Archive pour élections américaines 2016

Pour en finir avec le grand cirque électoral yankee… (Paul Craig Roberts)

Posted in actualité, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 10 novembre 2016 by Résistance 71

Du Paul Craig Roberts comme on l’aime, analytique et critique d’un système qu’il ne peut pourtant se résoudre à condamner et à abandonner… dommage…

Mise à jour suite à recherche de R71:

Suite à une recherche rapide et après la remarque pertinente de PCR ci-dessous disant qu’effectivement nous ne saurons qui est véritablement Trump que lorsqu’il aura nommé son cabinet ministériel. Voici ce que nous avons trouvé dans le projet de nomination, précisons que ce n’est qu’un projet rien n’est fait mais on a déjà une petite idée:

  • Secretary of State (ministre des affaires étrangères):
    En tête de liste, un vétéran de la politique Newt Gingrich, qui n’a pas vraiment de casseroles au cul. Derrière lui sur la liste vient Bob Corker, sénateur du Tennessee sur toile de fond de construction/BTP (contrats de politique de « grands travaux » envisagés par Trump ?…). Supporteur du traité de limitation des armes nucléaires, contre la régulation sur la détention d’armes et soutient les guerres en Irak et Afghanistan.
    3ème sur la liste, là çà craint un max: John Bolton
    nouveau con, membre du think tank PNAC (qui avait pondu le rapport mentionnant un nouveau Pearl Harbor pour faire passer la pilule N.O.M) et du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA), ex membre du cabinet de Deubeuliou Bush, architecte du mensonge des armes de destruction massive en Irak et sur la liste de War Criminals Watch, a échappé à une arrestation citoyenne en GB en 2008.
    Il est celui que la clique nouveau cons poussera à ce poste.
  • Secretary of Treasury (ministre des finances): Steve Mnuchin, Yale, ex-Goldman-Sachs a travaillé pour George Soros…
  • Secretary of Commerce (ministre du commerce): Lew Eisenberg, fnancier, ex-Golman-Sachs…
  • Secretary of Defense (ministre de la défense): ex-General Mike Flynn, ex-directeur du renseignement militaire (DIA), qui affirma il y a quelques mois lors d’un entretien presse qui avait fait beaucoup de bruit que les USA avaient créé l’EIIL/Daesh et en entraînaient les cadres.

A suivre donc, mais des nouveaux cons et des sbires des suspects habituels de Goldman Sachs sont déjà en position… En d’autres termes, le renard est-il déjà dans le poulailler ?…

 

nif_teamtrump

~ Résistance 71 ~

 

La classe laborieuse a gagné les élections

 

Paul Craig Roberts

 

9 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/11/09/the-working-class-won-the-election-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’élection présidentielle américaine est historique parce que le peuple américain a été capable de battre les oligarques. Hillary Clinton, agent de l’oligarchie, a été battue malgré la campagne médiatique vicieuse qui fut menée contre Donald Trump. Ceci montre que les médias et l’establishment politique des partis politiques n’ont plus aucune crédibilité au sein du peuple américain.

Nous verrons si Trump pourra sélectionner et nommer un gouvernement qui le servira dans ses buts de restaurer les emplois pour les Américains et de réétablir des relations amicales et respectueuses avec la Russie, la Chine, la Syrie et l’Iran.

Nous verrons également comment l’oligarchie va répondre à la victoire de Trump. Wall Street et la Réserve Fédérale peuvent provoquer une grave crise économique afin de mettre Trump sur la défensive et ils pourront utiliser cette crise pour forcer Trump à nommer quelqu’un des leurs comme secrétaire au trésor (NdT: ministre des finances). Des agents parias de la CIA et du Pentagone peuvent provoquer une attaque faux-drapeau qui ferait capoter les relations avec la Russie. Trump pourrait bien faire une erreur et maintenir des néoconservateurs au sein de son gouvernement.

Au moins avec Trump, il y a quand même un espoir. A moins qu’il ne soit obtrué par le mauvais jugement dans ses nominations et par les obstacles qui seront mis sur son chemin, nous devrions nous attendre à la fin du conflit avec la Russie orchestré par Washington, le retrait des missiles de la frontière russe en Pologne et en Roumanie, la fin du conflit en Ukraine et la fin des efforts de Washington pour renverser le gouvernement syrien. Mais de telles réalisations impliquent la défaite de l’oligarchie américaine. Bien que Trump ait battu Hillary, l’oligarchie existe toujours et elle est toujours extrêmement puissante.

Trump a dit qu’il ne voyait plus aucune nécessité pour l’OTAN quelques 25 ans après la chute de l’URSS. S’il maintient cette vision, cela veut dire gros changement politique à venir pour les vassaux de Washington dans l’UE. L’hostilité actuelle envers la Russie menée par l’UE et les officiels de l’OTAN devra cesser. La chancelière allemand Merkel devra changer de politique ou être remplacée. Le SG de l’OTAN Jens Stoltenberg devra être viré.

Nous ne savons pas encore qui Trump va sélectionner pour servir dans son gouvernement. Il est plus que probable que Trump ne soit pas très familier avec les différentes possibilités et leurs positions sur ces affaires. Ceci va vraiment dépendre de qui le conseille et quels types de conseils lui sont prodigués. Une fois son gouvernement dévoilé, alors nous saurons si nous pouvons espérer que ces projets de changements se réalisent.

Si l’oligarchie se trouve dans l’incapacité de contrôler Trump et s’il réussit à museler le pouvoir et le budget du complexe militaro-industriel et s’il parvient à rendre le secteur financier politiquement responsable, alors Trump pourra être assassiné.

Trump a dit qu’il ferait mettre Hillary en prison. Il devra d’abord la traduire devant la justice pour trahison et crimes de guerre avec toute la clique de néoconservateurs. Ceci nettoierait le pont du navire pour la paix avec les deux autres puissances nucléaires majeures sur lesquelles les néoconservateurs veulent posséder une hégémonie. Bien que les néoconservateurs auraient toujours des contacts au sein de l’état profond caché, il serait néanmoins beaucoup plus difficile pour cette vermine d’organiser des faux-drapeaux ou un assassinat. Des éléments incontrôlés du complexe militaro-industriel pourrait bien mener un assassinat, mais sans les néocons au gouvernemernt pour couvrir leur méfait, ce sera bien plus difficile.

Trump a bien plus de compréhension et de vision que ses opposants ne le réalisent. Pour un homme comme Trump, risquer de se faire tant d’ennemis puissants et de risquer sa richesse et sa réputation, il devait savoir que le mécontentement du peuple avec sa classe dirigeante voulait dire qu’il pouvait être élu président.

Nous ne saurons pas à quoi nous attendre tant que nous n’aurons pas vu qui seront ses ministres et secrétaires d’état. Si c’est la clique habituelle, alors nous saurons que Trump a été capturé.

Un résultat heureux et qui durera de cette élection est le discrédit total des médias américains. Ils avaient prédit une victoire très facile pour Hillary Clinton et même un contrôle du sénat par les démocrates. Plus important encore que la perte d’influence et de crédibilité des médias et malgré une vicieuse campagne anti-Trump pendant les primaires des présidentielles, les médias n’ont eu absolument aucun effet en dehors des côtes Nord-Est et Ouest, les bastions usuels du 1%. Le reste du pays a totalement ignoré les médias.

Je ne pensais pas que l’oligarchie aurait permis à Trump de l’emporter. Mais il semblerait que les oligarques furent trompés par la propagande de leurs propres médias. Assurés qu’ils étaient d’une victoire facile d’Hillary, ils n’étaient pas du tout préparés à mettre en pratique des plans pour voler les élections.

Hillary est battue et hors circuit, mais pas les oligarques. Si on conseille à Trump d’être conciliant, de tendre la main et de prendre l’establishment usuel dans son gouvernement, alors le peuple américain sera une nouvelle fois déçu. Dans un pays où les institutions ont été tant corrompues par l’oligarchie, il y est très difficile de parvenir à un véritable changement sans effusion de sang.

Grand cirque électoral: Mieux comprendre l’affaire Trump

Posted in actualité, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 10 novembre 2016 by Résistance 71

« Si voter changeait quoi que ce soit, ce serait interdit depuis longtemps. »
~ Emma Goldman ~

A lire notre dossier « Illusion démocratique »

Il n’y a pas de solutions au sein du système !

~ Résistance 71 ~

 

Le processus électoral aux États-Unis

 

Robert Bibeau

 

9 novembre 2016

 

url de l’article:

http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-seconde-revolution-americaine/

 

La semaine dernière notre webmagazine publiait un excellent résumé de la plus récente mascarade électorale américaine qui vient de connaitre un nouveau rebondissement ce mardi 8 novembre 2016. Certains commentateurs parlent même d’une « Seconde révolution américaine » ! Examinons cette soi-disant « Révolution » anti-establishment.

Notre journaliste écrivait ceci : « Sur les questions électorales, la constitution américaine fonctionne comme une horlogerie abstraite implacable. Tout y est organisé de façon à ce que la classe politique ne puisse pas faire dépôt, comédon, caillot, et, ainsi, coller, se déposer, perdurer. Les élections sont à date fixe (si un président meurt ou est destitué, son vice-président termine le mandat — impossible, donc, soit d’étirer un mandat pour affronter une conjoncture contraire, soit de déclencher des élections anticipées pour profiter d’une conjoncture favorable), les mandats présidentiels sont restreints à deux (Franklin Delano Roosevelt tira sur la corde un peu trop dans les années de guerre et on vit, par le 22e amendement, à ce que ça ne se reproduise pas), le dispositif bicaméral est intégralement électif (pas de sénat nommé et inamovible, donc), le bipartisme est solidement institutionnalisé (fausse alternance politique, centre-droitisme et continuité de fait). Tout, dans ce dispositif, semble conçu pour assurer un roulement bien huilé de la classe politique » (1).

On constate qu’aux États-Unis il n’existe pas de « classe politique indépendante » – pas de dictateur à vie – pas de Politburo inamovible, le système est fait pour que personne ne s’incruste au pouvoir politique afin que les capitalistes s’incrustent au pouvoir économique.

En effet, Les États-Unis se sont forgés dans du neuf. Une fois exterminées les tribus amérindiennes, les pères fondateurs ont rejeté les traces du passé aristocratique britannique et européen – ce que la bourgeoisie du vieux continent n’a pas eu l’opportunité ou la volonté de réaliser. En Europe, règne à la fois le passé, la guerre, et les puissances intervenants les unes chez les autres, ce que l’Union Européenne a finalement consacré. En Amérique, rien de tel, ni le Canada ni le Mexique ne font le poids face à la machine étatsunienne.

Si la classe bourgeoise américaine rejette le concept et la pratique de « classe politique » telle que vécue en France par exemple, c’est pour mieux imposer son pouvoir de classe. En effet, à travers ce « mécanisme d’horlogerie électorale implacable » la classe capitaliste américaine s’assure que c’est bien toute la classe bourgeoise qui conserve le pouvoir politique à travers ses officiers politiques – essentiellement des produits issus de leur classe et au service de leur classe. Le réseau des grandes universités se chargeant de formater les prochains larbins présidentiables. Et pour s’en assurer – chaque représentant y compris le Président (Lincoln, Nixon et Kennedy l’ont appris à leur dépend) est assis sur un siège éjectable. La classe fait consensus sur un personnage ou alors le personnage est écarté. Il semble qu’à l’élection 2016, le consensus fut difficile à établir, c’est que les États-Unis font face à la plus terrible crise sociale de leur histoire. Bref, les États-Unis entretiennent la « classe politique » la plus articulée qui soit, totalement inféodée, à la classe capitaliste détentrice du pouvoir économique.

Donald la tornade

Mais voici que surgit dans l’arène politique américaine un dénommé Donald Trump, soi-disant anti-establishment. Aussitôt une large section de l’establishment économique lance ses chiens de garde politiques et médiatiques aux trousses du malappris. Et nous avons assisté aux élucubrations de la petite bourgeoisie des États-Unis (et du Canada!?…) – féministes – LGBT – écologistes – ONG stipendiées, « progressistes de la go-gauche modérée ». Chacun arrache sa chemise sur le parvis des églises contre l’homme à la main baladeuse, comme si la mascarade électorale américaine visait à sélectionner un marguiller de salle paroissiale.  Pendant que les féministes geignent contre Donald l’insoutenable, des milliers de femmes tombent sous les balles à Mossoul, à Alep, au Yémen, en République Démocratique du Congo par la faute de leur héroïne féminine.

Ce que voyant, les éternels opposants – souvent des gauchisants, se croyant interpelés, ou par simple réflexe pavlovien, se précipitent à la rescousse du multimilliardaire conspué : « s’ils l’attaquent c’est que Donald est contre les énarques » pensent-ils, oubliant que le rêve américain de l’homme super héros – seul contre tous les bobos – est un mythe déclassifié. La classe capitaliste américaine est la classe bourgeoise ayant la plus forte conscience de classe qui soit. Si Donald Trump est là où il se trouve, c’est que toute une faction de la classe capitaliste le soutient fortement, sinon il n’aurait pas été plus loin que Bernie Sanders. Les « révélations » des derniers jours de campagne à propos des courriels de madame Clinton et de la Fondation Clinton émanant de la NSA et du FBI sont éloquentes (2).

Songez qu’un candidat doit collecter un milliard de dollars USD pour mener campagne, de la première primaire – jusqu’à l’investiture. Il y a là un filtre monétaire infranchissable pour s’assurer de la fidélité de l’élu, fonctionnaire politique de la classe capitaliste américaine hégémonique.

Pourquoi des élections ?

Une mascarade électorale démocratique bourgeoise à trois fonctions :

a) Faire croire au peuple qu’il possède un réel pouvoir, car régulièrement on le consulte par voie électorale… C’est la fonction de construire l’illusion démocratique.

b) De la sorte, par le vote, compromettre le peuple et construire du consentement. « Tu as été consulté – tu as voté – tu dois donc vivre avec les conséquences du choix majoritaire (Trump ou Clinton = blanc bonnet = bonnet blanc)».

c) Enfin, à travers cette joute étriquée, sélectionner la marionnette la plus apte à suivre sans regimber les directives du pouvoir des banquiers, des industriels et des rentiers, multimilliardaires détenteurs du véritable pouvoir économique.

Voilà le problème avec Donald Trump. Une forte proportion (mais pas la totalité) de l’establishment se sent soi-disant « inquiète » à propos de cet homme qu’ils prétendent « imprévisible » ce qu’il n’est pas du tout. La suspicion de l’establishment est un soutien au candidat Trump qui déclare clairement qu’il souhaite sortir du guêpier du Moyen-Orient ; il veut s’entendre avec la Russie et négocier avec la Chine plutôt que de les attaquer militairement ; il souhaite maintenir l’entente avec l’Iran si ce dernier s’acquitte de l’entente signée à propos des pétrodollars ; il veut exiger un règlement de l’affaire israélo-palestinienne, cette épine dans le pied de tous les Présidents américains depuis 1967 ; Trump veut renégocier tous les traités de libre-échange à l’avantage des manufacturiers américains ; et réduire les dépenses militaires ; réduire les taxes et les impôts et abolir l’Obama Care qui s’apprête à tripler ses tarifs et jeter sur le pavé des millions d’Américains de la classe moyenne. Et enfin Trump propose de poursuivre la politique de Barack Obama et d’expatrier les millions d’immigrants illégalement entrés aux États-Unis.

Ce ne sont pas les frasques sexuelles de Trump qui dérange une large portion de l’establishment financier – ils ont tous fait pire que lui – mais ce sont ces mesures gouvernementales qui risque de réorienter la politique américaine et vont à l’encontre des intérêts d’une faction alors qu’elles favorisent les intérêts de l’autre faction de la classe capitaliste au pouvoir.  Il ne pourra pas  réaliser la plupart de ces engagements.  Le système politique américain est ainsi fait que chaque instance valide les autres instances du pouvoir  (économique, financier, politique, législatif, exécutif, judiciaire, policier, militaire, médiatique, idéologique, tous imbriqués et interdépendants, l’économique étant dominant).  Ainsi la classe capitaliste américains s’assure qu’elle  conserve tout le pouvoir entre ses mains en tant que classe sociale hégémonique.

La première « Révolution » américaine est déjà ancienne et celle-ci n’est pas la deuxième. La « faction » prolétarienne du peuple américain n’a rien à faire dans cette galère électorale et elle s’est abstenue en grand nombre, chacun devrait suivre cet exemple lors des prochaines élections « nationales ». Nous règlerons nos comptes ailleurs que dans l’arène électorale.

(1)   http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-democratie-electorale-americaine-comme-obstruction-bourgeoise-systematique/

(2)   http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/declaration-choc-un-coup-d-etat-186156