Archive pour francis cousin analyse radicale

Gilets Jaunes: Bilan et perspectives autour du mouvement comme manifestation novatrice de la lutte des classes en France (Francis Cousin)

Posted in actualité, altermondialisme, économie, crise mondiale, démocratie participative, documentaire, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 11 avril 2019 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

11 avril 2019

 

Nous vous présentons ci-dessous les dernières analyses de Francis Cousin sur l’effondrement en cours de la société de la dictature marchande et la valeur historique du mouvement des Gilets Jaunes depuis novembre 2018 dans la perspective de l’au-delà du marasme étatico-capitaliste touchant fort heureusement inexorablement à sa fin.

Dans ce texte d’analyse radicale de notre réalité historique: « Bilan et perspectives autour du mouvement des Gilets Jaunes en tant que manifestation novatrice de la lutte des classes en France sur la période 2018-2019 », Cousin replace le mouvement des Gilets Jaunes dans son contexte historique de crise profonde et sans doute finale du système capitaliste. Il analyse la génèse du mouvement et son importance comme vecteur organique de la révolution sociale à venir qui mettra fin à la société de la dictature marchande et permettra aux êtres humains d’enfin réaliser pleinement et sans entrave leur humanité profonde dans une société de l’être réconciliée par essence avec la Nature.

Un texte profond, radical (allant à la racine des choses), parfois drôle, à lire, relire et diffuser sans aucune modération. Un texte que tout Gilet Jaune devrait lire. En voici quelques extraits choisis en guise d’amuse-gueule:

“La démocratie actuelle est le stade suprême de la dictature du monothéisme de l’argent actualisé. Elle aboutit  aux contre-vérités les plus gigantesques de l’histoire du capitalisme et à un mépris de classe totalitaire absolu, constamment  véhiculé par les médias, le cinéma, l’éducation et tous les lieux de crétinisation intensive qui depuis 1945 ont créé un ministère obligatoire de la vérité officielle. “

“Les Gilets Jaunes ce n’est rien d’autre que le retour du prolétariat comme communauté vivante de lutte de classe et tous les analystes de la marchandise pourrie, de l’extrême droite à l’extrême gauche du Capital sont des cadavres qui sont incapables de saisir que derrière l’apparente éternité de ce qui fonde la crasse pauvreté mentale de leur logorrhée capitaliste, il y a le véritable clivage historique  qui dessine le dé-chaînement qui se rapproche…”

“Qu’est-ce que l’État actuel de la domination totalement réalisée du diktat de la loi de la valeur? C’est le signe achevé de la division pathologique dans la société de la réification aboutie, en tant qu’il est l’organe séparé de la pathologie du pouvoir politique de la marchandise totalitaire… La société est désormais totalement divisée entre la classe capitaliste qui exerce le pouvoir et la classe prolétarienne qui le subit et qui n’a cessé de s’accroître avec cette domination achevée.”

“Les Gilets Jaunes sont la réaction spontanée et révolutionnaire d’un vrai mouvement anti-capitaliste contre la révolution du cosmopolitisme du marché autocratique. Les Gilets Jaunes du mouvement de novembre 2018 ont dit : Non à toutes les modes obligatoires de la dictature capitaliste des métropoles de la modernité servile et NON à la paupérisation généralisée… “

“Au terme dialectique de ce craquement social majeur, il faut bien voir que par-delà la lassitude et l’affaiblissement partiel des Gilets Jaunes dans cette durée qui persiste, seul compte – le travail de l’auto-négation qui, en ouragan de rage immense et montante,  va dire davantage que l’écume des choses en matérialisant l’évolution d’un processus qui approche d’un point de rupture incendiaire et dont les conséquences – emportant tout sur leur passage – , font frémir de joie tout humain sain de conscience et d’espérance de vie et frissonner de peur toute marionnette fétide de calcul et de manigances en rentabilité… “

“Ce sont donc les prolétaires qui à partir du mouvement des Gilets Jaunes en auto-dépassement subversif, imposeront le surgissement du projet communiste qui est la logique immanente du mouvement réel de la vie des hommes qui se dresse contre la mort machinique du Capital.”

“Parler des Gilets Jaunes, c’est parler de la crise de l’économie politique qui en générant une désagrégation historique profonde a posé les bases d’un retour de la révolution sociale. “

“De l’ultra-droite à l’ultra-gauche du Capital, tous les partis et tous les syndicats s’entendent sur ce point central : préserver à tout prix l’organisation de la marchandisation en muselant et bâillonnant tout ce qui pourrait produire le développement de la conscience historique radicale. Mais le gauchisme sociétal de l’argent arrangé étant le nec plus ultra du devenir des couches moyennes dans un moment porteur de devenir révolutionnaire, il a pour première attribution d’éviter la généralisation de la lutte des classes.”

“La crise mortelle de la dictature démocratique de la valeur d’échange est l’auto-présupposition du surgissement radical de la Commune… Elle vient… Et voilà sans nul doute la plus désirable et la plus grande de toutes les entreprises humaines…”

~ Francis Cousin, avril 2019 ~

Bonne lecture:

Faire passer le proletariat pour fascisant_Francis_Cousin

= = =

Textes complémentaires:

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Francis Cousin lettre ouverte au technicien de surface financier…

Francis_Cousin Ce n’est qu’un début…

Il y a 50 ans… Mai 68

Manifeste pour la Société des Sociétés

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

 

Publicités

Réflexions politiques pour un changement de paradigme avec un « Bref manifeste pour un futur proche » de Francis Cousin (version pdf)

Posted in actualité, altermondialisme, économie, gilets jaunes, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 11 mars 2019 by Résistance 71
« La commune ne supprimera pas l’État pour le reconstruire et bien des communes sauront prêcher d’exemple, en abolissant le gouvernement de procuration, en se gardant de confier leur souveraineté aux hasards du scrutin. »
~ Pierre Kropotkine ~
« Nous possédons la réalité du vivant, l’esprit communal individuel en nous et nous ne devons que le laisser émerger créativement. Le désir de créer de petits groupes et des communautés de justice et non pas une abstraction paradisiaque ou une forme symbolique, mais une joie sociale terrestre et la promptitude des individus à former un peuple, amèneront le socialisme et le commencement d’une véritable société. »
~ Gustav Landauer ~
Résistance 71
11 mars 2019
Nous avons mis ce texte de Francis Cousin sous format pdf (mise en page de la toujours excellente Jo de JBL1960) datant de 2010, tant son contenu et ses conclusions ne peuvent être plus d’actualité 9 ans plus tard.
Ce « Bref manifeste pour un futur proche » précède de 7 ans notre « Manifeste pour la société des sociétés » et nous pensons que ces deux textes sont très complémentaires dans leur approche, même s’ils empruntent des chemins différents pour parvenir et, finalement, converger vers une même conclusion, que nous avons résumée il y a plusieurs années sous la formule:
Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !
Nous suggérons leur lecture dans leur ordre chronologique et profitons de cette occasion pour adresser à tout lecteur une notice importante:
Vous ne serez plus le/la même après les avoir lu.
Bonne lecture !
« Bref manifeste pour un futur proche » (format PDF):
Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Dictature marchande et mensonge institutionnalisé… Le secret domine le monde (Francis Cousin)

Posted in actualité, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 25 février 2019 by Résistance 71


Vive la Commune !…

 

Le secret domine ce monde

 

Francis Cousin

 

25 février 2019

 

L’État, c’est toujours la maffia despotique du mensonge de la pourriture capitaliste…

L’à-platventrisme des médias, c’est toujours le discours d’esclave des larbins de la marchandise…

Souvenez-nous de l’affaire Robert Boulin… L’information judiciaire étatique au service des gangs gouvernementalistes, conclut en 1991 à un suicide. Finalement, l’enquête, grâce au courage de la famille est rouverte en 2015 pour « arrestation, enlèvement et séquestration suivis de mort ou assassinat ».

Février 2019…

…un pitoyable clown philosophesque des mystifications officielles du capitalisme en décomposition se fait verbalement bousculer ; c’est atroce

Des milliers de prolétaires anonymes revêtus du Gilet Jaune de la colère sociale, emprisonnés, tabassés, mutilés et vilipendés ; c’est normal

Deux portraits de Simone Veil dessinés sur les boîtes aux lettres de la façade de la mairie du 13e arrondissement à Paris ont été tagués de croix gammées le 11 février 2019. Or il est de notoriété publique et en même temps d’ailleurs aisément vérifiable sur tous les sites internet spécialisés que le quartier en question et notamment la Place d’Italie est quadrillé de matériel vidéo surveillance

Quand la police du Capital nous communiquera t-elle les bandes vidéo ?

Quand  les opérations de profanation de cimetières dé-voileront-elles enfin leur véritable origine ?

« Le secret domine ce monde, et d’abord comme secret de la domination. »
~ Commentaires sur la société du spectacle ~

« Le masquage généralisé se tient derrière le spectacle qui donne ainsi à infiniment contempler  quelque chose en tant que complément décisif et stratégique de ce qu’il doit empêcher simultanément que l’on voit et, si l’on va au fond des choses, c’est bien là son opération la plus importante ; obliger à sans cesse observer ceci pour surtout ne point laisser appréhender cela. »
~ Commentaires sur l’extrême radicalité des temps derniers ~

Le capitalisme est entré dans une déliquescence  majeure qui ouvre le chemin à sa crise mortelle…

La soupe hystérique de l’antiracisme du Capital  est la dernière matraque disponible pour la classe capitaliste en temps de panique extrême pour diaboliser la lutte de classe indomptable et légitimer l’inquisition pathologique de la France des pègres du haut qui traque ainsi les mauvaises pensées indisciplinables des prolétaires de la France d’en bas afin de sanctionner sous le nom de «dérapage» le moindre manquement au dogme marchand de l’époque: l’égalisation servile  de tout avec tout dans le culte idolâtre de la seule liberté despotique du profit et de ses laquais…

   Demeurons In-contrôlables…  

Février 2019

 

Gilets Jaunes: Non au RIC ! A bas le despotisme de l’argent et de la société marchande ! (Francis Cousin)

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 4 janvier 2019 by Résistance 71

Résistance 71 est parfaitement en ligne avec les propos de Francis Cousin que nous reproduisons ci-dessous. Nous invitons les Gilets Jaunes et leurs soutiens à y réfléchir et à y voir le plus clair possible afin de toujours garder bon pied bon œil et de prendre les décisions collectives qui s’imposent.

Assez de la volonté servile et futile de vouloir réformer l’irréformable et de vouloir rendre “vertueux” un système inique et criminel qui ne peut, par essence , que diviser et contribuer à notre exploitation.

Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et ne peut y en avoir.

A bas l’État, à bas la société de la dictature marchande, à bas l’argent, à bas le salariat, pour que vivent la Commune des communes dans la Société des sociétés enfin émancipée de l’illusion démocratique marchande et de cette mascarade politique qui n’a que trop durée. Le danger est la récupération, la phagocytose du mouvement dans le blob infâme de la tyrannie en place. Méfiance et solidarité !

~ Résistance 71 ~

 


1+1+1+…n = Société des Sociétés

 

Directe ou pas… A bas la démocratie du despotisme de l’argent équilibré !…

 

Francis Cousin

 

17 décembre 2018

 

Source:

https://www.leretourauxsources.com/blog/directe-ou-pas-a-bas-la-democratie-du-despotisme-de-l-argent-equilibre–n2669

 

L’État et la tyrannie de l’argent sont les deux faces d’un même monde, celui de notre emprisonnement dans le marché des lois adéquat aux lois du marché. Les institutions ne sont pas de simples outils neutres. La prise du pouvoir d’État ou la mise en œuvre de référendums d’initiative citoyenne ou populaire ne peuvent être autre chose que des artifices illusoires pour faire croire trompeusement que l’on change la société sans en réalité y toucher. La politique faisant ici semblant d’encadrer et de réguler le social et l’économie alors qu’au contraire, le mensonge politique doit être considéré avant tout comme une activité spécifique de l’activité sociale de notre dépossession elle-même.

Les rapports sociaux entre les individus passent d’abord par le travail et l’argent. Les interventions de l’État et toutes les politiques se réduisent toujours à des mises en forme des contraintes obligatoires du monde du profit illimité. Avec la crise économique accélérée, l’État ne peut être que le gestionnaire du désastre capitaliste sans fin. Le vrai changement social ne passe pas par l’État, par des réaménagements constitutionnels ou des bricolages référendaires mais par une rupture radicale avec les mystifications institutionnelles, la duperie de la représentation et les supercheries de la délégation pour inventer de nouvelles formes d’interventions directes émancipées de l’absolutisme de l’argent.

Le formalisme, le narcissisme et toutes les chefferies inavouées des assemblées générales du bas singent invariablement le pourrissement et la corruption de celui des assemblées parlementaires formalisées en haut. La société demeure là continuellement perçue comme une collection d’individus séparés. Les décisions collectives sont considérées comme une simple addition disparate de décisions individuelles. Les simulations et simulacres de la démocratie directe peuvent s’accommoder de laisser s’exprimer un flot d’opinions individuelles avant de les canaliser et les cadrer afin de déléguer la prise de décision à quelques responsables familiers de la jacasserie inconsistante. A l’heure où tous les rackets politiques, de l’extrême droite à l’extrême gauche du Capital, appellent au calme, à l’organisation, à la négociation et au retour à l’ordre de la servitude tranquille, Il faut insister sur le fait que la lutte des Gilets Jaunes, si elle ne veut pas mourir, ne doit surtout pas se réduire aux problèmes de modes d’organisation en se transformant en force supplétive politique ou parapolitique d’un monde en train de disparaître. La victoire des humains sur les barrages doit barrer la route à tout ce qui aménage le présent de l’inhumain et doit exclusivement ouvrir de nouvelles possibilités individuelles et collectives pour permettre le surgissement de l’auto-émancipation non pas sur le terrain syndical et politique de l’amélioration de la misère mais sur celui de son nécessaire dépassement…

Le référendum citoyen pour avoir accès au droit de décider comment gérer la merde marchande est la pire imposture pour briser les Gilets Jaunes…

Nous ne voulons pas être les agents constitutionnels de notre propre misère…

Nous voulons abolir toutes les constitutions de la misère…

RIC, RIP et autres épiceries politiciennes de rechange constituent un PIEGE FATAL du SYSTEME pour TUER le MOUVEMENT…

REFUSONS D’ECOUTER LES POMPIERS SOCIAUX QUI VEULENT LIQUIDER NOTRE INSUBORDINATION !

NOUS N’AVONS RIEN A NEGOCIER, NOUS VOULONS SIMPLEMENT AMPLIFIER LA FORCE IRRECUPERABLE DE NOTRE SOIF DE VIVRE…

Non au RIC du Capital…

****

« Quoi qu’il en soit, le jour de la crise et le lendemain, notre seul adversaire, ce sera la masse réactionnaire regroupée autour de la démocratie pure – et c’est ce qu’il ne faut pas, à mon avis, perdre de vue. »
– Engels à A. Bebel, 11 décembre 1884.

= = =

Dossier « Gilets Jaunes »

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 

Résistance politique: Ce n’est qu’un début… (Francis Cousin)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 18 décembre 2018 by Résistance 71

C’est au pied du mur de l’argent qu’on voit tous les larbins du pouvoir de la marchandise !

«  Lorsque le prolétariat annonce la dissolution de l’ordre social actuel, il ne fait qu’énoncer le secret de sa propre existence, car il constitue lui-même la dissolution effective de cet ordre social. »

Karl Marx, 1843

 

Francis Cousin

 

Novembre- Décembre 2018

 

Mais qui sont donc ces Gilets jaunes qui emmerdent tant le quotidien tranquille à la fois des spéculateurs tristement cossus de la Bourse et des chiens de garde bobos du gauchisme réformiste de la merde marchande ?

C’est la vieille France gauloise et réfractaire du prolétariat indocile qui fit à la fois la Commune de 1871 et la grève sauvage généralisée de 1968 et qui tant de fois fut la grande peur de tous les gangs de l’argent et de l’État. C’est cette France qui a été expulsée à la périphérie des mégapoles de la mondialisation marchande, après avoir été chassée de ses quartiers centraux historiques par les privilégiés de toutes les restructurations immobilières du progrès de la marchandisation pendant que les proches banlieues devenaient, elles, des quartiers immigrés d’où la vieille pensée communarde était ainsi enfin éliminée.

Depuis des décennies, les malléables « Minorités » avantagées du spectacle moderniste de la marchandise avaient pris l’habitude d’être les seules à être médiatiquement entendues et estimées. Cette fois, avec les Gilets jaunes, de façon massive et incontrôlable, c’est la Majorité prolétaire constamment déconsidérée que le pouvoir du Capital voulait pourtant définitivement faire taire, qui se réveille en prenant massivement la parole pour dire que les fables écologistes, antisexistes et antiracistes de la modernité obligatoire de la soumission capitaliste sans arrêt ressassées expriment d’abord la logique des mystifications de la domination de classe.

La rage de la France du prolétariat invisible, cette classe universelle de tous les hommes qui n’ont plus aucun pouvoir sur leur vie ne cesse de grandir à mesure que les précarisations, les délocalisations et la décomposition sociales voient toute une frange de l’artisanat et de la paysannerie se prolétariser à grande vitesse pendant qu’une masse croissante de retraités sombre dans une détresse exaspérée … Cette France-là, c’est celle de la longue histoire récalcitrante que la liberté despotique du profit a rejeté avec mépris dans les périphéries de l’oubli et qui a donc revêtu un gilet jaune pour se rendre visible, parce qu’elle a tout simplement décidé de mettrefin à son bannissement programmé. C’est ainsi essentiellement le mouvement du surgissement humain des masses qui veulent précisément cesser d’être de simples masses…

La lutte de classe est le moteur de l’histoire… Aujourd’hui comme Hier… Cela fait des décennies que la gauche et l’extrême gauche du Capital sabotent les luttes ouvrières dans les usines pendant que la paysannerie et l’artisanat sont vampirisés par le rendement financier et que la classe capitaliste organise le grand remplacement des prolétaires insoumis de l’histoire d’avant par l’armée de réserve immigrée de l’obéissante consommation des grandes surfaces de demain

Porté au pouvoir par la classe capitaliste mondialiste de l’économie de la crise, le phénomène Macron est dès lors en train de s’écrouler face à la mobilisation des Gilets Jaunes qui monte insensiblement à proportion de la crise de l’économie quine cesse de se développer mondialement…

Sur les barrages spontanés de la vraie colère humaine contre le diktat du calcul et du rendement fiscal de l’oppression capitaliste, la diversité et la boboïtude des quartiers chéris du spectacle de la mondialisation brillent par leur absence…C’est, en effet, le mouvement profond des prolos de la vieille souche communeuse tant décriés par l’arrogance des cercles mondains de l’inculture financière et médiatique qui vient là rappeler avec force le poids historique de la réalité. C’est le vieux communard indisciplinable qui aime le saucisson, le beaujolais, la femme éclatante et l’humour gaulois et qui, dans la tradition multi-séculaire des jacqueries paysannes et des soulèvements ouvriers, considère que la tune n’est pas l’horizon indépassable du monde mais la souillure infinie des Beautés de la vie.

Dans le spectacle actuel de la crise du fétichisme de l’argent, tout apparemment semblait continuer à encore tourner rond mais à y bien regarder de plus près, les choses commencent maintenant très visiblement à bouger vers un commencement de radicalité explosive qui annonce une possible généralisation insurrectionnelle de la lutte de classe prolétaire… C’est pourquoi le mouvement d’ébullition des Gilets jaunes est bien entendu d’ores et déjà ciblé par toutes les cliques syndicales et politiques de tous horizons capitalistes afin d’être torpillé et asphyxié dans de multiples récupérations lamentables et négociations méprisables mais heureusement ce dernier signale avant tout et simultanément qu’une tempête des profondeurs, porteuse d’un autre regard, est bien en train de naître du fin fond des difficultés de la vie humaine arraisonnée par le système des objets…

En plusieurs semaines de contrastes, de tiraillements et de contradictions mais aussi et surtout de rencontres ouvertes extrêmement riches, la dynamique des Gilets jaunes fait novation de sédition potentielle et de désir infini puisqu’elle signale là la production d’un bouleversement assurément inédit sous le règne crépusculaire de l’univers de plus en plus pourri de la tyrannie de la marchandise.

Par-delà toutes les manipulations idéologiques qui de l’extrême droite à l’extrême gauche du gouvernementalisme de la domestication, s’emploient à tenter de calmer le mouvement que l’on voudrait réduire à une simple protestation pour aménager les prisons du coût de la vie, il y a bien la dynamique de la base qui, elle, se met à renâcler en commençant à voir que ceux qui neutralisent et paralysent le mieux de l’intérieur cette embarrassante insoumission qui commence à tant déranger le parti de l’ordre mercantile sont évidemment et comme toujours les portes paroles du réformisme extrême… C’est-à-dire ces baratineurs de la fausse mutinerie qui bien loin d’appeler à une extension généralisée de la lutte à tous les secteurs de la vie emprisonnée, s’emploient à cloisonner chaque espace dans l’horizon aliénatoire et étriqué de particularités illusoires en recherche d’interlocuteurs convenables

La police du Capital dans la rue, dans les campagnes, dans les usines et dans la totalité du territoire où circule la reproduction de l’aliénation doit d’abord empêcher qu’émerge les conditions d’un mouvement conscient vers une rencontre étendue et subversive de tous les prolétaires soulevés, au-delà des cloisonnements de chaque prison revendicative. La défaite programmée des cheminots en début d’année, savamment et naturellement orchestrée dans le double langage, le sabotage, l’illusion, la claustration et le freinage par tous les faux séditieux de toutes les gauches complices de toutes les droites, doit servir d’exemple

La période dans laquelle nous entrons est certes encore déterminée par l’extrême dispersion des forces de vie humaine susceptibles de contester de manière maximaliste l’ordre existant des galeries marchandes de la mort. Mais la situation désormais advenue de crise cataclysmique du spectacle mondial de l’argent ouvre la voie montante d’une gigantesque crise sociale qui fera, de toutes façons, de la rupture révolutionnaire une possibilité manifestement évidente.

La contradiction essentielle de la domination spectaculaire en crise finale, c’est qu’elle est irrémédiablement condamnée à échouer en ce moment même où étant devenue le temps de la puissance historique la plus forte de son apogée, elle a perdu simultanément toute chance désormais de ne plus pouvoir être autre chose que l’histoire progressive de son dépérissement définitivement arrivé.

Tous les lamentables experts syndicalo-politiques du pouvoir de la merde marchande appuyés sur toutes les machineries numériques de l’intoxication sont partout réunis en permanents conciliabules pluridisciplinaires de vacuité et d’ineptie pour tenter de trouver les moyens de donner à un ordre moribond une dernière apparence de survie… Mais rien n’y fera… Les jours de la société du règne de la quantité sont de plus en plus comptés à mesure que son compter historique invalide lui-même toute l’histoire de ses comptages et qu’un nombre croissant de vivants va vouloir véridiquement exister. Il s’ensuit irrépressiblement qu’elle doit et va disparaître.

Contre tous les rackets politiques du Capital, la conscience radicale de l’Être de la vie sait que pour devenir elle-même, la jouissance authentique doit se produire comme acte cosmique de subversion absolue vers la constitution de la communauté humaine universelle pour un monde sans argent, ni salariat ni État.

Gilets jaunes ;

Ne nous laissons jamais enfermer dans une revendication délimitée !

N’acceptons jamais de porte-parole !

Défendons seulement et exclusivement le principe de mandatés révocables à tout moment et sur la seule base du refus absolu de toute servitude !

Ce qui nous mènera peu à peu au pouvoir anti-étatique des Conseils Ouvriers fédérés sur le seul terrain qui tienne ; celui des besoins humains anti-marchands…

Refusons d’améliorer ce qui nous abîme !

Refusons de négocier avec ceux qui veulent nous enterrer !

Des Gilets jaunes et des humains sans étiquette qui quel que soit
ce qui arrivera, ne veulent plus être ce qu’on les force à ne pas devenir…


Groupe Dépassement Nécessaire
Groupe L’Internationale

Au lieu du mot d’ordre conservateur: « Un salaire équitable pour une journée de travail équitable », les prolétaires doivent inscrire sur leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire: « Abolition du salariat ».

Karl Marx, 1865

Paris-Province, novembre-décembre 2018
A diffuser largement…

= = =

Lectures complémentaires:

Critique radicale pour changement de paradigme (Francis Cousin)

Posted in actualité, altermondialisme, économie, documentaire, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 12 juillet 2017 by Résistance 71

Nous relayons ici la vidéo d’une longue discussion des plus intéressantes avec Francis Cousin. Il est pour nous très instructif de voir qu’il est possible de parvenir aux mêmes conclusions sur un sujet d’analyse politico-social radicale et sur une vision commune de changement de paradigme et sous quelle forme, en y arrivant par des chemins somme toute assez différents. Lui, par la voie plus classique des philosophes pré-socratiques (Héraclite, Parménide) puis Hegel et Marx (qu’il aide à découvrir sous un autre angle, même s’il passe sous silence au fil de ses discussions, le sectarisme du penseur tout en occultant la partie de son œuvre sans doute la plus critiquable à savoir celle du « Manifeste » ouvrant la voie au goulag bolchévique…). Nous sommes parvenus à des conclusions similaires par la voie anarchiste, bien que nous ayons en commun avec Cousin une analyse de la société au travers du prisme radical du situationnisme et de l’universel et visionnaire Guy Debord. Pour Cousin comme pour nous, pas de solutions dans le système absolument irréformable.  Soit on laisse le capital aller au bout du bout du banc et tout détruire, soit le tsunami de la révolution sociale casse tout (État, marché, argent) et rétablit la communauté organique  et son communisme primordial.

Excellent entretien qui passe un paquet de sujets en revue. A voir et à diffuser sans modération.

Résistance 71

 

Vidéo, durée: 1h09