Archive pour fausse bannière faux drapeau

Résistance politique: L’OTAN a t’il mené une opération du « Gladio » au Québec en 1970 ?…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 24 mars 2014 by Résistance 71

Ce qui est décrit ci-dessous ressemble comme deux gouttes d’eau à une « exportation » des opérations Gladio de l’OTAN au Québec. La période, comme le modus operandi,  correspondent aussi parfaitement, rien ne doit plus nous surprendre… N’oublions jamais que l’OTAN est l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord…

— Résistance 71 —

 

Québec opération fausse-bannière 1970

 

Mohawk Nation News

 

20 mars 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/03/20/quebec-1970-false-flag/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Regardez le leader québecois “pur sucre” Jacques Parizeau ruminer sur la “solution finale au problème Mohawk”. Parizeau provient de la version entrepreneuriale de la matrix oligarchique, Il pense qu’on devrait se débarrasser des Mohawks ! Parizeau’s final solution!

La crise du Front de Libération du Québec (FLQ) de 1970 était une continuation de l’assaut que les banquiers ont lancé sur nous dès 1609 par le biais de leur agent Samuel de Champlain. Pierre Trudeau, formé par les jésuites et ses potes Jean Marchand, Gérard Pelletier et René Levesque, des conseillers d’Europe et autres politiciens clef, l’armée canadienne, les médias complices et la populace conditionnée furent mis en place.

On conseilla aux Mohawks de rester en dehors de tout cela. Nous sommes leur plus grande peur et ils ont voulu se débarrasser de nous. Nous avons utilisé le “piège à sucre” pour leur tirer les vers du nez.

Dans les années 1960, de jeunes européens parlant français commencèrent à arriver au Québec, se faisant passer pour des enseignants, des anciens combattants, des ouvriers qualifiés et autres professions. Ils socialisèrent avec de jeunes Québecois qui se préparaient pour la World Fair (Foire Internationale) appelée alors “Expo 1967”. La radicalisation fasciste commença, mettant en place ce qu’il fallait pour l’opération fausse-bannière de 1970.

Depuis 1963, les séparatistes québecois, appelés le FLQ pour Front de Libération du Québec, furent impliqués dans plus de 200 attentats à la bombe au Québec, demandant indépendance et souveraineté.

Au début des années 1960, Trudeau et son équipe agitèrent les Québecois, puis partirent sur la scène politique d’Ottawa (NdT: Trudeau fut premier ministre du Canada et son fils arrive sur la scène politique canadiennne…). En 1970, le commissaire britannique du commerce fut kidnappé. Ils demandèrent la libération de 23 prisonniers “politiques” et que leur manifeste soit lu sur la chaîne de télévision canadienne de CBC. Le ministre québecois du travail fut kidnappé et accidentellement tué.

Trudeau invoqua la loi sur les mesures de guerre et déclara la loi martiale. L’armée canadienne prit possession des rues. D’énormes réunions publiques se tinrent pour soutenir et enflammer les supporteurs du FLQ. Même Charles de Gaulle fit une apparition de guest star et cria: “Vive le Québec libre !”

Aujourd’hui, les deux candidats du leadership, Pauline Marois et Pierre Karl Peladeau, sont du même camp oligarchique. Le plus de chaos possible (Ordo ab Chao, devise du Nouvel Ordre Mondial) est créé entre les Français, les Anglais et les immigrants en utilisant les vieilles recettes de la division pour diviser afin de mieux règner. On ne parlera pas anglais ou il sera interdit de porter le foulard islamique au travail, les fascistes sont toujours mis dans des positions clef au sein du gouvernement. Peladeau est devenu milliardaire en vendant des éditions indigènes dans le monde entier. Il veut faire les règles parce qu’il a les conflits d’intérêts les plus vils ! Il serait illégal pour quiconque en dehors d’eux de gagner de l’argent, spécifiquement les Mohawks.

Comme l’a dit Jimmy Hendrix: “I’m gonna spin and spread around peace of mind and a whole lot of love to you and you. Would you like to come along?” Jimi Hendrix. “Hey Baby”.

Publicités

La tromperie universelle: Quelques exemples d’opérations fausse-bannière perpétrées par les États…

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 11 septembre 2013 by Résistance 71

… avec les plus récentes en date des attentats du 11 Septembre 2001, qui déclencha l’imposture de la « guerre contre le terrorisme » (« terrorisme » dûment piloté par les services de renseignement et d’action occidentaux, CIA en tête, créatrice d’A Qaïda…), l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak, puis de la Libye et maintenant de la Syrie par proxy…

L’État est le plus grand terroriste, « le plus froid des monstres froids » disait Nietzsche, ne reculant devant rien par le biais de ses gouvernements séculiers ou religieux, pour maintenir les privilèges et la domination du petit nombre sur la grande majorité.

L’heure de se réveiller à ses turpitudes criminelles et génocidaires sonne depuis un sacré bout de temps !…

— Résistance 71 —

 

Ces évènements faux-drapeaux furent utilisés pour déclencher des guerres

 

Zero Hedge

 

8 Septembre 2013

 

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article36166.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Juste au cas où quelques pages auraient été déchirées des livres d’histoire, ceci est sans doute le bon moment pour rappeler la distance à laquelles les gouvernements sont prêts à aller pour déclancher des guerres sous de faux prétextes.

Ci-dessous figure une liste partiellle de quelques évènements fausses-bannières documentés qui furent intentés ou servirent de point de départ à une guerre à un moment récent ou pas si récent de l’histoire.

La guerre franco-prussienne

Otto Von Bismark a agité un “drapeau rouge” devant le “taureau gaulois” et trafiquant un télégramme du roi de Prusse de façon à ce qu’il apparaisse que le roi ait insulté l’ambassadeur de France dans une période de tensions extrêmes dans les relations entre la France et la Prusse. Le télégramme est connu sous le nom de télégramme d’Ems. Il encouragea la guerre entre les deux états.

La guerre russo-suédoise

En 1788, un maître tailleur de l’opéra royal suédois reçut un ordre de confectionner quelques uniformes militaires russes qui furent plus tard utilisés dans un échange de tirs à Puumala, un poste frontalier russo-suédois, le 27 Juin 1788. Cette attaque mise en scène, qui causa l’émoi à Stockholm, a été perpétrée pour convaincre le Riksdag des biens de la couronne et de donner au roi suédois Gustave III une excuse pour déclarer une “guerre défensive” contre la Russie. Ceci était important car le roi n’avait pas de droit constitutionnel de déclarer une guerre offensive  sans l’agrément des états, qui avaient déjà dit qu’ils ne donneraient pas leur accord.

La guerre américano-espagnole, l’envoi par le fond de l’USS Maine

L’envoi par le fond du navire de guerre américain USS Maine, le 15 février 1898 dans le  port de la Havanne à Cuba, a d’abord été pensé avoir été causé par une mine externe qui avait explosé contre la coque du bateau. Cette croyance a remué le sentiment anti-espagnol aux Etats-Unis et a aidé à catalyser le déclanchement de la guerre américano-espagnole plus tard la même année. En 1911, une étude extensive de l’épave fut menée et une fois de plus, une mine fut pensée être la cause du naufrage. En 1976, une équipe d’experts navals ré-examinèrent les preuves antérieures et conclurent que la cause la plus probable était en fait une explosion intérieure au navire, causée par la combustion intense de charbon dans la réserve jouxtant la réserve de poudre à canon du navire, qui contenait 4,5 tonnes de poudre. Malgré cette analyse, des experts pensent que le feu a été mis par des agents du gouvernement américain à bord afin que le naufrage mette en colère l’opinion publique américaine qui devint favorable à la guerre. Le politicien cubain et ancien directeur de la bibliothèque nationale cubaine, Eliades Acosta, pense que “des intérêts économiques puissants” aux Etats-Unis étaient le plus sûrement responsables non seulement du naufrage de l’USS Maine, mais aussi de l’assassinat de trois présidents américains au XIXème siècle, à commencer par Abraham Lincoln.

L’incident de Mukden

En Septembre 1931 a impliqué des officiers japonais fabriquant un prétexte pour annexer la Mandchourie en faisant exploser une portion de la ligne de chemin de fer. En fait, l’explosion fut si faible que la voie en fut inaffectée. Six ans plus tard, les japonais clamèrent faussement que des soldats furent kidnappés sur le pont Marco Polo, cet incident fut une excuse pour envahir la Chine.

L’incendie du Reichstag

L’incendie du Reichstag de Berlin fut une attaque incendiaire qui eut lieue le 27 février 1933. Le feu a pris dans la chambre des délibérations et au moment où la police et les pompier arrivèrent, l’hémicycle fut enveloppé par les flammes. La police fouilla le bâtiment et trouva Marinus van der Lubbe, un jeune maçon communiste hollandais au chômage qui venait juste d’arriver en Allemagne, pour soi-disant développer des activités politiques.

L’incendie fut utilisé par les nazis comme preuve que les communistes trâmaient un complot contre le gouvernement allemand. Van der Lubbe et quatre leaders communistes furent arrêtés. Adolf Hitler qui avait été intronisé chancelier du Reich 4 semaines auparavant, le 30 janvier, insista pour que le président Paul Von Hindenbourg passe un décret d’urgence afin de contrer la “confrontation sans merci engagée par le parti communiste allemand”. Les libertés civiles furent suspendues et le gouvernement initia des arrestations de masse de communistes, incluant les parlementaires siégeant au Reichstag. Leur rivaux communistes éliminés et leurs sièges au parlement vides, le parti national socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) passa d’une opposition plurielle à la majorité parlementaire, des élections ultérieures confirmèrent cela et permirent à Hitler de consolider son pouvoir.

Les historiens ne sont pas d’accord sur le fait de savoir si Van der Lubbe avait agi seul, comme il l’avait dit, afin de protester contre la condition précaire de la classe ouvrière allemande ou si le vandalisme fut planifié et ordonné par les nazis eux-mêmes en tant qu’opération fausse-bannière. La responsabilité pour l’incendie du Reichstag demeure à ce jour, un sujet chaud de débat et de recherche.

L’incident de Gleiwitz

L’incident de Gleiwitz en 1939 impliqua Reinhard Heydrich fabriquant les preuves d’une attaque polonaise contre l’Allemagne afin de mobiliser l’opinion publique allemande pour la guerre, pour établir un casus belli et ainsi justifier la guerre contre la Pologne. Alfred Naujocks fut un organisateur clef de cette opération sous les ordres de Heydrich. Ceci conduisit à la mort de prisonniers innocents sortis des camps de concentration et habillés en soldats allemands, puis abattus par la Gestapo afin de faire croire qu’ils avaient été tués par des soldats polonais. Ceci, avec d’autres opérations fausses-bannières au cours de l’opération Himmler, seront utilisées pour mobiliser le soutien de la population allemande pour commencer la seconde guerre mondiale en Europe.

La guerre hivernale

En 1939, l’armée rouge (URSS) pilona à l’artillerie la ville de Mainila, une ville russe près de la frontière finlandaise. Les autorités soviétiques blâmèrent la Finlande pour cette attaque et utilisèrent cet incident comme un prétexte pour commencer la guerre hivernale quatre jours plus tard.

L’attaque de Kassa

L’attaque de Kassa en 1941 impliqua la ville de Kassa, aujourd’hui Kosice en Slovaquie, qui était alors partie de la Hongrie, qui fut bombardée par trois avions non identifiés apparamment d’origine soviétique. Cette attaque devint le prétexte pour le gouvernement de Hongrie pour déclarer la guerre à l’URSS.

L’opération Ajax

Le remplacement de la compagnie Iranienne Anglo-Persian Oil par cinq compagnies pétrolières américaines et le coup d’état de 1953, furent les conséquences de l’opération fausse-bannière orchestrée par les anglo-américains sous le nom d’opération Ajax. Cette opération secrète utilisa l’intrigue politique, la propagande et des accords en sous-main avec des chefs tribaux Qashqai afin de déposer le président iranien élu Mohamed Mossadeq. Les informations concernant ce coup d’état sponsorisé par la CIA ont été très largement déclassifiées et sont disponibles dans les archives de la CIA.

L’opération Northwoods

Cette opération planifiée en 1962 mais jamais exécutée par le ministère de la défense américain afin de déclancher une guerre contre Cuba, impliquait des scenario qui consistaient en la fabrication de détournements ou d’explosions d’avions de ligne commerciaux ou militaires, de l’envoi par le fond de navires américains près des côtes cubaines, l’incendie des cultures vivrières cubaines, le torpillage de bateaux de réfugiés cubains, d’attaques perpétrées aux Etats-Unis mêmes par de soi-disants terroristes cubains infiltrés et le harcèlelement des navires et avions américains par des drones aériens déguisés en MiG cubains. Ces actions auraient été blâmées sur Cuba et auraient donné un superbe prétexte pour l’invasion de l’île et le renversement de Fidel Castro et de son gouvernement communiste. L’opération fut pleinement autorisée par l’état-major des armées mais fut rejetée par le président Kennedy. La découverte surprise des documents concernant l’opération Northwoods fut le résultat d’une recherche compréhensive d’archives ayant trait à l’assassinat de Kennedy par le comité de révision des archives de l’assassinat vers le milieu des années 1990. Les informations sur cette opération furent ensuite publiées par James Bamford.

L’incident du Golfe du Tonkin

L’incident du Golfe du Tonkin (aussi connu sous le nom d’incident du USS Maddox) est le nom donné à deux incidents impliquant deux confrontations séparées inpliquant le Vietnam du Nord et les Etats-Unis dans les eaux du Golfe du Tonkin. Le premier évènement se déroula le 2 août 1964 entre le destroyer USS Maddox et trois vedettes lance-torpilles nord-vietnamiennes de la 135ème escadre lance-torpille. Le second incident fut originellement déclaré par l’agence de sécurité nationale américaine (NdT: La fameuse NSA déjà…) et se serait déroulé le 4 août 1964, dans une autre bataille navale, mais aurait en fait impliqué des “fantômes du Tonkin” (fausses images radar) et non pas des vedettes lance-torpilles réelles.

Le résultat de ces deux incidents fut que le congrès américain passa la résolution du Golfe du Tonkin, qui donnait au président Lyndon B. Johnson, l’autorité d’assister toute nation du sud-est asiatique dont le gouvernement était considéré comme étant “menacé par une agression communiste”. La résolution servît alors à Johnson de justification légale pour déployer les forces conventionnelles militaires américaines au sud-vietnam et de commencer une guerre ouverte contre le nord-Vietnam.

En 2005, une étude historique interne à la NSA fut déclassifiée et elle conclut que l’USS Maddox avait engagé la flotte nord-vietnamienne le 2 août, mais qu’il n’y avait aucun navires vietnamiens présents sur les lieux lors du second incident du 4 août. L’incident du Golfe du Tonkin a depuis longtemps été accusé d’avoir été une opération faux-drapeau, mais cela reste toujours disputé aujourd’hui.