Archive pour décadence civilisation occidentale

Réflexions sur les affaires « -stein »: Courage la fin est proche !…

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 17 août 2019 by Résistance 71

“La société modernisée jusqu’au stade du spectaculaire intégré se caractérise par l’effet combiné de cinq traits principaux, qui sont: le renouvellement technologique incessant, la fusion économico-étatique, le secret généralisé, le faux sans réplique et un présent perpétuel. […] Partout où règne le spectacle, les seules forces organisées sont celles qui veulent le spectacle. Aucune ne peut donc plus être ennemie de ce qui existe, ni transgresser l’omerta qui concerne tout.”
~ Guy Debord, “Commentaires sur la société du spectacle”, 1988 ~

 

 

Epstein… Weinstein… Frankenstein… Guerres impérialistes globales ou la décadence programmée d’un système criminel génocidaire et inepte

 

Résistance 71

 

17 août 2019

 

La décadence ultime du système étatico-capitaliste ne peut plus être contenue, elle s’expose tous les jours un peu plus ; de la fange pédo-criminelle, à la guerre de contrôle et de conquête généralisée, l’empire, comme tous ceux avant lui, sombre dans l’arrogance et la psychopathie de ses “élites” auto-proclamées.

L’affaire Epstein, celle de Weinstein avant elle, ne sont que des épiphénomènes d’une dégénérescence systémique qui n’est pas que programmée, mais initialement induite, moulée dans le système même. La mise en place et la domination de la division capitaliste de la société contient en elle-même sa propre destruction générée par la dictature de la marchandise qui détruit absolument tout sur son passage y compris, à terme, elle-même. A ce titre, le capitalisme et son outil de contrôle, l’État, peuvent et doivent être vus comme le summum du nihilisme humain, ceci ne voulant pas dire que l’humanité entière y adhère bien au contraire, puisque toute cette affaire nous est imposée depuis le départ par la force coercitive contre-nature de la division de la société, entretenue pour le bénéfice du seul petit nombre. Le système étatico-capitaliste n’étant qu’un système de gestion de la division et des antagonismes par et pour une minorité se maintenant artificiellement au “pouvoir”, il est non seulement nécessaire mais tout à fait possible de s’en débarrasser une bonne fois pour toute. Avec lui disparaîtra toute cette fange de la dépravation induite. L’Homme n’est ni bon ni mauvais, il est, tout simplement. C’est cet être originel en harmonie qu’il nous faut mettre à jour et embrasser au delà du bien et du mal, au delà de tous les antagonismes factices… Si Epstein, Weinstein et leurs sbires ont fait un choix de vie au service de l’ignominie marchande consommée, il n’en demeure pas moins vrai qu’ils sont des fabrications du système, de pauvres papillons de nuit aveuglés par la lumière factice du pouvoir et utilisés, pressés par un système implacable. On ne naît pas ordure… On le devient !

L’histoire de tous les empires depuis plus de 5000 ans est jalonnée d’anecdotes de décadence de la jouissance élitiste, de ceux qui ont tout au détriment de ceux qui n’ont rien: orgies, partouzes, festivités, dérives sexuelles en tous genres et des plus abracadabrantes, répondant à l’adoration du stupre et de la luxure des oisifs privilégiés, ne sont que lieux communs dans le marécage de la turpitude marchande, le tout dans une atmosphère délétère de “normalité” pas à pas imposée aux masses anesthésiées de “pain et de jeux”… jusqu’à ce que le pain manque et que les jeux ne masquent plus la réalité abominable ; alors sur toile de fond d’effondrement, les peuples se révoltent pour remettre en place une énième mouture de la fange marchande qu’ils espèrent apprivoisée, se jurant mordicus qu’on ne les y reprendrait plus. 

Ceci constitue le cycle des révolutions, qui ramène toujours au point de départ par définition, remettant aux calendes grecques, la seule voie de l’évolution pourtant tant de fois aperçues au fil de l’histoire, celle de la société émancipée de la marchandise et de ses gardes-chiourme. Ainsi, si ignobles et si écœurantes que soient les affaires Epstein et Weinstein, elles ne sont que la resucée moderne de tant et tant d’ignominies avant elles. Ceci ne tient que d’une grande logique qui ne pourra disparaître qu’avec le système lui-même. Penser que justice sera faite relève de la pure utopie, car le système se protège lui-même du mieux qu’il le peut encore. Comme le disait Debord et nous le rappelons ci-dessus en exergue: “… rien ne peut transgresser l’omerta qui concerne tout.

Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir. Le temps est venu d’un changement radical (depuis la racine politique des choses) de paradigme pour mettre l’humanité sur le chemin et la réalisation de l’émancipation définitive. Cette évolution par intégration de la réalité en vue de son changement radical, nous mènera vers la société des sociétés, par delà tous les antagonismes, une société unie, finalement réconciliée avec la Nature et son harmonie du grand Tout, parce que nous sommes tous inter-reliés. Il suffit de lâcher prise et la lumière sera… enfin…

“On se trompe chaque fois que l’on veut expliquer quelque chose en opposant la Mafia à l’État: ils ne sont jamais en rivalité.”
~ Guy Debord, “Commentaires sur la société du spectacle”, 1988 ~

= = =

Sur une note plus sympathique…

PDF les plus lus jusqu’ici durant cette pause estivale:

1er et de loin est la page de nos 123 PDF !
Merci aux lecteurs de ne pas vous contenter des suggestions…

Pour les PDF à proprement parler:

1- 20-juillet-1969-20-juillet-2019-50-ans-pour-passer-de-heros-a-zero

2- Un Monde sans Cancer, l’histoire de la vitamine B17

3- Manifeste pour la Société des Sociétés

4- La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

5- Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Résistance politique: Échec et effondrement attendent la civilisation occidentale (Paul Craig Roberts)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 1 février 2016 by Résistance 71

L’occident en est réduit à se piller lui-même

 

Paul Craig Roberts

 

30 janvier 2016

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/01/30/the-west-is-reduced-to-looting-itself-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Michael Hudson, John Perkins et moi-même ainsi que quelques autres avons rapporté le pillage multi-facettes des peuples par les institutions économiques occidentales, principalement les grandes banques de New York avec l’aide de FMI.

Les pays du tiers monde ont été et sont toujours pillés en étant incités et forcés à suivre des plans de développement pour l’électrification ou autres objectifs. Les gouvernements de ces pays, naïfs et confiants, sont endoctrinés à croire qu’ils peuvent faire de leurs pays des nations riches en prenant les prêts bancaires présentés pour mettre en place les plans de développement préparés par l’occident, ayant pour résultat de suffisants revenus fiscaux du développement économique pour rembourser les emprunts étrangers.

Cela bien sûr n’arrive jamais ou pratiquement jamais. Ce qu’il se passe est que le plan a pour résultat que le pays devient endetté bien au-delà de ses revenus en devises étrangères et lorsque le pays ne peut plus honorer le remboursement de sa dette pour développement. Les créditeurs envoient alors le FMI dire au gouvernement endetté que le FMI protègera son crédit en lui prêtant de l’argent pour rembourser ses banquiers créditeurs. Mais les conditions font que ce gouvernement prenne les mesures d’austérité nécessaires de façon à ce qu’il puisse aussi rembourser le FMI (NdT: le piège classique d’emprunter pour rembourser un emprunt, quand on en est là, c’est la fin des haricots…). Ces mesures d’austérité doivent museler les dépenses des services publics et du secteur gouvernemental, réduire les retraites publiques, et vendre les ressources nationales aux étrangers acheteurs. L’argent économisé en réduisant les fonds sociaux et récolté en vendant les biens nationaux à des étrangers sert à rembourser le FMI. (NdT: exemples typiques, l’Argentine et en Europe bien sûr la Grèce…)

Ceci est la manière dont l’occident a historiquement pillé les pays du tiers monde. Si un président de pays est reluctant à entrer dans une telle plateforme économico-financière, il est simplement acheté, comme le fut le gouvernement grec, afin qu’ils suivent le schéma du pillage du pays que ce président/gouvernement est censé et prétend représenter.

Lorsque cette méthode de pillage s’est épuisée, l’occident acheta les terres arables et poussa une politique sur les pays du tiers monde pour qu’ils abandonnent l’auto-suffisance alimentaire et produisent une ou deux récoltes pour gains à l’exportation. Ceci rend les populations du tiers monde dépendantes des importations de nourriture de l’occident. Typiquement les revenus d’exportation sont pompés par les gouvernements corrompus ou par des acheteurs étrangers qui paient peu alors que les étrangers vendant la nourriture chargent bien plus. Ainsi, l’auto-suffisance est transformée en dette.

Avec la totalité du tiers monde maintenant exploité jusqu’à la limite du possible, l’occident a retourné le pillage sur lui-même. L’Irlande a été pillée (NdT: n’oublions pas que le peuple irlandais est un grand résistant à la City de Londres et qu’il fut trahi à maintes reprises par sa classe dirigeante corrompue et vendue à la City…) et le pillage de la Grèce et du Portugal est si sévère qu’il a forcé un grand nombre de jeunes femmes à la prostitution. Ceci ne dérange en rien la conscience occidentale.

Auparavant, lorsqu’un pays souverain se retrouvait plus endetté qu’il ne pouvait payer, ses créditeurs devaient rajuster le montant de la dette sur ce que le pays pouvait payer. Au XXIème siècle, comme je l’explique dans mon livre The Failure of Laissez Faire Capitalism, cette règle traditionnelle a été abandonnée.

La nouvelle règle est que le peuple d’un pays, même un pays dont les dirigeants ont accepté des pots-de-vin afin de permettre l’endettement de leur pays envers l’étranger, doit avoir ses retraites, l’emploi, et les services sociaux laminés ainsi que les ressources de valeur de la nation telles que les sytèmes de disrribution des eaux municipales, les ports, la lotterie nationale et les parcs nationaux, comme les îles grecques protégées, vendues aux étrangers, qui ont ainsi toute la liberté d’augmenter les prix de l’eau et des services, refuser au gouvernement grec par exemple les revenus de sa lotterie nationale, et vendre l’héritage national protégé de la Grèce à des requins du foncier.

Ce qu’il s’est produit en Grèce et au Portugal est en cours de réalisation en Espagne et en Italie. Les peuples sont impuissants parce que leurs gouvernements ne les représentent aucunement. Non seulement ceux-ci sont corrompus et arrosés de pots-de-vin, mais les membres des gouvernements sont endoctrinés pour maintenir leurs pays au sein de l’Union Européenne. Autrement, ils sont dépassés par l’histoire. Les peuples opprimés et qui souffent sont eux-mêmes endoctrinés de la même manière. Par exemple en Grèce, le gouvernement élu pour empêcher le pillage du pays a été impuissant, parce que le peuple grec a subi un lavage de cerveau leur disant que quoi qu’il arrive, il devait rester dans l’UE.

La combinaison de la propagande, du pouvoir financier, de la stupidité et des pots-de-vin veut dire qu’il n’y a aucun espoir pour les peuples européens.

La même chose vaut pour les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et le Royaume-Uni. Aux Etats-Unis des dizaines de millions de citoyens ont tranquillement acceptés l’absence de quelque intérêt que ce soit sur les revenus de leurs économies pendant maintenant plus de sept ans. Au lieu de poser des questions et de protester, les Américains ont accepté sans restriction la propagande avancée que leur exisence dépend du succès d’une poignée de méga-banques artificiellement crées (NdT: comme absolument tout dans le “système de marché” du reste, qui n’est qu’une invention dont on pourrait parfaitement se passer…), qui sont “trop grosses pour échouer”. Des millions d’Américains sont convaincus qu’il est mieux pour eux que leurs économies soient dévalorisées plutôt qu’une ou plusieurs banques corrompues passent à la trappe.

Pour maintenir les peuples occidentaux dans la confusion au sujet de la véritable menace à laquelle ils font face, les peuples sont convaincus à grand renfort de propagande qu’il y a un terroriste derrière chaque arbre, chaque passeport, sous chaque lit et que tout le monde sera tué à moins que le pouvoir surgonflé du gouvernement ne soit pas questionné. Jusqu’ici tout cela a fonctionné parfaitement, avec une attaque fausse-bannière après l’autre renforçant les fausses attaques terroristes qui servent à empêcher toute prise de conscience que tout cela n’est qu’une vaste escroquerie pour en fait accumuler toute la richesse dans le plus petit nombre de mains.

Non content de sa suprématie sur les “peuples démocratiques”, le 1% avance d’autres pions avec ses “traités” Trans-Antlantique et Trans-Pacifique. Ceux-ci sont supposés être des “accords de libre-échange” qui bénéficieront à tout le monde. En vérité, ce sont des accords secrets, particulièrement bien gardés qui donnent le contrôle des lois des gouvernements souverains aux entreprises privées.

Il est par exemple venu au grand jour que sous le partenariat trans-atlantique, la sécurité sociale britannique serait gérée depuis des tribunaux privés mis en place sous le partenariat comme un obstacle à l’assurance médicale privée et attaqué en justice pour dommages et intérêts par des firmes privées et même, à terme, être forcée à disparaître.

Le gouvernement britannique totalement corrompu géré par le vassal de Washington David Cameron a bloqué tout accès aux documents légaux qui montrent l’impact qu’aura le traité trans-atlantique sur la sécurité sociale britannique.

http://www.globalresearch.ca/cameron-desperate-to-stop-scandal-as-secret-plans-to-sell-the-national-health-service-are-discovered/5504306

Pour ceux des citoyens des pays occidentaux qui sont assez stupides ou endoctrinés pour ne pas avoir encore compris, la poussée actuelle de “leur” gouvernement et de sa politique est d’offrir chaque aspect de leur vie à des intérêts privés prédateurs.

Au Royaume-Uni, la poste a été vendue pour un prix des plus modiques à des intérêts privés connectés. Aux Etats-Unis, les républicains et peut-être les démocrates, ont l’intention de privatiser le Medicare (assurance maladie) et la sécurité sociale, tout comme ils ont privatisé bien des aspects des systèmes militaire et carcéral. Les fonctions publiques sont des cibles privilégiées pour faire des bénéfices.

Une des raisons pour l’escalade des prix sur le budget militaire US est sa privatisation. La privatisation du système carcéral américain a résulté en un énorme nombre de personnes innocentes qui ont été incarcérées où elles sont forcées de travailer pour Apple, IT services, des compagnies de textiles et d’habillement qui produisent pour l’armée américaine et un tas d’autres entreprises privées. Les ouvriers prisonniers sont payés 69 cents de l’heure, bien plus vas que le salaire d’un ouvrier chinois.

C’est çà l’Amérique aujourd’hui: une police corrompue, des procureurs corrompus, des juges corrompus, mais un max de bénéfices pour le capitalisme made in USA avec ce travail très bon marché carcéral. Les économistes têtes pensantes du libre-marché glorifient les prisons privées, affirmant qu’elles seraient plus efficaces et elles le sont de fait… à fournir un travail d’esclave aux capitalistes.

Voila l’info sur le premier ministre David Cameron niant l’information au sujet de l’effet du traité de partenariat trans-atlantique sur la santé nationale britannique.

http://www.theguardian.com/business/2016/jan/26/anger-government-blocks-ttip-legal-documents-nhs-health-service

Le quotidien du Guardian de Londres, qui doit souvent se prostituer pour essayer de maintenir un minimum d’indépendance, décrit la colère que ressentent les britanniques envers le secret gardé par le gouvernement au sujet d’un problème si fondamental au bien-être des Britanniques et pourtant ceux-ci continuent de voter pour les partis politiques qui les ont trahi et les trahissent.

Partout en Europe les gouvernements corrompus contrôlés par Washington ont distrait leur peuple de ce que ceux-ci ont été trahis par “leurs” gouvernements en focalisant l’attention sur l’affaire des immigrants, dont la présence est une conséquence directe des gouvernemnts européens représentant les intérêts de Washington et non pas les intérêts de leurs peuples.

Quelque chose de grave s’est produit contre l’intelligence et l’attention des peuples occidentaux qui semblent ne plus être capables de comprendre les machinations de “leurs” gouvernements.

Une pratique de gouvernement responsable en occident est finie. Rien d’autre que l’échec et l’effondrement attend la civilisation occidentale.