Archive pour gilets jaunissons les grèves

Gilets Jaunes, grévistes et peuple en lutte… Réfléchissons sur l’ordre et le désordre et agissons en conséquence !

Posted in actualité, autogestion, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, Social & Retraite, société des sociétés, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 21 janvier 2020 by Résistance 71

 


le penseur… Gaulois réfractaire

 

 

État, anarchie, ordre et désordre

 

Pierre Kropotkine

 

Source: Encyclopédie Anarchiste (1934)

 

De quel ordre s’agit-il ? Est-ce de l’harmonie que nous rêvons, nous, les anarchistes? De l’harmonie qui s’établira librement dans les relations humaines, lorsque l’humanité cessera d’être divisée en deux classes, dont l’une est sacrifiée au profit de l’autre? De l’harmonie qui surgira spontanément de la solidarité des intérêts, lorsque tous les hommes formeront une seule et même famille, lorsque chacun travaillera pour le bien-être de tous et tous pour le bien-être de chacun? Evidemment, non! Ceux qui reprochent à l’Anarchie d’être la négation de l’Ordre, ne parlent pas de cette harmonie de l’avenir ; ils parlent de l’ordre tel qu’on le conçoit dans notre société actuelle. Voyons donc ce qu’est cet « Ordre » que l’Anarchie veut détruire.

L’Ordre, aujourd’hui, ce qu’ils entendent par « l’Ordre », c’est les neuf dixièmes de l’humanité travaillant pour procurer le luxe, les jouissances, la satisfaction des passions les plus exécrables à une poignée de fainéants. L’Ordre, c’est la privation, pour ces neuf dixièmes, de tout ce qui est la condition nécessaire d’une vie hygiénique, d’un développement rationnel des qualités intellectuelles. Réduire les neuf dixièmes de l’humanité à l’état de bêtes de somme vivant au jour le jour, sans jamais oser penser aux jouissances procurées à l’homme par l’étude des sciences, par la création artistique, voilà « l’Ordre! ».

« L’Ordre » c’est la misère, la famine devenue l’état normal de la société. C’est le paysan irlandais mourant de faim ; c’est le peuple d’Italie réduit à abandonner sa campagne luxuriante, pour rôder à travers l’Europe en cherchant un tunnel quelconque à creuser, où il risquera de se faire écraser, après avoir subsisté quelques mois de plus. C’est la terre enlevée au paysan pour l’élève du bétail ou du gibier qui servira à nourrir les riches, c’est la terre laissée en friche plutôt que d’être restituée à celui qui ne demande pas mieux que de la cultiver.

L’Ordre, c’est la femme qui se vend pour nourrir ses enfants ; c’est l’enfant réduit à être enfermé dans une fabrique ou à mourir d’inanition. C’est le fantôme de l’ouvrier insurgé aux portes du riche, le fantôme du peuple insurgé aux portes des gouvernants.

L’Ordre, c’est une minorité infime élevée dans les chaires gouvernementales, qui s’impose pour cette raison à la majorité et qui dresse ses enfants pour occuper plus tard les mêmes fonctions, afin de maintenir les mêmes privilèges par la ruse, la corruption, la force, le massacre.

L’Ordre, c’est la Guerre continuelle d’homme à homme, de métier à métier, de classe à classe, de nation à nation. C’est le canon qui ne cesse de gronder, c’est la dévastation des campagnes, le sacrifice des générations entières sur les champs de bataille, la destruction en une année des richesses accumulées par des siècles de dur labeur.

L’Ordre, c’est la servitude, l’enchaînement de la Pensée, l’avilissement de la race humaine, main­ tenue par le fer et par le fouet. C’est la mort soudaine par le grisou, la mort lente par l’enfouissement de milliers de mineurs déchirés ou enterrés chaque année par la cupidité des patrons et pourchassés à la baïonnette, dès qu’ils osent se plaindre. Voilà « l’Ordre! » 

Et le désordre, ce qu’ils appellent le désordre : C’est le soulèvement du peuple contre cet ordre ignoble, brisant ses fers, détruisant ses entraves et marchant vers un avenir meilleur. C’est ce que l’humanité a de plus glorieux dans son histoire : c’est la révolte de la pensée à la veille des révolutions ; c’est le renversement des hypothèses sanctionnées par l’immobilité des siècles précédents ; c’est l’éclosion de tout un flot d’idées nouvelles, d’inventions audacieuses, c’est la solution des problèmes de la science.

Le désordre, c’est l’abolition de l’esclavage antique, c’est l’insurrection des communes, l’abolition du servage féodal, les tentatives d’abolition du servage économique.

Le désordre, c’est l’insurrection des paysans soulevés contre les prêtres et les seigneurs, brûlant les  châteaux pour faire place aux chaumières, sortant de leurs tanières pour prendre leur place au soleil.

Le désordre – ce qu’ils nomment le désordre – ce sont les époques pendant lesquelles des générations entières supportent une lutte incessante et se sacrifient pour préparer à l’humanité une meilleure existence, en la débarrassant des servitudes du passé. Ce sont les époques pendant lesquelles le génie populaire prend son libre essor et fait, en quelques années, des pas gigantesques, sans lesquels l’homme serait resté à l’état d’esclave antique, d’être rampant, de brute avilie dans la misère.

Le désordre, c’est l’éclosion des plus belles passions et des plus grands dévouements, c’est l’épopée du suprême amour de l’humanité! 

= = =

Pierre Kropotkine sur Résistance 71

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


Veuillez laissez l’État dans les WC…
où vous l’avez trouvé en entrant !

 


Gilets Jaunes… par Cernunnos !…

Infos sur les manifs du 28 décembre… « Pas de trêve jusqu’au retrait ! »

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 27 décembre 2019 by Résistance 71


A bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas le salariat !

 

Manifestations du samedi 28 décembre : pas de trêve jusqu’au retrait !

 

Paris-Luttes Info

 

Décembre 2019

 

source:

https://paris-luttes.info/manifestation-samedi-28-pas-de-13177?lang=fr

 

Pour terminer en beauté cette première semaine de fêtes sans trêve, les fédérations syndicales de plusieurs secteurs mobilisés appellent à une forte journée d’actions et de mobilisation samedi 28 décembre. Une manifestation aura notamment lieu à Paris.

Période des fêtes de fin d’année : pas de trêve jusqu’au retrait !

Appel de Solidaires RATP, SUD Rail, SUD éducation, SUD urbains/interurbains :

Depuis le 5 décembre, un mouvement d’opposition massif contre le projet de réforme des retraites Macron-Delevoye s’est construit. Nos secteurs — la SNCF, la RATP et les transports urbains, l’éducation — sont apparus aux yeux des usager·ère·s comme les secteurs en pointe dans la mobilisation, ou du moins ceux dans lesquels les effets de la grève se sont fait le plus sentir. Un nombre important de personnels dans nos secteurs sont en grève reconductible depuis le 5 décembre, et nos organisations appellent l’ensemble des personnels à renforcer celle-ci. C’est le gouvernement qui, en refusant d’abandonner ce projet rejeté par la majorité de la population, est responsable du blocage.

Nous réaffirmons que ce mouvement n’est pas corporatiste et qu’il ne s’agit pas de défendre nos supposés « privilèges ». En nous mobilisant, ce sont les droits de toutes et tous que nous défendons : mis à part une minorité composée des plus riches — les vrais « privilégiés », c’est bien l’ensemble de la population qui va y perdre, en termes d’âge de départ à la retraite comme en termes de niveau de pensions. Les récentes déclarations du Premier ministre comme les annonces faites dans nos secteurs par nos ministres de tutelle n’y changent d’ailleurs rien : c’est bien le retrait du projet Macron-Delevoye qui est un préalable pour nous.

La période des fêtes de fin d’année approche. C’est l’occasion pour le gouvernement de mettre la pression sur les secteurs en grève reconductible, en brandissant l’exigence d’une « trêve de Noël » pour diviser la population. Cela ne marche pas, et ne rend pas le projet du gouvernement plus populaire. Pour nos organisations, il ne saurait y avoir de trêve de Noël. Nous le réaffirmons avec force : « pas de trêve jusqu’au retrait ! ».

Pendant les deux semaines qui viennent, l’ensemble des personnels de l’éducation nationale seront en vacances. Diverses actions seront prévues pendant cette période dans un cadre interprofessionnel, bien souvent liées à la grève à la SNCF ou à la RATP. Ces actions vont prendre diverses formes : actions de blocages divers et variés, actions de péages gratuits dès le week-end du 21 décembre, réveillons dans les gares, actions de tractage, AG interprofessionnelles, manifestations.

Le 28 décembre sera une journée de forte mobilisation et actions interprofessionnelles sur tout le territoire.

Nos organisations appellent :

  • tou·te·s à renforcer la grève et sa reconduction jusqu’au retrait 
  • — les personnels de nos secteurs à faire du lien localement et à organiser concrètement leur convergence à travers des initiatives communes (réunions, tractages, initiatives publiques, actions et manifestations diverses) 
  • — l’ensemble des personnels de l’éducation à participer pendant leur congé, sur le lieu d’habitation ou sur leur lieu de vacances, aux actions et initiatives prévues 
  • — l’ensemble de la population à venir soutenir les grévistes sous diverses formes, en participant aux diverses initiatives et aux caisses de solidarité

D’autres appels pour cette journée sur Démosphère.

À Paris, RDV samedi 28 décembre 13h à gare du Nord, en direction de Châtelet (lieux et parcours à confirmer).

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie