Archive pour guerre civile ukraine

Ukraine: 6 points pour contrer la propagande occidentale de « l’agression » russe…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 29 août 2014 by Résistance 71

Six mensonges à propos de l’Ukraine: Le narratif de Washington n’est que pure propagande

 

Dimitri Orlov

 

28 Août 2014

 

url de l’article original:

http://cluborlov.blogspot.com/2014/08/propaganda-and-lack-thereof.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

En regard de ce qu’il se passe en Ukraine, j’ai entendu pas mal de voix européennes et américaines disant que oui, Washington et Kiev fabriquent une version totalement fictionnelle des évènements à des fins propagandistes, mais que les Russes font pareil. Ils semblent assumer que si les merdias occidentaux sont infestés de bouffons menteurs et incompétents qui sont trop heureux de répéter la ligne du parti, alors les Russes font pareil, sûrement même pire.

La réalité est bien différente. Bien qu’il y ait un véritable blackout des informations en provenance d’Ukraine à l’Ouest, peu étant montré au delà de quelques photos et des têtes pensantes de Washington et de Kiev, la couverture médiatique des évènements en Russie est incessante, avec des bulletins quotidiens décrivant les mouvements de troupes, des cartes mises à jour des zones de conflit et beaucoup de témoignages de témoins occulaires, de commentaires et d’analyses. Il y a aussi beaucoup de rumeurs galopantes sur les réseaux sociaux russes et international, que je tends à ne pas prendre en considération parce que c’est juste çà: des rumeurs. Dans cet environnement, ceux qui essaieraient de fabriquer un narratif fictionnel, comme les officiels de Washington et de Kiev essaient de le faire, ne survivraient pas très longtemps.

Il y a beaucoup à dire certes sur le sujet, mais ici je désire me limiter à rectifier quelques mauvaises conceptions vraiment, vraiment de base que Washington a tenté de vous imposer au travers de ses blablateurs de leurs médias variés.

 

  1. Ils veulent vous faire croire qu’il y a une invasion russe dans l’Est de l’Ukraine. Ce qu’il se passe en réalité est une guerre civile entre le gouvernement de l’Ukraine occidentale (qui ne dirige plus l’Est du pays de quelque manière que ce soit) et la population russe de l’Ukraine orientale. L’Ukraine s’est désintégrée depuis des décennies, surtout depuis l’indépendance. La cassure était inévitable, mais le catalyste pour cela fut le renversement militaire, le coup d’état, qui a renversé le gouvernement légitime de Kiev et l’a remplacé par des cadres choisis par Washington.

 

  1. Ils voudraient vous faire croire que le gouvernement russe se tient derrière la République Populaire de Lougansk et la République Populaire de Donetsk, les deux régions qui, basé sur les résultats de referendums, ont choisi de se séparer de Kiev. En fait, le gouvernement russe a refusé de reconnaître ces républiques. Elles n’ont reçu aucun soutien politique de Moscou, qui avait demandé que les referendums soient renvoyés à plus tard et qui avait demandé plusieurs fois un cesser-le-feu et une solution négociée internationale pour résoudre le conflit. Le leadership des deux républiques a refusé et vise maintenant une victoire militaire totale.

 

  1. Ils voudraient vous faire croire que le gouvernement russe arme les rebelles en Ukraine Orientale. Au contraire, le gouvernement russe a retiré son soutien militaire, se limitant à apporter des denrées humanitaires aux centaines de milliers de personnes dont les vies ont été détruites par les tirs d’artillerie et de roquettes en provenance des forces ukrainiennes. Les armes dans l’arsenal des “rebelles” sont des trophés, ce qu’ils ont saisi des forces ukrainiennes souvent en déroute. Ceci dit, les “rebelles” sont de fait soutenus, mais par le peuple russe, pas par le gouvernement russe. Rappelez-vous, ces gens sont russes, des deux côtés de la frontière, et le gouvernement ukrainien ne contrôle plus rien du tout là-bas.

 

  1. Ils veulent vous convaincre que la Russie pose une menace pour la paix en Europe et que la crise ukrainienne fait partie d’une stratégie impérialiste russe pour rescuciter l’URSS. Rien ne peut être plus loin de la réalité… L’ambition ultime de la Russie est d’être un pays normal, sujet à la loi internationale, en paix avec le monde et intégré à l’économie mondiale. Le gouvernement russe ne fait pratiquement rien pour empêcher les populations russes appartenant à d’anciens territoires russes de se faire massacrer dans leurs maisons par des tirs d’artillerie ukrainiens sur les populations civiles. Ceci donne un spectacle affligeant, mais le peuple russe comprend bien qu’élargir le conflit militaire au-delà de ce qui est maintenant purement les frontières nationales de l’Ukraine, n’est pas la réponse au problème.

 

  1. Ils veulent vous assurer que Kiev prévaudra éventuellement dans le conflit. En fait, l’armée ukrainienne se fait systématiquemet démolir. Bombarder les civils est la seule activité qu’elle peut encore pratiquer avec succès. Le gouvernement de Kiev a procédé à trois mobilisations générales, l’une après l’autre, envoyant au combat des jeunes et des hommes âgés (l’âge maximum de conscription est maintenant de 60 ans…). Ceux qui refusent la conscription étaient en premier lieu menacés de prison, mais cela ne marche plus, ils sont maintenant menacés de mort. La somme non officielle à payer pour éviter la conscription est de plusieurs milliers de dollars. Ces soldats sont mal armés, mal entrainés, complètement démoralisés et pour la plupart refusent de se battre. L’Ukraine a de moins en moins de tanks et de véhicules blindés, qui datent de l’ère soviétique et qui rouillent depuis des décennies. Il apparaît que l’Ukraine n’a pour ainsi dire plus d’armée de l’air non plus. Les victimes se chiffrent par dizaines de milliers. En juste une semaine, au mois de Juillet, 1400 soldats ukrainiens ont été tués, pour 10 de l’autre côté. Le ratio de décès est de 140:1 et juste ce chiffre raconte en fait toute l’histoire. La guerre est loin d’être finie, mais maintenant pour la première fois les deux républiques autonomes ont ce qui ressemble vraiment à une armée et cette armée va maintenant attaquer, passer à la contre-offensive. Une fois que l’armée ukrainienne se sera complètement effondrée, il restera la force mercenaire maintenue par les oligarques, surtout Kolomoisky qui dirige la région de Dniepropetrosk comme un fief personnel ; il a récemment décidé de prendre en charge les régions limitrophes également. Mais les mercenaires n’aiment pas être tués et jusqu’à un certain point ils demeureront, au-delà ils fuiront. Il semble à terme de plus en plus probable que Kiev va perdre et que l’Ukraine va en fait cesser d’exister.

 

  1. Ils veulent vous faire croire que le gouvernement de Kiev est légitime, populaire et stable. En fait, il y a de grandes manifestations qui se produisent à Kiev en ce moment même. Le pays est au-delà de la banqueroute et s’effondre en temps réel, pas seulement à l’Est, mais partout. Les gens ont faim. Les unités militaires qui fuient l’Est sont de mauvaise humeur et vont bientôt retourner leurs armes contre ceux qui les ont envoyé combattre. Les gens sont plus qu’en colère et il est plus que probable qu’une nouvelle révolution est en train de couver, 6 mois seulement après le tumulte récent.

J’espère que vous pouvez absorber cette information très basique et l’utiliser pour filtrer la propagande que vous lisez dans les journaux occidentaux et que vous voyez et entendez dans les médias audio-visuels (s’ils mentionnent l’Ukraine déjà…). N’assumez pas automatiquement que si votre côté est arrogant et menteur, que l’autre côté l’est aussi. Vous n’avez pas à croire ni à tolérer les mensonges.

Publicités

4 Juillet… Nazi Washington vomit sa propagande militariste (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 juillet 2014 by Résistance 71

Washington assassine des pays, la constitution des Etats-Unis et les médias pressetitués rendent les Américains complices

 

Paul Craig Roberts

 

4 Juillet 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/07/03/washington-murders-countries-us-constitution-presstitute-media-makes-americans-complicit-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Après avoir assassiné l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie et la constitution américaine, Washington est maintenant en train d’assassiner l’Ukraine.

Grâce au contributeur d’Op-Ed News Eric Zuesse, je peux porter à votre attention ces photos (lien ci-dessous) ce que le gouvernement nazi de Washington est en train de faire aux Ukrainiens qui protestent contre le vol de leur pays par les nazis de Washington. En ce 4 Juillet (NdT: fête nationale du pays du goulag levant..), les Américains doivent se demander combien d’horreur, de malfaisance, de mensonges, ils peuvent accepter de ce gouvernement à Washington qui s’est lui-même mis hors d’atteinte des citoyens auxquels tout gouvernement est pourtant redevable. Avant que vous vous enrouliez dans le drapeau en ce 4 Juillet, rendez-vous compte que “votre” gouvernement sous les Clinton, Bush et Obama, a détruit, en votre nom, la totalité ou des parties de huit nations, assassinant, estropiant et déplaçant des millions de civils et que ce gouvernement a maintenant porté le malheur en Ukraine.

Ces énormes crimes contre l’humanité sont en parité avec ceux commis par Hitler et ont été totalement occultés par notre pressetituée des médias américains, une parfaite collection de putes qui mentent pour du fric. Comment pouvez-vous vous considérer humain en vous asseyant devant la fange de CNN, de Fox News ou en lisant le New York Times et que vous vous soumettez au lavage de cerveau incessant ? Pensez un peu comment vous êtes victime de la propagande, comment on vous ment, on vous désinforme en long en large et en travers et comment on vous induit à accepter le meurtre par “votre” gouvernement, de millions de personnes. Considérez ceci, n’est-ce pas une trahison pour Washington que de déshonorer le drapeau que vous aimez ? Pourquoi le tolérons-nous ? Que nous arrive t’il ? Notre devoir est envers la constitution et non pas envers les criminels qui siègent à Washington. Un patriote est quelqu’un qui défend la constitution contre tout ennemi “étranger ou domestique”. Pendant que nous étions sur nos culs de singe, tremblant dans nos bottes de peur de “terroristes” inexistants, notre constitution, elle, a été assassinée par Washington.

Tournez le dos et éloignez-vous de ce poison militariste qui sera vomi dans les discours de ce 4 Juillet. Voulez-vous vraiment soutenir les nazis de Washington dans leur campagne en cours pour devenir les pires assassins de masse de l’histoire de l’humanité ? Le massacre de masse sera t’il le leg de l’Amérique au monde ? (NdT: Roberts oublie que c’est déjà fait: génocide des Indiens + esclavage + Hiroshima/Nagasaki + Vietnam… le compte est déjà bon…)

Voici les photos de la ruine provoquée par Washington en Ukraine: http://matveychev-oleg.livejournal.com/1224806.html Les démons de Washington et leurss médias putassiers vous expliquent que ces gens dévastés sont des “terroristes”. Si vous croyez ce mensonge, vous n’êtes plus humain.

Voici l’article d’Eric Zuesse au sujet des assassinats sponsorisés par Washington:

http://www.washingtonsblog.com/2014/07/u-s-elite-run-ukrainian-genocide-american-public-ignorant.html

Lisez-le et soyez grandement honteux. Tout ce qui est américain a été totalement déshonoré par “votre” gouvernement, qui est devenu le symbole, le pinacle du mal absolu sur terre.

Ingérence occidentale en ukraine: Vent de guerre ou guerre froide planifiée…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 27 avril 2014 by Résistance 71

Plus proche de la guerre

 

Paul Craig Roberts

 

26 Avril 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/04/26/moving-closer-war-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le régime Obama qui se complaît dans le mépris et l’arrogance a poussé par témérité imbécile la crise ukrainienne en une crise avec la Russie. Que ce soit intentionnellement ou stupidement, les mensonges propagandistes de Washington mènent la crise à la guerre. Sans plus aucune volonté d’écouter plus avant les menaces dénuées de sens de Washington, Moscou ne prend plus aucune communication téléphonique d’Obama et des hauts fonctionnaires américains.

La crise en Ukraine a pour origine le renversement par Washington du gouvernement démocratiquement élu et son remplacement par des sbires choisis par Washington. Ceux-ci ont procédé en paroles et en actions contre les populations des anciens territoires russes que des leaders du parti communiste soviétique ont rattaché à l’Ukraine. La conséquence de cette politique idiote est une agitation provenant de la population d’origine russe et/ou parlant le russe, poussant pour un rattachement à la Russie. La Crimée a déjà rejoint la Russie et l’Est de l’Ukraine ainsi que d’autres parties du pays ont pas mal de chance de faire de même.

Au lieu de comprendre son erreur, le régime Obama a encouragé les marionnettes de Washington installées à Kiev à utiliser la violence contre ces zones russophones qui s’agitent pour un referendum de façon à ce qu’elles puissent voter pour leur rattachement à la Russie. Le régime Obama a encouragé la violence et ce malgré la claire prise de position du président Poutine de ce que l’armée russe n’occuperait pas l’Ukraine à moins que la violence ne soit utilisée contre les manifestants.

Nous pouvons donc en conclure de manière quasi certaine que soit Washington n’écoute pas quand on lui adresse la parole ou bien qu’il désire la violence.

Comme à la fois Washington et l’OTAN ne sont pas positionnés en ce moment précis pour bouger des forces signifiantes en ukraine avec lesquelles elles confronteraient l’armée russe, pourquoi donc le régime Obama essaie t’il de provoquer une action de la part de l’armée russe ? Une réponse possible à cette question est que le plan de Washington de virer la Russie de sa base navale de la Mer Noire (à Sébastopol) ayant foiré, son plan B est de sacrifier l’Ukraine à une invasion russe de façon à pouvoir diaboliser la Russie et ainsi forcer de plus grandes dépenses pour l’armée des membres de l’OTAN ainsi que d’obtenir plus de persuasion pour le déploiement des troupes de l’organisation.

En d’autres termes, le gros lot du plan B est une nouvelle guerre froide et des milliers de milliards de dollars de bénéfices pour le complexe militaro-industriel et de la sécurité américain.

La poignée d’hommes (600) et d’avions que Washington a envoyé pour “rassurer” les régimes incompétents de ces endroits fauteurs de troubles permanents que sont la Pologne de l’Ouest et la région de la Baltique, ainsi que les quelques navires lance-missiles envoyés en Mer Noire ne ressemblent à rien d’autre que de la provocation symbolique.

Les sanctions économiques appliquées à des individus officiels russes ne signalent rien d’autre que l’incapacité de Washington. De véritables sanctions toucheraient les états marionnettes de l’empire menbres de l’OTAN bien plus que ces mêmes sanctions ne toucheraient la Russie.

Il est très clair que Washington n’a absolument aucun désir de traiter quoi que ce soit avec le gouvernement russe. Ses demandes ont rendu cette conclusion inévitable. Washington demande que le gouvernement russe retire le tapis de dessous les pieds des populations qui manifestent en Ukraine et qu’elles se soumettent à Washington et ses sbires de Kiev. Il demande aussi que la Russie réfute la réunification avec la Crimée et rende la Crimée à Washingrton de façon à ce que le plan de virer les russes de leur base navale de Sébastopol puisse être entériné et aller de l’avant.

En d’autres termes, Washington demande que la Russie raffistole Rondu-Pondu et le lui rende.

Ceci est tellement irréaliste que cela surpasse toute définition de l’arrogance. Le fou de la Maison blanche dit à Poutine: “J’ai foiré ma prise de votre pré carré, je veux que vous arrangiez tout çà pour moi et que vous assuriez le succès de la menace stratégique que j’avais l’intention d’amener dans votre jardin.”

La pressetituée occidentale et les états européens marionnettes de Washington soutiennent cette demande irréaliste. En conséquence, les leaders russes ont perdu toute confiance dans la parole et les intentions de l’occident et c’est de cette façon que commencent les guerres.

Les politiciens européens sont en train de mettre leurs pays en grand péril et à quelle fin ? Les politiciens européens sont-ils menacés, corrompus, les fait-on chanter, sont-ils achetés avec des sacs d’argent ou sont-ils tellement habitués à suivre Washington comme de bons toutous, qu’ils sont incapables de quoi que ce soit d’autre ? Comment l’Allemagne, la GB et la France vont-ils bénéficier d’être forcés à une confrontation avec la Russie par Washington ?

L’arrogance de Washington est sans précédent et est capable de mener le monde à la destruction totale. Où est le sens de la préservation, l’instinct de survie de l’Europe ? Pourquoi l’Europe n’a t’elle pas déjà émis des mandats d’arrêts pour tous les membres du régime d’Obama ? Sans la couverture offerte par l’Europe et les médias pressetitués, Washington serait incapable de mener le monde à la guerre.

Ingérence occidentale en Ukraine: le PDG de la CIA visite Kiev et commandite la répression… Jeu de mains, jeu de vilains…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 16 avril 2014 by Résistance 71

“Les guerres modernes ne sont plus faites pour être gagnées mais pour durer” (George Orwell)

A notre sens, les banquiers ne veulent pas de guerre totale, ils souffriraient autant que nous des retombées nucléaires, mais il veulent le chaos généralisé. Débuté en Libye, puis en Syrie, l’oligarchie veut étendre le chaos créateur du Nouvel Ordre Mondial (ordo ab chao) aux portes de la Russie. Nous pensons plus que jamais que le seul moyen de sortir de cette spirale infernale menant au totalitarisme planétaire, est pour les peuples de sortir du système pyramidal, de refuser toute obéissance aux autorités auto-proclamées et de reprendre les affaires en main, sans délégation de pouvoir, en autogestion politique, sociale et économique. Ce qui nous est promis par le système étatique pyramidal, c’est la continuité de la mise en esclavage et le totalitarisme planétaire exercé par le plus petit nombre. La plannification de la mort de la société étatico-pyramidale se doit de devenir une priorité pour les peuples.

~ Résistance 71 ~

 

Washington conduit le monde à la guerre

 

Paul Craig Roberts

 

14 Avril 2014

 

url de l’article:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/04/14/washington-drives-world-war-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le directeur de la CIA a été envoyé à Kiev pour lancer une suppression militaire des séparatistes russes des régions sud et Est de l’Ukraine, d’anciens territoires russes pour la plupart, qui furent stupidement rattachés a l’Ukraine au temps des soviétiques.

Le plan de Washington de se saisir de l’Ukraine a négligé le fait que les Russes et les parties parlant russe de l’Ukraine n’allaient pas être d’accord avec leur insertion dans l’UE et l’OTAN tout en se soumettant à la persécution des personnes parlant le russe. Washington a perdu la Crimée de laquelle il voulait expulser la Russie de sa base navale sur la Mer Noire. Au lieu d’admettre que le plan pour saisir l’Ukraine a foiré, Washington est incapable d’admettre une erreur et donc pousse la crise vers des niveaux plus dangereux.

Si l’Ukraine se dissout en sécession avec les anciens territoires russes retournant à la Russie, Washington sera confronté à la honte que le coup d’état qu’il a fomenté à Kiev n’a fait que restaurer les anciennes provinces russes à la Russie. Pour éviter cet embarrassement, Washington pousse la crise vers la guerre.

Le directeur de la CIA a instruit le gouvernement que Washington a choisi pour Kiev de demander à l’ONU de l’aide pour repousser les “terroristes” qui, avec une soi-disante aide russe, attaquent l’Ukraine. Dans le vocabulaire de Washington, l’auto-détermination est un signe de l’interférence russe. Comme l’ONU est une organisation essentiellement financée par Washington, Washington aura ce qu’il veut.

Le gouvernement russe a déjà clarifié il y a quelques semaines que l’utilisation de violence contre les manifestants en Ukraine méridionale et orientale obligerait le gouvernemet russe à envoyer l’armée pour protéger les ressortissants russes, tout comme la Russie l’avait fait en Ossétie du Sud lorsque Washington avait ordonné à sa marionnette georgienne d’attaquer les troupes gardiennes de la paix et les résidents russes de la région.

Washington sait que le gouvernement russe ne peut pas rester les bras croisés tandis qu’un état marionnette de Washington attaque des Russes et pourtant, Washington pousse la crise actuelle vers la guerre.

Le danger pour la Russie est que le gouvernement russe va s’en remettre à la diplomatie, aux organisations internationales, à la coopération internationale et au bon sens et l’intérêt des politiciens allemands et des politiciens des autres états européens marionnettes de Washington.

Pour la Russie, ceci pourra bien être une erreur fatale. Il n’y a absolument aucune bonne volonté émanant de Washington mais que le mensonge. Le délai des Russes donne à Washington le temps de masser des forces aux frontières avec la Russie et sur la Mer Noire et de diaboliser la Russie avec sa propagande, fouettant la population américaine dans un état de folie guerrière. Ceci est déjà en train de se passer.

Kerry a bien fait comprendre à Lavrov que Washington n’écoute aucunement la Russie. Comme Washington paie bien, ses marionnettes européennes n’écoutent pas la russie non plus. L’argent est bien plus important pour les politiciens européens que la survie de l’humanité.

A mon avis, Washington ne veut en rien que la crise ukrainienne ne se résolve de manière diplomatique et raisonable. En fait, il serait probablement mieux pour la Russie de bouger immédiatement et d’occuper les territoires russes d’Ukraine et de les réabsorber dans la Russie, de là où ils viennent en première instance. Ceci devrait être fait avant que les Etats-Unis et ses marionnettes de l’OTAN se soient préparés à la guerre. Il est bien plus difficile pour Washington de commencer une guerre lorsque les objectifs de la guerre ont déjà été perdus. La Russie sera diabolisée par une propagande sans relâche qu’elle ré-absorbe ou non les territoires traditionnels. Si la Russie permet à ces territoires d’être supprimés par Washington, le prestige et l’autorité du gouvernement russe s’effondrera, c’est peut-être du reste ce sur quoi compte Washington.

Si le gouvernement de Poutine reste les bras croisés tandis que l’Ukraine russe est supprimée, le prestige de Poutine va chuter et Washington finira le gouvernement russe en mettant en action ses centaines d’ONG qu’il finance en Russie, et que le gouvernememt russe a si stupidement toléré sur son sol. La Russie est minée par la 5ème colonne de Washington.

A mon avis, les gouvernements russe et chinois ont commis de tragiques erreurs stratégiques en demeurant au sein du système de paiement international fondé sur le dollar. Les pays du BRICS et tout autre nation ayant un tant soit peu de cervelle devraient instantanément déserter le système dollar, qui est le mécanisme même de l’impérialisme américain. Les pays du BRICS devraient immédiatement créer leur propre système de paiement séparé et leur propre système de communications/internet.

La Russie et la Chine ont fait ces erreurs stratégiques, parce que venant des échecs communistes et de la répression, elles ont assumé de manière naïve que Washington était pur, complètement dévoué à sa propagande d’auto-description de chevalier blanc de la loi, de la justice, de la compassion et des droits de l’Homme.

En fait, Washington, le pays “exceptionnel”, “indispensable”, n’est motivé que par sa domination hégémonique du monde. La Russie, la Chine et l’Iran se trouvent directement sur le chemin de Washington en route vers l’hégémonie et sont donc destinées à être attaqués.

L’attaque sur la Russie se précise.

Ingérence politique en Ukraine… Mieux comprendre les actions de l’empire

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 6 février 2014 by Résistance 71

Après la Yougoslavie l’Ukraine ?

 

Thierry Meyssan

 

5  février 2014

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article182044.html

 

 

C’est à tort que les opinions publiques ouest-européennes observent la crise ukrainienne comme une rivalité entre Occidentaux et Russes. En réalité, Washington ne cherche pas à faire basculer le pays vers l’Union européenne, mais à priver la Russie d’un de ses partenaires historiques. Pour ce faire, les États-Unis sont prêts à déclencher une nouvelle guerre civile sur le continent.

Après avoir démembré la Yougoslavie au cours d’une guerre civile de dix ans (1990-1999), les États-Unis ont-ils décidé de détruire identiquement l’Ukraine ? C’est ce que laisse penser les manœuvres que l’opposition se prépare à conduire durant les Jeux Olympiques de Sotchi.

L’Ukraine est historiquement divisée entre à l’Ouest, une population tournée vers l’Union européenne et, à l’Est, une population tournée vers la Russie, auxquels s’ajoute une petite minorité musulmane en Crimée. Depuis l’indépendance, l’État s’est progressivement effondré. Profitant de la confusion, les États-Unis ont organisé la « révolution orange » (2004) [1], qui porta au pouvoir un clan mafieux toujours pro-atlantiste. Moscou répondit en annulant ses subventions sur le prix du gaz, mais le gouvernement orange ne put pas compter sur ses alliés occidentaux pour l’aider à payer le prix du marché. En définitive, il perdit l’élection présidentielle de 2010 au profit de Viktor Ianoukovytch, un politicien corrompu parfois pro-russe.

Le 21 novembre 2013, le gouvernement renonce à l’accord d’association négocié avec l’Union européenne. L’opposition répond par des manifestations, à Kiev et dans la partie occidentale du pays, qui prennent bientôt un aspect insurrectionnel. Elle réclame des élections législatives et présidentielle anticipées et refuse de constituer un gouvernement lorsque le président Ianoukovytch lui propose et que le Premier ministre démissionne. Les événements sont baptisés par Radio Free Europe (la radio du département d’État US) Euromeïdan, puis Eurorévolution.

Le service d’ordre de l’opposition est assuré par Azatlyk, un groupe de jeunes Tatars de Crimée qui rentre pour l’occasion du jihad en Syrie [2].

La presse atlantiste prend fait et cause pour l’« opposition démocratique » et dénonce l’influence russe. De hautes personnalités atlantistes viennent apporter leur soutien aux manifestants, dont Victoria Nuland (secrétaire d’État adjointe et ancienne ambassadrice à l’Otan) et John McCain (président de la branche républicaine de la NED). Au contraire, la presse russe dénonce des manifestants qui veulent renverser dans la rue des institutions élues démocratiquement.

Au départ, le mouvement apparaît comme une tentative de réédition de la « révolution orange ». Mais le pouvoir change de main dans la rue, le 1er janvier 2014. Le parti nazi « Liberté » organise une marche au flambeau qui réunit 15 000 personnes en mémoire de Stepan Bandera (1909-1959), le leader nationaliste qui s’allia aux nazis contre les Soviétiques. Depuis cette marche, la capitale se couvre de graffitis antisémites et des personnes sont attaquées dans la rue parce que juives.

L’opposition pro-européenne est composée de trois partis politiques : 
 L’Union panukrainienne « Patrie » (Batkivshchyna), de l’oligarque et ancien Premier ministre Ioulia Tymochenko (actuellement incarcérée suite à ses condamnations pénales pour détournements de fonds publics), aujourd’hui dirigé par l’avocat et ancien président du Parlement Arseni Iatseniouk. 
Elle défend la propriété privée et le modèle libéral occidental. Elle a obtenu 25,57 % des voix aux élections législatives de 2012. 
 L’Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme (UDAR), de l’ancien champion du monde de boxe Vitali Klitschko. 
Elle se réclame de la démocratie chrétienne et a obtenu 13,98 % aux élections de 2012. 
 L’Union panukrainienne Liberté (Svoboda), du chirurgien Oleh Tyahnybok. 
Cette formation est issue du Parti national-socialiste d’Ukraine. Elle est favorable à la dénaturalisation des Ukrainiens juifs. Elle a emporté 10,45 % des voix aux élections législatives de 2012.

Ces partis parlementaires son soutenus par : 
 Le Congrès des nationalistes ukrainiens, un groupuscule nazi issu des anciens réseaux stay-behind de l’Otan dans le Bloc de l’Est [3]. 
Sioniste, il préconise la dénaturalisation et l’expulsion des Ukrainiens juifs vers Israël. Il a obtenu 1,11 % des voix en 2012. 
 L’Autodéfense ukrainienne, un groupuscule nationaliste qui a envoyé ses membres se battre contre les Russes en Tchétchénie, puis en Ossétie durant le conflit géorgien. 
Il a obtenu 0,08 % des voix en 2012.

En outre, l’opposition a reçu le soutien de l’Église orthodoxe d’Ukraine, en révolte contre le Patriarcat de Moscou.

Depuis la prise de la rue par le parti nazi, les manifestants, souvent casqués et habillés de tenues para-militaires, dressent des barricades et attaquent les bâtiments officiels. Certains éléments des forces de police font également preuve de beaucoup de brutalité allant jusqu’à torturer des détenus. Une dizaine de manifestants seraient morts et près de 2000 auraient été blessés. Les troubles se propagent dans les provinces occidentales.

Selon nos informations, l’opposition ukrainienne cherche à transporter sur place du matériel de guerre, acquis sur des marchés parallèles. Il n’est évidemment pas possible d’acheter des armes en Europe de l’Ouest et de les acheminer sans le consentement de l’Otan.

La stratégie de Washington semble mêler en Ukraine des recettes éprouvées lors des « révolutions colorées » et d’autres récemment mises au point lors des « printemps arabes » [4]. Les États-Unis ne se cachent d’ailleurs pas : ils ont envoyé sur place deux hauts fonctionnaires, Victoria Nuland (adjointe de John Kerry) et John McCain (qui n’est pas seulement sénateur républicain, mais aussi président de l’IRI, la branche républicaine de la NED [5]) pour soutenir les manifestants. À la différence de la Libye et de la Syrie, Washington ne peut pas compter sur place sur des jihadistes pour semer le chaos (hormis les extrémistes Tatars, mais ils ne sont qu’en Crimée). Il a donc été décidé de s’appuyer sur des nazis avec lesquels le département d’État a travaillé contre les Soviétiques et qu’il a organisé en partis politiques depuis l’indépendance.

Le lecteur néophyte peut être choqué d’observer cette alliance entre l’administration Obama et des nazis. Cependant, il doit se souvenir que des nazis ukrainiens ont été publiquement honorés à la Maison-Blanche par le président Reagan, dont Yaroslav Stetsko, Premier ministre ukrainien sous le IIIe Reich, qui devint le chef du Bloc des Nations anti-bolchéviques et l’un des membres de la Ligue anticommuniste mondiale [6]. L’un de ses adjoints, Lev Dobriansky, devint ambassadeur des États-Unis aux Bahamas, tandis que sa fille Paula Dobriansky fut sous-secrétaire d’État pour la démocratie (sic) de l’administration George W. Bush. C’est Madame Dobriansky qui finança durant dix ans des études historiques visant à faire oublier que l’Holodomor, la grande famine qui toucha l’Ukraine en 1932-33, dévasta également la Russie et le Kazakhstan, et à faire croire qu’elle était décidée par Staline pour éliminer le peuple ukrainien [7].

En réalité, Washington, qui avait soutenu le parti nazi allemand jusqu’en 1939 et avait continué à faire des affaires avec l’Allemagne nazie jusqu’à la fin 1941, n’a jamais eu de problèmes moraux avec le nazisme, pas plus qu’il n’en a à soutenir militairement aujourd’hui le jihadisme en Syrie.

Les élites d’Europe occidentale, qui prennent le nazisme pour un prétexte permettant de persécuter des troubles-fêtes —comme on le voit avec la polémique sur la quenelle de Dieudonné M’Bala M’Bala [8]—, ont oublié ce qu’il est en réalité. En 2005, ils fermaient les yeux sur la réhabilitation du nazisme par la présidente de Lettonie, Vaira Vike-Freiberga, comme si cela était sans importance [9]. Sur la simple foi de déclarations en faveur de l’Union européenne et dans leur atlantisme béat, ils soutiennent maintenant leur pire ennemi. La guerre civile pourrait débuter en Ukraine durant les Jeux Olympiques de Sotchi.

 

[1] « Washington et Moscou se livrent bataille en Ukraine », par Emilia Nazarenko et la rédaction, Réseau Voltaire, 1er novembre 2004.

[2] « Des jihadistes assurent le service d’ordre des manifestations à Kiev », Réseau Voltaire, 4 décembre 2013.

[3] C’est de ce vivier qu’est également issu le leader de la « révolution orange ». Cf. « La biographie cachée du père du président ukrainien », Réseau Voltaire, 18 avril 2008.

[4] « Le printemps arabe frappe à la porte de l’Europe », par Andrew Korybko, Traduction Gérard Jeannesson, Oriental Review, Réseau Voltaire, 3 février 2014,

[5] « La NED, vitrine légale de la CIA », par Thierry Meyssan, Odnako, Réseau Voltaire, 6 octobre 2010.

[6] « La Ligue anti-communiste mondiale, une internationale du crime », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 mai 2004.

[7] Voir L’Holodomor, nouvel avatar de l’anticommunisme « européen », par le professeur Annie Lacroix-Riz, 2008.

[8] « La Bête Noire de l’establishment français », par Diana Johnstone, Traduction Djazaïri, Counterpunch, Réseau Voltaire, 5 janvier 2014.

[9] « La présidente de la Lettonie réhabilite le nazisme », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 16 mars 2005.