Archive pour EIIL liaison Mossad israël

Syrie: Comment dit-on « Blitzkrieg » en russe ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 octobre 2015 by Résistance 71

… Demandez aux mercenaires de la légion « djihadiste » d’Al CIAda/AQ en Syrie, ils sont en train de prendre des cours accéléré de russe. Leurs cadres officiers turcs, saoudiens, qataris doivent aussi être au parfum…

— Résistance 71 —

 

La guerre éclair de Poutine

 

Mike Whitney

 

2 0ctobre 2015

 

url de l’article original:

http://www.counterpunch.org/2015/10/02/putins-lightning-war-in-syria/

 

Traduction française: saker francophone

http://lesakerfrancophone.net/la-guerre-eclair-de-poutine-en-syrie/

 

Pendant plus d’un an, les États-Unis ont joué à trois p’tits chats avec une armée d’assassins déments qui se désignent eux-mêmes sous le nom d’ISIS. Lundi, le président russe Vladimir Poutine a annoncé qu’il en avait assez du refrain de Washington et qu’il envisageait d’apporter un peu de justice russe aux milices terroristes qui avaient tué 250 000 Syriens et taillé le pays en pièces.

Vladimir Poutine pendant son discours le 30 septembre à l’Assemblée générale de l’ONU

Avec des mots qui ne pouvaient pas être plus explicites, Poutine a dit à l’Assemblée générale [de l’ONU] : «Nous ne pouvons pas tolérer plus longtemps la situation actuelle dans le monde.» Moins de 48 heures après, les bombardiers russes faisaient pleuvoir des munitions à guidage de précision sur les bastions terroristes en Syrie occidentale, envoyant la vermine djihadiste à couvert.

C’est ainsi que l’on combat le terrorisme si on le fait sérieusement. Bravo, Poutine.

Le blitz de Poutine a pris tout l’establishment politique occidental au dépourvu. Même maintenant, après trois jours de campagne aérienne, ni l’administration ni les mordus de politique dans les nombreux cercles de réflexion à Washington n’ont défini ne serait-ce qu’une approche, encore moins une stratégie, des développements sur le terrain. Ce qui est clair, c’est que l’action de Poutine a surpris tout le monde, y compris les médias qui à ce jour n’avaient même pas encore élaboré leurs éléments de langage.

C’est extraordinaire. Demandez-vous pourquoi, chers lecteurs : comment nos dirigeants politiques et militaires peuvent-ils regarder Moscou déployer ses troupes, ses avions de combat et du matériel de guerre sur une scène où les États-Unis mènent des opérations majeures, et n’avoir absolument aucun plan quant à la manière de traiter ces forces si elles sont envoyées au combat?

Si vous êtes convaincus, comme moi, que nous sommes gouvernés par des imbéciles, vous trouverez certainement une confirmation de ce fait dans les événements récents.

Mais tandis que l’administration Obama cherche frénétiquement une stratégie, les escadrons de l’air de Poutine déchaînent l’enfer sur les sociopathes, les coupeurs de tête et les autres vipères qui composent État islamique. Et M. Poutine reçoit aussi beaucoup d’aide, en particulier des troupes d’élite des forces iraniennes Quds et de la tenace milice qui a vaincu l’armée israélienne dans deux conflits, le Hezbollah, le Parti de Dieu. Vérifiez-le dans Reuters:

Des centaines de soldats iraniens sont arrivés en Syrie ces dix derniers jours et rejoindront bientôt les forces gouvernementales et leurs alliés du Hezbollah libanais dans une importante offensive terrestre soutenue par les frappes aériennes russes, ont affirmé deux sources libanaises à Reuters. […]

Les frappes aériennes [russes] seront accompagnées prochainement par des avancées au sol de l’armée syrienne et de ses alliés, a dit l’une des sources, très au fait des développements politiques et militaires dans le conflit. […]

«L’avant-garde des forces terrestre iraniennes a commencé à arriver en Syrie : des soldats et des officiers pour participer spécifiquement à cette bataille. Ce ne sont pas des conseillers […] nous estimons qu’ils sont des centaines avec équipements et armes. Ils seront suivis par d’autres», a affirmé la seconde source. Les Irakiens devraient aussi prendre part à l’opération, a dit cette source.

(Assad allies, including Iranians, prepare ground attack in Syria: sources, Reuters)

Une alliance militaire entre Moscou, Téhéran et le Hezbollah?

Vous avez bigrement raison, et vous pouvez remercier Barack Obama et son projet fou de regime change pour ce développement.

De nombreux critiques de l’action de Poutine ont dit qu’«il ne sait pas ce qu’il fait» ou «Il va s’enliser» ou «Ce sera un nouveau Vietnam».

Faux. Le fait est que Poutine est un plus grand adepte de la doctrine Powell que tous les crétins du Pentagone. Et il est particulièrement attentif à la Règle numéro 5, qui dit : «Y a-t-il une stratégie de sortie plausible pour éviter un enlisement sans fin?»

Poutine y a-t-il réfléchi ou a-t-il simplement commis une bévue sur une impulsion, comme les dirigeants US en sont capables? Voici ce qu’il a dit le 30 septembre :

«Nous n’avons naturellement pas l’intention de nous enliser profondément dans ce conflit. Nous agirons dans le strict respect de la mission donnée. Premièrement, nous soutiendrons l’armée syrienne uniquement dans sa lutte légitime contre les groupes terroristes. Deuxièmement, notre soutien sera limité à des frappes aériennes et n’inclura pas d’opérations au sol. Troisièmement, notre soutien sera limité dans le temps et ne se poursuivra que tant que l’armée syrienne mène son offensive anti-terroriste.»

Bingo. En d’autres termes, il va bombarder à mort ces bouffons et laisser la brigade Quds et le Hezbollah nettoyer ensuite. Il n’y aura pas de troupes russes au sol. L’aviation russe obtiendra des renseignements précis sur les positions d’ISIS par des agents syriens sur le champ de bataille, ce qui réduira le nombre de victimes civiles et limitera les dommages aux infrastructures essentielles. Elle ne fera également qu’une bouchée de quiconque se trouve sur le lieu de réception des bombes. Quelqu’un croit-il sérieusement que EI et la bande disparate de coupeurs de gorges modérés qui reçoivent des fonds de la CIA seront capables de résister à cette offensive imminente?

Pas moyen. Poutine va tailler à travers ces gars comme une tornade dans un parc de roulottes. Oui, État islamique a remporté quelques succès contre les armées irakienne et syrienne en loques. Mais aujourd’hui, elles se confrontent à l’équipe A où elles sont clairement hors de leur ligue. Liquider ces coupeurs de gorge prendra beaucoup moins de temps que tout le monde ne s’imaginait.

Les bombardiers russes sont déjà en train de détruire les arsenaux de munitions, les dépôts de carburant, le matériel militaire lourd, les postes de commandement, tout ce qui accroît la capacité d’État islamique à faire la guerre. La nouvelle coalition anti-terroriste va couper les lignes d’approvisionnement et les laisser à sec. Et toute l’opération sera emballée avant qu’Oncle Sam ait fini de lacer ses bottes. Voici ce qu’en dit la chaîne iranienne Press TV:

«Un membre important du parlement russe dit que la campagne aérienne en cours menée par Moscou contre des militants opérant en Syrie va s’intensifier. Alexei Pushkov, qui officie en tant que président du Comité pour les Affaires internationales de la Douma russe, a dit vendredi que Moscou intensifiera ses attaques contre les milices en Syrie tout en étudiant les risques associés à une opération de grande envergure.

«Il y a toujours un risque d’enlisement, mais à Moscou, nous parlons d’une opération de trois à quatre mois», a déclaré Alexei Pushkov selon Reuters.

La Russie a entrepris de lancer des frappes aériennes coordonnées sur les positions des milices en Syrie mercredi. Le mouvement a commencé peu après que les membres de la Chambre haute du parlement russe, le Conseil de la Fédération, ont autorisé les opérations en Syrie.» (Press TV)

Il n’y aura aucune tergiversation. Poutine va droit au but puis s’en ira.

Pensez-vous qu’ils ont déjà compris cela à la Maison Blanche?  Pensez-vous qu’ils comprennent que les troupes iraniennes et le Hezbollah ne vont pas distinguer entre les terroristes modérés et les terroristes extrémistes ; qu’ils ne vont pas simplement «les tuer tous et Dieu reconnaîtra les siens»? Pensez-vous qu’ils réalisent que la politique au Moyen-Orient de Washington s’est tout simplement effondrée et que le financement des djihadistes et les rêves de changement de régime sont terminés pour de bon?  Pensez-vous qu’ils captent que le rôle de Washington comme garant de la sécurité mondiale a été passé à Vladimir Poutine, qui a fait courir le risque, à lui-même et à son pays, de défendre les principes fondamentaux du droit international, de la souveraineté nationale et de l’auto-détermination? Poutine, de nouveau :

«Nous soutenons le gouvernement syrien dans sa lutte contre une agression terroriste. Nous lui fournissons et continuerons à lui fournir l’aide militaro-technique nécessaire. Nous devons continuer à dialoguer dans le but de parvenir à un consensus. Mais il est impossible de réussir vraiment tant que le carnage se poursuit et que les gens ne se sentent pas en sécurité. Nous n’arriverons à rien avant d’avoir vaincu le terrorisme en Syrie.»

Poutine est à la tête d’une coalition qui lutte contre le terrorisme. Nous devrions tous lui en être reconnaissants.

 

Publicités

Lutter contre le vrai terrorisme et son réseau global pétrolier, banquier et de trafics en tout genre (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 septembre 2015 by Résistance 71

Les havres de paix de l’EIIL dont personne ne veut qu’on parle

 

Gordon Duff

 

23 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2015/09/23/the-secret-isis-safe-havens-nobody-wants-you-to-know-about/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Avec les dires récents concernant de mystérieuses forces militaires russes en Syrie, forces que personne jusqu’à présent n’a été capable de localiser, ceci incluant le président syrien Al-Assad lui-même, bien des possibilités se présentent pour redresser à la fois la menace que présente l’EIIL régionalement et globalement.

Ce n’est pas seulement les havres de paix et de sécurité de l’EIIL, certainement les nombreuses bases de l’EIIL, les camps de prisonniers et les marchés aux esclaves se trouvant en Turquie. Cela va bien plus loin que cela et une forte implication militaire russe pourrait rendre possible des attaques éclairs contre ces centres et en faire une réalité tangible.

La jurisprudence fut établie pendant la guerre du Vietnam et plus particulièrement pendant la guerre contre le terrorisme, le programme de rendition de la CIA, les prisons secrètes, les assassinats et les attaques de drones contre des personnes et des bâtiments, ceci étant maintenant un outil précieux lorsque déployé contre les suspects de terrorisme à travers le Moyen-Orient, l’Europe et l’Amérique du Nord.

Seulement lorsqu’on décide d’être sans merci contre les vrais terroristes et qu’on utilise les outils légaux mis à la disposition du monde par les Etats-Unis, pouvons-nous finalement être en sécurité, tout juste comme Dick Cheney l’a voulu pour nous tous. (NdT: Ce paragraphe paraît choquant, nous pensons qu’il est totalement ironique venant de Duff. Prendre donc ce paragraphe au second degré…)

La semaine dernière, l’artillerie syrienne a commencé à décimer des centaines de combattants de l’EIIL se sauvant de leurs dernières cachettes à Zabadani, qui fut le théâtre d’une bataille d’un mois entre les forces gouvernementales syriennes assistées des forces du Hezbollah contre Daesh, un des succès remporté face à l’empreinte de l’EIIL fondant comme neige au soleil dans cette nation assiégée.

En quelques minutes, des contrôleurs aériens de l’avant-garde de la force terroriste en déroute appelèrent pour une appui aérien. Des avions de combat F-16 de fabrication américaine décolèrent de bases aériennes sous contrôle de l’EIIL sur le territoire israélien et vinrent réduire au silence la position de l’artillerie syrienne au nord de Damas.

Ceci s’est produit à maintes reprises et a été rapporté bien des fois, il n’y a eu aucune tentative de démenti.

Dans les années 1970, un stratège Américain célèbre et conseiller politique nommé Henry Kissinger dût faire face à une situation similaire. Les forces américaines au Vietnam du Sud étaient attaquées depuis des bases renforcées se situant dans le pays voisin du Cambodge.

D’abord, Kissinger envoya les B-52 tapisser de bombes toute la région, puis Kissinger annonça l’invasion américaine du Cambodge en Mai 1970, lorsque des dizaines de milliers de troupes américaines pénétrèrent dans le pays de manière légale en ce qui concerne les standards légaux américains, et pourchassèrent les forces militantes qui constituaient alors le gouvernement légal d’un Vietnam réunifié.

Daraa, la provInce au sud de la Syrie a été envahie par des forces qui ont été entrainées dans des camps de la CIA en Jordanie et qui sont entrées en Syrie, massacrant des milliers de civils. Ces forces en provenance de la Jordanie entrent sur le territoire syrien faisant flotter le drapeau noir de l’EIIL. La gestion de leurs opérations est laissée à un centre de commandement se trouvant dans la banlieue de la capitale jordanienne de Amman dont le personnel est composés d’officiers des armées américaine, jordanienne, israélienne et saoudienne.

La très grosse antenne logistique qui supplée par voie terrestre et par voie aérienne vivres, armement et munitions à l’EIIL à la fois en Syrie et en Irak est gérée par des membres du MEK iranien, un culte pseudo-islamiste créé en Iran dans les années 1960 par le Mossad, c’est le même groupe responsable d’avoir combattu aux côtés de Saddam Hussein contre l’Iran et d’avoir mortellement gazé 30 000 Kurdes entre 1991 et 1993.

Depuis Octobre 2014, un flot incessant de missile anti-chars TOW ont été envoyé par Raytheon Corporation aux dépôts logistiques de l’armée américaine. Il n’y a aucune trace des certificats des utilisateurs finaux alors que ces missiles sont transférés vers toute autre nation.

Ces missiles se retrouvent dans une base aérienne de l’US Air Force à Constantza en Roumanie. De là, ils s’envolent pour Tbilissi en Georgie et de là ils sont envoyés par camion par BP et a Bechtel Corporation à travers la Turquie et en Syrie où ils sont remis aux forces du front Al Nosra/Al Qaïda.

Plus d’armement à haute technologie payé par les contribuables américains, fut envoyé dans une base aérienne US en Turquie à Adana. De là cet équipement fut envoyé par camion à un camp logistique d’al Nosra/EIIL géré par l’armée turque dans la ville de Rehanli Hatay en Turquie, seulement à quelques kilomètres de bases de l’EIIL prés de la ville syrienne d’Aleppe.

Lorsqu’il fut essayé de tracer la destination de ces missiles TOW, il fut découvert qu’ils furent consignés par la CIA comme livraisons secrètes américaine à la junte militaire de Kiev.

Des preuves s’accumulent de plus en plus que Kiev supplée activement l’EIIL avec des armes et de manière encore plus intéressante, conseille et assiste les terroristes dans l’art de la guerre chimique contre les Kurdes, ce en échange de promesses de la Turquie qui pourraient inclure une jonction ukrainienne sur la nouvelle route du gazoduc turco-russe dans sa route sud au travers de la Roumanie.

Des cartes montrant ceci en ligne ont été purgées des données des moteurs de recherche et ont été piégées de logiciels espions et de malwares.

En descendant plus profond dans le terrier du lapin afin de trouver les soutiens au terrorisme qui, d’après la loi américaine, pourraient être sujets à des frappes de drones, nous pouvons commencer finalement, des années après coup, à dégrader les soutiens matériels de l’EIIL/EI et pas juste le sénateur John McCain mais bien d’autres.

Nous savons que l’EIIL obtient de bonnes sommes de financement en vendant du pétrole volé, nous savons aussi qui recelle tout cela pour lui: les entreprises criminelles habituelles BP et Exxon-Mobil.

Ces soutiens au terrorisme sont en fait très vulnérables, ils ont des flottes de pétroliers qui peuvent être saisies et des biens/investissements dans le monde entier qui pourraient-être gelés. Si le QG d’Exxon à Irving au Texas ou plusieurs de leurs centres terroristes internationaux au nord de Houston dans les Woodlands, étaient attaqués par la Force Delta aidée des forces Spenatz russes, ceci serait le véritable premier pas vers une guerre réelle contre le terrorisme mondial. Les Etats-Unis sont-ils prêts pour cela ?…

Rappelez-vous, c’est la loi américaine qui fait que tout le monde impliqué dans le soutien du terrorisme soit sujet à des assassinats extra-judiciaires.

N’oublions pas non plus le pillage et le vol des antiquités irakiennes et syriennes. Interpol a minutieusement tracé des milliers d’objets valant des centaines de millions de dollars dans des ventes aux enchères à Londres, Vienne, New York, Paris et Berlin.

Presque chaque maison de vente importante possède quelques objets terroristes et quelques-unes de ces maisons occupent des positions majeures dans la finance de ce même terrorisme.

En fait, voici le plan utilisant la stratégie américaine et les précédents légaux qui pourrait-être utilsé pour combattre le VRAI terrorisme:

Une zone d’interdiction de vol doit-être établie au-dessus d’Israël jusqu’à ce les assistances aériennes à l’EIIL aient cessé. Il peut être tout à fait assumé que tout trafic aérien au-dessus d’Israël peut-être terroriste, incluant même peut-être les transporteurs aériens civils qui peuvent être bourrés d’armes chimiques, biologiques ou de déchats radioactifs en provenance de la centrale nucléaire de Dimona. Une série d’attaques éclairs sur une période de 2 ou 3 ans seront nécessaires pour annihiler l’infrastructure de la terreur installée en Turquie. Tous les dépôts d’armes chimiques, les camps d’entraînement, les bases aériennes, tout cela doit-être éliminé avant que l’EIIL ne puisse être battu.

  • Les camps de terroristes et les centres de commandement en Jordanie demanderont les munitions les plus lourdes pour les détruire car certains de ces centres sont construits profondément sous-terre incluant ceux se situant dans le nouveau complexe de l’ambassade d’Arabie Saoudite juste hors d’Amman. Des équipes investiront les salles des ventes, les banques, les conseils d’administration et les QG des journaux de presse écrite dans le monde entier, afin de démanteler tous les soutiens au terrorisme, comme les Etats-Unis l’ont fait après le 11 Septembre…
  • Il y a des douzaines d’ONG comme l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme de Londres qui opèrent en tant que vitrine de relations publiques pour l’EIIL et des douzaines d’autres opérant comme des vitrines d’aide aux réfugiés qui trafiquent en fait avec les djihadistes, la drogue, les esclaves humains. Toute cette fange doit-être menée devant la justice.

On doit donner un certain crédit aux Etats-Unis pour utiliser quelques uns des plus grands cerveaux du droit que le monde ait connu, de les rassembler, tous ces membres de la société fédéraliste et de mettre en place toutes ces lois qui permettront de mettre l’EIIL à genoux.

Que par ses pauvres jugement et prise de décision, l’Amérique n’ait kidnappé et assassiné pratiquement que des gens innocents sous ces provisions légales est bien malchanceux… Peut-être que d’autres feront mieux…

Empire du chaos: Al Qaïda/Al Nosra/EIIL/EI/Daesh… La légion mercenaire djihadiste du Pentagone et d’Israël financée par le Golfe…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 juin 2015 by Résistance 71

Les djihadistes au service de l’impérialisme

 

Thierry Meyssan

 

1er juin 2015

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article187737.html

 

Les gouvernements occidentaux ne font plus mystère d’utiliser les jihadistes. Ainsi l’Otan a t-elle renversé Mouamar el-Kadhafi en utilisant al-Qaïda comme seule troupe au sol ; Israël a-t-il renvoyé la Force des Nations unies au Golan et l’a-t-il remplacée par al-Nosra ; la Coalition internationale anti-Daesh a-t-elle laissé tomber Palmyre pour nuire à la Syrie. Mais si l’on comprend les intérêts occidentaux, on ne parvient pas à saisir pourquoi et comment des jihadistes peuvent servir l’Oncle Sam au nom du Coran.

On se demande souvent comment le Pentagone et la CIA font pour manipuler des millions de musulmans et en envoyer se battre pour les intérêts de l’Oncle Sam. Certes, certains leaders sont des agents rémunérés, mais les jihadistes dans leur ensemble croient se battre et mourir pour aller au Paradis. La réponse est enfantine : en partant de la rhétorique des Frères musulmans, il est possible de s’évader de la réalité humaine et de les envoyer tuer n’importe qui dès que l’on agitera un foulard rouge sous leurs yeux.

Officiellement l’Émirat islamique ne reconnaît plus l’autorité d’Ayman al-Zawahiri et s’est donc séparé d’al-Qaïda. Pourtant, en de nombreux endroits, comme au Qalamoun, il reste impossible de les distinguer, les mêmes jihadistes revendiquant les deux étiquettes à la fois.

Bien sûr, on pourra objecter que cette querelle n’est qu’une affaire de personnes ; Abu Bakr al-Baghdadi voulant simplement être chef à la place du chef. Pourtant, si les deux organisations ont exactement les mêmes pratiques, elles développent des discours fort différents.

Leur point commun, ce sont les slogans des Frères musulmans : « Le Coran est notre Constitution », « L’islam est la solution ». La vie pieuse est donc toute simple. Peu importe que le Créateur nous ait faits intelligents, il faut en toutes circonstances appliquer la Parole de Dieu comme une machine. Et lorsque la situation n’est pas traitée dans le Livre, il suffit de tout casser. Le résultat est évidemment catastrophique et nulle part ces organisations n’ont été capables d’instaurer le début des prémices de la société parfaite qu’elles appellent de leur vœux.

Leur histoire fait leur différence. De 1979 à 1995, c’est-à-dire de l’opération de la CIA en Afghanistan à la Conférence arabe populaire et islamique de Khartoum, les mercenaires d’Oussama Ben Laden luttaient contre l’Union soviétique avec l’aide publique des États-Unis. De 1995 à 2011, c’est-à-dire de la Conférence de Khartoum à l’opération « Trident de Neptune », al-Qaïda tenait un discours contre « les juifs et les croisés » tout en poursuivant sa lutte contre la Russie en Yougoslavie et en Tchétchénie. Et depuis 2011, c’est-à-dire depuis le « Printemps arabe », il soutient l’Otan en Libye et Israël à la frontière du Golan. D’une manière générale, l’opinion publique occidentale n’a pas suivie cette évolution. Elle est convaincue du danger d’un mythique expansionnisme russe, persiste à attribuer les attentats du 11-Septembre aux jihadistes, n’a pas réalisé ce qui s’est passé en Libye et à la frontière israélienne, et conserve du coup l’idée erronée qu’al-Qaïda serait une organisation terroriste anti-impérialiste. Les arabes, quant à eux, ne se basent pas sur les faits, mais choisissent selon les cas la réalité ou la propagande occidentale de manière à s’inventer une narration romantique.

De son côté, l’Émirat islamique s’éloigne du Coran et se rapproche des néo-conservateurs. Il assure que les ennemis prioritaires sont d’autres musulmans : les chiites et leurs alliés. Il oublie donc l’épisode bosniaque durant lequel la Légion arabe de Ben Laden était soutenue à la fois par les États-Unis, l’Arabie saoudite et l’Iran. Mais qui sont donc les alliés des chiites ? la République arabe syrienne (laïque) et le Jihad islamique palestinien (sunnite). En d’autres termes, l’Émirat islamique lutte prioritairement contre l’Axe de la Résistance à l’impérialisme. De facto, il assume être un allié objectif des États-Unis et d’Israël au « Moyen-Orient élargi », même s’il affirme en être théoriquement l’ennemi.

La malléabilité des deux organisations réside dans l’idéologie de base, celle des Frères musulmans. Il est donc logique que la quasi totalité des chefs jihadistes ait été membre, à un moment ou à un autre, d’une branche ou d’une autre de la Confrérie. De même est-il logique que la CIA n’ait pas uniquement soutenu les Frères musulmans égyptiens, depuis leur réception à la Maison-Blanche par le président Eisenhower en 1955, mais toutes ses branches étrangères et tous ses groupes dissidents. En définitive, le califat dont rêvait Hassan el-Bana et que prétendent vouloir Ayman al-Zawahiri et Abu Bakr al-Baghdadi, n’est pas la reproduction de l’Age d’or de l’islam, mais le règne de l’obscurantisme.

Ce que confirmait Laurent Fabius en 2012, c’est-à-dire avant la scission entre al-Qaïda et Daesh, en confiant : « Sur le terrain, ils font du bon boulot ! »

Chaos et Nouvel Ordre Mondial: L’EI en Ukraine pour enflammer de nouveau la Tchétchénie et la Russie…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 13 mars 2015 by Résistance 71

… et fournir une base européenne contrôlée par l’OTAN pour infiltrer l’armée mercenaire « djihadiste » de la CIA et du Mossad en Europe. Cousu de fil blanc.

— Résistance 71 —

 

L’empire du chaos s’installe en Europe et l’EI en Ukraine

 

La sombre alliance de Kiev et les Djihadistes

 

Justin Raimondo

 

11 Mars 2015

 

url de l’article:

http://www.mondialisation.ca/lempire-du-chaos-sinstalle-en-europe-l-etat-islamique-en-ukraine/5435962

 

Alors que nous combattons l’État islamique, l’EI, alias ISIS, en Irak et en Syrie, et que les responsables américains soulignent le prétendu danger d’une attaque sur le territoire américain, Washington et le Califat se battent du même côté en Ukraine. Dans une remarquable série d’articles dans l’Intercept, Marcin Mamon s’est penché sur un aspect du conflit en Ukraine auquel personne d’autre n’a fait attention: le rôle joué par le Bataillon Doudaïev, «une force de combat des islamistes radicaux composée de Tchétchènes, mais incluant également des combattants de tout le Caucase ainsi que quelques Ukrainiens».

Les clés des organisations clandestines islamistes en Ukraine ont été remises à Mamon par un contact à Istanbul, Khalid, qui commande la branche ISIS locale. «Nos frères sont là», a-t-il dit à Mamon, et le journaliste s’est rendu en Ukraine où il a été mis en rapport avec un contact nommé Ruslan, qui l’a conduit au camp clandestin de Munayev.

Portant le nom du premier président de la Tchétchénie séparatiste, Djokhar Doudaïev, le bataillon Doudaïev était commandé par Isa Munayev, récemment tué dans l’est de l’Ukraine. Imprégnés d’une haine fanatique des Russes, qui soutiennent les rebelles de l’Est, les hommes de Munayev estiment également qu’ils paient une dette, puisque les bataillons du Secteur Droit ultra-nationaliste qui aujourd’hui luttent pour Kiev ont apparemment aidé les Tchétchènes dans le passé. Le Secteur Droit est un groupe paramilitaire ouvertement néo-fasciste qui a fourni une grande partie des forces qui ont rendu possible le coup d’État contre Viktor Ianoukovitch, l’ancien président ukrainien. Organisés en différents bataillons, dont la célèbre Brigade Azov, ils idolâtrent les collaborateurs nazis de la Seconde Guerre mondiale, qui ont combattu les troupes soviétiques: les ultra-nationalistes ont été accusés d’avoir commis des atrocités dans le Donbass, ainsi que de terroriser leurs adversaires politiques sur le front intérieur. D’après Mamon, ils ont également été impliqués dans la lutte contre les Russes dans la lointaine Tchétchénie, où l’ancien gros bonnet du Secteur Droit Oleksandr Muzychko a combattu aux côtés de Munayev et des frères contre les Russes.

Comme Ruslan l’a dit à Mamon:

« Je suis ici aujourd’hui parce que mon frère, Isa, nous a appelés et a dit: ‹Il est temps de rembourser votre dette. Il fut un temps où les frères de l’Ukraine sont venus [en Tchétchénie] et se sont battus contre l’ennemi commun, l’agresseur, l’occupant.›. »

A côté de cette solennelle éthique du guerrier, une autre raison probable du soutien de l’EI à Kiev est l’accès à des cibles occidentales, données ainsi aux terroristes. Comme Mamon l’indique:

«L’Ukraine est en train de devenir une étape importante pour les frères comme Ruslan. En Ukraine, vous pouvez acheter un passeport et une nouvelle identité. Pour 15 000 dollars, un combattant reçoit un nouveau nom et un document juridique attestant de sa citoyenneté ukrainienne. L’Ukraine ne fait pas partie de l’Union européenne, mais c’est une voie facile pour l’immigration vers l’Ouest. Les Ukrainiens ont peu de difficultés à obtenir des visas pour la Pologne voisine, où ils peuvent travailler sur les chantiers et dans les restaurants, comblant le vide laissé par les millions de Polonais qui sont partis à la recherche de travail au Royaume-Uni et en Allemagne. »

On nous dit que l’EI prévoit des attaques terroristes en Europe, et que les forces de sécurité sont occupées à recenser tous les suspects du continent; pourtant voici ce trou béant dans les défenses de l’Ouest, par où les frères s’infiltrent tranquillement, sans que les médias occidentaux en rendent compte. En coopération avec des groupes ultra-nationalistes comme le Secteur Droit, qui ont également créé leurs bataillons semi-autonomes, les islamistes d’Ukraine, brandissant des passeports ukrainiens, ont ouvert une passerelle vers l’Ouest.

Les demandes faites à Washington de commencer à fournir des armes létales au régime ukrainien font maintenant partie du débat de politique étrangère à Washington, avec les habituels suspects exhortant l’administration à ouvrir le robinet d’armement. Pourtant, les Ukrainiens disent qu’ils obtiennent déjà une aide létale de pays qu’ils refusent d’identifier, selon le membre officiel du Conseil de sécurité nationale ukrainienne Oleg Gladovsky:

«[L’aide provient] d’endroits où nous n’avons aucune influence et où il n’y a pas de tollé public à ce sujet (que nous avons nous-mêmes contribué à créer dans certains endroits, malheureusement). C’est de ces pays que nous sommes en train de recevoir de l’aide létale

Alors d’où vient cette aide?

«Dans l’est de l’Ukraine, écrit Mamon, le drapeau vert du djihad flotte sur certaines bases des bataillons privés.» Mais comment ces groupes de combat sont-ils privés?

L’armée ukrainienne en loques, composée de conscrits peu motivés et mal armés, ne fait pas le poids contre les séparatistes, qui se battent sur leur propre territoire contre un envahisseur. Le régime de Kiev dépend de ces armées privées pour fournir une colonne vertébrale à sa force de combat, et il semble y avoir une relation symbiotique difficile entre l’armée ukrainienne régulière et ces volontaires, avec une approche non interventionniste adoptée par Kiev pour ces derniers . Si le régime ukrainien reconnait ouvertement aujourd’hui obtenir de l’aide de pays non nommés, il est normal de se poser la question: le Bataillon Doudaïev obtient-il une aide directe à partir des mêmes sources que celles qui équipent en armes les rebelles islamistes radicaux de Syrie – le Qatar, le Koweït, les Émirats arabes unis et les Saoudiens?

Comme les rebelles modérés syriens financés et soutenus par les Etats-Unis rejoignent l’EI en masse, le réseau djihadiste international étend ses tentacules en Ukraine pour reprendre le combat au nom de leurs frères.

L’un des principaux liens entre les factions ultra-nationalistes ukrainiennes et les islamistes était Oleksandr Muzychko, qui a combattu aux côtés du chef terroriste tchétchène Chamil Bassaïev – le cerveau derrière le massacre de l’école de Beslan – dans les guerres de Tchétchénie. L’année dernière, Muzychko a été tué dans une fusillade avec les policiers ukrainiens. Mais avant de disparaître, il était le visage public très évident du mouvement ultra-nationaliste d’Ukraine.

Dans une vidéo devenue virale, Muzychko et un groupe de ses compagnons du commando Secteur Droit sont entrés dans le bureau du procureur de la ville de Rivne, dans le nord-ouest de l’Ukraine, et ont giflé le procureur coupable de ne pas faire son travail à la satisfaction de Muzychko. Il a également fait irruption dans une réunion du conseil de la ville de Rivne, brandissant un fusil, et déclarant que le Secteur Droit ne désarmerait jamais. Alors que les autorités ont sans aucun doute trouvé les singeries de Muzychko ennuyeuses, ce genre de chose est normal dans la nouvelle Ukraine. Et il est probable que c’est son implication clandestine avec l’EI, bien plus que ses pitreries publiques, qui a provoqué la colère des autorités: elles lui ont tendu une embuscade et l’ont abattu le 24 mars de l’année dernière. Son implication avec la cellule EI en Ukraine est-elle devenue de plus en plus évidente, même pour ceux en Occident qui s’étaient contentés regarder de l’autre côté?

Que les autorités de Kiev travaillent avec un avant-poste de l’EI est implicite dans toute l’article de Mamon: quand ce dernier s’est rendu au campement de Munayev en compagnie de Ruslan, ils n’ont eu aucune difficulté aux points de contrôle de l’armée ukrainienne, où la possibilité de percevoir des pots de vin ne faisait aucun doute, et ils sont passés à travers. Tout au long de l’article de Mamon nous entendons Munayev se plaindre de la pauvreté: le Bataillon Doudaïev, nous dit-on, doit dépendre d’activités criminelles pour financer le djihad. Pourtant, un oligarque mineur, nommé Dima leur remet 20 000 dollars, et il est question de vendre au marché noir de l’ambre à des «acheteurs du golfe Persique, y compris de riches cheikhs» – peut-être les mêmes riches donateurs qui ont si généreusement financé l’EI.

Les liens entre le régime de Kiev et l’enclave de l’EI en Ukraine sont nombreux, et seulement à demi cachés. Lorsque Mamon est arrivé au camp de Munayev, il a été accueilli par une voiture blindée qui, nous dit-on, a été donnée par Ihor Kolomoisky, l’un des hommes les plus riches d’Ukraine, récemment nommé gouverneur de Dniepropetrovsk. Kolomoisky, malgré son héritage juif, n’a aucun scrupule à s’allier à des groupes ouvertement antisémites comme le Secteur Droit, dont il a financé les bataillons: comme les djihadistes affiliés à l’EI, auxquels il a offert une voiture blindée, il ne pense qu’à la lutte contre Vladimir Poutine, qu’il méprise.

Une autre indication de l’alliance EI-Kiev est l’évasion d’Adam Osmaev, commandant-adjoint du Bataillon Doudaïev, d’une prison ukrainienne où il purgeait une peine pour avoir fomenté l’assassinat de Poutine. Après le coup d’état à Kiev, Munayev et ses compagnons ont fait sortir Osmaev de prison: quand ils ont été confrontés à la police ukrainienne à un barrage, ils ont été mystérieusement autorisés à passer. Comme le rapporte Mamon:

«Après une impasse dramatique, les Ukrainiens ont permis aux Tchétchènes de filer. (Il n’y a pas moyen de confirmer le récit de Ruslan, mais à l’automne 2014, le tribunal d’Odessa a soudainement déclaré qu’Osmaev avait suffisamment purgé sa peine et il a été libéré.) Osmaev et Munayev sont revenus à Kiev, et le bataillon Doudaïev a été créé.»

«De temps en temps, écrit Mamon, Munayev rencontre des représentants du Service de sécurité ukrainien, connu sous le nom de SBU.»

Le Bataillon Doudaïev compte environ 500 combattants, mais il y a aussi d’autres brigades djihadistes en Ukraine, organisées dans le Bataillon Sheikh Mansour, qui s’est détaché du Bataillon Doudaïev et «est basé à proximité de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine», ainsi que deux autres groupes composés des Tatars de Crimée, comptant chacun environ 500 djihadistes.

Comme l’aide des États-Unis coule à flot en Ukraine, dans quelle mesure va-t-elle retomber sur ces alliés de l’EI – et quelle sera son utilisation future? Si John McCain et Lindsey Graham arrivent à leurs fins, les armes américaines vont bientôt se trouver dans les mains de ces terroristes, dont il est sûr que le djihad contre les Russes se tournera vers l’Ouest et frappera les capitales de l’Europe.

C’est un retour de flamme avec une vengeance: nous créons nos propres ennemis, et leur donnons les armes pour nous faire du mal, alors même que nous affirmons notre besoin d’une surveillance universelle pour les combattre. Les savants fous formulant la politique étrangère américaine sont en train de créer une armée de monstres de Frankenstein – qui ne manqueront pas d’attaquer leurs créateurs bercés d’illusions.

L’EIIL/EI création de l’occident: des miliciens de l’EI israélo-américains capturés en Irak…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 7 mars 2015 by Résistance 71

Des daéchistes “israéliens” capturés en Irak !!

 

IRIB

 

6 mars 2015

 

url de l’article original:

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/361642-irak-des-daechistes-israéliens-capturés

 

Les commandos du Hezbollah d’Irak ont capturé quatre « conseillers militaires » de Daesh ayant en leur possession des passeports américains et israéliens !! Selon une source sécuritaire irakienne, ces quatre conseillers, dont trois sont de nationalité israélo-américaine, et un quatrième, originaire de l’un des pays arabes du golfe Persique, ont été arrêtés, après qu’un centre de commandement de Daesh eut été pris pour cible, à Mossoul. « Après avoir reçu des informations sur la présence d’un centre de commandement bien équipé de Daesh et diligenté par des conseillers américains et israéliens, les unités des forces spéciales ont lancé cete offensive. Ce centcom se situait, dans le désert de Tal Abat, dans la province de Mossoul, et il vient de tomber, au terme d’une opértaion baptisée « Dard du scorpion ». Le centcom, une fois, tombé entre les mains de la Résistance, a été dynamité et détruit. Les conseillers militaires de Daesh ont été transférés, dans un centre de sécurité, à Bagdad. Daesh est une création israélo-américaine destinée à provoquer l’effondrement des Etats- nations du Moyen-Orient.

EIIL: Armée mercenaire de la CIA et du Mossad… Secret défonce…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 14 novembre 2014 by Résistance 71

Le Captagon arme principale des djihadistes

 

Réseau Voltaire

 

Avril 2014

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article183119.html

 

Alors que les médias occidentaux et du Golfe laissent penser que les jihadistes se nourrissent principalement de la lecture du Coran, les saisies effectuées en Syrie montrent qu’en réalité, ils se droguent au Captagon.

L’armée arabe syrienne a saisi en deux jours une voiture pleine de comprimés de Captagon et un camion citerne en contenant une tonne.

Le Captagon (Fénétylline chlorhydrate) est une amphétamine qui suscite une certaine euphorie et insensibilise à la douleur. Mêlé à d’autres drogues, comme du haschich, il constitue la ration alimentaire de base des jihadistes. Les combattants ne ressentent plus ni leurs souffrances, ni celles qu’ils infligent aux autres. Dès lors, ils peuvent commettre toutes sortes d’atrocités en riant.

Contrairement à une idée répandue, les jihadistes ne sont pas motivés par des préoccupations religieuses, mais par la recherche de plaisirs immédiats. Ils sont principalement recrutés parmi les voyous et dans les prisons.

Fabriqués en 2011 par l’Otan dans un laboratoire en Bulgarie, le Captagon est maintenant produit dans tout le Proche-Orient, y compris sur le territoire syrien.

ingérence impérialiste en Syrie et en Irak… Quand les traces de l’EIIL mènent (aussi) au Mossad…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, politique et lobbyisme, politique et social, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 23 juin 2014 by Résistance 71

EIIL… Cherchez aussi le Mossad !

 

IRIB

 

22 Juin 2014

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/component/k2/item/329849-eiil-alliance-des-espions-israéliens-et-saoudiens

 

Les services d’espionnage saoudiens et israéliens …

…. ont joué un rôle important dans les opérations de l’EIIL en Irak. 

Tandis que le monde était surpris par les attaques rapides des terroristes de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) contre l’Irak, les analystes commencent à découvrir que c’était l’Arabie saoudite qui avait donné le feu vert aux terroristes liés à al-Qaïda d’attaquer le territoire irakien. Selon ces révélations, le grand convoi d’armes qui avait été offert aux terroristes d’al-Qaïda, était la réaction du gouvernement saoudien à la victoire de Nouri al-Maliki et de Bachar al-Assad respectivement aux élections en Irak et en Syrie. En outre, Riyad voulait se venger ainsi des victoires de l’armée syrienne dans son combat contre les groupes terroristes, presque tous mercenaire à la solde des princes de Riyad.

Il y a aussi des documents irréfutables qui prouvent que le Mossad avait joué un rôle considérable pour transmettre des informations aux officiers saoudiens et français, et aide les terroristes de l’EIIL par la transmission des informations, afin de les aider à avancer dans différentes régions irakiennes. En outre, des personnalités irakiennes comme Ibrahim al-Dowri ou Tariq Hachemi ont étroitement collaboré avec les terroristes de l’EIIL, tandis que certains officiers de l’armée irakienne ont été également recrutés par ce réseau d’espionnage. Il faut pourtant souligner qu’en Syrie, l’armée à réussi à prendre en main le contrôle total de la ville stratégique de Kassabé et a détruit le rêve des terroristes qui souhaitaient pouvoir créer un passage leur permettant avoir accès à la Méditerranée. En même temps, des sources d’informations font état d’une nouvelle série d’événements qui se produiront bientôt en Irak et en Syrie, événements qui seraient en quelque sorte la riposte de Damas et de Bagdad à leurs adversaires à Te-Aviv et à Riyad. En se basant sur des informations confirmées par des sources occidentales, le site d’informations Al-Sabat a révélé qu’avant la présidentielle en Syrie, Riyad avait envoyé une grande quantité d’armes aux terroristes extrémistes de l’EIIL dans le nord de la Syrie. Les officiers de renseignement français et saoudien avaient sécurisé déjà les routes pour transférer ces armements à l’intérieur de l’Irak. La révélation de ces informations montre que l’Arabie saoudite avait donné son feu vert aux terroristes de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) d’attaquer les différentes régions irakiennes.

Par ailleurs, un expert militaire israélien a déclaré à la chaîne 10 de la télévision du régime sioniste que l’Arabie saoudite et le régime israélien avaient coopérer à un très haut niveau pour préparer le terrain aux attaques de l’EIIL en Irak. Le quotidien britannique « The Independent »  a révélé pour s part le rôle de Tariq al-Hachemi ancien vice-président irakien et  d’Ezzat al-Dowri, ancien commandant du parti Baath irakien, dans le déclenchement de ces attaques. Selon le quotidien britannique, Ezzat al-Dowri s’est caché dans une région près de la frontière entre l’Irak et la Syrie. Le quotidien « The Independent » cite aussi Robert Fisk selon lequel l’Arabie saoudite est très furieuse du changement de la donne en Syrie en faveur de Damas et Téhéran, et de l’amélioration des relations de l’Iran soit avec les Etats-Unis et l’Occident, soit avec les pays de la région comme le sultanat d’Oman, les Emirats arabes unis et le Koweït et la Turquie. En envoyant des messages violents par l’intermédiaire de l’EIIL, l’Arabie saoudite veut faire peur aux autres et faire avancer ses mercenaires jusqu’aux frontières de l’Iran.

Certains analystes soulignent aussi les liens qui existent entre les opérations de l’EIIl et l’enlèvement de trois sionistes en Cisjordanie. L’EIIL a publié un communiqué pour revendiquer la responsabilité de l’enlèvement de ces trois individus. Son objectif est de faire croire que ce groupe se bat aussi contre le régime israélien. Pourtant, le régime sioniste rejette l’idée de l’implication de l’EIIL et accuse le Hamas d’avoir enlevé ces trois sionistes en Cisjordanie. Des observateurs indépendants estiment pourtant que tout cela n’est qu’un jeu médiatique orchestré par le Mossad et les services de renseignement d’Arabie saoudite qui veulent préparer le terrain à une nouvelle offensive de l’armée du régime sioniste contre la bande de Gaza et le sud du Liban.

Tandis que tout le monde s’inquiète de la propagation des opérations des terroristes de l’EIIL dans la région, il ya des observateurs qui estiment qu’une grande riposte se prépare contre ces terroristes. Cette réaction serait coordonnée par la Syrie, l’Irak et les conseillers militaires de la Russie. Pour le moment, l’armée irakienne est en train de libérer peu à peu une partie des territoires occupés par les terroristes de l’Etat islamique en Irak et au Levant. Dans les opérations de l’armée irakienne, deux commandants de l’EIIL à Mossoul ont été tués. L’armée irakienne est d’ailleurs en train de se servir des opérations rapides et des embuscades qui font rappeler les opérations de l’armée syrienne contre les terroristes. Cela pourrait donc être le début des cauchemars des agents de renseignement saoudiens et israéliens en Irak.