Archive pour gilad atzmon 11 septembre

Démonter le mur du silence: La kosherisation du mouvement de la vérité sur le 11 septembre (Gilad Atzmon)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 7 janvier 2018 by Résistance 71

“Qu’est-ce qu’un goy ? Une rapide tentative de se figurer cela révèlerait que le goy est en fait le reste de l’humanité, ou plus simplement, l’humanité. Ainsi, la politique identitaire juive crée une opposition binaire juxtaposant le juif et l’humanité. Ceci semble être un problème perpétuel pour le juif et explique le rôle historique de la politique identitaire juive d’évoquer les sentiments anti-juifs… La judéité peut-être définie comme les différentes formes de célébrer le fait d’avoir été choisi, élu, clairement une forme de privilège. Parmi celles-ci, le sionisme est le précepte politique juif contemporain le plus fort, le plus belliqueux et le plus réussi.”
~ Gilad Atzmon, “Being in Time”, 2017 ~

 

La kosherisation du mouvement de la vérité sur les attentats du 11 septembre

 

Gilad Atzmon

 

1er janvier 2018

 

url de l’article original: http://www.gilad.co.uk/writings/2018/1/2/kosherising-the-911-truth-movement

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

J’ai été accusé à juste titre de demeurer silencieux sur l’affaire des attentats du 11 septembre. Bien que je sois en contact et que je communique fréquemment avec des groupes militants pour la vérité sur le 11 septembre pour parler de sujet comme Israël, le sionisme, la judéité et la politique avenante, je ne contribue pas au discours impliquant les démolitions contrôlées des bâtiments et des avions s’écrasant dans ces mêmes bâtiments.. L’ingénierie, la construction et le pilotage des avions n’appartiennent pas à mon domaine de recherche. Bien que je sois au courant de bien des détails ayant trait au mouvement pour la vérité sur les attentats du 11 septembre, je ne peux faire aucune contributions originale experte dans ce domaine.

Quoi qu’il en soit, il y a quelques zones de ma recherche qui, je le pense, sont importantes en relation avec le mouvement pour la vérité sur le 11 septembre:

1.     Le slogan du Mossad est “par voie de mensonge et de tromperie” et les opérations faux-drapeau sont profondément enracinées dans le Mossad’s modus operandi.

2.   Le bénéficiaire majeur des attentats du 11 septembre fut sans conteste Israël. Ce furent les nouveaux cons(ervateurs) sionistes qui poussèrent pour cette soi-disants “guerre contre le terrorisme”. Au nom de la démocratie et de Coca Cola, l’empire jactant anglais a combattu les conflits sionistes depuis maintenant près de deux décennies.

3.   Plus important encore, toujours être conscient que le contrôle de l’opposition est au cœur même de la stratégie de survie sioniste…

Ce dernier point est une de mes conclusions les plus importantes tirée de mon dernier ouvrage “Being in Time, a Post Political Manifesto” (Being in Time – a Post Political Manifesto.)

Lorsque des juifs auto-identifiés remarquent que quelque chose au sujet de leur culture, idéologie ou politique devient un sujet problématique, quelques juifs forment souvent un “mouvement juif dissident”. Une fois que le conflit israélo-palestinien eut évolué en un “problème juif”, quelques juifs motivés éthiquement formèrent la JVP ou Jewish Voice of Peace, Mondoweiss et autres entités juives pro-palestiniennes. Très rapidement, ces groupes ont gagné une hégémonie complète au sein du mouvement de solidarité palestinienne. Dès qu’il est devenu très clair que l’école néo-conservatrice est essentiellement un rassemblement sioniste étendu et que les guerres néo-cons sont, dans la pratique, des conflits globalistes Siocons, alors le “débat nouveau con” fut réduit à une querelle interne juive entre des nouveaux-cons sionistes enragés comme Sam Harris et des anti-cons comme Noam Chomsky.

Qu’en est-il du 11 septembre ?

Dans mes conférences et mes écrits je suggère sarcastiquement à mon audience que si le réchauffement climatique en venait à devenir un “problème juif”, en quelques heures nous verrions la formation d’une nouvelle entité écologiquement responsable les “Juifs contre le Réchauffement Climatique” (JRC je suppose…). Cela prendrait sans doute une semaine de plus avant que cette nouvelle entité juive ait complètement récupéré le mouvement et commence à purger les soi-disants “antisémites” en son sein. Ce scenario s’applique au mouvement pour la vérité sur le 11 septembre. Dès que quelques uns ont remarqué que de ce mouvement pour la vérité a commencé à émerger un “problème juif”, on a pu voir un nombre croissant d’infiltrés tentant de diriger le mouvement hors de la zone Israël. Cette transition au sein du mouvement pour la vérité sur le 11 septembre a rendu ce mouvement très intéressant pour moi.

Ludwig Watzal, Elias Davidsson et le naratif kosher

Suivant la vicieuse campagne de diffamation me concernant et contre mon travail en Allemagne, campagne menée par Elias Davidsson et Ludwig Watzal, je suis tombé sur leur pirouette comique sur le 11 septembre. Leur publication sur Countercurrent de l’article Are 9/11 Truthers Anti-Semites?  Un entretien avec Elias Davidsson par Ludwig Watzal, constitue un cas d’école de tentative ouverte et sans scrupules de saboter un mouvement.

Watzal écrit: “Elias Davidsson est un de ces diseurs de vérité qui défient le narratif officiel des attentats du 11 septembre. Il est aussi préoccupé par l’affirmation venant de certains membres du mouvement qu’Israël serait derrière ces attaques…”

Puis nous apprenons qu’Elias Davidsson est énervé par ceux qui détestent les juifs se référant aux tristement célèbres “juifs dansant” et à cette affaire qui vit que “quelques 4000 juifs, prévenus à l’avance ne se sont pas rendus au travail au WTC en ce 11 septembre 2001.” Larry Silverstein est aussi sauvegardé par notre “diseur de vérité” parce qu’”il n’a fait aucun effort pour couvrir ses soi-disantes traces. Il loua le WTC juste 6 semaines avant les attentats, annonça ce leasing au monde, l’assura contre le terrorisme pour 3,2 milliards de dollars et ‘admit’ dans un film documentaire avoir donné son accord en ce jour néfaste pour ‘descendre’ le WTC7.”

D’après notre “détective kosher” Davidsson, tout ceci est en fait la “preuve” que Silverstein est innocent. Pourquoi ? Parce que “nous avons ici tous les éléments requis: un juif veule, un motif pour le crime. C’est précisément le fait que Silverstein soit le méchant d’évidence, qui me (Davidsson) rend hésitant à l’impliquer dans le crime. Sa soi-disante complicité est simplement trop évidente.”

Silverstein est peut-être innocent, bien qu’il fut proche du crime, ait eu un motif et y ait été très visible, ceci ne sont pas des éléments pour “l’innocenter”, bien au contraire cela justifierait des mesures d’enquête bien plus approfondie sur ses actions.

Si Davidsson et Watzal avaient passé plus de temps à lire la recherche de votre serviteur au lieu de fabriquer des déclarations et de me les attribuer, ils sauraient que j’explique tout ceci. Je maintiens que les juifs auto-identifiés ne conspirent pas, ils préfèrent agir à découvert. Que ce soit l’AIPAC, J-STRET, CFI, le CRIF, Soros, Kushner ou les crimes de guerre israéliens à Gaza, l’action juive n’est pas déguisée. Par contre le véritable pouvoir juif, est le pouvoir de supprimer la discussion sur le pouvoir juif.

Silverstein et Davidsson fournissent tous deux une preuve à mon hypothèse. Silverstein a agi au grand jour et Davidsson est évidemment impliqué à supprimer la discussion sur Israël et sur Silverstein au sein du mouvement sur la vérité du 11 septembre.

Mais “quels peuvent bien être les motifs pour relier Israël au 11 septembre ?” se demande Watzal.

Davidsson répond: “qui est mieux placé comme croquemitaine que les juifs ou Israël ? Les nazis ont utilisé cette méthode avec succès.”

Apparemment donc, le rôle de Davidsson dans le mouvement de la vérité est identique au rôle du JVP dans le mouvement de solidarité palestinienne. Les commissaires politiques auto-nommés sont là pour étiqueter de “nazis” tous ceux qui n’adhèrent pas au narratif “correct”.

A ce stade, je ne suis pas en position d’évaluer le rôle qu’a pu avoir Israël dans les attentats du 11 septembre 2001 ; mais je peux facilement évaluer l’action kosher de Davidsson et de Watzal. Tous deux essaient publiquement de diriger l’enquête hors de la zone de suspicion d’Israël ou de quoi que ce soit touchant au sionisme.

Finalement, Watzal demande à Davidsson qui a perpétré les attentats, ce à quoi Davidsson répond: “Je considère au-delà de toute discussion que l’armée américaine a planifié et exécuté l’assassinat de masse du 11 septembre pour le profit de l’élite états-unienne (qui évidemment inclut quelques personnes de descendance juive).

Watzal et Davidsson agisse sournoisement pour amener le mouvement de la vérité sur le 11 septembre dans le domaine de l’”au-delà de toute discussion”, un territoire dans lequel Israël est blanche comme neige et Silverstein est devenu une victime. Dans le pays du “au-delà de toute discussion” de Davidsson, une fois de plus, ce sont des goyim qui tuent des goyim. Est-il possible que Watzal et Davidsson soient tant effrayés que le mouvement de la vérité maintienne sa liberté d’explorer des narratifs alternatifs ? Dans son remarquable livre Heidegger and the Jews,, le philosophe français Jean-François Lyotard a suggéré que l’histoire affirme nous dire ce qui s’est passé, mais en pratique, elle agit pour cacher notre honte collective. Dans cet article ci-dessus, je m’arrête en chemin pour qualifier Watzal et Davidsson d’agents israéliens ou d’opposition contrôlée, mais il est clair “au-delà de toute discussion” qui et quoi ces deux personnages s’attèlent si durement à la tâche à balayer sous le tapis.

= = =

“Crucialement, l’holocauste affirme l’unicité de ses adorateurs. Il est dévoué à la primauté de la souffrance juive, octroyant au juif la couronne d’épines de l’ultime martyr. Il est aussi utilisé pur justifier toute action juive, du nettoyage ethnique au génocide. N’importe quel psycho-analyste peut confirmer que bien souvent l’abusé devient abuseur…”

~ Gilad Atzmon, “Being in Time”, 2017 ~