Archive pour Etats-Unis crimes de guerre

6 Août 1945~6 Août 2015: Hiroshima…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 6 août 2015 by Résistance 71

… 70 ans de crimes contre l’humanité impunis !

Nous mettons « crime » au pluriel, parce les Yanks ont aussi incendié Tokyo de leurs bombes, dont des milliers de civils subirent le même sort que les civils de la ville de Dresde en Allemagne sous les bombes incendiaires, mais aussi et surtout pour le fait que 3 jours plus tard le 9 Août 1945, ils lâchèrent tout aussi lâchement une seconde bombe atomique sur la ville de Nagasaki.

70 ans plus tard, plus personne ne croit en la version officielle yankee qui maintient depuis tout ce temps que ces deux bombes atomiques mirent fin prématurément à la guerre et… sauvèrent des vies ! Ce qui est sûr est que cela servît d’avertissement à l’URSS et ces crimes furent commis dans ce but alors que la nécessité de terrain ne le justifiait pas: le Japon allait capituler, ce n’était plus qu’une question d’heures ou de quelques jours.

Il est stupéfiant que ces deux crimes abominables et terroristes contre l’humanité n’ont toujours pas été menés devant la justice, qui il est vrai, est toujours celle des vainqueurs…

Rappelons que la bombe d’Hiroshima a tué instantanément plus de 100 000 personnes et la bombe de Nagasaki 70 000. A trois jours d’intervalle, plus de 170 000 civils ont péri. S’ajoutent à ces victimes, les dizaines de milliers qui moururent des suites de l’irradiation des populations et la contamination des sols et des cultures environnantes.

Nous conseillons vivement de visionner le remarquable film (animé) japonais d’Isao Takahata « Hotaru no Haka » ou la « tombe des lucioles » (1988), d’après le roman d’Akiyuki Nosaka . Un chef-d’œuvre poignant, qui dépeint l’horreur de l’après… A voir et à diffuser sans modération. Nous mettons le film en section commentaire. Pour les puristes, il serait mieux de le trouver en VO japonaise avec sous-titrage français.

— Résistance 71 —

Crimes de guerre de l’occident: La vérité sur l’Irak sort… Bientôt un nouveau Nüremberg pour l’Irak, la Libye et la Syrie ??…

Posted in actualité, désinformation, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 février 2014 by Résistance 71

Les complices des crimes de guerres sont ceux payés pour maintenir le narratif

 

John Pilger

 

8 Février 2014

 

url de l’article:

http://johnpilger.com/articles/the-accessories-to-war-crimes-are-those-paid-to-keep-the-record-straight

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le programme de la BBC “Today” est crédité de bien des satisfactions et les journaux du Mail et du Telegraph attaquent, comme d’habitude, l’entreprise comme étant gauchiste. Le mois dernier, une édition de “Today” fut éditée par l’artiste et musicien P.J Harvey. Ce qui se passa fut lumineux.

Les invités de Polly Harvey causèrent un moment de panique dès le moment où elle proposa d’inviter des gens comme Mark Curtis, un historien rarement entendu sur la BBC, qui chronique et étudie les crimes de l’empire britannique, l’avocat Phil Shiner, le journaliste Ian Cobain, qui révèlent comment les Britanniques kidnappent et torturent, le fondateur de Wikileaks Julian Assange et moi-même.

Il y eut des semaines de négociations absurdes à la maison de diffusion et de la part des “choristes” de l’establishment de “Today”, au sujet de la façon de nous “contrer” et même de savoir si oui ou non nous devrions être autorisés de parler sans être interrompus. Ce que cette brève insurrection démontra, fut la peur d’une reconnaissance. Les crimes des états occidentaux comme ceux de la Grande-Bretagne, ont rendu complices ceux dans les médias, qui suppriment ou minimisent le carnage.

Les pactes faustiens qui contribuèrent à une guerre mondiale il y a un siècle résonnent aujourd’hui à travers le Moyen-Orient et l’Asie: de la Syrie au Japon. A cette époque, comme maintenant, le camouflage était l’arme principale (de déception). En 1917, le premier ministre Lloyd George déclara: “Si les gens savaient la vérité, la guerre s’arrêterait demain. Mais bien sûr ils ne savent pas et ne doivent pas savoir.”

Dans le programme de “Today” de Polly Harvey, je me suis référé à un sondage qui fut fait l’an dernier en GB par l’agence Comres et qui demandait aux britanniques combien d’Irakiens avaient été tués en résultat de l’invason de 2003. Un majorité a dit que moins de 10 000 personnes avaient été tuées: un chiffre si bas que çà en était une insulte.

J’ai comparé cela avec une estimation scientifique d’ “un million d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont morts dans cet enfer allumé par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.” En fait la fourchette est de 500 000 à plus d’un million de victimes. John Tirman, chercheurs principal au Centre des Etudes Internationales du MIT, qui a examiné toutes les estimations crédibles, m’a dit qu’un chiffre moyen “suggère environ 700 000 morts”. Il fit néanmoins remarquer que ceci était à l’exclusion des morts parmi les millions d’Irakiens déplacés et qui représentent 20% de la population.

Le lendemain du programme de Harvey, “Today” contra avec Toby Dodge du LSE et ancien conseiller du général américain David Petraeus, un des architectes des désastres à la fois en Irak et en Afghanistan, ainsi que Mowaffak al-Rubaie, un ancien “conseiller irakien à la sécurité” dans le régime d’occupation, l’homme qui mena Saddam Hussein à son lynchage.

Ces “experts” accrédités par la BBC, réfutèrent sans aucune preuve contraire les études et réduisirent le nombre de morts de centaines de milliers. L’interviewer Mishal Husain n’offrit aucune contradiction à leur propagande. Puis ils “débattirent” de qui était responsable. Les dires de Lloyd George se tinrent: la culpabilité fut détournée.

Mais pour combien de temps ? Il ne fait aucun doute que la magnitude du crime commis en Irak s’est enfouie dans la conscience publique. Beaucoup se rappellent que l’opération Choc et Stupeur fut l’extension d’un embargo meurtrier imposé à l’Irak pendant 12 ans par la GB et les Etats-Unis et qui fut étouffé par les médias de masse, incluant la BBC. 500 000 enfants irakiens moururent des causes directes de cet embargo d’après l’UNICEF. J’ai vu de mes yeux des enfants mourant dans des hôpitaux en Irak à qui on ne pouvait donner un simple analgésique (anti-douleur).

Dix ans plus tard, à New York, j’ai rencontré le patron britannique responsable de ces “sanctions” contre l’Irak. Son nom est Carne Ross, connu à une époque à l’ONU sous le sobriquet de “Mr Irak”. Il est maintenant un diseur de vérité. Je lui ai lu la déclaration qu’il avait faite à un comité de sélection de l’assemblée britannique en 2007: “Le poids des évidences indique clairement que les sanctions ont causé une énorme souffrance humaine parmi les Irakiens ordinaires, particulièrement chez les enfants. Nous, les gouvernements des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, furent les principaux ingénieurs et briseurs de sanctions et nous étions parfaitement au courant de cette évidence à l’époque mais nous l’avons largement ignoré et l’avons blâmé sur le gouvernement de Saddam Hussein. Nous avons nié à une population entière les moyens de vivre.”

Je lui ai dit: « Ceci est un terrible aveu. »

“Oui, je suis d’accord”, a t’il répliqué. “J’en ai honte…” Il décrivit alors comment le ministère des affaires étrangères britannique manipula des médias consentants. “Nous contrôlions l’accès au ministre des affaires étrangères comme une forme de récompense pour les journalistes. S’ils étaient critiques, nous ne leur donnions pas les nouvelles des voyages autour du monde. Nous leur donnions des factoïdes pré-fabriqués et du renseignement aseptisé, ou nous les gelions hors du système.”

Dans la course à l’invasion de 2003, d’après des études de l’université du Pays de Galles et de Media Tenor, La BBC suivit la ligne politique du gouvernement Blair ainsi que ses mensonges et mit une restriction sur le temps de parole de tous ceux qui s’opposaient à l’invasion. Quand Andrew Galligan présenta de manière fameuse un rapport dissident sur “Today”, il fut écrasé, ainsi qu’un co-directeur général.

La vérité au sujet du bain de sang en Irak ne peut pas être “contrée” tout le temps et indéfiniment. Tout comme ne peut pas l’être “notre” soutien pour les féodaux d’Arabie Saoudite, les prédateurs nucléairement armés d’Israël, les nouveaux fascistes d’Egypte et les “libérateurs” djihadistes de Syrie, dont la propagande fait maintenant l’information de la BBC. Il y aura un jour de jugement, pas seulement pour les Blair, Straw et Campbell, mais aussi pour tous ceux qui les ont aidé à garder la ligne droite.

Crimes de guerre: Les jours d’infamie de l’Empire…

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 21 mars 2013 by Résistance 71

… Empire que nous qualifions ici depuis longtemps de « pays du goulag levant ». Paul Craig Roberts nous donne raison dans ce billet gravement lucide. Si nous partageons son analyse, nous ne partageons pas sa conclusion des plus pessimistes. Nous pensons que les peuples prévaudront, non sans lutte, mais qu’un nouvel élan politique émancipateur balaiera toute cette fange sur son passage.

Cet élan passe par l’éveil et l’éducation du public, nous y arrivons, pas à pas…

— Résistance 71 —

 

L’Irak dix ans après…

 

Dr. Paul Craig Roberts

 

Le 19 Mars 2013

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2013/03/18/iraq-after-ten-years-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il y a dix ans aujourd’hui, le régime Bush envahissait l’Irak. Il est reconnu que la justification pour l’invasion n’était qu’un paquet de mensonges orchestré par le régime néoconservateur de Bush afin de tromper les Nations-Unies et le public américain.

Le ministre des affaires étrangères de l’époque, le général Colin Powell, a exprimé ses regrets d’avoir été utilisé par le régime Bush pour tromper les Nations-Unies avec une fausse information du renseignement que les régimes à la fois de Bush et de Blair savaient être falsifiée. Mais les détestables médias  pressetitués n’ont quant à eux toujours pas fait d’excuses au peuple américain pour servir le régime corrompu de Bush et son ministère de la propagande et du mensonge.

Il est difficile de bien dicerner qui est le plus détestable, le régime corrompu de Bush, la pressetituée qui l’a permis ou le régime corrompu Obama qui refuse de mener le régime Bush devant la justice pour ses crimes de guerre sans ambiguités, ses crimes contre la constitution, ses crimes contre la loi statutaire américaine et ses crimes contre l’humanité.

Dans son livre “Cultures of War”, l’historien dustingué John W. Dower observe que les actes de guerre concrets perpétrés par les Japonais au XXème siècle ainsi que la présidence impérialiste de Bush au XXIème siècle “invite une analyse comparative pour les crimes de guerre et torture et autres transgressions commises. Le passé sombre du Japon impérial a laissé une marque indélébile sur l’honneur et la renommée de cette nation et il sera intéressant de voir à quel point la réputation des Etats-Unis sera ternie dans le temps. A cet égard, les planificateurs de la guerre de l’administration Bush ont beaucoup de chance d’avoir été capables d’échapper à toute forme d’enquête sérieuse, celle effectuée n’étant en rien comparable à celle effectuée par les puissances alliées vis à vis du Japon et de l’Allemagne après la seconde guerre mondiale.”

Dower cite Arthur Schlesinger Junior; “Le président Bush a adopté une politique de ‘self-défense par anticipation’, qui est de manière alarmante très similaire à la politique employée par le Japon impérial à Pearl Harbor en une date, qui, comme un président américain précédent l’a dit, vivra dans l’infâmie. Franklin D. Roosevelt avait raison, mais aujourd’hui, c’est l’Amérique qui vit dans l’infâmie.”

Les Américains paient des sommes considérables d’argent pour continuer à vivre honteusement dans l’infâmie. Joseph Stiglitz et Linda Bilmes ont calculé que la guerre d’Irak coûte aux contribuables américains 3000 milliards de dollars. En fait cette estimation est encore optimiste. La dernière étude conclut que cette guerre d’Irak pourait en fait coûter aux contribuables américains le double de ce qui est avancé.

http://www.reuters.com/article/2013/03/14/iraq-war-anniversary-idUSL1N0C5FBN20130314

Afin de payer les profits mis dans les poches du complexe américain militaro-industriel et de la sécurité et de là, dans les contributions politiques, les Américains sont en danger de perdre leur sécurité sociale, Medicare, et toute la cohésion sociale que le système social procure.

Le coût humain de l’infâmie américaine en Irak est extraordinaire: 4,5 millions d’Irakiens déplacés, au moins un million de civils tués, laissant des veuves et des orphelins, une classe professionnelle qualifiée qui a désertée le pays, une infrastructure en ruine, une cohésion sociale détruite par le conflit sunnite-chi’ite initié par Washington et sa destruction du gouvernement de Saddam Hussein. Dire que les Etats-Unis ont amené la liberté et la démocratie en Irak est une plaisanterie de très mauvais goût. Ce que les criminels de guerre de Washington ont amené ne fut que mort et destruction du pays.

La population américaine, dans sa plus grande partie, semble parfaitement à l’aise avec la destruction gratuite de l’Irak et tout ce que cela comporte: des enfants sans parents, des femmes sans maris, des malformations de naissance dûes à l’uranium appauvri des munitions utilisées, de l’eau non potable, un pays sans espoir miné par des violences sectaires.

Les gouvernements marionnettes de Washington au Royaume-Uni, en Europe, au Moyen-Orient et au Japon, semblent tous également satisfaits de la victoire, sur quoi ? Quelle menace la victoire a t’elle mis en échec ? Il n’y avait pas de menace. Les armes de destruction massive n’était qu’une escroquerie propagandiste. L’image de champignons nucléaires au dessus des villes américaines n’étaient que pure fantasmagorie propagandiste. A quel point d’ignorance doit-être une population pour tomber dans une propagande aussi transparente ? N’y a t’il plus aucune intelligence dans le monde occidental ?

Dans une conférence récente, les responsables néoconservateurs de toutes ces morts, de la vie ruinée de millions de gens et des milliers de milliards de dollars que leurs guerres ont accumulé sur la dette nationale, étaient sans remords et plein d’auto-justification de leurs actes. Alors que Washington regarde à l’étranger pour tuer le mal, le mal est en fait concentré à Washington.

http://nationalinterest.org/blog/paul-pillar/still-peddling-iraq-war-myths-ten-years-later-8227

Les criminels de guerre américains demeurent intouchés. On les paie d’énormes sommes d’argent pour faire des discours sur le comment les Américians amènent la liberté et la démocratie au monde en envahissant, bombardant et en assassinant les gens. Le Tribunal des Crimes de Guerre n’a pas émis de mandats d’arrêt. Le ministère des affaires étrangères américain, qui continue à chasser les criminels de guerre nazis, n’a pas fait enlever les criminels de guerre américains pour les conduire devant le tribunal de la Hague.

Les Américains qui ont soufferts sont les 4801 soldat qui ont perdus la vie, les milliers de troupes qui ont perdues des membres et souffert d’autres blessures permanentes, les dizaines de milliers qui souffent de troubles psychologiques post-traumatiques et des remords d’avoir massacré des innocents, les familles, les amis de ces troupes américaines, les mariages brisés et les enfants laissés avec un seul parent des stress de la guerre.

D’autres américains ont aussi souffert en Amérique. Ceux dont la conscience morale a appelé à protester contre la guerre et qui furent battus et abusés par la police, soumis à des enquêtes abusives et harcelés par le FBI, mis sur des listes d’interdiction de voler. Certains peuvent passer en justice. Les Etats-Unis ont atteint un point où tout citoyen qui a une conscience morale est un ennemi de l’État. La persécution de Bradley Manning démontre cette vérité.

On pourrait dire que la comparaison des historiens entre le régime Bush et les criminels de guerre japonais ne va pas assez loin. Ce 7 Octobre à venir, Washington aura tué des gens, essentiellement des femmes, des enfants et des anciens de villages en Afghanistan pendant 12 ans. Personne ne sait pourquoi l’Amérique a amené tant de destruction au peuple afghan. D’abord les soviétiques, puis les Américains. Quelle est la différence ? Quand Obama est arrivé à la présidence, il a admis que personne ne savait ce qu’était la mission de l’armée américaine en Afghanistan. Nous ne le savons toujours pas. La meilleure des suggestions serait pour les profits générés à l’industrie de l’armement américaine, le pouvoir pour l’industrie de la sécurité de la patrie et un état policier pour la nation américaine insouciante.

Washington a laissé la Libye en ruine avec un conflit interne majeur. Il n’y a pas de gouvernement, mais ce n’est pas le nirvana libertaire.

Les attaques illégales incessantes de drones au Pakistan contre des civils radicalisent des éléments pakistanais et provoquent une guerre civile contre le gouvernement pakistanais, qui est la possession de Washington et permet à Washington d’assassiner ses citoyens en échange d’argent pour ses élites politiques qui ont vendues leur pays à Washington.

Washington a déstabilisé la Syrie et détruit la paix que la famille Assad avait imposé aux sectes islamistes. La Syrie semble être condamnée à être réduite en un tas de ruines et à une violence permanente comme le sont la Libye et l’Irak.

Washington est au travail tuant des gens au Yémen.

Comme la vidéo publiée sur Wikileaks par Bradley Manning l’a montré, certaines troupes américaines ne se soucient pas du tout de qui ils tuent, des journalistes, des civils, marchant paisiblement dans une rue, un père et ses enfants qui s’arrêtent pour aider les blessés. Aussi loin que quelqu’un est tué, peu importe qui c’est.

Tuer c’est gagner.

Les Etats-Unis ont envahi la Somalie, ont leur marionnette française impliquée au Mali et peut-être, a la Soudan sous la coupe de ses drones et missiles.

L’Iran et le Liban sont les prochaines victimes désignées de l’agression de Washington.

Washington protège l’agression israélienne contre West Bank, Gaza et le Liban des censures de l’ONU et d’embargos. Washington a arrêté et emprisonné des gens qui ont envoyés de l’aide aux enfants palestiniens. Gaza, déclare Washington qui se voit comme le détenteur de la vérité universelle, est géré par le Hamas, une organisation terroriste d’après Washington. Ainsi, toute aide à Gaza est une aide au terrorisme. Une aide à des enfants palestiniens malades et affamés est un soutien au terrorisme. Ceci représente la logique d’un état inhumain et criminel de guerre.

Qui a t’il derrière cette agression contre les Musulmans ?

L’URSS s’est effondrée et Washington avait besoin d’un nouvel ennemi pour maintenir les profits et le pouvoir de son complexe militaro-industriel. Les néconservateurs, qui dominaient totalement le régime Bush et domineraient le régime Obama ont déclaré les musulmans et le Moyen-Orient comme étant l’ennemi. Contre cet “ennemi” factice, les Etats-Unis ont lancé des guerres d’agression qui sont des crimes de guerre sous les standards imposés par les Etats-Unis eux-mêmes au procès de Nüremberg qui furent appliqués aux Allemands vaincus de la seconde guerre mondiale.

Bien que les Britanniques et les Français aient déclanché la seconde guerre mondiale en déclarant la guerre à l’Allemagne, ce furent les Allemands, vaincus par l’armée rouge soviétique, qui furent jugés par Washington comme criminels de guerre pour l’avoir commencé. Un nombre conséquent d’historiens sérieux ont conclus que les crimes de guerre de l’Amérique, comprenant les bombardements incendiaires de populations civiles à Dresde et à Tokyo et les attaques nucléaires gratuites de populations civiles sur Hiroshima et Nagasaki, sont de la même veine que les crimes de guerre d’Hitler et des Japonais.

La différence est que les vainqueurs font toujours le portrait le plus noir des vaincus et se peignent eux-mêmes des tons de la haute moralité. Les historiens honnêtes savent très bien qu’il n’y a pas beaucoup de différences entre les crimes de la seconde guerre mondiale américains et ceux de leur contre-parties japonaise et allemande. Mais les Etats-Unis furent du côté des vainqueurs.

Par ses assassinats de musulmans dans sept ou huit pays, Washington a allumé la flamme de la réponse musulmane: une haine sévère des Etats-Unis. Cette réponse est étiquetée “terrorisme” par Washington et la “guerre contre le terrorisme” sert de source à des bénéfices sans fin pour les industries du complexe militaro-industriel et pour le développment d’un état policier pour “protéger” les Américains du “terrorisme”, mais pas du terrorisme de leur propre gouvernement.

La vaste majorité de la population américaine est trop mal informée pour comprendre de quoi il retourne et les quelques uns qui comprennent et essaient d’avertir les autres seront réduits au silence. Le XXIème siècle sera un des pires siècles de l’histoire de l’humanité. Partout dans le monde occidental, la liberté se meurt.

L’héritage de la “guerre contre la terreur” est la mort de la Liberté.