Archive pour gilets jaunes 6ème round

Gilets Jaunes 6ème round… De la nécessité de la coordination des luttes émancipatrices de la planète

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, guerre iran, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 décembre 2018 by Résistance 71

“Oui, il a été inventé là une mort pour les multitudes, une mort qui se vante d’être la vie: en vérité un fier service rendu à tous les prédicateurs de mort. J’appelle État le lieu où sont tous ceux qui boivent du poison, qu’ils soient bons ou méchants… État le lieu où le lent suicide de tous s’appelle… la vie.”

“Là où cesse l’État, c’est là que commence l’Homme, celui qui n’est pas superflu : là commence le chant de ce qui est nécessaire, la mélodie unique et irremplaçable. Là où cesse l’État — regardez donc mes frères ! Ne les voyez-vous pas, l’arc-en-ciel et les ponts du surhumain ?”

~ Friedrich Nietzsche, “De la nouvelle idole” ~

 

 

De la nécessité de la coordination des luttes émancipatrices de la planète

 

Résistance 71

 

23 décembre 2018

 

Nous venons de vivre le 6ème round du mouvement des Gilets Jaunes, qui à juste titre, ne s’est plus focalisé sur Paris et continue ses actions décentralisées, partout. Alors bien entendu, tous les participant(e)s au mouvement pensent essentiellement à leur action immédiate se voulant déterminante pour leur vie, leur bien-être et l’amélioration du futur de leurs enfants et petits-enfants, mais ces revendications, au-delà de leur urgence conjoncturelle, ne sont-elles pas aussi des revendications clâmées à travers le monde par tous les peuples opprimés, le notre inclus ? En cela notre lutte n’est-elle pas universelle par delà l’espace-temps et notre relation ancestrale ?

Le mouvement a récemment reçu le soutien inconditionnel des Zapatistes du Chiapas et de la Commune Internationaliste du Rojava, ce qui nous amène à réfléchir avec les compas zapatistes sur une nécessité de coordination des résistances et des rébellions planétaires.

A notre humble niveau d’information et de diffusion alternatives nous tentons de relier les points (chauds) entre eux par le fil conducteur énoncé dans notre “Manifeste pour la Société des Sociétés”, à savoir notre point commun à tous, nous rendant complémentaires les uns les autres dans le grand tout organique de la société humaine: notre lutte (trop) localisée pour l’émancipation finale afin de vivre dans un monde juste et égalitaire répondant à la simple devise: “A chacun selon ses capacités. à chacun selon ses besoins”, où il n’y aura plus de place pour l’inégalité et l’injustice, ni pour les classes oppresseurs/capitalistes, opprimés/travailleurs exploités.

Le mouvement des Gilets Jaunes depuis novembre 2018, rejoint, à sa manière et en répondant à une réalité historique à la fois locale et universelle, un vaste réseau de mouvements émancipateurs déjà en lutte dans le monde, pour certains depuis bien des années. Nommons ici dans une liste bien entendu non exhaustive, le mouvement néo-zapatiste du Chiapas au Mexique et ses communes libres de bon gouvernement populaire, les communes voisines de la province d’Oaxaca, la lutte politique du Conseil National Indigène du Mexique, la lutte de la nation Mapuche artificiellement divisée entre le Chili et l’Argentine, les luttes anti-colonialistes des nations originelles d’Amérique du Nord sur l’ensemble des territoires usurpés par les entités coloniales que sont les Etats-Unis d’Amérique et le Canada et dont nous relayons régulièrement depuis des années une des puissantes voix en la forme de celle de la nation Mohawk, elle aussi artificiellement divisée entre deux états coloniaux et leurs provinces à frontières fictives, la Commune Internationaliste du Rojava (région kurde nord-syrienne) par l’adoption d’un Confédéralisme Démocratique adaptable dans sa forme à bien des situations politico-sociales à d’autres nations moyen-orientales et au-delà, action émancipatrice d’un peuple kurde lui aussi partagé par des frontières fictives résultant de guerres coloniales dont ils n’ont fait que subir les aléas historiques..

Si notre point commun à toutes et tous est la lutte incessante pour l’émancipation finale du carcan et de l’oppression représentés de nos jours, par le système de contrôle des populations étatico-capitaliste, il est aussi évident que nous sommes tous bien différents dans nos modes de vie et nos cultures respectives, ce qui ne nous empêche néanmoins pas, au-delà des idées fabriquées de la propagande étatiste et des frontières tout aussi factices qu’obsolètes pour nous diviser, de lutter pour l’heure séparément, et de nous rejoindre sur une ligne émancipatrice universelle, puisque inhérente à la nature même de notre humanité. Nous débarrasser de l’oppression est la marche vers l’humanisation de toutes et tous, y compris celle des oppresseurs d’aujourd’hui. En cela, nous sommes complémentaires dans notre substance sociale organique et devons agir en accord avec cette convergence d’intérêt dans la complémentarité de nos rapports socio-culturels, hors antagonisme et en lâchant-prise de cette illusion démocratique que sont les concepts manipulés de “démocratie”, “d’état”, “d’économie de marché”, de “marchandise” et “d’argent”.

A cet effet, les Zapatistes du Chiapas ont émis il y a quelques mois le projet d’une coordination internationale, transnationale devrait-on plutôt dire, des luttes et rébellions en un Réseau de Résistance et de Rébellion International ou 3RI. Nous nous en sommes fait l’écho et le relais entre autres entités alternatives, car nous pensons que cela constitue la prochaine étape nécessaire au mouvement émancipateur planétaire.

Il est important que nous comprenions et acceptions toutes et tous une chose simple et claire, déjà acceptée par les luttes mentionnées ci-dessus, par delà l’espace et le temps:

-[]- Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! -[]-

Y croire toujours est une utopie réformiste (dont fait partie, en France, la revendication pour le RIC…) qui nous fait perdre un temps précieux, mis à profit bien entendu par l’oligarchie pour toujours plus nous tromper, nous diviser et nous opprimer plus avant.

L’évidence qui doit sauter au yeux est la suivante:

Gilets Jaunes, Zapatistes, Communards d’Oaxaca, Mapuche, Mohawk, Lakota, Kanaks, Rojavistes kurdes et internationalistes, ainsi que tout autre mouvement de lutte émancipatrice de l’ordre oppresseur étatico-capitaliste où que ce soit dans le monde = MÊME COMBAT

Dans cette optique, rejoignons nos compagnon(e)s de lutte planétaire pour l’émancipation politico-sociale finale dans le lâcher-prise avec l’illusion démocratique qui nous est gavée à longueur de temps ; reconnaissons notre universalité dans la lutte, notre vaste complémentarité dans notre diversité culturelle et abandonnons les antagonismes factices et induits forcés sur nous par la caste des oppresseurs pour qui seule la capacité de pouvoir et de contrôle compte afin de maintenir leur paradigme du privilège.

Pour une solidarité transnationale dans la lutte émancipatrice !

A bas l’État !

A bas la société marchande !

A bas l’argent et le salariat !

Pour que vivent les Communes Libres et par elles, la Société des Sociétés !

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération: