Archive pour france néocolonialisme afrique

Lutte contre le colonialisme… La contre mesure de la recupération oligarchique de BLM avec Urgences Panafricanistes

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, crise mondiale, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 10 juillet 2020 by Résistance 71

 

 

Résistance 71

 

10 juillet 2020

 

Ci-dessous, la conférence de presse donnée à Paris le 26 juin 2020 par l’ONG Urgences Panafricanistes et son leader Kemi Seba dont nous suivons le travail depuis 2013 environ et avons suivi souvent avec grand intérêt ses interventions télévisées lors de l’émission sénégalaise de très grande écoute « Le Grand Rendez-Vous ».
Bien des points des plus valides abordés ici et il est particulièrement intéressant pour nous de remarquer que les propos tenus sont très très similaires à ceux tenus par des gens comme Russell Means, Denis Banks (AIM) ou le professeur Taiaiake Alfred pour les mouvements de résurgence amérindiens nés dans les années 1970 jusqu’à aujourd’hui.

La conférence de presse commence par un communiqué de l’ONG Urgences Panafricanistes sur la situation de la recupération du mouvement BLM (Black Lives Matter) par l’oligarchie aux Etats-Unis en France et partout à des fins de pilotage politique mondialiste de maintien de la doctrine du « diviser pour mieux régner » et laisse une grande part à une séance de questions-réponses.

« La lutte n’est pas une question de couleur, mais une question de douleur » nous dit Seba à juste titre.
Nous disons ceci depuis bien des années :
« L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais ! »

Conférence de presse à voir et diffuser sans aucune modération
Enregistrement réalisé par Mediapac TV :
Durée 50 minutes où on ne s’ennuie jamais…

 

 


ONG Urgences Panafricanistes

 

Terreur marchande.. La France au Mali (entre autre)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 3 décembre 2019 by Résistance 71

 

Résumé en un dessin du racket organisé :

 

 

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Cameroun: Un maire dans la tourmente néo-coloniale de républiques… bananières.

Posted in actualité, France et colonialisme, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 24 mai 2015 by Résistance 71

Le Maire Kingué dénonce les sociétés négrières françaises à la cour suprême

 

Paul Eric Kingué

 

22 Mai 2015

 

url de l’article original:

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-18919.html

 

La première décision de la cour suprême est tombé ce jeudi 21 mai 2015. L’ancien Maire de Njombé Penja, M. Paul Eric Kingué, devra encore attendre jusqu’au 18 juin 2015 pour être fixé sur son sort. Les juges statuaient sur deux recours en cassation introduits depuis cinq ans par l’ancien Maire de Njombé-Penja. Paul Eric Kingué avait auparavant quitté sa cellule de la prison centrale de Douala-New-bell à destination de la Cour suprême à Yaoundé.

Paul Eric Kingué s’est exprimé devant la cour à la demande de la présidente avec les mots suivants :  « Ce qui me fait tenir depuis 08 ans, bien qu’il y ai eu des violations ostentatoires dans mon affaire, c’est que j’ai toujours eu confiance en la cour suprême. Depuis 08 ans, nous étions 40, il y a eu 11 morts et d’autres ont eu des AVC ».

Cameroonvoice vous propose de nouveau ci-dessous, la plaidoirie de l’élu du peuple et Maire Paul Eric Kingue.

=====================

Lettre Ouverte de Paul Eric Kingué au monde libre écrite en 201o

Mesdames et Messieurs,

Je saisis l’opportunité qui m’est divinement offerte, pour vous souhaiter mes vœux les meilleurs, en ce début d’année 2010. Je prie à cet effet le seigneur Tout- Puissant, de vous couvrir de ses grâces afin que vous et vos familles récoltiez les justes fruits de vos efforts durant ces 365 jours qui viennent de s’ouvrir. Vous accompagnent également, mes vœux de santé et de réussite.

Je suis Paul Eric KINGUE, Maire de Njombé-Penja, légitimement élu, mais incarcéré pour des raisons politiques depuis Février 2008, aux motifs que je suis l’instigateur des émeutes de la faim à Njombé-Penja, dans le Moungo au Cameroun.

A la suite d’un procès qui ressemblait à une véritable scène de théâtre mal conçue, j’ai été condamné à Nkongsamba, à 06 ans de prison ferme. Torturé, humilié, menacé dans cette prison par un groupe de responsables judiciaires et pénitentiaires caporalisés, c’est-à-dire à la solde de certains opérateurs économiques et hommes politiques, tirant les ficelles dans l’ombre, je n’avais pour seul soutien que Dieu, et vous tous qui m’avez soutenu partout dans le monde.

Jugé dans un procès pour des infractions que je connais ni d’Adam ni d’Eve, je suis écroué depuis bientôt deux ans, incapable d’encadrer mes jeunes enfants, parce que sans moyens et, coupé de ma famille.

UN PAN DE MA VERITE

Tout commence alors que j’avais 09 ans. Secoué par une révolte intérieure du fait de la misère profonde des parents, frères et sœurs de Njombé-Penja, (toutes tribus et religions confondues), je ruminais sans cesse, le rêve d’être en position un jour, d’apporter ma contribution dans l’amélioration des conditions de vie de cette grande famille devenue plus tard, mes électeurs.

Il faut dire que ma révolte s’accentuait au fil du temps avec la paupérisation grandissante de ces populations que j’ai tant aimées pour leurs efforts quotidiens. Une population en somme travailleuse qui, toutes les 04 heures du matin, est éveillée et en route pour les champs qu’elle ne quitte qu’à 22 heures, quelques fois avec des lampes tempêtes. Ce sont sans doute, ces efforts qui font de Njombé-Penja, un des multiples greniers agricoles du Cameroun.

EXPROPRIATION DES TERRES, SOURCE DE LA MISERE DES POPULATIONS DE NJOMBE-PENJA

Dès les années 1960, plusieurs exploitants agricoles venus de l’Europe et plus précisément de la France ont, par la puissance financière et par des jeux de passe-passe indescriptibles, fait main basse sur de larges étendues de terre, soit pour y cultiver de la banane, soit du poivre (prisé dans le monde), soit alors des fleurs ou des ananas … Conséquence, il ne restait plus qu’aux riverains, quelques bandes de terres parsemées de cailloux et sans grande fertilité. Ce qui n’a pas manqué d’effets sur la production traditionnelle et donc, sur l’autosatisfaction alimentaire des populations de Njombé-Penja.

Vers les années 1988, s’installent à Njombé-Penja, après la mort artificielle de l’OCB (Organisation Camerounaise de la Banane) vendue alors qu’elle dégageait des marges bénéficiaires non négligeables (environ 2 milliards de nos francs par an), le tandem SBM-PHP-SPNP, à capitaux français en majorité, avec quelques actionnaires camerounais dont je tais pour l’instant, les noms.

Choqué par cette privatisation qui ne visait qu’à satisfaire des intérêts d’un certain nombre d’individus, parfois insoupçonnés, et face à la misère quotidienne dans laquelle plongeaient chaque jour les populations locales, je n’ai pu supporter un tel drame :

LE GROUPE SBM – SPNP – PHP : DES ESCLAVAGISTES SANS CŒUR

En ce moment, s’il vous arrive de descendre à Njombé-Penja, la première des choses qui vous touchera c’est l’impraticabilité des routes et pistes rurales, jonchées de nids de poules après tous les 10 mètres. Le pire c’est la poussière enveloppante dont se nourrissent tous les jours, les populations de Njombé-Penja. Vous n’y compterez pas une trentaine de maisons passablement édifiées, faute de moyens financiers d’une population meurtrie, exploitée au quotidien par les colons de nos plantations.

La localité compte 40 000 taudis construits en planches mal rabotées. Parfois sans portes, ni fenêtres. Les salaires avant mon arrestation, tournaient autour de 37 euros (ce qui me bouleversait profondément) , qu’on gagne parfois, après avoir fait des heures supplémentaires c’est-à-dire, environ 12 à 15 heures de travail par jour. Au finish, impossible pour un ouvrier, père de deux enfants, de payer son loyer et surtout, de nourrir sa famille pour ne citer que ces devoirs.

Les conditions de travail sont telles qu’il ne faut pas y penser. Très souvent sans matériel de travail, bottes, casques et autres, les ouvriers de ces plantations épandent des produits toxiques dangereux sans protection, curent des caniveaux bras et pieds nus, parfois sous les menaces des « chefs d’équipes » toujours à la solde des « chefs blancs ». Le plus curieux ici, est qu’au terme des journées de travail exténuant, ceux-ci n’ont aucun point d’eau dans la ville pour leur bain. La commune dont j’avais la charge ne pouvait s’y investir, faute de moyens financiers. Face à ce désastre qui impose que les organisations qui financent ces entreprises s’interrogent, le Maire élu que j’étais, bien que du RDPC, ne pouvait rester insensible. Qui mieux qu’un Maire dans une localité, peut mesurer le niveau de souffrance d’une population ? Quel humain peut rester indifférent aux salaires de catéchistes que ces exploitants d’un autre genre reversent aux ouvriers de leurs plantations ?

MAIRE DU RDPC, MAIS PERE ET CHEF DE FAMILLIl peut paraître curieux que mes fonctions politiques (Président Sous-Section RDPC et Maire) donnent du tournis à tous ceux qui pensent que, militer dans le RDPC est un délit, que non ! Non parce que je pense n’avoir jamais reçu de ce parti que j’ai servi avec passion, une doctrine de destruction, de déstabilisation de l’autre. Non aussi parce qu’en réalité il existe dans ce parti, des responsables plus proches de Dieu que du diable. Seulement, les rapports des forces en son sein finissent toujours par donner raison aux serviteurs du diable, c’ est-à-dire à ceux là qui, dans la course effrénée aux pouvoirs mondains, ont volontairement vendu leurs âmes, devenant par ricochet, des serviteurs irréversibles du mal.

Quant à moi, rien, mais alors rien ne passe avant la personne humaine. Fils de veilleur de nuit, je peux apprécier la misère, pour l’avoir vécue. Parce que l’ayant vécue, je ne peux jamais être complice des malheurs d’un peuple, des malheurs d’une population travailleuse qui ne demande qu’à vivre. Aucune fonction politique, aucune fonction administrative n’est assez forte pour me couper du paysan, du peuple et c’est sans doute pourquoi, je croupis injustement aujourd’hui, au fond d’une cellule, à la prison de Douala.

AVANT LES EMEUTES DE FEVRIER 2008

Dès ma prise de fonction à la tête de la commune de Penja, je fais un constat amer. Le bâtiment abritant la commune était semblable à une usine à café abandonnée, sans entretien, sans électricité. La commune accumulait alors quatre mois d’impayés de lumière. Elle était dans le noir. Les employés, pères et mères de famille accusaient des arriérés de salaire de 03 (trois) mois (que je m’empresse d’éponger trois semaines seulement après mon installation) .

Paradoxalement, le Préfet du Moungo d’alors percevait 250 000 (Deux cent cinquante mille) FCFA par mois, à la commune de Njombé-Penja ; le Sous-préfet aussi. Ces deux administrateurs délestaient la commune de 500 000 (Cinq cent mille) FCFA tous les mois. La Secrétaire du Sous-préfet était payée par la commune, son chauffeur aussi. Curieux de comprendre les raisons de ces dépenses qui en réalité ne cadrent pas avec les missions de la commune, j’ai été sommé par le Préfet devenu Gouverneur aujourd’hui (comme si les promotions au Cameroun ne visent que des voleurs), de ne faire aucune dénonciation. Révolté parce que je considérais déjà comme des abus, j’ai décidé en ma qualité de juge d’opportunité et de gestionnaire de cette collectivité, d’arrêter cette saignée financière qui ne s’expliquait pas, tout en redéployant à la commune ces personnels, mis indûment à la disposition du Sous-préfet et payés par ma commune.

Les réactions du Préfet et du Sous-préfet n’ont pas tardé, l’un et l’autre décidés de me faire payer chère, mon audace. Pour moi en réalité, cet argent devrait être orienté dans la construction des points d’eau potable communaux pour le bien des populations locales. J’étais alors devenu la bête à abattre pour avoir osé fermer le robinet qu’était devenue cette commune au détriment des populations écrasées par la misère.

En poussant plus loin ma curiosité, je constate, non sans réunir mes collaborateurs, que les plantations PHP, SPM et SPNP ne payent ni patente, ni enregistrements sur leurs différents baux, bref, aucune taxe communale. Dans le but d’y voir clair, je saisis par téléphone Monsieur François Armel (DG PHP), Monsieur Brethes (DG SPM), Dame Caplain (DG sociétés Caplain) leur faisant tenir parallèlement, des courriers à cet effet.

Malgré mes démarches conciliatrices, aucune des sociétés n’a daigné faire le moindre pas, si ce n’est des propositions de corruption. C’est ainsi que Sieurs Brethes et François Armel me proposent des pots de vin de 20 millions de francs CFA / Trimestre au cas où j’abandonnais ma pression pour le payement par eux, des impôts locaux. Il faut dire qu’au terme d’une expertise fiscale que j’ai commandée, la commune se voyait délester 2 755 000 000 (Deux milliards sept cent cinquante cinq millions) FCFA par an, d’impôt communaux : (sur les salaires, enregistrement, patente, taxes sur la dégradation de la chaussée, taxes agricoles, différentes délibérations …).

Dans l’unique souci d’aider ma commune et ses populations, j’ai décliné l’offre de corruption qui m’a été faite par ces négriers. Pour rétablir la commune et les populations dans leurs droits, j’ai saisi le Premier Ministre d’alors, Sieur INONI Ephraim, qui a instruit le Directeur Général des Impôts (Sieur Laurent NKODO) de reverser ces entreprises au régime de droit commun, en procédant à l’annulation des différentes exonérations dont elles se targuaient et qui, en réalité, étaient illégales, conformément au Code Général des Impôts du Cameroun (Voir lettre attachée).

En effet, ces sociétés, pour bénéficier de ces exonérations, se sont fait déclasser et enregistrer par quelques zélés de l’administration fiscale et sans doute contre pots de vin, comme sociétés coopératives agricoles qui, selon le Code Général des Impôts sont exonérées d’un certain nombre de taxes. Ce qui naturellement est une tricherie, une délinquance fiscale qui ne permet pas à la commune de Njombé-Penja d’asseoir une véritable autonomie financière.

Il était désormais évident, qu’après avoir mis fin à la spoliation par le Préfet et le Sous-préfet de fonds de la commune de Penja, après avoir traqué les entreprises esclavagistes associées à ces deux administrateurs entretenus par les premiers (carburant, avantage divers), mes jours étaient comptés à la tête de cette commune où je devenais un empêcheur de « bouffer ».

L’ALLIANCE DU MAL

L’alliance entre les administrateurs aigris (Préfet et Sous-préfet) et les DG des bananeraies contre moi, était devenue palpable. C’est ainsi que le 12 février 2008, après la fête de la jeunesse, j’ai été reçu par le Gouverneur actuel, de la région du Littoral, qui m’informait qu’il lui a été rapporté (le Comité de Coordination du Moungo) que la veille, c’est-à-dire le 11 février, j’étais assis au moment où on exécutait l’hymne nationale. Grâce à la technologie occidentale, j’ai pu imprimer les CD-R de ladite fête, pour confondre les manipulateurs et initiateurs de ce rapport grossièrement mensonger.

Quelques CD-R remis au Gouverneur lui ont permis de se rendre compte de cette manipulation. C’est ce qui a fait ajourner mon arrestation, qui avait déjà été instruite pour ce 12 février 2008.

L’EVENEMENT FATAL

Alors que je croyais avoir échappé à l’arrestation ordonnée le 12 février 2008, les évènements du 25 février sont venus servir de prétexte pour régler une fois pour toute, les problèmes du Maire « empêcheur de bouffer ». Cloîtré chez moi les 25 et 26 février 2008 parce que n’ayant aucune force de l’ordre à ma disposition pour contenir les évènements, je n’ai pu sortir que le 27 février 2008 à la faveur de l’arrivée à Penja, d’un renfort de plus de 300 hommes du GMI et du BIR. Ce jour, le Sous- préfet et moi curieusement, avons associé nos forces pour nous adresser à une jeunesse en furie, qui a fini par nous comprendre, abandonnant la grève.

Ce jour même, la paix a été établie en présence du Colonel ALKASSOUM, venu de la légion du Littoral, qui, impressionné par nos interventions (le Sous-préfet et moi) m’avoue qu’il est à Penja depuis le 22 février 2008 (avant la grève), pour mon arrestation.

Que l’on veuille lier mon arrestation aux évènements de février 2008, n’est que manipulation politicienne. Pourtant je suis jugé pour ces évènements que je ne connais ni d’Adam ni d’Eve. Pendant 09 mois de simulacre de procès, aucun des 22 témoins du Ministère public pourtant préalablement préparés par le Parquet du Moungo n’a déposé contre moi, encore moins les 30 co-accusés qui m’ont été collés et que je ne suis venu connaître qu’en prison.

FUITE EN AVANT

Après une parodie de procès ne reposant sur rien, et manipulé par certains haut fonctionnaires de Yaoundé, « noyé par la banane sucrée de Njombé-Penja » (suivez mon regard) et sentant le jugement de Nkongsamba non fondé juridiquement et donc susceptible d’être qualifié de politique, un nouveau procès m’a été collé sur le dos, vide comme le premier : Accusation de détournement de la somme de 1 400 000 (Un million quatre cent mille) FCFA. Après le jugement politique rendu à Nkongsamba, l’accélérateur est mis sur une accusation non prouvée par pièce, d’un détournement de 1 400 000 FCFA. De quoi s’agit-il ?

Ici, je suis accusé de « détournement » du simple fait qu’il m’est reproché d’avoir engagé une dépense sans le visa préalable du Préfet. Le Maire est l’ordonnateur du budget de la commune, juge d’opportunité de la commune. En septembre 2007, pour installer l’exécutif communal local, les conseillers municipaux arrêtent un budget à 7 000 000 (Sept millions) FCFA. Les caisses de la commune sont vides, c’est-à-dire sans argent. La tutelle exige et instruit le Receveur Municipal de procéder aux recouvrements afin de rendre possible ladite installation, à laquelle je suis opposée parce que héritant d’une commune pauvre.

En parcourant le budget communal de 2007, je m’aperçois que la ligne prévue pour les « fêtes et cérémonies » c’est-à-dire la ligne 612-112 à la commune est épuisée. Les procédures administratives et comptables exigent que, pour engager une dépense dans une ligne, il faut se rassurer que le crédit dans cette ligne est suffisant et disponible. Je me rends compte, qu’il ne reste plus que 400 000 (Quatre cent mille) FCFA seulement, disponibilité s dans cette ligne. Je procède à un virement de crédit par arrêté que je prends, et le fait viser par la tutelle (le Préfet).

L’arrêté est bel et bien visé par la tutelle. Une fois visé, je décide d’engager les dépenses liées à l’installation projetée. Conformément à la loi, le Maire est l’unique ordonnateur du budget de la commune voir loi n°18-2004/22 Juillet 2004, et donc juge d’opportunité. Pour masquer mon arrestation afin de la dépouiller de l’estampille politique, il m’est reproché de n’avoir pas fait viser une décision que j’ai prise portant dépense de 1 400 000 FCFA par le Préfet.

Il faut dire qu’aucune loi, n’oblige le Maire à faire viser ses décisions par le Préfet et seuls certains actes, limitativement énumérés par la loi n° 18-2004/22 Juillet 2004 article 70 sont soumis à l’approbation préalable du Préfet. Par ailleurs, défini dans le cadre strict de l’article 184 du code pénal, détourner c’est obtenir ou retenir frauduleusement les biens appartenant à l’Etat, aux collectivités etc.…

Autrement dit, même s’il était arrivé que la procédure comptable eût été violée, ceci ne serait pas pénal. Pour le dire aisément, la violation d’une procédure ou d’une règle de loi relève de la pure et unique compétence du juge administratif que ne sont pas les magistrats du TGI du Moungo. Dans le cas de cette procédure, aucune violation légale ne peut être soulevée car le Maire reste l’unique ordonnateur du budget de la commune et par conséquent, le juge d’opportunité. Dans ce procès, il n’est versé aucune pièce prouvant que j’ai obtenu ou retenu frauduleusement les biens de la commune.

Pourtant, le législateur a été clair, « le Juge ne peut fonder sa décision que sur les preuves administrées au cours des débats ». Aucune preuve dans ce procès n’est apportée, ou mieux, n’est administrée pour prouver que le 1 400 000 FCFA a été perçu par le Maire que j’étais. Au contraire, les reçus des prestataires sont là, pour prouver que les destinataires finaux de cette somme sont bien, les prestataires grâce auxquels, les cérémonies d’installation ont été rendues possibles. CD-R et photos le prouvant.

HARCELEMENT JUDICIAIRE

Pas trop rassurés de retenir la culpabilité dans ce procès de 1 400 000 FCFA inventé par mes persécuteurs, le Ministère Public, a engagé un second dossier de détournement, sans me faire comparaître chez un juge d’instruction et ce, en violation de la loi, mais me renvoyant devant le juge de jugement. 2e Accusation de détournement portant sur les sommes imaginaires.

Comme un rouleau compresseur, tout est mis en branle pour me maintenir en prison. Après le 1 400 000 FCFA dont on ne peut prouver ma décharge, je suis accusé d’avoir détourné 4 960 000 FCFA donnés par la SPM et destinés à l’extension du réseau d’eau SNEC à l’hôtel de ville de Penja.

Parlant de cette somme d’argent, elle a effectivement été versée par la SPM au prestataire de service (contre décharge) pour les travaux d’installation du réseau d’eau potable à l’hôtel de ville de Penja. Seulement, conformément aux procédures comptables et administratives, pour recevoir un don, le Conseil Municipal siégeant comme organe délibérant doit l’autoriser. Or pour l’autoriser, il doit se réunir en session ordinaire ou extraordinaire. Mais, chaque fois que se réuni le Conseil Municipal de la commune de Penja, 3 000 000 (Trois millions) FCFA doivent être déboursés pour ladite session (frais de secrétariat, frais de réception, carburant, indemnités de session des conseillers municipaux).

Pour installer l’eau à l’hôtel de ville, le coût des travaux est de 4 960 555 Francs CFA (Quatre millions neuf cent cinquante cinq mille francs CFA). La SPM s’est engagée, à ma demande, à financer cette opération qui était d’ailleurs, la première pour cette entreprise. Partagé entre réunir le Conseil Municipal et dépenser 3 000 000 FCFA qui n’ont aucun rapport avec l’eau que je veux voir installer à l’hôtel de ville, je décide de faire verser cette somme aux entreprises prestataires des travaux d’installation d’eau. Ces sociétés installent de manière effective, le réseau d’eau à l’hôtel de ville pour la somme totale de 4 960 500 (Quatre millions neuf cent soixante mille cinq cent) FCFA. L’hôtel de ville est connecté depuis novembre 2007 au réseau d’eau SNEC, au grand bonheur du personnel communal.

Question : Qu’en serait-il si sur les 4 960 555 obtenus de la SPM, j’avais déboursé 3 000 000 pour le Conseil Municipal qui n’était nullement l’objet de ce don ? (Voir attaché procès verbal de réception des travaux, constat d’effectivité des travaux par Huissier de justice, autres pièces prouvant que cet argent n’a jamais été détourné).

Où est le détournement ici ? La violation d’une règle de procédure comptable est-elle un détournement ? L’eau peut-elle exister à l’hôtel de ville et que j’en sois accusé de détournement ? Qu’est ce qui donc, a été détourné ? Rigoureux dans la gestion de la chose publique, je ne pouvais, nullement réorienter cet argent vers un objet auquel il n’était pas destiné c’est-à-dire le conseil municipal ; mais plutôt pour des travaux objet du don de la SPM (chacun peut vérifier que l’eau est bel et bien installé à l’hôtel de ville de Penja).

DES RAPPORTS MENSONGERS, BASE DE MA REVOCATION

Pour obtenir ma suspension puis ma révocation, le stratagème que le Préfet, le Sous-préfet et les négriers des bananeraies ont arrêté est le suivant : Demander la descente à la commune d’un contrôle mixte MINFI (Ministère des Finances) MINATD (Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation) courant décembre 2007. Une commission mixte MINATD-MINFI descend à la commune après avoir passé la nuit dans les plantations de bananes. Arrivée à la commune le lendemain, la commission dirigée par Joseph KUETE, sans m’entendre, décide de s’en prendre à la Secrétaire Générale de la commune contre toute attente. Je leur dis qu’il m’a été rapporté qu’ils ont passé la nuit dans la bananeraie. Sans se gêner, ils sont passés aux aveux. Que sont-ils allés faire dans la bananeraie alors qu’ils venaient pour des contrôles à la commune ? Dieu seul le sait jusqu’à nos jours. Après avoir passé 48 heures à Penja, aucune question ne m’a été posée sur ma gestion, ceux-ci se bornaient à vérifier les actes administratifs de la Secrétaire Générale.

Au terme de leur séjour, le rapport manipulé déposé auprès du MINATD porte sur des supposées sommes d’argent que j’aurais prises à la PHP et à la SPM, sommes que je n’ai pas reversées à la commune selon les contrôleurs et les propriétaires des bananeraies de Njombé Penja. Ceci est confirmé dans le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune du 05 Juin 2008 page 3, sur le titre : Pourquoi le Maire de Penja a-t-il été révoqué !

DES ALLEGATIONS MENSONGERES COMME ARME DE DESTRUCTION DU MAIRE ELU

Dans un entretien accordé à Monsieur Sébastien Moreigne d’Amnesty International, Sieur Patrice O’Quin, propriétaire des bananeraies de la SPM, bourreau de LAPIRO de MBANGA et Paul Eric KINGUE, affirme ce qui suit : « Le Maire Paul Eric KINGUE, je ne le connais pas personnellement. Je sais qu’il est corrompu. Une fois élu Maire, il a été trouvé les sociétés bananières pour leur demander des financements pour la mise en eau de Penja. Les PHP lui ont donné 17 millions de francs CFA, et la SPM 7 millions de francs CFA. Il ne les a pas reversés, et la Société Nationale des Eaux du Cameroun (SNEC) a déposé plainte contre lui, voyez la SNEC à ce sujet … »

Cette déclaration qui coïncide curieusement avec l’article paru dans Cameroon Tribune, vient conforter ma conviction selon laquelle ma révocation vient des bananeraies. Pourquoi en douter quand on sait que pour motiver ma révocation, le décret Présidentiel dit ce qui suit : « … révoqué pour irrégularités constatées dans la gestion de la commune … ». Cameroon Tribune a bien titré : « Voici pourquoi le Maire de Njombé-Penja a été révoqué ».

Dans l’article incriminé, il est écrit, noir sur blanc « qu’une fois installé à la tête de la commune, j’ai été collecté des sommes d’argent dans les plantations bananières, que je n’ai pas reversées. Sous réserve qu’il me soit prouvé devant les juridictions pénales françaises que j’ai perçu des supposées sommes d’argent dans ces plantations, j’ai le devoir d’informer les communautés nationale et internationale que jamais, mais alors jamais, il n’a existé aucune promiscuité entre ces sociétés et moi. Autrement dit, je n’ai jamais traité des questions de moindres sous avec ces sociétés. Qu’il s’agisse des 17 millions dont a parlé Monsieur O’Quin, venant de la PHP, qu’il s’agisse des 7 millions supposés avoir été perçu par moi dans son entreprise. Jamais la SPM n’a versé 7 millions de francs CFA à Paul Eric KINGUE, jamais la PHP n’a versé 17 millions à Paul Eric KINGUE en tant qu’individu, ni en tant que Maire. La seule dépense effectuée par la SPM au profit de la commune, c’est celle se rapportant à l’extension du réseau d’eau SNEC installée de façon effective, visible, palpable, constatable à l’hôtel de ville et vérifiable par tous. Et cette somme était de 4 960 555 FCFA.

A la lecture de cette enquête menée par Sébastien Moreigne, il ressort clairement un gros tissu de mensonges venant d’un homme qualifié de patriarche, qui semble ne pas avoir la maîtrise de ses affaires en Afrique. Il transpire par ailleurs que les Directeurs Généraux des plantations de Njombé-Penja et Mbanga, quand ils veulent détourner, inventent n’importe quelle potion à faire avaler à Robert Fabre (Propriétaire de la PHP) et à Patrice O’Quin (Propriétaire SPM).

LA GOUTTE D’EAU QUI DEBORDE LE VASE

Le 27 février 2008, alors que le Sous-préfet et moi venions d’obtenir le calme à Njombé Penja, je reçois un appel téléphonique d’une chaîne de télévision privée de la place, qui voulait avoir des précisions sur le bilan des émeutes dans ces localités. Encerclés (le Sous-préfet, le Commandant, le Maire, le Colonel) par au moins 5 000 (cinq mille) jeunes portant encore des gourdins et menaçant de reprendre les émeutes si je ne disais pas la vérité, je suis contraint de déclarer ce qui suit : « … Njombé-Penja compte un mort, et Loum 6 victimes dont des blessés et des morts … »

Cette déclaration qui n’a pas été appréciée par la hiérarchie politique de la République est la goutte d’eau qui déborde le vase. C’est elle qui scelle mon sort. Une déclaration, une opinion. Une seule déclaration a suffi pour que je sois arbitrairement arrêté. Une déclaration faite sous la menace des assaillants, une menace telle que, nul ne pouvait faire autrement.


CONCLUSION

Cette mise au point est faite d’une part, pour permettre la compréhension de ce feuilleton qui, le 25 février prochain entrera dans sa 3e année, d’autre part, les manipulations politiciennes qui ont conduit à mon arrestation. Il était évident que ma présence à la commune de Penja hantait les opérateurs économiques propriétaires des bananes, que je mets au défi, du fond de la prison où je croupis injustement, d’apporter la moindre preuve du payement de leurs patentes, des enregistrements des baux (dont 90% de paiement reviennent aux communes), les paiements des taxes agricoles, des taxes communales fixées par délibérations approuvées pourtant par la tutelle administrative (Préfet, Gouverneur).

 Ma présence à la tête de cette commune menaçait également les intérêts financiers d’un Préfet et d’un Sous-préfet corrompus et sans hauteur, qui des années durant, ont fait mains basse sur les ressources d’une commune qui n’arrivait pas à retrouver ses repères et dont j’étais décidé de renflouer les caisses, pour le bien des populations de Njombé-Penja qui m’ont accordé leur suffrage pendant les

Quelle est cette logique qui veut qu’au Cameroun, seuls les voleurs de la fortune publique, les déstabilisateurs de l’équilibre social soient récompensés ? Ne méritais-je pas d’être soutenu dans mes nobles ambitions de redonner à une commune ce qu’elle a perdu depuis plus de 3 décennies ? Devrais-je forcement m’aligner dans la logique de corruption en acceptant les propositions faites par ces Directeurs coloniaux qui me proposaient 20 millions FCFA par trimestre. Peut être en acceptant cet argent, j’aurais été financièrement heureux, mais j’en suis sûr malheureux moralement pour avoir été complice des malheurs d’une population qui souffre au quotidien. « J’ai préféré moi, de souffrir financièrement et vraiment, je souffre dans la Prison de New Bell où je suis arbitrairement incarcéré ».

Paul Eric Kingué

Maire légitime de la Commune de Njombé-Penja,

Détenu politique des Bananeraies PHP & SPM

Nouvel Ordre Mondial et dictature mondiale: US Marines et gendarmes français s’entraînent ensemble contre les émeutes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique française, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , , on 12 décembre 2014 by Résistance 71

Qu’en penser au delà du blablatage officiel de circonstance ?

1- Frères africains, méfiance, la déstabilisation et le colonialisme direct revient… US AFRICOM mène la charge !

2- Citoyens français, une intervention américaine sur le sol français en renfort n’est plus une vue de l’esprit. La connexion est faite…

3- Le système coercitif du Nouvel Ordre Mondial et sa grille de contrôle se mettent en place toujours plus avant… L’équipe ultra-mobile de l’AFRICOM basée en Espagne ?

— Résistance 71 —

 

Les fusiliers marins américains (US Marines) et la gendarmerie française s’entraînent ensemble pour les actions anti-émeutes et le contrôle des foules

 

Lieutenant Gerard Farao

 

12 décembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.dvidshub.net/news/149904/us-marines-french-gendarmes-conduct-crowd-and-riot-control-training#.VIos5ChZFS-

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

MORÓN AIR BASE, Espagne – Des cocktails Molotov explosent et du gaz lacrymogène remplit les rues alors que les US Marines du SPMAGTF Crisis Response – Afrique et les gendarmes mobiles français d’un group blindé essaient de contrôler une foule d’émeutiers dans une rue de centre urbain.

C’était en tout cas le scenario joué alors que les Marines et les gendarmes français s’entraînaient ensemble aux techniques anti-émeutes et de contrôle de la foule au Centre National d’Entraînement de la Gendarmerie à St Astier, France su 1er au 5 décembre 2014.

La gendarmerie, comme les fusiliers marins du SPMAGTF-CR-AF américain, sont appelés dans des endroits d’instabilité pour restaurer la paix et protéger les intérêts nationaux à l’étranger. L’idée de voir les US Marines et les gendarmes français s’entraîner ensemble a germé il y a environ 10 ou 12 ans. Ces deux unités sont appelés par leur nation au renforcement des ambassades face à une menace ou une crise grave.

Pendant les multiples évènements, les Marines et les gendarmes ont partagé des leçons pratiques apprises, se sont entraînés aux escortes et aux procédures anti-émeutes et ont participé à un entrainement à munition réelle, puis on bâti un esprit de corps au travers du parcours du combattant. L’entraînement a culminé avec la réalisation d’un scénario qui simulait Marines et gendarmes dans une action conjointe de réponse à une crise dans un pays étranger, protégeant les ambassades française et américaine et effectuant un contrôle d’émeute et de foule.

“Les capacités logistiques d’entrainement de St Astier offent une expérience unique que nous ne sommes pas capables de reproduire sur notre base aérienne de Moron”, a dit le capitaine Brian Green, l’officier en charge de la SPMAGTF Crisis Response – Africa. “La capacité d’utiliser des munitions caoutchouc, des cocktails molotov et du gaz CS pendant une simulation d’émeute a amené un sens de réalisme à l’entrainement. Les gendarmes français et les Marines ont définitivement construit une relation durable qui continuera de croître dans le futur au travers de toujours plus d’entrainement et cette alliance prouvera sa force si elle est appelée à agir en Afrique.”

L’expérience d’inter-opération gagnée par l’évolution de l’entrainement n’a pas de prix alors que les deux unités pourraint travailler ensemble dans le futur. L’exercice a permis aux gendarmes de gagner plus de connaissance sur les tactiques non-létales, les techniques et les procédures, tandis que le partenariat avec les gendarmes a permis un renforcement des relations américaines avec la France.

“Nos deux nations sont alliées depuis bien longtemps, nous nous considérons même comme étant les plus vieux alliés”, a dit le commandant de gendarmerie André Rakoto, un officier du commandement de la gendarmerie à Paris. “Il est logique que nous désirions éventuellement combiner nos forces pour opérer des opérations conjointes en Afrique. En temps de crise, les Français devront y aider des citoyens américains et les Marines aideront des citoyens français, ce qui rend cet exercice excellent pour le futur.”

Le SPMAGTF-CR-AF est équipé pour répondre à une grande variété d’opérations militaires au sein de la zone d’influence d’AFRICOM incluant: renforcement des ambassades, assistance humanitaire et opérations d’aide après désastre naturel, récupération tactique d’appareils volants et de leur personnel navigant, entraînement avec d’autres nations et autres missions selon les besoins.

La solution africaine passe par une véritable décolonisation des pays d’origine…

Posted in actualité, altermondialisme, économie, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 19 novembre 2013 by Résistance 71

Cet article est parfaitement en phase avec ce que nous disons ici depuis un bon moment… Notre dossier sur le colonialisme et les luttes indigènes pour leur réelle indépendance

— Résistance 71 —

La solution aux drames de Lampedusa : La décolonisation des pays d’origine !

19 Novembre 2013

 

url de l’article:

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-13300.html

 

Eugénie Dossa Quenum

 

La nouvelle tribune


Chercheur indépendant en Sciences Politique et Sociale Consultante en gouvernance.


Conférencière
Ecrivain
Membre de la Ligue Internationale de Femmes pour la Paix et la Liberté
Membre de Médecins Du Monde

C’est la politique de domination des peuples africains et le système économique d’exploitation féroce des richesses agricoles, minières et humaines de leurs pays par les gouvernements occidentaux et américain avec la complicité des chefs d’Etat africains qui poussent les immigrés à fuir la violence des guerres engendrées par les rivalités entre multinationales, la pauvreté, la misère et la faim, pour risquer leur vie dans la Méditerranée.

Déjà 17.000 morts à Lampedusa depuis 20 ans. Des migrants qui ne cherchaient qu’à survivre hors de leurs pays transformés en enfer à cause de la convoitise de leurs immenses richesses et de leur position géostratégique.

En effet, les sols de leurs pays regorgent de Coton dont le Mali est le premier producteur, de Café, de Cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur, ainsi de suite…Leurs sous-sols concentrent de manière ahurissante, les plus précieux minerais du monde.

Ainsi, l’Or, dont le Mali est le troisième producteur du monde, l’Uranium, dont le Niger est le deuxième producteur du monde, le Coltan, métal recherché dans la fabrication des téléphones portables et les engins spatiaux, dont la République Démocratique du Congo (RDC) est le premier producteur avec70% de la réserve mondiale, le Diamant, le Cobalt, le Fer, sans compter le pétrole et bien d’autres produits encore.

 Des produits exploités et exportés dans un échange inégal savamment organisé par des multinationales en toute opacité, aux seuls profits des pays européens et américains et au mépris des intérêts de leurs propriétaires, les peuples africains.

Celles pétrolières Elf-Congo et Agip-Recherches-Congo qui opèrent au Congo-Brazzaville par exemple, ne cèdent à ce dernier que 20% du partage de production alors que ce pourcentage est de 50% partout ;

AREVA, société française, numéro un du nucléaire civil, seule exploitante pendant longtemps a maintenu l’Uranium du Niger à 22 Dollars le Kg pendant des décennies avant de relever ce taux à 32 Dollars en 2007 sous la pression de la concurrence internationale ;

En Côte d’Ivoire, les sociétés françaises qui forment l’essentiel du tissu économique rapatrient les 90% de leurs intérêts. Cf « Billet d’Afrique et d’ailleurs. » de l’association Survie N° 198 de Janvier 2011. Et il en est ainsi dans presque tous les autres pays francophones d’Afrique.

« Le Cameroun, comme tous les pays de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale, la C.E.M.A.C., préfère financer l’économie française aux dépends de leur propre économie à travers le mécanisme du « Compte d’opérations » », peut-on lire sur le site de Terangaweb/L’Afrique des idées. Alors que le financement de leurs Petites et Moyennes Entreprises aurait certainement permis de créer des emplois et contribué à l’amélioration des conditions de vie des salariés, et ces capitaux servi à financer la scolarisation des enfants et l’apprentissage des jeunes…

Le FMI et la Banque Mondiale quant à eux, en imposant aux pays africains l’application d’un Programme d’Ajustement Structurel « P.A.S. » depuis les années 80 ne font-ils pas preuve d’un cynisme ?. Couvrant déjà les multinationales qui opèrent dans ces pays dans leur refus d’accepter un audit sur leurs sociétés, ils exigent que ces derniers déjà affaiblis privatisent les secteurs vitaux de leur économie, tels le Port, l’Aéroport, la Poste, les Communications, les Banques etc…en les cédant aux sociétés étrangères.

Les conséquences de telles privatisations sont des licenciements massifs sans aucun plan social contrairement aux usages dans les pays occidentaux.

 L’exemple des 70% de la population active adulte au chômage au Congo Brazzaville à partir de 2004, n’en est qu’une illustration. Dans les autres pays, cette situation engendre de nombreux chômeurs dont plus de la moitié ont entre 25 et 35 ans.

 Les compressions de personnels exigées par le « PAS » dans les services sociales conduisent à une pénurie en ressources humaines en Santé comme dans l’Education. Ce qui pénalise lourdement les peuples victimes de cette politique d’austérité.

Dans le même temps, en préconisant de la part de ces gouvernements africains mis à genou, des efforts pour l’élaboration d’un Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté (DSRP), le FMI ne fait-il pas preuve de schizophrénie ?

L’Europe s’est arrogé des privilèges et des droits historiques sur l’Afrique depuis la période de l’Esclavage, puis celle du colonialisme jusqu’à nos jours.

Cette main mise a d’abord été théorisée en 1532 par le théologien espagnol François Vittoria, puis le révérend Père Muller. En 1685, le Code Noir de Louis XIV rédigé par Colbert qui institutionnalisait l’esclavage a été réactualisé par Bonaparte qui lui avait adjoint celui de l’indigénat pour prolonger le système. 

Ensuite, c’est Albert Sarrault, cet autre illustre théologien qui évoquait en 1931 pour justifier les barbaries commises par les colons, « Le droit de la colonisation à la mise en circulation des ressources que les possesseurs débiles détenaient sans profit pour eux-mêmes et pour tous… » Cf. Suret Canal dans « Afrique Noire l’ère coloniale 1900-1945 »

Et lorsqu’en 1960, la Résolution N° 1514 de l’ONU sur la décolonisation des pays sous domination a été votée pour libérer ces derniers, la parade trouvée par la France pour maintenir le statu quo a été le pacte colonial dont la signature imposée en 1961 stipulait en son annexe II, l’obligation pour ces pays de lui réserver l’exclusivité de leurs richesses agricoles, minières et stratégiques avec interdiction formelle d’échanger entre eux.

Un système chargé de veiller à l’application stricte de ces accords de vassalisation et de garantie du pillage éhonté des anciennes colonies françaises fut également mis en place : C’est la Françafrique. Un système anachronique, hideux et barbare qui s’est excellé dans l’assassinat des premiers présidents africains, contestataires du pacte colonial. Un système de spoliation et de brimade des peuples. C’est ainsi que périt Patrice Lumumba au Congo Kinshasa par les soins des USA et de la CIA avec l’aide des colons Belges pour être remplacé par Mobutu plus servile, afin de poursuivre l’exploitation du gisement de Shinkolobwe dont l’Uranium leur avait permis de fabriquer la Bombe Atomique de Nagasaki en 1945.

Au Congo Brazzaville, ce fut Fulbert Youlou qui fut assassiné en 1963 pour avoir dénoncé à la tribune des Nations Unies les prétendus accords de coopération avec la France. Il en fut également ainsi pour Alphonse Massamba Debat et Marien Ngouabi, pour ses interrogations sur la part de pétrole qui revenait au Congo.

Le même sort fut réservé à l’Abbé Barthélémy Boganda de la République Centrafricaine et François Tombalbaye au Tchad.

 Ces assassinats restés impunis, ainsi que les agissements des puissances européennes dans les pays d’Afrique font penser à la déclaration de Benjamin Walter qui écrivait en 1940 au sujet d’Hitler qui a pratiqué la loi du plus fort sur les pays européens pendant la deuxième guerre mondiale : « …La pire barbarie peut surgir de la plus haute culture. Du moins, si nous laissons aller l’histoire comme si elle ne dépendait pas de nous. ».

La françafrique encore en service aujourd’hui, pour maintenir la vassalisation des colonies, gère les « élections » grossièrement truquées au cours desquelles les candidats « élus » sont ceux choisis d’avance par les métropoles avec la validation de l’Union Européenne qui missionne des « observateurs » internationaux financés par ses soins pour faire des comptes rendus souvent en flagrante contradiction avec les réalités du terrain.

C’est cette situation d’injustice faite aux peuples africains et le piétinement du droit international qui engendrent  la frustration et les violences qui enflamment ces pays .Et leurs révoltes sont régulièrement noyées dans des bains de sang avec l’aide des militaires aéroportés au cours des missions, telles « Lamantin », « Artémis », « Epervier », « Licorne », et autre « Serval », trompeusement baptisées « humanitaires ».

En 2000, réunis à Bangui lors de leur Conférence Episcopale, les Evêques de l’A.C.E.R.A.C., un organisme regroupant le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo Brazzaville, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad, ont déclaré : « L’exploitation de nos ressources naturelles est devenue la source de nos souffrances. 
Des Nations entières sont mises à feu et à sang dans le seul but de préserver les intérêts de l’un ou de l’autre pays étranger et des compagnies internationales. ».

 Au sommet Euro-africain de Lisbonne de 2007, les Africains, portés par l’éveil des démocrates de par le monde rêvaient de voir les relations économiques entre les deux parties enfin refonder sur de nouvelles bases. Mais ce sommet échoua car les Européens préfèrent négocier séparément avec les cinq zones du continent de manière bilatérale afin de garder le statu quo grâce à la corruption active des chefs d’Etat connus pour être préoccupés par leurs intérêts personnels comme l’atteste la bataille autour des biens mal acquis.

Malgré l’immensité de leurs richesses donc, ces pays sont classés parmi les plus pauvres de la planète de par leur Produit Intérieur Brut (P.I.B.) et aucun d’eux n’atteint les 3.000 dollars par habitant et par an fixés comme seuil de pauvreté par le P.N.U.D..

Leurs peuples, privés des facteurs de développement humain élémentaires que sont l’éducation, la santé et l’eau potable d’une part, et n’ayant qu’une longévité à 40 ans en moyenne, malgré les énormes progrès de la Science pour l’Humanité, sans compter le taux exorbitant des enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition grave, et le pourcentage élevé des adultes illettrés, comment ne pas faire le lien avec la facilité avec laquelle leurs jeunesses sont recrutées dans des structures extrémistes ?

La montée du terrorisme qui engendre l’insécurité dans le monde, en Afrique en particulier, avec des prises d’otages devenues récurrentes, ne sont qu’une réplique violente au terrorisme d’Etat non moins violent pratiqué par les gouvernements européens, et américain en concert avec leur instruments de domination que sont l’OTAN, le FMI, la Banque Mondiale et l’OMC dans ces zones du monde, en complicité avec leurs vassaux.

« La solution n’était pas exclusivement sécuritaire, mais exigeait le développement de la sous-région, bien compris, et la lutte contre la pauvreté qui est le vivier de cette insécurité. », ont déclaré les Ministres des Affaires Etrangères du Mali, du Niger, de la Mauritanie et d’Algérie, lors de la crise post libyenne du Sahel en réponse à la proposition des services anti-terroristes sous l’égide d’Africom ou de l’OTAN, faite par les USA et les Européens. 

Les assauts massifs et répétés des pays européens par les immigrés clandestins trouvent également leur racine dans ce même vivier, lorsque AREVA produit au Niger en 2012 les 37% de ses 9760 tonnes d’Uranium et rapatrie ses profits de 352 millions d’Euros sans compensation pour les populations dont une bonne partie atteinte de cancer , du fait de leur proximité avec les zones irradiées, n’ont aucun espoir de se soigner. Et les remparts, les murs, les barbelés et autres centres de rétention en Europe pour protéger son espace schengen, ne constituent en aucun cas, une solution suffisante pour épargner aux citoyens européens, cette présence trop visible de la misère des pays qu’ils croyaient lointains…

Le Frontex, encore moins, même s’il « n’y a plus de place ni pour les vivants, ni pour les morts », comme l’a déclaré Mme Giusi Nicolini, Maire de Lampedusa, au sujet des 360 morts du 03 Octobre 2013 dernier.

La prétendue aide au développement dont les 95% demeurent dans les circuits mafieux des donateurs et les 5% partent en fumée juste en arrivant à destination, n’a jamais fait décoller le développement d’aucun pays africain dont les peuples s’enfoncent d’année en année dans la pauvreté, la misère et la mendicité chronique depuis plus de 50 ans.

 Nous savons à présent que les transferts illicites de capitaux par les multinationales qui opèrent dans les pays d’origine des immigrés clandestins d’Afrique, s’élèvent à 1.500 Milliards de Dollars par an ! De 1960, année des indépendances de ces pays à nos jours en 2013, cela fait 79.500 Milliards de Dollars de manque à gagner pour ces peuples victimes de cette escroquerie validée par l’Union Européenne, alors que l’aide au développement est de 1.000 Milliards de Dollars entre 1960 et 2000, selon le rapport de l’Union Africaine. Cf. « Dossier Pourquoi l’Afrique ne décolle pas ? » du 31 Janvier 2013 par « Les Afriques »

Et la Loi Dodd Franck votée en 2012 sous l’administration Obama qui oblige désormais toutes les Entreprises américaines à déclarer leurs paiements aux Etats africains au-delà des 100.000 dollars, n’est qu’une goutte d’eau dans l’immense Océan de l’hypocrisie.

Nous savons que les Résolutions de l’ONU sont souvent piétinées et violées parfois par ceux qui les ont votées.

Nous savons également que l’ONU elle-même est méprisée et régulièrement contournée dans les crises et conflits ainsi que leurs résolutions par les membres du Conseil de Sécurité censés garantir l’autorité de cette institution internationale bafouée comme ce fut le cas en Côte d’Ivoire, en Libye et au Mali.

 C’est la raison pour laquelle il revient aux démocrates sincères du monde, Africains, Américains et Européens, femmes et hommes, épris de justice et de paix, d’oser revendiquer l’application de la Résolution N° 1514 de l’ONU en vue d’une véritable décolonisation des pays d’origine des immigrés clandestins.

 Qu’ils osent soutenir la restitution des milliers de milliards de Dollars escroqués aux pays africains par les multinationales afin que cet argent serve à financer des écoles, pour l’éducation des enfants et l’apprentissage des jeunes ; des Hôpitaux pour un accès aux soins pour tous, ainsi que l’accès à l’eau potable.

Qu’ils osent enfin œuvrer pour l’arrêt des pillages de l’économie de ces pays, et l’instauration du bien-être auquel doit prétendre tout citoyen du monde, conduira naturellement non seulement les candidats à l’immigration clandestine à rester chez eux, mais également, nous assisterons à un retour de flux de ceux déjà partis comme l’ont fait des immigrés Indiens de la Silicon Valley dans la Baie de San Francisco aux Etats Unis.

 Ainsi, nous ne laisserons pas l’histoire continuer d’aller, comme si elle ne dépendait pas de nous !

Hommage à Thomas Sankara…

Posted in actualité, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, résistance politique with tags , , , , , , , , on 30 septembre 2013 by Résistance 71

En mémoire de Thomas Sankara, le Che Guevara africain

 

Mikhaïl Gamandiy Egorov

 

29 Septembre 2013

 

url de l’article original:

 

http://french.ruvr.ru/2013_09_29/En-memoire-de-Thomas-Sankara-le-Che-Guevara-africain-3200/

 

Il y a bientôt 26 ans était assassiné le « père de la révolution burkinabé », Thomas Isidore Noël Sankara. Un des plus grands dirigeants d’Afrique. En plus d’être un vrai révolutionnaire, Thomas Sankara était aussi et surtout un grand visionnaire, aussi bien pour sa nation que pour toute l’Afrique.

Né en 1949 dans la Haute-Volta (nom que portait le pays durant la colonisation) dans une famille catholique, il opte pour une carrière militaire. Il suivra une formation d’officier à l’Ecole militaire inter-armée (EMIA) de Yaoundé, au Cameroun, puis à l’Académie militaire d’Antsirabe, à Madagascar. Il devient en 1976 commandant du Centre national d’entrainement commando (CNEC).

Il sera nommé secrétaire d’Etat à l’information en septembre 1981, dans le gouvernement du colonel Saye Zerbo. Mais moins d’un an plus tard, il démissionnera en déclarant : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! ». Il deviendra Premier ministre en janvier 1983 dans le gouvernement du médecin militaire Jean-Baptiste Ouédraogo (arrivé au pouvoir à la suite d’un putsch). Pourtant, quelques mois plus tard, il est limogé et mis aux arrêts après une visite dans le pays de Guy Penne, franc-maçon et conseiller de François Mitterrand pour les affaires africaines. Selon plusieurs sources, le limogeage et l’arrestation de Sankara n’étaient pas liés au hasard mais bien l’œuvre d’une intervention française en raison des idées progressistes de Thomas Sankara qui déplaisaient beaucoup à l’ancienne métropole coloniale.

Le 4 août 1983, un nouveau coup d’Etat place Thomas Sankara (déjà très populaire au sein de la population) à la tête du pays. Il forme dès lors le Conseil national de la Révolution (CNR) et définit son programme politique dans la lignée anti-impérialiste. Il change le nom du pays qui devient le Burkina-Faso, signifiant « la patrie des hommes intègres ». Il devient également l’un des principaux leaders du Mouvement des non-alignés bien qu’il sympathise ouvertement avec l’URSS (où il se rendit notamment en 1986). Il dénoncera fermement le colonialisme et le néo-colonialisme, notamment de la France, ainsi que les régimes africains servant les intérêts néocoloniaux (« les régimes clients »). Souhaitant à tout prix redonner le pouvoir au peuple, il créera durant sa présidence les Comités de défense de la révolution (CDR) qui permettront la participation de tous les citoyens aux prises de décision.

Cette politique de démocratie participative a permis de réduire considérablement des fléaux tels que la malnutrition, le manque d’eau (grâce à la construction massive de puits et retenues d’eau). Sa politique de « vaccinations commandos » a quant à elle permit de diminuer la propagation des maladies. Sans oublier la lutte contre l’analphabétisme, dont les résultats ont plus que convaincants (diminution de près de 20%). Par ailleurs, Thomas Sankara contribuera grandement à l’émancipation de la femme burkinabé, voulant à tout prix une place égale pour elle dans la société. Il luttera avec succès contre le tribalisme féodal et la désertification, combattra très efficacement la corruption et améliora l’agriculture. Autre fait majeur : il sera le seul président africain et un des rares au monde à vendre toutes les luxueuses voitures de fonctions de l’Etat afin de les remplacer par de modestes et basiques Renault 5. Il réduira les salaires des fonctionnaires dont le sien (dont une partie importante était destiné aux projets publics et aux œuvres caritatives). Lors de ses déplacements à l’étranger, il voyagera toujours avec ses collaborateurs en classe touriste.

Le problème est que malgré toutes ses réalisations pour son peuple et étant un vrai modèle pour les autres nations africaines, Sankara gênait considérablement les intérêts impérialistes. Il sera assassiné le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’Etat organisé par un certain Blaise Compaoré, que Sankara considérait pourtant comme son propre frère, et qui prendra le pouvoir pour le monopoliser jusqu’à aujourd’hui, étant par la même occasion un des meilleurs agents du système mafieux de la Françafrique et un des acteurs principaux de la crise actuelle en Côte d’Ivoire.

A l’image de Patrice Lumumba en République démocratique du Congo, Thomas Sankara est et restera un martyr africain et un combattant acharné pour la justice. Autre point qui les rassemble : ils ont été tous deux assassinés par des pantins locaux sous les ordres et avec la complicité de forces extérieurs. En effet et selon plusieurs sources, dont le journaliste d’investigation italien Silvestro Montanaro qui a réalisé un célèbre film sur l’assassinat de Thomas Sankara (« Ombres africaines ») et a interviewé plusieurs personnalités influentes de l’époque, dont les proches de l’ex-président libérien Charles Taylor, qui affirment avec assurance l’implication de la CIA et des services secrets français dans cet assassinat. Peu surprenant, à dire vrai. De grands leaders progressistes inspirant leurs nations et même leurs continents finissent souvent soit assassinés, soit dans des geôles de ceux qui affirment « défendre la démocratie et les droits de l’homme partout et toujours »…

Une semaine avant son assassinat,Thomas Sankara avait déclaré : « On peut tuer un homme, mais on ne peut pas tuer ses idées ».C’est ce que les assassins oublient trop souvent, de même qu’une autre chose : les héros ne meurent jamais. Surtout dans les cœurs des millions d’hommes et femmes qui chérissent et continueront de chérir celui qui s’est toujours battu pour leurs droits. Quant à son combat, d’autres s’en inspireront et poursuivront certainement la lutte.

« Ceux qui veulent exploiter l’Afrique sont les mêmes qui exploitent l’Europe ! »

« Tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront !

« Le système néocolonial tremble quand le peuple devenu maître de sa destinée veut rendre sa justice ! »

Thomas Sankara