Archive pour farce rapport commission vérité réconciliation canada

Blanchiment de génocide au Canada: la farce de la Commission Vérité et Réconciliation sur les pensionnats pour Indiens

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 31 mai 2016 by Résistance 71

La Commission Vérité et Réconciliation du Canada: Une histoire de blanchiment et d’enterrement de crimes contre l’humanité

 

Resistance 71

 

31 Mai 2016

 

Le 4 Avril 2016, la cour d’appel de la province de l’Ontario a décidé, dans une décision partagée, que les archives de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) concernant les abus physiques faits aux enfants autochtones résidents des pensionnats pour Indiens, pouvaient être détruites après 15 ans.

On peut raisonnablement se demander comment est-il possible de pouvoir détruire les preuves et les témoignages archivés de crimes si horribles ? La réponse à cette question repose dans la construction et l’organisation même de la commission soi-disant de “vérité et de réconciliation”, comme ce fut révélé dans son texte constitutif “Mise en place, pouvoirs, devoirs et procédures de la commission”, seconde section, Ottawa, 2008, qui nous dit ceci: (emphase ajoutée)

La Commission Vérité et Réconciliation ne doit pas tenir d’auditions formelles, ni agir en tant qu’enquête publique, ni procéder à un processus judiciaire formel ; elle ne devra pas posséder de pouvoir de contrainte à audition, ni de mandater une quelconque participation à aucune de ses activités ou évènements… Elle ne devra pas établir de conclusions ou de recommandations en regard du mauvais comportement de quelque personne ou sur les possibles activités ou responsabilités criminelles de quelque personne ou organisation que ce soit… Elle ne devra pas citer nominalement les personnes dans aucune de ses activités, de ses déclarations publiques, rapports ou recommandations, ou utiliser quelque information personnelle ou déclarations faites qui identifient une personne… Les commissaires siégeant ne devront pas noter ni archiver les noms des personnes identifiées.”

Ainsi, la CVR fut un corps sans aucun pouvoir légal ou judiciaire organisé par les mêmes personnes et institutions qui ont organisé et géré les assassinats et les mauvais traitements en toute première instance, à savoir le gouvernement du Canada et les églises officiant dans le pays. Au moyen de cette règlementation descriptive, toutes les archives générées ne sont pas tenues à le demeurer légalement en tant qu’”archives criminelles” qui elles en revanche, doivent être scurupuleusement conservées ; ce ne sont que des “déclarations privées” sans significations légales et peuvent donc à ce titre être détruites comme “seul moyen de maintenir intacte la vie privée des gens”, des mots mêmes de l’adjudicateur en chef du processus d’évaluation indépendant de la commission (IAP).

De cette façon, les coupables que sont le gouvernement et les églises de ces crimes contre l’humanité, qui ont mené à plus de 50 000 morts d’enfants indigènes incarcérés dans ces enfers et au traumatisme psychologique permanent pour quelques 38 000 survivants reconnus des pensionnats, survivants de cette expérience disciplinaire carcérale impitoyable, peuvent échapper à toute forme d’inculpation et d’actions légales en retour.

De notre point de vue, ceci fut planifié par les coupables pour se blanchir eux-mêmes, ceci menant logiquement (d’après eux) à la destruction des preuves et à l’enterrement définitif de l’affaire légale de génocide et de crimes contre l’humanité, cette épée de Damoclès pendant au-dessus de leurs têtes depuis plus d’un siècle. Il devient donc impératif que tout ceci ne passe pas inaperçu et que nous nous levions contre un tel scandale et une telle parodie de ‘justice”.

La vérité et la réconciliation ne peuvent venir que de la reconnaissance [des faits] et de la compassion, ceci menant à corriger le mal fait. Ceci ne peut être parachevé qu’avec les peuples autochtones, ensemble, pas seulement au Canada, mais sur l’ensemble des continents des Amériques, d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Europe ; tous, main dans la main, faisant face au consortium commercial criminel du colonialisme impérialiste et de son idéologie de la domination du plus petit nombre sur la grande majorité pour son seul bénéfice exclusif sociopathe.

La véritable racine de ce processus de domination se situe dans les décrets pontificaux (bulles) du XVème siècle tels Dum Diversas (1452), Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493), qui ordonnaient la saisie et la mise en esclavage du “monde païen” au nom de la gloire et de l’expansion de l’empire chrétien (christianorum dominorum, christiani imperii) et qui ont depuis été intégrées légalement dans les systèmes du droit colonial occidental sous la forme de la Doctrine [chrétienne] de la Découverte et ce tout spécifiquement aux Etats-Unis et au Canada suite à de multiples décisions de leur cours suprêmes. Elle devint la “loi de la terre” sur le continent des Amériques et sa variation d’inspiration romaine, “Terra Nullius”, en Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande). Nous, peuples indigènes d’Europe, sommes de plus en plus éveillés à la réalité historique. De plus en plus d’entre nous se lèvent et tiennent les mains des peuples et nations indigènes des autres continents opprimés, parce qu’il est devenu de plus en plus évident pour un nombre croissant d’occidentaux, qu’en regard de la domination du grand nombre par la petite minorité, nous les peuples, sommes tous des colonisés d’une façon ou d’une autre ! Le temps est venu de le reconnaître, d’en prendre connaissance et d’agir contre car c’est devenu clair depuis un bon moment que c’est UNIS, au delà des frontières factices et des continents, que nous les peuples prévaudront et ramèneront un équilibre naturel dans ce monde, à notre Mère à tous, si galvaudée et insultée.

For more details please refer to:

https://www.thestar.com/news/gta/2016/04/04/evidence-on-abuse-at-residential-schools-can-be-destroyed-court-rules.html

 

http://www.thespec.com/news-story/6439126-evidence-on-abuse-at-residential-schools-can-be-destroyed-court-rules/

 

http://itccs.org/2016/04/14/canada-shields-in-house-criminals-with-secret-cabinet-directive-breaking-news-advisory/

 

http://rabble.ca/blogs/bloggers/pamela-palmater/2015/06/what-happened-residential-schools-was-genocide-what-matters-j

 

http://canadiangenocide.nativeweb.org/genocide.pdf

 

Steven Newcomb: 500 years of Injustice:

http://ili.nativeweb.org/sdrm_art.html

 

Steven Newcomb’s articles:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/tags/steven-newcomb

 

The counter-report to the Truth and Reconciliation Commission whitewash:

http://murderbydecree.com/

 

Pour plus de détails en français:

 

Doctrine chrétienne de la découverte:

https://resistance71.wordpress.com/?s=doctrine+chrétienne+de+la+découverte

Colonialisme et luttes indigènes:

https://resistance71.wordpress.com/colonialisme-luttes-indigenes/

Constitution de la Confédération Iroquoise (Kaianerekowa):

https://resistance71.wordpress.com/constitution-confederation-iroquoise-en-francais/

Canada et génocide des pensionnats pour Indiens:

https://resistance71.wordpress.com/?s=kevin+annett

Russell Means, AIM et lutte anti-coloniale:

https://resistance71.wordpress.com/russell-means-aim-activisme-anticolonial/

Wampum Deux Rangées:

https://resistance71.wordpress.com/wampum-deux-rangees/

 

Publicités

Colonialisme occidental: Sémantique, subterfuge et « réconciliation » amérindienne… Vraiment ?…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 20 mai 2016 by Résistance 71

Réconciliation traités indiens et réditions ?

Steven Newcomb

16 Mai 2016

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/05/16/reconciliation-and-indian-treaties-and-surrenders

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Comment pouvons-nous correctement interprêter le mot “réconciliation” dans le titre de ce qu’est la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada ? Une des manières de répomdre à cette question est en nous demandant “Qu’est-ce que les mots réconcilier, soumettre, soumission et rédition ont en commun ?” Réponse: Ils sont synonymes. Un des sens donné au mot “réconcilier” est “amener à se soumettre ou à accepter”. Considérant l’héritage des pensionnats de la domination pour Indiens et l’effort pour supprimer la souveraineté des nations autochtones originellement libres et indépendantes et d’assimiler ces peuples dans la “société canadienne”, il n’y a de fait aucune amitié à “restaurer” entre la couronne (NdT: La City de Londres et sa banque d’Angleterre/Vatican) et les nations originelles de l’endroit. Une des images restante et sensible de la “réconciliation” derrière la CVR est donc l’image d’un abandon par une forme de soumission à la “souveraineté assumée de la couronne”.

Un des sens donné au mot “soumettre” est “accepter la gouvernance ou l’autorité.” Un des sens de “réconcilier” est d’”accepter la gouvernance ou l’autorité.” Additionnellement, un des sens de soumission est “d’agir en acceptance de l’autorité ou au contrôle de quelqu’un d’autre”. Un des sens donné au mot “se rendre, rédition” est “d’accepter le pouvoir, le contrôle ou à la possession d’autrui par compulsion/obligation ou par demande.” Un autre sens est de “s’abandonner au pouvoir d’un autre: accepter, acquiescer”.

Une série de livres en trois volumes intitulée “Canada—Indian Treaties and Surrenders” est très instructif à lire. Cette série fut initialement publiée en 1891 à Ottawa par la maison d’édition “Brown Chamberlin, Printer to the Queen’s Most Excellent Majesty.” Voici un exemple de schéma de “réconciliation” trouvé dans les traités:

“Que tout le monde sache que par ceci, nous, les sous-signés chefs et hommes principaux de la bande d’Indiens possédant la réserve indienne de Garden River dans la province de l’Ontario du Dominion du Canada, agissant au nom de notre peuple, rendant par la présente le titre (de propriété), relaxons, abandonnons, arrêtons de clâmer et acceptons, acquiesçons à notre souveraine dame la reine, ses héritiers et successeurs pour toujours, le tout et les parties des portions de terre formant le lieu dit de la réserve indienne de Garden River…”

Notez les termes de “province”, “dominion”, “abandon”, “accepter, acquiescer” et de “notre dame souveraine”. Un empire tel que le Royaume-Uni a des provinces et des dominions (zones coloniales de domination). De tels termes et phrases semblent créer l’impression distinctive que le peuple d’une nation originelle donnée considère “la reine” être leur “dame souveraine” en relation avec ces nations originelles du continent. Dans ce contexte, le mot “souverain” dénote “quelqu’un possédant ou tenu pour posséder la souveraineté” ; et quelqu’un “qui exerce l’autorité suprême au sein d’une sphère délimitée.”

En regardant dans le dictionnaire sous le mot “souveraineté” (un mot que Jonathan Havercroft a dit être “une forme injuste de domination”), le terme “dominant” apparaît, ainsi que le mot “libre” sous les vocables synonymes. “Le souverain” est vu comme à la fois dominant et libre en comparaison de ceux qui sont dits avoir cédé, abandonné, accepter la domination d’autrui sur leurs terres, en l’occurence “la reine souveraine”.

Ainsi dans ce contexte, le “titre de la couronne” est le titre souverain dominant, tandis que le titre de nos nations originelles est vu comme un “titre d’abandon” ou en d’autres termes “un titre de simple occupation des sols” comme ce fut cité dans le rendu de la cour suprême des Etats-Unis de l’affaire Johnson & Graham’s Lessee v. M’Intosh (1823), ce qui n’est pas considéré comme un titre de propriété qui puisse surpasser le droit de domination (dominium) et de propriété suprême du “souverain”.

Clairement, les nations originelles existant au nord de la frontière internationale entre le Canada et les Etats-Unis ne considèrent pas leurs traités être “des traités d’abandon”. Il y a de grandes chances qu’elles prennent un fort ombrage à une telle caractérisation. Ceci est bien compréhensible. Quoi qu’il en soit, les trois volumes publiés par la couronne en 1891 révèlent que “la couronne” interprète ses documents de traité avec les nations originelles sous cet angle là. L’image de la “réconciliation” comme un abandon, une rédition, une soumission ou un acquiescement, correspond à cette idée que ces traités sont en fait une sorte de rédition, d’abandon [de souveraineté]. Qu’en serait-il alors si le mot de “réconciliation” dans le nom même de Commission Vérité et Réconciliation du Canada est fondée sur ce cadre de domination, de relation dominant/dominé ?

L’adjectif “aborigène” remonte au nom “aborigine” qui est listé comme “quelqu’un des peuples natifs (un individu) par contraste avec le peuple envahisseur ou colonisateur.” La nature de soumission du langage de ce que la couronne appelle “traités et réditions” (soumettre, se rendre, soumission et accepter, acquiescer), caractérise la vision de la couronne de ce que les “aborigènes” non-chrétiens doivent devenir soumis à la couronne envahissante et colonisatrice. Ceci va de paire par exemple, avec le phrasé de la charte royale de 1496 donnée par le roi d’Angleterre Henri VII à John Cabot et ses fils et qui continue de former une partie de la loi organique de la couronne.

La charte Cabot stipule en anglais que lorsque les Cabot localisent toutes terres “qui avant cette période ont été inconnues des chrétiens”, alors “le sus-mentionné et ses fils, ou leurs héritiers et assignés peuvent subjuguer, occuper, et posséder toutes ces villes, châteaux et îles qu’ils trouveront, qu’ils peuvent ainsi subjuguer, occuper et posséder en tant que vassaux et lieutenants, nous donnant le droit, le titre et la jurisdiction de ces mêmes villages, villes, châteaux et terres ainsi découvertes.

Le thème de la domination est bien plus explicitement évident dans la version latine de la charte donnée aux Cabot, qui comporte des mots de domination tels que “subjugari”, “occupari et possideri possint”, “subjugare”, “Dominum Titilum et Jurisdictionem”. Subjuguer est le fait “d’amener sous le joug du pouvoir et de la domination: conquérir par la force ou forcer à se soumettre en tant que sujet au gouvernement d’autrui.” C’est aussi définit comme “forcer à se soumettre, faire se soumettre, induire sous la gouvernance, rendre soumis ou sujet: maîtriser” et aussi “amener ou maintenir sous le contrôle strict ou amener à une position subordonnée.” Clairement, un tel langage révèle la domination qui est à la racine même de l’assomption de la souveraineté de la couronne.

Imaginez que la CVR ait révélé dans son rapport final la vérité sur ces significations ci-dessus mentionnées dans sa discussion de la soi-disante doctrine de la découverte. Le rapport final de la CVR aurait dès lors exposé le système de domination qui a été et continue d’être si destructeur et mortifère pour les nations originelles de l’Île de la Grande Tortue. Une preuve vivide et graphique de l’effet mortifère réside dans l’incidence récente des jeunes autochtones mettant fin à leurs jours prématurément. Ces décès et bien d’autres indicateurs sont des résultats et une excroissance directs des pensionnats de la domination pour Indiens et du fait que nos nations originelles continuent sans relâche à être soumise à la domination et à la déshumanisation, dont la forme la plus extrême est le génocide.

Résistance au colonialisme: la farce de la Commission Vérité et Réconciliation démasque Canada Inc. pour ce qu’il est…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 juin 2015 by Résistance 71

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 ~

 

Canada tu es baisé !

 

Mohawk Nation News

 

7 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/06/07/canada-youre-screwed/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) est un produit fabriqué par l’entreprise Canada. Bien que d’habitude innofensive, elle va finir par mordre son inventeur. Ceci révèle le prétexte du Canada concernant sa pratique de nous effacer, de nous faire disparaître et de nous voler de tout. Ils essaient de nous dire qu’ils sont meilleurs maintenant et que nous devons pardonner et oublier, mais qu’il n’y aura pas de justice. Voici comment on légalise le génocide, comme en Palestine. C’est une commission pour l’injustice qui offre à tout va des bonbons et des perles. La malhonnêteté obscène est prouvée. Essayer de nous effacer a dû impliquer la violence, les menaces, l’interdiction de nos langues, l’ethnocide (NdT: « génocide culturel » selon la CVR), le viol et le meurtre de nos femmes, les abus sexuels de nos enfants, essayant de créer un peuple soumis à ses maîtres. Nous refusons d’être complices !

Cette relation a été toxique et doit être dissoute. Nous allons complètement contrôler notre souveraineté. On ne peut pas reprendre ce qui n’a jamais été donné, abandonné en toute première instance. Les criminels des corporations voient, tout comme nous, que leurs jours sont finis, le jeu est terminé, mais ils essaient de le cacher.
Ce qui est le plus utile dans l’insulte faite par cette CVR est que ceux qui voudraient nous posséder doivent maintenant remonter leur froc descendu sur leurs chevilles, remettre leur engin derrière la braguette et enlever leurs mains des shorts de nos enfants, de nos poches et de notre terre, notre eau et notre air.

Dès le début nos femmes ont vu leur maladie. Elles ont ont dit: “ia onkweh tikon”, ce ne sont pas des gens naturels et ils ne devraient pas vivre parmi nous. Leur sagesse en ce qu’elles craignaient alors pour nous fut prouvée du tout au tout.

Les pensionnats pour Indiens, mis en place pour nous effrayer, pour nous faire questionner notre identité, pour nous faire cesser de croire que nous sommes un peuple, une nation, avec des droits inhérents et une liberté, une valeur pour cette planète et son futur.

Le ministre de la mise sous tutelle corporatrice des INDIENS, Bernard Valcourt, n’a pas pu tenir face aux gens qui demandaient une enquête sur les milliers de nos femmes disparues et assassinées.

Son message fut “Nous conservons le pouvoir ultime, ayez peur. Ayez peur pour vos femmes, pour vos enfants et pour vous-mêmes.” Mais c’est la même vieille fumée et air chaud. Il n’a rien entre les oreilles et rien dans le pantalon. Lui et ses cohortes n’ont aucun droit légal de continuer cette mascarade de prétendre qu’ils sont nos maîtres. Stephen Harper et son silence à huis clos est là pour pépétuer la fraude qui affirme qu’ils ont du pouvoir. Mais ils n’en ont pas, ils n’en ont jamais eu. Maintenant, ils fuient comme les couards qu’ils sont. Tout le monde peut finalement voir qu’ils n’ont même pas une quelconque autorité morale.

Nous sommes et avons toujours été un peuple souverain, une nation souveraine. Nous n’allons pas demander notre droit de naissance. C’est à nous. Nous sommes libres. Sortez de notre maison !

Comme le chantait si bien Annie Lennox, c’est un jour nouveau !. “You have taken my existence. You have filled it full of stones
. … Now I need to walk alone. But I won’t be sad. 
I won’t be destroyed. No, I won’t be. 
No I won’t be sad. .. and the word is it’s a brand new day. .. 
I need to walk alone. And the word said, It’s a brand new day.”

Crimes colonialistes du Canada: La farce du rapport de la Commission Vérité et Réconciliation sur l’holocauste aborigène…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 4 juin 2015 by Résistance 71

Le maquillage élaboré du Canada de son génocide prouve néanmoins la culpabilité et l’intention criminelle du gouvernement et des églises

“Ils ont perdu leur droit légal et moral d’exister…” (Tribunal de Droit Coutumier, Bruxelles)

 

ITCCS

 

2 juin 2015

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2015/06/02/breaking-news-june-2-2015/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note: Nous avons couvert extensivement ce sujet et avons traduit énormément d’info. A lire sous cet article, une compilation pour mieux comprendre cette affaire criminelle sans nom impliquant le gouvernement colonial canadien et les églises sévissant sur ses terres usurpées et qui ont commis ENSEMBLE ce génocide, qui aujourd’hui ne dit son nom qu’à “demi-mot”…

Ottawa:

La tentative onéreuse du Canada sur plusieurs années de se faire exonérer de ses assassinats de masse d’enfants aborigènes (NdT: plus de 50 000 enfants “disparus” – chiffre conservateur — dans les pensionnats pour Indiens entre la fin XIXème siècle et 1996, date de la fermeture du dernier pensionnat…) s’est terminée hier dans le mensonge et la honte absolue, lorsque la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) financée par l’état canadien a publié son rapport final sur le système meurtrier des pensionnats pour Indiens, rapport qui a obscurci plus qu’élucidé l’affaire tout en ne tenant personne pour responsable du pire des crimes de l’histoire du Canada.

Le rapport de la CVR qui a coûté aux contribuables canadiens 68 millions de dollars a reconnu qu’un génocide s’était effectivement déroulé au Canada, mais n’a nommé aucun perpétrateurs, a ignoré les conséqences légales d’un tel crime et a effectivement absout le Canada et ses multiples églises en charge des pensionnats des viols, tortures et meurtres systémiques d’enfants aborigènes qui eurent lieu pendant plus d’un siècle.

Minée par la corruption et les effets tampons de tout poil, snobant ouvertement la loi internationale et la règle procédurière en muselant des témoins oculaires et en détruisant des preuves cruciales, la CVR a conclu en rapportant que des milliers d’enfants “ont pu” mourir dans le système de pensionnats pour Indiens, malgré ses propres preuves confirmées de dizaines de milliers de telles morts.

Justifiant l’évasion de cette vérité, le président de la CVR, le juge Murray Sinclair, qui fut mis en accusation en 2013 par une cour internationale de justice pour obstruction à la justice et couverture d’actes de génocide, a menti publiquement hier lorsqu’il a affirmé que “Le gouvernement (canadien) avait arrêté de publier les enregistrements des décès des pensionnats pour Indiens en 1920.” En fait, des rapports de décès d’élèves et une mortalité constante entre 40 et 60%, furent continuellement publiés par le gouvernement jusqu’à au moins l’année 1969, comme cela fut prouvé en 1998 par le révérend Kevin Annett dans ses recherches indépendantes et subséquemment.

Dans une déclaration publique aujourd’hui qui sera postée sur Youtube, Kevin Annett a remarqué:

“Le peu de vérité sur l’holocauste canadien que la CVR a admis est simplement une remouture de tout ce que j’avais rendu public en Juin 1998 au cours de notre propre enquête indépendante. La CVR a simplement géré théâtralement une absolution publique pour les églises impliquées (NdT: catholique, anglicane, presbytérienne, unifié du Canada) et le gouvernement qui ont ensemble exterminé plus de 50 000 enfants. Personne n’ira en prison pour ces assassinats: la CVR fut mise en place pour que ceci soit assuré, ceci est un crime national de plus !…”

Commentant depuis Bruxelles sur le rapport de la CVR, une porte-parole du Tribunal International contre les Crimes de l’Église et de l’État (ITCCS), le corps juridique qui a mis en accusation le Canada et ses églises pour génocide en 2012 et en 2013, a dit aujourd’hui:

“Les églises et les gouvernements qui ont commis et caché ces horribles crimes n’ont aucun droit sous la loi des nations de conduire des “enquêtes” autogérées sur eux-mêmes, comme cela vient de se produire au Canada. Donc nous considérons la rapport de la CVR comme étant une entrave claire à la bonne marche de la justice et il ne diminue aucunement d’un iota la responsabilité criminelle du Canada et de ses églises, ainsi que de leurs soutiens de Londres et de Rome, pour ces crimes de guerre. Franchement, ces corps constitués ont perdu tout droit légal et moral d’exister.”

A Winnipeg, et en réponse au rapport de la CVR, le conseil provisoire de la légalement déclarée République du Kanata a annoncé une nouvelle campagne pour “démanteler cette conspiration criminelle appelée Canada et mettre en application les mandats d’arrêts citoyens contre trente leaders de l’église et de l’état du Canada”, ceci incluant le président de la CVR Murray Sinclair.

“Ils ont admis leurs crimes et ont été condamnés devant la loi, c’est maintenant à nous, le peuple de punir ces criminels et leur système, de nettoyer notre pays de leur héritage d’assassinats d’enfants” a déclaré Kevin Annett aujourd’hui.

= = =

Lectures connexes:

https://resistance71.wordpress.com/2013/11/04/genocide-des-nations-autochtones-au-canada-le-cas-sanglant-des-ecoles-residentielles-pour-indiens-de-1850-a-1996-mis-au-grand-jour-1ere-partie/

https://resistance71.wordpress.com/2013/11/06/genocide-des-nations-autochtones-au-canada-le-cas-sanglant-des-ecoles-residentielles-pour-indiens-de-1850-a-1996-mis-au-grand-jour-2eme-partie/

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/25/le-fleau-du-colonialisme-passe-et-present-la-mascarade-du-concept-de-la-reconciliation/

https://resistance71.wordpress.com/2013/09/19/colonialisme-et-genocide-au-nouveau-monde-a-decouvert-genocide-au-canada-passe-et-present-introduction-1ere-partie/

https://resistance71.wordpress.com/2013/09/23/colonialisme-et-genocide-au-nouveau-monde-a-decouvert-genocide-au-canada-passe-et-present-introduction-2eme-partie/

Dossier complet:

https://resistance71.wordpress.com/page/3/?s=kevin+annett