Archive pour francis cousin « bref manifeste pour un futur proche »

Révolution sociale: La bourse du travail comme outil de solidarité et d’éducation…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 1 novembre 2019 by Résistance 71

 

“Éduquer pour révolter.”
(Fernand Pelloutier)

 

Les bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière

 

Paris-Luttes Info

 

25 octobre 2019

 

source: 

https://paris-luttes.info/les-bourses-du-travail-une-1898?lang=fr

 

On peut considérer que les Bourses du travail sont la première marque de maturité du syndicalisme révolutionnaire naissant en France en 1892. C’est la spécificité du mouvement ouvrier et syndical français qui se réorganise suite au massacre de la Commune de Paris, achevée par la Semaine sanglante (du 21 au 28 mai 1871).

C’est en parallèle la réaction au syndicalisme corporatiste (contraire de interprofessionnel) de la Fédération Nationale des Syndicats, contrôlée par le Parti Ouvrier Français de Jules Guesde, premier propagandiste du marxisme dans l’hexagone en y apportant néanmoins une vision social-démocrate et avant-gardiste : contrôle du syndicat par le parti politique formé en élite. La Bourse du travail, apparu en 1887 à Paris, était en premier lieu une structure ancêtre à ce que l’on pourrait nommer aujourd’hui Pôle Emploi. C’était un bureau de placement pour les ouvriers et également un lieu qui permettait d’informer et relayer les demandes d’emplois et les formations professionnelles selon une zone géographique donnée. Comme ces bâtiment, étaient fréquentés et gérés que par des ouvriers, les Bourses du travail devinrent vite des lieux d’échanges, de communications puis de coordination avec petit à petit une conscience de classe qui émergea et qui transforma la Bourse du Travail en lieu de contre-pouvoir.

Devant ce nouvel outil et son efficacité populaire, d’autres Bourses du Travail voient le jour sur le territoire jusqu’à la création en 1892 d’une Fédération des Bourses du travail.

Le syndicalisme révolutionnaire apparaît en corollaire avec l’entrée massive dans ces structures de militants ouvriers anarchistes qui abandonnent à cette période leur stratégie « illégaliste » de la « propagande par le fait » (attentats, braquages) en proie à une terrible répression et des militants ouvriers blanquistes et allemanistes (socialistes révolutionnaires) abandonnant leur stratégie « insurrectionaliste » (insurrections spontanée et continues), les Bourses du Travail se transforment en véritable arme prolétarienne de contre-culture, formation, contre-pouvoir et sociabilité ouvrière.

Avec cette dynamique de fusion de ces trois courants révolutionnaires prolétariens, elles portent alors une solidarité dépassant les diversités de professions et de corporations pour s’inscrire dans une solidarité de proximité géographique, d’aspiration à la transformation sociale, car les militants ouvriers l’ont compris, c’est bien à travers la solidarité interprofessionnelle que l’éveil révolutionnaire vers le socialisme est le plus apte à s’affirmer et se développer. En effet, la finalité du projet des Bourses du Travail était d’être à la fois un outil d’émancipation intégrale des travailleurs-euses et un instrument d’organisation de la société future, en assurant la formation d’une classe ouvrière autonome grâce aux multiples services qu’elles proposaient. L’efficacité est telle qu’en 1896 on dénombre 46 Bourses du travail qui ont fédérés 862 syndicats.On estime à 48% le nombre de syndiqués en 1900 rattachés à une Bourse du Travail via l’adhésion de leur syndicat.

La Bourse du Travail ne se limitait pas à une lutte de classe quotidienne, les militants ouvriers révolutionnaires et syndicalistes ont formé la structure pour qu’elle soit en capacité de se substituer aux institutions bourgeoises. Concrètement, dans le processus révolutionnaire la Bourse du travail devait prendre le pouvoir sur la municipalité, le conseil général ou le département, mais aussi et surtout réorganiser la production, la circulation et la répartition des services locaux et des produits matériels. Elle apparaît alors comme étant la seule structure capable d’assurer une socialisation réelle sur l’échelon local/départemental/régional.

En 1902, la Fédération des Bourses du travail fusionne avec la Confédération Général du Travail crée en 1895 sur les cendres de l’ancienne fédération corporative des syndicats en perte de vitesse. Cela va permettre d’incorporer les Bourses du Travail dans ce qu’on appelle les Unions Locales ou Union Départementale de la Confédération et ainsi donner une vision nationale voir internationale de la révolution sociale car l’Union Locale, la Bourse du travail, pouvait alors assurer le lien sur de plus grosses échelles via la structure confédérale.

Bref, les Bourses du travail, après le premier rôle institutionnel d’en faire des bureaux de placement et des locaux de réunions, deviennent très vite des centres d’éducation populaire – comme disait Fernand Pelloutier : « Éduquer pour révolter » – et des foyers d’agitation constante d’autonomie ouvrière où les militants ouvriers se forgent leur propre expérience. L’action syndicale que les Bourses mènent se définit par le rôle solidaire envers les grèves locales, voire nationales, même si elle n’avait pas vocation à être actrices premières, l’instrument de lutte étant alors le syndicat groupant les travailleurs-euses concerné-es. La Bourse jouait bien souvent un rôle déterminant en raison de l’expérience et des conseils qu’elle pouvait donner, de la capacité d’intervention et d’organisation de ses militants ou encore de la solidarité financière et morale qu’elle entraînait. Mais elle se définit aussi dans une implication dynamique lors de journées comme le 1er mai, par la diffusion et la formation des idées, par des revendications du syndicalisme d’époque comme la journée de huit heures, par la grève générale ou encore l’antimilitarisme et anti-guerre à la veille du premier conflit mondial.

En étant une structure d’entente, de regroupement et de coordination au niveau local, le but principal des Bourses en cas de mouvement de grève était la solidarité à tous les niveaux, auprès de toutes les corporations de la ville, de la localité : par exemple, l’organisation d’une caisse de grève afin de pouvoir soutenir financièrement toutes les corporations engagées dans un conflit social, et l’envoi de militants sur les lieux afin de servir de conseillers et d’orateurs. Bien souvent, l’intervention de militants expérimentés des Bourses dans un conflit fut déterminante pour la réussite de celui-ci.

Les militants syndicalistes des Bourses du Travail de cette époque étaient convaincus que pour arriver à l’émancipation du prolétariat, il fallait lui donner les moyens de s’émanciper, de pouvoir porter et assumer un projet de transformation sociale dont les bases sont posées dans le monde capitaliste par les organisations de classe et d’autonomie ouvrière : les syndicats d’industries, les Unions Locales et les Bourses du Travail.

L’objectif des Bourses du travail était donc de rendre le socialisme plus attrayant en privilégiant cette autonomie, en organisant des fêtes, des conférences et soirées musicales ou théâtrales qui débouchaient sur des causeries, des débats autour de thèmes politiques, culturels et du travail, tout en gardant une pratique de classe, c’est-à-dire que, contrairement aux partis et organisations politiques, tout était organisé par la classe et pour la classe suivant la devise de la Première Internationale (association de travailleurs créée en 1864 par des militants révolutionnaires essentiellement français et anglais) : « l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».

= = =

4 textes modernes pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

Gilets Jaunes : Quatre textes pour une pensée critique génératrice

Posted in actualité, altermondialisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société des sociétés with tags , , , , , , , , , , , on 20 septembre 2019 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

20 septembre 2019

 

« La libération authentique, le processus d’humanisation, n’est pas un autre dépôt à faire dans l’esprit des gens. La libération est une praxis: la réflexion et l’action d’hommes et de femmes sur leur monde afin de le transformer. »
~ Paulo Freire ~

Pour qu’un mouvement politique avance dans le bon sens, celui de l’émancipation radicale et définitive, il lui faut une pensée critique devenant inséparable des actions toutes aussi critiques qui en découlent naturellement.
Agir sans pensée critique transformatrice n’est qu’activisme forcené et souvent futile ; penser (et parler) sans agir n’est que verbiage tout autant vain que futile…
L’ordre dans lequel les textes se présentent à la lecture n’est qu’une suggestion.

 

« Si une civilisation est détruite, c’est qu’elle
était dans l’erreur.
Si l’Homme est obligé de recommencer son chemin,
cela signifie que tout son parcours antérieur
n’était pas celui de son perfectionnement spirituel. »
~ Andreï Tarkovski ~

Réflexions politiques pour un changement de paradigme avec un « Bref manifeste pour un futur proche » de Francis Cousin (version pdf)

Posted in actualité, altermondialisme, économie, gilets jaunes, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 11 mars 2019 by Résistance 71
« La commune ne supprimera pas l’État pour le reconstruire et bien des communes sauront prêcher d’exemple, en abolissant le gouvernement de procuration, en se gardant de confier leur souveraineté aux hasards du scrutin. »
~ Pierre Kropotkine ~
« Nous possédons la réalité du vivant, l’esprit communal individuel en nous et nous ne devons que le laisser émerger créativement. Le désir de créer de petits groupes et des communautés de justice et non pas une abstraction paradisiaque ou une forme symbolique, mais une joie sociale terrestre et la promptitude des individus à former un peuple, amèneront le socialisme et le commencement d’une véritable société. »
~ Gustav Landauer ~
Résistance 71
11 mars 2019
Nous avons mis ce texte de Francis Cousin sous format pdf (mise en page de la toujours excellente Jo de JBL1960) datant de 2010, tant son contenu et ses conclusions ne peuvent être plus d’actualité 9 ans plus tard.
Ce « Bref manifeste pour un futur proche » précède de 7 ans notre « Manifeste pour la société des sociétés » et nous pensons que ces deux textes sont très complémentaires dans leur approche, même s’ils empruntent des chemins différents pour parvenir et, finalement, converger vers une même conclusion, que nous avons résumée il y a plusieurs années sous la formule:
Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !
Nous suggérons leur lecture dans leur ordre chronologique et profitons de cette occasion pour adresser à tout lecteur une notice importante:
Vous ne serez plus le/la même après les avoir lu.
Bonne lecture !
« Bref manifeste pour un futur proche » (format PDF):
Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche