Archive pour doctrine chrétienne de la découverte Alexandre VI

Résistance au colonialisme: Sioux Standing Rock contre le viol de leurs terres ancestrales au nom du sacro-saint pétrole

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 28 août 2016 by Résistance 71

“Journaliste à Gandhi: Que pensez-vous de la civilisation occidentale ?
Gandhi: C’est une bonne idée…”

 

La nation Sioux Standing Rock contre l’oléoduc

 

Steven Newcomb

 

23 août 2016

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/08/23/standing-rock-sioux-nation-vs-pipeline

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Mon amie Navajo Valerie Taliman a écrit un excellent article au sujet du blocage en cours de l’oléoduc du Dakota Access et la récente arrestation du président de l’association contre l’oléoduc Dave Archambault II de la nation Sioux Standing Rock: Standing Rock Sioux Nation at the pipeline protest.

Lorsque j’ai vu l’info de son arrestation, cela m’a fait penser à quelque chose que notre grand leader Shawnee Tecumseh avait dit durant une audience avec le peuple natif:

“Le Grand Esprit dans sa sagesse vous a placé ici et vous a donné cette terre, à vous et à vos enfants pour que vous la défendiez. Mais hélas ! la race qui s’en vient, comme un grand serpent, vous enserre de plus en plus dans ses anneaux.”

Au sujet de l’oléoduc, Archambault dit: “Nous ne voulons pas de ce serpent noir au sein des frontières de notre traité.” Continuant: “Nous devons stopper cet oléoduc qui menace notre eau. Nous l’avons dit encore et encore que nous n’en voulons pas ici. Nous voulons que le corps du génie de l’armée honore les mêmes droits et les mêmes protections qui furent accordés aux autres, des droits qui ne nous furent jamais accordés concernant nos territoires. Nous demandons un arrêt de la construction de cet oléoduc et que celui-ci soit maintenu en dehors des frontières de notre traité.

Cette proposition d’oléoduc va transporter des millions de barrils de pétrole brut. Il suffit d’une seule fuite et une quantité massive d’hydrocarbures va empoisonner les eaux sacrées de la nation Sioux Standing Rock par sa toxicité. Les Hunkpapa Standing Rock savent que l’eau est la base fondamentale de la vie et doit être traitée avec le plus grand des respects.

Mlle Taliman dit que le conflit se situe en “territoire Hunkpapa près de Cannon Ball”. En fait, tout en arrive à savoir: à qui appartient ce territoire ? Quelles valeurs doivent prévaloir sur ce territoire ? Les valeurs de l’empire américain ? ou les valeurs spirtituelles et écologiques des nations originelles comme celles de la nation Sioux Standing Rock ?

Article connexe sur le rachat de la Louisane à la France et la doctrine chrétienne de la « découverte »:

https://resistance71.wordpress.com/2014/03/12/france-et-colonialisme-quand-une-boutade-entre-obama-et-hollande-remet-la-doctrine-chretienne-de-la-decouverte-sur-la-table/

La nation Hunkpapa, qui inclut les Sioux Standing Rock, fait partie du plus vaste Oceti Sakowin ou conseil des dept feux de la nation Teton, parfois connue sous le nom de “Grande Nation Sioux”. Les Etats-Unis regardent la totalité géographique de la zone Dakota, Lakota et Nakota (Oceti Sakowin) et leur territoire comme partie du territoire national des Etats-Unis.

Les Etats-Unis se voient comme une nation qui possède le territoire des nations natives originelles “avec pleine souveraineté et dominion” et comme l’a dit la juge Sandra Day O’Conner de la cour suprême des Etats-Unis en 1988 dans l’affaire Lyng v. Northwest Indian Cemetery Protective Association en ce qui concerne la valeur spirituelle de la place des nations originelles sur la terre: “Quelques soient les droits qu’ont les Indiens d’utiliser l’endroit, ceux-ci quoi qu’il en soit, n’empêche pas le gouvernement d’utiliser ce qui est, après tout, sa terre.

L’argument du gouvernement, ceci incluant également le corps du génie de l’armée, peut faire ce qu’il veut sur une terre qu’il affirme être le territoire national des Etats-Unis parce que prendre de telles décisions lourdes de conséquences est une prérogative de la “souveraineté nationale” américaine, qui va au-delà de la “souveraineté tribale”. Dans son livre “Captives of Sovereignty”, Jonathan Havercroft liste un bon nombre de philosophes de la politique qui ont conclu qu’une telle “souveraineté” est une “forme injuste de domination qui limite la liberté humaine.

On doit ici refaire un peu d’histoire: La France, par voie du traité de vente de la Louisiane en 1803, est dite avoir transféré aux Etats-Unis les droits que la France affirmait sur cette très vaste zone (NdT: le territoire de la “Louisiane” s’étendait bien au nord et dans toutes les directions, jusqu’aux montagnes rocheuses…)

La France déclara dans ce traité de cession de terre qu’elle “cédait aux Etats-Unis, au nom de la République Française, à perpétuité et en pleine souveraineté, le dit territoire avec tous ses droits, privilèges et prérogatives.”

Cette zone inclut le territoire de l’Oceti Sakowin, dont Standing Rock, qui est maintenant dressé contre l’affirmation par les Etats-Unis d’un droit d’ascendance et de domination en relation à la terre. La décision de l’affaire Johnson contre M’Intosh de 1823, qui est vue comme la pierre angulaire de la loi foncière des Etats-Unis, appelle ceci “le pouvoir de donner la terre pourtant toujours en possession des Indiens.” Étendez cela au pouvoir de donner la permission à des projets comme ceux du Dakota Access Pipeline, un projet d’investissement de 3,7 milliards de dollars.

Une fois que la France eut prétendûment cédé aux etats-Unis une zone considérée inclusive des territoires d’Oceti Sakowin, les Etats-Unis ont alors considéré qu’ils avaient le droit de clâmer la “souveraineté”, et par là-même une domination injuste, sur le territoire et les ressources inhérentes d’Oceti Sakowin et ce comme étant “le territoire des Etats-Unis” sur la base de la doctrine chrétienne de la découverte et de la domination.

Le président Thomas Jefferson lui, considérait le territoire de l’achat de la Louisiane comme étant principalement espagnol d’origine, car possession coloniale sur un continent entier clâmé par l’Espagne. La couronne espagnole est dite avoir eu possession du territoire de la Louisiane de 1762 à 1800, territoire qui fut ensuite rétrocédé à la France. Nous parlons d’une période d’environ 40 ans sous la couronne d’Espagne, fondée sur le don du pape Alexandre VI (Rodrigo Borgia) à la couronne de Castille de terres “non-chrétiennes découvertes et à découvrir.

Ce à quoi le président Archambault II et la nation Sioux Standing Rock doivent maintenant faire face est, en d’autres termes, un système de langage de la domination qui est maintenant utilisé par les Etats-Unis. Le système de langage remonte à l’affirmation des Français sur le continent, ainsi que celle des Espagnols basées sur la fondation de documents pontificaux émis par des papes au XVème siècle.

Le différent au sujet de l’oléoduc est un conflit causé en 2016 par la tradition occidentale de la chrétienté de dominer ces nations et ces peuples considérés être “païens” et “infidèles”. L’Oceti Sakowin est une nation originellement libre et indépendante. Elle est une des nations que le juge de la cour supême Marshall caractérisa dans le rendu de l’affaire Johnson vs M’Intosh comme “indépendante de fait” dans le territoire de la Louisiane.

Mais, comme le fit remarquer un autre juge de la cour suprême, Joseph Story, du point de vue du monde chrétien, les Amérindiens étaient vus comme “des animaux brutaux” et n’étaient pas “permis” de demeurer des nations libres et indépendantes. “En tant qu’infidèles, païens et sauvages, les Indiens ne sont pas autorisés à posséder les prérogatives (supériorités) appartenant aux nations absolues, souveraines et indépendantes.”

Ce raisonnement préalable religieux au sujet des “païens et infidèles” démontré dans cette citation du juge Story, est la base sur laquelle se fonde le gouvernement des Etats-Unis et son corps du génie militaire pour affirmer maintenant un droit supérieur sur le territoire et les eaux de la nation Oceti Sakowin. L’histoire du système de référence qui est utilisé contre la nation Sioux Standing Rock peut être tracée à la mentatilté même de la chrétienté.

Cette mentalité a clâmé que le “peuple chrétien” (comme cité dans Johnson contre M’Intosh) a le droit divin de “diminuer” et de “soumettre” les nations non-chrétiennes “païennes” et “barbares” et de les forcer sous un système de domination prévalent “chrétien” et “humain”. Dans ce cas, ce système, par euphémisme, est appelé la “civilisation américaine”. C’est ce que Tecumseh appela “un énorme serpent” et il a un appétit insatiable pour le pétrole…

Publicités

Doctrine chrétienne de la découverte fondement du colonialisme occidental: L’hypocrisie du « dieu sublime »

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 1 juin 2016 by Résistance 71

Au sujet de la bulle pontificale “Sublimis Deus”

Steven Newcomb

23 Mai 2016

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/05/23/papal-bull-sublimis-deus

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

En 1537, le pape Paul III a émis la bulle pontificale Sublimis Deus (sublime dieu). Le pape fit cela après avoir été particulièrement influencé par un prêtre du nom d’Antonio Montesinos qui se rendit à Rome depuis l’île des Caraïbe d’Hispagnola (NdT: aujourd’hui Haïti et lieu de débarquement initial de Cristobal Colon ou Christophe Colomb, le “colonisateur porteur de la croix”…) afin de disputer le traitement horrible réservé aux Indiens. Montesinos fit cela en représentation d’un groupe particulier de prêtres de l’ordre des dominicains résidant sur l’île d’Hispagnola. L’église catholique a dit depuis plusieurs années déjà, que le document Subliminis Deus a servi à corriger un certain nombre d’édits/décrets pontificaux sur la subjugation et la colonisation qui avaient été émis par le pape Alexandre VI (Rodrigo Borgia) en 1493.

L’église prend cette position parce que le décret pontifical Sublimis Deus dit que les Indiens doivent être vus comme de véritables êtres humains (en opposition au fait qu’ils n’étaient pas considérés comme humains précédemment…). Le document Sublimis Deus dit aussi que les Indiens ne devaient pas être privés de leur liberté ou de leur propriété. Il y a cependant deux problèmes avec l’argument contemporain de l’église catholique au sujet de la bulle Sublimis Deus: d’abord, suite aux pressions politiques de l’empereur espagnol Charles V (Charles Quint), qui fit retirer de la circulation toutes les copies du document et les fit renvoyer en Espagne, le pape Paul III fit plus tard retirer toutes les pénalités ecclésiastiques (interdits et excommunication) pour toute violation des termes de la bulle Sublimis Deus. Secundo, en 1537, des millions d’Indiens avaient déjà été exterminés, privés de leur liberté et de leur propriété à cause des bulles pontificales de 1493.

La bulle Sublimis Deus n’était pas rétroactive. Elle ne pouvait pas être projetée dans le passé. Elle ne pouvait pas défaire toutes les morts, la destruction et la déshumanisation que le Saint Siège avait lâché depuis plus de 4 décennies sur la base des bulles alexandriennes de 1493. Le pape Paul III n’avait pas non plus l’intention à ce que la bulle Sublimis Deus libère les nations autochtones originellement libres du système catholique espagnol de domination qui leur avait déjà été imposé sur la base de ces mêmes bulles alexandriennes. Au mieux, les Indiens pouvaient espérer en résultat de Sublimis Deus, d’être libérés sous la domination de la couronne d’Espagne.

L’histoire de la réalité politique au XVème et subséquents siècles, révèle que l’église catholique n’a jamais eu pour intention que la bulle sublimis deus ne retire l’imposition et l’affirmation de la souveraineté et de la domination espagnols sur les nations autochtones originelles. En fait, le pape Alexandre VI avait bien stipulé dans sa bulle Inter Caetera du 4 Mai 1493 que le système de domination de l’empire chrétien (imperii Christiani) devait tenir les “barbare nationes” (en fait les nations originelles libres et souveraines) en subjection (“subjicere”) et sous domination “pour toujours” et “à perpétuité”. L’efficacité au cours des siècles de l’autorisation du pape Alexandre VI est démontrée par le fait que l’affirmation d’un droit de domination imposé dans le passé continue à être imposé à nos peuples et nations dans le présent par les gouvernements d’états. (NdT: sur le continent des Amériques)

Dans un récent entretien, l’évêque Donald Bolen du diocèse catholique de Saskatoon au Canada, a utilisé le conditionnel pour communiquer quelque chose d’hypothétique lorsqu’il a dit: “La déclaration Sublimis Deus, émise par le pape Paul III en 1537 a annulé tous les décrets précédents qui auraient nié le droit des peuples indigènes des Amériques à leur liberté et leur propriété.

Notez l’expression “auraient nié” dans le commentaire de l’évêque Bolen. Dans ce contexte, la forme conditionnelle ‘auraient” est utilisée pour une situation irréelle ou imaginée ; c’est aussi utilisé pour des situations hypothétiques ou irréelles. En d’autres termes, l’évêque Bolen affirme que le document de 1537 a annulé tout document pontifical précédent ayant eu hypothétiquement ou de manière supposée, le pouvoir de potentiellement nier aux Indiens leur droit à la liberté et à la propriété. Malheureusement, son utilisation du mot “auraient” nous empêche de nous focaliser sur le fait que l’autorisation pontificale de domination des bulles alexandriennes a été en place et appliquée pendant plus de quatre décennies contre nos nations origienlles et ce de la plus horrible des façons, la plus brutale et déshumanisante par les leaders espagnols et les conquistadores représentant la couronne de Castille.

L’évêque Bolen a échoué d’expliquer et de reconnaître que de 1493 à 1537 (44 ans), les décrets pontificaux d’Alexandre VI ont en fait été utilisés pendant plus de quatre décennies afin de dominer les peuples autochtones en les privant de leur liberté et de leur propriété et en affirmant une domination sur les territoires des nations originelles, les assujettissant comme dominions de la couronne de Castille. Si l’évêque Bolen avait reconnu cela, il aurait par là-même reconnu qu’en 1537, un fait (historique) de domination avait déjà été créé sur la vase des décrets pontificaux alexandriens. Il aurait donc reconnu, au nom de l’église catholique au Canada, que la bulle Inter Caetera avait déjà été utilisée pendant quarante ans pour refuser aux Indiens leur liberté et leur propriété.

L’utilisation du conditionnel par l’évêque Bolen ne reconnaît pas que la bulle Sublimis Deus ne pouvait rien faire pour changer plus de quarante ans de destruction et de domination institutionnalisée. Par cette simple expression du conditionnel, il a magistralement détourné l’attention du fait qu’en 1537, un système broyeur et mortel de domination chrétienne était déjà complètement en place et maintenu de manière invasive sur les nations originelles autochtones sous l’autorisation des bulles alexandriennes.

Les bulles pontificales alexandriennes servent de prototype illustrateur pour le droit de domination affirmé toujours utilisé contre nous. Une affirmation de droit de domination imposé sur tous les peuples et nations originellement libres dans le passé, continue d’être perpétré et maintenu contre nous aujourd’hui par les gouvernements d’état internationaux comme ceux du Canada, des Etats-Unis et bien d’autres. Aujourd’hui ceci est appelé la “souveraineté des états” ou le “pouvoir plénier” et de bien d’autres termes.

Par le moyen de la révocation cérémonielle de ces terribles documents pontificaux et de bien d’autres les ayant précédé commes les bulles Dum Diversas et Romanus Pontifex (NdT: pape Nicolas V en respectivement 1452 et 1455), le pape François 1er couperait ainsi avec la base même des arguemnts de domination maintenant toujours utilisés contre nous.

Au cœur du colonialisme euro-chrétien: Les 10 éléments constitutifs de la doctrine chrétienne de la découverte (Professeur de droit Robert J Miller université d’Arizona)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 janvier 2016 by Résistance 71

“Cet état d’esprit de similarité de classe peut aussi être trouvé dans la position prise par les descendants des vieux colons britanniques en Amérique du Nord. Ceci correspond à la première apparition d’un nivellement de classe fondé sur une identité raciale fictive ; l’origine de la suprématie blanche, les projets idéologique et colonial essentiels et primordiaux en Amérique et en Afrique… L’idéologie de la suprématie blanche fut essentielle à la neutralisation des antagonismes de classe entre les sans-terre et les propriétaires et pour la distribution des terres et propriétés confisqués des Maures et des juifs en Espagne, des Irlandais en Ulster et des peuples et nations des Amériques et d’Afrique.”

~ Roxanne Dunbar-Ortiz ~

 

“Dans sa bulle Inter Caetera de 1493, la pape Alexandre VI n’a pas utilisé le terme ‘Européens’ pour exprimer le ‘droit de la découverte’, mais il a utilisé le mot ‘chrétien’. D’après ce décret pontifical, tout roi ou prince chrétien, ou toute nation chrétienne pouvaient ‘découvrir’ et assumer la domination et le contrôle sur des terres qui étaient au préalable connues de non-chrétiens mais inconnues des chrétiens… Ainsi le document fut écrit afin de protéger les droits fonciers de tout monarque chrétien, comme le roi du Portugal, mais pas les droits fonciers, de propriété des nation indigènes non-chrétiennes. Ce document appelait à ce que les non-chrétiens soient ‘subjugués’ pour le bien de la ‘propagation de l’empire chrétien’ “.

~ Steven Newcomb ~

 

Voir aussi notre traduction de larges extraits du livre de Steven Newcomb: « Païens en terre promise: Décoder la doctrine chrétienne de la découverte » (Ed, Fulcrum 2008)

 

La doctrine de la découverte: la loi internationale du colonialisme

Professor Robert J. Miller, Sandra Day O’Connor College of Law, Arizona State Univ. Chief Justice, Grand Ronde Tribe Court of Appeals

 

Johnson v. M’Intosh, 21 U.S. (8 Wheat.) 543 (1823).

 

Source:

http://www.doctrineofdiscovery.org/DiscoveryElementsOnondaga2014.pdf

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Novembre 2015

 

Voici les 10 éléments qui je pense constituent la Doctrine (chrétienne de la découverte) et qui sont utiles pour analyser et comparer comment les sociétés de colons / d’établisseurs ont utilisé cette loi internationale contre les peuples indigènes dans le monde.

Robert J. Miller, Native America, Discovered and Conquered: Thomas Jefferson, Lewis and Clark, and Manifest Destiny 3-5 (Praeger Publishers, 2006; paperback University of Nebraska Press, 2008).

 

  1. Première découverte. Le premier pays européen qui a découvert des terres inconnues des autres Européens clâme la propriété et les droits souverains sur ces terres et les peuples natifs qui les occupent. La première découverte était néanmoins considérée comme ayant créé seulement un titre incomplet.
  1. L’occupation et la possession physiques des terres. Pour faire passer la première découverte en titre de propriété reconnu, un pays européen devait physiquement occuper et posséder les terres nouvellement découvertes. Ceci était généralement fait en y construisant des forts militaires ou des colonies. La possession physique devait se faire dans un laps de temps raisonnable après la première découverte afin de créer un titre complet.
  2. La pré-emption du titre européen. Les pays européens découvrant les terres clâmaient aussi le pouvoir préemptif, c’est à dire le droit unique d’acheter la terre des peuples indigènes. Ceci est un droit de propriété très intéressant similaire à celui d’une option exclusive sur l’achat de la terre. Le gouvernement possédant ce droit préemptif empêchait tout autre gouvernement européen ou individu de pouvoir acheter la terre de ses occupants indigènes. Les Etats-Unis affirment et exercent toujours ce droit aujourd’hui sur les terres indiennes 25 U.S.C. section 177 (2006).
  3. Le titre de propriété indien ou autochtone. Après la première découverte, les systèmes légaux euro-américains ont affirmé que les peuples et nations indigènes avaient perdu leurs pleins drits de propriété et la totale propriété de leurs terres. Les Européens clâmèrent que seul demeurait le droit d’occupation des sols et de l’utilisation de leur terre pour les autochtones. Quoi qu’il en soit, ces droits pouvaient demeurer à tout jamais s’ils ne consentaient jamais à vendre au pays européen qui a affirmé sa préemption de pouvoir sur les autres. Si les nations autochtones décidaient de vendre, elles ne pouvaient le faire qu’en rapport avec le gouvernemet possédant le droit préemptif. Ainsi, le “titre de propriété indien” aux Etats-Unis (au Canada) et le “titre de propriété Maori” en Nouvelle-Zélande et tous les titres de propriété indigènes ailleurs sont soi-disants des titres de droit de propriété limitée.
  4. Les droits de souveraineté et de commerce tribaux limités. Après une première découverte, les Européens considéraient que les nations indigènes et les peuples avaient perdu certains aspects de leurs pouvoirs souverains inhérents ainsi que leurs droits au libre commerce international et aux relations diplomatiques. Ensuite, ils ne furent supposés communiquer et gérer leur relation qu’avec le gouvernement de la nation européenne qui les avait “découvert”.
  5. La contiguité. Sous la doctrine de la découverte, les Européens ont clâmé une grande partie de terre contigue et entourant leurs découvertes et colonies du nouveau monde.

La contiguité devint alors très importante lorsque des pays européens différents avaient des colonies assez proches les unes des autres. Dans cette situation chaque nation clâmait le droit sur les terres inoccupées entre leurs colonies/établissements jusqu’à un endroit à mi-chemin entre les colonies.

De plus, la contiguité déclarait que la découverte de l’embouchure d’un fleuve donnait au pays découvreur un droit sur les terres drainées par cette rivière, même si cela représentait des milliers de kilomètres de territoire. Par exemple, référez-vous aux limites territoriales du territoire de la Louisiane et de celui de l’Oregon comme étant définies par les Etats-Unis.

  1. Terra Nullius. Cette expression veut littéralement dire que la terre ou le territoire est vide, inoccupé, inhabité. Ceci stipulait que si des terres n’étaient pas possédées, occupées par une personne ou une nation et même si elle était occupée mais pas utilisée d’une manière compatible avec les systèmes légaux de propriété approuvés par les Européens, alors ces terres étaient considérées comme “vides” et “inhabitées” et disponibles pour saisie par la découverte. Les Européens furent très larges en ce qui concerne l’application de cet élément et considérèrent très souvent des terres occupées par des nations autochtones comme étant “vacantes” et disponibles à la saisie sous la doctrine de la découverte si elle n’étaient pas “utilisées” en accord avec les us-coutumes et lois euro-américaines.
  2. Le christianisme. La religion était (et est toujours) un aspect très important de la doctrine de la découverte, sous celle-ci, les non-chrétiens n’avaient aucun droit à la terre, ni à la souveraineté, ni à l’auto-détermination comme les chrétiens.
  3. Civilisation. Les idéaux européens de civilisation furent aussi une partie importante de la doctrine de la découverte ainsi que du concept de la supériorité. Les Européens pensaient (et pensent toujours) que dieu les a dirigé pour amener la civilisation, l’éducation et la religion chrétienne aux peuples indigènes ainsi que d’exercer un pouvoir paternaliste et de gardiennage sur ceux-ci.
  4. La conquête. Cet élément de la doctrine affirme que les Européens pouvaient acquérir le titre de propriété indien par victoires militaires dans des guerres “justes et nécessaires”. De plus, la conquête fut aussi utilisée comme terme artistique pour décrire les droits de propriété que les Européens “clâmèrent” avoir automatiquement acquis sur les peuples et nations indigènes par le simple fait de se montrer sur place et de faire la “première découverte”.

Pour un comparatif analytique légal sur l’utilisation de la Doctrine de la Découverte dans les différentes sociétés colonialistes européennes, voir de manière générale:

Robert J. Miller, The International Law of Colonialism: A Comparative Analysis, 15 Lewis & Clark L. Rev. 847 (2012); Robert J. Miller & Micheline D’Angelis, Brazil, Indigenous Peoples, and the International Law of Discovery, 37 Brooklyn J. Int’l Law 1 (2011); Robert J. Miller, Lisa Lesage & Sebastian Lopez Escarcena, The International Law of Discovery, Indigenous Peoples, and Chile, 89 Nebraska L. Rev. 819 (2011); Robert J. Miller, Jacinta Ruru, Larissa Behrendt & Tracey Lindberg, Discovering Indigenous Lands: The Doctrine of Discovery in the English Colonies (Oxford Univ. Press, 2010 and paperback 2012); Robert J. Miller & Jacinta Ruru, An Indigenous Lens into Comparative Law: The Doctrine of Discovery in the United States and New Zealand, 111 West Vir. L. Rev. 849 (2009); Robert J. Miller, Native America, Discovered and Conquered: Thomas Jefferson, Lewis and Clark, and Manifest Destiny (Praeger Publishers, 2006; paperback University of Nebraska Press, 2008).

The law review articles are available for free at http://ssrn.com/author=354803

Impérialisme de la chrétienté… Le pape François 1er en mission de « purification de mémoire » (Steven Newcomb)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 9 février 2015 by Résistance 71

Quand le pape veut faire une nouvelle diversion du sujet de la doctrine chrétienne de la découverte… Le fondement de la pseudo-souveraineté territoriale de l’empire américain est directement lié aux bulles papales racistes et esclavagistes du XVème siècle.

— Resistance 71 —

 

L’extension de l’empire chrétien et le père Junipero Serra

 

Steven Newcomb

 

4 Février 2015

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2015/02/04/expanding-christian-empire-and-father-junipero-serra

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il y a eu quelques articles publiés récemment se demandant si c’est une bonne idée pour le pape Fançois 1er de faire d’un prêtre franciscain, Junipero Serra, un saint de l’église catholique apostolique et romaine.. La vaste majorité de la discussion à ce sujet est demeurée transfixée sur la personalité de Serra. Une discussion sur le système général mis en place par l’impérialisme catholique que Serra représenta et travailla à faire avancer, a été tout particulièrement évitée, plus précisément par l’église catholique elle-même.

L’église catholique préfère que les gens pensent de Serra qu’il était un agent de “l’évangélisme” religieux et non pas un agent de l’impérialisme religieux déshumanisant. Il n’y a aucun doute que l’église ne désire pas que Serra soit vu ou pensé comme un agent de ce que le pape Alexandre VI appelait “l’empire chrétien” et les “dominations”. (NdT: en latin “dominum christianorum”)

L’archevêque Gomez de Los Angelès a récemment publié un article dans lequel il a clâmé que la “ canonisation du padre Serra sera un jour merveilleux pour ‘les Etats-Unis’… Ce sera un jour à se commémorer que notre état de Californie et notre pays (les Etats-Unis) et toutes les nations des Amériques, sont nés de la mission chrétienne et construits sur des fondations chrétiennes.” L’archevêque Gomez n’est pas précis au sujet d’un point clef: Ce qu’il référencie est un “fondement” de l’impérialsme chrétien et catholique et de ce que le pape Alexandre VI appelait en latin “imperia et dominationes”.

Le “fondement” auquel se réfère l’archevêque Gomez a été identifié dans un livre publié en 1909 par l’imprimerie nationale du gouvernement des Etats-Unis. Ce livre fut compilé et édité par Francis Newton Thorpe sous un décret du congrès datant du 30 Juin 1906. Livre intitulé: “The Federal and State Constitutions Colonial Charters, and Other Organic Laws of the States, Territories, and Colonies Now or Heretofore Forming the United States of America.”

La table des matières du livre fournit une information importante quant aux archives documentaires du système politique et des lois organiques des Etats-Unis dans ces endroits où la couronne de Castille prît en premier lieu possession des terres et territoires des nations indiennes originelles d’Amérique du Nord. Sous “Floride” dans la table des matières nous trouvons: “Prérogatives accordées à Christophe Colomb, 1492,” et aussi “bulle du pape Alexandre VI, 1493,” sous “Texas”, on trouve: “Affirmation de domination espagnole en amérique, 1492-93 (bulle papale)”.

D’après donc un livre publié par le gouvernement même des Etats-Unis, compilé, corrigé, édité par une autorité des plus compétentes sur le sujet, le fondement du système politique impérialiste et des lois organiques dans les endroits clâmés par la couronne d’Espagne comme par exemple, la Floride, le Texas et la Californie (ainsi que l’Arizona, le Nouveau Mexique et d’autres endroits), remonte aux prérogatives accordées à Colomb et aux documents papaux d’Alexandre au temps de l’empire chrétien de 1493.

L’héritage dominant tracé jusqu’aux prérogatives données à Colomb et aux documents des bulles du pape Alexandre VI, est le contexte dans lequel le pape actuel François 1er va déclarer le père Junipero Serra devenir un “saint” de l’église catholique. En déclarant cela, le pape François attire l’attention hors du sujet de la lecture correcte à donner sur le passé impérialiste de l’église catholique et ainsi travailler plus avant vers ce que l’ancien pape Jean Paul II avait appelé “la purification de la mémoire”. Il maintient l’église “purifiée” donc en attirant l’attention hors du sujet du contexte impérialiste mortifère du système politique espagnol de mission catholique. La canonisation annoncée par le pape François retire les regards du fait que le père Serra était porteur des désirs du pape Alexandre VI pour que les “nations barbares” soient “subjuguées” (dominées).

Le contrôle inpérialiste d’aujourd’hui sur les nations originelles de Californie et de bien d’autres endroits, peut-être remonté jusqu’aux documents des bulles d’un pape du XVème siècle et à l’empire espagnol catholique que Serra servait. La véritable nature de l’empire catholique espagnol a été intelligemment déguisée derrière un cloaque d’euphémismes comme les termes de “système de mission catholique”.

Dans son livre “A violent evangelism” datant de 1992, le Dr. Luis Rivera-Pagán montre que “les bulles (édits) de l’époque alexandrienne ont maintenu leur caractere d’autorité dans la sphère juridique.” Il dit que cela peut se trouver dans “la compilation des Leyes de Indias (1680)”, qui reconnaît ces documents papaux “comme le premier fondement de la possession à perpétuité des Amériques par la couronne de Castille” (page 32).

Comme l’avait déclaré l’empereur d’Espagne en 1680: “Par don du saint siège de Rome… Nous sommes seigneur des Indes Occidentales, des îles et des terres de l’océan, dévouvertes, à découvrir et à incorporer sous notre couronne de Castille…. (de façon) à ce qu’elles puissent demeurer unifiées à tout jamais pour leur plus grande perpétuité et affirmation, nous interdisons de la sorte qu’elles puissent nous être retirées… (Recopilación, 1841).

Rivera-Pagán dit ensuite: “Cette loi est basée sur des déclarations royales consécutives de Carlos V et de Philippe II, qui pendant le XVIème siècle étendît la doctrine de la domination castillane à perpétuité sur le peuple Ibero-Américain. Toutes ces déclarations font directement allusion aux bulles du pape Alexandre VI comme point de référence crucial en la matière.” L’étymologie de “dominion” remonte à domination, pour comme le dit William Brandon dans son livre New Worlds for Old Reports from the New World and Their Effect on the Development of Social Thought in Europe, 1500–1800 (1986), “le pouvoir politique émanant de la propriété, du dominium, était de fait, la domination.

Dans les termes du Traité de Guadalupe Hidalgo de 1848 entre les Etats-Unis et le Mexique, les Etats-Unis sont reconnus comme étant le succésseur politique de l’empire du Mexique sur les zones géographiques que le Mexique apparemment cédait aux Etats-Unis. Le résultat fut que les nations natives originelles de Californie (et de toutes les autres clâmées par l’Espagne) sont supposées exister aujourd’hui sous la souveraineté dominante et le dominium de ce que la cour suprême des Etats-Unis a appelé “l’empire américain” (dans sa décision et rendu de l’affaire Loughborough v. Blake, 1820, and Downes v. Bidwell, 1901).

Un livre publié en 1885 révèle que l’affirmation de domination territoriale des Etats-Unis sur de vastes régions que le Mexique a cédé aux Etats-Unis avec le traité de Guadalupe Hidalgo de 1848 peut-être remontée au temps de Christophe Colomb et des bulles papales de 1493. Le livre de Frederick Hall est intitulé: The Laws of Mexico: A Compilation and Treatise Relating To Real Property, Mines, Water Rights, Personal Rights, Contracts, and Inheritances. La première partie du livre est intitulée: “Crown Lands of Spain, Public Lands of Mexico, and Mines,” (Les terres de la couronne d’Espagne, les terres publiques du Mexique et les mines) et on peut y lire ceci:

  • 1. Don du pape ~ Afin de renverser le paganisme et faire avancer la religion catholique, Alexandre VI émît une bulle (édit papal) en 1493, donnant à la couronne de Castille l’entièreté du vaste domaine alors découvert ou devant être découvert entre les pôles nord et sud ou tout ce qui y est considéré comme n’étant pas déjà possession d’une puissance chrétienne.” “Ut fides Catholica et Christiana religio nostres præsertim temporibus exaltetur, etc., ac barbaræ deprimentur, et ad fidem ipsam reducantur,” comme cela était écrit dans la bulle: 1 Haz. Coll. 3.”

Hall laissa hors de cette citation latine le mot “nationis” qui figurait dans le texte original en latin, le texte original étant: “ac barbaræ nationis deprimantur”). Il le fît sans aucun doute afin d’éviter d’attribuer ne serait-ce qu’un soupçon de souveraineté nationale aux Indiens de la région géographique appelée “Californie”.

La domination (le droit de domination) affirmé par l’empire espagnol, fondé sur le don édicté par bulles papales, passa à l’empire mexicain lorsqu’il gagna son indépendance de l’Espagne, puis passa du Mexique à l’empire américain au travers du traité de Guadalupe Hidalgo. Le droit impérial de domination est considéré passer d’un empire à l’autre par le jeu des règles de succession politique et ceci est ni plus ni moins le contexte régnant autour de la décision du pape François 1er de déclarer Junipero Serra être un saint de l’empire religieux de l’église catholique apostholique et romaine.