Archive pour france interdiction boycott israël

France et totalitarisme: Interdit de boycotter Israël ?…

Posted in actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 7 novembre 2015 by Résistance 71

Seule « démocratie » à faire passer une telle ineptie !… De mieux en mieux !… Seule solution… continuer le boycott qui de toute façon est une décision individuelle. Il est temps de boycotter toutes les institutions étatiques et privées et de se libérer enfin du totalitarisme et de la coercition qui sont imposés en permanence. Pourquoi n’ont-ils pas fait interdire les appels au boycott de l’Afrique du Sud de l’apartheid ? Le deux poids deux mesures bat de plus en plus son plein. 

Boycottons donc l’interdiction de boycotter !

— Résistance 71 —

« Israël est l’état juif et en cela est fondé sur une idéologie ethnocentrique pilotée par l’exclusivité, l’exceptionalisme, la suprématie raciale et une profonde inclinaison inhérente vers la ségrégation. »

« L’idéologie sioniste se présente elle-même comme un narratif historique, cela m’a pris des années pour réellement comprendre que le sionisme, l’identité juive et sa politique ainsi que son idéologie ne sont en fait que des assauts brutaux, francs et sans détours sur l’histoire, sur la notion d’histoire et la temporalité. »
~ Gilad Atzmon ~

 

L’appel au boycott d’Israël officiellement interdit en France !

 

RT France

 

6 Novembre 2015

 

url de l’article original:

http://francais.rt.com/france/9868-boycott-israel-interdit-france-condamnation-bds

 

C’est officiel : la France est la seule démocratie au monde où l’appel au boycott afin de lutter contre la politique d’un Etat est interdit. Et des militants pro-palestiniens de l’organisation BDS l’ont appris à leur dépens.

Le 20 octobre, la Cour de cassation a confirmé la condamnation de 14 militants du groupe Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) pour des actions menées dans un supermarché en 2009 et 2010, où ils incitaient, à l’aide de tracts, les consommateurs à boycotter les produits en provenance d’Israël, en raison de la politique menée par ce gouvernement. Ceux-ci ont écopé collectivement de 28 000 euros de dommages et intérêts à verser aux parties civiles, et d’une amende de 1 000 euros chacun.

Si le groupe revendique des motifs purement politiques, la justice française a en revanche estimé qu’il s’agissait d’une «provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race, ou une religion déterminée», selon l’article de loi invoqué par la Cour.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France a partagé sa satisfaction quand à la décision sur Facebook, rappelant à l’ordre un sympathisant du Parti communiste français qui soutenait l’initiative de boycott.

L’avocat de BDS en France, Antoine Comte, a déploré «une grande régression» et a indiqué qu’il porterait le cas devant la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg.