Archive pour fraude échange carbone

EscCOVID + EscRCA = N.O.M*

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, politique et social, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, santé et vaccins, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 16 juillet 2021 by Résistance 71

arnaque_RCA1

(*) cette formule : Escroquerie COVID + Escroquerie Réchauffement Climatique Anthropique = Nouvel Ordre Mondial ou donc : EscCOVID + EscRCA = N.O.M est en fait une dérivée de la célèbre formule du professeur Shadoko :
Zo + Meu = Ga.Zo.Bu dont l’application chimique par sa formule expresse 100HO7 + LHO + L100 a permis la dérivation de la Polymerase Chain Reaction (PCR) en test absolument infaillible de virus chimérique à géométrie variable et (accessoirement) aux yeux bleus.
Et surtout… N’oubliez jamais : la science est grande et Bill Gates est son prophète !
Amen
~ Résistance 71 ~

L’escroquerie plandémique est si 2020… Voici ce qui se prépare

James Corbett

12 juillet 2021

Source:
https://www.minds.com/CorbettReport/blog/the-scamdemic-was-so-last-year-here-s-what-s-coming-next-1261152339732381696

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

C’est invisible mais mortel. Cela affecte l’air que nous respirons. Nous sommes tous part de ce problème.

Le SRAS-CoV-2 ? Allons, allons… Tout ça est si 2020. Je parle du prochain croquemitaine invisible à venir, celui qui mènera à terme les transformations commencées sous la plandémie COVID par leur conclusion totalement (il)logique de contrôle complet des mouvements, interactions et activité économique de chaque individu sur la planète. Et oui, au cas où vous auriez loupé le mémo, on est déjà en train de se bouger pour balayer sous le tapis tous ces excès de cette peur pornographique de l’ère plandémie, avec l’aide bien entendu de ces bons vieux dinosaures des merdias, qui rapportent à l’unisson (NdT: du moins dans le monde anglo-saxon, le reste suivra) que “Le narratif COVID entre dans une nouvelle ère” (“Covid Counting Enters New Era”) et que les états sont en train de “minimiser” leur rapport COVID19.

Bien sûr, cela n’est en rien la fin du paradigme bio-sécuritaire. Les “nouvelles frousses” de ce croquemitaine invisible demeureront pour un moment et, alors que Mr Bill “escroquerie à la pandémie” Gates soi-même a annoncé, avant qu’il ne soit si vilement balancé sous le bus par ses congénères globalistes, que la “Pandémie II, le retour” est juste au coin du bois. Non, non, le paradigme construit de la bio-sécurité va, je le crains bien, rester un bon moment avec nous.

Ceci dit, il y a un autre lutin malfaisant qui va bientôt éclipser ce si dangereux monstre COVID dans l’imaginaire de la populace. Un lutin qui est présent depuis des décennies, attendant sa chance de terrifier le public en une Grande Réinitialisation alors que nous plongeons tête la première dans le Nouvel Ordre Mondial et ce monstres est… est…

. . . le dioxyde de carbone ou CO2.

Bouh ! Pas encore terrifiés ?

Et oui, ce bon vieux conte de fée du changement climatique  ou réchauffement climatique anthropique (RCA) va faire son retour animé d’une vengeance tenace en ces années 2020. Comme je l’avais déjà dit en septembre dernier, la pandémie est un test, un échauffement pour les systèmes de contrôle qui vont terrifier le public pour qu’il obéisse à toutes sortes de limitations draconiennes de ses activités au nom de sauver la planète du changement climatique.

La connexion entre les deux a été rendue explicite dans un article très important publié l’an dernier : “Avoiding A Climate Lockdown” de Mariana Mazzucato. Dans cet article, elle argumente que la pandémie COVID ne fut en fait qu’une conséquence de “la dégradation environnementale”, probablement parce que la théorie de l’origine du SRAS-CoV-2 émanant d’une soupe de chauve-souris était alors toujours à la mode et que les mêmes types de contrôle ms en place pour gérer une des némésis invisible seraient toujours bons pour gérer l’autre. Spécifiquement :

Sous un “confinement climatique”, les gouvernements limiteraient l’utilisation des véhicules privés, banniraient la consommation de viande rouge et imposeraient des mesures de conservation d’énergie, tandis que les compagnies pétrolières devraient arrêter de forer. Pour éviter un tel scénario, nous devons changer nos structures économiques et pratiquer le capitalisme de manière différente.

Si seulement tout ça n’était que le délire d’une arriviste style Greta dans une obscure publication sans relation aucune avec le pouvoir. Malheureusement, ces délires furent publiés par Project Syndicate, financé par (attendez ça arrive…)… Les fondations Open Society de George Soros, Bill & Melinda Gates et la Google News Initiative, entre autres.

Si on avait besoin d’une preuve supplémentaire que ceux qui ont déjà aidé à mener l’économie en surplace d’un coup de baguette magique planifie d’activer ceci pour nous préserver du méchant CO2 dans un futur proche, nous pourrions noter :

  • L’intense focalisation du FEM de Davos sur “la course à l’émission zéro net” pendant le Davos Agenda en ligne plus tôt cette année et ses séries consécutives de “Dialogues climatiques”.
  • La tentative de Bill Gates avant sa chute en disgrâce, de faire pivoter la conversation sur la menace du climat avec son nouveau livre et campagne de publicité avenante pour faire peur aux gens afin qu’ils acceptent un nouvel ordre économique mondial fondé sur les restrictions carbone
  • L’appel de l’Assemblée Citoyenne du Royaume-Uni pour “utiliser le stimulus économique du coronavirus pour reconstruire une économie net carbone zéro”

suivis de la cacophonie de milliers d’appels des clones habituels globalistes et leurs idiots utiles des think tanks et institutions de recherche et tous leurs sbires corrompus grassement payés de la faune merdiatique pressetituée à la botte.

Jusqu’ici, la campagne porn de la peur semble avoir ses effets attendus. Une étude récente suggère que “pour la première fois les citoyens européens considèrent le changement climatique comme un problème sérieux pour le monde, malgré la pandémie COVID19”. Alors bien sûr, comme tout sondage, tout ça est à prendre avec de sérieuses pincettes, mais le fait que les braves gens de l’EUrocrassie veulent que vous le croyez en dit suffisamment long. Ceci fait clairement partie d’un agenda de transition pour nous amener gentiment de la peur COVID à la peur climatique augmentée, sous stéroïdes.

Une fois de plus, peut-être que la manière la plus claire de comprendre où va cette nouvelle grand peur climatique, c’est de suivre le fric. Ne vous y trompez pas, ce n’est pas le fric qui manque pour être tracé dans cette histoire. Lorsque vous entendez l’expression “Nouvelle donne verte”, vous devez automatiquement penser “vert comme le dollar”. Les vieux de la vieilles du Corbett Report connaissent la musique et savent déjà :

  • Que les entreprises Enron et Goldman Sachs furent les pionniers des fraudes sur les échanges carbone (et que ceci surprise, surprise est une fraude et une escroquerie totale et complète de A à Z)
  • Que General Electric, DuPont, Johnson & Johnson, Pepsi Cola, Siemens, AIG et une floppée d’autres entreprises côtées au Fortune 500 / CFR (Conseil en Relations Etrangères) rejoignirent BP, ConocoPhilips, General Motors (GM) et autres entreprises financées par l’oligarchie en tant que membres fondateurs du Partenariat pour l’Action Climatique des Etats-Unis dont le mémoire “Blueprint for Legislative Action” est devenu la colonne vertébrale de la loi de 2009 Waxman-Markey bill of 2009; soutenue par Wall Street.
  • Que l’ex-gouverneur de la Banque d’Angleterre et actuellement United Nations Special Envoy on Climate Action and Finance et chien de garde mondialiste, le très canadien Mark Carney, a fait un discours en 2019 déclarant qu’un entièrement nouveau système financier (bien entendu complètement numérique) allait être nécessaire pour aider à faire la transition du monde vers un zéro net carbone
  • Que les Rothschild et leur cohorte de banksters ont en catimini mis en place la base financière pour la création d’un système bancaire climatique complet pour faciliter leurs échanges de dette-pour-nature et autres tentatives de monopoliser le monde au nom du “développement durable”.

et toute une myriade d’autres aspects de cette gigantesque escroquerie climatique pesant quelques 100 000 milliards de dollars en échange carbone, qui est maintenant visible à l’œil nu.

Mais les confinements climatiques sont là où tout cela a été fait pour, et les altérations fondamentales de l’économie seront basées sur l’histoire de cette histoire d’épouvante climatique.

Maintenant, ajoutons à cette histoire quelques-uns des derniers mouvements financiers le long de cette voie vers un contrôle technocratique total de la planète, de ses habitants et de ses ressources. Ces mouvements ont peut-être échappé à votre radar car ils se sont largement produits sous le couvert de cette escroquerie pandémique.

D’abord, il y a cette pression croissante placée sur les régulateurs financiers dans le monde afin  d’adresser cette affaire de climat comme une risque systémique. Ces appels ont déjà eu pour effet de :

  • La création par l’ONU de la position sus-mentionnée “d’envoyé spécial sur le financement de l’Action Climatique”
  • La patronne de la Banque Centrale Européenne (BCE) , et criminelle condamnée, Christine Lagarde et sa promesse (menace ?) de “peindre la BCE en vert” en faisant des affaires climatiques une des priorités de la banque.
  • La patronne de la Réserve Fédérale, Janet Yellen (NdT: marrant de voir comme les harpies du système sont aux positions clefs des banques centrales…) et sa promesse d’évaluer le risque posé par le changement climatique
  • Et des annonces similaires par les régulateurs bancaires du monde.

Ne vous laisser pas berner par la rhétorique et ce faux sens de sécurité. Ceci n’est pas une vague menace de prendre quelque action dans un temps lointain. La tentative de mettre l’économie mondiale sous le joug définitif de la mafia bancaire est déjà bien avancée.

Comment cela ? Mark Carney, de ses propres mots décrivant les solutions climatiques zéro net carbone qui sont “la plus grosse opportunité commerciale de notre temps”.

Les entreprises et ceux qui investissent dedans et leur prêtent du fric et qui font partie de cette “solution”, seront récompensées. Ceux qui sont en retard et font toujours partie du problème seront punis.

Comment seront-ils punis ? En étant coupés de leur accès à la finance privée bien sur ! (et si la finance “privée” ne joue pas non plus la nouvelle règle du jeu, elle sera éteinte également !…)

La finance privée juge quelles entreprises font partie de la solution, mais cette même finance privée est aussi de plus en plus jugée. Les banques, les fonds de pension, et les gérants de portefeuilles doivent aussi montrer où ils en sont dans cette transition zéro net carbone.

C’est l’offre qu’on ne peut refuser directement des Don de la mafia mondialiste de la banque et du climat. Qui pourrait dire non ?

Ah oui, le meilleur, afin de s’assurer de la mise en place de ce nouveau fascisme climatique mondial, les petites entreprises vont maintenant être contraintes de rapporter fastidieusement non seulement leurs propres pêchés climatiques, mais aussi ceux de leurs sous-contractants et fournisseurs et même des utilisateurs de leurs produits.

Si je suis en charge d’une entreprise focalisée sur le zéro net carbone, qu’est-ce que cela veut dire ? Ce n’est pas juste divulguer et gérer les émissions de carbone de la production de mon produit. C’est aussi les émissions impliquées dans l’énergie que j’utilise et les ´´missions en amont de ma chaîne de valeur, en d’autres termes, les émissions de mes fournisseurs, dont la plupart sont de petites entreprises, ainsi que les émissions des gens qui utilisent mon produit fini. Cette entreprise devient responsable de divulguer tous ceux qui participent et a intérêt à gérer ces derniers à la baisse. Dont il y a un intérêt à travailler avec de petites entreprises ou de choisir celles qui œuvrent à diminuer leurs émissions.

Là encore, tout cela n’est pas menace creuse. Ces choses se passent déjà. Je n’étudie pas particulièrement ce sujet, mais il y a eu déjà pas mal d’histoires de la sorte sorties ici au Japon, montrant exactement comment ce type de pression est déjà mise en place pour tenter de faire obéir les petites entreprises aux diktats de la mafia mondialiste du climat. Observez juste ces titres de ces dernières semaines :

Japanese insurers struggle to pinpoint climate change cost estimates

MUFJ board beats back climate resolution as activists falter in Japan

BOJ to launch new scheme for fighting climate change

Je n’ai aucun doute que si vous recherchiez ce genre d’histoire dans votre lieu de résidence pour en trouveriez un bon paquet.

Mais peut-être que la plus grosse miette laissée sur ce chemin est le “Net zero: a fiduciary approach” de notre bon vieux copain qu’est Blackrock. Vous connaissez Blackrock ? Le plus gros gérant de biens du monde au portfolio sous contrôle de 9000 milliards de dollars ! L’entreprise “privée” vers laquelle la Fed s’est tournée pour ses bonds du trésor de l’escroquerie pandémique. La même firme d’investissement qui rachète les maisons aux Etats-Unis très rapidement (parce que vous n’aurez bientôt plus besoin d’être propriétaire de votre maison !). Oui, ce Blackrock là !

Et bien, il se trouve qu’ils sont 100% avec l’agenda du changement climatique, quelle surprise hein ?

Oui, leur nouveau rapport nous informe que “la transition climatique crée une opportunité d’investissement historique”. Comme les réflexions de Carney ci-dessus mentionnées, le rapport de Blackrock insiste également sur l’importance de “la mesure et de la transparence” dans l’objectif d’atteindre une économie du zéro net carbone, faisant la promotion “d’un alignement des températures” et d’une mesure pour que “la mesure du changement de température soit consistant avec la gestion d’un portfolio”. Ils admettent que le standard pour se faire est en train d’être développé en conjonction avec le très nébuleux “Comité de stabilité financière” ( the shadowy Financial Stability Board‘s) et son groupe spécial sur les divulgations financières liées au climat, qui apparemment est un truc qui existe.

Hum, ça pue la magouille à plein nez tout ça. Un plan qui prévoit chaque parcelle d’énergie qui va dans la production d’un produit, qui est comptabilisée et enregistrée en temps réel et pour laquelle cette dépense énergétique devient la base d’un système économique ? Où ai-je déjà entendu ça ?

Ah oui ! c’est la définition littérale de la technocratie et d’un système technocratique du Technocratic Study Course, qui pose comme postulat qu’un système technocratique de distribution demande que le gouvernement continental technocrate du futur : “Enregistre sur une période continue de 24 heures la conversion totale nette d’énergie, ce qui déterminera a) la disponibilité de l’énergie pour la construction et la maintenance continentale, b) la quantité de richesse physique disponible sour la forme de bien de consommation et de services pour la consommation par la population totale pendant la période d’équilibrage.”

Et :

“Fournir un inventaire continu sur 24 heures de toute production et toute consommation.” Et oui, ils veulent une connaissance et un contrôle total sur toute activité humaine, et pourquoi cela ? afin d’avoir une emprise sur absolument tout bien entendu. Il ne s’en cache même pas. Le cours d’étude technocratique nous dit d’emblée dans sa section “L’animal humain” que :

Comme nous devons maintenant gérer les êtres humains et leurs habitudes, il est bien qu’avant d’aller plus avant nous nous renseignons plus  sur la nature de cet animal humain.

Avant de conclure que :

Les habitudes sociales et institutions humaines tendent à demeurer stables ou à changer de manière très lente, sauf en cas de changement rapide de l’environnement naturel externe lorsque ce dernier affecte directement les nécessité biologiques de base. Quand les humains sont nourris, habillés et logés d’une manière compatible avec une bonne santé, qu’ils ne sont pas obligés de travailler beaucoup dans des taches astreignantes et peuvent intervenir normalement avec leurs semblables, les habitudes sociales et les coutumes ont tendance à se cristalliser  sur ce mode particulier de procédure. Si des changements dans l’environnement se produisent de manière à ce que les nécessités de base ne peuvent plus être remplies par des activités en relation avec les vieilles habitudes, alors ces dernières seront vite abandonnées.

Rien de tout cela ne sera surprenant pour ceux qui ont étudié la formule Problème – Réaction – Solution par laquelle les ingénieurs sociaux utilisent des évènements faux-drapeau ou autres manilpulations pour choquer le public à changer d’attitude selon un chemin pré-déterminé. Merde, cela devrait même être familier à tous ces “gens normaux” qui font encore confiance à Naomi “Conspiracy Smoothie” Klein pour leur dire les dures vérités au sujet de la doctrine de la thérapie du choc.

C’est là où on commence à entrevoir ce qu’est l’agenda. Ceci n’a rien à voir avec le fait de “sauver la planète”, ça n’a jamais au grand jamais été le cas. Les types qui sont en train de construire de véritable cauchemar de confinement total climatique pour la société future se foutent ouvertement de votre gueule depuis les jets privés exemptés de taxe carbone (carbon tax-exempted private jets.)

Ils sont là pour vous contrôler à 100%. Pour décider pour vous où et quand vous pourrez quitter votre habitation et quel mode de transport vous serez autorisé à utiliser lorsque vous pourrez le faire. Décider ce que vous pourrez acheter ou pas. Comment vous pourrez passer votre temps, où vous vivrez et avec qui vous pourrez vous reproduire… ou pas, ou si on vous permettra même de vous reproduire. La meilleure façon pour eux de le faire est de créer des hommes ours-cochons avec lesquels ils pourront soumettre le public.

Commencez-vous à voir l’image se dessiner devant vous ou pas ?…

Le paradigme de la bio-sécurité est toujours là, mais il n’est qu’un amuse-gueule de la grille de contrôle qui va être mise en place et activée.

COVID ? Disponibilité de lits d’hôpital ? Masques ? Ivermectin ? Pfff, tout ça est tellement 2020… L’oligarchie est déjà passée à autre chose. La question est : Êtes-vous prêts pour ce qui arrive et pointe le museau ?…

= = =

Voir notre page : “Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique”

BRVG
Le bateau ivre du N.O.M

Le_Pens-Complotiste