Archive pour FBI NSA internet espionnage

Pays du goulag levant (ex-USA): La NSA crée le super méga moteur de recherche ICREACH, le Google des barbouzes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 26 août 2014 by Résistance 71

Nous en profitons pour dire à la NSA, CIA, FBI, CSIS, DGSE, DCRI, MI5, MI6, Mossad, BND, tous les gouvernements, tonton Lulu et tata Ginette et que tous ceux qu’on oublie nous pardonnent… que nous les emmerdons à pied à cheval et en voiture !

— Résistance 71 —

 

Le moteur de recherche de la NSA permet aux services de renseignement de collecter des données sur les citoyens

 

RT

 

25 Août 2014

 

url de l’article original:

http://rt.com/usa/182724-icreach-nsa-snowden-search/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La NSA américaine a construit un énorme système de partage de l’information qui a pour but de permettre aux analystes des agences de renseignement (NdT: Il y en a 16 au pays du goulag levant !…) du pays, d’avoir accès à des centaines de milliards de fichiers et de données sur la vie des gens du monde entier.

Le moteur de recherche créé, ressemblant à “Google” (NdT: les ingénieurs de Google ont-ils participé à sa création ?… Bonne question…), d’après le journaliste Ryan Gallagher d’Intercept, a été développé par la NSA dès 2007, mais n’a été rendu public que lundi dernier, gràce aux documents classifiés fuités au site d’information par l’ancien contractant du renseignement Edward Snowden.

D’après les documents fuités et l’analyse de Gallagher, le moteur de recherche ICREACH créé par la NSA permet aux analystes de près de deux douzaines d’agences gouvernementales, incluant le FBI et la DEA (Drug Enforcement Administration, la Brigade des Stups fédérale), parmi d’autres, de partager un vaste domaine de détails sensibles collectés par la communauté du renseignement et ses partenaires ne concernant pas seulement des suspects de terrorisme, mais “des millions et des millions de données au sujet des citoyens américains, qui n’ont été accusés d’aucun crime ni délit”, écrit Gallagher.

“La NSA a reconnu qu’elle partage certaines de ses données avec des agences intra muros comme le FBI, mais les détails au sujet de la méthode et de l’ampleur de ce partage demeurent entourés de secret”, a ajouté Gallagher. Avec le dernier article en provenance de cœur des dossiers classifiés glânés par Snowden l’an dernier, des détails quoi qu’il en soit commencent à se faire jour au sujet de l’ampleur du partage de l’information stockée, ouvrant ainsi de nouvelles questions quant à ce qui apparaît la source illimitée d’information à la disposition de la communauté du renseignement au sujet des citoyens.

“ICREACH a été accessible à plus de 1000 analystes appartenant à 23 agences gouvernementales US qui travaillent dans le renseignement, d’après un mémo datant de 2010. Un document de planification datant de 2007, liste la DEA, le FBI, la CIA et la DIA (Renseignement militaire) comme des membres étant au cœur du partage de l’info. L’information partagée au travers d’ICREACH peut-être utilisée pour tracer des gens, reconstituer leur réseau de connaissances et d’association, aider à prédire des actions futures et potentiellement révéler les affiliations religieuses ou croyances politiques.” Écrit Gallagher. D’après un mémo confidentiel inclus dans les sources de Snowden, le moteur de recherche ICREACH est le tout premier système de partage de communications de méta-données au sein de la communauté du renseignement américaine”, en référence au terme utilisé pour décrire les détails bruts concernant les signaux de renseignement ou SIGINT, comme par exemple qui parle à qui et quand.

Depuis l’an dernier, les documents fuités par Snowden ont révélé et exposé l’ampleur de la portée que le renseignement américain et ses partenaires ont atteint afin de collecter et d’exploiter les meta-données personnelles afin de pouvoir tracer des personnes de leur intérêt. De manière routinière quoi qu’il en soit, des infornations concernant des citoyens américains lambdas sont injustement et illégalement collectées et néanmoins stockées dans les vastes bases de données gouvernementales, ce qui a levé certaines préoccupations au sujet de la vie privée et de ses avocats qui disent que le gouvernement va bien au delà de ses prérogatives en ce qui concerne la collecte et le stockage des données.

Des détails au sujet de ICREACH montrent maintenant que la NSA a construit un moteur de recherche qui peut contenir jusqu’à 850 milliards de fichiers différents, de communications ou “d’évènements”, démontrant par là les intentions de l’agence en regard de ce que le général Keith Alexander, l’ancien patron de l’agence, avait pour habitude de résumer en ce motto de la NSA: “Collectons tout.” Avec ce système très spécifique, la NSA apparaît avoir créé un moteur de recherche suffisamment puissant pour que les agences gouvernementales puissent scanner l’équivalent de plus de 100 fichiers par personne habitant cette planète. Parce que les documents de Snowden sont déjà anciens, il est plus que probable que la NSA ait déjà avancé vers la possibilité plus accrue de stocker des informations encore plus sensibles.

Tandis que la NSA estimait initialement pouvoir maintenir des archives de plus de 850 milliards de dossiers sur ICREACH, les documents indiquent que l’objectif pourrait bien avoir été amplement dépassé et que le nombre de données personnelles stockées par le sytème puisse avoir augmenté depuis le rapport de 2010 faisant référence aux 1000 analystes. Le “budget noir” de la communauté du renseignement pour 2013, qui a aussi été obtenu par Snowden, montre que la NSA a récemment demandé plus de financement afin de mettre à jour son ICREACH pour “donner aux analystes de l’IC (Intelligence Community / Communauté du Renseignement) un accès à de plus amples données partageables,” a écrit Gallagher.

Nouvel Ordre Mondial et totalitarisme: La National Security Agency (NSA) du pays du goulag levant (ex-USA) enregistre tous les données et messages numériques !…

Posted in actualité, Internet et liberté, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 9 juin 2013 by Résistance 71

Pour ceux qui doutait encore: Plus de doute possible maintenant… Grand Frère nous épie. La grille de surveillance de la gouvernance mondiale fasciste supra-nationale se met en place pour un totalitarisme planétaire.

Résister devient un devoir moral !

— Résistance 71 —

 

Un lanceur d’alerte de haut niveau au sein de la NSA crache le morceau sur la véritable dimension du programme d’espionage de l’agence


Top NSA Officiel: Le gouvernement enregistre le CONTENU et pas seulement les meta-données en utilisant une “interprétation secrète” bidon du contenu de la loi du Patriot Act

 

Washington’s Blog



 

June 08, 2013

 

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article35212.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Nous avons rapporté en 2008 que des entreprises étrangères ont eu des rôles clé dans la collecte des communications des Américains pour la NSA (NdT: National Security Agency )

Au moins deux entreprises étrangères ont joué un rôle important dans la collecte et le traitement des informations.

Spécifiquement une entreprise israélienne du nom de Narus a traité toutes les infomations importantes enregistrées par AT&T (qui enregistre et donne des copies des conversations téléphoniques à la NSA pour traitement) et une autre entreprise israélienne Verint, traite les informations enregistrées par Verizon (Verizon enregistre aussi et donne à la NSA toutes ses communications..)

“Business Insider” note aujourd’hui:

Les dernières informations concernant le scandale de l’espionage domestique de la NSA pose une question très importante: Si les géants américains de la technologie ne “participent pas de plein gré” dans le coup de filet sur les communications électroniques, comment la NSA peut-elle avoir toutes leurs données ?

Une théorie: La NSA a loué les services de deux entreprises secrètes israéliennes pour mettre sur écoute le réseau des communications américain.

En Avril 2012, le journaliste James Bamford de la revue Wired et auteur du livre “the Shadow factory: the NSA from 9/11 to the Eavesdropping on America”, a rapporté que deux entreprises ayant des liens extensifs avec les services de renseignement israéliens, ont fourni du matériel informatique et des logiciels au réseau de télécommunications américains pour la NSA.

Ce faisant, ceci impliquerait que des entreprises comme Facebook et Google ne doivent pas explicitement donner à la NSA un accès à leurs serveurs parce que les fournisseurs d’accès principaux comme AT&T et Verizon ont déjà autorisé les services de renseignement américains d’écouter et de collecter leurs données de toute façon.

Bamford:

“D’après un ancien employé de Verizon qui a été formé sur le programme, Verint, propriété de Comverse Technology, écoute et enregistre les lignes de communication de Verizon.

A AT&T. les pièces où se passent les enregistrements sont rendues opérationnelles par des équipements et des logiciels de Narus, maintenant propriété de Boeing, une découverte faite par le lanceur d’alerte d’AT&T Mark Klein en 2004.”

Klein, un ingénieur, découvrit la “chambre secrète” au QG d’AT&T de San Francisco; c’est par cette chambre que la NSA activement “siphonnait l’internet et les données téléphoniques de citoyens américains ordinaires avec la pleine coopération d’AT&T” par ces pièces aménagées pour les enregistrements, il insista sur le fait que “la plupart de ces données envoyées par AT&T à la NSA provenaient des Etats-Unis intra muros.”

Le lanceur d’alerte de la NSA Thomas Drake a corroboré les dires de Klein, témoignant que la NSA utilise le matériel israélien de Narus pour “saisir et sauvegarder toutes les communications électroniques personnelles.” Les deux entreprises Verint et Narus firent créées en Israël dans les années 1990.

***

 “Tout ce qui provient d’un réseau de protocole internet peut-être enregistré”, a dit Steve Bannerman, vice-président du marketing de Narus, de Mountain View, Californie. “Nous pouvons reconstruire tous les courriels avec leurs attachements, voir les pages internet que les personnes ont visitées, nous pouvons reconstruire leurs appels VoiP (voice over the internet protocol).

Avec un système d’écoute/enregistrement des télécommunications, la NSA n’a besoin en fait que des entreprises comme Microsoft, Google ou Apple participent de manière passive tandis que l’agence intercepte, stocke et analyse leurs données de communications. La nature indirecte de l’accord donnerait aux géants de la technologie une cause plausible de déni.

De plus, en ayant un sous-traitant étranger pour piéger la grille des communications, cela veut dire que la NSA a accès à pratiquement tout le traffic domestique des communications sans avoir à techniquement le faire elle-même.

Ceci donnerait également à la NSA, dont la mission officielle est d’espionner sur les communications étrangères, une cause de déni si elle était accusée d’espionage domestique.

La raison pour laquelle la revue Business Insider spécule sur l’utilisation d’entreprises privées israéliennes pour contourner la loi est que deux membres de haut niveau du comité sénatorial sur le renseignement, les sénateurs Wyden et Udall, ont dit depuis longtemps que le gouvernement avait adopté une “interprétation secrète” de la section 215 du Patriot Act qui choquerait les Américains, parce que ceci ouvre la porte à un programme d’espionage époustoufflant.

En Décembre dernier, un lanceur d’alerte connu de la NSA, William Binney, un vétéran de 32 ans de service à la NSA ayant la position de directeur technique et qui a été le patron du programme de collecte d’information de l’agence (publié dans le New York Times et source d’à peu près tout ce qu’on eut savoir sur la NSA et ses méthodes d’espionage), a dit que le gouvernement utilise une interprétation secrète de la section 215 du Patriot Act qui autorise le gouvernement à obtenir:

Toute donnée provenant de toute tierce partie, comme toute donnée commerciale, collectée et conservée au sujet des citoyens des Etats-Unis…

J’ai appelé Binney pour savoir ce qu’il voulait dire par là:

J’ai commencé par demander à Binney si la spéculation de la revue Business Insider était juste. Spécifiquement, j’ai demandé à Binney si l’interprétation secrète du gouvernement de la section 215 du Patriot Act était qu’une entreprise étrangère, comme Narus par exemple, pouvait siphonner les informations sur les citoyens américains et qu’ensuite la NSA pourrait obtenir ces informations sous le prétexte d’espionner sur des “entités étrangères”, comme par exemple coïncidentellement une entreprise israélienne.

Binney a répondu que non… que c’était bien plus large et bien plus gros que cela.

Binney a expliqué que le gouvernement prend la position qu’il peut collecter et utiliser toute information sur tout citoyen américain vivant sur le territoire états-unien si l’information provient:

De quelque prestataire de services que ce soit… toute tierce partie, toute entreprise commerciale, comme un fournisseur d’accès internet ou de télécommunication, des bibliothèques, des entreprises médicales, qui stockent des données au sujet de quiconque, de tout citoyen américain ou de qui que ce soit d’autre.

J’ai poursuivi pour être sûr d’avoir bien compris ce que Binney avait dit en demandant si l’interprétation secrète du gouvernement de la section 215 du Patriot Act était que le gouvernement pouvait utiliser toute information aussi loin qu’elle venait d’une entreprise privée, étrangère ou domestique. En d’autres termes, le gouvernement utilise le vieil argument légal bidon qu’il n’a pas utilisé le pouvoir du gouvernement (appelé “agir sous les couleurs de la loi” par les juges), mais que c’était juste des entreprises privées faisant ce qu’elles avaient à faire (et à qui le gouvernement venait de donner l’ordre de collecter les informations et de les engranger pour lui).

Binney a confirmé que cela était correct. C’est ce sur quoi le programme d’espionage des compagnies de téléphone et la programme Prisme (le programme du gouvernement espionnant les grosses entreprises de l’internet) sont fondés. Comme toutes les communications numériques passent par des réseaux d’entreprises privées, des sites internet ou d’autres systèmes, le gouvernement demande simplement que toutes ces compagnies lui fournissent ces infos.

Utilisons une analogie pour mieux comprendre comment cette interprétation du Patriot Act est totalement bidon. Cet argument est analogique à une situation qui verrait un parlementaire louant les services d’un tueur à gages pour flinguer quelqu’un qui pose trop de questions et lui prêtant son flingue pour exécuter son contrat… pour ensuite dire: “Je ne l’ai pas fait, c’était un citoyen privé !” Ceci ne passerait même pas le test de la machine à rire d’une fac de droit sur internet non accréditée sur un site web pornographique.

J’ai ensuite demandé à ce membre expérimenté de la NSA si l’affirmation du gouvernement à savoir qu’il n’espionne que les méta-données et non pas le contenu, était correcte. Nous avons documenté de manière extensive que le gouvernement a pas mal de chance d’enregistrer le contenu également. (et le gouvernement a admis auparavant qu’il avait “accidentellement” collecté plus d’infos sur les citoyens américains qu’il n’était légal de le faire et ensuite avait muselé les juges de façon à ce qu’ils ne puissent pas divulguer la nature ou la dimension des violations).

Binney a dit que cela n’était pas vrai; le gouvernement collecte tout, y compris le contenu des messages et communications.

Binney a expliqué, comme il l’a fait de nombreuses fois auparavant, que le gouvernement stocke tout, et crée des bases de données cherchables… utilisables comme il le veut et pour quelque but que ce soit (comme persécuter quelqu’un qu’il n’aime pas.)

Binney a dit que l’ancien agent du contre-terrorisme du FBI Tim Clemente est absolument correct lorsqu’il dit qu’aucune donnée numérique est en sécurité (Clemente dit que toutes les communications numériques sont enregistrées et stockées).

Binney m’a donné une idée de la puissance du système d’enregistrement mis au point par Narus. Il y en a probablement 18 disséminés dans le pays, et ils peuvent enregistrer chacun 10 gigaoctets de données, l’équivalent 1 250 000 courriels contenant 100 caractères chacun… par seconde.

Binney a ensuite confirmé la déclaration de l’auteur du Patriot Act, le membre du congrès Jim Sensenbrenner, que tous les programmes d’espionage de la NSA sont en violation du Patriot Act. Après tout, le Patriot Act est focalisé sur l’espionage des menaces extérieures et non pas sur celui des citoyens américains.

Binney a demandé de manière réthorique: “Comment une cour de justice américaine peut-elle dire aux télécoms de cracher ses données domestiques ?”

Mise à jour: Binney a envoyé ce courriel de clarification au sujet de la collecte de contenus:

“Il est très clair pour moi qu’ils collectent la vaste majorité des e-mails, pleinement, ainsi que d’autres types de textes et de données textuelles sur la toile.

En ce qui concerne les conversations téléphoniques, je ne pense pas qu’ils enregistrent et transcrivent les approximativement 3 mlliards de coups de téléphone donnés quotidiennement aux Etats-Unis. Il est plus probable qu’ils enregistrent et transcrivent les appels des quelques 500 000 ou 1 000 000 de personnes ciblées aux Etats-Unis et dans le monde.”

 

Nouvel Ordre Mondial et grille de surveillance: L’état policier tyrannique progresse au pays du goulag levant (ex-USA)…

Posted in actualité, altermondialisme, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 4 mai 2013 by Résistance 71

Une fois de plus, ne nous leurrons pas: ce qui se passe aujourd’hui au pays du goulag levant se passera en Europe et en France demain… Les yanks établissent le modèle, les pays satellites comme la France seront contraints de suivre.

C’est çà le Nouvel Ordre Mondial comme nous l’avons exposé ici sans cesse: Une grille de surveillance mondiale qui réduit le monde en servitude d’un état fasciste supranational. Cela se met e place de jour en jour.

Que faire ?  Commencer par ouvrir les yeux, chercher ceux qui les ont également ouverts et dire NON ! Collectivement en joignant l’action directe du boycott et de l’autogestion à la parole du refus.

Nous l’avons dit depuis bien longtemps: la balle est dans notre camp depuis un bon moment… L’oligarchie elle, continue sur sa ligne. Elle a une ligne directrice elle, contrairement à nous qui discutons sans cesse du « sexe des anges »…

— Résistance 71 —

 

L’espionage institutionalisé sur les Américains

 

Stephen Lendman

 

2 Mai 2013

 

url de l’article original:

http://www.dailycensored.com/institutionalized-spying-on-americans/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Big Brother n’est plus une fiction ; çà ne l’est plus depuis un bon moment.

D’après le directeur du programme Technologie & Liberté de l’American Civil Liberties Union (ACLU) Barry Steinhardt:

“En considérant les capacités technologiques d’aujourd’hui, les seules choses qui nous protègent encore d’une société de surveillance totale sont les institutions légales et politiques dont nous avons hérité en tant qu’Américains.”

“Malheureusement, les attaques du 11 Septembre 2001 ont mené certains à endorser la pensée erronée qu’affaiblir la constitution renforcera les Etats-Unis.”

Des menaces à la sécurité nationale fabriquées sont vues comme plus importantes que les libertés fondamentales. L’espionage domestique est institutionalisé.

N’importe qui peut être surveillé pour n’importe quelle raison, voire aucune raison du tout. Les droits à la vie privée sont perdus. La loi du Patriot Act a autorisé les pouvoirs de surveillance gouvernementaux sans restriction.

Les informations personnelles, financières ou médicales peuvent être accessibles librement. Les recherches dites “de visionage furtif” peuvent être effectuées au moyen de mandats “à effet retardé”, d’écoutes et d’entregistrements invasifs, d’enregistremens de courriels et du contrôle de l’utilisation de l’internet et des téléphones cellulaires par les citoyens.

Le FBI, la CIA, la NSA et le Pentagone, espionnent les citoyens. De même que les agences locales et étatiques. “Nous espionons” est ce qui définit la politique américaine. Les Etats-Unis sont une société de surveillance totale. Il est risqué d’y vivre. Tout le monde est suspect à moins de la preuve du contraire.

La loi d’amendements FISA de réautorisation de 2012 a renouvelé l’espionage sans mandat ou notification légale. Elle a passé le congrès avec très peu de débat. Le dimanche 31 Décembre 2012, Obama l’ a signé en loi de manière pratiquement inaperçue (NdT: C’est la fameuse loi qu’il signa au réveillon de la St Sylvestre…)

Ces mesures dérangeantes passent en général sous le radar. Les promulgations se déroulant les week-ends ou en période de vacances le plus souvent cachent de sevères coups aux libertés (NdT: Une des plus célèbres fut le passage de la loi rétablissant la “Réserve Fédérale”, cartel banquier privé, durant par le congrès à Noël 1913, devant un parterre de députés quasiment vide !…), ainsi l’espionage sans mandat ou notice légale devint loi pour cinq ans de plus.

Les coups de téléphone, les courriels, et autres communications, peuvent être secrètement suivis sans aucune autorisation de justice. La cause probable (NdT: mandatant un mandat de recherche selon la loi américaine) d’un crime ou délit n’est plus nécessaire. Une soi-disante “information du renseignement étranger” est recherchée, tout et n’importe quoi peut être utilisé. Le langage laissé vague à dessein englobe potentiellement tout.

Quelques mois après les attentats du 11 Septembre, Bush autorisa secrètement la NSA de mettre les citoyens américains sur écoute illégalement. Une surveillance large et généralisée s’ensuivit sans le besoin de mandats de justice.

Ceci viole les protections essentielles garanties par la constitution des Etats-Unis. Les plus grosses entreprises américaines de télécommunication sont impliquées. Elles le sont depuis peu après le 11 Septembre 2001. C’est bien pire maintenant qu’à l’époque.

Le 29 Avril, RT titrait: “Espionnez ou payez: un projet de loi soutenu par le FBI mettrait à l’amende les entreprises qui refuseraient d’enegistrer ses clients”. Le jour d’avant, un article du Washington Post titrait: “Un panel cherche à mettre à l’amende les entreprises de technologie qui ne seraient pas en accord avec les ordres d’écoutes des communications”, disant:

“Une force d’intervention du gouvernement prépare une loi qui mettrait sous pression les entreprises comme Facebbok et Google afin d’autoriser les officiels de la loi d’intercepter les communications en ligne en temps réel, d’après des officiels du gouvernement présents et passés qui sont familiers avec ce genre d’effort.”

Ceci est motivé par l’inquiétude du FBI au sujet des “communications internet des terroristes et autres criminels”.

L’espionage par le FBI ne date pas d’hier, ainsi que d’autre pratiques illégales. Au cours de son histoire, l’agence a opéré dans le cadre de la loi … et en dehors.

J. Edgar Hoover fut le grand patron du FBI de 1924 à 1972. Il déclara la guerre aux communistes, au mouvement anti-guerre, aux activistes des droits civiques, à l’American Indian Movement (AIM), au parti des Black Panthers et à tout groupe défiant les politiques de l’état voyou.

Il ordonna aux agents de les infiltrer, de les déranger, de les saboter et de les détruire. Quiconque se faisait l’avocat d’une justice ethnique et de l’émancipation raciale ou de l’égalité économique, sociale et politique quelque soit sa race ou son sexe, devenait vulnérable.

Après le 11 Septembre, les abus ont augmenté. Des outils de surveillance intrusifs ciblent maintenant les citoyens américains ordinaires. L‘autorité hors de contrôle et bien d’autres pratiques abusives se sont généralisées. La “guerre contre la terreur” de l’Amérique est ce qui importe le plus.

Les tactiques pertubatrices incluent une plus grande surveillance physique, une exploitation des bases de données commerciales, des informateurs payés infiltrant des groupes (ou ciblant des individus) sous de faux prétextes, et laisser des agents infiltrés non identifiés “prétexter” faire des “entretiens” pour collecter des informations.

Les musulmans sont la cible privilégiée des Etats-Unis, ainsi que les activistes anti-guerre et pour la justice sociale. Une approche coup-de-poing sans gants est privilégiée. Virtuellement tout est bon pour parvenir aux objectifs. Les innocents sont particulièrement vulnérables.

Le Patriot Act a autorisé les soi-disantes National Security Letters (NSLs) dont les agents du FBI tirent le plus grand avantage. Ils le font en demandant les données personnelles des clients des prestataires de service internet (ISP), des institutions financières (banques), des compagnies de crédit et de bien d’autres sources sans avoir recour à un accord judiciaire. Le FBI veut encore plus. D’après le Washington Post, il veut que les entreprises qui refusent d’enregistrer les données et d’espionner leurs clients soient pénalisées financièrement par une mise à l’amende.

En Février 2011, la conseillère générale du FBI Valerie Caproni a parlé aux membres du comité parlementaire sur le crime, le terrorisme et la sécurité de la patrie au sujet d’un “point noir” au tableau.

Elle expliqua l’incapacté de l’agence à avoir accès à des “données ayant trait à la communication”. Elle affirma une “menace à la sécurité publique” lorsque de l’information critique manque à l’appel.

En Mars 2013, le conseiller général actuel du FBI Andrew Weissman s’est adressé au barreau américain. Il le fit au nom des défis légaux que posent les nouvelles technologies en disant:

“Nous n’avons pas la possibilité d’aller en cour de justice et de dire: ‘Nous avons besoin d’un mandat pour effectuer l’interception d’information’. D’autres pays ont cela. La plupart des gens assument que c’est ce que nous obtenons des cours de justice.”

De par la loi actuelle, les compagnies de communication internet peuvent refuser d’obéir à des écoutes et enregistrements de données même ordonnés par une cour de justice. Ils peuvent dire qu’il n’y a pas de moyen pratique de le faire.

La proposition de loi changerait tout cela. Elle forcerait les entreprises à reconstruire leur capacité à autoriser le gouvernement à contrôler les communications. Weissman appelle à ce que cela devienne une top priorité. Une proposition de loi est couramment en cours d’écriture. C’est une extension de la loi Communications Assistance for Law Enforcement Act (CALEA) de 1994.

Elle donne aux autorités fédérales des pouvoirs de surveillance très étendus. Le faire, revient à autoriser l’espionage des citoyens américains de manière bien plus intrusive.

CALEA ne s’appliquait à l’origine qu’aux réseaux de téléphonie numérique. Elle forçait les compagnies de téléphone à reconstruire leurs architectures de réseau afin de rendre plus facile les écoutes.

En 2005, les communications en ligne y furent ajoutées. Les prestataires de services ont dû reconstruire leurs réseaux à cet effet. Un des cas fut de permettre l’accès aux coups de téléphone donnés via l’internet sur les applications VOIP, ainsi que les communications en ligne par les programmes de messageries.

Les écoutes et enregistrements par le gouvernement ne datent pas d’hier. Les lois existantes permettent d’enregistrer les communications téléphoniques ou en ligne quelque soit les logiciels ou protocoles utilisés.

L’industrie coopère dans les grandes largeurs. L’ère de la surveillance numérique est bien plus facile que ce que les autorités ne veulent bien le dire. Pousser plus avant CALEA est vraiment aventureux. Le faire autorise l’augmentation des pouvoirs de l’état policier.

Le FBI cite le “principe d’enregistrement”. Il le fait pour justifier ses demandes. Il clâme que ce qui peut-être parfois accessible devrait être accessible tout le temps.

Apliqué aux communications téléphoniques et à l’internet, ceci demanderait la construction de téléphones et d’ordinateurs ayant des systèmes intégrés prônes à espioner. Le faire élèverait de beaucoup les pouvoirs de surveillance. Tout le monde pourrait être espionné tout le temps. Les communications privées n’existeraient plus du tout.

L’expansion de CALEA n’est que la partie émergée de l’iceberg. Peut-être que les entreprises de logiciels viendront ensuite. Une autorité législative renforcée pourrait les contraidre à créer des logiciels avec surveillance intégrée. Le faire pourrait sérieusemet compromettre l’inovation dans le domaine.

Appliquer les règles du système téléphonique au développement de logiciels et des communicatons en ligne assure les problèmes à venir. Ce qui est une politique de longue haleine pour les uns, compromet l’inovation pour les autres. Ceci musèlera encore plus la liberté.

Les pouvoirs de l’état policier sont renforcés. Les entreprises sont forcées de se soumettre. Sous le projet de législation, les cours de justice pourront mettre à l’amende. Les enquêtes judiciaires pourront en imposer d’autres. Après 90 jours, les amendes impayées seront doublées quotidiennement.

D’après le conseiller Greg Nojeim du centre pour la démocratie et la technologie:

“Cette proposition poussera les inovateurs vers l’étranger et cela coûtera encore plus d’emplois aux Etats-Unis. Ils devraient aussi bien appeler cette loi, la loi d’insécurité cybernétique et la loi anti-emploi”.

L’ancien procureur général Michael Sussman a ajouté:

“Aujourd’hui,si vous êtes une entreprise technologique qui a inventée un nouveau mode de communication populaire, ce n’est plus qu’une question de temps pour que le FBI pointe le bout de son nez avec un ordre de justice afin de pouvoir lire et écouter des conversations. Si les données peuvent aider à résoudre des crimes, le gouvernement sera intéressé. ”

En 2010, après que ses réseaux furent piratés, Google commença un cryptage total de ses couriels et messages. Facebook suivit.

Ceci compromet le contrôle et la surveillance du FBI. Les officiels du FBI veulent une autorisation renforcée du CALEA pour le permettre.

Ils disent que le faire n’étend en fait la loi existante qu’aux nouvelles technologies. Cela oblige les entreprises de téléphone et d’internet à autoriser les écoutes. Cela est en fait bien plus que cela. Cela élève la surveillance de masse à un niveau dangereux et sans précédent. Ceci n’est qun autre pas vers la tyrannie totale.

Le 29 Avril, le centre pour la démocratie et le technologie (CDT) titrait: “Les fédéraux poussent pour des capacités de portes arrières (backdoors en informatique) permettant les écoutes.”

D’après le technicien expérimenté du CDT Joe Hall:

“Un mandat d’écoute est un mandat de vulnérabilité. Les conséquences non voulues de cette proposition sont très profondes. Au même moment où la nation est concernée par la cybersécurité, la proposition du FBI a le potentiel de rendre les communications bien moins sûres. Une fois que vous avez intégré une capacité d’écoute dans vos produits et services, les criminels de tout poil trouveront un moyen de l’utiliser.”

Le President de CDT Leslie Harris a ajouté :

“Ce que le FBI propose semble ne pas être la mer à boire, mais cela vient avec tant de pénalités onéreuses que cela forcera les développeurs de demander à être pré-approuvés par le FBI. Personne ne va vouloir faire face à des amendes qui vont doubler quotidiennement, alors ils iront vers le FBI et anticiperont, détournant les ressources, ralentissant les inovations et résultant dans des produits bien moins sûrs. La triste ironie est que cela sera probablement totalement ineffectif. Construire un outil de communication aujourd’hui est un projet de travail à la maison pour des étudiants de 3ème cycle. Tant est basé sur le logiciel libre que tout peut-être très facilement fait sur mesure à la demande. Les criminels et autres mauvais sujets utiliseront simplement des services de communication bricolés et basés à l’étranger, ce qui les rendra encore plus difficile à contrôler”.

L’activiste et universitaire critique des médias Robert McChesney a dit sur Progressive Radio News Hours la façon dont la liberté de l’internet a été compromise. Son nouveau livre: “Digital Disconnect: How Capitalism is Turning the Internet Against Democracy” explique ce qui devrait préoccuper tout le monde.

“Le secteur des médias de masse a fait tout ce qui est possible en son immense pouvoir pour limiter son ouverture et égalitarisme. Le contrôle furtif des corporations et de l’état sur les utiisateurs d’internet compromet les libertés fondamentales. Le faire est détrimental au potentiel démocratique de la communication numérique.”

La liberté d’internet dépend du “coup d’arrêt mis aux forces qui promeuvent l’inégalité, le monopole, le mercantilisme hypertrophié, la corruption, la dépolitisation et la stagnation.” Cela veut dire qu’il faille arrêter les puissances de surveillance de masse. Cela a tout à voir avec la restauration des principes démocratiques déchus. Les Etats-Unis sont sur la mauvaise route. Ils sont très proches de mettre un terme à la liberté per se.

=  =  =

Stephen Lendman vit à Chicago. On peut le joindre à: lendmanstephen@sbcglobal.net.

Son nouveau livre:  “Banker Occupation: Waging Financial War on Humanity.”

http://www.claritypress.com/LendmanII.html

Visitez son blog sur: sjlendman.blogspot.com