Archive pour église catholique colonialisme et génocide

Résistance au colonialisme: De l’hystérie des célébrations de la « découverte » de nouveau monde (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 octobre 2018 by Résistance 71


Génocide & crimes de l’église et de l’état

 

L’hystérie de Thanksgiving / jour d’action de grâce et du jour de Colomb

 

Mohawk Nation News

 

10 octobre 2018

 

source: http://mohawknationnews.com/blog/2018/10/10/columbus-thanksgiving-hysteria/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Tous les ans, les envahisseurs de l’Île de la Grande Tortue célèbrent le génocide continu du peuple naturel de la terre. Christophe Colomb et le jour d’action de grâce vont de paire avec l’hystérie marchande du Vendredi Noir mis en place pour une fois de plus détourner l’attention de l’annihilation de millions d’Onwehonwe (peuples natifs), les véritables peuples naturels de ce continent.

Nos enfants furent enlevés et emprisonnés dans des “centres d’élimination pour enfants” appelés pour la circonstance “pensionnats pour Indiens”. Ils furent kidnappés, torturés, assassinés et brûlés dans les chaudières des caves. (NdT: ils furent aussi essentiellement enterrés dans des charniers/fosses communes aux alentours des pensionnats). Les pensionnats ne furent qu’une extension de la politique du génocide qui continue aujourd’hui.

Un régime répressif constitué d’imposteurs fut mis en place finançant et organisant l’opération de génocide.

Les envahisseurs établirent des règles sur tous les aspects de notre vie. Nous avons vécu comme des morts-vivants pendant des siècles. La connaissance de notre existence même fut presque totalement effacée par les envahisseurs. Ils ont recruté des Indiens pour faire le sale boulot à leur place.

L’État maintient une surveillance accrue sur nous. Nous sommes sur ce qui reste de nos terres, tentant de survivre.

Nous sommes naturels, nous nous sauverons les uns les autres. Le monde sait que le Canada et les Etats-Unis sont des entités assassines.

Nous sommes retenus otages. Nous sommes nés libres et recouvrerons notre liberté. Les envahisseurs sont venus ici pour tuer et exploiter, ils ne sont pas venus en paix. Ils constituent un monumental échec en regard de cette planète. Ils sont maintenant en train de penser et de mettre en œuvre leur propre extinction. La Nature prendra de difficiles décisions pour assurer notre survie.

Lectures complémentaires:

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Effondrer le colonialisme

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Un_manifeste_indigène_taiaiake_alfred

kaianerekowa Grande Loi de la Paix

La Grande Loi du Changement (Taiaiake Alfred)

si-vous-avez-oublie-le-nom-des-nuages-vous-avez-oublie-votre-chemin

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte


Wampum Deux Rangées

Publicités

Le commencement de la fin pour l’empire… Les Mohawks montrent la voie de la démocratie directe traditionnelle…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 21 mai 2014 by Résistance 71

L’Assemblée des Premières Nations se dissout… Canada Inc. est au bout du rouleau !

 

Mohawk Nation News

 

18 Mai 2014

 

url de l’article:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/05/18/afn-inc-dissolving-canada-inc-finished/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71~

 

Lorsque l’entreprise de l’Assemblée des Premières Nations (APN) Inc. se dissout, l’entreprise Canada Inc. se dissout ! Les conseils de bandes et de tribus sont une partie importante de la grille de contrôle de l‘entreprise Canada. Leur but essentiel est d’aider le Canada à perpétrer le programme de génocide et de signer à la vente nos terres et nos ressources. Ils représentent un front pseudo-démocratique qui prétend nous représenter.

Le conflit actuel avec l’APN Inc. se situe entre ceux qui veulent signer l’abandon de notre toujours croissant Indian Trust Fund et d’autoriser l’extraction de nos ressources par leurs marionnettistes ; les autres veulent l’indépendance, la liberté et vivre selon la loi de la terre. Une fois que ces “chefs” auront démissionné, la grille entrepreneurale va disparaître. Le Canada ne peut plus continuer la fraude d’utiliser notre terre et nos ressources comme gages collatéraux afin de faire du fric sur le marché de la bourse.

Nous refusons de mendier notre propre fond auprès de Canada Inc. Nous allons nous dresser ensemble pour combattre notre ennemi commun. Le Canada essaie de conserver le contrôle en amenant sur le devant de la scène une entité roue de secours entrepreneuriale de l’APN appelée la “Confédération des Premières Nations”. Elles sont une et même chose et se dissolveront avec l’entreprise Canada. Canada Inc. panique et essaie de créer un conflit et plus de confusion entre les variés “Indiens entrepreneuriaux”. Les chefs prendront la haute position morale et légale en démissionnant et en rejoignant le vrai peuple naturel de l’Île de la Grande Tortue, C’en est fini de l’APN Inc et de Canada Inc. Le véritable peuple ingigène (ongwehonwe) va affirmer notre souveraineté.

New World Son nous avertit: “This world is just an illusion. Yes, it is. Oh Yeah. Babylon is gonna fall, is coming down!”  New World Son. Babylon is gonna fall”.

A lire: Que faire avec l’APN ?  What to do with AFN.

-[]-[]-<I>-[]-[]-

Raviver le feu

Mohawk Nations News

21 Mai 2014

url de l’article:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/05/21/rekindle-the-fire/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

L’entreprise Canada ne peut plus se déguiser comme souveraine au travers de la fantaisie totale de l’Assemblée des Premières Nations (APN). Le conseil des indiens tribaux et de bandes (gouvernemental) et l’APN sont en train de se dissoudre. Nous allons maintenant affirmer notre pouvoir inhérent, individuellement et collectivement. Notre gouvernance traditionnelle a toujours été en attente depuis l’imposition de la loi génocidaire d’avancement sur les Indiens du 25 Octobre 1924. L’existence des entreprises commerciales connues sous les noms de Canada et d’Etats-Unis, n’est exclusivement fondée que sur la base de la doctrine illégale de la découverte chrétienne du Vatican (XVème siècle). Le Canada va essayer frauduleusement de faire venir des gérants tiers pour s’occuper de leurs camps de prisonniers de guerre illégaux étiquetés “réserves pour Indiens”.

Le peuple naturel d’Onowarageh ou de l’Île de la Grande Tortue va rétablir la connexion avec notre terre-mère. Les conseils des peuples seront rétablis dans chaque communauté. Le pouvoir des clans (association de familles) sera réaffirmé de façon à ce que de véritables décisions politiques depuis la base puissent de nouveau être prises. Nous deviendrons un seul esprit sur toutes les affaires qui nous affectent dans chaque communauté. Le peuple devra prêter serment devant le feu ,de maintenir et de servir la loi de la paix et d’aimer notre peuple et toutes nos relations.

Le gouvernement entrepreneurial et ses forces de l’ordre prêtent un serment d’obéissance aveugle à un autocrate étranger (la reine d’Angleterre) et ses héritiers et prédecesseurs. Le devoir principal de l’armée est de préserver et de protéger la trésorerie. Alors que la couronne est coupable du meurtre et du viol de nos enfants, ses membres paieront pour leurs crimes.

Un aigle surveillera depuis le sommet de l’arbre de la paix et signalera de tout danger approchant.

Chaque personne prendra part au débat sur les choses nous affectant tous et toutes. Ceux qui créent des étincelles de colère autour du feu devront partir. Personne ne pourra venir autour du feu avec des objets tranchants, en particulier la langue qui peut-être bien acérée. Le feu devra rester propre de façon à ce qu’aucune poussière ni saleté ne s’y agglutinent.

Karonhiaktajeh [Louis Hall] nous rappelle: “Ceux qui ont accepté la loi de la Grande Paix ont aidé le fondateur à réunir d’autres nations. Les missionnaires admettent qu’ils voyagèrent au travers de l’Amérique et divulguèrent de la propagande contre la confédération iroquoise, spécifiquement contre les Mohawks, parce qu’ils étaient selon leurs mots ‘les plus militants et les mieux organisés’. Les missionnaires ont pensé à tort, qu’ils avaient pu enrayer la grande Loi de la Paix, qui aurait rendu impossible à l’homme blanc de voler l’Amérique.

Wampum 6:

Et le monde connaîtra enfin la paix véritable.

The Doors savent bien comment “allumer le feu”: “The time to hesitate is through. No time to wallow in the mire. Try now, we can only lose”. Doors. “Light my fire”.

 

Colonialisme chrétien, génocide et réseau pédophile: Les églises et états à genoux…

Posted in actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 15 avril 2014 by Résistance 71

“Dieu mort, restent les Hommes, c’est à dire l’Histoire qu’il faut comprende et bâtir.”
~ Albert Camus ~

“Les gens construisent une telle machine de pouvoir, qu’ils permettent à quiconque le peut de la saisir (et les chances sont très grandes qu’elle sera toujours saisie par les plus moralement dépravés), ils se soumettent servilement au pouvoir et sont ensuite surpris que tant de maux en ressortent. Ils ont peur des bombes des anarchistes et n’ont pas peur de cette organisation terrible qui les menace sans cesse des pires calamités… Pour délivrer les Hommes des terribles maux de l’armement et des guerres, qui fluctuent toujours, ce n’est pas d’assemblées parlementaires, de conférences, de traités, ni de tribunaux d’arbitrage, dont nous avons besoin, mais de la destruction de ces instruments de violence que sont ce que nous appelons les gouvernements et desquels résultent les plus grands maux de l’humanité. Pour détruire la violence gouvernementale, une seule chose est nécessaire: Que les gens comprennent que le sentiment de patriotisme, qui supporte à lui seul cet instrument de violence, est un très mauvais sentiment, un sentiment brutal, dangereux, disgrâcieux et par dessus tout, totalement immoral.”
~ Léon Tolstoï ~

La pierre de jet appelée Vérité et ses conséquences: vivre dans un monde post-Goliath

 

Kevin D. Annett


Secrétaire de terrain de l’International Tribunal into Crimes of Church and State (ITCCS)

 

13 Avril 2014

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2014/04/13/the-slung-stone-called-the-truth-and-its-consequences-living-in-a-post-goliath-world/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Au moins 50 000 enfants aborigènes (du Canada) sont morts dans les pensionnats pour Indiens entre 1896 et 1973, d’après les propres documents du gouvernement sur leur taux de mortalité…” ~ Première déclaration de presse de Kevin Annett annonçant la publication de son livre: Hidden from History: The Canadian Holocaust on February 1, 2000

“Les archives concernant la mortalité de dizaines de milliers d’enfants autochtones, décédés du temps du programme des pensionnats pour Indiens qui sévissait au Canada, ont été remises à la Commission Vérité et Réconciliation. Plusieurs gouvernements provinciaux ont abandonné leurs archives à la commission…”

– West Coast Native News, le 30 Mars 2014 (http://westcoastnativenews.com/tens-of-thousands-first-nation-children-died-in-residential-schools/)

~ Puis David choisît quelques pierres bien lisses et les mît dans son sac et il tint sa fronde prête alors qu’il s’approchait de Goliath… ~ 1 Samuel 17:40

………

La pierre fatale appelée vérité

Je sais définitivement de quoi il retourne maintenant. Mais alors même que le Goliath de Rome et de Londres chancèle du coup reçu et commence à s’effondrer, une partie stupide et lancinante de moi-même pense toujours incroyablement que le miracle se soit produit et la bataille est gagnée. Même dans la victoire, nos esprits demeurent un peu plus dans le passé.

Ainsi, cette étrange partie de moi-même a trouvé bizarre la semaine dernière qu’aucun journaliste ne m’ait appelé pour me demander comment cela se ressentait d’avoir eu raison tout ce temps ; ou que l’église unifiée du Canada ne frappe pas à ma porte en se confondant en excuses: “Nous sommes désolés !” d’avoir détruit votre vie sans nécessité au sujet de quelque chose qui était en fait bien vrai: les assassinats qu’elle avait perpétrée sur de petits enfants bronzés.

Bien sûr qu’ils n’appellent pas, imbécile ! Dis-je à mon for intérieur stupide. Ils se barrent tous en rasant les murs !

Ces Philistins de l’église et de l’état ne sont plus le problème après tout ; spécifiquement maintenant qu’ils sont en déroute après la chute de leur mensonge Goliath, alors qu’ils utilisent les distractions usuelles et nécessaires avec leur réthorique politiquement correcte dont ils ont besoin pour couvrir leur retraite précipitée. Mais dans leur sillage, le reste d’entre vous va devoir maintenant décider comment voulez-vous vivre dans le grand vide et la brillante lumière laissés par leur absence.

J’ai rencontré aujourd’hui même une personne qui a travaillé pendant des décennies à un haut niveau de la Gendarmerie Royale du Canada, GRC (NdT: la police fédérale canadienne, l’équivalent du FBI, connue sous le nom de “police montée”). Il m’a dit que chaque “Mountie” (gendarme) au Canada a été briefé qu’il ne devait “en aucune circonstance” me harceler, m’engager ou même me poser des questions. Pourquoi ? A cause du très récent ordre de mise à pied que notre tribunal international de droit commun a émis à chaque agent, fonctionnaire de la couronne d’Angleterre, après que cette dernière ait été prouvée coupable de génocide lors d’un procès l’an dernier. Les gendarmes ont peur de cet ordre, brièvement, parce que, pour citer cet officiel: “Nous savons tous ce que nous avons fait.

Les nouvelles en provenance de Rome sont même encore plus révélatrices. Apparemment, même la mafia n’utilise plus la Banque du Vatican (NdT: qui est un gros actionnaire de la Banque d’Angleterre et dont les intérêts sont gérés depuis bien longtemps par la famille Rothschild..) pour blanchir leur argent de la drogue car, pour citer un sénateur italien: “Même les aveugles peuvent voir que l’église (catholique) est à genoux et ce n’est pas pour prier…” Apparemment, deux autres cardinaux importants connectés à la Banque sont également en passe de jeter l’éponge.

Tout cela me semble t’il, a tout l’air d’un Titan nommé Goliath, allongé dans la poussière et attendant que quelqu’un de courageux vienne le décapiter avec sa propre épée.

Ce coup de grâce arrive, mais je veux d’abord partager ce qui a vraiment mis à bas la bête.

Je viens d’avoir 58 ans en février dernier et mes hanches ne fonctionnent plus très bien ces jours-ci ; ceci provient du fait que j’ai dû marcher partout avec mes sacs surchargés de documents. Ce n’était pas comme çà il y a quelques 22 ans de celà, quand j’avais encore un permis de conduire et un salaire et lorsque j’ai appris au sujet des champs de la mort de Port Albeni (NdT: sur la côte ouest du Canada en Colombie Britannique) en tant que jeune prêtre de l’église unifiée y officiant.

Le genre d’usure particulière et incurable liée à la guerre qui vient avec le fait d’avoir lutté pendant si longtemps n’avait pas encore sévit sur moi à cette époque. J’étais aussi aveuglé que le reste d’entre vous et de cette façon, relativement heureux. Beaucoup de mes amis Indiens étaient aussi toujours vivant, des types dont vous n’entendrez jamais parler sauf par moi, des gars biens, qui savaient tout des enfants assassinés et qui avaient même aidé à les enterrer. Mais ces amis sont morts aussi maintenant. Tous.

Ricky Lavallée était l’un d’entre eux: lui qui avec sa guitare à deux cordes et son sourire moqueur me tirait toujours les mêmes deux dollars pour manger une pizza avant d’aller avec quelques autres survivants et moi-même, créer quelques nuisances les dimanches dans les églises du centre ville de Vancouver qui détestaient nous voir et ce que nous savions de leur saloperie. Ricky et six autres d’entres nous, arrêtèrent une fois le trafic le long de la Georgia Street avec nos bannières sur lesquelles hurlaient les mots: “Tous les enfants doivent avoir un enterrement correct !” et il souriait tout le temps.

L’année dernière, quelqu’un a très violemment frappé Ricky sur la poitrine, si violemment qu’il en est mort, peu de temps après qu’il ait parlé publiquement d’avoir vu un de nos potes, Bingo Dawson, se faire battre à mort par les flics de Vancouver, lui aussi. Mais comme Bingo était “officiellement” décédé “suite à un coma éthylique”… et bien, Ricky devint très vite un autre témoin occulaire encombrant.

Des photos de Ricky Lavallée et de Bingo Dawson devraient être accrochés aux murs de chaque classe d’école de notre nouvelle et bourgeonnante République du Kanata, car ils furent, ainsi que bien d’autres héros tombés, la force qui propulsa la pierre qui amena les criminels au sol.

… et ses conséquences

Ceux qui me souhaitent souvent de “faire attention” n’ont pas vraiment suivi l’affaire ces jours-ci. Ce sont les sales types qui aiment prétendre qu’ils gèrent, qui doivent faire sérieusement attention collectivement à leurs fesses de nos jours, pas moi, parce que comme le gendarme a dit… Ils savent ce qu’ils ont fait.

Comme un certain brandon sans abri avait l’habitude de dire en Galilée, le royaume des cieux est partout sur terre et pourtant les gens ne le voient pas. Ceci résume la situation actuelle, dans le sillage de la mise à bas légale et bientôt spirituelle du Vatican et de la Couronne d’Angleterre et de tous les pays et toutes les entreprises qui en sont échus ; nous sommes libres de refaire le monde et nous-mêmes dès maintenant, mais seulement si nous arrêtons de voir et de croire les illusions qui nous sont imprimées dans les esprits par des entités totalement fictives, et ce en commençant par les tribunaux, gouvernements et églises qui peuvent paraître réels.

Un de mes nouveaux amis est un Canadien du Midwest, un fermier et un sacré expert en droit coutumier. Il explique les choses de cette façon:

“Il n’y avait auparavant que la Loi Naturelle qui gouvernait les Hommes, le loi “de jure”, de dieu, celle de l’égalité et de la paix ; mais ensuite le pouvoir légal de facto a subverti le pouvoir de la loi et la force de facto devint le pouvoir légal des rois auto-proclamés et des papes qui régnèrent arbitrairement hors de la Loi Naturelle. Mais la Magna Carta est venue pour restaurer la Loi Naturelle sur l’humanité, et une fois de plus, le pouvoir de facto l’a rogné jusqu’à ce que la justice soit effectivement abolie dans tous les soi-disants tribunaux de justice.

Aujourd’hui, il n’y a plus de tribunaux ou gouvernements “de jure” où que ce soit: ce ne sont que des contractants privés des entreprises qui gouvernent notre monde. Ainsi, nous abolissons maintenant ces pouvoirs entrepreneuriaux de facto avec, une nouvelle fois, la Magna Carta, au travers des tribunaux de droit coutumier. Mais cette fois-ci, la bataille des balanciers doit cesser. Le peuple doit finalement se réapproprier la loi et la terre s’il doit avoir un futur.”

D’accord, il y a bien des gens éveillés qui y répondent. Mais COMMENT ?

Notre travail vous montre à tous non seulement le pourquoi mais aussi le comment déplacer les institutions criminelles et ce pas simplement en exposant les crimes. Cette dernière année, nous avons créé des ateliers de formation pour enseigner aux gens la droit coutumier et les déléguer pour être sheriffs et officiers de paix et membres de jury qui remplaceront les tribunaux corrompus entrepreneuriaux d’aujourd’hui. En Mai, des groupes du monde entier vont systématiquement faire appliquer les ordres de mise à pied émis à l’encontre des autorités criminelles existantes, qu’elles soient de police, d’église, de justice, de politique ou du pape.

Pour pousser les choses encore plus loin, durant le week-end pasqual qui vient les 18-20 Avril, nous allons spirituellement converger vers Rome pour annihiler l’autorité et la règle du Vatican et de l’entité qui le contrôle.

L’épée qui tranchera finalement la tête de Goliath est brandie, Ô peuple. Le problème n’est pas le manque de lame, mais la couardise et le conditionnement de la masse des gens. Et c’est pourquoi, seul le reliquat de ce qui fut appelé “les guerriers”, seront capables de créer l’exemple et de faire jaillir l’étincelle d’illumination qui fera se rassembler des millions de personnes qui pourront refaçonner notre monde. La clareté et la volonté de ce reliquat est maintenant à un stade décisif.

Vous allez adorer les conséquences d’une frappe mortelle bien ciblée ! Alors faites la preuve devant dieu et nos descendants, que vous valez la peine de la liberté qui vous a été donnée maintenant par le sang et le sacrifice de quelques uns d’entre nous.

= = =

Articles connexes:

https://resistance71.wordpress.com/2014/04/01/crimes-genocidaires-au-canada-bergoglio-pape-francois-1er-pachon-superieur-general-des-jesuites-et-welby-archeveque-de-canterbury-devant-la-justice/

https://resistance71.wordpress.com/2014/04/11/crimes-genocidaires-au-canada-bergoglio-pape-francois-1er-pachon-superieur-general-des-jesuites-et-welby-archeveque-de-canterbury-devant-la-justice-ouverture-de-laccusation-au-proces/

https://resistance71.wordpress.com/2014/04/12/excuses-officielles-du-pape-pour-les-viols-denfants-une-tentative-de-desamorcage-de-la-bombe-a-venir/

Les origines du colonialisme: Inhumain trop inhumain… selon le Vatican

Posted in actualité, documentaire, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, politique et social, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 12 octobre 2013 by Résistance 71

Cette traduction d’un article de recherche de Steve Newcomb (grand spécialiste de la nation Shawnee concernant les origines de la loi fédérale sur les Indiens) est très complémentaire de notre série sur le vol, pillage et génocide commis à l’encontre des nations autochtones des Amériques depuis 1492 et des informations en découlant au sujet des origines profondes religieuses et vaticanes de la colonisation menée tambour battant par les nations européennes depuis le XIème siècle et les premières croisades et son apogée entre la fin du XVème et la fin du XIXème siècles.

Pour plus d’information lire ces articles:

Dans l’ordre chronologique de ce qui a été traduit/publié:

https://resistance71.wordpress.com/2013/09/19/societe-contre-letat-de-lorigine-du-genocide-introduction-au-livre-de-kevin-annett-hidden-no-longer-genocide-in-canada-past-and-present/

https://resistance71.wordpress.com/2013/09/19/colonialisme-et-genocide-au-nouveau-monde-a-decouvert-genocide-au-canada-passe-et-present-introduction-1ere-partie/

https://resistance71.wordpress.com/2013/09/23/colonialisme-et-genocide-au-nouveau-monde-a-decouvert-genocide-au-canada-passe-et-present-introduction-2eme-partie/

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/01/resistance-des-peuples-le-droit-coutumier-doit-remplacer-le-systeme-legal-planetaire-corrompu-lexemple-donne-par-le-tribunal-international-sur-les-crimes-des-eglises-et-des-etats/

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/02/genocide-denfants-indiens-au-canada-quand-la-collusion-criminelle-de-letat-et-des-eglises-genere-la-farce-de-la-reconciliation/

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/04/resistance-politique-le-grand-mensonge-qui-regit-le-colonialisme-bulle-papale-de-1493/

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/05/au-sujet-de-lorigine-du-colonialisme-la-bulle-papale-inter-caetera-alexandre-vi-1493/

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/09/lorigine-profonde-du-colonialisme-occidental-les-bulles-pontificales-romanus-pontifex-1455-et-inter-caetera-1493/

 — Résistance 71 —

 

Cinq cents ans d’injustice

L’héritage du racisme religieux du XVème siècle

 

par Steve Newcomb

 

Source: Newcomb, Steve. « Five Hundred Years of Injustice. » Shaman’s Drum. Fall 1992, p. 18-20.

 

url de l’article original:

http://ili.nativeweb.org/sdrm_art.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Quand Christophe Colomb posa le pied pour la première fois sur les sables blancs de l’île de Guanahani, il pratiqua une cérémonie de “prise de possession” de la terre pour le roi et la reine d’Espagne, agissant sous la loi internationale de la chrétienté occidendale. Bien que l’histoire de la “découverte” de Colomb ait pris des proportions mythologiques dans la vaste majorité du monde occidental, très peu de gens sont en fait au courant que cet acte de “possession” est fondé sur une doctrine religieuse connue dans l’histoire sous le vocable de la “doctrine de la découverte”. Bien peu réalisent même qu’aujourd’hui, plus de cinq siècles plus tard, le gouvernement des Etats-Unis (NdT: et du Canada et les gouvernements des nations sud-américaines) continue d’utiliser cette doctrine archaïque judéo-chrétienne pour nier les droits des Indiens des Amériques.

Les origines de la doctrine de la découverte

Pour bien comprendre la relation entre le principe de la découverte érigé par la chrétienté et les lois des Etats-Unis, nous devons commencer par examiner le document pontifical qui fut écrit quarante ans avant que Colomb ne fasse son voyage historique de 1492 ; le pape Nicolas V émit pour le roi Alphonse V du Portugal la bulle Romanus Pontifex en 1455, déclarant la guerre contre tous les non-chrétiens à travers le monde et spécifiquement promouvant la conquête, la colonisation et l’exploitation des nations non-chrétiennes et de leurs territoires.

Sous le coup de doctrines théologiques et légales formulées pendant et après les croisades, les non-chrétiens furent considérés comme ennemis de la foi catholique et ainsi dégradés au statut de sous-hommes. De manièrre concordante, dans la bulle de 1455, le pape Nicolas V donna des instructions au roi Alphonse de “capturer, de vaincre et de subjuguer les sarazins, les païens et autres ennemis du Christ” et de les mettre “en état d’esclavage perpétuel” et de “saisir toutes leurs possessions et propriétés” [Davenport: 20-26]. Agissant ainsi selon ses privilèges papaux, le Portugal continua son trafic d’esclaves africains et étendît sa domination coloniale royale en faisant des “découvertes” le long de la côte Ouest africaine, clâmant ces territoires comme territoires portugais.

Ainsi, lorsque Colomb mit les voiles à l’Ouest à travers la Mer des Ténèbres en 1492, avec la  claire compréhension qu’il était “autorisé de prendre possession” de toutes terres qu’il serait amené “à découvrir” et qui n’était pas sous la domination d’un dirigeant chrétien, lui et les souverains espagnols d’Aragon et de Castille suivaient déjà une tradition bien établie de “découverte et de conquête”. De fait, après que Colomb s’en revint en Europe, le pape Alexandre VI émit la bulle pontificale Inter Caetera du 3 Mai 1493, “garantissant” a l’Espagne, à la requête expresse du roi Ferdinand et de la reine Isabelle, le droit de conquérir les terres que Colomb avait déjà trouvées, ainsi que toutes terres que l’Espagne pourrait “découvrir” dans le futur.

Dans ce document Inter Caetera, le pape Alexandre exprima son désir que les peuples “découverts” soient “subjugués et amenés à la foi elle-même”. De cette façon, disait le pape, “L’empire chrétien” pourrait se propager.. Lorsque le Portugal protesta contre cette concession à l’Espagne, le pape Alexandre stipula dans une bulle suivante le 4 Mai 1493, que l’Espagne de devait pas tenter d’établir sa domination sur des terres qui étaient “déjà sous la possession de seigneurs chrétiens”. Puis, avant de museler les deux monarques rivaux, le pape dessina une ligne de démarcation entre les deux pôles, donnant à l’Espagne le droit de conquête et de colonisation d’un côté du globe et au Portugal l’autre.

Durant le cinq-centième anniversaire du voyage de Colomb aux Amériques, il est important de reconnaître que les actes cruels de génocide et de conquête commis par Colomb et ses hommes contre les peuples pacifiques des Caraïbes, furent endorsés pleinement par les documents sus-mentionnés de l’église catholique romaine. En fait, ces documents papaux furent souvent utlisés par les conquérants européens des Amériques pour justifier d’un système de colonisation incroyablement brutal et sans merci, qui déshumanisa les peuples autochtones en regardant leurs territoires comme “n’étant habités que par des animaux sauvages”.

La leçon à tirer de ceci est que les bulles pontificales de 1455 et 1493 sont deux exemples très clairs du comment les “pouvoirs chrétiens” ou “les différents états de la chrétienté”, voyaient les peuples indigènes: comme “les butins et proies légaux de leurs conquérants civilisés”. En fait, la “loi des nations” chrétiennes estimait que celles-ci avaient un droit divin, fondé sur la bible, de clâmer le titre absolu et l’autorité ultime sur tous nouveaux habitants non-chrétiens “découverts” ainsi que leurs terres et propriétés. Au cours des siècles qui suivirent, ces croyances ont donné naissance à la doctrine de la découverte utilisée par l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre, La France et la Holande et de fait toutes les nations chrétiennes.

La doctrine de la découverte dans la loi américaine

En 1823, la doctrine de la découverte chrétienne fut adoptée en catimini dans la loi américaine par la cour suprême des Etats-Unis dans le cas devenu célèbre de Johnson contre McIntosh. Ecrivant pour une cour unanime, le juge suprême John Marshal observa que les nations chrétiennes européennes avaient assumé la “domination ultime sous forme coloniale” (NdT: sens du mot “dominion” employé en anglais) des terres d’Amérique durant l’âge de la découverte et que avec cette “découverte”, les Indiens avaient perdu “leurs droits de souveraineté totale en tant que nations indépendantes” et ne retenaient que le droit “d’occuper” leurs territoires. En d’autres termes, les nations indiennes étaient soumises à l’autorité ultime de la première nation de la chrétienté qui clâma possession d’une région spécifique des terres indiennes.

D’après Marshall, les Etats-Unis, après avoir gagné leur indépendance en 1776, devinrent une nation héritière du droit de la “découverte” et acquérirent le pouvoir de “domination coloniales (dominion)” de la Grande-Bretagne. Bien sûr, lorsque Marshal définît en premier lieu le principe de “découverte”, il utilisa une langage qui n’attira pas l’attention sur le biais religieux, déclarant que “la découverte donne droit au gouvernement par les sujets ou l’autorité par lesquels la découverte fut faite, contre tout autre gouvernement européen”. Quoi qu’il en soit, en discutant le précédent légal soutenant les conclusions de la cour, Marshal cita de manière spécifique la charte anglaise donnée à l’explorateur John Cabot, afin de documenter la “reconnaissance totale” par l’Angleterre de la doctrine de la découverte. Ensuite, paraphrasant le langage de la charte elle-même, le juge Marshall nota que Cabot était autorisé de prendre possession de terres “sans se préoccuper de l’occupation des sols par les indigènes, qui sont des païens et dans le même temps en admettant le titre de propriété de tout chrétien qui en aurait pris possession au préalable.”

En d’autres termes, la cour suprême des Etats-Unis affirmait que la loi américaine était basée sur une règle fondamentale de la “loi des nations” et qu’il était possible de virtuellement ignorer les droits fondamentaux des “païens” indigènes et de clâmer que les “terres inoccupées” de l’Amérique appartenaient de droit aux nations européennes les découvrant. Il est bien sûr très important de comprendre que, comme l’a justement fait remarquer Benjamin Munn Ziegler dans sa Loi Internationale selon John Marshall, que le terme de “territoires inoccupés” se référait à “la terre en Amérique qui lorsqu’elle fut découverte était ‘occupée par des Indiens”, mais “inoccupés par des chrétiens’ ”

Ironiquement, la même année de la décision juridique de l’affaire Johnson contre McIntosh, lun des pères fondateurs des Etats-Unis, James Madison, écrivit: “La religion n’est pas la préoccupation du gouvernement humain. La religion est essentiellement distincte du gouvernement civil et exempte de sa reconnaissance ; une connexion faite entre les deux est injurieuse aux deux parties.”

La plupart d’entre nous ont été élevés dans la croyance que la  constitution des Etats-Unis fut faite pour maintenir une séparation de l’église et de l’état. Malheureusement, avec la décision de la cour suprême dans l’affaire Johnson, la doctrine chrétienne de la découverte fut non seulement pas écrite dans la loi américiane mais elle devint aussi la pierre angulaire de la politique américaine envers les Indiens au cours du siècle suivant.

De la doctrine de la découverte aux nations indépendantes intérieures

Utilisant comme base légale le principe de la “découverte”, la cour suprême déclara en 1831 que la nation Cherokee (et par implication toute autre nation indienne), n’était pas totalement souveraine, mais que “peut-être”, elle pourrait être étiquetée comme une “nation indépendante intérieure”. [Cherokee nation contre l’état de Georgie]. Le gouvernement fédéral en profita pour dire que les traités faits avec les nations indiennes ne reconnaissaient pas les nations indiennes comme étant libres du contrôle de l’état fédéral. D’après le gouvernement, les nations indiennes étaient des “nations indépendanes intérieures”, sujettes à l’autorité légale complète du gouvernement fédéral, ceci étant connu sous le vocable de “pouvoir pléniaire”. Ainsi, l’ancienne doctrine chrétienne de la découverte et sa conquête et sugjugation des Indiens “païens”, furent étendues par le gouvernement fédéral en une doctrine mythique disant que la constitution des Etats-Unis permettait l’autorité gouvernementale sur les nations indiennes et leurs territoires.

Le mythe du “pouvoir pléniaire” sur les Indiens, un pouvoir du reste, qui ne fut jamais voulu par les auteurs de la constitution, a été utilisé par les Etats-Unis pour:

  • Circonvenir aux termes des traités solennels liant les Etats-Unis aux nations indiennes, malgré le fait que tous ces traités sont “loi suprême de la terre, malgré tout écrit constitutionnel”.
  • Voler les territoires ancestraux des peuples indiens vivant à l’Est du Mississippi en les déportant de leurs terres par la loi de 1835 concernant la déportation des Indiens.
  • Utiliser un statut congressionnel connu sous le vocable de la loi d’alotement général de 1887, pour priver les Indiens de quelques 90 millions d’acres de leurs terres. Cette loi, expliqua John Collier (commissaire aux affaires indiennes), fut une “méthode indirecte, pacifique sous forme légale, de prendre la terre que nous étions déterminés à prendre, mais ne voulions pas prendre ouvertement à cause des traités”.
  • Voler les Collines Noires (Black Hills), territoire sacrée de la grande nation Sioux en violation totale des termes du traité de Fort Laramie de 1868 (NdT: Le SEUL traité de l’histoire américaine, qui vit le gouvernement américain qui avait perdu la guerre, faire des concessions à ses vainqueurs !… Traité qui fut violé par les yankees à maintes reprises depuis…), qui reconnait à la nation Sioux la propriété absolue et exclusive de son territoire.
  • Payer le secrétariat à l’intérieur la somme de 26 millions de dollars pour 24 millions d’acres des terres de la nation Shoshone, parce que le peuple Shoshone a constamment refusé de vendre ses terres et refuser de la même manière de prendre quelque argent que ce soit. Bien que les limites frontalières du territoire Shoshone et leur droit de souveraineté furent reconnus clairement par le gouvernement fédéral dans le traité de la vallée de Ruby en 1863, le gouvernement proclame maintenant que le fait de s’être lui-même payé au titre de la nation Shoshone a mis fin à la souveraineté territoriale de la dite nation.

Les cas cités ci-dessus sont juste quelques exemples du comment le gouvernement des Etats-Unis a utilisé les décisions de justice des affaires Johnson contre McIntosh et la nation Cherokee contre l’état de Georgie pour dénigrer abruptement les droits des peuples indigènes. De fait, un grand nombre de politiques intérieures américaines sur les Indiens sont fondées sur la “rationalité” cachée du principe “de la découverte chrétienne”, une vision qui “subordonne aux premiers découvreurs chrétiens” ou à leurs successeurs, les “païens” indigènes des Amériques.

Comme l’avait déjà observé Thomas Jefferson, lorsque l’état utilise la doctrine de l’église comme moyen coercitif, le résultat en est “l’hypocrisie et la méchanceté”. Bien malheureusement, l’utilisation par la cor suprême des Etats-Unis de l’ancienne doctrine chrétienne de la découverte, pour circonvenir à la constitution et comme moyen de saisir les terres indiennes et de placer les nations indiennes sous le contrôle du gouvernement fédéral, a prouvé que Madison et Jefferson avaient raison.

Mettre fin à cinq cent ans d’injustice faite aux peuples autochtones

Dans un pays fait pour maintenir une séparation stricte de l’église et de l’état, la doctrine de la découverte aurait dû être déclarée inconstititionnelle parce qu’elle est fondée sur un traitement raciste des nations autochtones pour le simple fait qu’elles n’étaient pas chrétiennes au moment de l’arrivée des Européens sur le continent. En pénalisant les peuples indigènes sur la base de leurs croyances religieuses non-chrétiennes et leurs pratiques cérémonielles traditionnelles, les privant de la vaste majorité de leurs terres ancestrales et de leur souveraineté, la décision Johnshon contre McIntosh devient un des piliers de la violation des “droits naturels” de l’humanité, tout autant que des droits fondamentaux des peuples indigènes.

Alors que nous allons au-delà des cinq cents ans de l’invasion des Amériques par Christophe Colomb, il est grand temps de renoncer de manière formelle et de mettre fin au racisme religieux qui fut écrit dans la loi des Etats-Unis par le juge de la cour suprême John Marshall. Que le peuple américain et spécifiquement la droite chrétienne, veuille assister les autochtones à abroger la décision Johnson, en dira beaucoup au monde sur le point de sérieux auquel se trouve les Etats-Unis en ce qui concerne les principes de liberté, de justice et de liberté religieuse.

Alors que nous approchons le 500ème anniversaire des bulles papales des 3 et 4 Mai 1493, il est important de garder présent à l’esprit que la “doctrine de la découverte” est toujours utilisée par un grand nombre de pays des Amériques pour nier les droits des peuples indigènes et de perpétuer la colonisation de tout le continent. Pour pouvoir mettre fin au système de colonisation et de sortir de la tradition culturelle et spirituelle de la subjugation, nous devons renverser la doctrine à sa racine. C’est pourquoi je propose que les personnes non indigènes, spécifiquement les chrétiens, s’unissent en solidarité avec les peuples autochtones du continent américain afin d’impressionner le pape Jean Paul II sur l’importance pour lui de révoquer la bulle Inter Caetera de 1493, dans une cérémonie formelle impliquant les peuples natifs.

Revoquer ces documents papaux et renverser la décision Johnson contre McIntosh sont deux étapes très importantes pour corriger les injustices qui ont été infligées aux peuples indigènes ces cinq cents dernières années. Ce sont aussi des étapes spirtituelles importantes vers la création d’un mode de vie qui ne sera plus fondé sur la veulerie et la subjugation et la coercition. Peut-être pourrons-nous alors utiliser notre nouvelle solidarité pour commencer à créer un style de vie fondé sur le principe des premiers occupants: “Le respect de la Terre et un respect sacré pour tout le vivant”.

References

Cherokee Nation v. Georgia 30 U.S. (5 Pet.) 1, 8 L.Ed. 25 (1831).

Davenport, Frances Gardiner, 19l7, European Treaties bearing on the History of the United States and its Dependencies to 1648, Vol. 1, Washington, D.C.: Carnegie Institution of Washington.

Johnson and Graham’s Lessee V McIntosh 21 U.S. (8 Wheat.) 543, 5 L.Ed. 681(1823).

Rivera-Pagan, Luis N., 1991, « Cross Preceded Sword in ‘Discovery’ of the Americas, » in Yakima Nation Review, 1991, Oct. 4.

Story, Joseph, 1833, Commentaries on the Constitution of the United States Vol. 1 Boston: Little, Brown & Co.

Thacher, John Boyd, 1903, Christopher Columbus Vol. 11, New York: G.P. Putman’s Sons.

Williamson, James A., 1962, The Cabot Voyages And Bristol Discovery Under Henry VII, Cambridge: Cambridge University Press.

Wheaton, Henry, 1855, Elements of International Law, Sixth Edition, Boston: Little Brown, and Co.

Ziegler, Benjamin Munn, 1939, The International Law of John Marshall, Chapel Hill: The University of North Carolina Press.

Steve Newcomb est un Indien Shawnee & Lenape. Pendant plus d’une décennie, il a étudié les origines  de la loi fédérale sur les Indiens des Etats-Unis et de la loi internationale, qui remontent toutes deux aux premiers jours de la chrétienté. Il met en ce moment même la dernière main à son livre , Pagans In the Promised Land: Religion, Law, and the American Indian.