Archive pour déstabilisation de la russie par l’ukraine

Pays du goulag levant, OTAN, Russie et 3ème guerre mondiale: La déconfiture occidentale annoncée (Pepe Escobar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 27 mai 2016 by Résistance 71

Ne souhaitez pas trop fort: la Russie est prête à la guerre

Pepe Escobar

23 Mai 2016

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article44725.htm

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ainsi donc les ministres des affaires étrangères des 28 pays membres de l’OTAN se sont réunis à Bruxelles pour un sommet de deux jours, alors que la formidable puissance militaire du Montenegro était adoubée comme nouveau membre.

Le Robocop mondial que se veut être l’OTAN a discuté de manière tout à fait prévisible de l’Afghanistan (une guerre que l’OTAN a ignoblement perdu), de l’Irak ( une guerre que le Pentagone a ignoblement perdu), la Libye (une nation que l’OTAN a transformé en un état décrépi, dévasté par un enfer de guerres miliciennes), la Syrie (une nation que l’OTAN, via la Turquie, aimerait beaucoup envahir et qui est déjà dans un enfer de guerre miliciennes).
Les Afghan doivent maintenant demeurer persuadés que la mission de soutien résolu de l’OTAN, plus le “soutien financier des forces afghanes”, assureront finalement le succès de l’Opération Enduring Freedom pour toujours.

Les Libyens doivent demeurer convaincus, des mots mêmes de la figure de proue de l’OTAN Jens Stoltenberg, que nous “devrons être prêts à soutenir le nouveau gouvernement d’accord national en Libye”.

Stoltenberg a dûment confirmé: “Nous avons déjà décidé d’améliorer notre présence dans la partie orientale de l’alliance. Nos planificateurs militaires ont émis des propositions pour que plusieurs bataillons soient déployés dans plusieurs pays de la région. Aucune décision n’a encore été prise quant au nombre et aux endroits de déploiement.

Ces “quelques bataillons” pathétiques ne vont pas faire perdre le sommeil aux planificateurs russes. La véritable mesure est le déploiement du système Aegis Ashore en Roumanie la semaine dernière, plus un autre à venir en Pologne en 2018. Ceci a été véhémentement opposé par Moscou depuis le début des années 2000. L’argument de l’OTAN que l’Aegis représente une protection contre la “menace” des missiles ballistiques de l’Iran, n’est pas même digne d’un jeu de cour de récrée de maternelle.

Tous les planificateurs russes savent pertinemment que le système Aegis n’est pas un système défensif. Ceci est un changement de règle dangereux, comme dé-localiser la capacité nucléaire américaine en Europe de l’Est. Rien d’étonnant donc à ce que le président Poutine ait dû clarifier que la Russie répondrait “adéquatement” à toute menace envers sa sécurité.

Ainsi, la guerre froide 2.0 vient de se redéclencher.

Un ancien adjoint commandant de l’OTAN a grimpé aux rideaux lorsque des têtes plus saines se demandèrent si Moscou tôt ou tard, n’en aurait pas assez de toutes ces salades et se préparerait pour la guerre.

Ce patriote inutile

On pourrait dire que les isolés du pouvoir néocons et conservateurs néolibéraux de Washington, dans un même élan, ne veulent pas d’une guerre ouverte avec la Russie. Ce qu’ils veulent, à part engranger toujours plus de fric pour le Pentagone, est faire monter la sauce de telle façon que Moscou plie les gaules, argument basé sur une analyse rationnelle du coût. Pourtant le prix du pétrole va inévitableent augmenter en 2016 et sous ce scenario, Washington est grand perdant.. Alors on verra peut-être une augmentation des taux d’intérêts de la Fed (avec bien sûr tout le pognon continuant à aller directement à Wall Street) pour tenter de renverser le scenario.

Des comparaisons de la préparation de l’OTAN actuelle aux préparations de la seconde guerre mondiale ou même de l’OTAN en opposition au Pacte de Varsovie, sont amateures. Le THAAD et les missiles Patriots sont inutiles et ne valent pas un pet de lapin et ce dixit la force de défense israélienne elle-même, c’est pourquoi ils ont essayé de l’améliorer avec le soi-disant “Dôme de Fer”.

Dans le même temps, ces nouveaux “bataillons” militaires de l’OTAN sont sans substance. La poussée de base derrière l’action du Pentagone sous l’égide du nouveau con Ash Carter, continue à vouloir pousser la Russie toujours plus loin en Syrie et en Ukraine (comme si Moscou était réellement militairement impliqué dans un bourbier ukrainien et voudrait même l’être…) ; piéger la Russie dans des guerres par procuration, et la saigner économiquement en incapacitant ses gros revenus sur les exportations de gaz et de pétrole.

La Russie ne veut pas et n’a aucun besoin de la guerre. Et pourtant, le narratif occidental de “l’agression russe” n’arrête jamais. Ainsi, il est toujours très instructif de revenir à cette étude de la RAND Corporation, qui a examiné ce qui se passerait si une guerre éclatait effectivement. RAND a atteint la conclusion “non ambigüe”, après une série de simulations effectuée en 2015, que la Russie pourrait battre à plate couture l’OTAN en juste 60 heures, si pas moins, si jamais il y avait une guerre active sur le sol européen.
Note de Résistance 71: Ah quel progrès avec des armées de métiers !!… Pour ceux de nos lecteurs qui sont assez âgés pour avoir connu l’armée de conscription, il y a plus de 30 ans, il était dit aux trouffions de base appelés et basés en Allemagne dans les régiments français, que la “mission” était de tenir 48 heures contre les hordes bolchéviques pour que çà puisse se réorganiser “à l’arrière” et retarder Ivan Ilitch Tovaritch d’accéder à l’océan Atlantique !… En 30 ans, on est passé de 48 heures d’espérance de vie à 60 (en comptant large)… Les poilus doivent gigoter grave dans leurs tombes… Ces conscrits qui tinrent plus de 4 ans contre les hordes teutonnes du moment…

La RAND Corporation est essentiellement un poste avancé de la CIA, et donc une machine de propagande bien huilée. Pourtant ce n’est pas de la propagande que de dire que les états baltes et l’Ukraine tomberaient en moins de trois jours face à l’armée russe. Quoi qu’il en soit, la suggestion faite que quelques divisions blindées et plus de puissance aérienne supplémentaires de l’OTAN feraient une différence matérielle est une vaste fumisterie.

Le système Aegis change la donne dans la mesure où il qualifie une zone de lancement pour la défense US anti-missiles. Pensez à des missiles américains ayant un temps de vol minimum, de l’ordre de 30 minutes, de Moscou, ceci est une menace certifiée pour la nation russe. L’armée russe a aussi été “sans ambiguité” dans sa réponse, s’il est reconnu que l’OTAN, via la Pentagone, essaie un truc marrant, il y aura des raisons valables pour une frappe préventive au moyen des missiles Iskander-M depuis la Transnitrie, comme pour la destruction des missiles US par des armes de précision placées de manière bien utile.

Dans le même temps, Moscou a été couronnée de succès en Syrie, même si bien entendu les jeux ne sont pas faits. Alors ce qu’il reste au Pentagone, via l’OTAN, est essentiellement de jouer la carte de la tactique de la trouille. Ils savent que la Russie est préparée à la guerre, certainement bien mieux que l’OTAN du reste. Ils savent que ni Poutine, ni l’armée russe ne vont plier à cause de cette terreur de cour de récrée de maternelle. Quant au ton un peut trop conciliant du Kremlin envers Washington, tout çà risque de changer très bientôt.

Dites bonjour à mes S-500

L’armée russe est en phase de tester ses premiers prototypes de défense anti-aérienne et anti-missiles S-500 Prométée alias les 55R6M Triomphateur M, capables de détruire des missiles ballistiques inter-continentaux (MBIC), des missiles de croisière hypersoniques et des avions à une vitesse de plus de Mach 5, aussi capables de détecter et d’attaquer simultanément jusqu’à 10 têtes de missiles à une distance utile de 1300km. Ceci veut dire que les S-500 peuvent pulvériser des missiles balliistiques avant même que leurs têtes nucléaires ne repénètrent dans l’atmosphère terrestre.

Donc dans le cas de l’OTAN patte de velours style RAND Corporation, les S-500 élimineraient complètement toute la puisance aérienne de l’OTAN au-dessus des états baltes, tandis que les missiles ultra avancés de type Kornet détruiraient tous les véhicules blindés de l’OTAN et ceci ne considère même pas l’enfer déchaîné par les armes conventionnelles.

Si çà en vient aux mains de manière nucléaire, les missiles anti-missiles S-400 et spécifiquement les S-500 bloqueraient tous les MBIC américains, les missiles de croisière et les avions furtifs. Les drones offensifs seraient bloqués par des défenses anti-drones. Le S-500 consigne pour ainsi dire les avions furtifs style F-22, F-35 et le B-2 dans les poubelles de la technologie militaire.

La réalité est que la Russie, en termes de développement de missile hypersonique, est en avance d’à peu près quatre générations sur les Etats-Unis si on le mesure par le développement progressif des systèmes S-300, S-400 et S-500. Hypothétiquement, on pourrait décrire le prochain système, déjà sur plan, comme le S-600. Cela prendrait aux Etats-Unis au moins 10 ans pour développer et sortir un nouveau système d’armement efficace, ce qui en termes militaires représente… une génération. Tout planificateur du Pentagone qui vaut son plan de retraite devrait savoir cela.

Les missiles russes – et chinois – sont déjà capables de mettre hors d’état de nuire les systèmes de guidage par satellite des MBIC nucléaires et des missiles de croisière américains. Ils pourraient aussi incapaciter les systèmes d’alerte et de détection rapides que les constellations de satellites donneraient. Le temps de vol d’un MBIC nucléaire lancé depuis un sous-marin nucléaire lanceur d’engins russe jusqu•à disons la côte Est-Américaine est de moins de 20 minutes. Ainsi un système de détection et d’alerte très rapide est absolument critique. Ne comptez pas sur la daube des THAAD et des missiles patriots pour faire le boulot. Une fois encore, la technologie hypersonique russe a déjà rendu la totalité du système de défense américain aux Etats-Unis et en Europe complètement obsolète.

Alors pourquoi Moscou est si préoccupée par le placement par le Pentagone de son système Aegis si près des frontières russes ? Une réponse crédible serait de dire que Moscou est toujours concernée par le fait que le complexe militaro-indistriel américian pourrait développer un système de défense anti-missiles vraiment efficace même s’ils ont quatre générations de retard.

En même temps, les planificateurs du Pentagone ont des raisons d’être très inquiets par ce qu’ils savent ou supputent. Aussi, l’armée russe, de manière très asiatique, ne révèle jamais toutes ses cartes. Le point clef doit être répété encore et toujours: le système de défense S-500 est impénétrable et permet à la Russie, pour la première fois dans l’histoire, de lancer une première attaque nucléaire préventive efficacement si elle le désire et si elle choisit de le faire en étant dans le même temps immunisée contre toute rétaliation.

Le reste n’est que blablatage. Et pourtant, attendez-vous à ce que le discours du Pentagone et de l’OTAN demeure le même. Après tout, le complexe militaro-indiustriel et de la sécurité est une hydre dévoreuse de fric et avoir un ennemi puissant en face est une obligation (le “califat” islamiste bidon de Daesh compte pour du beurre…)

Le narratif de la menace demande que la Russie doive accepter docilement d’être encerclée par l’OTAN. La Russie n’a pas le droit de répondre en quelque circonstance que ce soit, toute réponse de sa part sera marquée du sceau de “l’agression russe”. Si la Russie se défend, ceci sera “exposé” comme étant une provocation inacceptable et pourrait même servir de prétexte pour une attaque préemptive de l’OTAN contre la Russie.

Maintenant, laissons les planificateurs du Pentagone/OTAN retourner jouer dans la cour de récrée de leur école maternelle de luxe.

Nouvel Ordre Mondial: La 3ème guerre mondiale a commencé (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 avril 2016 by Résistance 71

La troisième guerre mondiale a commencé

Paul Craig Roberts

25 Avril 2016

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/04/25/world-war-iii-has-begun-paul-craig-roberts/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La troisième guerre mondiale est en train d’être combattue dès maintenant. Encore combien de temps avant qu’elle ne passe à l’étape violente ?…

Washington est en train de mener une guerre économique et de propagande contre quatre des membres de l’association des BRICS, Brésil-Russie-Inde-Chine et Af’Sud. Le Brésil et l’Af’sud sont en ce moment même déstabilisés au moyen de scandales politiques fabriqués. Les deux pays sont remplis de politiciens financés et contrôlés par Washington et d’une cohorte d’ONG du même acabi. Washington concocte un scandale, envoie leurs ordres de marche à ses agents politiques leur demandant de prendre action contre le gouvernement en place et envoie ses ONG marionnettes dans les rues pour manifester.

Washington a essayé cela contre la Chine avec la “manifestation estudiantine” orchestrée de Hong Kong, espérant que les manifestations débordent sur la Chine, mais cela a échoué. Washington a aussi essayé cela contre la Russie avec une manifestation orchestrée contre la réélection de Poutine et cela a encore échoué.

Pour déstabiliser la Russie, Washington a besoin d’avoir plus d’emprise à l’intérieur du pays. Afin de gagner plus d’emprise, Washington a travaillé avec les méga-banques de New York et les Saoudiens pour faire chuter les prix du pétrole de son niveau à plus de 100 US$ le baril à sous les 30 US$. Ceci a mis une certaine pression sur les finances russes et sur sa monnaie le Rouble. En réponse aux besoins budgétaires russes, les alliés de Washington en Russie ont poussé le président Poutine à privatiser des secteurs importants de l’économie russe afin de lever les capitaux étrangers suffisants pour couvrir le déficit budgétaire et soutenir le Rouble. Si Poutine craque, d’importants biens vont bouger du contrôle russe vers le contrôle de Washington.

A mon avis, ceux qui poussent pour la privatisation sont soit des traîtres ou alors complètement stupides. Quoi qu’il en soit, ils sont un danger immédiat à l’indépendance de la Russie.

Eric Draitser fournit quelques détails au sujet de l’assaut américain sur la Russie: http://www.mintpressnews.com/brics-attack-western-banks-governments-launch-full-spectrum-assault-russia-part/215761/

sur l’attaque de Washington contre l’Afrique du sud: http://www.mintpressnews.com/brics-attack-empires-destabilizing-hand-reaches-south-africa/215126/

et de Washington contre le Brésil: http://www.mintpressnews.com/brics-attack-empire-strikes-back-brazil/214943/

Pour mon article sur l’attaque de Washington sur l’indépendance latino-américaine voir: http://www.paulcraigroberts.org/2016/04/22/washington-launches-its-attack-against-brics-paul-craig-roberts/

Comme je l’ai souvent fait remarquer, les néoconservateurs sont devenus complètement fous, menés qu’ils sont par leur arrogance et mépris total. Dans leur délire de poursuite de l’hégémonie américaine sur le monde, ils ont fait fi de toute précaution dans leur détermination à déstabiliser la Russie et la Chine.

En mettant en place des politiques économiques néo-libérales qui leur sont imposées par leurs économistes entraînés et formatés dans la tradition néo-libérale occidentale, les gouvernements chinois et russe sont en train de sucomber aux desideratas de Washington. En avalant tout rond la ligne du “mondialisme” avec bouchon et hameçon, en utilisant le dollar US, en participant au système de paiements occidental (NdT: SWIFT), en s’ouvrant aux possibilités de déstabilisation par les flux et reflux de capitaux étrangers, en hébergeant des banques américaines, en permettant une propriété étrangère dans leur pays respectif, les gouvernements russe et chinois se sont mis eux-mêmes en position d’être déstabilisés.

Si la Russie et la Chine ne se désengagent pas du système occidental et n’expulsent pas leurs économistes néo-libéraux, elles devront entrer en guerre afin de défendre leur souveraineté.

Le danger de l’empire: Mascarade, mensonges et grand cirque politique pour une continuelle hégémonie mondiale (John Pilger)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 mars 2016 by Résistance 71

“La minorité a découvert qu’elle pouvait influencer la majorité dans le sens de ses intérêts. Il est désormais possible de modeler les opinions des masses pour les convaincre d’engager leur force nouvellement acquise dans la direction voulue. Étant donnée la structure actuelle de la société, cette pratique est inévitable. De nos jours, la propagande intervient nécessairement dans tout ce qui a un peu d’importance sur le plan social, que ce soit dans le domaine de la politique ou de la finance, de l’industrie, de l’agriculture, de la charité ou de l’enseignement. La propagande est l’organe exécutif du gouvernement invisible.”

“La force d’inertie est l’obstacle majeur auquel se heurtent les tentatives de changement des comportements humains. La civilisation trouve sa limite dans l’inertie.”

~ Edward Bernays, 1928 ~

 Chose encore plus extraordinaire, voici ce que dit Edward Bernays, qui était le neveu de Sigmund Freud, dans la toute dernière phrase de son livre phare publié en 1928: “Propagande, comment manipuler l’opinion en démocratie”, publié en français par les éditions de la Découverte, collection Zones, 2007.

La toute dernière phrase dit ceci, accrochez-vous bien:

“La propagande ne cessera jamais d’exister. Les esprits intelligents doivent comprendre qu’elle leur offre l’outil moderne dont ils doivent se saisir à des fins productives, pour créer de l’ordre à partir du chaos.”

Rappelons ici que la devise de l’engeance du Nouvel Ordre Mondial est “Ordo ab Chao”, qui en latin veut dire: “L’ordre à partir du chaos”…

Dans cet article, John Pilger non seulement aide à comprendre l’ineptie et la criminalité intégrées du système étatique, mais pour la première fois, à l’instar de Pau Craig Roberts, il explicitement démontre qu’AUCUN des candidats à la présidence de l’empire ou de tout état satellite (France comprise) ne mérite le temps et les votes d’électeurs dupés. S’il ne le dit pas (encore) ouvertement, son message est clair: BOYCOTT DU VOTE ! C’est un excellent début ! Nous savons qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, l’état n’est pas la solution… Il est l’instrument du problème. C’est l’évidence même pour tout analyste politique honnête.

~ Résistance 71 ~

 

Une guerre mondiale a commencé Brisons le silence

 

John Pilger

 

20 Mars 2016

 

url de l’article original:

http://johnpilger.com/articles/a-world-war-has-begun-break-the-silence-

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ceci est la version édité par ses soins du discours qu’a fait récemment John Pilger à l’université de Sydney.

J’ai filmé aux îles Marshall. Qui sont au nord de l’Australie, au milieu de l’océan Pacifique. A chaque fois que je le dis aux gens , ils demandent: “Où est-ce ?” et si je leur donne un indice en leur disant “Bikini”, ils me disent: “vous voulez dire le maillot de bain ?”.

Peu ont l’air de se rendre compte que ce maillot de bain bikini a été appelé ainsi pour célébrer les explosions nucléaires qui ont dévasté l’île de Bikini. Soixante-six engins nucléaires ont été explosés par les Etats-Unis aux Îles Marshall entre 1946 et 1958, l’équivalent de 1,6 Hiroshima chaque jour… pendant 12 ans !

Aujourd’hui, Bikini est totalement silencieuse, mutée et contaminée. Les cocotiers poussent dans des formations étranges. Rien ne bouge. Il n’y a plus d’oiseaux. Les pierres tombales du vieux cimetière sont vivantes de radiations. Mes chaussures étaient sans cesse en zone “dangereux” sur le compteur Geiger.

Sur la plage, j’ai observé les eaux du Pacifique vertes émeraude tomber dans un énorme trou noir. Ceci est le cratère laissé par la bombe H appelée “Bravo”. L’explosion a empoisonné bien des gens et leur environnement sur des centaines de kilomètres, peut-être pour toujours.

A mon retour, je me suis arrêté à l’aéroport d’Honolulu à Hawaii et ai remarqué un magazine américain appelé “Women’s Health”. Sur la couverture figurait une femme souriante en bikini avec ce titre: “Vous aussi, vous pouvez avoir un corps pour le bikini” Quelques jours plus tôt, aux îles Marshall, j’avais interviewé des femmes qui avaient un bien autre “coprs pour le bikini” ; chacune avait souffert de cancer de la thyroïde et autres cancers mortels.

A l’encontre de la femme souriante du magazine, toutes étaient pauvres: des victimes et des cobayes d’une super-puissance vorace qui est aujourd ‘hui plus dangereuse que jamais.

Je narre cette expérience en tant qu’avertissement et pour interrompre une distraction qui a consummé tant d’entre nous. Le créateur de la propagande moderne Edward Bernays, a décrit ce phénomène comme étant “la manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions” dans les sociétés dites démocratiques. Il appelait ceci “le gouvernement invisible”.

Combien de gens ont-ils vraiment conscience qu’une guerre mondiale a déjà commencé ? En ce moment, c’est une guerre de propagande, de mensonges et de distraction, mais tout ceci peut changer instantanément avec le premier ordre mal interprêté, le premier missile.

En 2009, le président Obama se tenait devant une foule d’adorateurs au centre de la ville de Prague, au cœur même de l’Europe. Il se promit alors de faire du monde “un endroit sans armes nucléaires”. Des gens l’acclamèrent, certains même pleurèrent. Un torrent de platitudes inondèrent le public en provenance des médias. Dans la foulée, Obama reçût le Prix Nobel de la Paix.

Tout ceci n’était qu’une mascarade. Il mentait.

Le gouvernement Obama et son administration a construit encore plus d’armes nucléaires, plus de têtes nucléaires, plus de systèmes d’envoi ballistique de ces têtes nucléaires. La dépense pour le développement de la capacité nucléaire américaine a été au plus haut sous Obama que sous n’importe quel autre président des Etats-Unis. Sur les derniers trente ans, le coût du développement de la capacité nucléaire des Etats-Unis est de plus de 1000 milliards de dollars.

Une mini bombe nucléaire est planifiée, elle est connue sous le nom de B61 modèle 12. On a jamais rien vu de semblable. Le général James Cartwright, un ex-chef d’état major adjoint a dit: “les rendre plus petites, rend leur utilisation plus possible et plausible..”

Ces derniers 18 mois, le plus grand rassemblement militaire depuis la seconde guerre mondiale, emmené par les USA, est en train de se dérouler le long de la frontière avec la Russie. Il n’y a pas eu de concentration de forces militaires de cette sorte à cet endroit depuis la préparation de l’invasion de l’URSS par Hitler. Aucune force depuis lors n’a démontré une telle menace envers la Russie. (NdT: pas même les forces de l’OTAN au plus fort de la guerre froide, parce que la réciproque existait de l’autre côté avec les forces du pacte de Varsovie…)

L’Ukraine, autrefois partie de l’Union Soviétique, est devenue un terrain de jeu de la CIA. Après avoir orchestré le coup d’état de Kiev, Washington contrôle de fait un régime qui est voisin et totalmement hostile à la Russie: un régime corrompu, pourri jusqu’à la moëlle par les nazis, littéralement. Des personnalités parlementaires prominentes ukrainiennes sont les descendants politiques des tristement célèbres OUN et UPA fascistes. Ils vénèrent Hitler ouvertement et appellent à la persécution et l’expulsion de toute la minorité linguisitique russe.

Ceci ne fait que rarement les unes en occident ou est pirouetté pour supprimer la vérité.

Dans les pays Baltes, voisins de la Russie, l’armée américaine y déploie des troupes de combat, des chars, de l’artillerie lourde. Cette provocation extrême aux portes de la seconde puissance nucléaire mondiale n’est pas mentionnée en occident.

Ce qui rend la perspective d’une guerre nucléaire encore plus dangereuse est qu’une campagne parallèle se déroule contre la Chine.

Il se passe rarement un jour où la Chine n’est pas élevée au rang de “menace”. D’après l’amiral américain Harry Harris, le chef de la flotte du Pacifique, la Chine “est en train de construire une grande muraille de sable dans la Mer de Chine méridionnale”.

Il se réfère ici à la construction par la Chine de bases aériennes dans les îles Spratly, qui sont sujettes à dispute territoriale avec les Philippines, une dispute qui n’en fut jamais une jusqu’à ce que Washington corrompe le gouvernement de Manille et que le Pentagone ne lance une campagne de propagande appelée “liberté de navigation”.

Qu’est-ce que tout cela veut vraiment dire ? Cela veut dire liberté pour les navires de guerre américains de patrouiller et de dominer les eaux côtières chinoises. Essayez donc d’imaginer la réaction des Américains si des navires de guerre chinois venaient faire la même chose aux larges des côtes californiennes.

J’ai réalisé un documentaire appelé “The War You Don’t See”, dans lequel je m’entretiens avec de distingués journalistes américains et britanniques: des reporters comme Dan Rather de CBS News, Rageh Omar de la BBC, David Rose de l’Observer.

Tous ont dit que si les journalistes et les chaînes de télévision et leurs services d’information avaient fait leur boulot et mis en question la propagande disant que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, si les mensongés éhontés des Bush et Blair n’avaient pas été amplifiés par les journalistes, alors l’invasion de l’Irak en 2003 n’aurait sans doute pas eu lieu et des centaines de milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, seraient encore en vie aujourd’hui.

La propagande qui établit la fondation pour une guerre contre la Russie et/ou la Chine n’est pas différente dans le principe. A ma connaissance, aucun journaliste du calibre disons d’un Dan Rather dans les médias occidentaux, n’a posé la question de savoir pourquoi la Chine construit-elle des bases aériennes en Mer de Chine du Sud ?

La réponse saute aux yeux pourtant. Les Etats-Unis sont en tran d’encercler la Chine avec un réseau intriqué de bases militiares, de missiles ballistiques, de groupes de combat et de bombardiers à haute capacité nucléaire.

L’arc létal s’étend de l’Australie aux îles du Pacifique, les Mariannes, Marshall et Guam, aux Philippines, la Thaïlande, Okinawa au Japon et la Corée du Sud, à travers l’Eurasie par l’Afghanistan et l’Inde. Les Etats-Unis ont mis un nœud coulant autour du cou de la Chine. Ceci n’est pas nouveau. Silence des médias = guerre par médias.

En 2015, les Etats-Unis et l’Australie ont effectué dans le plus grand secret, la plus grande manœuvre militaire aéro-navale de l’histoire récente, nom de code “Sabre talisman”. Son objectif était une répétition générale d’un plan de bataille aéro-naval bloquant des routes maritimes stratégiques come le détroit de Malacca (entre la Malaisie et Sumatra en Indonésie) et le détroit de Lombok (en Indonésie), qui couperait l’accès de la Chine au pétrole, au gaz et à d’autres matières premières vitales en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique.

Dans le grand cirque qu’est la campagne présidentielle américaine, Donald Trump est présenté comme un dérangé, un fasciste. Il est très certainement odieux, mais il est aussi une tête de turc des médias, rien que cela devrait éveiller le scepticisme.

Les vues de Trump sur l’immigration sont des plus grotesques, mais pas plus grotesques que celles d’un David Cameron, Ce n’est pas Trump qui est en ce moment le plus grand déporteur des Etats-Unis, mais bel et bien le Prix Nobel de la Paix Barack Obama.

D’après un commentateur “prodigieux” libéral, Trump est en train de “lâcher les forces des ténèbres et de la violence” aux Etats-Unis. Les lâcher ?

Ceci est le pays où de petits gamins flinguent leurs mères et la police déclenche une guerre meurtrière contre les afro-américains. Ceci est le pays qui a attaqué et a recherché le renversement de plus de 50 gouvernements, pour la plupart démocratiquement élus et qui a bombardé intensément de l’Asie au Moyen-Orient, causant la mort et la dépossession de millions et de millions de personnes.

Aucun pays ne peut rivaliser avec cette violence systémique. La plus grande partie des guerres de l’Amérique (pratiquement toute contre des nations sans défense réelle) n’ont pas été lancées par des présidents républicains, mais bien par des présidents libéraux comme Truman, Kennedy, Johnson, Carter, Clinton et donc Obama.

En 1947, une série de directives en provenance du Conseil Nationale de la Sécurité (CNS) décrivit l’objectif primordial de la politique étrangère américaine comme étant “de façonner un monde substantiellement à l’image des Etats-Unis eux-mêmes”. L’idéologie empruntée était l’américanisme messianique (NdT: le même qui est utilisé pour justifier de la doctrine chrétienne de la découverte et du concept de “peuple élu” biblique, tel que la démontré le juriste Steven Newcomb dans son ouvrage de recherche: “Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte”, que nous avons traduit). Nous étions tous des Américains ; ou alors… Les hérétiques seront convertis, subvertis, corrompus, achetés, calomniés et écrasés.

Donald Trump en est un symptome mais il en est aussi un marginal. Il dit que l’invasion de l’Irak fut un crime ; il ne veut pas entrer en guerre contre la Russie ou la Chine. Le danger réel pour nous tous dans ce système n’est pas Trump mais bel et bien Hillary Clinton. Elle n’est pas du tout marginale. Elle personnalise l’endurance et la violence d’un système dont l’ “exceptionnalisme” tant vanté est totalitaire avec de temps en temps un visage libéral.

Alors que les élections présidentielles s’approchent, Clinton sera acclamée comme la première femme président, et ce en dépit de tous ses crimes et ses mensonges, tout comme Obama fut loué comme le premier président noir américain et les libéraux ont gobé tout ce non sens total au sujet de l’espoir (NdT: Le “Hope” de sa campagne électorale et son tout aussi pathétique “Yes We Can !” qui a endormi la gôche bobo yankee pour des années et muselé le mouvement anti-guerre… l‘enfumage fut total et réussi… plus dur est le réveil aujourd’hui !)

Décrit par le journaliste du Guardian Owen Jones comme “drôle, charmant, avec une aura qui balaie pratiquement tous les autres politiciens”, cet Obama donc l’autre jour à envoyé des drones massacrer plus de 150 personnes en Somalie. Il tue en général les gens les mardis, car c’est ce jour d’après le New York Times, qu’on lui remet la liste de la semaines des candidats à la mort par drone. Tellement cool. (NdT: Obama a lui même déclaré: “En fait, je suis assez bon à tuer des gens”, sa phrase exacte ayant été: “It turns out that I am pretty good at killing people”, 2012…)

Dans la campagne présidentielle de 2008, Hillary Clinton avait menacé de “totalement oblitérer” l’Iran avec des armes nucléaires. En tant que ministre des affaires étrangères du gouvernement Obama, elle a participé au renversement du gouvernement démocratique du Honduras. Sa contribution à la destruction de la Libye en 2011 fut radieuse. Quand le leader libyen le colonel Kadhafi fut publiquement sodomisé avec un couteau, un assassinat rendu possible grâce à la logistique américaine, Clinton éructa dans un entretien: “Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort.”

Une des alliées les plus proches de Clinton est l’ancienne ministre des AE de Bill Clinton, Madeleine Albright, qui attaqua vertement des jeunes femmes pour ne pas soutenir “Hillary”. La même Albright qui célébra à la TV dans un épisode d’entretien tristement célèbre qu’un demi million d’enfants irakiens morts durant l’embargo de 10 ans du pays “en valait la peine”…

Parmi les plus gros soutiens de Clinton se trouve le lobby israélien et les entreprises d’armement qui entretiennent la violence au Moyen-Orient. Elle et son mari Bill on reçu des fortunes de Wall Street et pourtant elle va être nominée comme la candidate femme à la présidentielle, pour battre le grand méchant Trump, le démon officiel. Son fan club inclut de distingué(e)s féministes, du style de Gloria Steinem aux Etats-Unis et Anne Summers en Australie.

Il y a une génération de cela, un culte post-moderne comme “la politique identitaire” avait arrêté bien des personnes intelligentes et bien-intentionnées qui examinaient les causes et les individus qui soutenaient de telles personnes comme Obama et Clinton, ou des mouvement frauduleux comme Syriza en Grèce, des traîtres qui ont leurré un peuple et un pays entiers et se sont alliés à leurs ennemis.

L’auto-absorption, une sorte d’égoïsme, de “moi-isme”, est devenue un nouvel esprit du temps dans les sociétés occidentales privilégiées et a signalé l’échec des grands mouvements collectifs anti-guerre, contre l’injustice sociale, l’inégalité, le racisme et le sexisme.

Aujourd’hui, le grand sommeil est peut-être fini. Les jeunes ont repris la barre, graduellement. Les milliers en Angleterre qui ont soutenu Jeremy Corbyn en tant que leader du parti travailliste, font partie de cet éveil, tout comme ceux qui s’étaient ralliés aux Etats-Unis à la cohorte de soutien du sénateur Bernie Sanders.

En Grande-Bretagne la semaine dernière, l’allié le plus proche de Jeremy Corbyn, son trésorier de l’ombre John McDonnell, a rejoint un gouvernement travailliste pour payer les dettes des banques parasites et pirates et de fait, de continuer la soi-disante austérité.

Aux Etats-Unis, Bernie Sanders a promis de soutenir Clinton si ou quand elle sera nominée candate démocrate. Lui aussi a voté pour l’utilisation de la force par les Etats-Unis contre d’autres pays quand il pense que c’est “juste et bien”. Il dit qu’Obama a fait un “super boulot”.

En Australie, il existe une sorte de politique mortuaire dans laquelle des jeux parlementaires fastidieux se jouent dans les médias alors que des réfugiés et des indigènes sont persécutés, que l’inégalité sociale croît avec le danger de guerre. Le gouvernement de Malcom Turnbull vient juste de voter un soi-disant budget de la défense de 195 milliards de dollars, ce qui représente une sacrée poussée vers la guerre. Il n’y eut aucun débat. Juste le silence.

Qu’est-il arrivé à la grande tradition populaire de l’action directe (NdT: et de la désobéissance civile si chère à Howard Zinn…), imperméable aux partis politiques ? Où est le courage, l’imagination et la motivation, l’implication, tous des requis pour commencer le long chemin vers un monde meilleur, plus juste et pacifique ? Où sont les dissidents dans l’art, le cinéma, le théâtre, la littérature ?

Où sont tous ceux qui brisent le silence ? Ou devons-nous attendre jusqu’à ce que le premier missile nucléaire soit tiré ?

5ème colonne US en Russie: Paul Craig Roberts avait raison !!…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 2 décembre 2015 by Résistance 71

La Russie se réveille au sujet des ONG financées par l’occident et agissant en Russie contre elle

Paul Craig Roberts

30 Novembre 2015

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2015/11/30/russia-wakes-up-about-western-financed-ngos-operating-against-russia-paul-craig-roberts/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Cela a pris aux Russes trop de temps pour se défendre contre la 5ème colonne des ONG de Washington, mais finalement ils ont enfin compris que ces opérations financées par les Etats-Unis (NdT: USAID, NED, Soros Foundation, Rockefeller Foundation, etc…) ne sont qu’une dague plongée dans le cœur de la Russie.

Les procureurs russes viennent de la banir du pays: https://www.rt.com/politics/323919-soros-foundation-recognized-as-undesirable/

Personne ne va me donner un quelconque crédit pour cela, alors je vais le faire moi-même. J’ai écrit bien des articles au sujet de la tolérance insouciante du gouvernement russe envers la 5ème colonne de Washington qui opère contre lui, contre la Russie. Quelques éléments de cette 5ème colonne américaine sont toujours présents dans les médias russes et dans leur banque centrale néolibérale.

Un jour peut-être, le gouvernement russe recouvrira t’il toute sa raison.

3ème guerre mondiale: Avion russe abattu, la tension monte… Le temps pour Poutine d’abattre sa carte de la vérité sur le 11 Septembre 2001 est imminent… ou la Russie périra (Paul Craig Roberts)

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 25 novembre 2015 by Résistance 71

La Turquie a détruit l’espoir de la Russie pour une coopération de l’occident

 

Paul Craig Roberts

 

24 Novembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2015/11/24/turkey-has-destroyed-russias-delusion-of-western-cooperation-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Mise à jour: Un ami, George Abert, a suggéré une raison du pourquoi les Turcs ont descendu le bombardier russe au-dessus de la Syrie. Les Russes ont une technologie de pointe qu’ils ont récemment démontrée contre le plus moderne des croiseurs lance-missiles américains (NdT: l’incident en Mer Noire en 2014 du passage d’un avion russe près du croiseur USS Cook, équipé du système ultra-sophistiqué AEGIS et qui a été électroniquement anéanti en deux passages, forçant le navire à faire escale à Odessa en Ukraine et son commandant de bord à demander son transfert immédiat..) et contre les avions israéliens de fabrication américaine. Cette technologie éteint tous les sytèmes de communication des forces hostiles, les laissant totalement aveugles. Il se demande si l’appareil n’a pas été abattu pour forcer les Russes à utiliser cette technologie pour protéger leurs appareils à chaque fois qu’ils se trouvent proches de l’aviation de l’OTAN ou d’Israël, ce qui leur permettrait d’étudier le système soit pour le copier, soit pour le neutraliser. Il parie que les Etats-Unis ont tous les spécialistes Raven et ELINT à l‘écoute, prêts à étudier le phénomène.

L’agression non provoquée de la Turquie qui a abattu un avion militaire russe au-dessus de la Syrie pose des questions intéressantes. Il semble fort peu probable que le gouvernement turc commettrait un tel acte de guerre contre un voisin bien plus puissant que lui à moins que Washington ait donné le feu vert à cette attaque. Le gouvernement turc n’est pas très compétent, mais même les incompétents savent éviter de se mettre dans une position qui les verrait faire face à la Russie seuls.

Si l’attaque a reçu le feu vert de Washington, Obama a t’il alors été doublé par les néo-conservateurs en contrôle de son gouvernement ou Obama est-il lui-même complice de l’acte ? De manière évidente, les neo-cons sont perturbés par l’appel du président français pour une union derrière la Russie contre l’EIIL/Daesh et ils auraient très bien pu utiliser leurs connexions en Turquie pour mettre en scène un évènement que Washington pourrait utiliser pour empêcher une coopération avec la Russie

La complicité de Washington est certainement indiquée, mais il n’est pas complètement hors de question que les Turcs bien placés qui achètent le pétrole de l’EI ait pris leur revanche contre la Russie pour avoir détruit leurs flottes de camions-citernes et leur affaire très lucrative. (NdT: n’oublions pas que ce business est géré par le fils d’Erdogan avec quelques généraux de l’armée turque…) Mais si l’attaque a une origine privée ou semi-privée en connexions avec des gangsters et l’armée, le président turc aurait-il défendu cet abattage d’avion sur de telles bases foireuses de “défense nationale” ? (NdT: possible dans la mesure où son fils est le “parrain” du pétrole volé acheminé en Turquie…) Personne ne peut croire qu’un bombardier russe serait une menace à lui seul pour la sécurité de la Turquie.

N’attendez pas que la pressetituée regarde de près ces questions. La pressetituée occidentale comme la branche de la BBC à Moscou et sa correspondante Sarah Rainsford, est déjà en train de pirouetter l’affaire de la perte de l’avion russe et plus tôt, celle de l’avion de ligne au dessus du Sinaï , en disant que cela prouve que la politique de Poutine de raids aériens contre Daesh a complètement été retournée et que les Russes ne sont pas plus en sécurité pour autant.

Les réponses à l’attaque sont toutes aussi intéressantes. De ce que j’ai entendu de la conférence de presse d’Obama, sa définition de “rebelles syriens modérés” inclut tous les groupes djihadistes extrémistes comme Al Nosra et l’EIIL, qui sont les cibles des attaques russes. Seul Assad est un extrémiste. Obama, suivant la ligne néo-conservatrice, dit qu’Assad a trop de sang sur les mains pour pouvoir continuer à être le président de la Syrie (NdT: Obama lui par contre, il n’en a pas de sang sur les mains hein ?… Le premier prix Nobel de la Paix va t’en guerre… Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre nom de dieu !).

Obama n’est pas spécifique au sujet du “sang sur les mains d’Assad”, mais nous pouvons l’être. Le sang est celui des forces terroristes de l’EIIL/Daesh qui combattent l’armée syrienne. Obama ne réfère pas quant à lui au sang sur les mains de l’EI alors que même la pressetituée nous a montré les horreurs perpétrées par les psychopathes de l’EIIL et du sang qu’ils ont sur les mains ; ces gens avec lesquels Obama nous a allié.

Qu’en est-il du sang sur les mains d’Obama ? On parle d’une très grande quantité là, le sang de pays entiers, la Libye, l’Afghanistan, le Yémen, la Syrie et le sang que les marionnettes d’Obama à Kiev ont versé des Russes ethniques habitants en Ukraine, sans oublier bien sûr le sang palestinien versé par Israël utilisant des armes américaines.

Si le sang sur les mains d’Assad le disqualifie pour la présidence, alors la bien plus grande quantité de sang sur les mains d’Obama le disqualifie d’autant plus, ainsi que Cameron, Hollande, Merkel et Netanyahou.

Durant tous les conflits orchestrés par Washington au Moyen-Orient, en Afrique et en Ukraine, le gouvernement russe a parlé de manière plus que raisonnable et a répondu de manière diplomatique à biens des provocations. Le gouvernement russe s’est reposé sur les gouvernements européens réalisant que l’Europe ne tire aucun bénéfice des conflits générés par Washington et devant se séparer d’une politique qui est contre leurs intérêts. Mais l’Europe a prouvé n’être qu’une collection de vassaux américains et non pas des pays indépendants capables de mener des politiques étrangères indépendantes.

Dans sa campagne en Syrie contre l’EI/Daesh, le gouvernement russe s’est reposé sur l’accord établi avec les pays de l’OTAN évitant l’engagement dans les airs. Maintenant la Turquie a totalement violé cet accord.

Je serais très surpris si maintenant le gouvernement russe place quelque confiance que ce soit dans les mots de l’occident ainsi que d’un espoir dans la diplomatie avec ce même occident. Le gouvernement russe et son peuple ont dû maintenant comprendre que la doctrine Wolfowitz veut dire ce qu’elle énonce et qu’elle est déployée en force contre la Russie.

De l’attaque ukrainienne sur les sources d’énergie de la Crimée et les pannes de courant qui affectent toute celle-ci, le gouvernement russe a aussi appris que le gouvernement marionnette de Washington à Kiev a l’intention de faire monter la sauce du conflit avec la Russie.

Washington a été clair dès le départ qu’il focalisait sur le renversement d’Assad et non pas celui de l’EIIL/Daesh. Malgré l’attaque imputée à Daesh en France, le ministère des affaires étrangères US en la personne de son porte-parole l’amiral John Kirby, a dit que la Russie ne pouvait pas être membre de la coalition contre Daesh tant que la Russie continuerait à soutenir Assad.

Si on veut regarder le bon côté dans cette affaire de l’abattage d’un avion russe, l’incident a donc très sûrement évité au gouvernement russe de faire partie d’une coalition dans laquelle la Russie aurait perdu le contrôle de sa guerre contre l’EIIL et aurait dû accepter la défaite du renversement d’Assad.

A chaque étape de tous ces processus le gouvernement russe a gardé de bonnes cartes qu’il n’a pas jouées, faisant plutôt confiance à la diplomatie. Celle-ci est maintenant pour sûr une impasse. Si la Russie ne rejoint pas le véritable jeu et ne commence pas à jouer ses fortes cartes (NdT: les infos qu’elle conserve sur les attentats du 11 septembre 2001 à New York, sur l’attaque du vol d’Air Malaysia MH17 en Ukraine et sur son propre vol au-dessus du Sinaï…), la Russie sera vaincue. 

Géopolitique globale: Comprendre le lien entre l’intervention russe en Syrie, Al CIAda, l’Ukraine et l’implosion programmée de la zone Euro…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 octobre 2015 by Résistance 71

La guerre secrète de la Russie contre la CIA en Syrie

La Russie cible des groupes d’Al Qaïda soutenus par les Etats-Unis, leur “opposition modérée”…

 

Gordon Duff

 

2 Octobre 2015

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2015/10/02/russias-secret-war-on-the-cia-in-syria/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce matin Fox News a rapporté l’intention du Pentagone de formuler une stratégie pour bloquer la campagne de bombardement de la Russie autour de la ville d’Idlib, près de la frontiere de la Syrie avec la Turquie. Des éléments clef américains y sont massacrés, pas des “rebelles modérés”, mais clairement, comme le dit le Pentagone, des djihadistes importants soutenus par les Etats-Unis et combattant le président Assad.

Des leaders militaires d’expérience ainsi que des officiels de la défense américains débattent afin de savoir si la force militaire devrait être employée pour protéger les rebelles syriens soutenus par Washington, qui sont en train d’être attaqués par les raids aériens russes ces derniers jours.

L’agence Associated Press a rapporté vendredi que la question faisait partie d’un débat plus vaste au sein du Pentagone, débat ayant pour sujet le comment le gouvernement et l’administration devraient répondre à ce que le secrétaire de presse de la Maison Blanche Josh Earnest a décrit comme “des opérations militaires sans discrimination contre l’opposition syienne” de la part de la Russie.

Le problème est le suivant: les “éléments” américains en Syrie sont Al Qaïda, le groupe Jabbhat al Nosra, qui contrôle complètement cette région de la Syrie et qui s’étend au-delà en Turquie, car ils ont vaincus ceux que l’on appelle les “rebelles modérés” et une douzaine de groupes en émanant et ce plus tôt en 2015.

La campagne de bombardement des Etats-Unis en Syrie a soigneusement évité Al Nosra. La presse elle-même évite de les mentionner, alors qu’ils sont responsables de plus de morts civiles, estimées à environ 150 000, que les autres groupes terroristes. Il y a une raison à cela. On peut voir Al Nosra ici bombarder des villes syriennes en état de siège en utilisant des obus chimique au gaz sarin.

~ Voir vidéo dans l’article original ~

AQES ou Al Qaïda en Syrie est constitué essentiellement de combattants étrangers recrutés par la CIA, envoyés en Turquie, entraînés par l’Arabie Saoudite et le Qatar avec le soutien logistique permanent du régime islamiste d’Erdogan à Ankara.

L’attaque aérienne russe d’aujourd’hui sur un centre de commandement d’Al Qaïda n’a pas tué beaucoup de leaders d’Al Qaïda mais pas mal d’officiers qataris, saoudiens et turcs, plus d’une douzaine, probablement plus, d’après les unités de reconnaisse syriennes qui évoluent dans la région.

Le poste de commandement a été touché par les attaques d’un Su34 armé de bombes conventionnelles anti-bunkers. Ce centre de commandement, construit par des ingénieurs turcs en 2013, sous environ 12m de roches, 3 ètages en profondeur était capable de soutenir jusqu’à 300 combattants étrangers et leurs commandants turcs.

Le complexe de bunkers touché aujourd’hui n’est pas dissemblable de ces complexes qu’Al Qaïda était supposé avoir en Afghanistan et pour lesquels les Etats-Unis ont envahi ce pays et doivent toujours les y trouver 15 ans plus tard…
La Russie ment vraiment, elle n’est pas honnête, en bombardant Al Nosra et en les étiquetant EIIL. Al Nosra est 10 fois pire que l’EIIL. En profitant de leur artillerie lourde, d’un approvisionnement sans limites en munition de la Turquie, de convois entiers de camions d’armes modernes américaines comprenant des missiles TOW anti-chars and Stinger sol-air, de havres de paix dans des bases en Turquie et un financement sans limites ni fin en provenance du Qatar et de l’Arabie Saoudite, le front Al Nosra s’est engagé dans la massacre sytématique du peuple syrien.

L’intérêt de la Russie dans le front Al Nosra réside dans le partenariat de ce groupe avec les groupes extrémistes en ukraine. Les Djihadistes d’Al Nosra, plus de 3000, servent actuellement en Ukraine et sont responsables de la plupart des violations des accords de Minsk. Le régime de Kiev s’est volontairement rangé du côté d’Al Qaïda (NdT: parce qu’Al Qaïda en réalité est Al CIAda et ce depuis le départ dans les années 1980…) et ce faisant, bénéficie des coffres ouverts et généreux de la CIA, de containers d’argent liquide utilisés pour corrompre le régime de Kiev tout en achetant les gouvernements dans des pays comme la Roumanie, la Georgie, la Bulgarie et l’Azerbaïdjan, qui tous ont fourni des bases pour les groupes terroristes d’Al Qaïda, groupes dont la cible est l’Europe occidentale.

Ceci est “Gladio No2” (NdT: comme nous l’avions dit précédemment, Duff et VT ne font que confirmer ce que nous avions pressenti avec d’autres il y a quelque temps déjà…)

Tous les réfugiés qui affluent vers l’Europe proviennent des zones de Syrie sous contrôle combiné de la Turquie et d’Al Nosra/Al Qaïda. Gladio 2 nous dit-on, dont l’objectif est l’explosion de la zone Euro est de mettre en place des gouvernements d’extrème-droite “néo-nationalistes” à travers l’Europe.

 

Mais une fois de plus, faut pas être sorti de St Cyr pour piger cela non ?

Échec et mat à l’empire ?… Poutine leader d’une coalition anti-Mafia Khazare Rothschild (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 1 octobre 2015 by Résistance 71

Echec et mat !

 

Preston James

 

29 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2015/09/29/checkmate/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Poutine montre au monde le bluff des Etats-Unis concernant l’EIIL

Dans un des actes diplomatique et dextérité étatique les plus subtils de l’histoire, Vladimir Poutine a démontré le bluff des Etats-Unis au sujet de l’EIIL maintenant appelé État Islamique ou EI.

Dans ce processus, le président Poutine a créé une situation complète d’échec et mat contre l’armée secrète mercenaire de l’EIIL qui attaque la Syrie et les Kurdes pour des factions des services secrets des Etats-Unis, d’Israël, de l’Arabie Saoudite et de la Turquie.

Poutine a fait tout cela en annonçant la formation d’une large coalition internationale pour combattre l’EIIL en Syrie et en Irak et en prenant l’initiative d’envoyer une aide militaire signifiante à Assad et ses forces armées en Syrie.

Pendant sa visite aux Etats-Unis la semaine dernière, il a juste demandé au président Obama d’amener les Etats-Unis au sein de cette coalition internationale. Jusqu’ici, Obama a négligé de promettre que l’armée américaine rejoindrait cette coalition et a au lieu de cela, a continué à appeler Assad un tyran qui largue des bombes sur son propre peuple, ce qui a été prouvé être un énorme mensonge du gouvernement des Etats-Unis.

Dans le même temps, Poutine a envoyé des armements de haute technologie en Syrie incluant des avions MiG 31 afin d’aider le président Assad dans sa bataille pour vaincre l’EIIL et se rendre certain qu’il ne soit pas viré du pouvoir par l’EIIL pour Israël.

Poutine pense que le peuple syrien a élu démocratiquement le président Assad au cours d’élections libres et veut qu’il demeure au pouvoir en tant que le leader légitime de la Syrie.

Les Chinois viennent aussi apparemment de dire qu’ils envoient de l’aide militaire à Assad pour combattre l’EIIL et nous avons au moins un rapport précisant que les forces aériennes françaises ont attaqué l’EIIL avec succès au moins une fois.

Jusque maintenant, les seuls à combattre l’EIIL ont été l’armée syrienne et les Kurdes. Bien que les Américains ont affirmé avoir largué des vivres et des munitions aux forces anti-EIIL, il est maintenant apparent que la vaste majorité de ces équipements fut larguée pour les mercenaires de la CIA que constituent les forces de l’EIIL. Tout ceci bien sûr par pur accident soyons-en certains.

Plus d’une fois, Israël a attaqué les forces syriennes au lieu de celles de l’EIIL comme on penserait qu’il le ferait vu qu’il clâme haut et fort que l’EI est son ennemi juré. Ceci est aussi suspicieux qu’on pourrait même bien croire que l’EIIL travaille pour Israël. Bien sûr, ce que désirent les leaders d’Israël c’est de manipuler les Etats-Unis pour qu’ils se battent dans une guerre supplémentaire pour Israël, tout cela faisant partie intégrante de son plan majeur d’expansion pour le “Grand Israël” (du Nil à l’Euphrate).

Le gouvernemnt des Etats-Unis et les officiels israéliens chantent depuis des mois sur tous les toits qu’une action forte et décisive doit-être prise pour arrêter l’EIIL et pourtant nous savons pour sûr que l’EIIL a été créé et mis en place par les services de renseignement américain et israélien, avec l’aide des Saoudiens et des Turcs au sein d’une sorte de coalition factionnelle secrète.

Nous savons également que l’EIIL a été logistiquement équipé par l’armée américaine en munitions et en armement et équipement militaires laissés de manière très utile et à dessein en Irak afin que ces groupe mercenaires puissent s’en emparer.

Oui, l’EIIL alias EI, alias Daesh alias Al Nosra etc… tout comme Al Qaïda ou plutôt Al CIAda, est en fait un groupe de mercenaires assemblé, entraîné, payé et suppléé par une coalition secrète des services de renseignement américain, israélien, saoudien et turc.

Le général Wesley Clark a révélé que le ministère de la défense des Etats-Unis avait un agenda secret pour faire tomber 7 nations moyen-orientales. L’EIIL fait partie intégrante de cet agenda, qui n’est en fait qu’une extension de l’agenda globaliste sioniste de la Mafia Khazare Rothschild (MKR) ~ voir la note de l’auteur sous l’article ~ qui a malheureusement infiltré et détourné la plus grande partie du Pentagone, du congrès des Etats-Unis et de l’administration gouvernementale.

Fort heureusement, il y a encore quelques nouveaux venus dans le haut commandement militaire américain ainsi que dans ses services de renseignement qui refusent de continuer de permettre que les Etats-Unis soient utilisés par la machine de guerre israélienne et ces gens s’assurent que des informations incriminantes soient fuitées et utilisées pour mettre un terme définitif à cette utiisation illégale, anticonstitutionnelle et traîtresse de l’armée américaine pour qu’elle combatte toujours plus de guerres pour Israël et les sionistes globaliste de la MKR.

L’influence secrète mais puissante de ce nouveau groupe de héros américains sur le gouvernement des Etats-Unis et son administration est maintenant évidente pour tous au vu du refus du président Obama de déployer les forces militaires américaines dans une guerre totale contre l’EIIL.

Si le président Obama avait jamais autorisé les sbires de la MKR au Pentagone d’aller de l’avant avec leur guerre intentionnelle aérienne et au sol en Irak, en Syrie et en Iran, ceci aurait en fait été la fausse couverture utilisée pour en fait virer Assad du pouvoir en Syrie, d’éliminer la Syrie, les Kurdes puis l’Iran, comme la MKR et les likoudistes l’ont poussé à faire depuis un bon moment.

Des personnes de l’intérieur du renseignement américain ont affirmé que l’EIIL a été profondément aidé par le sénateur John McCain et au moins trois généraux en retraite et pointe vers des photos de quelques uns de ces individus discutant avec des commandants de l’EIIL. Si cela est vrai, ceci est un crime très grave et une très sérieuse menace à la sécurité nationale des Etats-Unis. Beaucoup appeleraient cela de la trahison pure et simple, un crime punit de la peine capitale.

En réalité, l’EIIL/EI est une invention, création des sionistes globalistes de la MKR et des likoudistes israéliens dont la stratégie a été de créer un besoin urgent pour l’Amérique et l’Europe d’une intervention militaire contre l’EIIL, mais avec le but de manipuler les Etats-Unis de faire cette guerre contre l’EIIL comme une couverture en fait de virer Assad du pouvoir et de détruire la Syrie, les Kurdes puis l’Iran.

Cette immigration massive de réfugiés en Europe, de ces civils déplacés des zones de guerre impliquant l’EIIL a été orchestrée et financée par les mêmes entités qui sont sous le contrôle de la MKR et leur objectif est de forcer l’Europe à contempler la cause, leur manque de volonté avéré d’arrêter l’EIIL.

Certaines personnes de l’intérieur pensent que cette immigration de masse vers l’Europe a été déclanchée comme punition envers les nations européennes qui participent dans la campagne BDS du Boycott, désinvestissement et sanctions envers Israël contre son régime d’apartheid, de blocus, d’emprisonnement, de tortures et de génocide contre les Palestiniens. Les nombreux clips et reportages que l’on peut visionner sur internet montrant des tireurs embusqués israéliens tirant sur des enfants palestiniens sans défense, ont été un facteur majeur du développement de ce mouvement BDS européen qui se propage maintenant au Canada, aux Etats-Unis et dans le monde entier, tout comme le fut l’assassinat de sang froid de l’activiste Rachel Corrie par un conducteur de bulldozer israélien.

Après, ce furent les contrôleurs de la MKR qui ont ordonné à l’EIIL de pénétrer dans ces zones pour massacrer et opprimer des civils innocents. Ce furent ces mêmes contrôleurs qui s’assurèrent que les immigrants avaient de l’argent pour voyager et pour entreprendre ce périlleux périple vers l’Europe.

Conclusion:

Quand le président Poutine réfère au rassemblement d’une coalition internationale pour combattre et vaincre l’EIIL, ce que cela signifie vraiment est un nouvel effort international mené par la Fédération de Russie et la puissance de la Chine pour parfaire un échec et mat contre le pouvoir sioniste globaliste de la MKR.

Le super homme d’état Poutine a maintenant clairement piégé Obama, la CIA, Israël, l’Arabie Saoudite et la Turquie dans leurs propres monstrueux mensonges au sujet de l’EIIL Si le président Obama pense vraiment ce qu’il dit au sujet de l’EIIL/EI, il devrait sauter sur l’occasion de participer à cette nouvelle coalition internationale rassemblée contre l’EIIL.

Ce que ce superbe échec et mat veut dire en réalité est la fin certaine à ternes de la City de Londres, de la MKR et de l’hégémonie des sionistes globalistes, incluant leurs mignons likoudistes, saoudiens et la cabale du crime Bush (alias la CIA, note du traducteur: La CIA est le bras armé de Wall Street, qui est une branche de la City de Londres… Il suffit d’analyser dans le temps le passage par les portes tourniquets entre Wall Street et la CIA et les directeurs de cette dernière… Hallucinant !…), ainsi que le Departement de la Sécurité de la Patrie ou DHS (NdT: la Staatsicherheit ou Stasi du pays du goulag levant..)

Avec cet échec et mat attendez-vous de voir la fin du pétrodollar US comme monnaie de réserve mondiale et la fin du pouvoir de la réserve fédérale, cartel bancaire privé, la source de fric essentielle du système sionisrte globaliste de la MKR.

Oui, il est désormais évident que le maître homme d’état Poutine a complètement exposé Israël, les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et la Turquie pour leurs énormes mensonges au sujet de l’EIIL et du terrorisme en général. Bientôt, le monde entier va savoir que tout le terrorisme est en fait créé de manière synthétique par cette MKR et ses mignons (Israël, USA, Arabie Saoudite et Turquie) afin de mener le monde dans des guerres, le chaos et le meurtre de masse, le tout pour générer d’énormes bénéfices à cette MKR et ses associés sans âmes.

L’EIIL, EI, Daesh, Al Nosra, Al Qaïda etc… ne sont que des créations faux-drapeaux d’Israël, des Etats-Unis de l’Arabie Saoudite et autres factions des services de renseignement et sont créés pour servir de provocations afin de justifier des guerres illégales non provoquées pour le pur profit et l’accès aux ressources naturelles d’autres nations.

De manière évidente, le phénomène entier de l’EIIL, EI, Daesh, Al Nosra, Al Qaïda n’est rien d’autre que du terrorisme faux-drapeau, mais cette fois-ci les perpétrateurs se sont faits gauler et leurs mensonges ont été exposés par un fin renard d’homme d’état en la personne de Vladimir Poutine.

Ceci représente la vieille tactique des états de créer de toute pièce des attaques faux-drapeau contre leur propre nation ou une nation étrangère, en blâmant leur ennemi et en utilisant cette excuse pour entrer dans une guerre complètement illégale, injustifiée contre cet ennemi “piégé”.

C’est ce que fut l’attaque du 11 Septembre 2001 aux Etats-Unis, une attaque faux-drapeau perpétrée par Israël et les traîtres au sein de l’USAF, du JCS (Etat-Malor des Armées), NORAD et de la FAA ainsi que ceux au sein du gouvernement et du Pentagone, attaque qui fut blâmée sur Oussama Ben Laden alias Colonel Tim Osman pour la CIA et l’Afghanistan, Saddam Hussein et l’Irak. Les véritables perpétrateurs ont jusqu’ici réussi à échapper au radar, mais de plus en plus de personnels du haut commandement militaire américain apprennent ce qu’il s’est passé au fil du temps. La presse étrangère commence à bouger et à couvrir cette histoire de manière plus véridique.

Jamais auparavant dans l’histoire récente des Etats-Unis une telle hypocrisie des leaders américains et de la CIA a été exposée aux yeux de tous, y compris le peuple américain. On peut maintenant dire que le président Poutine a fait un grand chelem. Celui-ci ira dans les livres d’histoire comme un des plus grands actes accomplis par un homme d’état tout autant politique que diplomatique.

Peut-on s’attendre à moins d’un grand joueur d’échec et d’une ceinture noire de judo ? Peut-être est-il temps pour les leaders des Etats-Unis de devenir sérieux à propos de se séparer de cette cabale de la MKR et d’Israël et d’arrêter de les laisser utiliser le pays comme leur paillasson et leur larbin.

Ceci veut bien sûr dire que plus aucun membre du congrès des Etats-Unis ne doit faire serment d’allégence à l’AIPAC et Israël et refuser d’honorer ceux qui ont été faits auparavant.

(*) MKR est donc une abréviation représentant la Mafia Khazare Rothschild, un terme qui fut inventé par l’éditeur de la section financière de Veterans Today (VT) Mike Harris après avoir mené une recherche exensive sur la véritable histoire cachée de la nation khazare et sa connexion avec le sionisme mondialiste Rothschild maintenant centralisé à la City de Londres (NdT: la famille Rothschild contrôle entre autre la Banque d’Angleterre et est la gérante de la fortune incommensurable du Vatican). La MKR opère depuis la City de Londres (NdT: le km2 le plus riche de la planète, là où François Hollande est allé se prosterner avant son élection…), une nation séparée du Royaume-Uni, qui possède sa propre police, ses propres diplomates, et qui ne paie absolument aucun impôt sur quoi que ce soit à qui que ce soit, tout comme le Vatican. La MKR a profondément infiltré les Etats-Unis et le gouvernement et administration du pays et les a détourné pour mener des guerres à son profit. L’état moderne d’Israël est une création de la MKR comme havre de paix des agents sionistes globalistes et qui sert d’entité de paille, tous comme les Etats-Unis et la plupart des nations européennes, dont la majorité essaie maintenant de se dépétrer de l’emprise de cette mafia et de sa toile gluante de dette et de mensonges. La banque de la réserve fédérale américaine est une succursale , une franchise de la City de Londres et de ses banksters de la MKR et est leur principale source d’argent frais, utilisant le pétrodollar comme monnaie de réserve mondiale. Une grande partie du monde est maintenant en train de se réorganiser pour créer un système de pare-feu pour protéger une coalition contre l’hégémonie du pétrodollar et est en chemin pour réussir à l’éliminer de la face du monde. Dès maintenant, le président Poutine a pris la tête d’une coalition qui vise à mettre définitivement en échec l’hégémonie mondiale de cette Mafia Khazare Rothschild.

Ingérence de l’empire en Syrie… Le dessous des cartes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, France et colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 28 septembre 2015 by Résistance 71

Duff de retour vivant

 

Gordon Duff

 

26 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2015/09/26/duff-back-alive/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

[ Note de l’éditeur: Veterans Today (VT) est amené à faire ce qu’aucune autre publication ne peut faire. Nous rencontrons nos contre-parties dans les services de renseignement et gouvernement et nous comparons nos notes. Si vous pensez par exemple que votre vision des choses en lisant InfoWhores ou BeforeeltzSnooze ressemble à celle de disons, Poutine, on vous conseillerait de ne jamais le rencontrer et si vous le faisiez, de la fermer. Il y a une énorme différence entre une information open source et “l’imagination” et la fabrication. Si vous voulez par exemple qu’on vous regarde comme un insecte, mentionnez les mots “nanothermite” ou “Jade Helm”. Dans les semaines à venir, Jim Dean de VT va vous dire comment les dossiers nous furent ouverts et à quel point cette vision du monde est bien différente de celle dépeinte sur internet. Dans la plupart, mais pas tous les cas, VT possède ce que beaucoup ont mais n’ont jamais publié ou fuité, en certaines circonstances, nous en avons bien plus que certaines agences gouvernementales.

Le véritable renseignement ne ressemble que très peu au narratif enfantin qui parvient au public. La question bien évidemment est de savoir combien de couches possède l’information et surtout combien de ces couches pouvons-nous peler ? ]

___________________________

Une équipe emmenée par VT qui incluait un représentant de la communauté du renseignement de Washington, à son plus haut niveau, vient de rentrer (de Syrie). D’autres rentrèrent plus tôt. Je me suis personnellement arrêté en Allemagne pour une semaine et je publierai photos et vidéos.

Je sortais de la douane à Detroit et fut repéré par une agréable femme du DHS (Homeland Security). Imaginez cette conversation:

Q:  Monsieur Duff, que faisiez-vous en Syrie ?

A: Imaginez ceci, hypothétiquement, et si les Etats-Unis avaient été kidnappés par une sinistre puissance incluant Al Qaïda et que les Etats-Unis seraient en fait en train de soutenir l’EIIL et un bon nombre de groupes terroristes dans le monde ? Vous avez remarqué que le second groupe qui fut entraîné par les Américains a rejoint “accidentellement” Al Qaïda une fois de plus ? Pourquoi croyez-vous que le général Allen vient de démissionner ?

Q: Puis-je porter vos bagages à la voiture?

J’ai particulièrement apprécié être conduit au travers de l’inspection des bagages et de sa file d’attente et d’être hâté, plutôt manu militari, hors de l’aéroport.

Surprise

En Syrie, au cours d’une réunion avec le plus haut fonctionnaire du renseignement syrien, pas “un des” plus hauts fonctionnaires… “Le” plus haut fonctionnaire, la Syrie a confirmé à VT l’histoire qu’elle a de fait été touchée par une arme nucléaire en Mai 2013.

Les Etats-Unis étaient parfaitement au courant qu’Israël avait utilisé une arme nucléaire tactique en Syrie et pourtant, pendant plus de 2 ans, ont continué la farce au sujet de la menace nucléaire iranienne. Ceci est tout simplement à gerber.

__________________________

VT a encore raison

Il n’y a pas de troupes russes ou chinoises en Syrie mis à part quelques spécialistes en équipement et ceux qui sont depuis des années et des années sur la base navale russe de Tartous.

De plus, à quel niveau d’imbécilité, et nous connaissons la réponse de ceci, sont rendus les psychos de Washington ? Les photos satellites utilisées pour identifier les armes russes, dites avoir été soi-disant fuitées du Pentagone, étaient, si vous lisez les inscriptions de dessous, des images de publicité que quiconque peut acheter et qui ne montraient absolument rien.

Elles ont été achetés, comme on le voit si on les agrandi un peu, par un affilié de Microsoft en Alaska, qui les a envoyé à Reuters. Toute cette affaire est une vaste escroquerie.

Le bon côté de la chose est que cela a fait flipper suffisamment de personnes pour que Poutine se serve de cette escroquerie pour faire levier en un superbe retour des choses. Que j’aime voir les salauds se faire mettre en fin de compte.

_____________________

Réunions

La grande raison de ce voyage fut de permettre à la Syrie de fuiter des informations à quelques comités du congrès des Etats-Unis soigneusement sélectionnés, suffisamment pour faire paraître Assad comme étant la “meilleure alternative” et pour justifier d’une nouvelle et bien plus saine politique américaine, et ce même durant une année électorale.

Bien évidememnt, Assad paraît bien plus attractif quand il a avec lui des milliers de troupes russes et des armes modernes, qui existent, dans son hangard. Ceci est typique de la morale de Washington.

_______________________

VT encore et encore correct

Il y a deux ans, alors que bien “d’autres” avaient les yeux braqué sur l’Iran et l’Ukraine seulement, ou suivaient les évènements en Egypte, VT décida alors de bâtir la plus robuste capacité de toutes les organisations de presse ou même des agences de renseignement au monde, à l’intérieur de la Syrie.

Nous avions raison, la Syrie est maintenant le centre de l’univers et seul VT en a un accès direct car ayant gagné sa confiance. De manière plus importante, nous avons une relation forte avec le grand moufti, conseiller principal du président Assad. (NdT: Thierry Meyssan ? )

Avec de la chance et l’aide du président Poutine, VT sera capable, au moyen d’une excellence journalistique qui n’existe maintenant nulle part ailleurs, nous mener tous hors de cet enfer.

Nouvel Ordre Mondial: La folie russo-iranienne de faire confiance à Washington (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 26 septembre 2015 by Résistance 71

L’observation des derniers évènements en Syrie et au MO nous rapproche de cette analyse de Roberts. La règle d’or géopolitique est de ne JAMAIS faire confiance aux Yanks qui n’ont jamais honoré un traité signé (demandez aux Amérindiens !…). Ceci ramène une fois de plus la question à 500 Yuans: Tout ceci n’est-il pas une manœuvre de verrouillage final de la grille de contrôle du N.O.M, la rivalité américano-sino-russe n’étant que de la poudre aux yeux pour mieux faire accepter un contrôle militaire planétaire unifié ? Peut-être que ce dont parle ici PCR fort justement n’est-il que voulu et parfaitement planifié par les intéressés. Assistons-nous à la mise en place du N.O.M fasciste planétaire ? A quel jeu jouent la Russie et la Chine ? Si les Russes divulguaient aujourd’hui ce qu’ils savent sur les attentats du 11 Septembre, ce serait fin de partie définitive, échec et mat ! Pourquoi ne le font-ils pas ? 

Flippant d’y penser…

— Résistance 71 —

 

Les faux espoirs de la Russie

 

Paul Craig Roberts

 

23 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2015/09/23/russias-false-hopes-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La Russie veut tellement et désespérément faire partie d’un occident délabré qui s’effondre, que la Russie est en train de perdre son réalisme.

Leçon durement apprise après leçon durement apprise, la Russie ne peut pas abandonner son espoir d’être acceptée par l’occident. La seule façon pour la russie d’être acceptée de l’occident est qu’elle accepte le statut de vassale. La Russie a faussement calculé que la diplomatie pourrait résoudre la crise que Washington a créé de toute peièce en Ukraine et a placé ses espoirs sur les accords de Minsk, qui n’ont aucun soutien de l’occident du reste, ni de Kiev, ni même de Washington, Londres ou de l’OTAN.

La Russie peut parfaitement mettre fin à la crise ukrainienne en simplement acceptant les requêtes des anciens territoires russes d’être réunis avec la Russie. Une fois que les républiques sécessionnistes sont de nouveau parties intégrantes de la Russie, la crise est finie. L’Ukraine na va pas attaquer la Russie.

La Russie ne met pas fin à la crise parce que la Russie pense que cela serait provocateur et fâcherait l’Europe. En fait, c’est ce que la Russie devrait faire, fâcher l’Europe. La Russie a besoin de faire prendre conscience à l’Europe qu’être le jouet de Washington contre la Russie est risqué et a un prix pour l’Europe.

Au lieu de cela, la Russie protège l’Europe des coûts que Washington lui impose et n’impose que peu de conséquences sur l’Europe pour agir contre la Russie dans l’intérêt de Washington. La Russie fournit toujours ses ennemis déclarés, dont les forces aériennes survolent les frontières russes, avec une énergie capable de maintenir en vol ces avions de combat.

Ceci rfeprésente l’échec de la diplomatie et non pas son succès. La diplomatie ne peut pas réussir quand seulement un côté croit en elle et l’autre côté ne croit qu’en la force.

La Russie se doit de comprendre que la diplomatie ne peut pas marcher avec Washington et ses vassaux de l’OTAN, qui ne croient en rien à la diplomatie, mais ne font confiance qu’en la force et la coercition. La Russie doit comprendre que quand Washington déclare que la Russie est un état “hors-la-loi” qui “n’agit pas en accord avec les normes internationales”, Washington veut dire que la Russie ne suit pas les ordres de Washington. L’expression de “normes internationales” veut dire les diktats de Washington. Les pays qui ne sont pas en accords ou adéquation avec la volonté de Washington n’agissent donc pas en accord avec “les normes internationales”.

Washington seul détermine ces “normes internationales” et personne d’autre. L’Amérique est ce pays “exceptionnel et indispensable”. Aucun autre pays n’a cette position.

Un pays qui a une politique étrangère indépendante est vu comme une menace par Washington. La doctrine néoconservatrice Wolfowitz explicite ceci très clairement. Elle définit comme menace tout pays ayant suffisamment de pouvoir pour agir comme un obstacle à l’action unilatérale de Washington. La doctrine Wolfowitz établit sans ambiguité que tout pays ayant suffisamment de pouvoir pour bloquer les objectifs de Washington sur le monde est une menace et que “notre objectif principal et d’empêcher la ré-émergence d’un tel pays”.

La Russie, la Chine et l’Iran sont dans la ligne de mire des Etats-Unis. Les traités et la “coopération” ne veulent absolument rien dire. La coopération ne fait que provoquer une perte de concentration chez les adversaires de Washington et leur faire oublier qu’ils sont des cibles. Le ministre des affaires étrangères russe Sergueï Lavrov semble croire que maintenant avec l’échec de la politique de guerre et de destruction de Washington au Moyen-Orient, que Washington et la Russie peuvent maintenant travailler ensemble pour contenir l’EIIL et ses djihadistes en Syrie et en Irak. Ceci n’est qu’un doux rêve. La Russie et les Etats-Unis ne peuvent pas travailler ensemble en Irak et en Syrie pour la smple raison que ces deux gouvernements ont des politiques conflictuelles et diamétralement opposées pour la région. La Russie veut la paix, le respect de la loi internationale et l’arrêt des forces djihadistes radicales. Washington veut la guerre, aucune limite légale, finance et entraîne les djihadistes radicaux dans l’intérêt de la déstabilisation du Moyen-Orient et de renverser Al-Assad. Et même si les Etats-Unis avaient les mêmes objectifs que la Russie, travailler avec cette dernière diminuerait l’image de la Russie en tant qu’ennemi.

La Russie, la Chine et l’Iran sont les trois pays qui peuvent contraindre l’action unilatérale de Washington. En conséqunce ces trois pays sont en danger de recevoir des frappes nucléaires préventives. Si ces pays sont si naïfs pour croire qu’ils peuvent travailler la main dans la main avec Washington à cause de l’échec de sa politique de coercition et de guerre appliquée durant ces 14 dernières années en sauvant Washington du bourbier qu’il a lui-même créé en donnant le jour à l’État Islamique, ils ne sont que de pauvres canards fous attendant d’être flingués nucléairement par des frappes préventives au milieu de leur mare.

Washington a créé de toute pièce l’État Islamique (EI, EIIL, ISIS ou quelque soit le nom qu’on lui donne…). Washington a utilisé cette légion islamiste pour renverser Kadhafi en Libye, puis les a envoyé contre Assad en Syrie. Les néoconservateurs américains, qui sont tous des alliés féroces du sioniste Israël, ne veulent d’aucun état au Moyen-Orient capable d’interférer avec l’entreprise du “Grand Israël du Nil à l’Euphrate”.

Les djihadistes de l’EIIL ont fini par apprendre que la politique d’assassinat et de déplacement de millions de musulmans dans sept pays a créé une foule de gens anti-occident pour eux parmi les populations du Moyen-Orient et ils ont commencé à agir indépendamment de leurs créateurs de Washington (NdT: c’est l’opinion de PCR et de certains analystes qui pensent que l’EIIL a échappé au contrôle de ses créateurs yankees. Nous pensons que ceci est une façon “d’excuser” et de faire oublier ce que Washington a fait, nous pensons que l’EIIL est toujours sous ferme contrôle américano-israélo-turco-saoudien…).

Les conséquences en sont toujours plus de chaos au Moyen-Orient et Washington a perdu le contrôle (NdT: très discutable…)

Au lieu de laisser Washington souffrir des mains de son propre labeur, la Russie et l’Iran, les deux pays les plus haïs et diabolisés en occident, se sont précipités à la rescousse de Washington et de ses folies moyen-orientales. Ceci est l’échec total de la pensée stratégique russe et iranienne. Des pays qui ne peuvent pas penser stratégiquement ne survivent pas.

Les Iraniens doivent absolument comprendre que leur traité avec Washington ne veut absolument rien dire. Washington n’a JAMAIS honoré un traité quelconque. Demandez donc aux nations indiennes des grandes plaines ou au dernier président soviétique Gorbatchev.

Si le gouvernement russe pense que la parole de Washington veut dire quelque chose, le gouvernement russe est complètement à l’Ouest…

L’Iran est bien dirigée et Vladimir Poutine a sauvé la Russie du contrôle américano-israélien, mais ces deux gouvernements continuent d’agir comme s’ils étaient sous l’emprise de puissants narcotiques qui leur feraient penser que Washington pouvait être un partenaire fiable.

Ces folies sont dangereuses, pas seulement pour la Russie et l’Iran, mais pour le monde entier.

Si la Russie et l’Iran baissent leur garde, ils seront atomisés, ainsi que la Chine.

Washington n’a d’intérêt que pour une chose et une chose seulement: l’hégémonie mondiale !

Demandez simplement aux néoconservateurs ou simplement lisez leurs documents.

Les néoconservateurs contrôlent Washington. Personne d’autre dans quelque gouvernement que ce soit n’a la parole.

Pour les néoconservateurs, l’armaguédon nucléaire est un risque tolérable pour parvenir à leur objectif d’hégémonie mondiale totale.

Seules la Russie et la Chine peuvent sauver le monde de l’armaguédon, mais sont-elles trop folles et adoratrices de l’occident pour pouvoir sauver la planète Terre ?

Résistance à l’empire: L’OTSC arrive en Irak et en Syrie.. La fin de la légion mercenaire « djihadistes » de la CIA et du Mossad est-elle (enfin) arrivée ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 23 septembre 2015 by Résistance 71

L’OTSC arrive en Irak et en Syrie

 

Thierry Meyssan

 

21 Sptembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article188739.html

 

L’intervention de l’OTSC contre le terrorisme en Irak et en Syrie peut être le début d’un ordre mondial fondé sur la coopération et la défense des populations ou, au contraire, d’une période d’affrontement Est-Ouest dans laquelle l’Occident soutiendrait ouvertement le terrorisme. Contrairement à une idée reçue, ce déploiement militaire vise moins à défendre l’Irak et la République arabe syrienne que les États-membres de l’OTSC eux-mêmes. Il n’est donc pas négociable. Les débats de l’Assemblée générale de l’Onu et du Conseil de sécurité du 30 septembre permettront de connaître la réponse de Washington et de ses alliés à l’OTSC. Quoi qu’il en soit, plus rien ne sera comme avant.

Alors que la presse occidentale persiste à discuter d’un possible soutien militaire russe au président Bachar el-Assad, l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) a décidé de lutter contre le terrorisme en Irak et en Syrie.

Il semble que les Occidentaux n’ont toujours pas compris les conséquences de leur politique.

Une question existentielle pour l’OTSC

Rappelons que l’OTSC est une alliance militaire classique de six anciens États membres de l’Union soviétique : la Biélorussie, la Russie, l’Arménie, le Tadjikistan, le Kazakhstan, le Kirghizistan. À la différence de l’Otan et du Pacte de Varsovie, dans lesquels les États membres perdent leur souveraineté (au profit des États-Unis et du Royaume-Uni dans l’Otan, de l’URSS dans le Pacte de Varsovie —ce qui contrevient à la Charte des Nations unies—), les États membres de l’OTSC conservent leur pleine souveraineté, ne placent pas leurs armées sous le commandement de la principale puissance de leur alliance, et peuvent se désolidariser à tout moment de cette alliance [1]. L’Azerbaïdjan, la Géorgie et l’Ouzbékistan se sont ainsi retirés librement de cette organisation pour se tourner vers le Guam [2] et l’Otan.

Depuis les années 80, —avant même que n’existent les États membres de l’OTSC— les États-Unis et l’Otan déploient un système de missiles, d’abord tourné contre l’URSS, aujourd’hui encerclant l’OTSC. Ces missiles, censés détruire les missiles intercontinentaux adverses dans leur phase de décollage, ne peuvent en réalité que détruire des aéronefs évoluant à faible vitesse et en aucun cas les missiles hypersoniques russes. Présentés par le Pentagone comme une arme défensive —ce qu’il était peut-être à l’origine—, ce « bouclier anti-missiles » ne peut donc avoir qu’un usage offensif. L’OTSC est le seul groupe d’États au monde à être ainsi directement menacé par des missiles pointés sur lui à ses frontières.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, l’URSS puis les États membres de l’OTSC, assistent au recrutement des Frères musulmans par la CIA et à l’emploi de certains de leurs membres ou ex-membres par les États-Unis pour les déstabiliser [3]. Ainsi les hommes d’Oussama Ben Laden (formé par le frère de Sayyid Qutb) et d’Ayman al-Zaouahiri (qui avait rejoint la Confrérie un an avant l’arrestation et l’exécution de Sayyid Qutb) combattirent-ils l’URSS en Afghanistan, puis la Russie en Yougoslavie et enfin sur son propre territoire dans le Caucase [4].

En 2011, les États membres de l’OTSC ont assisté à une opération de l’Otan, le « Printemps arabe », visant à renverser des régimes ennemis aussi bien qu’amis au Moyen-Orient au profit des Frères musulmans (Tunisie, Égypte, Libye, Syrie). Et depuis 2014, ils assistent au triomphe de l’idéal des Frères musulmans avec la proclamation d’un califat remettant en cause à la fois le droit international et les droits de l’homme. Actuellement, ce califat a confié ses postes d’officier majoritairement à des islamistes venus de l’ex-URSS, parfois même de pays membres de l’OTSC.

Le 1er août, l’Ukraine et la Turquie (membre de l’Otan) ont annoncé la création d’une « Brigade islamiste internationale », formée de combattants d’Al-Qaïda et de Daesh, et stationnée à Kherson (Ukraine) [5]. Cette Brigade se propose de combattre la Russie en Crimée.

En d’autres termes, sauf à intervenir maintenant contre le terrorisme, l’OTSC devra bientôt affronter à la fois un ennemi extérieur, l’Otan et ses missiles, et un ennemi intérieur, les islamistes initialement formés par l’Otan.

La réunion de l’OTSC à Douchanbé

Le 15 septembre, l’OTSC a tenu la réunion annuelle de ses chefs d’État à Douchanbé (Tadjikistan). Comme je l’avais annoncé il y a un mois [6], le président russe, Vladimir Poutine, a présenté à ses collègues les études réalisées par ses armées sur la possibilité de combattre dès à présent le califat, avant qu’il n’entre massivement dans le territoire de l’OTSC.

Le président Poutine était parvenu à convaincre préalablement ses partenaires qu’il ne les engageait pas à soutenir les ambitions de la Russie en Syrie, mais bien de répondre à une menace directement dirigée contre l’OTSC.

En définitive, l’OTSC décida de se déployer en Irak et en Syrie pour combattre l’ensemble des jihadistes, qu’ils se réclament ou qu’ils soutiennent Daesh ou al-Qaïda. Cette opération est légale en droit international car elle répond aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies relatives à la lutte contre le terrorisme. Elle prolonge d’ailleurs l’opération, elle aussi légale, de la Coalition formée par les États-Unis contre le seul Daesh.

Cependant, à la différence de cette Coalition, l’OTSC entretient de bons rapports à la fois avec les gouvernements irakien et syrien ce qui lui permet d’envisager une bien plus grande efficacité.

De manière à préparer l’intervention de l’OTSC, un couloir aérien a été installé entre l’Organisation et la Syrie. Il devait au départ passer au dessus des Balkans, mais les alliés des États-Unis s’y sont opposés à l’exception de la Grèce. Ce couloir a donc été installé au dessus de l’Iran et de l’Irak. En moins d’une semaine, de très importantes quantités de matériel et plus de 2 000 hommes ont été acheminés. Techniquement, l’OTSC dispose de la capacité de déployer jusqu’à 50 000 hommes en moins de deux semaines.

Le forum des Nations unies

Par souci d’efficacité et sans préjuger de la bonne ou de la mauvaise foi occidentale, les chefs d’État de l’OTSC ont prévu d’intervenir devant l’Assemblée générale de l’Onu (à partir du 28 septembre) pour appeler la communauté internationale à unir ses efforts contre le terrorisme.

En outre, la Russie présidant le Conseil de sécurité pour le mois de septembre, Vladimir Poutine —qui n’est pas venu à l’Onu depuis une décennie— présidera la séance du 30 septembre consacrée à la lutte contre le terrorisme en Irak et en Syrie.

Dans le cas où la Coalition et l’OTSC trouveraient un accord, elles pourraient mener des actions communes ou se répartir le travail (l’Irak pour la Coalition et la Syrie pour l’OTSC). Dans le cas contraire, les deux organisations conduiraient des campagnes distinctes en essayant de ne pas se gêner mutuellement.

Du point de vue atlantiste, la campagne de l’OTSC profitera à la République arabe syrienne et garantira la poursuite du mandat du président élu Bachar el-Assad que l’Otan souhaitait renverser. Cependant, il est faux de prétendre que cette intervention a été conçue pour sauver la Syrie de l’Occident. En effet, lors de la préparation de la Conférence de Genève, en juin 2012, le président Poutine avait envisagé de déployer l’OTSC comme force de paix [7]. Le général Hassan Tourekmani, alors président du Conseil de sécurité national syrien, avait entrepris diverses démarches pour l’accueillir. Cependant, ce déploiement n’avait pas eu lieu d’une part parce que l’Organisation n’avait pas encore signé d’accord avec l’Onu [8] et d’autre part parce que deux membres de l’OTSC ne se sentaient pas alors directement menacés par la situation en Syrie.

Du point de vue de l’OTSC, la proposition faite aux Occidentaux les contraindra à clarifier leur politique. En effet, jusqu’à la signature de l’accord entre Washington et Téhéran, le 14 juillet, la Coalition anti-Daesh, loin de combattre le terrorisme, a parachuté régulièrement et à grande échelle des armes aux jihadistes. Cependant, au cours des dernières semaines, la Coalition a effectivement combattu Daesh. Ainsi, a-t-elle lancé, fin juillet, un bombardement massif en coordination avec l’Armée arabe syrienne et ses milices (le YPG kurde et le Conseil militaire syriaque) pour défendre Hassaké. Cette opération, que la Coalition n’a pas publicisée, permit d’éliminer environ 3 000 jihadistes.

En outre, la Maison-Blanche a d’ores et déjà indiqué qu’elle était ouverte « à des discussions tactiques et pratiques avec les Russes ». Le Foreign Office a déclaré ne plus s’opposer à ce que « le président syrien reste au pouvoir pour une période de transition si cela peut contribuer à résoudre le conflit ». Rejoignant le mouvement, le ministre français des Affaires étrangères a laissé entendre qu’il accepterait de laisser le président el-Assad terminer le mandat que son peuple lui a confié en déclarant : « Doit-on dire au peuple syrien que M. Bachar al-Assad détiendra le pouvoir exécutif au cours des quinze prochaines années ? Si on dit cela, il n’y a pas de solution possible. Entre dire cela et exiger le départ immédiat de M. Bachar al-Assad, il y a une marge. Cela s’appelle la diplomatie. » [9].

Conséquences de l’intervention de l’OTSC

Contrairement à une idée fausse répandue dans la presse atlantiste, la lutte contre le terrorisme en Irak et en Syrie n’est pas une affaire de décennies, mais de quelques mois pourvu que tous les États cessent leur soutien clandestin aux jihadistes.

Dans le cas d’un désaccord à l’Onu, la presse occidentale devrait dénigrer l’action de l’OTSC en mettant en valeur les pertes civiles. En effet, malgré toutes les précautions, il n’est pas possible de bombarder les terroristes sans « dommages collatéraux ». Chaque chef islamiste dispose de trois « épouses » et, suivant leur exemple, des jihadistes de plus en plus nombreux ont fait des prisonnières qu’ils ont réduit en esclavage et « épousées ».

Dans le cas contraire, on ne devrait jamais entendre parler de ces victimes et la guerre devrait être finie en Syrie pour la Noël orthodoxe, même s’il faudra une bonne année avant que la situation ne soit complètement stabilisée sur tout le territoire.

À retenir : 
 L’OTSC interviendra à partir d’octobre 2015, à la fois en Irak et en Syrie, contre les individus classés comme « terroristes » par l’Onu, à savoir al-Qaïda, Daesh et tous les groupes qui se sont alliés à eux. 
 L’OTSC ne cherche pas à venir en aide à Haïder al-Abadi ou à Bachar el-Assad, mais est directement menacée par les jihadistes. 
 Les jihadistes ne sont pas en mesure de résister longuement à une alliance internationale si celle-ci inclut l’Irak et la Syrie. 
  Les États-Unis, qui ont déjà mené secrètement une vaste opération conjointe avec l’Armée arabe syrienne à Hassaké, sont prêts à un accord avec l’OTSC. Leurs alliés britanniques et français sont prêts à renoncer à renverser la République arabe syrienne.

 

[1] « Charte de l’Organisation du Traité de sécurité collective », Réseau Voltaire, 7 octobre 2002.

[2] Le Guam ou Organisation pour la démocratie et le développement est une alliance pro-US regroupant la Géorgie, l’Ukraine, l’Azerbaïdjan et la Moldavie ; quatre États visant à terme à rejoindre l’Otan.

[3] A Mosque in Munich. Nazis, the CIA and the rise of the Muslim Brotherhood in the West, Ian Johnson, Houghton Mifflin Harcourt, 2010. Version française : Une Mosquée à Munich. Les nazis, la CIA et la montée des frères musulmans en Occident, Albin Michel, 2011.

[4] Les Frères musulmans ont été fondés par Hassan el-Bana qui souhaitait rétablir le califat après la chute de l’Empire ottoman. Ils présentent l’islam à la fois comme religion et comme système politique totalitaire tout en récusant toute dimension spirituelle dans leur lecture du Coran. Sayyid Qutb théorisa l’usage de la violence pour s’emparer du pouvoir, le jihad. Bien qu’officiellement les Frères aient condamnés après sa mort les écrits de Qutb, il reste le penseur de référence au sein de la confrérie.

[5] « L’Ukraine et la Turquie créent une Brigade musulmane internationale », Réseau Voltaire, 3 août 2015. Plus de détails dans : « L’Ukraine et la Turquie créent une Brigade internationale islamique contre la Russie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 août 2015.

[6] « L’armée russe commence à s’engager en Syrie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 24 août 2015.

[7] « Syrie : Vladimir Poutine propose une Force de paix de l’OTSC », Réseau Voltaire, 3 juin 2012.

[8] « L’OTSC pourra déployer des « chapkas bleues » sur mandat de l’ONU », Réseau Voltaire, 29 septembre 2012.

[9] « Audition de Laurent Fabius au Sénat sur les minorités persécutées au Moyen-Orient », par Laurent Fabius, Réseau Voltaire, 9 septembre 2015.