Archive pour danger énergie nucléaire

Levée d’omerta technologique: Incident nucléaire au réacteur no2 du Tricastin

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 22 février 2019 by Résistance 71

 

Omerta brisée: Oui le réacteur nucléaire no2 du Tricastin émet des rejets radioactifs, la zone nord a été contaminée

 

Coordination Anti-Nucléaire Sud-Est

 

18 février 2019

 

source:

http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2019/02/18/Omerta-brisée-%3A-oui-le-réacteur-n°-2-du-Tricastin-émet-des-rejets-radioactifs2

 

En opposition avec les déclarations officielles lénifiantes relayées par une presse fort peu critique et indépendante, des mesures in-situ réalisées par une équipe indépendante dévoile le pot-aux-roses : il y a des rejets de radioactivité actuellement autour du réacteur n°2 du Tricastin objet depuis le 3 février dernier d’un accident nucléaire.

__

Une équipe de l’organisation Next-Up, en contact avec le CAN84, s’est rendue sur le site du Tricastin (Drôme-Vaucluse), recouvert d’un d’équipement NBC (Nucléaire-Bactériologique-Chimique) et équipée d’un matériel de métrologie agréé et étalonné. Des mesures de radioactivité on été réalisées in-situ en fonction du vent ( suite au début de l’incident nucléaire du 3 février dernier ).

En temps « normal » le débit de dose de radioactivité (bruit de fond) est compris, en Drôme et Vaucluse, entre 0,07 et 0,14 µSv/h suivant la saison et les rejets des installations nucléaires. Chaque Sivert indique une désintégration atomique. Préjudiciable évidemment à la santé, aux organismes vivants, à la chaîne alimentaire, à l’environnement.

Ce 17 février 2019 à 19h45, à 600mètres au nord de la centrale atomique, sous un vent de 180°/360° Sud Nord soufflant à 9km/heure (station Météo France Ancone), le débit de dose relevé sur une durée de 45 secondes est monté à 0,20µSv. Soit un débit de dose à l’heure (facteur x80 pour 1 heure) de : 16µSV/h.

A 4 km au nord de la centrale nucléaire, avec les mêmes conditions de vent, le débit de dose relevé sur une durée de 12 minutes est monté à 0,34µSv . Soit un débit de dose à l’heure (facteur x5 pour 1 heure) de : 1,70µSv .

Dans la première situation, la radioactivité était surfacique, dans la seconde elle n’était pas plaquée au sol mais en suspension à moins de 1 mètre du sol. Autrement dit, les balises « officielles » des exploitants nucléaires placées à des hauteurs supérieures (tout comme celle de l’organisme indépendant Criirad) et qui n’étaient ni dans l’axe ni à bonne distance ne peuvent produire que des résultats erronés.

De son côté l’ASN , ne possédant pas de balises indépendantes de mesures de radioactivité, doit se fier à ce que disent les nucléaristes, en l’occurrence depuis le début de l’accident nucléaire le 3 février 2019 : EDF. Juge et partie! Inquiétant, d’autant que les dernières mesures rendue publiques par le réseau officiel de mesures piloté par l’IRSN ( https://www.mesure-radioactivite.fr/#/ ) remontent à… novembre 2018 !

L’Autorité de Sûreté Nucléaire qui a analysé les éléments techniques fournit par EDF pour récupérer la barre de produits de fission radioactifs coincée au-dessus des 156 autres assemblages a donné son accord pour une opération de décrochage ce dimanche 17 février. Mais seuls des robots peuvent intervenir dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2 tant le risque radioactif est élevé. Il est évident qu’il y a eu des rejets. Et ils sont passés sur l’autoroute et les automobilistes (entre le pk137  et le pk138) !

Lors de sa déclaration d’incident EDF a proposé de le classer au niveau 1 de l’échelle INES mais l’’ASN n’exclut pas un reclassement à un niveau supérieur (1).

D.H : selon l’exploitant nucléaire EDF, le robot serait parvenu à décrocher la barre en perdition, affirmant, contre la réalité, qu’aucun rejet radioactif n’a eu lieu. L’affaire n’est pas terminée, ni les menaces et atteintes. L’équipe de 12 personne qui a réalisé l’intervention dans le bâtiment réacteur a du travailler durant 8 heures après s’être entrainée avec une maquette du robot à taille réelle, à sec et aussi sous l’eau.

_

photos : Next-Up organisation

_

(1) https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Incident-lors-des-operations-de-dechargement-du-combustible-du-reacteur-2