaines de ce pays, la Chine s’est empressée de devenir le principal concurrent pour le développement des ressources minérales d’Afghanistan. La Russie est aussi en train d’établir une coopération avec le gouvernement afghan.

Il  y a aussi de larges réserves de lithium en Ukraine, où trois dépôts naturels explorés sont localisés ayant une capacité d’exploitation de 5 millions de tonnes. Il y a le gisement de Polokhovskoye près de Kirovograd, Shevchenkovskoye (Donetsk region) et la mine de Krutaya Balka en trente Marioupol et Berdyansk, le gisement de Shevchenkovskoye est à 10km de Vugledar (57 km au sud-ouest de Donetsk). En 2017, ces gisements furent transférés pour 20 ans à des personnes associées à Petro Porochenko. La famille Biden est aussi intéressée dans le lithium ukrainien avec le fils Hunter et le père Joseph “Joe le dormeur”.

Dans le même temps, la Russie possède sa propre réserve de lithium, jusqu’ici de l’ordre de 5 millions de tonnes. Elles ne furent jamais exploitées par la fédération de Russie qui préfère acheter les matières premières critiques de l’étranger (NdT : pour préserver ses propres ressource pour les moments difficiles…). Il y a au moins trois entreprises dans le pays capables d’organiser la production de lithium et de ses composants. Nous parlons des usines de Krasnoyarsk, Novosibirsk et de la région de Tula. Un gisement se situe dans la région de Mourmansk, le lithium est aussi exploré dans la région des champs gaziers de Kovykta dans l’Est de la Sibérie. Néanmoins, la production demeure très faible. Ce n’est qu’en octobre 2021 que le patron de l’agence fédérale russe Subsoil Use, Evgueny Petrov, a promis que 17 sites ayant des gisements de lithium seraient immédiatement mis sous licence d’exploitation.

En Russie, en plus de la Sibérie orientale, il  a d’autres gisements de grande importance dans la région de Mourmansk. D’après le magazine “Expert”, les prospectives pour la Russie de cesser d’être dépendante en terme de lithium ne sont pas mauvaises du tout.

= = =

En novembre 2019, nous avions publié « Chine et Etats-Unis, la géopolitique du lithium » de F. William Engdahl

shadoks_dynamique

Le carburant de la dictature technotronique… La grande bataille planétaire pour le contrôle du lithium a commencé (F. William Engdahl)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 9 décembre 2019 by Résistance 71


Plaines salines boliviennes du lithium

 

La Chine, les Etats-Unis et la géopolitique du lithium

 

F. William Engdahl

 

19 novembre 2019

 

Source:

https://www.globalresearch.ca/china-usa-geopolitics-lithium/5695377

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ajout 26/12/19: Evo Morales se fit persuadé d’avoir été renversé à cause des réserves de lithium de la Bolivie (RT France)

 

Depuis plusieurs années et la poussée globale pour développer des véhicules électriques à une échelle de masse, l’élément Lithium est venu en point de focalisation en tant que métal des plus stratégiques. La demande est énorme en Chine, en Europe (UE) et aux Etats-Unis en ce moment et sécuriser le contrôle sur les ressources de lithium développe déjà sa propre géopolitique dans la même mesure que ce qui est mis en place pour contrôler les réserves de pétrole (NdT: et de gaz)

Le mouvement de la Chine pour sécuriser les ressources

Pour la Chine, qui a pris pour objectif de devenir le plus gros producteur de véhicules électriques (VE) au monde, le développement de matériaux pour les piles au lithium est une priorité pour la période du 13ème plan quinquennal (2016-2020). bien que la Chine ait ses propres réserves de lithium, l’exploitation y est limitée et la Chine a entrepris de sécuriser les droits miniers d’extraction du lithium à l’étranger.

En Australie, l’entreprise chinoise Talison Lithium, contrôlée par Tianqi, extrait et possède les plus grandes réserves du monde du spodumène de plus haut grade dans la région de Greenbushes, en Australie de l’Ouest près de la ville de Perth.

Talison Lithium Inc. est le plus gros producteur de matière première de lithium au monde. Leurs mines de Greenbushes produisent aujourd’hui plus de 75% des demandes de la Chine concernant le lithium et environ 40% de la demande mondiale pour le métal. Ceci, ainsi que d’autres matières premières australiennes, ont rendu très importantes les relations de la Chine avec l’Australie, traditionnellement un fort allié américain. La Chine est aussi devenue le plus gros partenaire commercial de l’Australie.

Mais l’influence économique croissante de la Chine dans la région Pacifique et autour de l’Australie a mené le premier ministre Scott Morrison à envoyer un avertissement à la Chine pour qu’elle de défie pas la position stratégique australienne dans la région. Fin 2017, l’Australie préoccupée par l’influence croissante de la Chine, avait renoué sa coopération informelle avec ce qui est parfois appelé le “quatuor” avec les Etats-Unis, l’Inde et le Japon, ravivant une tentative précédente de mettre un coup d’arrêt à l’influence chinoise dans le pacifique sud. L’Australie a aussi récemment augmenté ses prêts aux nations des îles pacifiques pour contrer la politique de prêt de Pékin. Tout ceci rend obligatoire pour la Chine de se tourner vers d’autres ressources mondiales pour sécuriser le lithium afin de devenir le joueur clef incontournable dans l’économie émergente des VE de la décennie à venir.

Alors que le développement des VE est devenu crucial pour l’économie chinoise et sa planification, la recherche pour sécuriser le lithium s’est tournée vers le Chili, une autre source majeure de lithium dans le monde. Là-bas, Tianqi de la Chine amasse et cumule des parts importantes de la Sociedad Quimica Y Minera (SQM) chilienne, un des plus gros producteurs mondiaux du métal. Si la chinoise Tianqi réussit à prendre le contrôle de SQM, cela changera  la géopolitique du contrôle mondial du lithium d’après des rapports émis par l’industrie minière.

La ressource mondiale des métaux lithium, composant stratégique des piles à ion-lithium utilisées dans les VE est concentrée en fait dans très peu de pays.

Pour donner une idée de la demande potentielle totale de lithium, la batterie du VE Tesla modèle S demande 63kg de carbonate de lithium, suffisamment pour donner de l’énergie à 10 000 piles de téléphones cellulaires. Dans un rapport récent, la banque Goldman Sachs a appelé le lithium “le nouveau carburant”. Une augmentation de seulement 1% de la demande en VE augmenterait la demande de production de lithium de 40% d’après Goldman Sachs. Avec de plus en plus de gouvernements demandant moins d’émission de CO2, l’industrie de l’automobile est en train globalement de s’étendre vers la construction massive d’usine de fabrication de VE dans la prochaine décennie, ce qui rendra alors le lithium aussi stratégique en tant que ressource que le pétrole aujourd’hui.

L’Arabie Saoudite du lithium ?…

La Bolivie, dont le lithium est bien plus compliqué à extraire est aussi devenue ces récentes années, une cible d’intérêt pour Pékin. Des estimations géologiques mettent les réserves en lithium de la Bolivie comme étant les plus importantes au monde. La région saline de Salar de Uyuni à elle seule est estimée renfermer quelques neuf millions de tonnes de lithium.

Depuis 2015, une compagnie minière chinoise, CAMC engineering Company, fait fonctionner une grande usine en Bolivie afin de produire du chlorure de potassium comme engrais. Ce que CAMC minimise est le fait que sous le chlorure de potassium se trouve les plus grosses réserves connues de lithium au monde, un des 22 sites de plaines salines de Bolivie. L’entreprise chinoise Linyi Dake Trade a construit en 2014 une usine pilote de construction de batteries au lithium sur ce même endroit.

Puis en février 2019, le gouvernement d’Evo Morales a signé un autre accord sur le lithium, celui-ci avec la firme chinoise Xinjiang TBEA Group Co Ltd qui va détenir 49% des parts dans une entreprise commune avec l’entreprise d’état bolivienne YLB. Cet accord vise à produire du lithium et autre matériaux des plaines salines de Coipasa et de Pastos Grandes, le coût de l’opération est estimé à 2,3 milliards de dollars.

En ternes de lithium, la Chine jusqu’ici domine le nouveau jeu mondial pour son contrôle. Des entités chinoises contrôlent maintenant près de 50% de la production mondiale de lithium et 60% de la capacité de production des batteries électriques. Dans une décennie, Goldman Sachs prédit que la Chine pourraient fournir quelque 60% de la totalité des VE au monde. Bref, le lithium est devenu une priorité stratégique pour Pékin.

La rivalité Chine-USA pour le lithium ?

L’autre acteur très puissant de ce marché aujourd’hui sont les Etats-Unis. Albemarle, dans la ville de Charlotte en Caroline du Nord, entreprise au bureau directeur des plus impressionnants, elle possède de majeures concessions minières de lithium en Australie et au Chili notoirement, tout comme la Chine. En 2015, Albemarle est devenue un acteur majeur dans la course au lithium lorsqu’elle a acheté le géant minier américain Rockwood Holdings et ses concessions minières du Chili dans la région de Salar de Atacama, ainsi que dans des mines à Greenbushes en Australie où le groupe chinois de Tianqi possède 51% des parts. Ceci donne à Albemarle 49% des parts d’un énorme projet sur le lithium en Australie en partenariat avec la Chine.

Ce qui commence à devenir de plus en plus clair est que les tensions entre les Etats-Unis et la Chine au sujet des plans économiques chinois servent aussi à contrebalancer la domination chinoise dans l’extraction du lithium. Le récent coup d’état militaire en Bolivie qui a forcé le président Evo Morales en exil au Mexique a les empreintes digitales de Washington partout sur lui aussi loin qu’on puisse dire jusqu’ici. L’entrée en lice de la présidente par interim Jeanine Anez et du chrétien d’extrême droite et multi-millionnaire Luis Fernando Camacho, signale un virement à droite de la politique future du pays, ouvertement soutenu par Washington. Ce qui sera crucial entre autre, sera de voir si un futur gouvernement annulera les accords miniers sur le lithium passés avec les entreprises chinoises.

Également, l’annulation de la réunion du 16 novembre au Chili de l’APEC, qui aurait mis en scène un mini-sommet commercial entre Trump et son homologue chinois Xi Jinping, prend une toute autre signification. La réunion devait aussi entretenir des réunions commerciales entre la Chine et le Chili d’après le quotidien du South China Morning Post. La délégation planifiée de Xi devait comporter  150 membres chefs d’entreprises et du secteur minier afin de signer des accords économiques d’envergure, resserarnt par là même toujours plus les liens entre la Chine et le Chili, quelque chose contre laquelle les Etats-Unis ont averti il y a quelque temps.

L’éruption de manifestations de masse à travers le Chili opposant l’augmentation des transports publics par le gouvernement chilien porte tous les signes qui ont déclenché des révolutions colorées de Washington dans d’autres pays. Ces évènements ont eu pour résultat l’annulation de la réunion de l’APEC qui devait se tenir au Chili. Les rôle actif des ONG américaines dans les troubles n’ont pas encore été confirmés, mais il est certain que les relations commerciales de plus en plus fortes entre la Chine et le Chili ne sont pas vues d’un bon œil du côté de Washington. L’exploitation chinoise du lithium au Chili est jusqu’ici très peu discutée en tant que facteur géopolitique et stratégique qui pourrait déclencher des interventions de Washington malgré l’ouverture au marché libre du gouvernement actuel.

Ce qui est sûr jusqu’ici c’est qu’il y a une bataille mondiale pour la domination du futur marché des batteries de VE et le contrôle de l’extraction du lithium est au cœur de cette affaire.

 


La guerre du lithium a commencé…