Archive pour GIEC escroquerie

Science et Nouvel Ordre Mondial: l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique exposée dans les médias allemands…

Posted in actualité, écologie & climat, économie, presse et média, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies with tags , , , , , , , , , , , , , on 9 février 2012 by Résistance 71

Pas un mot en France… Attendons que le livre soit traduit en français s’il l’est un jour peut-être… Depuis le ClimateGate de Novembre 2009, le RCA est mort et enterré. Les escrocs mondialistes de cette supercherie à l’échelle planétaire sont toujours en poste, il serait grand temps de balayer cette fange pseudo-scientifique, politiquement contrôlé à des fins de sauvegarde d’intérêts particuliers.

Le réchauffement climatique anthropique a toujours été une fable fondée sur une pseudo-science. Une science tronquée, manipulée à des fins politiques. Nous avons dit depuis bien longtemps que le GIEC est une ORGANISATION POLITIQUE et non pas scientifique, la science n’a absolument rien à voir avec le GIEC, rien, zéro, nada, zilch…

Ne mélangeons pas les sujets: la pollution est un problème réel, bien sûr. Mais le CO2 n’est pas un polluant ! autre fadaise doctrinaire induite à des fins de taxation globale.

Adressons les vrais problèmes, l’un des problèmes majeurs aujourd’hui concernant la tendance climatique naturelle est le suivant:

D’aprés des études spécialisées, nous nous dirigeons vers un minimum solaire (du genre du minimum de Maunder), qui va sans doute engendrer un nouveau « petit âge glaciaire » sur plusieurs dizaines d’années. Il va faire bien plus froid… Nous le sentons déjà un peu de nos jours, ce n’est vraisemblablement que le début et rien « d’anthropique » là-dedans…

La question est la suivante: comment maintenir les cultures et les agricultures à un niveau de suffisance, sachant qu’il est plus difficile de cultiver et de se nourrir lorsqu’il fait plus froid que plus chaud !… Le non sens actuel va à l’encontre de l’intérêt de l’humanité. Nous devons commencer à nous préparer pour être capables de produire la nourriture dans des conditions plus froides… et non plus chaudes… Le problème climatique est là: s’adapter à un refroidissement annoncé.  La diversion est-elle innocente ?

— Résistance 71 —

 

Gifle au mouvement réchauffiste allemand ! Des médias majeurs se lâchent sur les “mensonges à propos du CO2 !”

 

 

par P Gosselin

 

 

Le 6 Février 2012,

 

 

url de l’article original:

http://notrickszone.com/2012/02/06/body-blow-to-german-global-warming-movement-major-media-outlets-unload-on-co2-lies/

 

~  Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Les mensonges sur le CO2 ne sont que de purs activateurs de la peur… Devons-nous faire une confiance aveugle aux experts ?”

C’est ce que le quotidien le plus vendu d’Allemagne Bild a écrit à la fois dans son édition papier et en ligne aujourd’hui, le même jour où la maison d’édition renommée Hoffmann & Campe sort un livre sceptique sur le réchauffement climatique anthropique, livre écrit par une figure importante du mouvement socialiste et environnemental.

Ceci est énorme. Plus que je n’aurai jamais pu imaginer. Plus à venir dans les jours qui viennent !  Ce qu’a écrit Bild n’est que le premier d’une serie à venir.

Marquons ceci comme le jour où le mouvement réchauffiste allemand a pris une sévère gifle.

Aujourd’hui, pas un mais deux des médias les plus lus d’Allemagne ont publié des articles importants sur le scepticisme concernant la science du climat dans leur édition papier et en ligne, coïncidant avec la publication d’un livre majeur climato-sceptique, “Die kalte Sonne” (le soleil froid).

L’Allemagne est maintenant plongée dans la discorde sur le sujet chaud du changement climatique…

Qu’est-ce qui a déclenché tout cela ? Un des pères fondateurs du mouvement vert allemand, le professeur Fritz Vahrenholt, un social-démocrate et activiste vert a décidé d’écrire un ouvrage climato-sceptique avec le géologue / paléontologue le Dr. Sebastian Lüning. Le scepticisme de Varhenholt a commencé quand on lui a demandé d’analyser et de commenter un rapport du GIEC sur les énergies renouvelables. Il y trouva des centaines d’erreurs. Quand il le notifia, les officiels du GIEC n’en ont simplement pas tenu compte. Choqué, il se posa la question: “Est-ce la façon dont ces gens ont approché les rapports d’évaluation sur le climat ?”

Vahrenholt décida d’approfondir la question. Son collègue le professeur Lüning lui donna également un exemplaire du livre d’Andrew Montford “The hockey stick illusion”. Il fut horrifié par le laxisme et le mensonge qu’il trouva. Persuadé par Hoffmann & Campe, lui et Lüning décidèrent d’écrire le livre. “Die kalte Sonne” cite 800 sources et diffuse plus de 80 graphiques et tableaux de données. Il examine et résume les dernières trouvailles scientifiques dans ce domaine.

Conclusion: on annule la catastrophe climatique

La science était tronquée. Le livre a été diffusé en librairie aujourd’hui et est déjà numéro 1 de la liste d’Amazon.de pour les livres environnementaux. Les indications montrent que le livre sera un bestseller. Il est publié par une maison d’édition renommée et envoie maintenant une onde de choc à travers l’establishment de la science du climat allemande. La première édition va produire 20 000 exemplaire qui seront vite vendus.

Aujourd’hui le tabloïd national Bild (qui circule 16 millions de copies par jour) a consacré la moitié de sa seconde page à un article intitulé:

Le mensonge du CO2

Une équipe de scientifiques renommés affirment que la catastrophe climatique n’est qu’une politique de la peur

Le très largement diffusé journal Bild va faire suivre avec le reste d’une série d’articles dans les prochains jours. Dans sa première partie aujourd’hui, Bild présente “Ce que le GIEC ne vous dit pas”. Bild demande: “Et si le GIEC avait tort? Peut-on faire une confiance aveugle à ces experts ? Sont-Ils vraiment indépendants ?”

Bild écrit ensuite:

 “Les projections phénoménales de chaleur du GIEC ne sont que pure politique de la peur”

La série de Bild va provoquer une réaction radicale des environnementalistes. Attendons-nous à un assaut en règle dans les jours, les semaines qui viennent. La réaction des activistes a déjà été rapide et virulente, bien qu’ils n’aient pas encore lu le livre…

Ils n’ont jamais voulu du débat et maintenant la digue a craqué

Et l’inondation de scepticisme déferle sur le pays. Pire, le porte-drapeau de la presse hebdomadaire allemande le magazine Der Spiegel publie aussi aujourd’hui une interview exclusive sur 4 pages de Vahrenholt, où il répète que le GIEC a totalement ignoré un large segment de la science du climat. Vahrenholt dit qu’en faisant une extension des cycles naturels connus du passé dans le futur et en prenant en compte l’impact réel du CO2, nous devrions nous attendre à quelques dizièmes de degré de refroidissement.

Lors d’une conférence de presse à Berlin aujourd’hui, Vahrenholt, Lüning et l’éditeur Hoffmann & Campe ont présenté leur livre et ont répondu aux questions des journalistes. Quand la question de savoir pourquoi Hoffmann & Campe a décidé de publier un tel livre est survenue, le porte-parole de la maison d’édition a simplement dit que le timing était bon et qu’il y avait une véritable audience pour le livre. Même la fenêtre climatique était bonne ! L’Allemagne est maintenant sous les effets du plus froid des hivers depuis 26 ans. Ce qui rend encore plus difficile de renier le manque de réchauffement.

Il doit être ici noté que Vahrenholt et Lüning ne sont pas des climato-sceptiques: ce sont des “tièdes”, qui n’ont pas été capables de trouver de preuves concernant une catastrophe climatique à venir. Ils pensent que l’humain devrait passer aux énergies renouvelables, mais le faire de manière rationnelle: “travaillons rapidement, mais sans nous presser.”

Le lectorat sceptique ne doit pas penser que ce livre va renforcer leur scepticisme existant quant à la responsabilité du CO2 humain dans un éventuel réchauffement climatique. Les auteurs questionnent l’affaire du CO2 et pensent que le soleil a un rôle bien plus grand qu’on ne lui prête dans l’échelle des valeurs sur le sujet. Le livre cite plus de 800 sources, incluant la toute dernière littérature scientifique peer-reviewed. Il affiche plus de 80 graphiques et tableaux de données qui illustrent clairement que rien ne va plus dans les affirmations de la science alarmiste. Le livre est écrit de façon à ce que tout le monde puisse comprendre les informations présentées et donne un résumé compréhensif de la science et où elle se situe aujourd’hui en la matière.

Le leadership allemand des supporteurs de la thèse du réchauffement climatique anthropique est furieux de la publication de ce livre. Par exemple, academia, l’université d’Osnabrück, a pris la mesure d’annuler l’invitation faite au professeur Vahrenholt de venir faire une lecture le 8 Février. L’université a déclaré que les vues sceptiques de Vahrenholt “étaient une provocation”. De plus, le silence du parti politique SPD de centre-gauche, dont Vahrenholt est membre, est assourdissant.

Le chat est sorti du sac… et il ne va pas y retourner.

Les auteurs ont mis un site internet en ligne pour leur livre* Die kalte Sonne here.

Réchauffement anthropique: le patron du GIEC admet que les chiffres sont estimés, que la politique est le facteur motivant principal !

Posted in actualité, écologie & climat, réchauffement climatique anthropique with tags , , , on 5 septembre 2010 by Résistance 71

Nous avons traduit ici un article de la journaliste scientifique australienne Jo Anne Nova, qui commente une interview donnée par le patron du GIEC Pachauri au journal « India Times » passée inaperçue (et pour cause…) dans la presse propagandiste de masse occidentale…

Les révélations de Pachauri sont édifiantes sur le peu de motivation scientifique qui affuble l’entité politique du GIEC. Pour les opposants a l' »église de la climatologie », le dogme du réchauffement climatique anthropique (RCA) n’a été imposée a la face du monde par des décideurs financiers et politiques intéressés, qui ont érigés le mensonge et le détournement de la science en un véritable art de vivre, que pour a la fois recréer une bulle financiere sur un marché dérivatif tres juteux: l’échange des crédits carbone (Pachauri, Al Gore et leurs amis de Goldman Sachs sont du reste tres impliqués dans la création du CCX tout comme un certain Barack Obama en écrivit les statuts pour le compte de la firme d’avocats pour laquelle il travaillait…) et également parvenir a un contrôle politico-économique absolu global par le biais de la taxe carbone, servant a payer pour l’établissement du gouvernement unique privé mondial…

Cette interview de l’arrogant Pachauri ne vient qu’apporter plus d’eau au moulin du mouvement des « sceptiques » climatiques. Nous avons vu sur ce site, que le RCA est un outil de plus dans la panoplie du parfait oppresseur. D’autres informations sont disponibles en ligne.

— Résistance 71 —

Pachauri admet que le GIEC ne fait qu’estimer les chiffres

Par JoAnne Nova,

url de l’article original:

http://joannenova.com.au/2010/09/pachauri-admits-the-ipcc-just-guesses-the-numbers/

Finalement, la pression qui s’exerce sur le GIEC est telle, que Pachauri a été forcé d’adopter la position ridicule d’essayer de sauver la crédibilité de l’instance en contredisant essentiellement leur dernière campagne de relation publique. Il a pris la mesure extraordinaire d’admettre qu’ils n’ont pas de chiffres fiables, mais bon, tout va bien car le GIEC est en fait une agence gouvernementale qui fait de la politique et non pas la rédaction des rapports scientifiques « qui ne voient jamais le jour ». Ainsi il admet que le GIEC ne fut que prescriptions politiques depuis tout ce temps et que la science fut juste arrangée pour donner une excuse valable. Et bien qui l’eut cru ?

Avec sa déclaration ou il indique qu’il est satisfait d’avec le rapport du IAC, il laisse passer une bourde notable:

Le journal « Times of India » demande: « Y a ’til quelque chose dans le rapport d’enquête de l’ONU avec quoi vous seriez en désaccord total ou partiel? »

Il répond: « Ils ont parlé d’incertitudes quantatives. En partie, c’est ce que nous faisons, bien que de maniere imparfaite. Mais le problème est que dans quelques cas, vous n’avez pas réellement de base quantitative a laquelle attacher une probabilité ou un niveau d’incertitude qui définit les choses en termes quantitatifs. La, ne minimisons pas l’importance d’un jugement expert. Ceci est quelque chose que le rapport n’a pas mentionné ou n’a pas éclairé. »

Donc, si vous ne pouvez pas quantifier les incertitudes (comme l’est par exemple la sensibilité du climat de 0,5 ou de 6,5 degrés et avec quelle probabilité), simplement faites votre meilleure estimation et appelez cela une opinion d’expert (spécifiquement si vous choisissez et payez les « bons experts ».) et dites qu’il y a 90% de certitude, même s’il n’y a aucun chiffre pour vous appuyer.

Depuis toutes ces années a déclarer que le GIEC est un corps scientifique et maintenant que la vérité fait surface, qu’il ne l’est pas; soudainement l’excuse devient qu’en fait il est lié a la politique. Regardez comment Pachauri essaie de positionner le GIEC aussi loin que possible de la science: question du « Times of India »:  « Sortir une politique répressive de la science la rend-elle dénuée de son but social ? »

Réponse de Pachauri: « Rendons-nous a l’évidence, nous sommes une entité inter-gouvernementale et notre force et l’acceptation de ce que nous produisons existent largement par le biais du fait que nous sommes possédés par les gouvernements. (Note de JoAnne: et moi qui pensait que leur force résidait dans les « 2500 scientifiques » et leurs revues et apports rigoureux ?)

Si cela n’était pas le cas, nous ne serions alors qu’un autre corps scientifique de plus qui produirait peut-être des études de première qualité mais qui ne verraient jamais le jour parce qu’ils n’ont aucune conséquence en matière de décision politique. Maintenant clairement, si c’est un corps inter-gouvernemental et que nous voulons être sous tutelle des gouvernements pour ce que nous produisons, alors de maniere évidente, ils nous guideront sur la direction a suivre, quelles sont les questions auxquelles ils veulent une réponse. Malheureusement, les gens ont complètement loupé le pourquoi et le comment de la création du GIEC. Il est clairement dit que notre évaluation doit inclure des réponses stratégiques réalistes. Si cela n’est pas une évaluation des politiques, qu’est ce qu’il représente donc ? J’ai bien peur que nous ayons été a mon sens, timorés a sortir toute une gamme de résolutions politiques et je ne dis pas nous prescrivons cette politique A, B ou C, mais sur la base de la science, nous devons regarder vers des stratégies de réponses réalistes. C’est exactement ce que ce comité nous a recommandé de faire, de sortir de la prescription de politique. C’est pour cette raison que j’ai expliqué ce qui est écrit dans le mandat du GIEC. Ceci est une mauvaise perception de la part de quelques personnes de la communauté scientifique et j’espère que je pourrai la corriger. »

Le GIEC ne peut pas avoir le dernier mot de maniere impartiale dans le domaine de la science et dans le domaine des résolutions politiques. Soit la recherche de la vérité conduit cette agence ou soit c’est le besoin de pousser une politique définie. Impossible de répondre aux deux sans conflits; en cela il déclare que la première priorité n’est pas de savoir exactement ce qui amene notre climat a changer.

Read more: I am happy that truth has come out: Pachauri – India – The Times of India