Archive pour guerre de l’information

Média et propagande: Guerre de l’information… Pressetituée contre blogueurs… La fin d’un paradigme frauduleux

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 3 avril 2015 by Résistance 71

« Il y a une guerre de l’information et nous sommes en train de la perdre. »
~ Hillary Clinton ~

 

Excellente analyse d’Alexandre Latsa sur la blogosphère alternative.

Rappelons ce que disait Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud et “père” de la propagande / relation publique moderne en 1928 dans son ouvrage “Propaganda” qui s’ouvre avec ces lignes du 1er chapitre intitulé: “Organiser le chaos”… tout un programme…

“La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement la pays.” Le mot “démocratique” est-il ironique de la plume de Bernays ou veut-il signifier que la “démocratie” étatique est un leurre mis en place pour contrôler les peuples ?

Plus loin il dit ceci: “… La propagande est l’organe exécutif du gouvernement invisible… La propagande moderne désigne un effort cohérent et de longue haleine pour susciter ou infléchir des évènements dans l’objectif d’influencer les rapports du grand public avec une entreprise, une idée ou un groupe.”

Bernays fut étudié par tous les grands propagandistes des régimes totalitaires du XXème siècle, pays du goulag levant inclus…

Pour rejoindre Latsa dans ses dires, le blogueur est généralement conscient, connaît et a lu les Bernays et autres chantres du contrôle et de l’ingénierie sociale… et lutte contre, essaie de lever le voile, de pomper les écrans de fumée. Les oligarques sont arrogants et condescendants, ils nous méprisent tellement qu’ils ont commis l’erreur la plus classique, celle devenue un “cliché” même dans le monde du sport: Ils ont largement sous-estimé l’adversaire et cela leur sera fatal, il n’y a plus de machine arrière possible.

Rajoutons au passage que la blogosphère s’auto-régule et n’a besoin d’aucune institution pour fonctionner, de dire ce qu’il y a à faire, bref pas de patrons ni de hiérarchie chez les blogueurs et une grande coopération au-delà des différences politiques le plus souvent.  Aujourd’hui, la blogosphère alternative est capable de lever un lapin de false-flag ou une supercherie des merdias en temps réél ! Il n’est pas du tout étonnant que les totalitarismes étatiques occidentaux font tout pour essayer d’endiguer ce qui devient leur marasme. La blogosphère alternative gagne la bataille de l’info et ce n’est que le début !…

Écoutons la sagesse ancestrale: “Le concept même de pouvoir contient l’idée de résistance.” (Dicton Lakota Sioux)

~ Résistance 71 ~

 

Vers une guerre totale de l’information

 

Alexandre Latsa

 

31 mars 2015

 

url de l’article original:

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150331/1015415962.html#ixzz3W3fN1aam

 

Nous voilà revenus à une sorte de nouvelle guerre froide médiatique cyber-violente, dans laquelle la Russie d’aujourd’hui apparaît de nouveau comme un modèle politique pour bon nombre d’Européens.

Bien longtemps, trop longtemps, le champ de l’information a été le domaine réservé d’une élite médiatique qui occupait tant la presse écrite que le petit écran. Dès le début des années 2000, la révolution Internet a initié un processus qui semble maintenant irréversible: l’émergence de voix dissidentes sur internet, mais aussi et surtout la possibilité pour d’authentiques spécialistes et experts de s’exprimer et de toucher un public de plus en plus large.

Le passage obligé par la presse écrite ou par les chaînes de télévision n’est plus, et ce bouleversement a notamment donné naissance à un nouveau type de citoyen: le blogueur.

Généralement simple commentateur, celui-ci peut être un expert et donc apporter dans un domaine précis une expertise qui manque journalistes, correspondants et autres pigistes de la presse généraliste. Le bloggeur présente en outre une autre force: écrivant souvent dans un esprit Wiki, bénévole ou caritatif, il n’est soumis à aucune rédaction, il tire ses revenus d’activités professionnelles sans rapport avec le monde médiatique. Souvent il entretient un dialogue avec les lecteurs de son blog, dialogue qui provoque la création de quasi think-tanks de toutes dimensions sur de différents sujets.

Le blogueur est bien souvent un travailleur acharné, stakhanoviste de la vérité, ou de sa vérité, celle qui ne va pas forcément dans le sens des grands médias. Avec la multiplication des blogs, forums et témoignages venus du terrain, autant dire que les journalistes professionnels ne peuvent plus impunément écrire n’importe quoi. Désormais, pour le journaliste qui fournit une prestation médiocre ou mensongère, la punition n’est jamais très loin: elle fait rapidement le tour de la planète sur Internet, comme on peut s’en assurer ici ou .

C’est sans aucun doute cette médiocre qualité du travail fourni par les journalistes français, avec une bien trop forte empreinte idéologique, qui a provoqué et favorisé l’émergence de nombreux fantassins idéologiques, pour reprendre l’expression d’un journaliste français, qui ont rejoint la bataille de l’information de façon totalement bénévole, avec leur conviction pour seule arme.

Ce processus de « bloggerisation » de la communication, et donc de l’information sur Internet, bouleverse la donne et inquiète fortement les centres d’information traditionnels. Un des correspondants français à Moscou avec lequel j’ai échangé il y a quelques années m’avait confié qu’il avait parfaitement compris qu’il faisait partie de la dernière génération de journalistes traditionnels, génération qui serait probablement remplacée à terme par des bloggeurs.

Alors qu’en France on fait désormais écrire des robots à la place des journalistes, en s’inspirant de la tendance anglo-saxonne qui émerge au sein des agences généralistes de type Associated Press, en Russie c’est une tendance inverse qui émerge. Le blogueur y est de plus en plus pris en considération, et depuis août 2014, une loi assimile le blogueur qui dépasse une certaine audience (plus de 3.000 visiteurs uniques par jour) à un média presque à part entière, avec des devoirs mais aussi des droits (source).

Cette évolution est fondamentale dans le cadre global de la guerre de l’information qui oppose de plus en plus frontalement l’Otan à la Russie. Longtemps les populations d’Europe n’ont eu droit qu’à une seule lecture des événements et de l’histoire: celle concoctée par les chancelleries des pays de l’Otan, puis médiatisée par les principales agences généralistes occidentales (AP, AFP et Reuters).

Pendant la dernière décennie, la situation a évolué à mesure que de nombreux outils de communications non occidentaux ont émergé et pris de l’importance, que l’on pense à Al-Jazeera, Russia Today ou encore à des supports indiens ou chinois de très grande dimension qui communiquent de plus en plus activement dans les langues des pays occidentaux.

L’apparition de points de vue non-occidentaux, et non « occidentophiles » (soit absolument pas pro-américains) a beaucoup inquiété les chancelleries de certains pays occidentaux. Depuis deux ans environ, Bruxelles a activé et financé une armée de « trolls » chargés d’influencer les votes aux élections européennes. Cette révélation a probablement convaincu une large part des européens que si l’UE critique la Corée du Nord, elle emploie pourtant les mêmes méthodes quand il s’agit de « convaincre » ses populations de bien voter.

Dans ce monde médiatique en mutation, les outils de communication russes vers l’étranger ont enregistré quelques succès. Il y a les plateformes RIA Novosti et Voix de la Russie, désormais fusionnées sous l’appellation Sputnik mais aussi Russia Today, qui sont aujourd’hui des acteurs majeurs de l’information/ré-information et donc de la guerre entre médias qui fait rage.

A l’ouest c’est la panique.

Le commandant en chef des troupes de l’Otan en Europe a récemment appelé à mener une guerre de l’information, notamment sur les réseaux sociaux, tandis que le conseil américain des gouverneurs de la radiodiffusion déplorait que les Etats-Unis soient en train de perdre la guerre de l’information face à la Russie. A Bruxelles, l’ambiance est la même. Les Etats baltes et la Grande-Bretagne ont appelé à mettre en place un plan de réponse aux médias russes en lançant notamment une chaîne de télévision paneuropéenne en russe.

Face aux médias russes, une haine suintante est apparue au grand jour lorsque l’année dernière le rédacteur du magazine The Economist, Edward Lucas, a qualifié les employés de Russia Today d’excentriques et de propagandistes et appelé à rejeter et exclure « ces gens » (sic) du monde du journalisme. Pour la présidente de Lituanie, la propagande russe doit être identifiée et tout bonnement éradiquée.

Nous voilà revenus à une sorte de nouvelle guerre froide médiatique cyber-violente, dans laquelle la Russie d’aujourd’hui apparaît de nouveau comme un modèle politique pour bon nombre d’Européens. Mais alors que les pays occidentaux faisaient autrefois de la propagande antisoviétique en s’appuyant surtout sur les mouvements de droite, conservateurs ou patriotiques, la situation s’est aujourd’hui inversée.

Désormais, il y a en France et un peu partout en Europe des gaullistes et des patriotes qui soutiennent majoritairement la Russie, alors que ce sont les gens de centre-droit et de centre-gauche qui sont les meilleurs relais de Washington et de Bruxelles. Leur influence sur la vie de la Cité est cependant en train de fondre lentement, comme du reste le lectorat des grands médias traditionnels français.

Guerre de l’info et nouvel ordre mondial: des médias alternatifs infiltrés… Cui bono ?

Posted in actualité, désinformation, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, résistance politique with tags , , on 28 juin 2011 by Résistance 71

 

L’AFFAIRE « ORNELLA GUYET – MARIE-ANNE BOUTOLEAU »

Les honteux stratagèmes d’une manipulatrice démasqués

 

 

La journaliste qui, sous le pseudonyme de « Marie-Anne Boutoleau », et sous le masque d’une « anarchiste libertaire antifasciste », se livrait depuis plusieurs mois sur divers sites Internet – Article11, Indymedia, Rebellyon (*) – à une frénétique campagne d’accusations calomnieuses contre de prétendus « fascistes », « d’extrême droite », « conspirationnistes », et « antisémites », vient d’être démasquée par l’une de ses cibles : François Asselineau, le président de l’Union Populaire Républicaine (UPR).

 

27 JUIN 2011

 

par Silvia Cattori

 

 

Url de l’article original:

http://www.silviacattori.net/article1693.html

 

 

Ayant pu établir que le véritable nom de « Marie-Anne Boutoleau » est Mlle Ornella Guyet, l’UPR – dont le programme est de sortir de l’Union européenne, et qui se défend d’être à l’extrême droite [1] – a déposé plainte contre elle [2] et apporté à son sujet d’étonnantes révélations. En particulier que Mlle Guyet avait participé sous son vrai nom à un « Séminaire sur les Médias Internationaux », organisé à Paris du 15 au 21 mars 2009 sous l’égide du Center for the Study of International Communications et de la School of Media and Public Affairs de l’Université George Washington. Une université qui serait « connue pour être l’un des hauts lieux de formatage des élites américaines à la pensée unique ultra-libérale (…) [et] également connue pour être un lieu de recrutement de la Central Intelligence Agency (CIA), un certain nombre d’enseignants y servant d’agents recruteurs » [3].

La présence dans ce cénacle de celle qui se présente comme « anarchiste libertaire antifasciste » lorsqu’elle écrit sous le pseudonyme de « Marie-Anne Boutoleau » est pour le moins troublante et soulève bien des questions. Toutefois, l’UPR évite de se livrer à des conclusions trop hâtives : « Nous n’affirmons pas que Mlle Guyet et ses compères de « l’anti-fascisme » sont forcément des agents de la CIA ou des services d’influence américains. Mais nous dirons que les informations obtenues, plus surprenantes les unes que les autres, ont conduit à ce que le doute s’installe ».

Également troublante apparaît dans cette affaire l’attitude d’Acrimed – un site axé sur la critique du traitement de l’information et la mise en lumière des mensonges de la presse. Dans un billet à ses adhérents qui aurait dû rester confidentiel, au lieu de condamner les inacceptables dérives de sa « collaboratrice » Guyet-« Boutoleau », dont la plume distille mensonges et invectives sur divers sites, le Conseil d’administration d’Acrimed condamne l’UPR [4]. Ce qui, du point de vue des personnes lésées, montre une curieuse collusion entre Guyet-« Boutoleau » et Acrimed.

Cette étrange histoire a de quoi désorienter un lectorat de gauche qui accordait jusqu’ici sa confiance à certains des sites incriminés. Elle ne peut que l’inciter à se demander au bénéfice de qui Guyet-« Boutoleau » lançait ses appels à la lutte contre de prétendus « fascistes », et si ces appels n’avaient pas pour principal objectif de créer la division entre des gens qui devraient avoir – et ont sans doute – beaucoup en commun.

Avant de tirer quelques premiers enseignements de ce qui vient d’être dévoilé, il convient de rappeler comment on en est arrivé là.

L’origine de « l’affaire Boutoleau » et ses rebondissements

Le site Article11 publiait, le 28 mars 2011, un article incendiaire signé « Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine », [5] accusant le site web Le Grand Soir de publier des « auteurs issus de l’extrême-droite ou de la mouvance conspirationniste. Une dérive regrettable, sur fond de confusionnisme politique et avec l’anti-impérialisme pour seule grille de lecture ». Parmi ces auteurs, qualifiés pêle-mêle de « fascistes », « antisémites », « négationnistes », « conspirationnistes » etc : Jean Bricmont, François Asselineau, Michel Collon, Annie Lacroix-Riz, Silvia Cattori, Michel Chossudovsky. D’autres sites web étaient également mis à l’index, parmi lesquels : Dazibaoueb, InfoWars, Mondialisation.ca, Voltaire.net.

S’ensuivit une vive réaction de la part des responsables des sites Dazibaoueb [6] et Le Grand Soir [7] dénonçant les allégations calomnieuses de Boutoleau et suscitant, sur leurs forums respectifs, un torrent de commentaires.

La goutte qui fit déborder le vase, et précipita le dépôt de plainte de l’UPR contre Ornella Guyet-« Boutoleau », fut la virulente campagne qu’elle mena ultérieurement contre François Asselineau [8].

À peine le vrai nom de cette « journaliste » était-il révélé par l’UPR que Dazibaoueb, un des sites visé par ses attaques, dénonçait ses honteux procédés [9]. Les administrateurs du Grand Soir, quant à eux, tombaient des nues en découvrant qu’une certaine Ornella Guyet avec laquelle ils avaient, par ailleurs, des échanges amicaux… n’était autre que celle qui les attaquait sous le pseudonyme de « Marie-Anne Boutoleau », et ils en dénonçaient vivement la duplicité [10] ! Nul ne peut, en effet, accepter de se faire publiquement et indéfiniment insulter. Tôt ou tard les victimes réagissent. Ayant été personnellement visée, nous avons également réagi en demandant, au site Article 11, un Droit de réponse qui, sans surprise, nous fut refusé [11].

Il est rare de voir une vraie « conspirationniste » prise en flagrant délit de manipulation

Si à ce stade, les découvertes faites par l’UPR n’ont pas encore permis de démêler tous les fils, la plainte déposée contre Ornella Guyet, a déjà eu pour effet positif de calmer la frénésie dénonciatrice qu’elle déployait sous pseudonyme. Et de mettre en évidence des aspects cachés et inquiétants de la vie politique, en France et dans nos pays respectifs. Aspects qui demeurent généralement inconnus du public, à savoir : l’infiltration de groupes et mouvements par des agents provocateurs agissant sous pseudonymes – que l’on a généralement peine à confondre faute de preuves matérielles [12] et qui sont par conséquent rarement démasqués.

Ces révélations commencent à lever le voile sur les véritables « conspirationnistes », qui caricaturent, dénigrent, diffament des auteurs qu’ils qualifient, ad nauseam d’ « extrême droite », de « fascistes », d’ « antisémites », de « négationnistes », pour discréditer leurs analyses et les isoler ; et qui, pour y parvenir, instrumentalisent des mouvements dans le but de susciter des divisions parmi des militants, ou simples citoyens, qui ont beaucoup en commun, de façon à les jeter les uns contre les autres dans une guerre fictive et haineuse entre gauche et prétendus « fascistes ».

Quelle chapelle politique servait Mlle Guyet-« Boutoleau », en agissant de la sorte ? La chose reste à éclaircir. Le fait que ce ne soit pas seulement Article11, qui soit compromis pour avoir publié son brûlot, mais également le site Acrimed, – dont les membres se présentent comme « la gauche de la gauche » – qui se solidarise avec son « adhérente » Guyet-« Boutoleau », soulève de nouvelles questions [13].

Ce qui est d’ores et déjà certain est que toutes les personnes sur lesquelles elle a voulu jeter le discrédit, dans son article diffamatoire du 28 mars 2011, ont pour caractéristique d’être des critiques vigoureux, soit de la politique impérialiste des puissances alliées de l’Otan, soit de la politique de l’État hébreu (et de certains aspects de cette politique qui restent généralement tabous, y compris au sein du « camp de la paix »), soit des deux à la fois.

Ainsi, sous couvert d’une ligne politique se proclamant « de gauche » et « clairement anticapitaliste » – d’une gauche, dit-elle, qui se refuse à avoir « l’anti-impérialisme pour seule grille de lecture » – la technique grossière que Guyet-« Boutoleau » a utilisée pour discréditer ces auteurs consistait à les accuser, selon les cas, et par amalgame, d’être « d’extrême droite », « conspirationnistes », « antisémites » ou « négationnistes ». Ou – par exemple pour Jean Bricmont – d’avoir de « troubles accointances régulièrement dénoncées par des militants antifascistes » [14]. Cela bien sûr en se dispensant de justifier ses accusations sur la base de ce que ces derniers disent et écrivent réellement. C’est par ce genre de procédé que, s’érigeant en procureur, Guyet-« Boutoleau » cherchait à réduire au silence des authentiques anti-impérialistes !

Cette affaire jette une lumière crue sur les journaux et les sites internet dits « alternatifs » auxquels Boutoleau se réfère avec insistance comme des « sources sérieuses » à l’appui de ses affirmations calomnieuses, ou qui publient ses articles diffamatoires. Notamment : conspiracywatch.info, indymedia.org (en France), ReflexeS [15], Article11.info, CQFD, luftmenschen, Rebellyon, pour ne citer que ceux-là [16].

Les lecteurs, qui ignorent généralement tout de ces manœuvres honteuses de noyautage et de manipulation par des faussaires omniprésents sur la toile, mais aussi au sein des mouvements sociaux, ont aujourd’hui à la lumière de cette affaire la preuve éclatante que certains sites et organes dits d’information, prétendument « indépendants, alternatifs, libertaires », peuvent avoir – sous couvert d’une chasse à des « antisémites » et des « fascistes » imaginaires, fabriqués à dessein – un agenda bien différent de la lutte qu’ils proclament. Un lecteur averti en vaut deux.

Cela dit, malgré les tentatives de mise sous contrôle de l’information, Internet demeure un fantastique outil de communication et d’échange. Pas étonnant que de nombreuses officines et de nombreux États cherchent à s’en emparer. Les lecteurs doivent impérativement apprendre à faire le tri et à se méfier des sites dont les positions apparemment « radicales » ne sont qu’une image affichée pour mieux servir d’appât à des fins de conditionnement politique. Et se rappeler que nombre d’intervenants sur les forums, ne sont pas là en toute innocence : ils ne sont là que pour alimenter de faux débats et discréditer l’information sérieuse.

Une conclusion personnelle douloureuse touchant la diffamation et la manipulation

Mon expérience personnelle m’a amenée à bien comprendre ce que recouvrent certaines accusations gratuites. En l’occurrence l’association à l’« antisémitisme » et au « négationnisme ».

En 2002 j’ai visité la Palestine. Ce fut une découverte bouleversante mais riche d’enseignements. Ce que j’y ai vu et compris a changé ma vie. J’y suis retournée en 2003 et en 2006. J’ai rapporté en toute sincérité les horreurs commises par les soldats israéliens dont j’avais été témoin et que, à ma surprise les journalistes basés à Jérusalem ou Tel Aviv, et les envoyés spéciaux, minimisent.

Très vite, avec effarement, j’ai vu apparaître, en France, le qualificatif infamant d’ « antisémite » ou de « négationniste » accolé à mon nom, me voyant ainsi associée, par des curieux plumitifs, à la sinistre histoire du nazisme pour avoir simplement témoigné de ce que j’avais vu en Palestine !

J’ai rapidement été amenée à constater qu’il y avait, y compris au sein du mouvement de solidarité pro-palestinien, des personnes qui se servaient de leur position pour humilier et déshumaniser des gens dont l’analyse heurtait leur « sensibilité ». Ou, plus précisément remettait en question leurs partis pris. Leur arrogance, leurs procédés ignobles, m’ont profondément heurtée. Le nom de chacune des personnes qui ont, par leurs mensonges, couvert mon nom de boue – et celui de tant d’autres personnes parfaitement respectables – reste depuis lors gravé dans ma mémoire.

Entre 2003 et 2006, révoltée par ce que je découvrais, voulant comprendre ce phénomène nouveau pour moi, je me suis rendue à Paris où j’ai interrogé nombre de personnes qui se sont trouvées du jour au lendemain accusées d’ « antisémitisme », dont l’humoriste Dieudonné. Cela m’a permis de mesurer l’ampleur de cette imposture.

J’ai pu voir comment, fin 2003, à la suite de son sketch sur la violence des colons juifs en Palestine, une foule de gens bizarres s’est ruée sur lui. J’ai pu voir comment l’accusation infamante lancée par des organisations juives et leurs avocats [17] en a rapidement fait, l’« antisémite » le plus célèbre et le plus persécuté de France. J’ai pu voir comment celui qui était précédemment qualifié d’« humoriste le plus talentueux et aimé des Français » s’est vu soudainement banni, dans le rôle du paria.

J’ai pu voir comment le très estimé sociologue Edgar Morin s’était vu lui aussi pris dans une tourmente et condamner, en 2005, pour « diffamation raciale et apologie des actes de terrorisme » pour avoir cosigné un article intitulé « Israël-Palestine : le cancer », publié en juin 2002 dans la tribune libre du quotidien Le Monde. Il nous avait alors confié : « Beaucoup de gens me disent “mais toi tu peux écrire ces choses là parce que tu es d’origine juive mais nous on n’oserait pas, on a peur, on se ferait tout de suite traiter d’antisémite.” Alors, cette peur de se faire traiter d’antisémite chaque fois que l’on veut exercer un acte de libre critique, crée un climat empoisonné. » [18]. Le jugement qui le condamnait fut heureusement cassé ultérieurement, en 2006, par la Cour de Cassation. Mais tous les diffamés n’ont pas eu un procès qui les a blanchis, ou les moyens d’en engager un.

J’ai pu voir, dans mon propre cas, comment ce mécanisme avait fonctionné [19] à partir de calomnies lancées contre moi, pour commencer, par Pierre Stambul, alors vice-président de l’Union juive française pour la paix (UJFP) [20]. J’ai pu voir comment, une fois associée à un nom, et lâchée, l’accusation d’« antisémitisme » et de « négationnisme » était montée en épingle, par exemple dans les colonnes du mensuel du judaïsme français l’Arche [21] ; ou de Proche-Orient.Infos, un autre organe de propagande en faveur d’Israël, maintenant disparu, dirigé par une ancienne journaliste du Nouvel Observateur, Elisabeth Schemla. Et comment, une fois jetés en pâture, les noms des personnes ainsi salies étaient repris en boucle, sans aucune vérification, à longueur d’années, par toute une ribambelle de manipulateurs. Pour être enfin reprises par des journalistes peu scrupuleux du quotidien Libération.

Toutefois, l’abus du procédé a fini par en émousser l’efficacité [22]. L’invocation du prétendu « danger antisémite » ne faisant plus à lui seul recette, la nouvelle tactique en usage, pour transformer un adversaire en épouvantail, est de le qualifier tout à la fois d’« antisémite », « fasciste », et d’« extrême droite ». Il convient donc de ne jamais perdre de vue qu’en politique les calomnies sont des armes. Et que ceux qui s’en servent – comme nous l’avons vu avec Ornella Guyet ou d’autres – ont un agenda caché. Par conséquent, quand il vous arrivera de les entendre dire qu’un tel est « antisémite », « fasciste », « conspirationniste », n’en croyez rien. Demandez-vous ce qu’ils cherchent à masquer sous leurs gros mensonges. Et allez vérifier par vous-mêmes ce que disent vraiment les personnes incriminées.

Silvia Cattori

(*) A ne pas confondre avec le site espagnol Rebelión

 

[1] Voir la charte fondatrice de l’UPR : http://www.u-p-r.fr/charte-fondatrice

[2] Voir : « Dépôt de plainte à l’encontre de Mlle Ornella Guyet et des sites internet Indymedia et Rebeyllyon », u-p-r.fr, 14 juin 2011.

[3] Voir : « Qui veut nuire à l’UPR ? Dr Jekyll & Mrs Hyde : « L’antifasciste Boutoleau et la très américanophile « Professor » Guyet », u-p-r.fr, 14 juin 2011.

[4] Ce billet nous apprend que c’est « sur mandat d’Acrimed et au nom du CA » que son « adhérente » Guyet-Boutoleau a participé au séminaire en question. Et il s’insurge contre « l’accusation à peine masquée, à la fois grotesque et scandaleuse, portée contre Ornella par l’UPR d’être un agent, réel ou potentiel, de la CIA (ou de l’impérialisme américain) ». Voir : http://www.legrandsoir.info/quand-le-grand-soir-recevait-le-baiser-de-judas-une-histoire-croustillante-incroyable-mais-vraie.html#forum70097

[5] Voir : « Le Grand soir : analyse des dérives droitières d’un site alter », par Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine, article11.info, 28 mars 2011.

[6] Voir : « En réponse à article 11 », dazibaoueb.fr, 30 mars 2011.

[7] Voir : 
 « Le Grand soir : analyse des dérives droitières d’un site alter », legrandsoir.info, 9 avril 2011. 
 « Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation « à la Marie-Anne Boutoleau » sur un site alter », legrandsoir.info, 16 avril 2011.

[8] Voir : « Attention, l’ultra-droite souverainiste débarque à Lyon ! », par Des antifascistes lyonnais et parisiens (avec la documentation réunie par Marie-Anne Boutoleau, journaliste indépendante), paris.indymedia.org, 5 juin 2011.

[9] Voir : http://www.dazibaoueb.fr/article.php ?art=23450

[10] Voir : « Quand Le Grand Soir recevait le baiser de Judas (une histoire croustillante, incroyable mais vraie). », legrandsoir.info, 17 juin 2011.

[11] Voir : « Refus de publication d’une demande de « droit de réponse » par Article XI – Marie-Anne Boutoleau, une bien étrange journaliste ! », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 18 juin 2011.

[12] Ainsi, par exemple, les mensonges répandus par des sites pro-israéliens pour dénaturer les témoignages et discréditer les témoins de crimes commis par l’armée israélienne nous avaient déjà démontré l’usage de ces pratiques. Voir : « Propagandistes au service de l’État colonial d’Israël – Cidinfo : Un site où les falsifications sont reines », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 6 janvier 2005.

Nous avions fait un constat du même genre à l’époque où nous avions rencontré Dieudonné, ainsi que le sociologue Edgar Morin dans le cadre de divers entretiens. Voir : « Infiltration et manipulation des sites Internet – Les « maîtres chanteurs » sillonnent les Sites et les Forums », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 3 octobre 2005.

[13] Le fait que le Conseil d’administration d’Acrimed ne condamne pas les calomnies proférées par Guyet-Boutoleau contre des personnes respectables, et se solidarise avec elle dans ses démêlés avec l’UPR, revient à cautionner ses agissements. Voir les réactions sur le forum de cet article du GrandSoir.

[14] Figure du mouvement anti-impérialiste et professeur de physique théorique à l’Université de Louvain, Jean Bricmont, qui avait été blâmé dans un article (non signé) de REFLEXes pour avoir recommandé la lecture du livre de Paul-Éric Blanrue « Sarkozy, Israël et les juifs », avait répondu à ses détracteurs en défendant vigoureusement la liberté d’expression et en se livrant à une critique décapante du prétendu « combat antifasciste » de ses détracteurs. Voir : « Antifascistes encore un effort, …si vous voulez l’être vraiment », par Jean Bricmont, 21 0ctobre 2009.

[15] Voir par exemple les nombreuses interventions de Boutoleau sur le forum de cet article de CQFD du 11 janvier 2011 intitulé « Les infiltrés ».

[16] Si cette pseudo-journaliste signe Marie-Anne Boutoleau dans CQFD, Article11.info, Oumma, Acrimed, Lesmotsontimportants, Indymedia, Rebellyon [à ne pas confondre avec le site espagnol Rebelión], Acrimed etc, elle signe en revanche sous son vrai nom, à savoir Ornella Guyet, dans Le Monde diplomatique (voir : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-03-16-Jersey) ou sur Bastamag (voir : http://www.bastamag.net/spip.php ?page=recherche&recherche=ornella+guyet&x=12&y=9).

[17] Notamment, l’Union des Patrons et Professionnels Juifs de France (UPJF), le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), l’Union des étudiants juifs de France (UEJF).

[18] Voir : « Edgar Morin : “On a créé un état d’intimidation“ », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 17 juin 2005.

[19] Voir : « L’accusation d’antisémitisme comme arme au bénéfice d’Israël – Palestine : l’ampleur de la tragédie exige un soutien sans faille », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 30 janvier 2005.

[20] Pierre Stambul était intervenu auprès de sites pour demander que soit enlevée une interview de Dieudonné que j’avais réalisée. Par la suite, dans l’article « Les “nouveaux” antisémites », publié sur le site de l’UJFP (et aujourd’hui retiré) il m’associait à l’action de « courants intégristes », à « l’extrême droite » à des « négationnistes », de « vrais antisémites ». Voir : « Antisémitisme : réalité et instrumentalisation », par Pierre Stambul, 20 octobre 2006.

[21] L’Arche, qui avait écrit, en 2005, que Silvia Cattori « avait un long passé d’outrances antijuives » a dû publier son Droit de réponse.

[22] En janvier 2008, Bernard Ravenel, alors président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), et Richard Wagman, président d’honneur de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP), furent condamnés par la XVIIème chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir diffamé le journaliste et écrivain Jean-Paul Cruse en le traitant d’ « antisémite notoire » et de « négationniste notoire », sans aucune preuve à l’appui. Voir : « Usage de l’antisémitisme à des fins politiques – L’accusation d’antisémitisme ne fait pas toujours recette », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 23 mai 2008.

 

 

Média et propagande: les Etats-Unis et l’empire perdent la guerre de l’information d’apres Clinton !

Posted in actualité, politique et social, presse et média with tags , , on 5 mars 2011 by Résistance 71

Hillary Clinton: Les Etats-Unis sont en train de perdre la guerre de l’information face aux médias alternatifs

by grtv

 

— Traduit de l’anglais par Résistance 71 —

 

Les Etats-Unis son t en train de perdre la guerre globale de l’information a déclaré la secrétaire d’état américaine Hillary Clinton devant un comité du congres pour demander des fonds supplémentaires pour diffuser la propagande américaine (sic) a travers les médias.

Clinton a dit que les chaînes privées existantes ne sont pas assez bonnes pour remplir cette tâche en citant les rivaux Al Jazeera, RT and la nouvelle chaîne de langue anglaise Chine CCTV, qu’elle regarde a t’elle ajouté.

Clinton défendait le budget de son département devant le comité de la chambre pour les Affaires etrangeres mercredi dernier. Elle a ajouté que les Etats-Unis se devaient de renforcer ses efforts de propagande (resic) et de retourner dans un des jeux que nous “jouons le mieux”.

“Pendant la guerre froide, nous avons fait un excellent boulot pour divulguer le message de l’Amérique; mais apres la chute du mur de Berlin nous nous sommes dit – Ok assez de tout cela, nous avons fini – et malheureusement, nous en payons maintenant le prix.” A t’elle déclaré. “Nos médias privés ne peuvent plus combler ce retard.”

“Nous sommes dans la guerre de l’information et nous perdons cette guerre. Al Jazeera la gagne, les Chinois ont lancé un réseau de télévision global multilingue, les Russes ont un réseau d’information en anglais (NDT: Russia Today ou RT). Je l’ai vu dans plusieurs pays et c’est tres… instructif.” A t’elle déclaré.

Les choses ont beaucoup changé depuis les jours ou les médias occidentaux, incluant la BBC et CNN, avaient le monopole sur la couverture des nouvelles mondiales. De plus en plus de gens a travers le monde sont a l’écoute des médias étrangers afin d’obtenir un autre angle de vision sur les évenements.

C’est dans le nombre. Par exemple la présence de RT sur YouTube est un tres gros succes: 300 millions de vues quand CNN international peine a arracher 3 millions.

L’audience toujours grandissante de RT est une indication que le jour du monopole des médias est fini et que les gens demandent de plus en plus de vue, de réflexion et d’échanges multipolaires.

 

http://tv.globalresearch.ca/2011/03/hillary-clinton-us-losing-information-war-alternative-media