Archive pour économie européenne

Crise économique: Les chiffres dont ne parle pas la pressetituée…

Posted in actualité, économie, crise mondiale, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique with tags , , , , , , , , , , on 26 septembre 2013 by Résistance 71

Ceci s’applique à la France, les chiffres officiels sont totalement bidons… et cela ne va pas aller en s’améliorant, au contraire… Le but est le chaos économique et l’avènement de la gouvernance mondiale ne l’oublions jamais. Cela passe par le chaos politico-économique.

— Résistance 71 —

 

Crise la génération sacrifiée

 

Oleg Serveguine

 

24 Septembre 2013

 

url de l’article original:

http://french.ruvr.ru/2013_09_24/Une-generation-a-trois-negations-4898/

 

L’abréviation anglaise « NEET » est un homonyme de la négation russe « niet » (non), et en principe le sens des deux mots s’y ramène. Le premier, introduit par le gouvernement britannique et repris par le lexique statistique d’autres pays d’Europe, signifie la jeunesse exclue dans le contexte de crise : « Not in Education, Employement or Training » (Ni instruction, ni emploi, ni formation).

« C’est la plus récente de la longue série d’informations effrayantes : le nombre des chômeurs parmi les jeunes a représenté en Italie 39 %, établissant ainsi un nouveau record. » C’est par cette constatation peu réjouissante que le journal allemand Neues Deutschland commence son article titré « la génération perdue de l’Europe ». En publiant ces « informations effrayantes », le périodique avait en vue les nouvelles données statistiques publiées ces jours-ci par l’Eurofound (Fonds européen d’amélioration des conditions de vie et de travail).

L’avenir de l’Europe, indique le rapport du Fonds, dépend de ces 94 millions d’habitants âgés de moins de 24 ans. C’est sur eux que reposera la responsabilité de la prospérité des générations de leurs aînés. Mais ce qui est particulièrement injuste, c’est que se sont précisément les jeunes qui sont frappés par la crise, concluent les experts d’Eurofound.

D’après le fonds, l’Union européenne compte 7,5 millions de jeunes gens de 15 à 24 ans et 6,5 millions de 25 à 29 ans, évincés à la périphérie du marché européen de l’emploi et de l’instruction. Ce sont ceux qui forment la catégorie sociale « NEET ».

Comme l’apprend Neues Deutschland, la Commission Européenne étudie actuellement le projet de ce qu’on appelle une « garantie pour les jeunes ». Son but est d’assurer à chaque jeune de moins de 25 ans une possibilité d’obtenir un emploi en l’espace de 4 mois après la fin des études ou une perte d’un emploi. Mais où en trouver, si, disons, en Espagne ou en Grèce, le chômage parmi les jeunes dépasse 50 %, s’interroge le journal.

Oleg Barabanov, chef de la chaire de la politique de l’UE et du Conseil de l’Europe du MGIMO critique les actions des fonctionnaires à Bruxelles.

« L’Union Européenne a adopté un programme spécial censé optimiser la politique de l’emploi, y compris parmi les jeunes, – dit le professeur. Mais de l’avis de la plupart des experts, ce programme a échoué. Et ensuite la crise a éclaté. On comprend qu’à présent, des organisations de jeunes et les universités en Grèce, en Italie et dans d’autres pays de l’UE sont des centres de protestation contre une politique aussi myope. »

Andrea Nahles, secrétaire générale du SPD, a qualifié de risible la somme de six milliards d’euros prévue dans le budget à long terme de l’UE pour le soutien aux jeunes.

The Guardian britannique a récemment cité l’OCDE qui constate que l’UE « avait fait échouer le contrat social » avec les jeunes. Il serait curieux de savoir si ne serait-ce qu’une seule des trois négations disparaitra pour la génération « NEET » ?

 

 

Publicités

Résistance politique: pacte budgétaire européen = misère généralisée dans une société néo-féodale post-industrielle…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, démocratie participative, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 30 septembre 2012 by Résistance 71

Une fois de plus la clique néolibérale de gauche s’allie dans la continuité à celle de droite pour continuer de piller et de vandaliser la vie des citoyens.

Quand assez est-il assez ? Quand les citoyens décideront-ils de reprendre en main les affaires ?…

— Résistance 71 —

 

Le pacte budgétaire européen

 

Par Salim Lamrani

 

Le 28 Septembre 2012

 

url de l’article original en français:

http://www.mondialisation.ca/le-pacte-budgetaire-europeen/

 

Le gouvernement socialiste de François Hollande s’apprête à faire adopter par voie parlementaire le Pacte budgétaire européen, également appelé Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) lequel, en plus d’instaurer définitivement une politique d’austérité, porte atteinte à l’indépendance de la France qui ne pourrait plus décider souverainement de son budget national.

Le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), imposé par l’Allemagne d’Angela Merkel, adopté au niveau européen, est en passe d’être ratifié par la France de François Hollande. Ce texte introduit la dénommée « règle d’or » devenue obligatoire pour tous les pays membres de la zone euro et instaure de facto une politique d’austérité, empêchant les Etats de présenter un budget avec un déficit supérieur de 0,5% au Produit intérieur brut[1].

Adopté le 2 mars 2012 par Nicolas Sarkozy et 24 autres dirigeants européens, le TSCG sera bientôt soumis au parlement français dominé par le Parti socialiste, par une procédure de majorité simple des deux assemblées, sans qu’aucune modification n’ait été apportée au traité. La règle d’or deviendrait alors loi et interdirait tout déficit public, sous peine de graves sanctions de la part de l’Union européenne[2].

Plus grave encore, la France perd une grande partie de sa souveraineté avec le TSCG. En effet, le parlement français devra obligatoirement soumettre son budget annuel à la Commission européenne, dont aucun membre n’est issu du suffrage universel. Ces derniers pourront effectuer les arbitrages qu’ils jugeront nécessaires, sans avoir aucun compte à rendre aux citoyens, et décider de l’avenir de la nation. Ainsi, le TSCG rend obligatoire l’application de politiques d’austérité en Europe, sans qu’aucune autre voie alternative puisse être explorée[3].

Pour la France, alors que le pays se trouve à la limite de la récession et qu’il conviendrait en toute logique d’injecter des fonds dans l’économie, le retour à l’équilibre budgétaire imposé par le TSCG, qui implique de revenir à un déficit de 3% en 2013, signifie que 33 milliards d’euros redistribués par l’Etat doivent être retirés de l’économie nationale. Cela est valable uniquement si les hypothèses de croissance de l’ordre de 1% sont confirmées, ce qui est loin d’être le cas. Cela suppose que l’Etat réduira inévitablement ses dépenses publiques, ce qui aura un impact social[4].

De la même manière, pour revenir à l’équilibre budgétaire en 2017, comme s’est engagé le président français François Hollande, il faudrait retirer 60 milliards d’euros de la circulation économique. Cela équivaut à la moitié de la somme prévue par le Plan de Relance qui est de 120 milliards d’euros (inférieur à 1% du PIB européen) adopté par l’Union pour tous les pays de la zone euro, destiné à stimuler la croissance[5].

Le Mécanisme européen de stabilité (MES) est officiellement censé venir en aide aux pays en difficulté. Il est néanmoins uniquement destiné aux nations ayant adopté le TSCG. Il s’agit en réalité du moyen trouvé par les partisans du néolibéralisme, symbolisés par Angela Merkel, pour imposer des politiques d’austérité, qui en plus d’avoir de graves conséquences sociales sur les populations, sont économiquement inefficaces[6].

En effet, partout où les plans d’austérité ont été appliqués, que ce soit en Grèce, en Italie, en Irlande, au Portugal ou en Espagne, la crise de la dette, loin de se résorber, s’est aggravée et les conditions de vie des habitants se sont considérablement dégradées, avec une explosion du chômage et une destruction organisée du système de protection sociale et de l’Etat providence.

Les exemples les plus emblématiques sont la Grèce et l’Espagne, où ces remèdes de choc ont été imposés de force. Les résultats sont catastrophiques d’un point de vue politique, économique et social.

Ainsi, en Grèce, après l’application de neuf plans d’austérité avec une hausse massive d’impôts dont la TVA, une hausse des prix, une réduction des salaires (jusqu’à 32% sur le salaire minimum !) et des pensions de retraite, un recul de l’âge légal de départ de la retraite, la destruction des services publics de première nécessité tels que l’éducation et la santé, la suppression des aides sociales et privatisations des secteurs stratégiques de l’économie nationale (ports, aéroports, chemins de fer, gaz, eaux, pétrole), la production a reculé de 20%, le chômage a explosé et la crise de la dette n’a fait que s’aggraver. En effet, celle-ci est aujourd’hui supérieure à ce qu’elle était avant l’intervention des institutions financières internationales en 2010[7].

Après le désastre grec, causé par les politiques d’austérité de la Troïka (Banque centrale européenne, Union européenne et Fond monétaire international), l’Espagne se trouve à son tour au bord de l’abîme. La même thérapie de choc néolibérale a été appliquée de force au peuple espagnol, avec les mêmes conséquences désastreuses. Le gouvernement de Mariano Rajoy a imposé aux citoyens un « plan de rigueur colossal » selon le journal économique La Tribune, avec une baisse des dépenses de 102 milliards d’euros d’ici 2014 : baisse drastique du nombre de fonctionnaires, des budgets de l’éducation et de la santé et diminution des salaires, hausse des impôts dont la TVA et réduction des allocations familiales, des indemnités de chômage et des pensions de retraite, entre autres. Tout cela, dans un pays frappé par un taux de chômage record de 25%, avec une explosion du taux de pauvreté. De son côté, la Commission européenne, loin de se préoccuper des conséquences sociales et humaines engendrées par ces mesures, « salue l’adoption en Espagne du plan pluriannuel[8] ».

Le TSCG, qui impose les politiques d’austérité comme la seule norme possible, est voué à l’échec et aggravera inévitablement la crise économique en Europe, déjà en pleine récession. En effet, le concept de la « règle d’or » est douteux puisqu’en réduisant la capacité des Etats à s’endetter, on les prive de toute possibilité de réaliser des investissements qui relanceraient la croissance. Les conséquences sociales désastreuses entraîneront une crise politique d’envergure dont nul ne peut prédire l’issue, dans un contexte de résurgence de l’extrême droite partout dans le continent.

Le gouvernement socialiste de François Hollande a l’obligation morale de soumettre le TSCG au peuple par référendum, après un vaste débat public contradictoire sur les enjeux en question. Il en va de l’avenir de la démocratie en France, déjà passablement ébranlée par l’adoption par voie parlementaire du Traité de Lisbonne en 2007, alors que le peuple l’avait rejeté deux années auparavant par référendum.

Article original publié en portugais :

Opera Mundi

http://operamundi.uol.com.br/conteudo/opiniao/24575/pacto+orcamentario+europeu+atenta+contra+independencia+da+franca.shtml

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de la Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Son dernier ouvrage s’intitule État de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba, Paris, Éditions Estrella, 2011 (prologue de Wayne S. Smith et préface de Paul Estrade).

Contact : lamranisalim@yahoo.fr

PageFacebook : https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel

Notes:

[1]Union europénne, « Le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance », 2012. http://www.touteleurope.eu/fr/organisation/droit-de-l-ue/les-traites/presentation/le-traite-sur-la-stabilite-la-coordination-et-la-gouvernance-2012.html (site consulté le 29 août 2012).

[2] Ibid.

[3] Ibid.

[4] Jean-Luc Mélenchon, « Discours de Jean-Luc Mélenchon en clôture des estivales citoyennes du Front de Gauche », Le Parti de Gauche, 26 août 2012. http://www.dailymotion.com/video/xt3yj5_discours-de-jean-luc-melenchon-en-cloture-des-estivales-citoyennes-du-front-de-gauche_news?search_algo=2 (site consulté le 29 août 2012).

[5] Ibid.

[6] Conseil de l’Europe, « Mécanisme européen de stabilité », 2012. http://www.european-council.europa.eu/media/582863/06-tesm2.fr12.pdf (site consulté le 29 août 2012).

[7] Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers monde (CADTM), « Le CADTM dénonce la campagne de désinformation sur la dette grecque et le plan de sauvetage des créanciers privés », 10 mars 2012. http://www.cadtm.org/Le-CADTM-denonce-la-campagne-de (site consulté le 29 avril 2012).

[8] La Tribune, « L’Espagne s’impose un plan de rigueur colossal », 3 août 2012.