Archive pour guerre contre le terrorisme

Nouvel Ordre Mondial: Djihad 3.0 la CIA, l’UE et l’OTAN transforment l’Albanie en base avancée d’attaque sur l’Iran… (Pepe Escobar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 juin 2017 by Résistance 71

L’armée mercenaire de l’empire du djihad 1.0 s’est créée au Pakistan pour combattre en Afghanistan (Brzezinski et Robert Gates, CIA et création des moudjahidines et d’Al Qaïda avec financement saoudien), le djihad impérialiste 2.0 fut l’aventure libyenne en 2011 est la Syrie depuis 2011 (avec financement saoudo-qatari). Le mercenariat du djihad impérialiste 3.0 se trouve donc maintenant en attente en Albanie et rend les Balkans de nouveau une zone chaude. Excellente info du Pepe Escobar ci-dessous.

~ Résistance 71 ~

 

Djihad 2.0 ou la fabrication du prochain cauchemar

 

Pepe Escobar

 

4 juin 2017

 

Source: http://www.informationclearinghouse.info/47184.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Commençons avec 28 leaders de l’UE discutant des Balkans occidentaux dans un récent sommet et blâmant, qui d’autre bien entendu, “l’agression russe” dans la cour de récré de l’UE. Signal à un procureur monténégrin enrageant que des “corps de l’état russe” ont mis en scène une tentative de coup d’état pendant les élections d’octobre 2016 pour empêcher le pays de rejoindre l’OTAN.

Et aussi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avertissant que la rhétorique anti-UE de Trump pourrait bien mener à une guerre dans les Balkans. Juncker, toujours aussi con-descendant, maintient que “si on les laisse livrés à eux-mêmes, la Bosnie Herzégovine, la Macédoine, l’Albanie et tous ces autres pays… nous aurons encore une guerre.”

Les Balkans peuvent bien exploser une fois de plus ; mais cette fois-ci avec une variante: pas comme en 1999, car l’OTAN ne pourra plus s’en sortir en bombardant un Belgrade sans défense pendant 78 jours. Une nouvelle génération de missiles russes l’en empêcheraient. La tragédie des Balkans de 1999 a été essentiellement fabriquée par de faux massacres au Kosovo, mis en scène par le BND, les services secrets allemands, utilisant des Alabanais locaux et des agents provocateurs du BND, qui ont tiré sur les deux côtés pour déclencher la guerre et fragmenter la Yougoslavie.

Tous les yeux sont tournés vers l’Albanie

Ce qui se trame dans cette conjoncture géopolitique particulière est encore plus glauque.

Les suspects habituels font ce qu’ils ont l’habitude de faire, ils blâment la Russie et au diable les preuves !

Laissons donc un gars de l’intérieur, le Dr. Olsi Jazexhi, directeur du Free Media Institute de Tirana en Albanie être notre guide.

En décembre 2016, John Brennan de la CIA a été en Albanie et a émis une fatwa de “guerre contre la Russie” (NdT: comme l’ordure Brzezinski au Pakistan avec les moudjahidines de Ben Laden en 1980 pour combattre en Afghanistan contre… les Russes…), spécifiquement en Macédoine.

Comme l’explique le Dr Jazexhi: “Après que Brennan eut quitté Edi Rama, le premier ministre albanais, un ami intime de George Soros, a rassemblé tous les partis politiques albanais en Macédoine et leur a ordonné de soutenir Zoran Zaev contre Nikola Gruevski. Gruevski est vu comme un pro-russe et un anti-OTAN, tandis que Zaev est un toutou de Soros. Ainsi, Gruevski fut boycotté par les Albanais et Zaev eut leur soutien pour former un gouvernement. La promesse de Zaev aux Albanais est que la Macédoine adoptera l’albanais comme langue officielle et créera un troisième (demi) état albanais dans les Balkans. Les Macédoniens résistent, mais Tirana et Edi Rama orchestrent les partis politiques albanais contre Gruevski. Le but de la manœuvre est de faire de la Macédoine un état membre de l’OTAN.

Dans le même temps, au Kosovo, qui est essentiellement une supercherie et une saloperie narco-mafieuse posant comme un état et abritant le tristement célèbre camp américain Bondsteele (NdT: plus grand camp yankee d’Europe et plaque tournante de l’importation de la drogue importée d’Afghanistan via les avions militaires yankees et de la CIA…), la plus grande base militaire US de la planète, et où Hachim Thaci, le président et ancien porte-flingue de l’Armée de Libération du Kosovo (ALK), “construit une armée pour le Kosovo. Le but final étant d’intégrer le Kosovo à l’OTAN, alors même que la Serbie rejette ceci de son ancienne province autonome.”

Jazexhi détaille également le comment “en Albanie, nous avons deux organisations terroristes majeures qui sont protégées par les Etats-Unis et l’UE.

La première est ce qu’Ankara décrit comme l’organisation terroriste de Fetullah Gulen (FETO), qui est supposément instrumentalisée par les services allemands du BND ; “la Turquie proteste sur le pourquoi l’Albanie abrite le groupe FETO, mais les Américains les hébergent contre Erdogan.

La seconde organisation est le Mojahedin-e Khalq (MKO), qui se bat contre Téhéran (NdT: protégée et financée par les USA depuis les années 1980). “L’Albanie est en train d’être transformée en centre pour le MKO. John Bolton (NdT: va t’en guerre nouveau con yankee) s’est rendu récemment à Tirana avec d’autres soutiens internationaux du MKO alors qu’ils attaquaient l’Iran et demandaient un changement de régime à Téhéran.

Le barjot du MKO Marjam Rajavi a aussi visité Tirana, développant des plans pour “renverser les ayatollahs” en Iran.

Le problème clef comme le souligne Jazexhi, est “qu’après avoir tourné les Balkans en centre de recrutement pour l’EIIL/Daesh pendant la guerre en Syrie, maintenant les Américains sont en train de transformer l’Albanie en un état du Djihad 2.0”

Ce qui est en train de se développer est “la même erreur historique faite par les Albanais au Kosovo, qui ont lié leur futur à 100% avec camp Bondsteele et seraient instantanément ré-envahis par la Serbie dans la cas ou l’OTAN ou les Etats-Unis partiraient (ce qu’ils feront tôt ou tard, c’est inévitable..).

Dans le même temps, l’UE et les Américains, qui veulent dé-radicaliser les musulmans wahabbites d’Europe, ne pipent mot au sujet des djihadistes iraniens.”

L’ennemi “invisible”

Donc, la pièce la plus important de ce puzzle est la configuration de l’Albanie au centre du Djihad 2.0, contre les Slaves en Macédoine, contre Téhéran et aussi contre Ankara. Pas étonnant donc que le chef-conseiller du gouvernement albanais fut, jusqu’à encore il y a quelques mois, une certain Tony Blair… (NdT: criminel de guerre notoire courant toujours les rues avec son acolyte Deubeuliou Bush…)

Analyse politique: la « gauche » étatique occidentale complice de l’empire (Paul Craig Roberts)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 16 mars 2017 by Résistance 71

Les révolutions sont sanglantes… tout comme ne rien faire

 

Paul Craig Roberts

 

14 mars 2017

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2017/03/14/revolutions-bloody-nothing-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Graeme MacQueen, un professeur d’université au Canada, fait remarquer l’incapacité de la gauche américaine à être imaginative en regard des rapports de la commission Warren (NdT: sur l’assassinat de JFK) et de la commission sur le 11 septembre. Une tripotée d’individus et de publications, vus comme étant de gauche, ont prouvé être des agents actifs de l’état conspirateur contre la véritable dissidence.

Lien vers l’article de Graeme (en anglais): https://truthandshadows.wordpress.com/2017/03/14/911-and-american-left/#more-4073

Les Etats-Unis n’ont plus de “gauche” (NdT: la gauche radicale a été annihilée sous le règne du tsar du contrôle étatique yankee: Edgard J. Hoover, grand patron tout puissant du FBI qui fut à la tête du bureau de 1935 à … 1972…), l’Europe non plus, encore moins la Grèce, pays dont le gouvernement soi-disant de “gauche” a accepté que les créditeurs de la Grèce puissent piller son peuple et les biens publics au profit du 1%. Le parti travailliste britannique est aussi à droite que son homologue conservateur et le parti socialiste français est bien plus de droite et en acceptance de ses seigneurs américains que ne le fut la droite, surtout celle du général Charles DeGaulle.

En Allemagne, l’électorat a mis en place comme chancelier une marionnette américaine qui représente Washington et non pas le peuple allemand. Et elle va continuer de représenter Washington, même si cela signifie la guerre avec la Russie.

La gauche, qui fut autrefois une force politique (NdT: dans le contexte du consensus du statu quo oligarchique bien entendu, c’est à dire la perpétuation du cirque étatico-capitaliste de la domination et de l’exploitation, qu’à terme Roberts soutient sans se rendre compte que toute réforme est vaine et irresponsable. Il faut sortir de cercle vicieux et prendre la tangente qui mène à la société des sociétés) qui tenta de rendre les gouvernements responsables, a fusionné avec l’empire américain. La “gauche” américaine a maintenant rejoint le complexe militaro-industriel pour enterrer le projet de détente avec la Russie, par exemple:

http://www.counterpunch.org/2017/03/14/trump-and-russia-the-shortest-reset-ever/

La “gauche” américaine s’est jointe aux nouveaux cons(ervateurs), aux médias de la pressetituée et au complexe militaro-industriel dans un accord commun, disant que quiconque favorise de meilleures relations avec la Russie est un agent russe ou un dupe de Vladimir Poutine et que si vous en savez assez pour douter des rapports de la commission Warren et de celle sur le 11 septembre, vous êtes un frapadingue et devez être mis sur la liste de l’université de Harvard des pourvoyeurs de “fake news”. Quiconque n’est pas d’accord avec la ligne éditoriale de l’establishment est étiqueté “fake news” et ceci bien sûr dans une “démocratie de la libre parole et de la libre pensée”. L’Amérique est devenue une sombre mascarade !!…

En d’autres termes, la “gauche” a accepté la ligne néo-conservatrice affirmant que ceux qui se font les avocats de la paix avec la Russie, autre que celle imposée par les termes des Etats-Unis, sont des traîtres à la nation, ceci incluant le président. (NdT: qui par ailleurs a monté d’un ton la rhétorique belliqueuse envers l’Iran, et envoie des troupes au sol en Syrie, est-ce bien surprenant ?… En adoucissant la rhétorique anti-russe, il a acheté l’aval de la Russie pour envoyer des troupes au sol dans le nord de la Syrie… Les Russes sont-ils dupes ?…) L’université de Harvard vient de sortir son type de liste des sites internet jugés suspects pour l’establishment (NdT: un “déconneurex” sauce yankee). Tous ceux qui sont en faveur de relations normales avec la Russie sont sur cette liste.

Nous avons atteint le point où, même pour une institution comme Harvard, aucune dissidence à la haine de la Russie n’est possible, admise. Ceci ne laisse que la guerre comme seule option.

Êtes-vous prêts à mourir pour le complexe militaro-industriel et son énorme budget ? (NdT: et afin de le perpétrer…)

Parce que c’est tout ce pourquoi vous mourrez.

Nouvel Ordre Mondial: 11 septembre nucléaire, suite…

Posted in 11 septembre, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 7 octobre 2016 by Résistance 71

Cet article de VT fait suite à ceux que nous avons déjà traduits l’an dernier:

« Au sujet d’un 11 septembre nucléaire »

« Le piratage nucléaire de Bush »

« 11 septembre classifié nucléaire »

~ Résístance 71 ~

 

Attentats du 11 septembre 2001… Tracer la carte, suivre les engins nucléaires

 

Gordon Duff

 

5 octobre 2016

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2016/10/05/911-filling-in-the-map-tracing-the-nukes/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pour la première fois depuis environ un an, un enquêteur sur le 11 septembre a révélé une information hautement classifiée sur les véritables évènements s’étant déroulés le 11 septembre 2001, non pas une attaque terroriste, mais une attaque nucléaire sur les Etats-Unis, sans surprise aucune, une que les Etats-Unis avaient attendu, une attaque qui avait été prédite par un ancien président des Etats-Unis et une possibilité qui fut volontairement ignorée par le président Clinton et probablement facilitée par George W. Bush, qui a certainement habilité la protection et le maquillage.

Dès 1996, des gens de l’intérieur, comprenant l’ancien président George H.W. Bush (le père), savaient que les Etats-Unis étaient susceptibles d’ietre victime de terrorisme nucléaire. Ce fut la “somme de toute les peurs”, comme décrite dans le film, vol d’armes nucléaires, mise en place sous une cible icône, mais ceux impliqués ne furent certainement pas des terroristes au sens commun du terme.

Soyons ici parfaitement clairs, si on regarde les informations aujourd’hui sans suspecter que les Etats-Unis ont créé et ont géré depuis le départ al Qaïda, alors on peut dire qu’on fonctionne sans avoir toutes les cartes requises en main pour comprendre et jouer.

Ce qui change maintenant est qu’avec le veto d’Obama qui a été outrepassé par le Congrès la semaine dernière, l’Arabie Saoudite peut être trainée en justice pour complicité dans les attentats du 11 septembre. Il y a eu et il y a des preuves de l’implication de l’Arabie Saoudite, même dans le faux-narratif limité publié dans le rapport officiel du 11 septembre en 2005 ou dans les soi-disant 28 pages manquantes.”

De véritables rapports montrent aussi que Mohamed Atta, l’ancien officier de la sécurité égyptienne, alors travaillant avec le renseignement saoudien, a été un planificateur opérationnel depuis son appartement loué de Fort Lee. Là où le maquillage réussit est qu’Atta était sous la surveillance d’une équipe spéciale qui enquêtait sur le terrorisme nucléaire contre les Etats-Unis.

Cette équipe, originellement commandée par l’agent spécial du FBI John O’Neill puis plus tard par l’agent spécial Michael Dick, incluant le spécialiste nucléaire Jeff Smith, fut basée à Fort Lee dans l’état du New Jersey, pas seulement pour observer Atta, mais pour observer Atta et ses complices, qui incluaient des équipes israéliennes utilisant une planque à quelques pâtés de maisons de là.
C’est le véritable sujet de l’enquête réelle et les archives de tout ceci, saisies par le Department of Homeland Security (DHS) et retunues classifiées pour les prochaines 50 années ; ces documents racontent une toute autre histoire, une de celles qui implique Israël, profondément et à chaque tournant, ainsi que des traîtres au sein du Pentagone.

Ce que nous pouvons faire maintenant est d’ouvrir les portes pour les avocats et conseillers juridiques pour poursuivre l’Arabie Saoudite. Sans ce qui est contenu ici, aucun conseiller ne pourra même se voir refuser des documents détaillant les témoins et les preuves qui, d’après le narratif populaire fictionnel, n’existent pas.

Si le fric est la seule raison d’aller en justice, alors les gars, allez-y, traînez l’Arabie devant les tribunaux. Mais si c’est la justice qu’on désire, alors attaquez en justice Israël et ses amis. Nous avons tous leurs noms et tout ce qui est requis pour prouver leur complicité.
Voici ce qui est maintenant ajouté au narratif, pas le narratif officiel, mais celui fondé sur l’enquête de 2003. L’information qui suit provient du rapport préliminaire du Ministère de l’Energie (DOE) des Etats-Unis sur les évènements ayant eu lieu le 11 septembre 2001:

  • Les bâtiments détruits sur le site du World Trade Center le furent par l’utilisation d’engins nucléaires amenés aux Etats-Unis via l’aéroport de Teterboro, d’après le rapport du DOE. Les déclarations des enquêteurs disent que “il n’y avait pas de formulaires douaniers à remplir par les équipages du vol. Il n’y a jamais eu aucune inspection ni des baggages ni de l’avion.”
  • Les enquêteurs de l’Opération “Able Danger” tracèrent les engins dans l’aéroport et maintinrent la surveillance de tous ceux impliqués jusqu’à ce que les archives d’entregistrements fussent saisies sur ordre de Michael Tchertoff (NdT: alors patron du DHS).
    Lorsque l’enquête nucléaire se déplaça à Fort Lee, il y avait en place là-bas une force spéciale multi-agence pour enquêter sur les paris clandestins de la mafia dans la zone. Ce fut cette enquête que Mike Dick et Jeff Smith prirent en compte, surveillance d’Atta, du proche aéroport et des équipes israéliennes.
  • La destruction du bâtiment 7 fut le résultat d’engins nucléaires placés dans des réservoirs de produit anti-incendie Halon de 25 litres placés dans le complexe sous le couvert d’un programme de mise à jour des équipements anti-incendie, d’après le rapport du DOE.
  • L’entreprise de sécurité de l’aéroport de Teterboro, depuis le 11 septembre 2001, a fait passer dans le pays tout un tas de cargos illicites. Donald Trump et les Clinton ont utilisé Teterboro extensivement et n’ont jamais eu leurs avions examiné, ni leurs passagers soumis à quelque inspection douanière que ce soit.

Ceci est la nouvelle information qui n’est d’utilité que pour ceux qui connaissent la vérité derriere les attentats du 11 septembre.

L’histoire commence:

En Mai 2014, VT a reçu des dossiers de la véritable enquête sur le 11 septembre faite par le ministère de l’énergie (DOE) des Etats-Unis. Pour ceux qui ne sont pas au courant, le DOE fabrique des armes nucléaires sous le déguisement innocent de noms à consonnance d’utilité publique.

Dès le 12 septembre 2001, l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA) affiliée à l’ONU, travaillait avec eux. Ses enquêteurs étaient à l’ONU de New York en ce jour funeste. Ils ont saisi leur compteurs Geiger, ont mis leurs casques de chantiier jaunes et leurs badges “Con Ed” de la compagnie de l’électricité new-yorkaise, leurs cirés jaunes et ont commencé à enregistrer les signatures ionisées radioactives et à collecter des échantillons du sol.

Sous-titre d’une photo de l’article original:

Tandis que les artificiers au camion du Mossad le 11 septembre placèrent quelques tonnes d’explosifs ssur le pont George Washington qui durent être désarmocés et retirés, furent autorisés à retourner en Israël, ces cinq “Israéliens dansant” furent détenus plusieurs mois avvant de pouvoir retourner en Israël où ils passèrent à la télévision et y affirmaient qu’ils avaient été envoyés sur place pour documenter la destruction du WTC. Le plan du Mossad étant de faire porter le chapeau aux Palestiniens.

Les documents de l’opération Able Danger sur les citoyens israéliens arrêtés le 11 septembre. La Florida Connection est la Jeb Bush connection…

Origine profonde

L’histoire commença comme une histoire de prolifération nucléaire, soi-disant d’Israël, ignorée par le gouvernement Clinton. Voyez-vous, durant le réchauffement des relations entre les USA et la Russie, le traité START (Strategic Arms Limitations Treaties) força les USA de démanteler des milliers de têtes nucléaires.

Celles qui furent démantelées en premier lieu furent les plus vieilles contenant des noyaux de plutonium qui s’étaient transformés en des niveaux devenus dangereux de PU240. Ces armes furent retirées des stocks en rapport à la date de manufacture des noyaux fissiles. Il y avait des raisons multiples à cela:

  • Plus les fabrications sont anciennes, plus le plutonium dégénère.
  • Les noyaux fabriqués ensemble seraient retirés, numérotés et entreposés pour recyclage potentiel, le tout jugé sur des noyaux du même lot (par exemple: 2 mai 1984, HANFORD 7) représentant ainsi une réserve prête à être reconfigurée et à retourner en service.

Et alors voyez-vous que ces listes de noyaux indiquant de qui et de où, tombèrent entre les mains d’un allié des Etats-Unis: Israël. C’est alors que les noyaux de plutonium commencèrent à disparaître de l’usine de désassemblage et de stockage Pantex de la ville d’Amarillo au Texas ; pas de manière hasardeuse, mais par paires correspondantes, donnant la confirmation que ces listes secrètes avaient été compromises, ou avaient été gérées par notre source, ce Tom Countryman, qui avait accès aux listes et les avaient donné à Israël.
L’ancien président George H.W Bush, depuis ses bureaux sur Memorial Drive à Houston TX, paya une équipe d’enquêteurs pour regarder ce que William “Bill” Jefferson Clinton ne voulait pas, peut-être à cause de sa position compromettante avec Monica Levinski ou autre affaire.

Bush loua les services de l’agent de la CIA Roland Carnaby et du physicien et inspecteur de l’AIEA Jeff Smith. John Wheeler III, un consultant à la Maison Blanche et John O’Neill du FBI les aidèrent.

Carnaby est mort, abattu par la police durant un contrôle routier par la police de Houston. Smith, aujourd’hui avec nous à VT, est sous l’influence d’un baillon légal délivré par le grand jury secret de Houston sur le 11 septembre, Grand Jury qui est assis sur bien des preuves et qui fut créé par Michael Tchertoff et John Ashcroft, mandatés par Bush (fils) de mettre fin à une enquête potentiellement réussie et dangereuse sur les évènements du 11 septembre.

John Wheeler fut retrouvé mort dans une décharge publique du Delaware et John O’Neill fut tué durant les évènements du 11 septembre.

Lorsque leur rapport ne fut pas rendu public, l’équipe fuita les photos hautement classifiées (NdT: voir un exemple dans l’article original) montrant le gros cratère nucléaire avec ses volutes de granite vitrifié. La première explosion nucléaire dans le désert du Nevada transforma le sable en verre. Le carburant d’avion ne peut pas faire cela, ni du reste la nanothermite.

“Ajoutez à tous ces signes, le métal en fusion dans les fondations des tours 1, 2 et 7 qui ne put pas être refroidi/éteint pendant des mois après les évènements alors que les endroits étaient constamment arrosés d’eau et le sol changé quotidiennement alors qu’il consumait le béton, l’acier, le verre et les combustibles des bureaux ; l’incidence croissante de cancers induits seulement par radiations parmi les résidents, est un autre signe d’évènement nucléaire. Il y a aussi eu des photos aériennes de “poussées” de vapeurs qui s’échappaient des bouches d’aération publiques 2 ou 3 pâtés de maison au sud du WTC ou à Ground Zero.

“Et les températures très élevées de la surface du WTC après le 11 septembre. La très haute température fur enregistrée le 16 septembre 2001 par des caméras thermo-sensibles de la NASA dans des photos aériennes prises à 2000m d’altitude. Ces données furent mises en évidence dans la longue période prise, plus longue que d’accoutumée, à éteindre les nappes de métaux en fusion dans les niveaux des sous-sols des trois grattes-ciel. De fait, les endroits les plus chauds en surface enregistrés sur le “tas” le 16 septembre furent: WTC 1 (1,376º F), WTC 2 (1,1340º F), and WTC 7 (1160ºF).”

“Les extêmités des poutres d’acier se réchauffaient souvent au point de devenir intolérables. La chaleur préoccupait aussi les équipes de sauveteurs sur le site, surtout celles avec les chiens. Beaucoup n’avaient pas de protection pour leurs pattes. Plus d’un fut brûlé et au moins trois de ces chiens moururent sur le site en travaillant à Ground Zero.”

“Au lieu de ce que la chaleur ne diminue au bout d’une semaine, comme c’est généralement le cas après un gros incendie, les températures astronomiquement élevées demeurèrent ainsi pendant près de trois mois… La société de nettoyage sur le site la Bechtel Corporation, disposant de 40 employés en permanence sur les débris fit ce commentaire au sujet des conditions de travail:

“La pile de gravas à Ground Zero était toujours extrêmement chaude. Les mesures thermiques prises d’hélicoptère quotidiennement montraient des termpératures allant de 400 à plus de 2800oF. La surface était si chaude, que rester debout trop longtemps au même endroit provoquait la fonte de nos semelles de chaussures de sécurité.”

L’équipe de Houston payée par George H.W Bush commença à tracer les noyaux nucléaires manquants, environ 300. Elle trouva d’énormes erreurs dans la paperasserie de gestion entre les documents de décommision militaire et ceux de transferts du DOE. Aucun ne correspondait, pas même un petit peu. La plupart des documents archivés avaient disparu.

Plus de 1000 noyaux ont put disparaître, mais 350 fut le chiffre rapporté à l’ex-président Bush (père) par ses enquêteurs en 1998. Les noyaux furent tracés avoir quitté l’usine Pantex dans des camions frigorifiques d’où ils furent transférés dans une usine d’engrais à West, Texas.
Pendant l’enquête sur les noyaux nucléaires manquants, Jeff Smith les traça jusqu’au port de Houston en route vers les îles Canaries et aussi vers la nation africaine de la Mauritanie où ils furent stockés dans une mine de minerai de fer contrôlée par des extrémistes sud-africains travaillant étroitement avec Israël.

Ces mêmes Sud-Africains signèrent en 1975 un traité avec Israël pour développer des armes (nucléaires). Le 22 septembre 1979, ils firent exploser leur première bombe atomique au large de l’île de St Edward au sud de la ville du Cap. Ils développèrent également un programme d’armement biologique et bactériologique extensif sous la houlette d’un cardiologue, le Dr. Woulter Basson, qui développa quelques unes des armes biologiques les plus virulentes jamais développées par l’Homme
L’Afrique du Sud avaient 10 armes nucléaires de type Hiroshima jusqu’à ce que le programme soit démantelé à partir de 1991, démantèlement supervisé par le Dr. David Kelly et son jeune assistant David Cameron. Kelly fut plus tard retrouvé mort des suites d’un présumé suicide et Cameron lui, se retrouva encore plus mystérieusement, à la tête de la Grande-Bretagne comme Premier Ministre.

Cette “ratière” est celle utilisée pendant longtemps par le “Seigneur de la guerre” Victor Bout (NdT: photo dans l’article original)

C’est ainsi que des arsenaux nucléaires militaires sont apparus dans une bonne demie douzaine de pays comme l’Arabie Saoudite, Taïwan et la Corée du Sud.

Un des enquêteurs était à New york depuis quelque temps. Il vivait à Fort Lee, New Jersey.

L’équipe originale fut dirigée par John O’Neill, qui reçut pour tâche de chasser et de traquer Oussama Bin Laden mais, ce faisant, il tomba sur quelque chose de bien différent, quelque chose qu’il apprit alors qu’il travaillait au Yémen. Nous pensons qu’il y apprit que Bin Laden avait voyagé vers et hors des Etats-Unis, ce que nous avons de confirmé et ce jusqu’au 11 septembre, bin Laden était activement employé par la CIA.

Il n’y a pas d’archives répertoriées d’O’Neill travaillant avec Able Danger à Fort Lee, autre que notre contact direct avec ses collègues sur cette affectation qui affirment qu’il fut forcé de partir, publiquement accusé d’avoir négligememnt placé des informations classifiées secrètes, qui furent retrouvées plus tard.

Des questions demeurent, comme celle demandant pourquoi n’y eut-il aucune tentative de gérer cette menace nucléaire ? Il y a une histoire qui a circulé durant les années 1990 qu’Israël avait stocké du matériel nucléaire, peut-être même des armes, dans son consulat de New York. En 2007/2008, cette histoire commença à tourner sur internet mais jamais en relation avec le 11 septembre.

Ce qu’on sait

Nous savons que des engins nucléaires spécialisés utiles pour ce genre de scenario ont été créés par une équipe du Los Alamos National Laboratories (LANL), des armes qui laissent très peu voire pas de radiation résiduelle à moins que, comme ce fut le cas pour le 11 septembre, de l’eau ne soit déversée sur le sol pour refroidir le sous-sol de Ground Zero brûlant par l’acier fondu mélangé au granit liquéfié ayant pris une forme de magma, qui a persisté à New York jusqu’en 2002.

Nous n’avons pas été capables de confirmer que cette équipe a fait partie de la conspiration nucléaire, mais nous avons confirmé que le leader de l’équipe fut un des instigateurs de l’”absurde théorie de la détonation par nano-thermite”.

Nous savons également qu’un Grand Jury siégeant à Houston au Texas, réduit activement au silence tous ceux impliqués dans l’opération “Able Danger”, c’est à dire les derniers qui ont survécus à une série “d’accidents” et autre mésaventures. Tous sont sous la menace d’emprisonnement pour violation du Patriot Act si des informations révélant la complicité du gouvernement des Etats-Unis sont amenées sur la place publique.

Un aspect clef et tout à fait confirmé de cette histoire est l’arsenal nucléaire américain qui est complètement ravagé. Cette documentation est “quelque part” comme preuve de l’utilisation d’armes nucléaires par Israël, les Etats-Unis et d’autres nations en au moins une douzaine d’occasions depuis 1945, d’après des sources de haut niveau au sein de l’AIEA.

Plus d’info sur Fort Lee et ce voyage particulier de l’autre côté du miroir:

“Une fois de plus sur le chemin de briques dorées”

Fort Lee dans le New Jersey à joué un rôle clef dans les attentats du 11 septembre 2001. Nous mettons sur carte en utilisant Google Earth, quelques incidents impliqués avec la présentation d’une réponse logique au maquillage officiel, à la fois la version du gouvernement et de la version B amateur.

Le pont George Washington

Toutes les routes principales menant et sortant de New Yprk devaient être détruites en ce 11 septembre 2001. Ce fut ces équipes, amenées d’Israël et incluant le groupe de Mohamed Atta, ayant des liens directs confirmés avec à la fois la CIA et le resenseignement égyptien, qui étaient mis sous surveillance par une force spéciale qui coordonnait son action avec les forces de police locales.

Ainsi, lorsque quelques tonnes d’explosif furent placées dans le système d’ancrage par câbles du pont, des équipes furent envoyées sur place pour désamorcer ces engins dès que les attaques sur le WTC commencèrent.

Simultanément avec la section des câbles, un énorme camion bombe, comme décrit par des rapports d’information de CBS et CNN News ainsi que par des interceptions de communication de police, devait exploser (comme entendu, la police a de fait rapporté que ce camion avait bien explosé), détruire les soutiens du pont et de l’autoroute et précipiter le pont entier dans la rivière Hudson “comme un caillou”.

Abattre le bâtiment 7 du WTC et planquer les engins nucléaires

Comment cacher des engins nucléaires dans un gratte-ciel: déguiser la charge en un réservoir Halon anti-incendie.

Les tunnels

Les deux tunnels de Holland et Lincoln devaient aussi être démolis en ce 11 septembre. Nous avons seulement une seule arrestation confirmée du côté de l’iile de Manhattan. Les barrages de la police de New York (NYPD) au tunnel Lincoln ont pris en chasse un van qui avait rapidement fait demi-tour pour éviter une interpellation. Deux suspects furent arrêtés avec des armes et la fourgonnette remplie d’explosifs.

Le commissaire de police Bernie Kerik, récemment sorti de prison, était sur place avec son personnel de la brigade anti-terrorisme afin de prendre l’affaire en charge. On ne les a plus revu depuis.

Le rôle des cellules locales terroristes

Sur place, il y avait des personnels locaux, certains ayant des connexiosn directes avec la “mafia ukrainienne kosher” ou avec:

  1. Des véhicules pour transbahuter les explosifs
  2. Un accès aux facilités de la Transit Authority, véhicules et personnels pour y déposer les explosifs
  3. Une coopération avec la sécurité d’un condo/co-op assurant un accès sans obstacle aux toits alentours

L’enquête de l’opération Able Danger, des années plus tard, son personnel éviscéré par le chantage sur Clinton, traça une opération majeure depuis Fort Lee dans le New Jersey. Ils y trouvèrent la CIA, le Mossad et le renseignement saoudien montant de concert des équipes opérationnelles, circulant avec des fourgonnettes, des “étudiants en art” et même quelques “israéliens dansant”…
Les groupes de “danseurs/étudiants en art” avaient des tâches différentes le 11 septembre. A l’exception d’une équipe, tous retournèrent en Israël après une visite en Arabie Saoudite. Ceci était la soi-disant “famille bin Laden” pour laquelle Bush avait commandé et affrêté un avion spécial.

Il n’y avait aucun membre de la famille bin Laden sur le sol des Etats-Unis alors qu’Oussama bin Laden avait été placé sur la liste officielle terroriste depuis plusieurs années au moment des attentas du 11 septembre 2001, une histoire en elle-même:

  • Décharger les armes nucléaires à l’aéroport de Teterboro
  • Transporter les engins sur place à Ground Zero
  • Préparer les camions bombes pour le pont George Washington, les tunnels Holland et Lincoln et l’ancrage des câbles
  • Mettre en place les brouilleurs électroniques sur les toits des bâtiments pour bloquer les transmissions des autorités de transport et des secours
  • Mettre les explosifs du côté New Jersey du pont Washington, là où sont ancrés les câbles de soutien afin de faire s’écrouler le pont
  • Coordonner avec Mohamed Atta et son groupe avec aussi le renseignement saoudien

Des trois brouilleurs mis en place dont l’endroit précis est montré sur la carte (cf article original), deux d’entre eux ont été récupérés par la FCC et sont détenus comme preuves à Houston au Texas, en attente de la saint Glinglin quand le Grand Jury se réunira de nouveau au sujet d’Able Danger et du 11 septembre.

Beaucoup se souviennent de cette histoire au sujet des radios des pompiers qui ne marchaient plus et du comment de nouvelles radios auraient pu solutionner le problème. Ceci est la véritable raison des problèmes de transmission et de communication des services de secours.
Les endroits sur cette carte furent fournis par Jeff Smith qui travailla à la planque “sous-marin” et au bureau du FBI indiqué sur la carte. La planque “sous-marin” de surveillance était utilement et stratégiquement placée sur Tom Hunter road pour surveiller les “étudiants en art” du Mossad un peu plus haut sur la rue et en face. Mohamed Atta vivait au 215 Main, 4 pâtés de maisons plus loin, à distance de marche facile des Israéliens, des cibles de brouillage et du pont. Il se situait en face du parking des autorités portuaires (220 Bruce Reynolds road) qui était à un saut de puce des bureaux d’enquête du FBI.

C’est l’autorité portuaire qui a choisi l’entreprise de sécurité qui s’occupait de l’aéeroport de Teterboro, entreprise qui fit passer sans encombre les cargos contenant les armes nucléaires pour non seulement les camions sous les tours jumelles mais aussi ceux des extincteurs halon qui descendirent le bâtiment 7 également.

Le véritable objectif de l’attaque du 11 septembre 2001 était bien au-delà de mettre à bas le World Trade Center. Imaginez la ville de New York, le WTC “évaporé”, le pont George Washington au fond de la rivière Hudson, les tunnels Holland et Lincoln inondés, des centaines de personnes noyées et la ville entière coupée de toute communication en mode panique total avec les radios de police et des services de secours brouillées.

Y a t’il eu d’autres attaques avortées sur Washington ? La Maison Blanche et les bâtiments du capitole étaient-ils des cibles ? La loi martiale aurait-elle être pu déclarée ? pire ?

Au bout du compte, on nous a imposé le ministère de la sécurité de la patrie (DHS). Ceci me rappelle le livre de fiction le Len Deighton, SSGB, un roman sur Scotland yard travaillant pour les SS nazis après l’invasion réussie d’Hitler de la Grande-Bretagne. On nous a mis le DHS après notre guerre perdue contre l’AIPAC (American Israel Public Affairs Commitee). Impossible d’inventer un truc pareil !

____________

VT demande expressément que les policiers qui ont arrêté les “suspects” israéliens avec “quelques tonnes d’explosif” (CNN) ou qui furent capturés alors “que la fourgonnette explosait”, sortent de l’ombre.

Nous demandons également que tous les témoins du second avion qui fut autorisé à quitter les Etats-Unis ce jour-là sortent de l’ombre, afin de confirmer qu’il transportait bien l’équipe israélienne “sortante”, incluant ceux mentionnés ci-dessus et qui furent interpellés. Nous savons qui a autorisé cet avion à quitter le territoire des Etats-Unis, un aspect clef de l’opération, incluant les officels de la police de New York qui nous gratifièrent de quelques tours de magie ce jour-là.

________________________

Fort Lee

Fort Lee est le centre nerveux de toute l’opération de terrain de ce 11 septembre 2001. Cet endroit fut choisi pour une bonne raison. Des rapports d’information sur le 11 septembre ont été éliminés des archives, des listes de terroristes pris puis relâchés sur ordres de la ville (mairie) de New York et d’officiels de la Maison Blanche pour être ensuite exfiltrés hors du pays, ont disparu. Les policiers qui procédèrent à ces arrestations mentionnées ci-dessus, sont sous baillon légal (gag order).

De plus, un vaste réseau de soutien impliqué dans la préparation, la plannification et la logistique des attaques du 11 septembre, incluant les nombreuses attaques avortées, dont les membres non seulement sont toujours en liberté, mais se trouvent parmi les plus puissants des Américains.

Comme nous l’avons dit, le 11 septembre commence à Fort Lee dans le New Jersey.

La communauté “condo et co-op” qui s’y trouve est une des plus grandes et des plus politiquement puissantes communautés d’”Israël par dessus tout” aux Etats-Unis, incluant des membres clef de la célèbre organisation du Jewish Institute for National Security Affairs ou JINSA, réputé pour être de plus d’influence que le think-tank du Project for a New American Century (PNAC) et bien plus militant.

Un examen attentif du JINSA montre qu’il est organisé en cellules comme un groupe terroriste.

Est-ce vraiment une surprise que le pont George Washington, le lieu le plus marquant de Fort Lee et la “vue” recherchée par les résidents des hauteurs choisis pour positionner les brouilleurs électroniques, fut programmé pour une démolition spectaculaire en ce 11 septembre avec pour conséquence la précipitation de centaines d’usagers au fond de la rivière Hudson ?

La mafia de Fort Lee

Depuis les années 1930, Fort Lee a été une “ville mafieuse” avec les débuts de “Meurtre and Co” et le gang d’Albert Anastasia et Joe Adonis. Tout a commencé lorsque le maire de New York, LaGuardia, expulsa la mafia de New York. Le pont George Washington fournit alors un lieu refuge à la mafia dans Fort Lee pour établir des casinos clandestins le long des palissades des deux côtés du pont GW. La chute du communisme a vu le crime organisé russo-ukrainien venir dans le New Jersey, s’installant à Fort Lee (voir appendice 1). Le groupe Taiwanchik-Trincher est un amalgame de gangs israélo-ukraino-chypriotes gérant les opérations de paris clandestins au travers des Etats-Unis ayant des liens étroits avec le goupe financier Romney/Bain (NdT: le même Romney qui fut candidat à la présidentielle américiane pour les républicains contre Obama !…) Ceci est un extrait qui provient d’une mise en accusation d’un tribunal fédéral de Manhattan:

“L’organisation Taiwanchik-Trinche (ou “l’Organisation”) était une entreprise criminelle ayant des liens très étroits avec la Russie et l’Ukraine. L’entreprise gérait une affaire illégale de gros paris clandestins sportifs depuis la ville de New York, ce business s’adressait essentiellement à des oligarques vivant en Russie et en Ukraine. Entre 2006 et avril 2012, l’entreprise a lavé plus blanc quelques 100 millions de dollars des opérations de paris clandestins en Russie et en Ukraine au travers de sociétés et de comptes en banque paravents à Chypre et de ces 100 milions de $ blanchis, environ 50 millions furent envoyés aux Etats-Unis depuis Chypre. Une fois l’argent arrivé aux Etats-Unis, il était soit encore recyclé dans des sociétés paravents soit directement investi dans des affaires légitimes comme les hedge funds ou l’immobilier.

“L’organisation Taiwanchik-Trinche opérait sous la protection d’Alimzhan Tokhthakounov, connu sous le pseudo de “Vor”, un terme qu’on peut traduire par “voleur par la loi”, ce qui se réfère à un membre d’un groupe très select de criminels de haut niveau issus de l’URSS. Tokhtakhounov est aussi prévenu dans une procédure judiciaire du district sud de New York pour sa participation supposée dans la corruption de fonctionnaires et d’officiels durant les JO d’hiver de Salt Lake City en 2002. Tokhtakhounov est un fugitif toujours recherché.”

=*=

Documentations et sources:

Background Articles – 2016

______________

Background Articles – 2015

______________

Background Articles – 2014

VT Supporting Material on 9/11, Nuclear Physics and Disclosure Issues

Appendix I

Liste des condamnations récentes du crime organisé de Fort Lee:

“28 accusés dans ce cas ont plaidé coupable et deux sont entrés en procédure d’accord de défèrement de jugement. Les défendants qui ont plaidé coupables ont reconnu les malversations à hauteur de 68 millions de $. Les accusés de la liste suivante ont plaidé coupable et ont été condamnés ou sont en attente de sentence:

  • Bryan Zuriff pled guilty to gambling charges on July 26, 2013, and was sentenced on November 25, 2013.
  • William Barbalat pled guilty to gambling charges on August 14, 2013, and was sentenced on December 16, 2013.
  • Kirill Rapoport pled guilty to gambling charges on August 16, 2013, and was sentenced on December 19, 2014.
  • Edwin Ting and Justin Smith pled guilty to gambling charges on September 4, 2013, and were sentenced on January 21, 2014, and January 6, 2014, respectively.
  • Dmitry Druzhinsky and David Aaron pled guilty to gambling charges on October 4, 2013, and were sentenced on April 18, 2014, and February 14, 2014, respectively.
  • Alexander Zaverukha pled guilty to gambling charges on October 10, 2013, and is scheduled to be sentenced on May 1, 2014.
  • Nicholas Hirsch pled guilty to conspiring to commit wire fraud on October 16, 2013, and was sentenced on February 25, 2014.
  • Anatoly Shteyngrob pled guilty to conspiring to commit money laundering on October 17, 2013, and is scheduled to be sentenced on June 10, 2014.
  • Yugeshwar Rajkumar pled guilty to gambling charges on October 18, 2013, and was sentenced on March 25, 2014.
  • Stan Greenberg pled guilty to conspiring to commit racketeering on October 22, 2013, and is scheduled to be sentenced on May 2, 2014.
  • Arthur Azen pled guilty to conspiring to commit money laundering and conspiring to collect extensions of credit by extortionate means on November 5, 2013, and was sentenced on April 9, 2014.
  • Hillel Nahmad pled guilty to gambling charges on November 12, 2013, and was sentenced on April 30, 2014.
  • Vadim Trincher pled guilty to conspiring to commit racketeering on November 14, 2013, and was sentenced on April 30, 2014.
  • Eugene Trincher pled guilty to gambling charges on November 14, 2013, and is scheduled to be sentenced on June 9, 2014.
  • Anatoly Golubchik pled guilty to conspiring to commit racketeering on November 15, 2013, and was sentenced on April 29, 2014.
  • Illya Trincher pled guilty to gambling charges on November 15, 2013, and is scheduled to be sentenced on May 8, 2014.
  • Ronald Uy pled guilty to structuring financial transactions on November 25, 2013, and was sentenced on March 27, 2014.
  • Moshe Oratz pled guilty to gambling charges on December 3, 2013, and was sentenced on April 9, 2014.
  • Michael Sall pled guilty to interstate travel in aid of an unlawful activity (illegal gambling) and Jonathan Hirsch pled guilty to gambling charges on December 4, 2013. Sall was sentenced on April 18, 2014, and Hirsch is scheduled to be sentenced on May 9, 2014.
  • Noah Siegel pled guilty to gambling charges on December 5, 2013, and was sentenced on April 10, 2014.
  • Molly Bloom pled guilty to gambling charges on December 12, 2013, and is scheduled to be sentenced on May 2, 2014.
  • Alexander Katchaloff pled guilty to gambling charges on January 16, 2014, and is scheduled to be sentenced on May 20, 2014.
  • Donald McCalmont, John Jarekci, a/k/a “John Hanson,” and Abraham Mosseri pled guilty to making a fraudulent tax statement, to failing to file a tax return, and causing a financial institution to participate in a lottery related matter, respectively, on January 24, 2014, and are scheduled to be sentenced on May 29, 2014, May 28, 2014, and May 21, 2014, respectively.
  • William Edler and Peter Feldman entered into deferred prosecution agreements on April 11, 2014.

Mr. Bharara praised the investigative work of the Federal Bureau of Investigation, the New York City Police Department, and the Internal Revenue Service.

The case is being prosecuted by the Office’s Violent and Organized Crime Unit. Assistant U.S. Attorneys Harris M. Fischman, Joshua A. Naftalis, Peter J. Skinner, and Kristy J. Greenberg of the Violent and Organized Crime Unit are in charge of the prosecution.

Assistant U.S. Attorney Alexander Wilson of the Office’s Money Laundering and Asset Forfeiture Unit is responsible for the forfeiture aspects of the case.

 

Nice, terreur, instinct primordial et manipulation

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 16 juillet 2016 by Résistance 71

« Ce n’est plus d’être heureux que je souhaite maintenant, mais seulement d’être conscient. »
~ Albert Camus ~

« Ne faites jamais rien contre votre conscience, même si l’État vous le demande. »
~ Albert Einstein ~

« Afin de rassembler les gens derrière leurs idées, les gouvernements ont besoin d’ennemis. Ils veulent que nous ayons peur, que nous haïssions, ainsi nous nous rassemblons derrière eux. S’ils n’ont pas de véritable ennemi, ils en créent un afin de nous mobiliser. »
~ Thich Nhat Hanh, moine vietnamien, activiste et écrivain ~

 

Résistance 71

 

16 juillet 2016

 

Une fois n’est pas coutume, le gouvernement français ne se précipite pas sur les conclusions de cette horrible affaire de Nice. Une chose est sûre, le “loup terroriste solitaire” est mort et ne parlera donc plus. Le narratif des autorités prévaudra… pour un temps, est-ce pour cela qu’elles ne se pressent pas ? Ils marchent sur des œufs dorénavant, la capacité d’exposition d’une supercherie / false flag se fait maintenant en temps réel avec les médias alternatifs citoyens…

Déjà bien des questions se posent, la plupart ont déjà été posées par les riverains de la scène du massacre. Une des plus importantes est celle-ci:

Que faisait un camion de cette taille (19t) en centre ville de Nice au moment d’un évènement public de l’importance du feu d’artifice de la fête nationale ? Comment ce camion a t’il pu passer et arriver sur la promenade des Anglais tranquillement sans que personne ne demande rien ? Nous ne parlons même pas de mesure de sécurité extrême qu’impliquerait un “état d’urgence” temporaire mais permanent, non, non, mais de la simple sécurité policière de base d’interdire une zone et les périmètres adjacents non seulement à toute circulation, les zones festives étant piétonnes, mais à plus forte raison au gros trafic que représente les poids-lourds. Tout le monde sait cela, chaque fête de village boucle son secteur et y interdit la circulation… à plus forte raison celle des poids-lourds.

Alors, ce camion venait de où ? Etait-il déjà dans la place ? Si non, comment a t’il pu passer ? On ne parle pas ici de mesure de sécurité extrème, mais d’une simple interdiction à la circulation routière, qui, sous les effets de notre état d’urgence national, aurait simplement dû être renforcée aux point vitaux d’accès… simple question de sécurité de base. Nous sommes ici en présence au mieux d’une négligence incroyable des autorités, au pire d’une complicité, l’avenir nous le dira… peut-être.

L’enquête repondra t’elle à cette question et autres ? Nous verrons bien. Mais sachant que ceux qui mènent ou font mener l’enquête sont les mêmes que ceux qui seraient coupables de négligence criminelles, on peut déjà augurer de l’issue de cette enquête: “Circulez, y a plus rien à voir !…”

Quoi qu’il en soit, il convient une fois de plus de ne pas céder à l’émotionnel, c’est là que l’oligarchie veut nous amener comme d’habitude, souvent avec succès, mais aussi avec de plus en plus de grogne. Tout horrifique que soit cet évènement et la perte de vies innocentes, de gens qui ne demandaient rien à personne, tout comme ceux vaquant à leurs occupations quotidiennes tant bien que mal au Moyen-Orient dévasté par l’occident colonial et ailleurs et dont les vies innocentes sont fauchés par le terrorisme d’état, le terrorisme qui leur a été exporté par un occident veule et criminel malade de son délire de puissance et de contrôle absolus sur le monde, nous, en tant que citoyens responsables ne devons en aucun cas céder à ce que le gouvernement (quel qu’il soit de droite ou de “gauche”, c’est du kif, nous parlons ici de l’État, le plus froid des monstres froids…) veut que nous cédions: la réaction épidermique provoquée par le déclenchement d’une réaction instinctive primordiale, en l’occurence la peur, la terreur littérale d’être frappé par ce terrorisme aveugle, dans la plupart des cas, sponsorisé ou entretenu par les états eux-mêmes.

La veille de Nice, Hollande déclare que l’état d’urgence ne peut pas s’éterniser ou nous ne serions plus en république et qu’en conséquence il ne sera pas renouvelé au 26 juillet, date de son échéance… Le lendemain, Nice: on resigne pour trois mois, alors serait-ce si fou que de prédire un nouvel attentat pour fin Octobre afin de légitimer un état d’urgence permanent ?…

Le fond réel de l’affaire est le suivant:

“L’état d’urgence” et son cortège de suppression des libertés, suspension de la constitution (pour ce qu’elle vaut hein ? mais jouons le jeu quelque peu pour les besoins de l’argumentation…), l’armée dans les rues, le renforcement des mesures policières, l’état policier en marche, n’a ABSOLUMENT rien à voir avec le terrorisme et la sécurité du citoyen. Si Nice a prouvé quelque chose, c’est bien ceci: l’État ne peut rien pour nous protéger du barjot solitaire, de l’individu dérangé ou de l’extrémiste religieux passant à l’acte et décidant de faire un carton dans la rue. Il n’y pourra à plus forte raison rien s’il en est le complice et le commanditaire à quelque niveau que ce soit.

Le but de tout cela est de manipuler notre peur, de nous mettre psychologiquement à genoux et nous forcer sans en avoir l’air, à accepter la restriction pas à pas de toutes nos libertés individuelles et collectives, de l’ingérence continue et de plus en plus insidieuse dans nos vies privées, qui pour raisons d’état, n’ont plus aucune raisons d’être privées. La manipulation de notre peur, de notre terreur (des témoignages font déjà surface de gens disant être terrorisée d’être dans une foule…) est une méthode classique de la manipulation psychologique des foules. Ceci répond à la sempiternelle dialectique hégélienne dont l’élite totalitaire auto-proclamée est si friande, celle du: PROBLEME ~ REACTION ~ SOLUTION

On crée, induit un problème qui génère une réaction épidermique des sujets (ici la peur, la terreur des citoyens devant un terrorisme en apparence sans but frappant à l’aveugle dans le but de terroriser ni plus ni moins, de conditioner une réaction psychologique extrême…) et le système fournit une solution déjà bien empaquetée au problème induit, ou au problème se produisant de manière inopinée (cela arrive encore), mais qu’on ne laisse pas perdre et qu’on exploite en canalisant la chose selon le même schéma appliqué par tout bon tyran qui se respecte: celui de ne “jamais laisser une bonne crise se perdre”…

La solution à tout ceci ne réside pas dans le système qui désire s’imposer comme le “sauveur” et écraser au passage nos libertés et tout sens progressiste à la société, mais en dehors du système, parce qu’il est évident qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais… Queue dalle, zilch, nada !

Nous devons en sortir, nous devons créer notre propre société des sociétés organique où nous, les gens du peuple décidrons ensemble par associations libres confédérées de notre destinée, de notre progression vers un vivre satisfait, heureux et libre, sans intermédiaires parasites, auquel chaque individu vivant sur cette planète à un droit naturel inhérent que les institutions nous refusent depuis des siècles en nous maintenant dans le carcan étatique géré par l’alliance tripartite du prêtre, du général et du juge.

L’État, les institutions, la société politiquement divisée dont la division est maintenant scientifiquement entretenue pour maintenir le statu quo du consensus oligarchique, sont anti-naturels, sont des excroissances parasitiques, des anomalies, des cancers à la société humaine dont la véritable nature profonde réside dans la coopération, l’entraide, la compassion, l’égalité et l’union politique au sein d’un consensus décisionnaire collectif commençant par la reconnaissance de l’individu et de ses libertés et droits naturels.

Il est trop tôt pour en dire davantage sur l’évènement de Nice, mais une chose est déjà certaine: la grande gagnante est comme d’habitude la grande méduse étatique à la botte de la haute finance transnationale, ici et ailleurs.

Le pire maintenant que nous puissions faire est, par peur, de céder et d’acquiescer à toujours plus de perte et de rognure de nos libertés au nom d’une sécurité inexistante, puisque l’État français, comme tous les états à des degrés divers, est un sponsor et un créateur du problème terroriste, premier tenant de la dialectique appliquée: la création d’un problème synthétique dont le but est de déclencher une réaction de notre centre nerveux régissant la peur afin de manipuler nos émotions et nous amener là où les contrôleurs le désirent, c’est à dire à nous passer nous-mêmes les chaînes de notre mise en esclavage.

Ne l’oublions jamais !

Cessons d’avoir peur !

Pensons ! La pensée critique est l’ennemie intime de la dicture car elle ne cède pas à la manipulation psychologique au moyen de peur primordiale.

Unifions nous, car notre union au-delà des différences, elle, terrorise l’oligarchie. Nous devons renverser l’équation, nous devons terroriser les terroristes (d’état et leurs hommes de paille de terrain) par notre Union !

¡Ya Basta!

Mitakuye Oyasin

 

11 septembre nucléaire… 28 pages manquantes… Arabie Saoudite, Israël et la connexion allemande du terrorisme international…

Posted in 11 septembre, actualité, économie, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 30 avril 2016 by Résistance 71

A lire:

« La bombe de la vérité sur le 11 Septembre »

« Le 11 septembre nucléaire, rapport du ministère de l’énergie »

 

Les Etats-Unis entrent en mode panique

Gordon Duff

26 avril 2016

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2016/04/26/neo-us-is-entering-the-panic-mode/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

[ Editor’s Note:  Voilà une autre envolée pas très positive de Gordon, mais faire dans l’acidulé n’a jamais été un objectif éditorial.

Les 28 pages manquantes du rapport sur le 11 septembre et l’implication de l’Arabie Saoudite nous donne une opportunité de ressortir du placard nos rapports sur l’implication israélo-saoudienne au moyen d’informations que VT a obtenu des enquêteurs mêmes qui placèrent les agents sous surveillance à Fort Lee dans le New Jersey.

Quand nous avons divulgué ce matériel informatif comme partie de notre série sur le 11 septembre, ce qui incluait le rapport du laboratoire Sandia au sujet des bâtiments du WTC qui furent démolis de manière contrôlée au moyen de mines nucléaires placées dans les sous-sols, on ne nous a jamais contredit, nous n’avons jamais non plus reçu de coup de téléphone de quelque officiel que ce soit désirant en savoir plus. Tout et tout le monde est passé en mode sourd-muet, instantanément.

Toute cette info est dans nos archives et a été copiée (traduite) dans le monde entier, ainsi on ne pourra jamais la faire disparaître.

Le public américain va t’il se réveiller et en faire une affaire électorale et par cela je veux dire mener une vie d’enfer au gouvernement Obama pour qu’il ne quitte pas l’administration en couvrant toujours ce qu’il s’est passé en ce 11 septembre 2001 et laisser une autre administration révéler cela laissant à Obama un héritage de maquillage de la vérité ?

Personne ne semble avoir fait la connexion avec le decorum des tribunaux américains essayant maintenant de lier l’argent iranien gelé et rendant l’Iran responsable des attaques terroristes dans le monde et de recommencer à geler plus des milliards de leurs investissements.

Pourquoi les Etats-Unis n’ont-ils pas peur de subir un traitement similaire en faisant cela, alors même qu’un chauffeur de taxi pourrait écrire une liste d’attentats terroristes auxquels les Etats-Unis ont été impliqués et ce en quelques minutes ?

Les gens qui mènent la guerre terroriste ont jusqu’ici survécu en utilisant la diversion de la guerre contre le terrorisme. La preuve de tout ceci s’exprime au centuple dans les deux cas judiciaires récents qui furent utilisés pour clouer l’Iran en tant qu’accessoire. De manière surprenante, Obama a mentionné, à sa décharge de ne pas avoir divulgué les 28 pages, qu’attaquer les Saoudiens en justice rendrait les Etats-Unis vulnérables à être eux-mêmes traînés devant les tribunaux.

J’ai été très surpris qu’il touche à cette affaire même avec une perche de 4m de long. Y a t’il quelque chose que je n’ai pas pigé ? Jim W. Dean ]

– Première publication  …  April 26,  2016

La politique présidentielle aux Etats-Unis mène à un futur potentiellement très sombre, pas seulement pour les USA, mais aussi en vue d’un effondrement de l’OTAN et de l’Union Européenne tout aussi bien.

La machine est en mouvement de ce lobbying ultra-puissant qu’est la nouvelle alliance anti-américaine constituée d’Israël, de la Turquie et de l’Arabie Saoudite, renforcée par l’Ukraine, la Georgie, l’Azerbaïdjan et la Pologne, afin de contrôler encore la présidence américaine.

Il y a un risque en particulier qui fait monter la barre et ce sont les fameuses 28 pages manquantes du rapport sur le 11 septembre, reliant le service de renseignement saoudien aux attaques sur le WTC, le pont George Washington et les tunnels Lincoln et Holland. (NdT: ce que bien peu de gens savent est qu’un bombe a été désamorcée le 11 septembre 2001 dans les structures du pont G. Washington à New York et des camionnettes chargées d’explosifs ont été saisies…)

Les pages sont supposées faire référence aux réunions entre Mohamed Atta, le supposé cerveau des attentats et des équipes d’”étudiants en art” israéliens avant les attaques. Tous vivaient à Fort Lee dans l’état du New Jersey, à très courte distance les uns des autres et ils furent observés se rencontrer par une équipe du FBI opérant sous le “Project Able Danger” mené par l’agent spécial du FBI Mike Dick, qui a survécu plus tard à une tentative d’assassinat lorsqu’il a menacé de rendre l’affaire publique.

Ces pages et peut-être d’autres toujours retenues, contiennent non seulement des archives de surveillance incluant des enregistrements audios de la planification du 11 septembre, mais aussi la documentation archivée des arrestations des agents israéliens qui travaillaient avec Mohamed Atta.

Maintenant que le partenariat de longue durée israélo-saoudien est une affaire publique, ce matériel d’information est considéré comme étant une menace, une valant la peine de truquer une élection présidentielle et si jugé nécessaire, d’assassiner tout candidat ne pouvant être contrôlé.

Il y a une certitude que le président Obama ne fut jamais mis au courant d’autre information cachée et enfouie sous l’administration Bush incluant, non seulement l’affaire “Able Danger” qui, croit-on maintenant, pourrait aussi bien lier le renseignement turc aux attentats du 11 septembre également.

Puis il y a le rapport préliminaire sur le 11 septembre de 2003 qui aurait été emmené en Russie par Snowden et en toute probabilité, continuellement utilisé comme levier par les services de renseignement russes.

Ceux qui sont familiers avec ce rapport, incluant ceux qui ont aidé à le rédiger, disent qu’il présente une vision drastiquement différente du 11 septembre, une vision qui place maintenant les dissentions et les démissions de la commission publique bidon ultérieure sous une nouvelle lumière.

Ce qui est clair est que la visite d’Obama en Arabie Saoudite durant laquelle il a quelque peu sermoné publiquement celle-ci pour son soutien de l’EIIL, d’Al Nosra (AQ en Syrie) et autres organisations terroristes, pourrait bien signaler une action militaire américaine “sans gants” à la fois sur le champ de bataille en Syrie et en Irak, une bataille qui impliquerait des milliers de soldats américains et une confrontation militaire ouverte totale avec Israël, la Turquie et l’Arabie Saoudite.

Ce qui doit être rendu clair est qui sont les véritables joueurs ici ? Si vous avez les Turcs, les Saoudiens et les Israéliens d’un côté et de l’autre l’Irak, la Syrie et l’Iran, où tout cela va t’il mener ?

Considérant l’expansion militaire turque en Ukraine et maintenant en Macédoine, où elle prend part à des opérations de déstabilisation, probablement aidée par Israël, comment devons-nous voir la visite de Netanyahou à Moscou cette semaine ?

On a aussi la crise croissante de Nagorno-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, où nous pouvons maintenant confirmer que des milliers de djihadistes de l’EIIL ont convergé, combattant côte à côte avec l’armée azerbaïdjanaise formée et soutenue militairement par Israël.

Nous avons aussi maintenant un conflit kurde secondaire qui n’est plus simplement la Turquie massacrant une minorité ethnique comme elle le fit des Arméniens, mais quelque chose de bien plus sinistre. Avec l’Allemagne armant les Peshmergas (kurdes d’Irak), pour ne pas combattre l’EIIL soutenu par la Turquie, mais pour rejoindre celle-ci contre d’autres factions kurdes (NdT: celles du Rojava syrien par exemple, du PKK et YPG), ainsi le conflit non seulement s’étend, mais la mosaïque devient aussi bien plus claire.

Puis une autre question survient: Est-ce que ce “triumvirat” qui semble orchestrer ce chaos organisé, incluant la fabrication d’une crise des réfugiés pour déstabiliser l’UE, travaille seul ?

L’Allemagne est-elle une victime ou, comme la plupart des Allemands le pensent, Merkel est-elle partie prenante dans tout cela et si oui, pourquoi ?

Ceci nous amène à explorer une hypothèse, qui il y a encore quelques années semblait être à la limite du conspirationaisme, peut-être même un peu plus. Une réévaluation est peut-être à l’ordre du jour.

L’Allemagne a commencé à apparaître sur les radars avec des rapports concernant une organisation de renseignement secrète et la complicité de ses membres dans la prolifération nucléaire. De Veterans Today:

“En Mai 2014, un informateur de haut niveau lié au ministère de la justice des Etats-Unis (NDT: le FBI dépend du ministère de la justice US…) nous a contacté avec cette histoire.

Il nous a dit que l’Allemagne a un long protocole secret avec Israël depuis des décennies, qui voit l’Allemagne financer la recherche et le production israélienne d’armement et lui fournit des sous-marins spécifiquement configurés pour le lancement de missile de croisière nucléaires, en retour Israël donne à l’Allemagne des armes nucléaires.

A ce moment là, le “pourquoi” de l’Allemagne, un membre de l’OTAN, voulait des armes nucléaires n’était pas clair. Il devait y avoir plus à cette histoire, bien plus.. et bien oui, c’est le cas.

Ce qui fut apporté fut cette bizarre histoire de la “démocratie libérale” la plus forte d’Europe, qui est en fait quelque chose de bien différent, une nation dirigée par un gouvernement de l’ombre (NdT: elle n’est pas la seule..), infiltré du “réchauffé” de l’Allemagne nazie, qui ont juré de mettre à bas “l’occident corrompu et de ses démocraties élimées.”

L’article mystérieux

Hier, VT a reçu un article publié il y a un an par le quotidien allemand Die Welt, écrit par le colonel Hans Rühle, ancien chef de la planification au ministère de la défense allemand.

Cet article nous a été envoyé par un ancien enquêteur de l’IAEA ((International Atomic Energy Agency), physicien nucléaire. Ce qu’il avait à dire était à la fois stupéfiant et imbibé d’implications dramatiques.

Le titre de l’article en allemand est : Hat Deutschland Israels Atomwaffen finanziert? (PDF) (NdT: “L’Allemagne a t’elle financé les armes nucléaires d’Israël ?”)

Un exposé si détaillé et si vivide écrit par un haut-fonctionnaire allemand retraité ayant travaillé avec l’OTAN, exposé qui non seulement prouve la véracité du programme nucléaire israélien et son existence effective, mais qui détaille une large complicité criminelle du gouvernement allemand, aurait dû résonner fortement autour du monde.

Au lieu de cela, ce fut immédiatement oublié, jamais traduit en anglais (NdT: ni en français à notre connaissance…) et jamais cité par quiconque, incluant spécifiquement ceux dont le travail est de renforcer les traités de non-prolofération nucléaire.

L’article est, en fait, une confession générale de la complicité du gouvernement allemand dans un complot bizarre et sinistre aux proportion épiques.”

Une chose est claire, l’Allemagne aide l’EIIL avec des milliards d’aide, en argent liquide, beaucoup en équipement militaire, le tout envoyé par la Turquie.

Il est aussi très clair que l’Allemagne, ou cette Merkel et le DVD sur lequel nous reviendrons dans une minute, sont au cœur même du coup qui a renversé le gouvernement en Pologne et sont aussi impliqués jusqu’au cou dans la préparation de la junte de Kiev pour qu’elle mène une plus large guerre.

L’Allemagne est en train d’importer des bus entiers de “touristes” ukrainiens, qui remplissent des hôtels touristiques en hors-saison près des centres d’entrainement de l’OTAN. Des “hommes de main” britanniques travaillant pour des contractants de la CIA les y amènent, tandis qu’ils se cachent à la vue de tous, coupe de cheveu bidasse, des physiques hors de conditions et qui sont vus tous les matins faisant des calisthéniques sous les yeux ébahis des touristes.

Cette nouvelle et tranquille Wehrmacht de l’ersatz d’armée en cours de formation de Merkel retire toute crédibilité à l’histoire que l’Allemagne a fait fuiter à ceux qui voulaient l’entendre, à savoir que la Turquie fait chanter l’Allemagne en la menaçant d’utiliser ses réseaux de renseignement de Münich pour massacrer des écoliers allemands.

Ceci amène aussi une autre question, tout aussi sinistre et pas si saugrenue qu’elle en a l’air. Est-ce l’Allemagne du “DVD” de Merkel et non pas la Belgique qui serait le véritable HQ du terrorisme européen ?

From Veterans Today 2014:

Le “Deutsche Verteidigungs Dienst” allemand

(NdT: Dienst est le “service”, “Verteidigung” est la défense, “Deutsche” est l’adjectif allemande. Traduction qui serait “Service de la Défense Allemande”)

Plus tôt cette année, un analyste des services de renseignement britannique et écrivain du nom de Michael Shrimpton a été emprisonné.

Il fut condamné pour avoir informé le gouvernement britannique qu’une arme nucléaire fut passée en contrebande depuis Bremerhaven en Allemagne et qui qu’elle fut placée stratégiquement dans un rayon de portée efficace de stade olympique juste en dehors de Londres durant les JO de 2012.

Shrimpton a affirmé devant le tribunal que l’organisation allemande du nom de DVD ou Deutsche Verteidigungs Dienst (une agence de continuité de gouvernement nazie super-secrète), un “vestige” nazi de la seconde guerre mondiale et ayant des “franchises” dans le monde entier, était responsable.

Shrimpton fut envoyé en examen psychiatrique, fut mis au pilori par les médias et fut clairement envoyé en prison en procédure accélérée sur ce qui ne peut être considéré que comme une bizarre accusation fabriquée.

Il fut condamné sur la base d’avoir édicté la menace lui-même. Ainsi, l’auteur de “Spy Hunter” et de “NSA asset” réside dans une cellule en prison, réduit au silence, n’est permis aucune visite, aucun coup de téléphone, aucune correspondance et aucun privilège d’écriture durant son incarcération. (NdT: bref il est au secret total…)

Shrimpton affirme qu’il a été poussé en accéléré en prison parce qu’il a exposé le DVD ; il dit que le groupe terroriste nazi pilote l’Allemagne en sous-main mais aussi les Etats-Unis au travers de la famille Bush.”

___________

Le DVD et Christopher Story

En 2010, Christopher Story, connu par bon nombre sous le nom de Edward Harle, est mort mystérieusement. Des gens de l’intérieur des services de renseignement pensent qu’il a été assassiné par le DVD.

De Wikipedia:

“Christopher Edward Harle Story, Fellow of the Royal Society (1938~2010) était un écrivain britannique, éditeur et conseiller gouvernemental spécialisé en renseignement et en affaires économiques, il est peut-être plus connu pour sa collaboration avec le transfuge du KGB, le commandant Anatolly Golitsyne pour leur livre en 1995 “The Perestroïka Deception” .

Christopher Story, fils du colonel Henry Harle Story, éduqué à l’Eton College et Christ Church, Oxford, a travaillé comme écrivain industriel au Canada.

En 1963, il établit sa propre maison d’édition (edward harle) se spécialisant dans le renseignement et fonda le “World Reports Limited” la même année.

Depuis 1970, Story a édité et publié l’International Currency Review, qui a inclus parmi ses abonnés la Banque Mondiale, le Réserve Fédérale et la Banque d’Angleterre.

Story est devenu conseiller économique de Margaret Thatcher et en 1991, un an après sa démission, il a publié la revue “Soviet Analyst” à cause de son scepticisme continuel au sujet de Mikhaïl Gorbatchev, de la perestroïka et de la version officielle des évènements qui se sont déroulés en URSS.

Le journal du Soviet Analyst fut une publication très respectée dont les précédents rédacteurs en chef incluaient Robert Conquest et Tobor Szamuely.”

____________

Christopher Story, un partenaire de longue date de mon excellent ami Leo Wanta, fut un agent des services de renseignement britanniques, bien que ceci ne soit pas inclus dans sa biographie, cela n’en est pas moins vrai.

Story, un conférencier respecté sur les questions de change international et de renseignement, a parlé d’une organisation formée à la fin des années 1920, d’une coalition entre le famille Bush aux Etats-Unis, alors partie intégrante (NdT: par le truchement du grand-père Prescott Bush) du cartel banquier Harriman/Rothschild de New York et de la City de Londres et du “Project Hitler”, dont l’historien Webster Tarpley a si bien parlé dans son livre: Unauthorized Biography of George H.W. Bush.

D’après Story, ce groupe, qui contrôlait la Réserve Fédérale aux Etats-Unis et la vaste majorité des banques centrales mondiales, a servi un agenda de conquête du monde, à la fois de manière ouverte et secrète. Story citait Hitler comme étant une “marionnette” de l’organisation qui prendrait plus tard le nom de DVD.

Le premier ministre britannique Edward Heath était un agent du DVD, tout comme le fut le premier ministre Tony Blair et un bon nombre de politiciens britanniques de haut rang.”

Bizarre nouvelle action

Ceci n’est peut-être rien ou pas grand chose, mais il y a juste quelques jours, un ancien général du corps des US Marines, James Mattis a été activé comme un “cheval noir” (un candidat ou concurrent au sujet duquel très peu est connu, mais qui gagne de manière inattendue, d’où l’expression un candidat “cheval noir”…) durant la convention de parti républicain qui s’annonce.

Le plus étrange à ce propos est que Mattis est soutneu par à la fois la gauche et la droite ou par des factions clef de chaque qui sont alignées sur et très proche du lobby israélien (AIPAC), dont on peut maintenant parfaitement assumer qu’il représente aussi la Turquie et l’Arabie Saoudite.

Est-ce que Mattis, un général inconnu de tout le monde, va être capable de mettre KO Donald Trump et de défaire Hillary Clinton ? Cela veut-il dire que malgré leurs déclarations publiques indiquant du contraire, Trump et Clinton ne sont pas des candidats acceptables pour Israël et susceptibles de suivre la politique d’Obama ?

Ce à quoi nous assistons est un mouvement vers un Nouvel Ordre Mondial où les Etats-Unis tels que nous les connaissons, n’auront plus de rôle actif dans les affaires mondiales. Que savent-ils que nous ne savons pas ?…

Guerre impérialiste en Syrie: Les Etats-Unis arment Al Qaïda en Syrie via la Roumanie, la Bulgarie, la Turquie et la Jordanie

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 26 avril 2016 by Résistance 71

Les Etats-Unis violent le cessez le feu en Syrie et arment Al Qaïda

 

Réseau Voltaire

 

25 Avril 2016

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article191450.html

 

Le 7 avril 2016, Jane’s révélait que la US Navy Military Sealift Command avait lancé, en 2015, deux appels d’offres pour transporter des armes du port roumain de Constanta vers le port jordanien d’Aqaba [1].

Les armes qui ont pu être identifiées ont été fabriquées en Bulgarie, ce qui confirme l’enquête précédente de Balkan Investigative Reporting Network [2] et la notre [3].

L’appel d’offres a été remporté par Transatlantic Lines et effectué par le cargo Geysir (IMO : 7710733).

La première cargaison a quitté la Roumanie le 5 décembre 2015 et a été livrée pour moitié à Taşucu (Turquie), et pour moitié à Aqaba (Jordanie). Elle se composait au total de 117 containers, pour 2 007 tonnes. Soit, outre des Kalachnikov et des mitrailleuses, environ 50 lance-missiles Faktoria, entre 796 et 854 missiles, et 162 tonnes d’explosifs.

Le choix des missiles anti-tanks Faktoria s’explique par leur ressemblance avec ceux qu’utilisent l’Armée arabe syrienne, les 9K111 Fagots ATGW dont ils sont une version améliorée, de sorte que l’on puisse accuser celle-ci de divers crimes qu’elle n’a pas commis.

On vient d’apprendre que la seconde livraison, qui était plus importante que la première, a quitté la Roumanie le 28 mars 2016 et a été livrée le 7 avril, c’est-à-dire le jour de la publication de l’article de Jane’s.

Par conséquent, les États-Unis ont eux-même violé la cessation des combats signée le 12 février 2016. Ils ont profité de la naïveté de la Russie et de la Syrie pour réarmer les groupes jihadistes, exactement comme ils l’avaient fait, début 2012, durant la Mission d’observation de la Ligue arabe, puis durant celle des Nations unies.

Les armes ont été remises par le Pentagone, soit directement, soit via l’armée turque, à des groupes qualifiés de « modérés », c’est-à-dire participant simultanément aux négociations de paix de Genève.

Selon les observateurs sur place, y compris ceux qui sont opposés à la République arabe syrienne, ces groupes qui se coordonnent sur le champ de bataille avec Al-Qaïda, remettent systématiquement la moitié des armes qu’ils reçoivent à l’organisation terroriste internationale. Ce sont donc bien principalement les États-Unis qui arment Al-Qaïda, exactement comme ce sont les États-Unis qui ont principalement armé Daesh, notamment en 2014, en organisant « l’abandon » des armes qu’ils venaient de livrer à l’Armée irakienne.

[1] “US arms shipment to Syrian rebels detailed”, Jeremy Binnie & Neil Gibson, Jane’s, April 7th, 2016.

[2] “War Gains : Bulgarian Arms Add Fuel to Middle East Conflicts”, Maria Petkova, Balkan Investigative Reporting Network, December 21, 2015.

[3] « Comment la Bulgarie a fourni des drogues et des armes à Al-Qaïda et à Daesh », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2016.

Guerre et mensonges impérialistes en Syrie: La requête de Washington à Moscou officialise les troupes yankees au sol en Syrie !….

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 23 février 2016 by Résistance 71

Washington demande à Moscou de ne pas bombarder ses troupes au sol opérant dans le Nord de la Syrie

 

Michel Chossudovsky

 

21 février 2016

 

url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/washington-asks-moscow-please-do-not-to-bomb-american-troops-operating-on-the-ground-in-northern-syria/5509226

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Washington a demandé à Moscou de ne pas bombarder les zones du nord de la Syrie où les forces spéciales commandos des Etats-Unis sont déployées. Ces zones sont sous la jurisdiction d’une soi-disant “opposition modérée” et ses rebelles qui sont soutenus activement par les Etats-Unis et leurs alliés.

Ces zones en question sont des poches de la Syrie du Nord dans lesquelles se trouvent des groupes djihadistes variés soutenus par les USA/OTAN incluant l’EIIL et le front Al Nosra (NdT: Al Qaïda en Syrie), qui combattent les forces gouvernementales syriennes de l’Armée Arabe Syrienne (AAS) et leurs alliés. Ces poches terroristes sont protégées par la coalition menée par les Etats-Unis et la Turquie:

Le Pentagone a demandé à la Russie de se tenir à l’écart de certaines parties du nord de la Syrie où des forces spéciales américaines entrainent des combattants localement, à savoir des terroristes incluant ceux de Daesh, pour combattre les groupes islamistes (les rebelles de l’opposition sont des alliés de l’EIIL, l’EIIL est soutenu par les Etats-Unis et a des forces spéciales parmi ses rangs), ont dit des officiels militaires américains. La reconnaissance est signifiante parce que le Pentagone a insisté répétitivement qu’il ne coopère pas avec Moscou tandis que les deux puissances mènent des campagnes de bombardement distinctes dans la Syrie ravagée par la guerre. Le conseiller reconnaît la présence militaire des Etats-Unis en Syrie. Washington confirme que les forces spéciales et la CIA opèrent au sein des rangs de “l’opposition modérée.”

L’objectif de Washington est double:

  • Premièrement, il veut “officiellement” éviter une confrontation militaire directe avec la Russie et prévenir des pertes américaines. C’est la substance du conseil officiel, mais ce n’est pas l’objectif principal.
  • Deuxièmement, il utilise le prétexte d’éviter la confrontation militaire avec la Russie (et les pertes militaires américaines) comme moyen de limiter la campagne de bombardement russe: l’objectif principal de Washington est de protéger ce qu’il reste des positions terroristes sponsorisées par les USA en Syrie du Nord, incluant celles de l’EIIL/Daesh, des bombardements russes.

Ceci revient à demander à la Russie de ne pas bombarder les “terroristes modérés” soutenus par les forces américaines. En fait, ceci fut la position initiale adopté par Washington dès le début de la campagne de bombardement russe contre l’EIIL qui a commencé fin Septembre 2015. Le gouvernement Obama a blâmé Poutine de “cibler délibérément les forces soutenues par les Etats-Unis” en Syrie (les “terroristes modérés”) plutôt que leurs forces spéciales: la préoccupation des USA sur un plan stratégique est plus de protéger leurs positions terroristes que leurs propres troupes spéciales au sol.

En fait, ce qui était en jeu à la mi-Octobre 2015 était que la Russie tuait les “bons gars”, à savoir “les rebelles formés par la CIA” que Moscou avait “par erreur” catégorisé comme terroristes.

D’après des hauts-fonctionnaires américains interviewés sur Fox News:

“Poutine cible délibérément nos forces. Nos gars essaient désespérément de survivre.” Officiellement, les Etats-Unis ont donc des “bottes au sol” opérant au sein des groupes variés d’Al Qaïda et “d’opposition” aussi bien qu’au sein de l’EIIL, ceci en totale violation de la souveraneté syrienne.

Les forces spéciales commandos sont en liaison permanente avec les forces US/OTAN.

Le conseil du Pentaqone demande à la Russie de ne pas cibler les forces commandos US dans de “larges zones” du nord de la Syrie, ce qui revient en fait à restreindre les frappes aériennes russes contre les terroristes soutenus par la coalition américaine. (NdT: en cela les US utilisent leurs propres troupes comme bouclier humain pour protéger leurs terroristes…)

Le lieutenant-général Charles Brown, commandant des forces aériennes américaines au Moyen-Orient, a dit que les officiels américains ont demandé à Moscou d’éviter de “larges zones” du nord de la Syrie (toujours sous contrôle terroriste) “afin de maintenir un bon niveau de sécurité pour nos forces qui sont au sol.”

L’attaché de presse du Pentagone Peter Cook, a dit que la Russie avait honoré cette requête et insisté que le Pentagone n’avait fourni que de vagues descriptions géographiques sur les lieux où se trouvaient les troupes américaines et n’avait pas indiqué les positions exactes.

[L’armée russe sait parfaitement où sont les forces américaines, dans les rangs de groupes variés “d’opposition” combattant les forces gouvernementales syriennes.]
Le Pentagone a dit l’an dernier qu’il envoyait 50 militaires de ses forces commandos travailler avec les combattants anti-EIIL en Syrie bien que les officiels ont dit ne rien savoir de leur location et de leur progrès depuis.

Le nombre de forces américaines au sol est bien plus grand, ces chiffres du Pentagone n’incluent pas les forces mercenaires louées aux contractants privés opérant au sein des groupes terroristes.

Depuis Août 2014, les Etats-Unis mènent une coalition internationale contre le groupe EI en Irak et au Levant (EIIL). Ceci est un mensonge: il y a une vaste documentation montrant que les Etats-Unis et leurs alliés incluant la Turquie et l’Arabie Saoudite, protègent de fait l’EIIL.

La Russie est entrée dans le conflit en Syrie en Septembre 2015, lorsqu’elle a commencé à bombarder les rebelles opposés au président Bachar al-Assad. La Russie dit qu’elle attaque le groupe EI et d’autres terroristes.

… Le Pentagone a tenu une série de pourparlers de “désamorçage” pour établir des procédures en cas d’erreur (Al Monitor, AFP Report, emphasis added)

Il faut ici noter qu’à la mi-Janvier, en réponse aux raids aériens russes et la défaite des terroristes soutenus par les US/OTAN des forces d’opposition, le Pentagone a annoncé un nouveau plan pour entraîner jusqu’à 7000 nouveaux rebelles en Syrie “comme partie d’un effort de sécuriser la frontière sud de la Turquie”. Ce plan, coordonné avec la Turquie, consisterait à créer une soi-disante “zone de sécurité” en Syrie du Nord.

D’après un document secret du Pentagone, l’objective ultime “était de créer un caliphat islamiste (une principauté salafiste) en Syrie du Nord.”

 

Global Research has developed an archive of more than 1000 articles on Syria, which document beyond doubt Washington’s support of Al Qaeda affiliated opposition groups in Syria as well as the Islamic State.