Archive pour entité sioniste fin de régime

Lutte contre le colonialisme : Traîner l’entité sioniste devant la CPI pour crime contre l’humanité sera « un acte antisémite » décrète Bibi… Ben voyons !

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 9 février 2021 by Résistance 71

« Il me semble qu’on vend l’holocauste… Il n’est pas enseigné. »
~ Rabin Arnold Jacob Wolf, directeur de Hillel, université de Yale ~

« J’argumente que ‘l’Holocauste’ est une représentation idéologique de l’holocauste nazi. Comme la plupart des idéologies, elle a une connexion, même infime, avec la réalité. L’Holocauste n’est pas une construction arbitraire mais plutôt cohérente de l’intérieur. Ses dogmes centraux soutiennent des intérêts politiques et de classes significatifs. En fait, l’Holocauste a prouvé être une arme idéologique indispensable. Par son déploiement, une des plus formidables puissances militaires mondiales, ayant une terrible ardoise concernant les droits de l’Homme, s’est donnée le rôle d’état « victime » et le groupe ethnique qui a le plus de succès aux Etats-Unis a de même acquis le statut de victime. De très gros avantages et dividendes découlent de ce statut spécial de victimisation et en particulier une immunité à la critique aussi justifiée soit-elle. »
~ Norman Finkelstein, 1er paragraphe de son livre « L’industrie de l’Holocauste », seconde édition, 2003 ~

Israël qualifie “d’antisémite” la décision de la Cour Pénale Internationale (CPI) concernant les territoires palestiniens

Al Manar

6 février 2021

url de l’article en français: https://french.almanar.com.lb/2003014

Benjamin Netanyahou a qualifié d’antisémite la décision prise par la Cour pénale internationale de La Haye d’étendre sa juridiction aux territoires palestiniens occupés, ouvrant ainsi la voie à une enquête pour crimes de guerre à Gaza.

La décision de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye de se déclarer compétente pour juger des faits survenus à Gaza et en Cisjordanie relève d’un antisémitisme sophistiqué, a déclaré ce samedi 6 février le Premier ministre Benyamin Netanyahou dans un message vidéo posté sur les réseaux sociaux.

«Lorsque la Cour pénale internationale de La Haye mène une enquête contre Israël sur des accusations absolument fausses de crimes de guerre, il s’agit d’un antisémitisme sophistiqué. Ce tribunal a été créé pour empêcher de commettre des atrocités comme l’Holocauste nazi contre le peuple juif, mais il attaque maintenant le seul État hébreu», a déploré M.Netanyahou.

Le Premier ministre a accusé la CPI de porter «des accusations délirantes contre la seule démocratie du Moyen-Orient», tout en refusant d’enquêter sur «les crimes de guerre commis par des dictatures brutales».

L’armée israélienne s’est aussi prononcée sur ce sujet le 6 février, qualifiant la décision de la CPI de biaisée et promettant de toujours protéger la sécurité du pays et de ses concitoyens, dans le respect du droit national et international.

La CPI étend sa compétence territoriale sur les territoires occupés

Le 5 février, la CPI s’est déclarée compétente pour les faits survenus dans les territoires palestiniens occupés, ce qui pourrait ouvrir la voie à une enquête pour crimes de guerre.

Le procureur de la CPI, Fatou Bensouda, avait déclaré en décembre 2019 avoir l’intention de mener une enquête approfondie sur les crimes de guerre commis par « Israël’ dans les territoires palestiniens à la demande de la Palestine. Toutefois, elle avait précisé que les investigations ne commenceraient que lorsque la Cour aurait déterminé la zone où cela serait possible conformément à l’article 19 (3) du Statut de Rome de la CPI.

Guerres impérialistes et entité sioniste: la fin est-elle proche ?

Posted in actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 20 janvier 2019 by Résistance 71

Embourbé dans des problèmes internes et externes, le régime israélien touche à sa fin, enfin !

 

Press TV

 

19 janvier 2019

 

url de l’article:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/19/586255/Le-rgime-isralien-touche–sa-fin-Enfin

 

Le journal Rai al-Youm qui paraît à Londres évoque un rapport publié par le Centre d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel-Aviv portant sur la crise interne du régime israélien.

« Le régime israélien brûle dans le feu d’une crise interne qui pourrait le mener à sa disparition et la plupart des Israéliens en sont bien conscients », a écrit Rai al-Youm.

Le texte évoque un rapport rédigé par le Centre d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel-Aviv, adressé au président du régime israélien Reuven Rivlin. « Le contenu de ce rapport montre que les dirigeants israéliens sont conscients qu’Israël se trouve devant de grands défis palestiniens, ceux de la Résistance palestinienne et de la Cisjordanie, mais aussi devant des défis externes comme ceux du Hezbollah libanais, de la Syrie et de l’Iran », peut-on lire dans cet article.

En ce qui concerne les liens entre la décision du président américain de retirer ses forces militaires de Syrie et la guerre qui menace le régime israélien, Rai al-Youm écrit : « Il n’y a qu’une seule réponse à cette question : Trump a décidé de se sauver pour que ses soldats ne tombent pas dans le même piège qu’il y a deux jours à Manbij. »

Le journal ajoute : « Ils ont voulu anéantir la Syrie, mais maintenant la Syrie est devenue le plus grand défi qui puisse exister pour Israël, car comme le rapport de l’Université de Tel-Aviv l’a confirmé, la Syrie est capable de mener une confrontation militaire majeure contre Israël, guerre qui, si elle se déclenchait, elle ne se limiterait pas à un simple face-à-face entre Tel-Aviv et Damas mais qui risquerait aussi d’engager l’Iran, le Hezbollah libanais et la Résistance palestinienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. »

Rai al-Youm rappelle que le Centre d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel-Aviv est dirigé par des généraux en retraite de l’armée israélienne et qu’il entretient des liens étroits avec les services de renseignement du régime de Tel-Aviv. Ce centre est présidé par ailleurs par le général en retraite, Amos Yadlin, ancien commandant de l’armée de l’air israélienne et ancien chef du Renseignement militaire de ce régime.

Par ailleurs, Yitshak Brik, médiateur (ombudsman) de l’armée israélienne, a révélé dans son rapport annuel, publié en novembre 2018, que l’armée n’était pas du tout prête à mener une guerre dans le futur. « Ce rapport montre que malgré le soutien sans faille des États-Unis à Tel-Aviv, Israël est aujourd’hui le maillon faible du Moyen-Orient et que ni les États-Unis ni les alliés arabes de Netanyahu ne pourront empêcher Israël de s’approcher de sa fin.