Archive pour entité sioniste israël crimes

Et pendant ce temps là… Une autre résistance avance (Al Manar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 23 février 2022 by Résistance 71

HB_resistance_fighters

Le drone Hassan, les médias israéliens et la prochaine guerre

Al Manar

18 février 2022

Url de l’article original : https://french.almanar.com.lb/2251977

Devant la version finale de l’armée israélienne de ce fameux drone Hassan, qui a survolé le nord de la Palestine occupé ce vendredi, avant d’être revendiqué par le Hezbollah, le constat d’échec est bien plus qu’amer.

Il est d’autant plus flagrant qu’il touche les étapes essentielles face à un tel danger et des questions auxquelles l’institution militaire et sécuritaire israélienne ne saurait échapper : pourquoi ni les antiaériens, ni les avions ni les hélicoptères ni les autres moyens n’ont pu abattre ce petit appareil et comment se fait-il qu’il n’ait pu être détecté par les radars israéliens ? l’échec est multiforme.

Dans les médias israéliens, tout en étant conscients de la gravité des faits, les avis sont partagés. La confusion est de mise

Beaucoup de sont contentés de rapporter la version officielle de l’armée ni plus ni moins.

Certains y ont vu un certain échec, comme le chroniqueur militaire de la chaine de télévision Canal 13 Or Hiller selon lequel « c’est un autre revers pour le système du Dôme d’acier au nord, ce qui pose des questions difficiles ».

Alors que d’autres voient les choses plus gravissimes : comme pour le chroniqueur de la chaine de télévision israélienne Canal 14 Hale Biton Rozen, qui a préféré se poser la question de savoir ce qui pourrait advenir si des centaines de drones étaient lancés. Le SG du Hezbollah sayed Nasrallah ayant clairement signifié mercredi dernier que la résistance les fabriquait elle-même et n’avait plus besoin de les apporter depuis l’Iran.

« Deux heures après avoir activé les sirènes, l’armée israélienne ne sait toujours pas si elle a abattu le drone ou pas. Alors qu’elle dépêché ses avions et ses hélicoptères et utilisé tous les moyens dont elle dispose pour l’intercepter. Qu’adviendra-t-il si des dizaines de drones sont lancées. Ce scénario est préoccupant », a-t-il écrit.

On s’est rappelé la guerre 2006

Certains médias ont préféré décrire ce qui s’est passé parmi les colons qui habitent les colonies au nord de la Palestine occupé, frontalière avec le Liban, là où le drone a pu traverser 70 km en 40 minutes, et accomplir sa mission de reconnaissance,  sans être inquiété,  selon le communiqué de la Résistance islamique publié en fin d’après-midi.

Dans les témoignages recueillis, c’est le retour des souvenirs de guerre.

« Il y a eu de la panique au nord à l’issue de la violation du drone… les avions étaient par-dessus nos têtes. Et nous avons senti que nous étions en guerre » rapporte le Yediot Ahronot.

Selon le Maariv : « Dans le passé, les habitants de la région nord étaient habitués à un train de vie avec les sirènes d’alarme et la chute de projectiles. Mais durant ces 15 dernières années, un certain calme stable et parfois précaire s’est installé. Bien entendu il y a une tension a cause de ce qui s’est passé ce matin et beaucoup se sont souvenus la seconde guerre du Liban » en 2006.

Et le Maariv de rapporter la réaction d’un colon : «à un certain moment, nous nous sommes rendus compte que le danger qui menace nos vies ne vient pas seulement du virus Corona ».

Une victoire de la conscience

Quant au site Intely Time, il s’est penché sur cet évènement de point de vue de l’autre, c’est-à-dire la résistance, en matière de dissuasion mutuelle.

Commentant ce terme qui avait été utilisé quelques jours plus tôt par un correspondant de guerre, il juge « qu’une telle dissuasion n’existe pas entre un Etat et une organisation terroriste ».

« Mais après avoir engagé les F-15 et les sirènes d’alarme après l’intrusion du drone, ceci est sans aucun doute une victoire sur le plan de la conscience pour l’autre protagoniste », a-t-il conclu.

C’est sans doute en lien avec cette conscience basée sur la dissuasion que s’est déroulée, en fin d’après-midi, cette démonstration de force réalisée via les deux chasseurs israéliens qui ont violé l’espace aérien libanais, pendant que la résistance islamique publiait sa version des faits après avoir revendiqué le drone. Question de dire qu’ils auront le dernier mot par un vrombissement.

Et la prochaine guerre

A noter que cet évènement est intervenu alors que les médias israéliens discutaient toujours du discours de mercredi dernier du secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah et de ses nouvelles révélations : nous avons converti nos missiles en missiles de précision avec nos propres moyens,  et nous construisons des drones avec nos propres moyens. Nous n’avons plus besoin de les apporter depuis l’Iran. Ce qui veut dire que votre bataille entre les guerres ne sert plus à rien, avait-il dit entre autres.

Sur la chaine 13 , l’analyste Tsefika Yahskali expliquait qu’il déduit du discours de sayed Nasrallah que « la prochaine guerre serait une guerre de drones à laquelle le Hezbollah s’est bien préparé ».

L’envoi du drone Hassan est tombé à pic!

= = =

Communiqué du Hezbollah du 18 février 2022 :

La Résistance islamique a revendiqué le drone qui a survolé ce vendredi 18 février l’espace aérien au nord de la Palestine occupée.

Dans un communiqué publié dans l’après-midi, il a donné les précisions de sa mission :

« En ce vendredi 18 février 2022, la résistance islamique a lancé un drone baptisé « Hassan » en direction des territoires palestiniens occupés. Il a survolé la région visée pendant 40 minutes dans le cadre d’une mission de reconnaissance qui s’est étendue sur 70 km au nord de la Palestine occupée. En dépit des tentatives diverses et répétées de l’ennemi de l’abattre, le drone « Hassan » est revenu sain et sauf des territoires occupés, après avoir exécuté sa mission avec succès et sans être nullement affecté par toutes les procédures existantes de l’ennemi et celles suivies ».

Source : https://french.almanar.com.lb/2251867

= = =

“l’armée israélienne a reconnu qu’elle n’a pu abattre le drone qui est entré depuis le Liban.

Le texte de Tsahal ne peut être plus clair : « le drone avait été détecté depuis qu’il était au-dessus des territoires libanais. L’appareil a franchi l’espace aérien israélien pendant que les appareils de détection suivaient son parcours. Des hélicoptères et des avions militaires ont été engagés, des missiles d’interception ont été tirés depuis le Dôme d’acier. Sans succès, les sirènes d’alarme ont été activées sur le front interne. Et après quelques minutes le drone est revenu au Liban ».

Une enquête a été ouverte par l’armée israélienne sur le revers subi dans les tentatives d’intercepter le drone du Hezbollah qui est revenu sain et sauf à sa base au Liban, a-t-on appris aussi.

« Deux heures après avoir activé les sirènes, l’armée israélienne ne sait toujours pas si elle a abattu le drone ou pas. Alors qu’elle a dépêché ses avions et ses hélicoptères et utilisé tous les moyens dont elle dispose pour l’intercepter. Que se passera-t-il si des dizaines de drones sont lancées. Ce scénario est préoccupant », a écrit Hale Biton Rozen de la chaine de télévision israélienne Canal 14.”

Source : https://french.almanar.com.lb/2251394

= = =

A lire :

« Hezbollah, son histoire de l’intérieur » Naïm Qassem (PDF)

fratrie
Seul avenir possible…

Palestine occupée et contrôle de populations : la banque des semences agricoles détruite par l’armée sioniste

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 12 novembre 2021 by Résistance 71

handala4

La banque des semences agricoles, un projet humanitaire de longues années détruit par l’armée d’occupation israélienne en quelques heures

Al Manar & Al Mayadeen

10 novembre 2021

Source: https://french.almanar.com.lb/2187242

Dans mes cauchemars d’été, je vois un peloton de soldats de Tsahal, excités par une montée d’adrénaline, prendre d’assaut la banque des semences, mise en place par l’Union des comités des agricultrices palestiniennes.

Sous mes yeux, je les regarde écraser et disperser les graines des plantations traditionelles alors qu’elles devaient être distribuées aux agriculteurs, peu avant leur arrivée. Ils ont foullié dans le congélateur dans lequel ces graines étaient stockées pour les soixante-dix prochaines années.

Je les regarde détruire le matériel du laboratoire et écraser des cactus en pot dans le couloir. Ce qu’ils ne détruisent pas, ils le volent, c’est-à-dire qu’ils le confisquent dans le jargon de l’armée israélienne.

Ce cauchemar est la conséquence de la décision du ministre de la Défense Benny Gantz de qualifier de terroristes, les six ONG palestiniennes, dont l’Union des comités agricoles . Avant cette décision, l’armée a pris d’assaut les bureaux de ces organisations et a volé des ordinateurs et des documents, et a fermé le bureau principal de l’Union des comités agricoles pendant six mois. Cette expérience difficile qui perdure des dizaines d’années indique que des soldats ignorants sont endoctrinés avec de fausses notions sur  la société palestinienne et sont prêts à détruire en une heure ou deux un travail de longue haleine de dizaines d’organisations et des connaissances accumulées par des agriculteurs qui ont coopéré avec elles. Nos soldats sont programmés pour jeter à la poubelle des centaines d’années de patrimoine agricole sans aucun problème, sinon des milliers d’années, que les comités agricoles palestiniens s’efforcent de sauver de l’extinction.

La banque de semences est l’un des projets de luxe de cette modeste ONG palestinienne créée dans les années 1980. Les employés du comité agricole trouvent des agriculteurs qui cultivent encore des cultures traditionnelles. Ils récoltent et développent ces semences par des moyens naturels, augmentent leur quantité et les distribuent ou vendent des semences et des plantes à d’autres agriculteurs à un prix symbolique, à condition qu’ils apportent à la fin de chaque saison une poignée de nouvelles semences municipales, et cela en permanence.

L’histoire a commencé par hasard, au début des années 2000 avec « la période difficile des incursions militaires, des bouclages serrés et de la pauvreté », selon le directeur du syndicat, Fouad Abu Seif.

« Nous avons remarqué que les petites parcelles agricoles qui produisaient des récoltes il y a un an ou deux ne sont pas plantées. Au fil des ans, les agriculteurs ont acheté des semences à des sociétés commerciales (Israël ou sociétés palestiniennes intermédiaires). Lors de l’achat de semences, ils ont promis d’acheter de nouvelles semences à ces entreprises chaque année. Ils ont découvert que les graines produites ne donnent pas une bonne récolte. En raison des incursions de l’armée, ils n’ont pas pu acheter de nouvelles semences. Les semences traditionnelles dites ancestrales, dont l’extraction et la conservation exige un processus long et coûteux, n’étaient pas disponibles. Les comités de l’Union des agricultrices se sont portés volontaires pour la mission et ont depuis développé et élargi le projet de banque des semences.

Les graines traditionnelles sont des graines « ouvertes », dont le vent et les abeilles s’occupent dans le processus de pollinisation. Les semences achetées aux producteurs agricoles sont des semences « hybrides », produites par croisement contrôlé par l’homme pour améliorer leur résistance. Comme l’écrivait Ronit Vardi en mai 2015, « le croisement produit une masse génétique instable. Rien ne garantit que les caractéristiques de la première génération seront transférées à la deuxième génération. Le recours aux grandes entreprises semencières a créé une production standardisée, et le goût est le dernier critère de sa culture, et a conduit à la disparition de différents types de graines locales ».

Dans le monde, en « Israël », et dans les territoires palestiniens occupés par « Israël » en 1967, l’agriculture industrielle et les semences hybrides garantissent des gains et une production abondante, mais au prix d’un autre type de perte. « L’ancienne génération ont planté des cultures municipales, et la génération actuelle ne sait pas ce que cela signifie », a déclaré Abu Seif.

« Lorsque nous avons commencé à rencontrer des agriculteurs pour trouver des semences traditionnelles, nous avons vu que l’intérêt se limitait aux personnes âgées, alors que les jeunes se divisent en deux catégories, soit ils ont quitté l’agriculture et sont allés faire du commerce, soit ils sont intéressés par des profits rapides. Il y a quelques années, la Fédération a commencé à donner des conférences dans les écoles.  Nous avons senti qu’il y avait un changement. Les jeunes apprentis masculins voulaient en savoir plus même après la fin des cours. C’est étrange qu’ils n’aient pas de formation en agriculture, le savoir hérité n’a pas été transmis, principalement en agriculture » poursuit Abu Seif.

Outre le fait que les cultures traditionnelles produisent de nouvelles graines, la plupart d’entre elles n’ont pas besoin d’irrigation. Par conséquent, les cultures pluviales sont appropriées au réchauffement climatique et à la réalité selon laquelle « Israël » refuse l’eau aux Palestiniens. Contrairement aux semences hybrides qui doivent utiliser des engrais chimiques. Le compost (engrais organique) convient aux cultures traditionnelles et respecte l’environnement.

Le syndicat aide les agriculteurs à réhabiliter les terres qui n’ont pas été cultivées depuis un certain temps, et qui sont situées près du mur de séparation ou dans des zones victimes de la violence des colons (Israël a construit une route pour les colons qui a détruit 300 des 1 300 dunum qui le syndicat a repris dans la région de Halhul). L’union réhabilite et construit des chaînes de pierre et aide à passer à une nouvelle culture plus rentable sur de petites parcelles et à commercialiser de l’huile d’olive de qualité à l’étranger. Il fournit également des graines pour les plantes sauvages comme les glands. Le Laboratoire de la banque de semences est dirigé par de jeunes agronomes enthousiastes. Des milliers de Palestiniens qui possèdent de petits lopins de terre loués par l’union, et il offre des bourses aux étudiants, principalement des étudiantes, dont les recherches sont liées à la réhabilitation et au développement de l’agriculture traditionnelle.

Comment peut-on qualifier ce projet de terrorisme ? La société en « Israël » et la communauté internationale ne doivent pas permettre à Tsahal, au Shin Bet et au ministre de la Défense de détruire cet important projet humanitaire.

fratrie

Résistance au colonialisme : « Israël sait qu’il disparaîtra… » (Hassan Nasrallah)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 7 mai 2021 by Résistance 71

 

 

QS_HN
Qassem Soleimani et Hassan Nasrallah

 

H. Nasrallah : “Israël sait qu’il disparaîtra… Que les colons quittent l’entité avant qu’il ne soit trop tard”

 

Al Manar

 

6 mai 2021

 

Source: https://french.almanar.com.lb/2058674

 

« Le régime sioniste sait que son sort est voué à la disparition et que l’axe de la Résistance déterminera l’avenir de la région », c’est ce qu’a déclaré, mercredi 5 avril, le secrétaire général du Hezbollah libanais.

Dans un discours télévisé dans le cadre d’un forum réalisé à l’approche de la célération de la Journée mondiale de Qods, et diffusé par la chaîne libanaise Al-Mayadeen, Sayed Hassan Nasrallah a appelé tout le monde à exprimer sa position envers la question palestinienne avec sincérité et courage.

Le secrétaire général du Hezbollah a réfuté les propos de ceux qui prétendent que les Palestiniens ont abandonné leurs idéaux et leur patrie, car « les événements qui se produisent ces derniers temps montrent que le peuple palestinien ne renonce absolument pas à ses droits, et cela responsabilise davantage la Oumma islamique ».

Il a dit: « Le soulèvement des Jérusalémites ces dernières semaines à al-Qods prouve l’engagement de la jeunesse palestinienne et sa détermination à faire face à la machine d’oppression sioniste. La solidarité de la Cisjordanie et l’appui militaire limité et réfléchi de Gaza avec les Jérusalémites constitue une évolution importante visant à imposer de nouvelles équations. Le peuple palestinien a toujours été héroïque et le restera. Les jeunes générations palestiniennes portent toujours cet esprit, ce sang, cette foi et cette volonté de sacrifice, et en tout cas, ils sont sur le chemin de la victoire décisive, si Dieu le veut».

Et d’ajouter : « L’étape de l’ex-président US, Donald Trump et son accord du siècle sont révolus ».

Plus loin dans son discours, le numéro un du Hezbollah s’est félicité de la cohérence et de la stabilité de l’axe de la Résistance qui a su surmonter l’étape la plus dangereuse qui visait son existence et son unité:

« Le souffle salvateur du haut commandant Soleimani continue à animer la Résistance à travers toute la région, bien que l’ennemi ait tout fait pour qu’il n’en soit pas ainsi…Son image, son âme et sa pensée resteront éternels et encourageront l’axe de la Résistance sur tous les fronts.  Aussi aujourd’hui se tient derrière le peuple palestinien et derrière la cause palestinienne une autre cause, aussi sincère que véridique qu’est l’axe de la Résistance qui reste aux côtés des Palestiniens ».

Le secrétaire général du Hezbollah a souligné que le processus de normalisation avec l’entité sioniste a permis à l’axe de la Résistance de se faire mieux entendre dans le monde.

« L’axe de la Résistance doit renforcer sa cohésion et augmenter sa puissance, car c’est lui qui déterminera l’avenir de notre région », a-t-il affirmé.

Sayed Nasrallah a en outre abordé les graves crises internes qui secouent l’entité sioniste.

«Les crises profondes secouent l’entité sioniste, les crises sociales, politiques, morales qui ont commencé à apparaître clairement et être portées au grand jour. Désormais, des experts sionistes évoquent leur crainte au sujet de la survie de l’entité face à ces crises … ce sont là des occasions à saisir et qui devraient nous rappeler davantage notre responsabilité ».

Sayed Nasrallah s’est ensuite adressé aux Israéliens en ces termes : « Selon vos croyances religieuses, vos prophéties et vos textes sacrés, voire le discours de vos rabbins, vous savez parfaitement que cette entité n’a aucun avenir et qu’elle est en phase de disparition et de destruction. Et que sa vie restante est courte, très courte. Pourquoi alors gaspiller vos efforts dans cette bataille perdue d’avance, pourquoi gaspiller la vie de votre jeunesse. Vos jeunes, vous les conduisez vers l’anéantissement et vous ferez perdre leur sang. »

Et sayed Nasrallah de conseiller aux sionistes : « laissez la terre que vous occupez  à ses vrais habitants. Retournez d’où vous êtes venus, sinon vous y serez renvoyés de gré ou de force. Cette terre appartient au peuple palestinien, elle appartient aux peuples de cette région, quelles que soient leurs affiliations religieuses ou idéologiques, mais cette terre n’appartient pas à Israël, ni aux colons, qui viennent de tous les coins du monde».

NdR71 : Voyez-vous une similitude avec la colonisation du « Nouveau Monde » ? Frappant non ?

Et de conclure en adressant un dernier mot aux jeunes jérusalémites, à tous les fils du peuple palestinien opprimé, aux résistants et à ceux qui s’accrochent à leurs droits : « tant que le peuple palestinien restera attaché à ses droits et poursuivra sa lutte, personne en ce monde ne pourra liquider la cause palestinienne. Le présence du peuple palestinien sur le champ de bataille constitue le meilleur argument divin pour chaque arabe, chaque musulman et chaque personne libre en ce monde, afin qu’ils se tiennent aux côtés de la Palestine».

Sources : AlMayadeen + PressTV

= = =

A lire : « Hezbollah, son histoire de l’intérieur », Naïm Qassem

 

QS_HN

Lutte contre le colonialisme : Traîner l’entité sioniste devant la CPI pour crime contre l’humanité sera « un acte antisémite » décrète Bibi… Ben voyons !

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 9 février 2021 by Résistance 71

« Il me semble qu’on vend l’holocauste… Il n’est pas enseigné. »
~ Rabin Arnold Jacob Wolf, directeur de Hillel, université de Yale ~

« J’argumente que ‘l’Holocauste’ est une représentation idéologique de l’holocauste nazi. Comme la plupart des idéologies, elle a une connexion, même infime, avec la réalité. L’Holocauste n’est pas une construction arbitraire mais plutôt cohérente de l’intérieur. Ses dogmes centraux soutiennent des intérêts politiques et de classes significatifs. En fait, l’Holocauste a prouvé être une arme idéologique indispensable. Par son déploiement, une des plus formidables puissances militaires mondiales, ayant une terrible ardoise concernant les droits de l’Homme, s’est donnée le rôle d’état « victime » et le groupe ethnique qui a le plus de succès aux Etats-Unis a de même acquis le statut de victime. De très gros avantages et dividendes découlent de ce statut spécial de victimisation et en particulier une immunité à la critique aussi justifiée soit-elle. »
~ Norman Finkelstein, 1er paragraphe de son livre « L’industrie de l’Holocauste », seconde édition, 2003 ~

Israël qualifie “d’antisémite” la décision de la Cour Pénale Internationale (CPI) concernant les territoires palestiniens

Al Manar

6 février 2021

url de l’article en français: https://french.almanar.com.lb/2003014

Benjamin Netanyahou a qualifié d’antisémite la décision prise par la Cour pénale internationale de La Haye d’étendre sa juridiction aux territoires palestiniens occupés, ouvrant ainsi la voie à une enquête pour crimes de guerre à Gaza.

La décision de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye de se déclarer compétente pour juger des faits survenus à Gaza et en Cisjordanie relève d’un antisémitisme sophistiqué, a déclaré ce samedi 6 février le Premier ministre Benyamin Netanyahou dans un message vidéo posté sur les réseaux sociaux.

«Lorsque la Cour pénale internationale de La Haye mène une enquête contre Israël sur des accusations absolument fausses de crimes de guerre, il s’agit d’un antisémitisme sophistiqué. Ce tribunal a été créé pour empêcher de commettre des atrocités comme l’Holocauste nazi contre le peuple juif, mais il attaque maintenant le seul État hébreu», a déploré M.Netanyahou.

Le Premier ministre a accusé la CPI de porter «des accusations délirantes contre la seule démocratie du Moyen-Orient», tout en refusant d’enquêter sur «les crimes de guerre commis par des dictatures brutales».

L’armée israélienne s’est aussi prononcée sur ce sujet le 6 février, qualifiant la décision de la CPI de biaisée et promettant de toujours protéger la sécurité du pays et de ses concitoyens, dans le respect du droit national et international.

La CPI étend sa compétence territoriale sur les territoires occupés

Le 5 février, la CPI s’est déclarée compétente pour les faits survenus dans les territoires palestiniens occupés, ce qui pourrait ouvrir la voie à une enquête pour crimes de guerre.

Le procureur de la CPI, Fatou Bensouda, avait déclaré en décembre 2019 avoir l’intention de mener une enquête approfondie sur les crimes de guerre commis par « Israël’ dans les territoires palestiniens à la demande de la Palestine. Toutefois, elle avait précisé que les investigations ne commenceraient que lorsque la Cour aurait déterminé la zone où cela serait possible conformément à l’article 19 (3) du Statut de Rome de la CPI.

Gaza: Grande Marche du Retour, l’armée de l’occupant en déroute…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 31 mars 2019 by Résistance 71

Marche du Grand Retour: Les missiles de Gaza ont eu raison de l’armée israélienne

 

Press TV

 

31 mars 2019

 

url de l’article:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/31/592242/Marche-de-grand-retour-les-missiles-de-Gaza-ont-eu-raison-de-larmee-israelienne

 

La défaite est plus que totale: quelques heures après la fin de la Marche du grand retour vendredi et samedi, l’armée israélienne cède et débloque les frontières avec Gaza. En effet, elle vient de recevoir coup sur coup manifestations, coup de missiles, ballons incendiaires et pour une armée totalement « débordée », le statut quo s’avérait impossible. Selon info-palestine, plus de 45 000 Palestiniens de toute la bande de Gaza se sont rassemblés en masse le samedi 30 mars pour le premier anniversaire de la Marche sur les frontières, bravant chars, blindés et snipers israéliens.

Paniqué à la vue du spectacle d’une foule déterminée, les soldats israéliens, plantés sur les frontières, ont ouvert le feu en tuant quatre jeunes palestiniens et en blessant 316 autres, un bilan qui reste provisoire. Il s’agissait du premier anniversaire de la Marche du grand retour, ce rassemblement hebdomadaire qui a lieu sans répit depuis un an, c’est-à-dire depuis que l’administration US croyant pouvoir naïvement enterrer la cause palestinienne, a annoncé la judaïsation de Qods.

Confirmation du nouveau bilan des victimes par le site d’information « Palestine Solidarité » qui rapporte que l’armée israélienne a assassiné hier samedi quatre jeunes palestiniens de 17, 18, 19 et 20 ans à Gaza, et en a blessé 316 autres par des balles réelles.

Évidemment le silence des médias mainstream arrangent bien l’agresseur. N’empêche que le quatrième martyr palestinien a été visé lors de la manifestation de la Journée de la Terre par des snipers israéliens dans l’est de Khan Younes. Signe que le mouvement est général, allant de Gaza à la Cisjordanie en passant par Qods. D’ailleurs, tous les territoires palestiniens ont été samedi le théâtre de manifestations et de grèves de masse.

Les Palestiniens scandaient tous les mêmes slogans: « Honte à cette occupation illégale ! Honte à ce régime d’apartheid ! Honte à ces crimes israéliens contre les civils palestiniens ! Honte à ce blocus israélien inhumain et mortel ! Honte à cette communauté internationale officielle complice ! Vive la solidarité ! Gaza sous blocus résiste, Gaza l’espoir et la dignité persistent. Ici, notre terre. Ici, notre Palestine ! La lutte continue ! La Palestine vivra ! La justice triomphera ! »

Les sources israéliennes reviennent largement sur cette double manifestation qui a tenu tout appareil politico-militaire israélien en haleine pour in fine le mettre au pas, puisque l’armée israélienne vient d’ouvrir les frontières de Gaza malgré un blocus hermétique imposé ces derniers jours.

Selon les sources proches du renseignement de l’armée israélienne, les missiles palestiniens ont eu le dernier mot. Les deux frappes palestiniennes contre Tel-Aviv et Ashkelon ont impliqué des missiles de haute précision.

Dans la nuit de samedi, l’exploit a été reconduit: d’après l’armée israélienne, « cinq roquettes ont visé la Palestine occupée depuis la bande de Gaza ». Les cinq missiles ont visé Eshkol au sud d’Israël en représailles à la mort de 4 palestiniens, froidement abattus par les snipers d’Israël. Les tirs ont fait déclencher des sirènes d’alerte et poussé des centaines de colons à s’enterrer dans des abris sous-terrains. Le site israélien DEBKA décrit que ces derniers avaient gagné les abris bien avant les tir de missiles, puisque « la marche palestinienne » faisait trembler la terre sous leur pied.

Pour toute riposte, l’artillerie israélienne a visé les sites désertés du Hamas à Gaza, sans oser bouger d’un iota des positions qu’elle occupe depuis 72 heures.

Le constat de DEBKA, site proche du renseignement israélien est sans appel: « La Marche du grand retour a été un succès… l’armée israélienne est dans l’incapacité de lancer des opérations au sol contre Gaza car prise de court par des missiles palestiniens.« 

Guerres impérialistes et entité sioniste: la fin est-elle proche ?

Posted in actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 20 janvier 2019 by Résistance 71

Embourbé dans des problèmes internes et externes, le régime israélien touche à sa fin, enfin !

 

Press TV

 

19 janvier 2019

 

url de l’article:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/19/586255/Le-rgime-isralien-touche–sa-fin-Enfin

 

Le journal Rai al-Youm qui paraît à Londres évoque un rapport publié par le Centre d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel-Aviv portant sur la crise interne du régime israélien.

« Le régime israélien brûle dans le feu d’une crise interne qui pourrait le mener à sa disparition et la plupart des Israéliens en sont bien conscients », a écrit Rai al-Youm.

Le texte évoque un rapport rédigé par le Centre d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel-Aviv, adressé au président du régime israélien Reuven Rivlin. « Le contenu de ce rapport montre que les dirigeants israéliens sont conscients qu’Israël se trouve devant de grands défis palestiniens, ceux de la Résistance palestinienne et de la Cisjordanie, mais aussi devant des défis externes comme ceux du Hezbollah libanais, de la Syrie et de l’Iran », peut-on lire dans cet article.

En ce qui concerne les liens entre la décision du président américain de retirer ses forces militaires de Syrie et la guerre qui menace le régime israélien, Rai al-Youm écrit : « Il n’y a qu’une seule réponse à cette question : Trump a décidé de se sauver pour que ses soldats ne tombent pas dans le même piège qu’il y a deux jours à Manbij. »

Le journal ajoute : « Ils ont voulu anéantir la Syrie, mais maintenant la Syrie est devenue le plus grand défi qui puisse exister pour Israël, car comme le rapport de l’Université de Tel-Aviv l’a confirmé, la Syrie est capable de mener une confrontation militaire majeure contre Israël, guerre qui, si elle se déclenchait, elle ne se limiterait pas à un simple face-à-face entre Tel-Aviv et Damas mais qui risquerait aussi d’engager l’Iran, le Hezbollah libanais et la Résistance palestinienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. »

Rai al-Youm rappelle que le Centre d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel-Aviv est dirigé par des généraux en retraite de l’armée israélienne et qu’il entretient des liens étroits avec les services de renseignement du régime de Tel-Aviv. Ce centre est présidé par ailleurs par le général en retraite, Amos Yadlin, ancien commandant de l’armée de l’air israélienne et ancien chef du Renseignement militaire de ce régime.

Par ailleurs, Yitshak Brik, médiateur (ombudsman) de l’armée israélienne, a révélé dans son rapport annuel, publié en novembre 2018, que l’armée n’était pas du tout prête à mener une guerre dans le futur. « Ce rapport montre que malgré le soutien sans faille des États-Unis à Tel-Aviv, Israël est aujourd’hui le maillon faible du Moyen-Orient et que ni les États-Unis ni les alliés arabes de Netanyahu ne pourront empêcher Israël de s’approcher de sa fin.