Archive pour france muselage universitaire

Résistance politique contre la sélection universitaire (suite)

Posted in actualité, altermondialisme, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 30 mai 2018 by Résistance 71

Soutien aux étudiants contre la sélection arrêtés par les CRS lors des manifestations pacifiques officiels contre la sélection et contre la sélection Parcours Sup qui néolibéralise les universités françaises

 

Anonyme (par courriel)

 

29 mai 2018

 

Soutien à un camarade Tourangeau (habitant de Tours en patois pour ceux qui ne savent pas ce que cela veut dire tourangeau allez sur wikipedia pour connaître le patois de Tourraine)

Fête à Macron » : un étudiant tourangeau en détention pendant 105h pour s’être protégé des lacrymogènes

Lors du rassemblement parisien du 5 mai intitulé la « fête à Macron », un étudiant tourangeau a été interpellé, a subi 48h de garde à vue, a été placé deux jours en détention — notamment à Fleury-Mérogis — avant d’être déféré en comparution immédiate le mercredi 9 mai.

Son crime ? S’être protégé le visage lors d’un gazage et avoir prodigué des soins aux personnes touchées. Des actes requalifiés par le tribunal en « attroupement en vue de commettre des violences » et qui seront sanctionnés de 100 jours-amendes à 8 euros, ainsi que de 150 euros d’amende pour s’être protégé des gaz lacrymogènes. A cela s’ajoute un mois de prison avec sursis pour refus de prise d’ADN et 127 euros de frais de justice.

Le chef d’inculpation d’ « attroupement en vu de commettre des violences » n’est rien d’autre qu’un procès d’intention sans aucun début de preuve, si ce n’est la présence de l’étudiant au sein de la manifestation. Aucun élément matériel n’ayant été relevé dans ce sens, nous sommes là sur un pur procès d’intention : plus besoin de preuves ou de faits, on peut aujourd’hui condamner sur de simples présomptions non étayées. Bienvenue dans Minority Report !

Nous dénonçons cette criminalisation des mouvements sociaux, qui ne s’embarrasse même plus des faits. Nous apportons notre soutien à l’étudiant victime de cette répression délirante, et à toutes et tous les inculpé-es des mobilisations sociales de ce printemps.

Bonjour à toutes et tous,

Nous, étudiant-e-s mobilisé-e-s de Tours créons ce pot commun https://www.lepotcommun.fr/pot/31dspczf dans le but de venir en aide à un camarade interpellé en marge de la manifestation parisienne du 5 mai 2018. Il a été condamné le 9 mai pour « attroupement en vue de commettre des violences » à 1077€ d’amende (100 jours-amendes à 8€, 150€ pour s’être masqué afin de se protéger des gaz lacrymogènes et 127€ de frais de justice). Il a aussi pris un mois de prison avec sursis pour refus de donner ses empreintes et son ADN. Il a donc besoin d’une aide financière pour sa vie quotidienne.

Le chef d’inculpation « attroupement en vue de commettre des violenes » ne constitue rien d’autre qu’un procès d’intention, ne reposant sur aucune preuve ni aucun fait. Cela condamne uniquement sa présence à la manifestation. A aussi été avancé le fait qu’il a porté assistance à des personnes en souffrance à cause des lacrymogènes.

Nous vous remercions d’avance pour votre participation ❤

https://www.lepotcommun.fr/pot/31dspczf

Vidéo des #ViolencesPolicieres ce matin à #Arcueil #Nanterre : matraques, gazs et charges contre étudiant.e.s, cheminots, postiers (…)

Aucune autre réponse n’existe donc dans votre logiciel @EmmanuelMacron ?

https://twitter.com/cortegedetete/status/994892458516459520

Vendredi, à 10h, rejoignez nous place Jean Jaurès pour manifester contre la loi ORE !

https://twitter.com/CollectifEtu37/status/996867276740669440

Quand la météo annonce du lacrymo

https://twitter.com/EtudiantHarry/status/996352791651213312

Un prof dénonce la supercherie de Parcours Sup

https://twitter.com/malo_rambo1312/status/994593422173450240

Un autre prof universitaire critique Parcours Sup

http://www.snesup.fr/article/lettre-ouverte-dun-oncle-universitaire-son-frere-parent

On rappelle qu’à Tours, où un étudiant a été arrêté pour s’être opposé à la sélection, une lycéenne qui s’opposait à la sélection aussi a été agressée à coups de couteaux par une milice cagoulée de l’extrême droite royaliste, et comme par hasard, cette milice cagoulée n’a nullement été arrêtée elle, preuve d’une collusion entre mafia cagoulée et police.

 » Tours. Une lycéenne mobilisée attaquée au couteau par l’extrême droite

A Tours, ce mardi 17 avril, une élève mobilisée contre la loi Vidal a été attaquée au couteau par trois militants de l’extrême droite cagoulés. L’agresseur pourrait être un royaliste de l’Action Française. Un rassemblement de soutien, réunissant une soixantaine de lycéens, a eu lieu en milieu d’après-midi devant le lycée Balzac.

Aux alentours de 13 h, dans une ruelle près du lycée Balzac, trois militants d’extrême-droite cagoulés ont agressé une lycéenne du fait de son implication dans le mouvement lycéen à Tours contre la loi Vidal et Parcoursup. Selon des étudiants du collectif contre la loi Vidal, l’auteur des coups de couteaux pourrait être membre de l’Action Française. « Depuis les débuts du blocus, on se fait menacer par deux ou trois étudiants royalistes de l’Action Française », témoigne l’étudiante du collectif.

Après une Assemblée Générale, les étudiants ont décidé d’un rassemblement de soutien à la lycéenne attaquée au couteau devant le lycée Balzac, à partir de 15 h. Les forces de police étaient venues en nombre pour « accueillir » les lycéens et étudiants. Malgré la présence d’un cordon de CRS et de plusieurs membres de la BAC, le rassemblement de soutien a bien eu lieu et a réuni une soixantaine de personnes. »

https://www.revolutionpermanente.fr/Tours-Une-lyceenne-mobilisee-attaquee-au-couteau-par-l-extreme-droite

« Une lycéenne mobilisée agressée au lycée Balzac

Vers 13h, une lycéenne mobilisée du lycée Balzac aurait été harcelée et agressée au couteau par plusieurs personnes cagoulées, du fait de son implication dans le mouvement lycéen contre la sélection de Tours. La personne responsable du coup de couteau serait un membre des jeunesses royalistes de Tours. La lycéenne serait actuellement à l’hôpital. Un rassemblement de soutien est prévu à partir de 15h devant le lycée Balzac. »

Nouvelle répression ce lundi matin des lycéen-nes par les forces de police

Entre 500 et 1000 lycéen-nes et étudiant-tes se dirigent vers la gare. »

https://larotative.info/suivi-de-la-mobilisation-etudiante-2743.html

« Contre Parcoursup/ORE : évacuation à 23h du lycée Hugo occupé par les lycéen·nes ce jeudi 17 mai

De l’occupation nocturne contre Parcoursup des lycées Voltaire (16 mai) puis Victor Hugo (17 mai) aux opérations écoles mortes et collège mort du 94, la lutte de la maternelle à l’université continue !

Jeudi 17 mai : communiqué des occupant.e.s du Lycée Victor Hugo.

Nous, lycéen.ne.s d’Ile-de-France mobilisé.es occupons le Lycée Victor Hugo en signe de protestation contre la loi ORE, la réforme du lycée et du bac, et de manière générale contre la politique menée par le gouvernement en place. Notre action constitue une réponse légitime à la fermeture d’esprit et aurefus de négocier dont a fait preuve ce même gouvernement jusqu’à présent.

Elle signifie aussi, plus largement. le refus d’une société inégalitaire qu’Emmanuel Macron prône et que sa politique accentue.

Nous nous opposons à la sélection des personnes SOUS toutes ses formes. d’autant plus lorsqu’elle est basée sur des critères socio-économiques. L’université doit être libre pour tou.te.s, gratuite et émancipatrice. Elle doit favoriser la réflexion, le développement de l’esprit critique de chacun.e. Cela permet une réappropriation des espaces scolaires par les élèves, et de leur éducation.

Cette occupation se rallie aux luttes contre les oppressions, qu’elles soient sociales, économiques, culturelles. politiques. etc. Nous condamnons de même la répression policière et fasciste. Cette occupation appelle à soutenir toutes les luttes actuelles, en particulier la défense du service public sous toutes ses formes. Par conséquent. nous appelons le plus grand nombre de personnes à rejoindre la mobilisation et grossir nos rangs, notamment dans une manifestation unitaire le mardi 22 mai.

Nous tenons à préciser qu’aucune dégradation n’a été constatée et que l’occupation se déroule paisiblement, malgré la tension engendrée par la possible répression administrative et policière

Les lycéen.nes d’Ile-de-France

Mercredi 16 mai, une 100aine de militant·es dans la cour du lycée Voltaire après la manif de cette après midi… Une chouette représentation de la compagnie Jolie Môme, une ambiance de feu !

Communiqué de presse des personnels et parents d’élèves des lycées parisiens et franciliens engagés dans l’action d’occupation nocturne du lycée Voltaire

ce Mercredi 16 mai 2018 19h30 – soutenus par des sections syndicales CGT, SNES et SUD Education.

• Contre Parcoursup, contre les réformes du bac et du lycée général et professionnel.

• Contre la loi Pénicaud de démantèlement de l’ONISEP, de fermeture des CIO et de liquidation de l’enseignement professionnel sous statut scolaire.

• Pour le service public d’éducation nationale et contre le plan social dans la Fonction publique.

Nous, personnels enseignants et parents d’élèves, qui sommes confrontés depuis de nombreuses années à la ségrégation scolaire et au désengagement de l’État, dans des établissements parfois vétustes, mal connectés et subissant des diminutions récurrentes de moyens (réductions spectaculaires cette année encore), ne pouvons accepter la stigmatisation supplémentaire de nos élèves, de nos enfants que représenterait la mise en œuvre de la sélection à l’entrée à l’université avec la nouvelle procédure Parcoursup.

Issus d’établissements de gestion de flux en sureffectifs ou de relégation, nous refusons la disparition du bac national, seul garant de l’égalité de traitement entre nos élèves et ceux des « lycées d’élite » .

Attachés à ce diplôme donnant droit à la poursuite d’études supérieures, nous nous opposons, comme nos collègues universitaires et leurs étudiants, à la mise en place, dès le lycée, d’une formation enfermant les élèves dans une orientation contrainte par une offre scolaire restreinte et inégale d’un établissement à l’autre, par un parcours réduisant les horizons post bac possibles — ou, par une discrimination sociale aggravée, réservant les plus grands choix aux seuls initiés.

L’objectif du gouvernement est clair !

Il s’agit de barrer l’accès à l’enseignement supérieur public aux enfants des classes populaires et des classes moyennes auxquels la loi dite « pour la liberté de choisir son orientation professionnelle » (encore une antiphrase !) entend assigner une place la formation par apprentissage sous le contrôle du patronat.

Encore un paradoxe de nos gouvernants : l’orientation sert de justification à cette casse du service public d’éducation à laquelle elle n’échappe pas elle-même ! Fermeture des CIO, démantèlement de l’ONISEP, création enfin d’un marché lucratif de l’orientation.

Toujours moins d’heures d’enseignement, des enseignements toujours plus déconnectés de savoirs et pratiques pédagogiques disciplinaires, toujours moins d’enseignants (rendus interchangeables par les nouvelles polyvalences et le recours massif à la contractualisation), des effectifs toujours plus nombreux…

Au lycée comme à l’université les recettes de Blanquer sont connues : elles garantissent assurément l’échec scolaire, l’exclusion d’un grand nombre d’élèves et la crise des vocations enseignantes.

Nous disons simplement assez !

Derrière ces nouvelles réductions programmées des moyens, nous avons bien compris qu’il s’agissait d’organiser un plan social d’une ampleur sans précédent, que les attaques des statuts de la Fonction publique devraient bientôt rendre plus facile encore.

Nous disons simplement stop !

Val-de-Marne : semaine de lutte dans les écoles du 30 avril au 5 mai | 30 avril

La mobilisation continue aussi dans le primaire en lien avec les collèges, lycées et universités : la semaine prochaine, programme chargé !

Communiqué du Collectif Éducation de Fontenay-sous-Bois : actions « Écoles désertes » du 30 avril et « Collège Mort » du 2 mai

Les 30 avril et 2 mai derniers, le Collectif Éducation de Fontenay-sous-Bois, rassemblant des parents, enseignants et élus municipaux mobilisés contre la casse de l’éducation publique primaire et secondaire, a appelé les parents d’élèves à ne pas conduire leurs enfants à l’école ni au collège, en signe de protestation contre les fermetures de classes et le manque de moyens criant dans nos écoles et collèges. Cette action répondait elle-même à l’appel du Collectif Éducation 94.

Les parents ayant participé à cette action trouvent regrettable d’avoir à priver leurs enfants d’une journée de classe ou de cours pour faire entendre des revendications parfaitement légitimes, notamment :

• l’annulation de toutes les fermetures de classes dans les écoles et les collèges

• le rétablissement du RASED

• le recrutement d’enseignants remplaçants en nombre suffisant

• la mise en place d’un plan d’urgence éducative pour tout le Val-de-Marne

L’action a été massivement suivie dans 4 groupes scolaires de la ville, soit un tiers des écoles. Voici les taux d’élèves ayant participé à l’action “Écoles désertes” le lundi 30 avril

• École Mot : 50% de participation

• Groupe Scolaire Edouard Vaillant : 69% de participation en élementaire, 48% de participation en maternelle

• Groupe Scolaire Langevin : 50% de participation globale

• Groupe Scolaire Romain Rolland : 75% de participation en élémentaire, 70% de participation en maternelle

Le collège Jean Macé est également mobilisé contre la fermeture d’une classe de 5e l’année prochaine, avec le blocage du standard du collège le 11 avril et deux journées déclarées collège mort (le 18 avril et 2 mai).

Le Collectif Éducation de Fontenay-sous-Bois reste plus que jamais mobilisé contre la casse de l’éducation publique, et prévoit de nouvelles actions, ce printemps et à la rentrée de septembre, si ses revendications ne sont pas satisfaites.

https://paris-luttes.info/fontenay-sous-bois-bilan-des-10231

Macron veut faire comme Sarkozy, réduire le nombre d’enseignants de la fonction publique sur toute la France pour réduire le budget. Donc moins de d’étudiants seront acceptés au concours CAPES, AGREGATION même s’ils ont des bonnes notes, à cause des quotas, numéro clausus pour le recrutemement des enseignants. Pour 2018, il y aura 20% d’enseignants de moins qu’en 2017, car le concours a décidé de réduire le taux d’acceptation de titularisation d’enseignants de 20% https://www.lemonde.fr/campus/article/2017/11/30/concours-enseignants-le-nombre-de-places-au-capes-et-a-l-agregation-en-forte-baisse_5222883_4401467.html

Sarkozy a déjà supprimé 80 000 postes d’enseignants durant son quinquenat!

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/357513-sarkozy-et-l-education-entre-mepris-et-meconnaissance.html

France : les étudiants en marche contre Macron

https://solidaire.org/articles/france-les-etudiants-en-marche-contre-macron

soutien à un étudiant de Montpellier pris par les CRS pour avoir un livre de Prévert en poche!

Et plus précisément pour avoir aidé des manifestants à échapper à la nasse des CRS sous le matraquage des lacrimogènes. Sa mère Natalie Dubois qui est pauvre et n’a pas les sous pour payer les frais d’avocat (qui se font payer très cher dans cette sainte profession) a mis une demande de dons car les CRS veulent faire croupir l’étudiant Abi Dubois en prison afin de décourager le mouvement étudiant contre la sélection, donc si vous voulez l’aider c’est ici

https://www.leetchi.com/c/liberta-for-abi

Voici ce que sa mère Natalie Dubois dit:

– « Bonjour,

Je me présente, je suis la maman d’Abidjahel Dubois étudiant en 3ème années de lettres modernes à Paul Valéry. Comme vous le savez suite à la manifestation du 14 avril 2018 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/04/01/97001-20180401FILWWW00182-montpellier-manifestation-nationale-des-etudiants-le-14-avril.php, il y a eu 51 personnes mises en garde à vue, il ne devait en rester que 4 et Abidjahel est resté parmi ces 4. Le dimanche soir, j’apprends qu’ Abi passe en comparution directe le lundi 16 avril à 14 heures au TGI de Montpellier. J’ai eu trois avocats en ligne de la ligue des droits de l’homme, c’est très grave Abi est accusé d’outrage et de violence envers deux fonctionnaires des forces de l’ordre, de faire partie d’une organisation ‘terroriste’, bref la totale (Abi nie tous les faits, il avait un livre de Prévert dans la poche, on l’accuse d’avoir tenté de lancer un pavé qui n’a pas été retrouvé. De plus les plaignants ne sont pas obligés de comparaitre, donc aucune confrontation si j’ai bien compris. Leur parole est d’or.). Un des avocats m’explique qu’ils veulent faire un exemple et que pour le moment on se contente d’obtenir un délai pour sa défense et qu’on fasse en sorte que ce délai il puisse le passer à l’extérieur sous contrôle judiciaire, je vous jure que c’était vraiment pas gagné…Bref l’objectif a été atteint, mais cela n’est qu’un sursis, le 14 Mai le procès débute.

J’ai demandé à l’avocat pour faire la demande d’aide juridictionnelle, malheureusement c’est trop tard car il faut le faire avant que l’instruction soit commencée. Abidjahel n’avait pas de carte d’identité (perdue).

Il risque un à trois ans de prison d’après ce que j’ai pu comprendre, pour seulement avoir voulu défendre des idées. Je ne comprends pas, c’est comme si vous étiez pris dans un tourbillon.

Déjà 142 euros à ce jour, je n’en reviens pas. Je vous remercie tous pour votre mobilisation et votre générosité car je sais combien certains doivent déjà être eux-mêmes en difficulté.

Merci encore. Nathalie DUBOIS et merci au nom d’Abi. Paix sur vous.

Nathalie Dubois « ·

– » En réponse à une question de Ray rosello

Bonjour

Effectivement lorsqu’un prévenu est mis en isolation, existence d’une caméra rotative dans la pièce, après effectivement il y a eu une collecte sur les gardes à vue. Mais en fait il est accusé de faits lors de la manifestation que mon fils nie. Il n’appartient à aucun groupe politique, ni syndicat, ni secte ni quoique soit d’autre. Il n’a pas de haine mais appréhende juste la suite ce qui est normal. Je ne peux pas vous en dire tellement plus car tout reste pour le procès. Déjà la semaine dernière il s’est rendu à un partiel organisé à Mermoz et des journalistes étaient là et voulaient l’interviewer ce qu’il a refusé. Je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre, tout ce que je sais c’est la gravité de la situation que m’a fait entrevoir l’avocat et c’est vraiment très difficile car on est dans l’incompréhension.

Voilà, je vous remercie pour votre soutien.

Merci encore.

Natalie Dubois »

-« Bonjour,

On est à 455 euros, merci ! Que dire de plus, je suis tellement touchée et Abidjahel aussi.

Abi va bien étant donné la situation, je ne le vois pas beaucoup car il se démène ainsi que son Avocat, il passe beaucoup de temps avec les ami(e)s. Je comprends, en tant que mère j’ai du mal à dissimuler mon anxiété qui est cependant légitime je pense.

J’attends toujours un renversement de situation, je sais que cela peut paraître naïf, mais un des agents qui aurait des remords ou regrets d’avoir accusé injustement mon fils, il suffirait juste de pas grand chose.

Comment l’homme grandit-il ? De part ses expériences et en reconnaissant ses erreurs, son imperfection. Les institutions de police (et autres) étatiques devraient se rappeler cela car qu’est-ce qu’une institution en fait ? Ni plus ni moins qu’un groupement d’individus parfaitement imparfaits comme vous et moi, mais qui ont prêté serment pour l’Etat. Cela inclut-il le droit à de faux témoignages sur une personne parce que la hiérarchie le demande pour faire un exemple, pour tuer la force vive d’une contestation massive sociale.

La peur, peur de perdre son salaire, peur d’une répression si on ose parler, tout cela engendre une obéissance impeccable et implacable.

Le but n’est pas de stigmatiser une personne, peu importe, mais de montrer la résultante de leur impuissance et leur manière injuste et inadaptée de réaction.

Nathalie Dubois. »

– Bonjour,

Comme vous le savez pour la plupart le procès est reporté au 28 Mai sur demande de la partie adverse.

Je ne peux vous en dire plus, il faut tenir le coup c’est tout.

J’espère que le mouvement de soutien physique et moral pour Abidjahël ne faiblira pas avec le temps.

La cagnotte est à 715 euros, je ne vous remercierai jamais assez.heart

Merci à tous.

Natalie Dubois »

https://www.leetchi.com/c/liberta-for-abi

L’Association Solidaire Etudiant de Montpellier soutient Natalie Dubois et son fils Abidjahel Dubois contre la répression des CRS :

« Abidjahel encourt entre 1 an et 3 ans de prison ferme, rassemblement devant le Tribunal de Grande Instance de Montpellier lundi 14 mai à 14h !

Samedi 14 avril, Abi, étudiant en troisième année à l’université Paul Valéry et mobilisé contre le Plan Étudiants et son monde, a été interpellé par les forces de l’ordre durant la nasse du Carrefour City. Il était à la toute fin du cortège afin d’aider les manifestant-e-s à évacuer. Il s’est retrouvé parmi les premiers interpellés.

Lisant du Prévert durant le trajet en bus, il n’a cessé de garder son calme. En garde à vu il a demandé son appel, sa visite médicale, son avocat, et répondait qu’il n’avait rien à déclarer.

Deux policiers, dont un en flagrant état d’ébriété sont venus le placer en cellule d’isolement avec une brutalité injustifiée (clef de bras, bousculade) pendant plus d’une heure. Le policier saoul continuait de l’intimider lui disant qu’il allait le « détruire. »

Abidjahel sera jugé le 14 mai à 14h au Tribunal de Grande Instance de Montpellier. Aujourd’hui, il encourt entre un an et trois ans de prison ferme.

Cette procédure est une honte, cette justice une justice de classe. Il s’agit de sa parole contre celle de la police. Tout ça n’est que politique écoutante et volonté de faire un exemple.

Si des personnes l’ont vu se faire interpeller, merci d’envoyer un message à la page Paul-Va Lève Toi afin de rétablir justice.

Une cagnotte est également disponible pour d’aider la famille d’Abi à financer le procès. Devant cette justice de classe, nous n’avons que la solidarité : https://www.leetchi.com/c/liberta-for-abi

Nous vivons bien dans une justice à deux vitesses, pour rappel les agresseurs du 22 mars sont toujours en liberté https://revolutionpermanente.fr/attaque-de-l-extreme-droite-a-la-fac-de-montpellier-j-ai-vu-l-administration-applaudir-face-au-sang et un témoin clef de l’affaire c’était fait menacer « je vais te peter les genoux » par les forces de l’ordre de Montpellier.

Pas de justice, pas de paix »

https://www.facebook.com/events/425659891221526/

Des étudiants appellent également aux témoins de venir soutenir Abidjahël Dubois à l’audience du 28 mai:

« APPEL A TEMOINS]

Samedi 14 avril, après la manifestation de convergence des luttes Abidjahel Dubois, étudiant en troisième année à l’université Paul Valéry de Montpellier et mobilisé contre le Plan Étudiants et son monde, a été interpellé par les forces de l’ordre durant la nasse du Carrefour City.

Abidjahel Dubois était à la toute fin du cortège afin d’aider les manifestant-e-s à évacuer de la nasse des CRS.

Il s’est retrouvé parmi les premiers interpellés.

Il passe bientôt en procès. Afin de l’aider à préparer sa défense, nous lançons un appel à témoignages.

Si vous avez vu ou filmé l’intervention policière, les arrestations et la nasse du Carrefour City, faites nous signe !

[CONTACTEZ NOUS EN MP] PARTAGEZ SVP !!!! »

https://www.facebook.com/AGMontpellierEtatdUrgence/?hc_ref=ARSthPuYWTbyr_TODdZiOs-2zfN8QKsM5Pd3eOEsFxdp_Qh7VSor4qnzggXWm51i5PM&fref=nf

« RDV AU BARRICADE VENDREDI 25 MAI A PARTIR DE 19h30

Du son, à boire et à manger, soyez généreux.

Evènement de soutien à toutes les victimes de la repression de l’état à Montpellier, soutien aux camarades en prison pour des raisons politiques, aux personnes blessées, mutilés par les forces de l’ordre.

Solidarité face à une politique qui veut nous diviser, nous marginaliser, nous stigmatiser, nous exclure, nous exploiter, nous expulser »

https://www.facebook.com/events/765877020275738/

LES AGENTS DE SÉCURITÉ DE PATRICK GILLI AGRESSENT LES ÉTUDIANT·E·S DE PAUL-VALÉRY

Le président de l’université Paul-Valéry de Montpellier, Patrick Gilli, a embauché des agents de « sécurité » pour empêcher les étudiant·e·s mobilisé·e·s contre la loi ORE d’occuper le campus. L’un de ces agents a lâché son chien contre une étudiante, d’autres se sont montrés très agressifs.

Plusieurs bâtiments de la faculté ont tout de même été bloqués et des étudiant·e·s se sont ensuite réuni·e·s en assemblée générale pour organiser les suites de la mobilisation.

https://www.facebook.com/lepoinginfo/videos/1909621565738483/

Un étudiant est hospitalisé en soins intensifs depuis mercredi à #Toulouse après la chasse aux étudiants contre la sélection. Il a été blessé par l’explosion accidentelle d’une grenade de « désencerclement » lors de son interpellation par la police. Une enquête est ouverte. (Libération)

https://twitter.com/Brevesdepresse/status/994842464845524992

On se rappelle que en 2015, à Toulouse, un étudiant a aussi été arrêté pour avoir participé à une manifestation contre les violences policières suite à la mort de Rémi Fraisse à notre dame des landes http://www.letelegramme.fr/france/sivens-manifestation-en-soutien-a-l-etudiant-emprisonne-17-04-2015-10598968.php

A Toulouse, Les CRS sont tellement occupés à tabasser les lycées et les étudiants contre la sélection, qu’ une secte allemande a décidé de s’installer:

« Une secte qui a été dissoute en Allemagne en raison de maltraitances sur des enfants s’est installée à #Toulouse. L’organisation ferait du prosélytisme pour attirer des jeunes. La présidente d’une assoc. met en garde les autorités (qui ne font rien, puisque on l’a vu, les CRS maltraitent les jeunes qui sont contre la sélection). »

https://twitter.com/Brevesdepresse/status/994917452885712902

Les personnels de Rennes 2 dénoncent les violences policières sur leurs étudiant·e·s, 2 mai 2018.Le mouvement lycéen à Tours a surpris tout le monde, et d’abord les étudiants, un peu débordés jeudi, davantage préparés vendredi. Répression policière totalement disproportionnée (particulièrement vendredi : « dispersion » au gaz dans une rue étroite alors que les lycéens ne bloquaient rien, pas même le tram). À l’université : les motions de départements qui refusent de siéger dans les commissions pleuvent (socio, lettres, espagnol, sciences du langage, géo, droit-langues, liste non exhaustive). Signe que même si les collègues ne sont pas (encore ?) dans la rue, ils rejettent vraiment la loi.

Le CAC a voté une motion (jugée timorée par les étudiants, mais c’est une motion de CAC, dans lequel les élus syndicaux sont minoritaires, donc c’est un bel exploit, ils en ont convaincu d’autres). Le CA se tient demain et nos élus espèrent faire voter une autre motion.

L’AG des personnels a voté mardi dernier une motion qui soutient les lycéens et condamne la répression policière. La section SNESUP a adressé vendredi midi aux organisations syndicales du second degré une proposition de communiqué sur les mêmes questions et qui appelle à amplifier les mobilisations.http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8203

Interpellations ultra-violentes des CRS et de la BAC alors que le cortège rejoignait l’université Paul Valéry pour organiser la Coordination Nationale des Luttes. Plusieurs personnes sont traînées au sol inanimées. De nombreuses autres blessures (visage, abdomen, bras, jambes). Au moins 2 ambulances appelées sur place. 51 interpellations au total (selon les medias de masse). Des bus sont affrétés par la TAM pour transporter les interpellés à l’hôtel de police.http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8203#MONTP

Les professeurs de Sociologie de Bordeaux s’annoncent contre la sélection, mais le président vote pour et envoie les CRS https://www.facebook.com/events/209219103014294/:

« Le département de socio de l’Université de Bordeaux s’est prononcé contre la sélection en L1. Résultat : le président Manuel Tunon de Lara désavoue la commission… et le tri sera fait par des personnalités étrangères à la sociologie !

Soutien aux collègues qui montrent la supercherie de Parcoursup et qui défendent une université ouverte à tou.te.s les bachelier.e.s !

Chaîne humaine pour protéger l’Université de Bordeaux contre la loi ORE. L’Université est et doit rester un lieu de savoir ouvert à toutes et tous. Venez habillé.es dans les couleurs de l’Université (bleu). Apportez un livre

Soutien à la Commission d’examen des vœux de la Faculté de sociologie – Bordeaux

La commission d’examen des vœux qui a été constituée à la suite d’un vote de l’Assemblée de la faculté de sociologie a arrêté deux critères pour le classement des candidats à l’entrée en L1 de sociologie. Ces deux critères ont donné lieu à un classement effectif qui permet de répondre à l’ensemble des candidats par un OUI. La non validation par la Présidence de l’Université de Bordeaux de cette commission, qui signe de fait son désaveu, et la constitution d’une autre commission, est un acte grave, que nous ne saurions accepter.

Parcoursup n’est en rien destiné à « orienter », mais à gérer le hiatus entre l’augmentation des effectifs de bacheliers et les capacités d’accueil des universités. Comme en témoignent les difficultés de nombre de commissions en France, dont la presse nationale commence à se faire largement l’écho, il s’opère via un mode de classement particulièrement médiocre, remplaçant le tirage au sort, certes indéfendable mais marginal, par une loterie généralisée. Opaque, inéquitable selon les universités et les filières, triant au final des candidats souvent ex æquo sur des critères indéfendables, il s’expose à de nombreux recours. Nous, refusons de participer à un processus qui aboutira à une sélection injuste et à l’exclusion de nombreux bacheliers pourtant désireux d’entamer des études à l’Université. »

https://www.facebook.com/events/209219103014294/

Quand un étudiant britannique soutient la mobilisation étudiante en France contre la sélection et dénonce que le rêve de Macron est de faire une université comme chez les britanniques de la reine d’Angleterre, (n’oublions pas que Macron a des origines anglaises http://www.dailymail.co.uk/news/article-4695144/French-President-Macron-s-great-grandfather-British.html https://www.mirror.co.uk/news/world-news/french-president-emmanuel-macrons-great-10794502 https://www.express.co.uk/news/uk/801333/Emmanuel-Macron-holidays-in-Britain-wife-Brigitte-Trogneux-hates-Brexit-pro-Europe )

Message reçu dans la boite du comité de mob. A partager !

Chers Camarades,

Etudiant.e.s activistes et employés de l’Univeristé de Warwick au Royaume-Uni, nous avons eu l’idée de faire une vidéo pour soutenir la lutte engagée contre la loi ORE. En Angleterre, l’Université a subie des réformes similaires et nous en ressentons les conséquences au quotidien. Nous avons donc décidé de vous apporter du soutien et de la solidarité en expliquant le fonctionement de notre université qui correspond au rêve Macronien. Ce message reflète la position nationale des étudiants et professeurs de gauche en Angleterre. Nous espérons que le récit de notre expérience de l’Univeristé néo-libérale sera bénéfique a votre lutte.

Postez et partagez cette vidéo un maximum svp. (Si vous avez des contacts dans les médias et que vous pensez que ça peut vous être utile n’hésitez pas).

Solidarité

https://www.facebook.com/WarwickFreeEducation/videos/1124447101031622/?hc_ref=ARR5IirtC92ZqpjkCGyOuJdBZFmt0Lea-6PWZ2866WKbead2auMfTPyd2blzjSvUfIA

Warwick Student-Staff Solidarity – Warwick For Free Education – National Campaign Against Fees and Cuts

https://www.facebook.com/ComiteDeMobilisation/

Dans cette vidéohttps://www.facebook.com/WarwickFreeEducation/videos/1124447101031622/, les étudiants britanniques dénoncent l’avenir des universités françaises qui avec la sélection deviendront comme les universités anglaises, car le rêve macronien disent-ils, est de copier le modèle anglo saxon et disent que leurs universités s’empirent de plus en plus avec la sélection, devenant de plus en plus inaccessibles pour les anglais pauvres (les frais d’inscription sont de 11 000 euros par an, et doivent encore augmenter sans compter la suppression des bourses, etc…)

https://www.facebook.com/WarwickFreeEducation/videos/1124447101031622/

Ici Londres, résistez à la néolibéralisation de l’université sélective (c’est à dire à la sélection imposé par Vidal et Macron qui veulent mettre fin au droit de l’université pour tous http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/08/30/01016-20170830ARTFIG00337-emmanuel-macron-souhaiterait-la-fin-du-mythe-de-l-universite-pour-tous.php)

Les activistes de Warwick à travers les étudiants et le personnel de l’université de Warwick de Londres sont solidaires avec ceux qui, en France, s’opposent aux réformes de l’éducation néolibérale de Macron qui veut instaurer la sélection ! De nous tous à vous: Ne laissez pas tomber le combat!

Nous avons fait une vidéo https://www.facebook.com/WarwickFreeEducation/videos/1124447101031622/ qui détaille ce à quoi notre politique d’ université néolibérale nous oblige à subir – et pourquoi il est impératif de résister, à la fois pour nous pour changer notre université pour le mieux, et pour les étudiants et le personnel en France qui luttent pour garder leurs universités publiques et accessibles pour tous.

* VIVE LA RESISTANCE *

Résistance politique: Contre la sélection à l’université et la phagocytose en règle de l’éducation « supérieure »…

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 17 février 2018 by Résistance 71

Nous avons reçu cette compilation/analyse par courriel d’un de nos lecteurs assidus. Il y a effectivement grand péril en la demeure, ceci ne fait que reprendre le schéma régressif que l’empire a déjà appliqué à son propre système éducatif outre-Atlantique. On va droit dans le mur à Mach 12.

Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne peut pas y en avoir, donc il importe de mieux comprendre avant d’agir. Nous proposons depuis Octobre 2017 quelques fragments dans ce manifeste:

Manifeste de la societe des societes

~ Résistance 71 ~

 

Poursuivre la mobilisation contre la sélection à l’université, contre le site Parcours Sup, contre la réforme du Bac le 14 février 2018, le 15 février 2018 et le 17 février 2018

 

Auteur anonyme (article/compilation reçu par courriel)

 

16 Février 2018

 

Les chercheurs doctorants sont contre la sélection à l’université et dénoncent l’arnaque de la loi Vidal et Blanquer. Résultat, le gouvernement a fait censurer leur site https://precairesesr.fr/

Vous pouvez les connaître en allant sur leur compte twitter

https://twitter.com/PrecairESRLille

https://twitter.com/PrecairesESR

et voir comment travaillent ces précaires doctorants de l’enseignement supérieur qui dénoncent les contrats à bas tarif de l’heure et voir pourquoi ils sont contre la sélection, ce piège à cons qui va faire supprimer des filières, des postes d’enseignants chercheurs

Et pour les étudiants faire augmenter les tarifs d’inscriptions

Le patron du Medef Pierre Gattaz a publié un article pour soutenir la réforme du Bac de Blanquer et la sélection à l’Université

Le patron du MEDEF veut la fin de l’université pour tous

sources

https://www.capital.fr/economie-politique/ces-idees-deroutantes-selectionnees-par-pierre-gattaz-pour-emmanuel-macron-1241685

Macron veut instaurer le service militaire obligatoire pour les jeunes qui coûtera à la France, 23 milliards d’euros par an

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/instaurer-un-service-militaire-obligatoire-d-un-mois-cinq-questions-sur-la-promesse-d-emmanuel-macron_2166052.html

Service militaire obligatoire pour les jeunes lancé par Macron

Nous, citoyens français, refusons de devenir chairs à canon

les multinationales tous partenaires des universités lancent la sélection pour faire que les universités se privatisent

Le gouvernement continue à disloquer l’éducation nationale et ses diplômes à sa guise

Car voir la masse des 99% prolétaire acquérir la connaissance universitaire est la hantise de l’élite pour qui la connaissance est la clé du pouvoir. Ils ne peuvent laisser aux 99% de la population, l’universel savoir,

Dans les universités, ils préparent des OGM et virus dans les laboratoires

Afin de les rejeter dans la nature, pour causer chez l’homme ignorant contaminé, le désespoir.

Voilà pourquoi ils ferment les universités qui deviennent comme les sociétés secrètes.

Voilà pourquoi après la sélection des universités, ils voudront la censure d’internet.

Pour garder toujours la connaissance universelle à l’écart des masses populaires et de pouvoir les embrigader dans les armés en les laissant ignorantes pour les faire taire.

L’élite veut emprisonner les masses populaires ignorantes dans un smart grid planétaire.

Sans que personne ne pourra apprendre de ses chaînes à s’en défaire car l’intelligence artificielle est la prochaine menace de l’humanité et seul une élite choisi par l’université en aura le contrôle privilégié.

On a toujours de l’argent pour abrutir, mais on en trouve jamais pour instruire.

Laissez les jeunes le soin de décider leur avenir.

Allez vous, faire de leurs vies un martyr ?

Pour satisfaire vos colonialistes désirs?

Jeunes, ne devenez ni soldat ni ne vous laissez gouverner par leurs tirs,

Avec le service militaire obligatoire, on a plus le droit d’étudier, mais de mourir.

Sous les coups d’ordonnance des maitres du monde qui élaborent un sinistre avenir.

il est temps que les universités s’ouvrent à tous bacheliers pour permettre la connaissance universelle.

Si on veut des citoyens éclairés, ne pouvant être manipulés par aucun cupide industriel aimant l’artificiel.

Les 1er et 6 février 2018 , des milliers de lycéen-ne-s, étudiant-e-s, de personnels du 2nd degré et du supérieur se sont mobilisé-e-s contre la sélection à l’université. Assemblées générales, manifestations et grèves ont marqué ces journées et enclenché un début de mobilisation qu’il faut maintenant poursuivre et développer.

Contre la sélection à l’université

Le rouleau compresseur médiatique du gouvernement a tenté de faire passer la mise en place de la sélection pour l’accès au supérieur comme une réforme technique limitée à un changement de plateforme informatique. Il contestait jusqu’à la notion même de sélection. Le débat s’est maintenant déplacé et il est acquis qu’il s’agit bien de sélectionner les étudiant-e-s. C’est d’ailleurs à cette aune qu’il faut lire le rapport Mathiot qui prépare la future réforme du lycée et du bac qui sera présentée le 14 février en conseil des ministres. Elle semble entièrement pensée pour faire des économies (réduction des horaires disciplinaires, recours aux « MOOC », attaques contre le statut) et pour enrôler pleinement le lycée dans le processus de sélection en intégrant largement dans « ParcourSup » les résultats des épreuves anticipées ou les appréciations des conseils de classe du lycée.

Pour le service public

Laisser mettre en place la sélection c’est accepter une dégradation radicale du service public. L’enseignement supérieur est déjà fortement touché par la loi LRU de 2007 de Sarkozy et on voit d’ores et déjà que des officines privées ont flairé le filon et vendent leurs services de conseil en orientation contre quelques centaines d’euros. Sans compter les bachelier-e-s recalé-e-s à l’entrée de l’université qui se tourneront vers le privé pour celles et ceux qui en ont les moyens…

Ancrer la mobilisation

Alors que la période des vacances scolaires approche, il importe d’ancrer la mobilisation. Les discussions doivent se poursuivre pour informer sur les projets du gouvernements et convaincre de la nécessité de se mobiliser sans attendre. La période des conseils de classe du deuxième trimestre approche et cela va offrir des occasions de mener des discussions dans les lycées. SUD éducation dénonce la surcharge de travail qui incombe aux personnels et rappelle sa consigne : refuser de remplir les « Fiches avenir » lorsque le rapport de force le permet ou avis les plus favorables pour toutes et tous les élèves. Il est hors de question que les enseignant-e-s décident pour les lycéen-ne-s de leur orientation !

SUD éducation et une large interfédérale (FSU, FO, CGT, syndicats étudiant-e-s et lycéen-ne-s) appellent à la mobilisation le 15 février. Un préavis couvre les personnels de l’éducation (enseignement scolaire comme supérieur).

Il est important d’être aux côtés des lycéen-ne-s et étudiant-e-s qui se mobilisent, notamment devant les lycées pour éviter les violences policières. SUD éducation rappelle également que les lycéen-ne-s disposent d’un droit de réunion et d’expression qui doit être garanti. Les sanctions prises contre des élèves, y compris pour des interventions dans les cours, sont scandaleuses. Les enseignant-e-s doivent veiller à garantir le respect de ces droits élémentaires.

Mobilisations contre la sélection & l’école du tri social

• 12 février 2018 Assemblée Générale à Paris Sorbonne (P4), campus Malesherbes.

• 14 février 2018 Journée de grève et de manifestation en Ile-de- France, à l’appel de plusieurs assemblées générales, en convergence avec le secteur social.

• 14 février 2018 Assemblée Générale à l’université Paris-10 Nanterre, 10h30 salle à déterminer.

• 14 février 2018 3ème Assemblée Générale inter-éducation Idf, 17h00 à la Bourse du travail, 3 rue du Château d’eau.

• 15 février 2018 Journée de mobilisation nationale, à l’appel de plusieurs assemblées générales et de l’intersyndicale.

• 15 février 2018 Assemblée Générale à l’Université Paris 8 Saint-Denis, 10h lieu à déterminer.

• 17 février 2018 Troisième Coordination nationale de l’éducation

Manifs & actions:

• 14 février 2018 & 15 février 2018 , blocage de l’université Paris 1 site Tolbiac

• 14 février 2018 Cortège contre la sélection dans la manifestation du travail social en lutte, 12h métro Saint-Jacques.

• 15 février 2018 Manifestation contre la sélection 11h place de la Sorbonne.

Recours en justice commun contre ParcourSup

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes (SESL), et l’Union nationale lycéenne – syndicale & démocratique (UNL-SD), ont déposé le 11 février une requête en référé, préparée par Maître Jérémy Afane-Jacquart, dirigée contre le système ParcourSup.

Nos organisations contestent la légalité de la plateforme mise en place par le gouvernement. Nous estimons, sur l’analyse de Me Jérémy Afane Jacquart, que les bases juridiques qui devraient permettre la mise en place de « ParcourSup » ne sont pas assurées, et qu’elles ne le seraient pas, même si le projet de loi voulu par le ministère venait à aboutir.

Nos organisations sont déterminées, dans nos lieux d’études, dans la rue comme dans les instances, et même en justice, à démontrer que les arguments du gouvernement ainsi que la mise en place dans la précipitation de cette plateforme ne sont ni légales, ni souhaitables et ne répondent pas aux objectifs de l’université qui sont énoncés dans l’article 2 de la loi Savary :

« – le développement de la recherche, support nécessaire des formations dispensées, et à l’élévation du niveau scientifique culturel et professionnel de la nation et des individus qui la composent ; […]

– la réduction des inégalités sociales et culturelles et à la réalisation de l’égalité entre les hommes et les femmes en assurant à toutes celles et à tous ceux qui en ont la volonté et la capacité l’accès aux formes les plus élevées de la culture et la recherche ».

Nous appelons le gouvernement à l’arrêt immédiat du site internet et à l’arrêt de toutes les procédures visant instaurer une sélection à l’entrée de l’université. Nos organisations donnent rendez-vous aux lycéen·nes, aux étudiant·es, aux salarié·es, aux enseignant·es le 15 février partout en France, en Assemblées Générales, et selon les modalités d’actions qu’ils et elles auront choisies…

Le secrétariat fédéral de Solidaires Étudiant-e-s :

contact@solidaires-etudiant-e-s.org – 06 86 80 24 45

L’Équipe Nationale de l’UNL-SD :

sg@unl-sd.org – 06 12 15 62 51

Pour les questions juridiques et techniques :

avocat@afane-jacquart.com

https://paris.demosphere.eu/rv/60051

Dégage Parcours Sup avant qu’il ne te dégage

https://paris.demosphere.eu/files/docs/f-360edd3180-empty-filename.pdf

Après la mise en place des diplômes à points (réforme LMD) ouvrant la voie à la destruction de la valeur des diplômes nationaux, favorisant ainsi l’embauche et des salaires à la tête, après la mise en place du financement privé de la recherche et de la possibilité de contraindre les jeunes chercheurs à multiplier les CDD (Pacte de la Recherche), le gouvernement de Sarkozy vote la loi de l’ »autonomie » des universités LRU: cette loi qui permettra la privatisation progressive des universités.

Sarkozy avait aussi tenté à cette époque en même temps que la privatisation des universités de lancer la sélection des universités.

« Alors que depuis près de quarante ans, les principales tentatives des différents gouvernement d’instaurer la sélection à l’université ont été balayées par des grèves et manifestations, la réforme Précresse-Sarkozy sur l’université revient sur le droit à étudier dans la filière de son choix »

https://www.legrandsoir.info/LRU-Reforme-Pecresse-Sarkozy-de-l-Universite-unite-pour-exiger.html

« A cette pré-oreintation musclée s’ajoute un autre type de sélection déguisée : la pluridisciplinarité, mise en place lors d’une réforme précédente. En fin de première année, les étudiants doivent choisir une seule des deux matières qu’ils ont suivies ; ce choix peut être influencé par le biais des notes. Une fois l’autonomie des universités acquises, cette « influence » pourra être exercée selon les besoins de l’université et donc du patronat local.

Pourquoi sélectionner ? Sarkozy donne lui-même la réponse : « Vous avez le droit de faire de la littérature ancienne, mais le contribuable n’a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne si au bout il y a 1000 étudiants pour deux places. » Si la bourgeoisie a besoin d’étudiants, en sciences dures, elle se moque éperdument d’en avoir en sciences humaines et sociales car ces étudiants ne sont pas rentables, coûtent chers (sur les 1,3 millions d’étudiants en université hors IUT, près de 40% sont en sciences humaines et sociales) et sont dangeureux (pensons simplement au rôle des étudiants dans la mobilisation contre le CPE). En outre, les entreprises devant payer plus cher la main d’oeuvre quand il n’y en a pas assez, la sélection a pour objectif de tenter de gérer les flux d’étudiants dans les filières en fonction des besoins des entreprises, pour faire baisser le coût de la main d’oeuvre.

Cette réforme s’attaque également au statut des enseignants-chercheurs : ceux-ci ne seront plus recrutés par une commission de spécialistes mais par un comité, comprenant des non-spécialistes du domaine et établi par le président et le Conseil d’Administration. Le président peut dorénavant recruter en CDD ou en CDI des agents contractuels pour faire le travail des fonctionnaires de catégorie A (fonctions techniques et administratives) et également des enseignants, des chercheurs et des enseignants-chercheurs…sur les postes de fonctionnaires ouverts au concours ! En outre le président pourra attribuer des primes et le CA créer des dispositifs d’intéressement (modalités à préciser par décret). Enfin le président a le droit de veto sur presque toutes les affectations du personnel au sein de son université.

Cette réforme a donc l’objectif ouvert de casser le statut de fonctionnaire, et ainsi de faire baisser le coût du personnel, d’accroître la concurrence entre enseignants-chercheurs, entre employés de catégorie A. Elle va à l’encontre du principe même de recherche fondamentale (travail le plus souvent en équipe …), à l’encontre d’un enseignement de qualité (comment effectuer un enseignement précis si l’on n’est pas spécialisé et chercheur ?), à l’encontre de la qualité des services techniques, déjà dégradés par le manque de moyens.

L’orientation forcée, la casse du statut des fonctionnaires à l’universités s’inscrivent et sont permises par l’ » autonomie » des universités. Cette autonomie est une autonomie financière : l’Etat ne subventionnera l’université plus que sous forme de contrat pluriannuel, les « fondations universitaires » et « fondations partenariales » permettront le financement privé de (au moins) certaines filières universitaires, les biens mobiliers et immobiliers pourront être obtenus gratuitement par les universités, loués et vendus ! L’autonomie est également administrative : comme une entreprise, à la tête de cette université il y aura un CA dont le nombre de membres est divisé par deux, un président aux pouvoirs accrus. Ainsi, avec l’autonomie il y aura concurrence entre les universités, inégalité des moyens, des financements, des diplômes délivrés et, tôt ou tard, liquidation des diplômes nationaux (amorcée par la réforme LMD) et des statuts des enseignants-chercheurs.

Les universités ne sont ni responsables du chômage ni du manque de moyen qu’elles subissent depuis plusieurs années qui s’ajoutent aux moyens antérieurement retirés en collège et lycées. Ce n’est pas d’une réforme mais de plus de personnel et plus de moyens dont elles ont besoin, distribués nationalement et équitablement entre les universités. Il est déjà prévu que cette loi socle soit complétée par d’autres réformes, qui, il va sans dire accentueront les traits ici présentés, et dont pâtiront personnels et étudiants, avec une baisse du coût et de la qualité de vie pour la plupart du personnel et une augmentation des frais des inscriptions et de la qualité des enseignements pour de nombreux étudiants. Cela fait 20 ans que toute la communauté universitaire attend cette réforme » s’est exclamée Valérie Pécresse ! La dame rappelle par ces mots l’échec cuisant de la bourgeoisie qui avait dû, lors de la grève générale de 1986, reculer sur le projet Devaquet qui visait…à instaurer la sélection et l’autonomie à l’université. Mais, depuis 1986, le paysage politique a bien changé…fort de sa victoire à la présidentielle Sarkozy assène le maximum de coup à nos acquis sociaux et les dirigeants syndicaux acceptent des dîners qu’il leur offrent »

https://www.legrandsoir.info/LRU-Reforme-Pecresse-Sarkozy-de-l-Universite-unite-pour-exiger.html

Quand le Medef pose son cartable à l’université

Merci patron ! Depuis un an et demi, le gouvernement, sous couvert de favoriser l’insertion professionnelle des étudiants, n’en finit plus de confier les clés des facs aux entreprises. Pas un mois ne passe sans que la ministre de l’Enseignement supérieur, ne célèbre ce « rapprochement » entre les universités et « les acteurs économiques » (les entreprises) .

On le comprend. Le patronat, qui a toujours cherché à peser sur les destinées étudiantes, n’a pas à se plaindre. Sa vision de l’université – le fournisseur d’une main-d’œuvre collant au plus près des besoins du marché – est désormais aussi celle du gouvernement. Avec zèle, ce dernier défend la même vision « adéquationniste » de l’enseignement supérieur. Et assoit chaque jour un peu plus l’influence des milieux économiques

Pris dans sa logique de désengagement de l’État et de réduction de la dépense publique, le gouvernement encourage les établissements à se tourner vers le privé pour qu’il assure les financements. »

« Vers une logique du “qui paie décide” »

Pour les entreprises, c’est l’opportunité d’avancer leurs exigences et de se tailler des formations sur mesure.

Ces dernières années, les universités, en partenariat avec les milieux professionnels, ont mis sur pied une multitude de licences et masters « pro » à l’intitulé évocateur. Un exemple : on peut décrocher une licence manager de rayon, formation cogérée par 18 entreprises de la grande distribution et rebaptisée « licence Carrefour » par les étudiants… Pour Anne Mesliand, c’est clair : « On s’éloigne de la logique de coopération qui a toujours existé entre le monde économique et l’université pour aller vers une logique du “qui paie décide”. » Geneviève Fioraso a annoncé son souhait de voir, d’ici à 2020, le nombre d’étudiants en alternance passer de 7 à 17 %

« On donne de plus en plus les rênes au monde économique », déplore Marc Neveu, cosecrétaire du Snesup-FSU. À ses yeux, l’université, qui a la préoccupation d’articuler savoirs, recherche et insertion professionnelle, perd peu à peu la maîtrise au profit d’acteurs économiques

Une visée dangereuse. Comme le soulignent plusieurs études, l’adéquation entre la spécialité de formation et les premiers emplois est peu élevée. « Selon les cursus, seuls 30 à 60 % des jeunes sont dans un emploi en correspondance avec leur spécialité trois ans après la sortie du système éducatif », relève le Céreq. L’insertion après la fac n’en demeure pas moins correcte (lire notre encadré ci-dessous). « Si c’est le cas, c’est justement parce que l’enseignement universitaire permet de s’adapter et d’évoluer dans les métiers, assure Anne Mesliand. Le réduire à une formation étriquée est une grave erreur. »

https://www.humanite.fr/societe/quand-le-medef-pose-son-cartable-l-universite-555864

Les patrons azuréens aux Universités d’été du Medef

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République, une vague d’optimisme s’est emparé des patrons

Ce mardi et mercredi donc, près de 7.500 chefs d’entreprise sont attendus sur le campus d’HEC à Jouy-en-Josas, près de Paris

*Les ministres présents aux Universités d’été du Medef: Muriel Pénicaud (Travail), Bruno Le Maire (Economie), Gérald Darmanin (Budget), Jean-Yves Le Drian (Europe et Affaires étrangères), Michel Blanquer (Education), Frédérique Vidal (Enseignement supérieur et Recherche).

https://www.lejournaldesentreprises.com/marseille-nice-toulon/article/les-patrons-azureens-aux-universites-dete-du-medef-92357

La sélection à l’université et la réforme du Bac et le site Parcours Sup sont donc bien des réformes voulus par le MEDEF. Vidal et Blanquer assistent aux universités d’été du Medef qui donne ses ordres aux ministres sur comment programmer les futures lois du gouvernement.

Un nouveau partenariat entre BAYER ( le propriétaire de Monsanto) et l’université de Paris Sud

Le lundi 9 mai 2016 a eu lieu une rencontre entre la Faculté de Pharmacie de l’Université Paris-Sud et le groupe BAYER pour célébrer une convention de partenariat.

http://www.pharmacie.u-psud.fr/fr/la_faculte/actu-vie-etudiante/un-nouveau-partenariat-entre-bayer-et-la-faculte.html

Le Medef critique les formations universitaires et réclament qu’elles répondent davantage aux besoins des entreprises

https://www.lesechos.fr/17/04/2001/LesEchos/18385-019-ECH_licences-professionnelles—les-universites-jouent-le-jeu.htm

le Medef signe un partenariat avec l’Université de Bretagne Sud.

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/morbihan/universite-de-bretagne-sud-partenariat-avec-le-medef-19-06-2012-1743141.php#Z7Gg8L49XolgWBft.99

Le Medef signe des partenariats avec les universités de Versailles

http://www.ac-versailles.fr/cid113317/partenariat-avec-medef.html (bizarrement la source a été censurée)

Le Medef signe un partenariat avec L’Université Jean Monnet

https://www.univ-st-etienne.fr/fr/tous-les-faits-marquants/annees-precedentes/annee-2010-2011/signature-d-une-convention-entre-l-universite-jean-monnet-et-le-medef.html

Le Medef signe un partenariat avec l’université de Lille

http://www.univ-lille1.fr/Accueil/Entreprise/partenaires/

Le Medef signe un partenariat avec l’université Lyon 1

https://www.aderly.fr/2008/04/article-2055-charte-de-partenariat-entre-l-8217-universit-201-lyon-i-et-le-medef/

Le Medef signe un partenariat avec l’université d’Evry

http://alaune.univ-evry.fr/evenement/partenariat-medef-ueve/

Le Medef signe un partenariat avec l’université de Nanterre

http://www.parisnanterre.fr/presentation/partenaires-552928.kjsp

Le Medef signe un partenariat avec l’université Paris Descartes

http://www.mondedesgrandesecoles.fr/l%e2%80%99action-du-medef-ile-de-france/

http://www.masterirh.org/le-master/notoriete/

Le Medef a signé un partenariat avec l’université Clermont-Auvergne (voir présentation formation)

http://www.uca.fr/formation/nos-formations/catalogue-des-formations/licence-professionnelle-metiers-de-la-gestion-et-de-la-comptabilite-comptabilite-et-paie-10138.kjsp?RH=1396003096371#programContente7b46f2a-a68e-418c-ab4c-f680dd11ac1c-1

Une université de Versailles et son partenaire entreprise industriel Valeo ont été récompensés ensemble par Pierre Gattaz, président du MEDEF dans le cadre des meilleures initiatives partagées universités/entreprises.

http://www.uvsq.fr/l-uvsq-et-son-partenaire-industriel-valeo-ont-ete-recom

l’Université de Lyon fait des partenariats avec BAYER- Monsanto  et le MEDEF et la banque populaire

http://iut.univ-lyon3.fr/partenariats-174193.kjsp?RH=1202810969654&RF=1203588127902

Safran l’industrie militaire française et l’Université Paris-Sud signent une convention de partenariat

http://www.publicnow.com/view/712A83F2EF49DFA1B814ED1112381625E07F4FA5

Thales et Safran s’associent dans l’optronique militaire

M. Sarkozy avait appelé à cette consolidation du secteur de la défense.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2011/12/21/thales-et-safran-s-associent-dans-l-optronique-militaire_1621112_3234.html

Bayer- Monsanto fait un partenariat avec l’université de Strasbourg

http://www.industrie.com/chimie/bayer-le-cnrs-et-l-universite-de-strasbourg-collaborent-dans-le-fluor,54087

Le Medef encourage les universités à devenir dépendantes des entreprises industriels pour leur formation.

L’objectif principal du Medef est de mettre en place un Comité d’Orientation Université-Entreprises Régional comprenant des représentants du Medef et d’obtenir une sorte de « label Medef » dans la construction et la réhabilitation de ces diplômes

les licences pro deviennent, progressivement, le modèle des licences en général, c’est progressivement toutes les

formations qui devront être « certifiées Medef » avant l’envoi des maquettes au ministère.

Le Medef souhaite pouvoir délivrer la bonne parole dans les universités. (ça y est, le Medef se prend pour Jésus, «  délivrer la bonne parole »)la demande réelle du Medef est d’intervenir directement sur les formations, en amont même de leur demande d’habilitation, afin de les soumettre aux exigences des entreprises locales des régions. Comment Pouvons-nous accepter une vue aussi étriquée de ce qu’est une formation universitaire ?

https://fsu-nancy2.blogspot.fr/

la Banque de France et le MEDEF Périgord font des accord pour investir dans certaines entreprises

https://www.linkedin.com/pulse/convention-de-partenariat-medef-p%C3%A9rigord-banque-france-perigord

Le Medef est en route pour créer une smart grid planétaire pour l’agenda 2030:

Le Medef lance le premier Forum de la Jeunesse et de l’Entrepreneuriat entre l’Afrique et la France

la déclaration « Africa 2030, manifeste pour entreprendre le futur », en partenariat avec le Club Afrique 2030.

LE MEDEF SIGNE UNE CONVENTION DE PARTENARIAT AVEC L’ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE SAINT-PIERRE

https://runconcept.com/2017/11/28/le-medef-reunion-signe-une-convention-de-partenariat-avec-lordre-des-avocats-du-barreau-de-saint-pierre/

Sarkozy a lancé la loi LRU en 2007 pour ruiner les universités et les obliger à se privatiser. Les conséquences de la privatisation c’est la sélection. Pour défendre le service public, nous devons lutter contre la Loi LRU de 2007, contre la sélection pour que les universités dépendent des étudiants et non des entreprises. Car les universités qui font des partenariats avec les entreprises du CETA, du TAFTA ne peuvent plus être humanistes et respecter la nature (tant les êtres humains que les animaux). Ce sera le clonage dans les laboratoires pour servir les intérêts privés des entreprises, etc…

Frédérique Vidal, la ministre de l’enseignement supérieur a été la première en tant que directrice de l’université de Sophia Antipolis à lancer la privatisation. Elle a détruit Sophia Antipolis et l’a obligé à faire des partenariats avec des écoles de businness et de commerce. C’est cette association de Sophia Antipolis avec les écoles de commerce qui a donné le jour à une nouvelle université répondant aux critères de l’Union Européenne et du medef. » c’est à Frédérique Vidal que l’on doit la création en mars 2015, de l’Université Côte d’Azur, un ensemble qui réunit outre l’Université Nice Sophia-Antipolis,  les écoles de management Skema Business School et Edhec Business School Une réunion de compétences de bon aloi qui va jouer un rôle non négligeable lorsque s’engage le processus d’obtention de la labellisation Idex la même année.

C’est avec le projet UCA JEDI (pour Joint, Excellence Dynamic Initiative) que Frédérique Vidal va monter au front, s’engageant notamment à convaincre les entreprises azuréennes de participer au projet de l’université Sophia Antipolis. Elle n’hésitera pas à expliquer et réexpliquer pourquoi il était important que les PME comme les grands groupes industriels apportent leurs implications à l’université et leurs projets d’entreprises privés industriels dans le projet université. L’objectif avait alors été de convaincre 150 d’entre elles d’écrire noir sur blanc de quelle façon leurs propres investissements s’inscrivaient en droite ligne dans les axes définis par l’Université Côte d’Azur (l’université côté d’azur est l’association de l’université Sophia Antipolis avec les écoles de commerce) notamment sur le numérique, l’espace, l’environnement, ou le territoire intelligent.

Ce regard bienveillant de Frédérique Vidal, directrice de l’université côte d’azur envers les entreprises c’est aussi ce qui a permis à Frédérique Vidal d’emporter les suffrages du côté du patronat. Philippe Renaudi, le président de l’UPE06, estime que la nomination de Frédérique Vidal est « une excellente nouvelle ». Car justement, « elle a le souci et l’inquiétude des besoins des entrepreneurs, elle sait être à l’écoute ».

Frédérique Vidal s’est aussi fortement engagée auprès de l’entreprise industriel cluster EducAzur- EdTech qui veut devenir le n°1 français

Frédérique Vidal arrive donc au gouvernement, auréolée de ses actions fortes pour le territoire azuréen. Appliquera-t-elle la même méthode du mariage des universités avec les entreprises au niveau national ? Il va sans dire que tous ceux qui militent pour l’abolition de la frontière entre le monde universitaire et le monde économique des entreprises sont désormais tournés vers Paris

https://marseille.latribune.fr/economie/2017-05-17/frederique-vidal-la-scientifique-qui-a-depoussiere-l-universite-nice-sophia-antipolis-715885.html

Pour l’Afrique:

http://club-2030.com/actualites/economie-gouvernance/2137/medef-en-partenariat-avec-club-2030-afrique-organisation-du-forum-de-la-jeunesse-et-de-lentrepreneuriat-afrique-france-les-6-et-7-decembre-2016

http://www.africanewsagency.fr/2017/03/08/africa-2030-une-feuille-de-route-pour-le-medef/

Cela a le mérite d’être clair. Le vrai but de la privatisation des universités, la sélection, et le partenariat des universités avec les entreprises c’est pour lancer le smart grid planétaire (le territoire intelligent). C’est donc à l’université que va se décider la smart grid française. Voilà pourquoi ils ne veulent pas que les 99% de la masse populaire puissent aller à l’université, car ils verront comment le futur camps de concentration smart grid planétaire sera fait.